29/09/2013

Isil Club Milta - Bodrum

Pour la première fois, j'ai compris les personnes qui font des milliers de kilomètres pour se contenter de passer leurs vacances au sein d'un club sans jamais le quitter et donc sans rien voir d'autre du pays.

En effet, une fois arrivé à l'Isil Club Milta situé à Torba, à 8km de Bodrum - ou nous avons passé nos dernières vacances du lundi 19 au vendredi 30 août - je n'ai plus eu envie de le quitter. Pas même l'espace de quelques heures.

hotel,club,all-in,Turquie,Isil Club   Milta,écureuil,Tripadvisor,Tamer,Bodrum,Torba,Gumbet,jeep,bateau,ma  rché,Turgutreis,Gumusluk,Yalikavak,oursin,pitta

Il faut dire que nous avons découvert un hôtel club encore meilleur que ce à quoi nous nous attendions. Et pourtant, au vu des photos, des commentaires des employées de notre agence de voyage ("l'un des meilleurs hôtels de Turquie") et de ceux, pour la plupart dithyrambiques, vu sur tripadvisor, nos attentes étaient grandes. A un point tel que nous craignions d'être déçus.

Ce fut loin d'être le cas. Au point d'être émerveillés en découvrant un paradis ou le client est vraiment roi. Personnel aimable et prêt à se couper en quatre pour vous servir, niveau de propreté impeccable (espaces extérieurs nettoyés chaque jour et plusieurs fois si nécessaire), chambres relativement simples mais suffisamment grandes et très agréables (lit king size, salle de bain et penderie fonctionnelles). Le tout situé dans un cadre magnifique: un bâtiment principal faisant face à la mer et surplombant une énorme piscine d'une longueur de 54 mètres avec des transats en grand nombre et des bungalows disséminés dans un parc bien vert - malgré les 5 mois sans pluie en été - ou l'on trouve des écureuils relativement peu farouches qui finissent, avec de la patience, par venir manger dans votre main.

hotel,club,all-in,Turquie,Isil Club   Milta,écureuil,Tripadvisor,Tamer,Bodrum,Torba,Gumbet,jeep,bateau,ma  rché,Turgutreis,Gumusluk,Yalikavak,oursin,pitta

La formule all-in était également particulièrement large et attractive avec son offre boisson - ah ces thés glacés ou ces cocktails - et nourriture incroyable malgré le fait qu'il n'y ait qu'un seul restaurant. Mais quel restaurant ! Avec ses buffets proposant une très grande diversité de plats à chaque service. A ce sujet, mention particulière pour le buffet de desserts proposant une variété, notamment au niveau patisserie, que je n'avais jamais rencontrée ailleurs. Sans oublier le snack et ses excellents plats basiques (hamburgers, brochettes, pizzas, ...).
Et la formule all-in était encore plus large au niveau loisir avec notamment, outre les classiques comme le tennis de table ou la pétanque, la possibilité de faire du pédalo, du kayak, voire même de planche à voile ou du catamaran (ces 2 dernières possibilités moyennant le brevet adéquat). Sans oublier l'accès au spa (bain turc et sauna). Les seules activités payantes étant finalement les sports nautiques moteurs et les massages.

Je ne vois ainsi strictement rien à reprocher à cet hôtel si ce n'est l'impossibilité de longue ballade sur la plage vu l'étroitesse de celle-ci, la faiblesse du réseau wifi lors de notre seconde semaine et éventuellement l'absence de mitigeur thermostatique dans la douche du fait de la difficulté de régler la température idéale. Mais tout ceci dit pour démontrer que la perfection n'existe pas. D'autant que c'était bien peu de chose parmi tous les avantages que peut offrir cet hôtel et son personnel, la dernière touche en ayant été apportée le matin de notre départ par Tamer, dont on parle beaucoup, en bien, sur Tripadvisor et qui doit être le responsable communication. Lorsque nous lui avons demandé comment nous pouvions faire sachant que nous quittions l'hôtel à 18h30' alors que nous devions libérer la chambre à 12h, il a directement contacté la réception pour savoir si nous pouvions prolonger son occupation jusqu'à 16h ce qui fut le cas.

Etant donné que nous étions la pour le repos et le farniente, l'essentiel de nos 12 jours de vacances s'est composé de la manière suivante: courte grasse matinée (remplacée par 1h de natation pour Maud lors de la seconde semaine), petit-déjeuner, retour en chambre, séance de transat, piscine, retour en chambre, dîner, retour en chambre, transat, piscine, retour en chambre, apéritif, souper, retour en chambre et dodo. Avec une variante pour Kristen qui le soir, après quelques jours, allait voir le spectacle avec ses amies.

hotel,club,all-in,Turquie,Isil Club   Milta,écureuil,Tripadvisor,Tamer,Bodrum,Torba,Gumbet,jeep,bateau,ma  rché,Turgutreis,Gumusluk,Yalikavak,oursin,pitta

Nous avons passé les 3 premiers jours sans déroger à cette règle. Mais nous n'avions pas fait autant de kilomètres juste pour paresser, manger, nager, dormir. C'est ainsi que le quatrième jour, même si, comme je l'ai laissé entendre à l'entame de cet article, je n'avais pas spécialement envie de quitter un tel havre de paix ou nous étions choyés, nous avons fait une première excursion baptisée Sunset Bodrum. Au programme, découverte de la ville suivie d'une petite croisière avec repas à bord non loin du rivage.
Nous savions qu'il ne fallait pas faire les excursions gratuites avec visite de certains magasins car elles sont "sponsorisées" par ceux-ci et n'offrent que très peu d'attraits. Nous ne nous sommes pas méfiés lorsqu'on nous a proposé celle-ci gratuitement pour en avoir reservées 2 autres car elle était quand même affichée au prix de 24,xx euros. Grave erreur car comme le dira une autre vacancière, ce fut un après-midi et une soirée perdue.
Parti vers 15h30', nous avons d'abord fait le tour de quelques hôtels pour aller chercher d'autres participants avant de rejoindre la colline dominant la baie de Bodrum d'un côté et celle de xxx de l'autre. Nous avons ensuite pris la direction du Gold Center pour la visite d'une bijouterie. Lorsque nous avons quitté l'endroit, cela faisait déjà 2h30' que nous étions partis de l'hôtel et nous n'avions vu qu'un panorama, certes joli, et quelques vestiges de moulins à vent. Nous avons ensuite repris la route pour découvrir, sans sortir de l'autocar, le théatre antique, avant de repasser pour la troisième fois au même endroit pour rejoindre le port de Gumbet. Après avoir embarqué, le capitaine a attendu plus d'une demi-heure que le soleil soit à la bonne hauteur avant d'appareiller. Il s'est alors éloigné un peu de la côte pour que nous puissions observer le coucher de soleil derrière les ilôts situés au large de Bodrum. La nous avons eu droit à 45 minutes de baignade. Sauf que la plupart des participants n'avaient pas été prévenus et que de toute manière il faisait trop frais que pour aller nager. Nous avons ensuite rejoint le rivage pour mouiller au large du château et prendre le repas. Quelques nuggets de poulets, des pâtes, des frites et un peu de salade même pas assaisonnée. Ma femme et ma fille, servie parmi les premières, ont pu gouter ce repas médiocre tandis que, arrivé plus tard, je n'ai pu que constater que la quinzaine de vacanciers qui attendaient encore d'être servis en était au rationnement, les derniers ne pouvant avoir qu'un seul nugget. Personnellement, en voyant cela, je n'ai même pas tenté ma chance. Je me dois, pour être honnête, d'ajouter que certains enfants se sont servis de grosses assiettes pour finalement ne pas tout terminer tandis que certains adultes se sont carrément resservis alors que tout le monde n'était pas encore passé. Mais cela tient aussi à une mauvaise organisation car si le repas avait été servi directement dans l'assiette, comme lors de notre troisième excursion, il y aurait eu la même part pour tout le monde.

hotel,club,all-in,Turquie,Isil Club   Milta,écureuil,Tripadvisor,Tamer,Bodrum,Torba,Gumbet,jeep,bateau,ma  rché,Turgutreis,Gumusluk,Yalikavak,oursin,pitta

Notre deuxième excursion eut lieu 2 jours plus tard et fut bien meilleure: la visite en car de la péninsule de Bodrum avec le matin le phare, la mosquée et surtout le marché de Turgutreis, le plus grand de la région, la ou les fausses marques et le marchandage est roi. Nous avons pris le repas de midi dans un restaurant du village de Gumusluk. Au choix du filet de poulet, des boulettes ou de la dorade. Excellent même si un peu léger car on pouvait compter les frites présentes sur l'assiette.
C'est dans ce même village qu'avait lieu la très énigmatique marche sur l'eau pour rejoindre un ilôt, l'île aux lapins, situé à quelques dizaines de mètres du rivage. En fait, il s'agissait de marcher sur une ancienne voie romaine située à fleur d'eau. Le problème étant que les pierres, du fait de leur présence prolongée dans l'eau, étaient très glissantes alors que la voie était très irrégulière et donc malaisée à parcourir. La guide nous avait pourtant dit qu'elle n'avait jamais connu de chutes. Heureusement que, méfiant, je me suis mis en maillot et que je n'ai surtout pas pris mon appareil photo car il était impossible d'éviter les chutes. Bilan, plusieurs coupures bénignes et une vingtaine d'épines d'oursins dans le pied m'amenant à me faire "charcuter" pendant une demi-heure à l'hôpital, le soir après l'excursion. Et ce n'est pas moi qui était maladroit ou qui n'ait pas eu de chance puisque nous avons découvert quelques jours plus tard que notre fille avait le même problème (avec un second détour par l'hôpital) tandis qu'une autre participante, en s'aidant de ses mains, s'est également piquée à un oursin et que sa soeur s'est contusionnée le genou. Et pour couronner le tout, l'île était clôturée et n'était donc même pas accessible !
Cette excursion s'est terminée par la découverte du village de Yalikavak.

hotel,club,all-in,Turquie,Isil Club   Milta,écureuil,Tripadvisor,Tamer,Bodrum,Torba,Gumbet,jeep,bateau,ma  rché,Turgutreis,Gumusluk,Yalikavak,oursin,pitta



Enfin, le lundi, nous avons effectué notre troisième excursion: Fun and Sun. Une matinée en jeep pour visiter l'arrière-pays et découvrir un petit hameau typique, un lac aux tortues d'eau douce et une fabrique d'huile, ces 2 dernières étapes entrecoupée d'une bagarre à l'eau au bord d'une source. Un après-midi en bateau pour paresser et nager dans 3 endroits différents avec un repas servi à bord. Aussi peu roboratif que le précédant (3 malheureux chicken dips par personne, qu'il s'agisse d'enfants, de femmes ou d'hommes de près de 100 kg comme moi) mais nettement meilleur parait-il.

hotel,club,all-in,Turquie,Isil Club   Milta,écureuil,Tripadvisor,Tamer,Bodrum,Torba,Gumbet,jeep,bateau,ma  rché,Turgutreis,Gumusluk,Yalikavak,oursin,pitta

Pour être complet, j'ajouterais que privé de natation pendant 24h pour cause d'oursin dans le pied, nous avons passé l'après-midi du dimanche à Bodrum et que nous y sommes retournés le mardi soir, histoire de pouvoir manger une pitta de la-bas.

Quant à Kristen, elle n'a mis que 2 ou 3 jours à se trouver des amies. En particulier une petite algérienne particulièrement sympa pendant la première semaine et une liégeoise durant la seconde. Elle, qui était déjà dans la piscine dès qu'elle le pouvait, est encore devenue plus invisible pour nous puisqu'elle allait tantôt au mini-club, tantôt aux toboggans situés un peu plus loin quand elle n'était pas au bar à siroter une limonade. Autant dire que pour la première fois, nous ne l'avons pas beaucoup vue. Y compris le soir puisqu'elle accompagnait ses amies respectives au spectacle, comme je l'ai déjà signalé.

Enfin, puisque je  parle d'animation, le grand intérêt de ce club est d'être fréquenté par une majorité de francophones et en particulier de belges ce qui fait que nous n'avions aucun problème de communication avec le personnel, les animations se faisant en priorité en français.

J'étais parti en Turquie parce que Maud, qui y était allée avant notre rencontre, voulait y retourner et me la faire découvrir. J'y allais de bon coeur, intéressé par la découverte d'un nouveau pays pour moi mais je n'avais pas l'intention d'y revenir. Pourtant, le Isil Club Milta, le meilleur hôtel que nous ayons jamais fréquenté, fera que nous finirons par y retourner.

15/08/2013

Week-end à Paris

Cela fait des années que Kristen rêvait de voir la Tour Eiffel. Alors cette année, pour ses 8 ans, nous nous sommes concocté un petit week-end à Paris. Avec 3 gros objectifs. La Tour Eiffel évidemment, Montmartre, notre endroit préféré de Paris et ... le Pink Flamingo, une chaîne de restaurants proposant des pizzas particulièrement originales (voir mon prochain article).

Ne sachant pas comment m'y prendre ni surtout dans quel coin de la capitale chercher un hôtel, j'ai mis du temps à me décider. Puis j'ai trouvé 2 suite Novotel qui proposait des chambres de 30 m2 à un peu plus de 200 euros pour 2 nuits. Mais en grattant un peu, j'ai vu que le petit-déjeuner coutait 14 euros par nuit et par personne et surtout qu'outre le fait que ces hôtels étaient un peu décentrés (juste de l'autre côté du périphérique), ils se situaient dans des quartiers pas très propres ni très rassurants le soir.

Après m'être dit que cela ne servait à rien d'avoir une grande chambre que l'on quitterait tôt le matin pour la rejoindre tard le soir, je me suis tourné vers les Ibis Budget. J'ai finalement choisi celui de La Villette dans le 19è parce qu'il est situé dans la zone que j'avais ciblée tout en étant suffisamment près (200 mètres) d'une bouche de métro et en proposant un itinéraire agréable et rassurant. Cela ne nous a ainsi couter que 149,80 euros, petit-déjeuner compris. Et le hasard a également bien fait les choses puisque j'ai découvert qu'il se situait tout près d'un endroit moins connu de Paris (et que nous ne connaissions pas d'ailleurs), le très joli canal Saint-Martin.

paris,tour eiffel,montmartre,champs elysées,canal saint-  martin,pink flamingo,mölkky,fnac,novotel,ibis   budget,bobourg,bonto,e leclerc

Nous sommes donc partis ce samedi 20 juillet pour la ville Lumière. Arrivés peu après midi, nous avons eu la chance de trouver une place de parking gratuite pas très loin de l'hôtel ou nous avons pu tout de suite découvrir notre chambre. Petite mais suffisante même si quelques détails ont quand même attirés notre attention. La moquette n'était pas nickel partout mais vu que l'hôtel est en réfection pour 9 mois, j'imagine que cela va s'arranger. Il n'y avait pas véritablement de salle de bain mais une cabine de douche, une cabine wc et un lavabo dans un coin de la chambre. Mais le pire était l'arnaque sur l'air conditionné, pourtant annoncé, qui se limitait à un très léger filet d'air qui ne devait pas faire descendre la température de plus d'un dixième de degré. Vu la canicule que nous avons subi, c'était loin d'être agréable.

Paris,Tour Eiffel,Montmartre,Champs Elysées,canal Saint-  Martin,Pink Flamingo,mölkky,FNAC,Novotel,Ibis   Budget,FNAC,Bobourg,bonto,E Leclerc

Après avoir diner dans la chambre avec les sandwiches que nous avions emportés, nous avons pris la direction du Forum des Halles ou je voulais acheter une liseuse que je savais en promo à la FNAC.
Le dernier modèle avait été vendu la veille mais les 2 vendeurs, très gentils, en tout cas beaucoup plus que ceux de la FNAC à Bruxelles - qui a dit que les parisiens n'étaient pas sympa ? - ont pris le temps de chercher pour me renseigner dans quel autre magasin je pourrais encore en trouver.
Nous sommes ensuite sortis à l'air libre et avons fait un tour dans le quartier, passant notamment près de Bobourg.

Nous avons ensuite repris le métro, direction les Champs Elysées, que nous avons descendus et remontés dans leur quasi totalité, d'une part parce que cela faisait partie de notre programme mais aussi parce que c'est la que se situait le magasin FNAC ou il restait suffisamment de liseuses que pour faire mon bonheur.

Paris,Tour Eiffel,Montmartre,Champs Elysées,canal Saint-  Martin,Pink Flamingo,mölkky,FNAC,Novotel,Ibis   Budget,FNAC,Bobourg,bonto,E Leclerc

Après y avoir vu la Concorde, l'Arc de Triomphe, les boutiques snobs (dont le fameux Abercrombie) et les préparatifs de l'arrivée du 100è Tour de France prévue le lendemain, nous avons repris le métro pour nous rendre sur l'île Saint-Louis et découvrir Notre-Dame.
C'est la que nous avons bu un verre, profitant des happy hours, dans un bar sympa au nom ne correspondant pas à ce type d'établissement: le Relais de la Huchette.

Nous avions prévu d'ensuite aller montrer la Tour Eiffel à notre fille mais fatigué par la chaleur ainsi que par les kilomètres que nous avions parcourus et par le nombre de marches que nous avions montées et descendues à chaque changement de station de métro, nous avons décidé, Kristen en tête, de reporter cela à demain et de rejoindre l'hôtel pour nous y reposer avant le souper.

Après nous être raffraichis, nous sommes allés mangé une pizza dans l'établissement Pink Flamingo situé dans le 19è. Pour ce faire, nous n'avons pas pris la ligne droite mais avons flané le long du canal Saint-Matin.

Paris,Tour Eiffel,Montmartre,Champs Elysées,canal Saint-  Martin,Pink Flamingo,mölkky,FNAC,Novotel,Ibis   Budget,FNAC,Bobourg,bonto,E Leclerc

Au retour, nous avons pu découvrir combien cet endroit est un lieu convivial puisque pas mal de gens s'y retrouvent, qui pour prendre l'apéro, qui pour pique-niquer (parfois avec la casserole de nourriture préparée au préalable à la maison) ou encore pour jouer à la pétanque ou au mölkky, un jeu que je décrirais comme un mélange entre le jeu de quille et le billard.

Si nous avons souffert de la canicule durant la journée, ce n'est rien avec ce qui nous attendait. La chambre, sans air conditionné donc, était surchauffée et nous avons passé une première partie de nuit à dormir tant bien que mal. Vers 2h du matin, j'ai fait le choix du bruit (la chambre donnait sur une avenue relativement fréquentée ou les discussions et cris des gens s'additionnaient aux bruits de la circulation). Difficile donc de s'endormir mais une fois que ce fut fait, nous avons mieux dormi. Enfin, je devrais plutôt dire moins mal dormi.

Paris,Tour Eiffel,Montmartre,Champs Elysées,canal Saint-  Martin,Pink Flamingo,mölkky,FNAC,Novotel,Ibis   Budget,FNAC,Bobourg,bonto,E Leclerc

Le lendemain, après un petit-déjeuner sympa avec notamment de l'excellent jus de pomme et d'orange et une macédoine de fruits maison (mais pas de pain au chocolat), nous avons pris la direction de Montmartre que nous avons rejoint par le funiculaire car ma femme souffrait d'une légère contracture à la jambe. Nous y avons passé la matinée et y avons mangé un pain saucisse dans un petit parc bien agréable.

En quittant le quartier, nous avons vu une série de joueurs de bonto. Je savais que ce jeu était une arnaque - raison pour laquelle il est illégal - avec des complices qui sont la pour donner l'impression qu'il est possible d'y gagner. Mais je pensais que c'était juste parce que ces joueurs étaient les rois de la manipulation. J'ai découvert naivement que ces manipulations allaient en fait jusqu'à la tricherie lorsque j'ai vu l'un d'eux proposer à un enfant (un complice ?) de montrer, sans miser, l'endroit ou il imaginait le palet gagnant. L'arnaqueur a ensuite retourné un à un les deux autres palets, montrant qu'ils n'étaient pas gagnants et disant à l'enfant qu'il aurait gagné. Sans réfléchir, une jeune femme a rapidement sorti de son sac un billet de 50 euros qu'elle a commencé à tendre. L'arnaqueur lui a alors arraché des mains avant de retourner le dernier palet qui était, selon toute logique, gagnant ... et lui montrer qu'elle avait perdu !

Paris,Tour Eiffel,Montmartre,Champs Elysées,canal Saint-  Martin,Pink Flamingo,mölkky,FNAC,Novotel,Ibis   Budget,FNAC,Bobourg,bonto,E Leclerc

Nous avons alors pris la direction de la tour Eiffel pour la montrer à notre fille et avons choisi de la découvrir via le trocadéro pour en avoir une vue d'ensemble. Notre fille a été ébahie lorsqu'elle l'a découverte et je dois dire que moi qui l'avait déjà vue une quinzaine d'années plus tôt, j'ai de nouveau été impressionné par la grandeur de la structure. Comme la jambe de ma femme, un peu trop sollicitée durant ces dernières 24 heures, lui posait de plus en plus de problèmes, que nous étions de toute façon fatigués (la marche, la canicule et la nuit difficile), et que la file ne semblait pas énorme, nous avons fait le choix de monter sur la tour Eiffel immédiatement plutôt que le lendemain matin. De fait, nous n'avons du attendre qu'une heure pour atteindre le second étage et 45 autres minutes pour rejoindre le troisième ou nous avons pu découvrir une vue de Paris à 360° particulièrement époustouflante même si la vue du deuxième étage était déjà incroyable. Etonnamment, je n'ai pas souffert du vertige malgré le fait que je me retrouvais à près de 300 mètres du sol. Probablement parce que les rambardes empêchent toute chute, volontaire ou pas.

Le plus dur fut malheureusement de redescendre de ce troisième étage. Relativement compressés, sans boisson vu que nous avions épuisé nos réserves et sans possibilité d'en acheter, même à prix d'or, nous avons passé près d'une heure très pénible à attendre l'ascenseur. Heureusement, la descente suivante, pour rejoindre la terre ferme, ne nécessita qu'une dizaine de minutes d'attente.

Nous avons ensuite fait le choix, alors qu'il n'était pas loin de 18h, de gagner le quartier de l'île Saint-Louis pour prendre un verre au même endroit que la veille avant de regagner notre hôtel peu avant 20h non sans être passé par le Carrefour Market tout proche pour y acheter de nouvelles boissons. A ce sujet, j'ai d'ailleurs calculé qu'à nous 3, nous avions du boire quelque chose comme 11 à 12 litres de liquide sur l'ensemble de la journée. Et
cela tout en étant resté "à sec" pendant près d'une heure au sommet de la tour Eiffel.

Pour terminer la soirée, nous sommes allé souper dans un restaurant japonais tout proche avant de passer une seconde nuit un brin meilleure du fait que nous avons fait le choix de dormir dès le début avec la fenêtre ouverte.

Initialement, nous avions prévu de ne quitter Paris qu'en début d'après-midi. Mais vu le problème à la jambe de ma femme, vu les 2 journées éprouvantes liées à la canicule et la nouvelle journée caniculaire annoncée et vu que nous avions vu tout ce pourquoi nous étions la - c'est d'ailleurs pour cette raison que nous avions finalement fait le choix de visiter la tour Eiffel la veille après-midi - , nous avons choisi de changer nos plans.
Nous avons ainsi quitté l'hôtel le lendemain peu avant 9h après une dernière petite déception au petit-déjeuner liée aux croissants qui n'était pas frais car datant de la veille et nous avons fait le choix de rentrer en prenant notre temps. Tout d'abord en évitant les autoroutes et surtout en cherchant une grande surface E. Leclerc ou nous pourrions nous adonner à l'un de nos péchés mignons, la découverte de produits que l'on ne trouvent pas chez nous.

C'est peu avant Soissons que nous avons trouvé notre bonheur. Outre des produits "inédits" pour nous, nous avons acheté des tartines que nous avons mangées dans une petite clairière à quelques  kilomètres de la.

Nous avons ensuite repris la route et sommes rentrés suffisamment tôt que pour installer le climatiseur dans notre chambre (ou il faisait 28,8° à notre arrivée) et enfin passer une nuit reposante au frais après 2 nuits de torture à Paris.

04/08/2013

Journée à Blankenberge

Ce samedi 8 juin, nous sommes allé passé la journée à la mer. Cela faisait longtemps que nous en avions envie mais le temps pourri que nous connaissons depuis le début de l'année nous en avait empêché jusqu'ici.

En fin de compte, nous n'avons pas été spécialement gâté avec une température de seulement 16° - alors que la météo en prédisait 20 - et un fort vent augmentant l'impression de froid malgré le soleil assez souvent présent. Mais le plus frustrant fut de découvrir, en rentrant, que le reste de la Belgique avait profité d'une agréable température de plus de 25°.

Comme à notre habitude depuis quelques années déjà, nous avons d'abord pris la direction de Nieuport pour y acheter du poisson avant de nous rendre à Blankenberge, la station balnéaire que Maud fréquentait assidument durant son enfance et ou nous n'étions plus retourné depuis plusieurs années.

Arrivés vers 13h, nous nous sommes rendu au restaurant-friterie De Minuut ou nous allons systématiquement lorsque nous sommes à Blankenberge.

mer,Nieuport,Blankenberge,De Minuut,glace,embouteillage,travaux

Après une ballade sur la digue, nous nous sommes reposé au soleil, à l'abri du vent, pendant que Kristen faisait du cuistax. Nous sommes ensuite allé mangé une glace, autre passage obligé à la côte, ou j'ai pu apprécier 2 gouts particulièrement originaux, vodka-redbull et baileys. Après une nouvelle ballade, nous sommes allé prendre un verre en terrasse.
Quelques achats plus tard chez un traiteur pour ramener l'une ou l'autre spécialité et il était déjà temps de reprendre la route du retour.

A noter, à l'aller, un embouteillage de 4 km pour cause de travaux nous faisant perdre plus de 30 minutes. La veille, parti de La Louvière, j'étais allé recherché ma femme à Bruxelles pour aller ensuite souper chez mes beaux-parents à Liège avec un retour via Namur par l'autoroute de Wallonie. Et bien figurez vous que sur chacun des tronçons (entre La Louvière et Bruxelles, Bruxelles et Liège, Liège et Namur et Namur et La Louvière) j'ai rencontré des embouteillages dus à des travaux. Comme quoi le réseau belge a particulièrement souffert de l'hiver.

24/07/2013

Nos vacances au Futuroscope et sur l'île d'Oléron

Le mercredi 3 avril, après quelques jours de repos bien nécessaire, nous avons pris la route direction Chasseneuil-du-Poitou, la localisation exacte du parc du Futuroscope. Et comme il n'y avait que 5 heures de route, nous avons fait le choix de partir vers 9h et de prendre le chemin le plus direct - l'autoroute - malgré les
risques d'embouteillage à Paris. Nous n'y avons finalement perdu qu'un bon 1/4 heure ce qui fait que peu après midi, il ne restait déjà plus que 2h de route. Nous avons alors fait le choix de terminer le trajet via les routes nationales. D'une part parce que cela permettait d'économiser à la fois du carburant et des frais de péage mais surtout parce que cela serait plus pittoresque.

Chasseneuil-du-  Poitou,Chasseneuil,Poitiers,Futuroscope,La Pataterie,Lady Ô,Nolwen   Leroy,Auchan,KFC,Royan,Les Voiles Blanches,Oléron,Le Château-  d'Oléron,La Cotinière,Quick,péage

Alors que le gps indiquait qu'il ne restait plus que 3/4h avant l'arrivée à Chasseneuil, je m'étonnais de ne pas encore avoir aperçu le moindre panneau indiquant Poitiers. C'est la que nous nous sommes rendu compte de mon erreur.
Lorsque j'ai programmé le gps le matin, je n'ai pas trouvé Chasseneuil-du-Poitou mais simplement Chasseneuil. Bien que sachant qu'en France de nombreux lieux portent le même nom dans des régions différentes je ne me suis pas inquiété car la distance et la durée annoncée du voyage etaient sensiblement identique à ce que j'avais vu sur google maps tandis qu'à l'échelle de la carte sur le petit écran de mon gps, la localisation de l'endroit, près de Poitiers, correspondait.
En reprogrammant le gps sur Poitiers, j'ai ainsi découvert que nous nous dirigions à peu près 100 km trop à l'est. Et c'est donc en ralant sur ma bétise que nous sommes finalement arrivés à l'hôtel vers 18h.

Heureusement, la qualité de la chambre, petite mais agréable et surtout le souper, au restaurant de l'hôtel, nous a remis de bonne humeur.

Chasseneuil-du-  Poitou,Chasseneuil,Poitiers,Futuroscope,La Pataterie,Lady Ô,Nolwen   Leroy,Auchan,KFC,Royan,Les Voiles Blanches,Oléron,Le Château-  d'Oléron,La Cotinière,Quick,péage

Le lendemain, après un petit déjeuner extrêmement varié, nous avons passé toute la journée au parc ou nous avons fait la quasi totalité des attractions qui nous intéressaient avec la plupart du temps un temps d'attente de seulement 5 à 10 minutes. Il faut dire que nous étions hors saison et qu'il ne faisait pas spécialement beau avec
seulement 5° le matin et une pluie fine l'après-midi. Vers 17h, nous avons choisi de regagner l'hôtel pour laisser quelques attractions inédites pour le lendemain mais aussi parce que nous commençions à saturer.N'empêche que pour une prochaine fois, nous savons désormais que le parc peut se visiter en une seule journée dès le moment ou il n'y a pas affluence.

Pour le repas du soir, nous avons choisi de découvrir une chaine de restauration dont ma femme avait vu un reportage à la télé, la Pataterie, ou nous nous sommes régalés.

Nous sommes ensuite retournés au parc pour découvrir le spectacle son et lumière, Lady Ô  conté par Nolwen Leroy. En 3 visites, c'était la première fois que j'assistais au spectacle du soir et je dirais que je l'ai trouvé bien sans plus du fait que je m'attendais à quelque chose de plus spectaculaire avec plus d'effets spéciaux et de jeux de lumière.

Le vendredi, puisqu'il ne nous restait plus beaucoup d'attractions à découvrir, nous avons fait le choix de prendre le temps. Nous sommes ainsi allé faire un tour dans le magasin Auchan tout proche. Un peu pour y découvrir les produits originaux (notre péché mignon) mais surtout pour acheter de quoi "pique niquer". Nous avons ensuite mangé dans la chambre avant de prendre la direction du parc ou il nous restait 3 attractions inédites à faire. Nous en avons également profité pour refaire celles qui nous avait plu le plus comme l'incontournable Vienne Dynamique et l'attraction désignée comme la meilleure attraction du monde, Arthur, l'aventure 4D.
Enfin, en soirée, nous sommes allé manger au KFC.

Chasseneuil-du-  Poitou,Chasseneuil,Poitiers,Futuroscope,La Pataterie,Lady Ô,Nolwen   Leroy,Auchan,KFC,Royan,Les Voiles Blanches,Oléron,Le Château-  d'Oléron,La Cotinière,Quick,péage

Le samedi 6 avril, nous avons pris la direction de l'île d'Oléron via Royan ou nous avons décidé de passer le début d'après-midi vu que nous n'avions que 2 heures de route et que nous n'avions la location qu'à partir de 16h. Dommage qu'il faisait gris et froid et que nous étions hors saison car avec le soleil et un peu d'animation, Royan doit être un lieu de villégiature très sympa.

Nous y avons mangé sur le port au restaurant Les Voiles Blanches que nous avons choisi pour l'originalité de son plat du jour, une brochette de magret de canard, caramel de pêche, frites et salade.

Chasseneuil-du-  Poitou,Chasseneuil,Poitiers,Futuroscope,La Pataterie,Lady Ô,Nolwen   Leroy,Auchan,KFC,Royan,Les Voiles Blanches,Oléron,Le Château-  d'Oléron,La Cotinière,Quick,péage

Vers 16h nous sommes arrivés au Château-d'Oléron ou se trouvait le petit logement que nous avions réservé pour la semaine. Petite bicoque super acceuillante pour 4 personnes.

Pendant les 3 jours suivants, nous avons sillonné l'île d'est en ouest et du nord au sud avec comme coup de coeur le village de La Cotinière, pour son port et ses quelques commerces et celui du Château-d'Oléron pour son petit centre commerçant, sa halle et son marché quasi quotidien, sa rue de restaurants près du port, sa forteresse et son joli sentier de promenade qui part de cette dernière pour rejoindre la plage.

Mercredi, le temps s'est mis à la pluie mais avec une alternance d'éclaircies qui nous ont permises de faire quelques balades contrairement au jeudi ou ce fut la cata avec de la pluie non stop du réveil jusqu'à 17h. Heureusement le lendemain, pour notre dernier jour sur place, le temps s'est remis au beau ce qui nous a permis d'aller promener dans nos 2 endroits préférés de l'île. Le matin au Château d'Oléron ou nous avions décidé de prendre le repas de midi et l'après-midi à la Cotinière ou nous avons pris le dessert sous la forme d'une dégustation d'une coupe de glace et ou nous avons fait nos derniers achats de souvenirs et autres cadeaux pour la famille car c'est à cet endroit de l'île que se trouvait la plus grande concentration de boutiques de souvenirs et de commerces horeca.

Chasseneuil-du-  Poitou,Chasseneuil,Poitiers,Futuroscope,La Pataterie,Lady Ô,Nolwen   Leroy,Auchan,KFC,Royan,Les Voiles Blanches,Oléron,Le Château-  d'Oléron,La Cotinière,Quick,péage

Nous avons également profité de notre séjour pour nous promener sur les différentes plages de l'île avec une nette préférence pour celle localisée entre Boyardville et La Brée-les-Bains du fait de la grande variété de coquillages qui s'y trouvaient et un joli moment sur celle située au sud de Saint-Trojan-les-Bains parce qu'avec Kristen - Maud n'avait pas les chaussures adaptées - non sommes allés jusqu'au bord de l'eau à marée basse et que nous avons du nous dépêcher de revenir car la mer remontait à vue d'oeil.
Certes pas à la vitesse d'un cheval au galot, mais nettement plus vite qu'en Mer du Nord ce qui était impressionnant.

Durant toute la semaine et plus particulièrement pendant les 2 jours de pluie, nous avons aussi fait le tour des grandes surfaces de l'île. E. Leclerc, Super U, Netto, Intermarché et même les surgelés Picard. On ne comptait évidemment rien y acheter mais vu que c'était la première fois que nous voyions un magasin de cette enseigne, nous voulions découvrir les produits qu'il proposait.

Enfin, nous nous sommes adonnés à notre péché mignon: (bien) manger. C'est ainsi qu'outre la découverte de produits régionaux achétés en magasin et consommé dans notre petit pied à terre, nous nous sommes offert 2 autres sorties restaurant - après celles de Poitiers et de Royan - dont je parlerais dans mon prochain article.

Le samedi 13 avril, il était déjà temps de rentrer. Comme le logement n'était pas très grand et que nous n'avions "que" 7 heures de route à parcourir, nous avons fait le choix de profiter de nos vacances jusqu'au dernier moment. C'est donc le matin du dernier jour que nous nous sommes occupés de boucler nos valises, de charger la voiture et d'effectuer le rangement et le nettoyage de la maisonnette.
Peu après 9h, une heure de travail plus tard, nous avons pris la route. Vers 13h, nous avons quitté l'autoroute près d'Orléans pour aller manger chez Quick qui proposait 2 sandwiches non disponibles en Belgique qui nous tentaient tout particulièrement. Pour l'anecdote, ils y feront finalement leur apparition quelques semaines plus tard, ce qui n'est pas toujours le cas, raison pour laquelle nous avons assuré le coup vu que nous étions en France.

Hélas, la suite fut moins agréable car la traversée de Paris un samedi après-midi s'est passée nettement moins bien qu'un mercredi en fin de matinée. Et comble de malchance, sur la portion d'autoroute à péage située entre Paris et la Belgique, nous sommes tombé dans un bouchon causé par des travaux qui nous a fait perdre près d'1h. Nous avons donc payé pour un service que nous n'avons pas eu puisque nous serions rentrés plus tôt si nous avions fait le choix d'éviter les péages.
A ce sujet, petite digression. Je trouve que les usagers devraient bénéficier d'une réduction du tarif, voire carrément de la gratuité dans certains cas extrêmes, en cas de retard causé par des travaux initiés par le gestionnaire d'autoroute ou surtout par une trop grande affluence car, dans ce dernier cas, cela revient à vendre plus de place que la disponibilité. Un cinéma, un musée, un club de football ou encore un restaurant ne délivre pas plus de place que la capacité du lieu de réception, pourquoi les sociétés de gestion des autoroutes peuvent-elles toucher la totalité de leurs revenus lorsqu'elle ne peuvent pas offrir le service pour lequel on paye, à savoir la rapidité ? D'autant aussi que certaines sociétés d'autres moyen de transport, comme le train ou l'avion, sont tenues de dédommager leurs clients en cas de retard trop important ! Fin de la digression.

C'est donc particulièrement fatigués que nous sommes finalement arrivés un peu après 20h, soit quelques 2h-2h30' plus tard qu'escompté.

Pour conclure, je signalerais qu'à l'exception d'une journée très ensoleillée à 25°, nous n'avons eu qu'un maximum de 17° sur l'île d'Oléron, pourtant réputée pour bénéficer d'un temps plus clément que la moyenne nationale. Mais en choisissant de partir début avril, nous n'attendions évidemment pas de telles températures et avons été content de nos vacances si ce n'est le deuxième jour de pluie qui était celui de trop. Surtout qu'à ce moment la, la météo annonçait pour le lendemain, soit notre dernière journée sur place, un temps identique ce qui nous aurait amené à terminer nos vacances sous la pluie.

N'empêche, vu l'hiver interminable que nous venons de vivre, nous songeons à inverser, l'an prochain, l'ordre de nos vacances: un voyage en avion pour une destination ensoleillée à Pâques et un voyage en voiture pour une destination "plus proche" - je devrais dire moins lointaine - au mois d'août.

22/02/2013

Nos prochaines vacances: le Futuroscope, Oléron et Bodrum

Même si nous avons pris l'habitude  de choisir plusieurs destinations pour nos vacances, il n'est évidemment pas question de faire suivre une semaine sur l'île d'Oléron par un séjour à Bodrum lors d'une même période. Ce sont bien évidemment des vacances distinctes.

En fait, puisque nous savions précisément ou nous voulions aller, nous avons profité des dernières vacances de Noel pour déjà réserver à la fois nos vacances de Pâques et nos grandes vacances. Histoire d'avoir un choix de location plus large et de profiter des réductions pour réservations rapide.

Futuroscope,ile de Ré,ile d'Oléron,Poitiers,hôtel Ibis,Bodrum,Turquie,Jetair,Thomas Cook, Isil Club Milta, Aruba, Tamarijn

Cela faisait quelques temps que j'avais envie de retourner au Futuroscope que j'ai déjà eu l'occasion de visiter par deux fois, la première avec mes soeurs, la seconde avec ma chère et tendre que je ne connaissais pas encore lors de ma première visite. J'avais à chaque fois couplé ce déplacement avec un séjour sur l'île de Ré tout en sachant que l'envie de découvrir l'île d'Oléron toute proche était déjà présente.

Alors, lorsque j'ai proposé à Maud de retourner dans ce parc, maintenant que Kristen, bientôt 8 ans, a l'âge d'également en profiter, elle s'est montrée d'autant plus emballée qu'étant enceinte lors de notre première visite, elle n'avait pas pu profiter pleinement de toutes les attractions et en particulier la Vienne dynamique. Et c'est tout naturellement que cette fois, nous avons choisi d'associer ce séjour avec la découverte de l'île d'Oléron.

Futuroscope,ile de Ré,ile d'Oléron,Poitiers,hôtel Ibis,Bodrum,Turquie,Jetair,Thomas Cook, Isil Club Milta, Aruba, Tamarijn

Après une rapide recherche sur le site de location entre particuliers abritel, nous sommes tombés sous le charme d'une ravissante petite maison-duplex en pierres de 2 chambres située dans un ancien corps de ferme. Les vacances de Pâques étaient ainsi rapidement finalisée, la réservation au Futuroscope et sa grande offre d'hôtel à proximité ne constituant plus qu'une petite formalité que j'ai finalement effectuée il y a quelques jours en réservant 2 journées au parc et 3 nuits à l'hôtel Ibis situé sur le site ... du Futuroscope.

Futuroscope,ile de Ré,ile d'Oléron,Poitiers,hôtel Ibis,Bodrum,Turquie,Jetair,Thomas Cook, Isil Club Milta, Aruba, Tamarijn

Pour ce qui est des vacances d'été, cela a été tout aussi vite. Il faut dire que la aussi, nous savions ou nous voulions aller puisque l'an passé, au moment de partir à Santorin, Maud avait initialement proposé de retourner à Bodrum ou elle avait passé ses dernières vacances avant notre rencontre. Vu qu'en last minute, le choix n'était pas très vaste, nous avions convenu d'y aller cette année pour que son retour se passe dans les meilleures conditions. Et c'est ainsi que peu après Noel, nous sommes allé à notre agence habituelle après avoir fait une sélection de 5 hôtels parmi les catalogues Jetair et Thomas Cook en sachant que nous étions à la recherche d'une formule similaire à celle choisie lors de nos vacances à Hurghada, soit un hotel de taille moyenne avec piscine, aqua park et un vaste choix de restaurants. En demandant conseil aux 2 employées de l'agence, un hôtel est ressorti comme étant le plus beau de Turquie pour l'une, l'un des plus beaux pour l'autre. Bien entendu, j'imagine dans sa catégorie ou parmi tous les hôtels proposés dans les différents catalogues.

Futuroscope,ile de Ré,ile d'Oléron,Poitiers,hôtel Ibis,Bodrum,Turquie,Jetair,Thomas Cook, Isil Club Milta, Aruba, Tamarijn

C'est donc à l'hôtel Isil Club Milta à Bodrum que nous passerons une douzaine de jours de farniente au mois d'août prochain. Il ne dispose certes que de 2 restaurants à la carte en plus du principal mais celui-ci propose un choix tellement varié de plats (enfin, c'est ce qu'annonce la brochure) qu'il nous sera possible de manger très varié. Un peu comme lors de nos premières vacances hors Europe, il y a déjà 9 ans ou l'hôtel Tamarijn à Aruba ne proposait que 3 ou 4 restaurants mais dont le principal offrait chaque jour un buffet avec un thème différent (caribéen, mexicain, barbecue, italien, asiatique, international, ...) ce qui fait que nous n'avons finalement pas ressenti le besoin de fréquenter les autres.

14/08/2012

Mini-Europe à Bruxelles

La visite chez Léon m'a donné l'idée d'organiser une petite excursion en famille sur Bruxelles, histoire de ne pas faire le déplacement uniquement pour aller au restaurant. Et mon choix s'est porté sur Mini-Europe. D'une part parce que cela me tentait depuis longtemps. D'autre part parce que je me doutais que cela nous plairait. Enfin parce que depuis 1 an, on parle de la possible fermeture du parc pour y contruire des bureaux et un centre commercial je crois, qui seraient évidemment nettement plus rentable pour les propriétaires du site dont Mini Europe n'est apparamment que locataire. Il ne fallait donc plus trop tarder pour y aller.

Mini-Europe,Bruxelles,Dinant,Montmartre,Pise,Paris,Séville,Budapest,Londres

Le prix d'entrée n'est pas nécessairement donné (13.80 euros pour les adultes, 10.30 pour les enfants) mais il faut savoir qu'une maquette a un cout moyen de 75000 euros. Et pour ce prix, le livret explicatif est offert.

Nous n'avons pas eu l'après-midi ensoleillée que les prévisions météorologiques nous promettait et ce n'est pas plus mal. Se promener sous le soleil et la chaleur pendant plus d'une heure aurait été moins agréable. Le ciel couvert et la douceur des températures nous convenaient parfaitement à partir du moment ou il n'a pas plu, les premières goutes survenant alors que nous avions déjà quitté le parc et que nous étions à l'abri dans la voiture.

J'ai beaucoup apprécié ce petit tour d'Europe (et de Belgique) que nous avons fait en 75 minutes environ.
Avec pas mal de maquettes que j'ai beaucoup aimées. Au point de ne pas savoir lesquelles sélectionner. J'ai donc fait le choix, une fois n'est pas coutume, d'illustrer cet article avec beaucoup de photos.

Mini-Europe,Bruxelles,Dinant,Montmartre,Pise,Paris,Séville,Budapest,Londres

A commencer par Bruxelles, sa Grand-Place et son tapis de fleurs et Dinant, sa collégiale et sa citadelle.

Mini-Europe,Bruxelles,Dinant,Montmartre,Pise,Paris,Séville,Budapest,Londres

J'ai aussi aimé voir certains endroits que nous avons déjà eu l'occasion de visiter le site de la tour Pise ou l'église du Sacré-Coeur sur la butte de Montmartre, à Paris. Le tout à côté de l'omniprésent Atomium qui apparait sur beaucoup de photos vu que le parc se situe quasiment à ses pieds.

Mini-Europe,Bruxelles,Dinant,Montmartre,Pise,Paris,Séville,Budapest,Londres

En restant à Paris, il y a bien entendu aussi la Tour Eiffel, avec à ses pieds le tunnel sous la Manche.

Mini-Europe,Bruxelles,Dinant,Montmartre,Pise,Paris,Séville,Budapest,Londres

La plupart des maquettes, réalisées à l'échelle 1/25è, valent le détour, même si certaines concernent des endroits plus méconnus. Mais s'il fallait faire un choix, les 2 que je retiendrais seraient celle du tunnel sous la manche, pour son côté kitsch et celle de la Plaza de Toros à Séville pour la minutie de sa réalisation (cela ne se voit pas nécessairement sur la photo mais chaque spectateur est un petit personnage en plastique ce qui signifie qu'il doit y en avoir des centaines).

Mini-Europe,Bruxelles,Dinant,Montmartre,Pise,Paris,Séville,Budapest,Londres

En fait, j'en ajouterais une troisième aussi, celle des bains Széchenyi à Budapest. Pour la beauté de l'endroit.

Mini-Europe,Bruxelles,Dinant,Montmartre,Pise,Paris,Séville,Budapest,Londres

Mais il y en a bien d'autres encore, comme le palais de Westminster et Big Ben à Londres.

Le parc présente également quelques modèles réduits en mouvement comme des bateaux ou des trains - le TGV notamment, que l'on peut d'ailleurs voir sur la photo du tunnel sous la Manche - qui circulent à travers les différents sites ainsi que quelques petits jeux en rapport avec les maquettes. Comme la possibilité de faire une course de vélo en tournant une manivelle ou encore de diriger un bateau télé commandé, la seule attraction payante.

06/08/2012

Nos prochaines vacances: Santorin (Grèce)

Après nos vacances principales au Vietnam lors des congés de Pâques, nous avions prévu de partir une petite semaine pas loin de chez nous sur les côtes françaises. Notre choix s'était porté sur la Baie de Somme dont  j'entend parler depuis plusieurs années du fait que plusieurs collègues y vont plus ou moins assidument. Ils avaient donc éveillé ma curiosité.
Suite à mes recherches d'un logement via un site de location entre particuliers, abritel.fr pour ne pas le nommer, notre choix s'était finalement porté sur un appartement en bord de mer situé à Cayeux-sur-Mer, village dont j'avais lu qu'il disposait de tous les commerces nécessaires comme une petite superette, une boulangerie, une boucherie et même une poissonnerie.
Mais avant de réserver, j'ai utilisé google maps pour visualiser les lieux et voir à quelle distance de ces commerces se trouvait l'appartement convoité. C'est ainsi qu'en nous baladant virtuellement dans les rues de Cayeux-sur-Mer, nous avons eu la déception de découvrir un village relativement triste et peu vivant. Et même si l'objectif était de rayonner pour découvrir les villages environnant, nous recherchions quand même un camp de base plus touristique ou il aurait été agréable de se promener le soir sans faire des balades monotones et répétitives.

Nous avons donc décidé de chercher ailleurs. A Boulogne sur Mer, au Touquet ou à Berck-Plage, autant de stations balnéaires plus fréquentées. A ce moment la, nous devions être à la mi-juin. il nous restait quelque chose comme 2 mois avant la date prévue pour le départ ce qui fait que, déçu par toute cette énergie dépensée pour rien, les recherches du logement m'ayant pris pas mal de temps, je ne me suis pas mis en quête d'une autre location tout de suite.

Les semaines qui ont suivi ont eu tendance à donner raison aux météorologistes qui prévoyaient un été décevant ce qui a amené Maud à ne plus avoir envie de partir près de chez nous pour ne pas risquer de passer une semaine triste sous la pluie, voire même dans le froid. Personnellement, étant moins pessimiste qu'elle sur le sujet, je n'étais pas spécialement partant pour un changement de plan. Mais un week-end dantesque vers la mi-juillet, ou il a du pleuvoir autant qu'en un mois normal, a fini par me rallier à sa cause.
Et ce n'est pas la météo nettement meilleure que nous connaissons en ce début de mois d'âout ni les prévisions rassurantes concernant la troisième décade du mois, celle ou nous partons, qui pouvait encore nous faire changer d'avis.

Baie de Somme,Cayeux-sur-Mer,Turquie,Bodrum,Jetair,Grèce,Santorin,Afroditi,Kamari

Maud aurait bien voulu aller en Turquie et plus particulièrement dans la région de Bodrum ou elle a passé des vacances idllyques peu avant de me rencontrer et ou elle rêve de retourner depuis plusieurs années. Mais à seulement 2 semaines du départ envisagé, je lui ai dit que le choix serait fatalement limité. Alors pour mettre toutes les chances de son côté pour qu'elle ne regrette pas ce retour, je lui ai donc proposé de faire de ce pays nos vacances principales l'année prochaine. En nous y prenant suffisamment à l'avance, nous aurons ainsi un choix nettement plus étendu tout en ayant la possibilité de choisir un séjour plus long.

Ce vendredi je me suis rendu à notre agence de voyage habituelle avec l'idée de voir ce qu'ils avaient à nous proposer sur Malte, Chypre ou la Crète. J'en suis revenu avec la décision de choisir parmi les îles grecques, hormis la Crête. Et en consultant les offres last minutes sur le site Jetair, un nom m'a tout de suite parlé, tout comme cela avait été le cas avec Aruba il y a 8 ans, Santorin. Je me suis en effet rappelé les films que le chanteur Antoine avait consacré sur les îles qu'il avait eu la chance de visiter en bateau et dans lequel il encensait Santorin, disant si je ne me trompe pas qu'il s'agissait d'une des plus îles de la Méditerranée.

Après avoir quand même hésité avec un hôtel sur l'île de Corfou et un autre sur l'île de Chios, c'est finalement l'hôtel Afroditi sur l'île de Santorin que nous avons choisi pour une semaine de vacances fin août. Hôtel qui nous a surtout séduit par sa situation juste à côté d'un petit village fréquenté, Kamari, proposant une jolie promenade en bord de mer et des tas de commerces dont une cinquantaine de restaurants. Raison qui nous a fait abandonné l'idée de choisir une formule all inclusive pour une formule demi-pension.

24/06/2012

Rétro 05&06-2011 - HendHonf, nos vacances à Hendaye et près d'Honfleur

Fidèles à nos habitudes, en 2011, nous sommes partis en vacances vers 2 lieux de villégiature. L'idée première était de découvrir le Sud-Ouest. C'est ainsi que nous avons passé une semaine, du 21 au 28 mai, à Hendaye, la dernière ville française de la côte atlantique avant l'Espagne.

Le trajet, quoiqu'un peu long, s'est très bien passé si ce n'est un bout de nationale à 2 voies après Bordeaux ou le trafic était ralentit par des convois de camions, essentiellement espagnols et portugais, se dépêchant de rejoindre l'Espagne pour éviter l'interdiction de circuler en France le dimanche. Mais outre la longueur du trajet, je n'ai pas apprécié du tout le prix abusif du péage qui dépassait les 72 euros. A tel point que le jour ou nous retournerons dans la région, nous ferons le déplacement en 2 jours en les évitant, l'argent ainsi économisé servant à nous offrir une nuit d'hôtel ce qui nous permettra de faire un voyage beaucoup plus pittoresque et sympathique.

Hendaye,péage,Saint-Jean de Luz,San Sebastian,Ablon,Honfleur,Coxyde,pizza

Nous avons essentiellement visité la proche région avec les villes de Biarritz, que nous avons jugée trop guindée et trop chic, Saint-Jean de Luz, notre coup de coeur, Bayonne, pas mal aussi, San Sebastian en Espagne, hélas sous la pluie, le village de Fontarabie en Espagne également, de l'autre côté de la rivière qui fait office de frontière et que nous avons rejoint en bateau, ainsi que l'arrière pays avec le village d'Espelette, que nous ne pouvions pas éviter, en amateur de cuisine que nous sommes, et le petit train de la Rhune.

A San Sebastian, nous avons constaté une chose étonnante que nous n'avions jamais vue. Habituellement, ce sont les cours d'eau qui se jettent dans la mer. Ici, par contre, la force de l'océan Atlantique donnait l'impression que c'était lui qui rentrait dans les terres.

A noter aussi une météo assez particulière puisque si nous n'avons eu qu'un seul jour de pluie, le jeudi, à San Sebastian donc, nous avons alterné une journée chaude et ensoleillée avec une journée plus fraiche (maximum 20°) et couverte. Avec le record de contraste entre le mercredi ou, sur le petit train à crémaillère de la Rhune qui nous a mené au sommet de ... la Rhune, sommet mythique du Pays Basque culminant à 905 mètres d'altitude, nous avons dépassé les 30° sous un soleil forcément de plomb alors que le lendemain nous nous retrouvions dans le froid et la pluie.

Pour notre seconde semaine de vacances, l'idée première était de faire 60 à 70 % du chemin de retour et de passer quelques jours à l'hôtel. Séjour que nous avons vite décidé de transformer en une semaine en location. Et en regardant la carte j'ai constaté que la Normandie, qui était également une destination que nous n'avions jamais faite et qu'il nous tardait de découvrir, était dans la zone ciblée.

En fait, ce n'est que le samedi 28 mai, en faisant le trajet nous menant de Hendaye à Ablon, petit village près de Honfleur, que je me suis rendu compte que je m'étais un peu planté sur les distances, je me demande encore comment, puisque nous avions près de 850 km et 9 heures de route à parcourir. Résultat une seconde journée entière passée sur la route. Mais en voyant le bon côté des choses, cette erreur nous a permis d'enfin découvrir la belle région de Normandie que nous ne connaissions pas tandis que le voyage de retour ne serait plus qu'une formalité avec seulement 3 petites heures de route.

Hendaye,péage,Saint-Jean de Luz,San Sebastian,Ablon,Honfleur,Coxyde,pizza

Et ce petit désagrément a vite été oublié lorsque nous avons découvert notre logement, une jolie maisonnette 3 chambres parfaitement équipée nichée dans un petit vallon et entourée de différents animaux, à quelques kilomètres de l'océan ou nous avons passé la semaine jusqu'au 4 juin.

Hendaye,péage,Saint-Jean de Luz,San Sebastian,Ablon,Honfleur,Coxyde,pizza

La nous avons découvert Trouville et son très beau marché, Deauville, ses planches et ses visiteurs huppés, Cabourg et Pont-l'Evêque, beaucoup plus petits que ce que nous imaginions, Etretat, notre coup de coeur de la semaine, et ses magnifiques falaises, sans oublier Honfleur, agréable petite ville ou nous sommes souvent allé nous promener. Nous avons également voulu découvrir la grosse ville du coin, Le Havre, mais avons été déçu car il était difficile d'y circuler du fait des nombreux travaux en cours. Nous avons également emprunté le pont de Tancarville et surtout celui très impressionnant de Normandie.

Hendaye,péage,Saint-Jean de Luz,San Sebastian,Ablon,Honfleur,Coxyde,pizza

Durant ces 2 semaines, outre les visites déjà décrites, nous avons pu nous adonner à certains passe-temps que nous apprécions comme la découverte de nouveaux produits dans des enseignes comme Super U, Leclerq ou encore Eroski en Espagne et de bons petits restos à Saint-Jean de Luz et à Honfleur notammant. A noter aussi, dans le même registre les pizzas originales proposées dans le Sud-Ouest comme la Royale Magret de Maud, composée de sauce tomate, champignons, fromage, crème fraîche, magret de canard, foie gras et origan et la Gastronome avec chutney de figue, poires, fromage, salade, pépites de foie gras frais (poêlé), noix, jambon de Bayonne et copeaux de parmesan que j'ai choisie dans une pizzéria de Hendaye, Chez Snacky, qui ne payait pourtant pas de mine.

Encore une fois, nouvelle découverte de très beaux lieux de villégiature ou nous retournerons si nous en avons l'occasion. Probablement pas au même endroit en ce qui concerne le sud-ouest et ce, même si nous avons adoré l'appartement de Hendaye, sans que sa situation au 4ème étage sans ascenseur ne soit un frein. Mais nous avons trouvé que la ville était un peu petite, avec un centre commerçant pas suffisamment grand, impliquant un manque de vie, surtout hors saison, ce qui fait que nous nous orienterions plus volontiers vers la ville de Saint-Jean de Luz, pas nécessairement plus grande mais plus animée.
Par contre, probablement exactement au même endroit en Normandie, tellement notre location, avec des propriétaires charmants, était parfaite, proche d'une ville, Honfleur, magnifique. D'autant aussi que, situé à seulement une heure de route en plus, c'est devenu une alternative intéressante, et moins chère, à la côte belge en général et à Coxyde en particulier que nous connaissons comme notre poche et ou nous n'avons plus nécessairement l'envie de passer une ou deux semaines.

06/06/2012

Nos vacances au Vietnam

Tout vient à point à qui sait attendre. Voici un petit, façon de parler, article sur nos vacances au Vietnam qui se sont déroulées du 1er au 13 avril dernier. L'arrivée tardive de cet article s'explique par le fait que sa rédaction m'a pris du temps et que j'ai du, au préalable, faire le tri des presques 1000 photos que nous avons prises sur place. Ainsi, après avoir éliminer les doublons et les ratées, j'ai renommé les quelques 657 photos numériques que nous avons choisi de conserver pour illustrer ce magnifique voyage. J'ai ensuite fait une seconde sélection, de 452 photos cette fois, pour la famille et les amis proches, en éliminant les photos trop personnelles ou répétitives avant de procéder à une dernière sélection de 312 photos à montrer aux collègues et connaissances qui ne sont pas nécessairement intéressés d'en voir un nombre astronomique.

Tout a super bien commencé avec le vol Vietnam Airlines Paris-Hanoi que nous n'avons pas vu passer. Nous avions en effet à notre disposition un écran tactile individuel qui nous a notamment permis de regarder des films, une sélection d'une douzaine de divers genres dont Abduction et Time Out passaient en boucle, et de jouer à des petits jeux tout simple datant certes de l'âge de la pierre informatique, comme le démineur ou space invader, mais le genre de jeux avec lesquels je peux jouer des heures sans m'en rendre compte.

Parti de Paris dimanche à 14h30', nous sommes arrivés à Hanoi lundi à 6h30', heure locale, sans avoir dormi étant donné que, vu le décalage horaire de 5 heures, c'est comme s'il n'était que 1h30' du matin.
C'est donc après une nuit blanche et 1h de retard pour cause de bagage perdu (à notre arrivée, une hôtesse attendait une demi-douzaine de voyageurs pour signaler que certains bagages - en ce qui nous concerne, une valise sur les 2 que nous emportions - n'avaient pas été embarqués à Paris et qu'ils arriveraient par le vol régulier suivant) que nous avons été accueillis par notre très sympathique guide francophone répondant au nom de Aïe (orthographe non garantie) et que nous avons commencé notre journée de découverte de la capitale, avec comme premières images dépaysantes, sa circulation, jugée plutôt légère par notre guide pour cause de jour férié.

Vietnam,Vietnam Airlines,Hanoi,baie d'Halong,Phan Tiet,Mui Né,coup de soleil,crevette,Forrest Gump

Nous avons ainsi visité la pagode Tran Quoc, près du lac Ouest, aussi appelé Ho Tay, à l'entrée de la ville, le mausolée d'Ho Chi Minh, le palais présidentiel et l'ancienne résidence d'Ho Chi Minh, la pagode au pilier unique et le temple de la littérature avant de terminer la matinée par la visite de l'ancienne prison, construite par les français pour incarcérer les prisonniers politiques qui y étaient torturés et détenus dans des conditions déplorables. Une visite qui a d'ailleurs un peu plombé l'ambiance car la découverte de ce lieu m'a fait pensé qu'il s'agissait, toute proportion gardée, de leur Auschwitz (ou tout autre camp d'extermination nazi) à eux.

Nous avons ensuite découvert notre hôtel, le Rosaliza, et sommes allé dîner dans l'un des restaurants proposé par notre guide, le Tonkin. Bonne cuisine mais pas très copieuse - rien à voir avec les restaurants asiatiques que l'on trouve chez nous ou il y a toujours moyen de manger 2 fois avec les quantités proposées - pour un prix plus élévé que la moyenne. Enfin, entendons nous, plus élévé que la moyenne vietnamienne car ce n'est pas la petite vingtaine d'euros dépensée pour 2 adultes et 1 enfant qui risquait de nous ruiner.

L'après-midi a ensuite été consacrée à une promenade d'une heure en rickshaw, les fameux pousse-pousse, dans le centre ancien de la ville, à la visite du temple de Ngoc Son et à un spectacle de marionnettes sur l'eau, qui a bien plu à notre fille, mais ou, comme prédit par notre guide et comme beaucoup de touristes fraichement débarqués de l'avion, nous avons piqué un somme.

A peine rentré à notre hôtel pour nous rafraichir, nous sommes ensuite sorti en soirée dans l'espoir de trouver un restaurant plus typique, le Tonkin étant plutôt un restaurant pour touristes, type de restaurants dont nous avions entendus parlé via les guides et les forums. Hélas, après avoir cherché en vain (pour cause de barrière de la langue et manque de pratique), nous sommes finalement revenus à l'hôtel ou on nous a servi un excellent repas.

Vietnam,Vietnam Airlines,Hanoi,baie d'Halong,Phan Tiet,Mui Né,coup de soleil,crevette,Forrest Gump

Le lendemain, nous avons pris la route pour Halong. Le seul moment de pluie de toutes ces vacances ce qui n'était pas trop gênant puisque nous étions en voiture. Et vers 13h, nous avons découvert le bateau sur lequel nous allions effectuer une croisière de 24 heures. Plus luxueux que ce à quoi nous nous attendions, avec des repas de qualité quasi gastronomique. Tout cela dans le cadre majestueux de la Baie de Halong.

Nous avons passé l'après-midi de mercredi en voiture pour rentrer à Hanoi en quittant cette fois la route principale pour découvrir la campagne et visiter une pagode.

Le soir, nous avons mieux préparé notre quête d'un restaurant puisque nous nous sommes rendu à pied dans le centre ville ou nous savions en trouver et que nous nous étions documenté via le guide du routard. Nous avons également été réserver notre excursion du lendemain, une découverte de la région de Ninh Binh ou j'avais appris en préparant notre voyage que l'on trouve la baie de Halong terrestre.

Vietnam,Vietnam Airlines,Hanoi,baie d'Halong,Phan Tiet,Mui Né,coup de soleil,crevette,Forrest Gump

Le jeudi, nous avons donc découvert la baie de Halong terrestre, la mer étant remplacée par des rivières. Avec un plus, les rizières au pied des rochers. Un paysage tout aussi magnifique que nous avons découvert en barque avec 2 rameuses pour nous véhiculer, une heure à l'aller, une heure au retour. Rameuses qui gâchent malheureusement un peu la balade en faisant le forcing pour nous vendre différents objets soi-disants fait main. L'impossibilité de quitter l'embarquation leur permettant d'insister jusqu'à obtenir, au moins partiellement, ce qu'elles veulent. Avec , pour enfoncer le clou, une arrivée ou elles arrêtent l'embarcation à quelques mètres du ponton pour demander leurs pourboires. Et si j'ai quitté la barque particulièrement énervé, avec le recul, cette ballade reste un beau souvenir vu le cadre idyllique.

Une fois rentré à Hanoi, nous avons découvert, conseillé par la réceptionniste de notre hôtel, un excellent restaurant typique, fréquenté par nombre de locaux, le Quan An Ngon.

Le lendemain, vendredi, il était déjà temps, après s'en être mis plein les yeux dans le nord du pays, de prendre la direction de la plage paradisiaque de Mui Né, près de la ville de Phan Thiet, à 200 km de Saigon, après un vol intérieur de 1h45' et surtout un voyage en minibus long de 5h.

Vietnam,Vietnam Airlines,Hanoi,baie d'Halong,Phan Tiet,Mui Né,coup de soleil,crevette,Forrest Gump,Quan An Ngon

Mais cela en valait la peine car nous avons passé la 6 jours excellents de farniente dans l'agréable Blue Ocean Resort avec au programme piscine, mer et repas. Et ce même si à midi, la température de 35° était difficilement tenable sous le soleil, que nous avons vite attrappé des coups de soleil (... parce que nous avions acheté de la crème solaire qui n'était pas waterproof et que nous avons ensuite eu toutes les peines du monde à en trouver sur place, la plupart des petits magasins et des pseudo-pharmacies en proposant, qui plus est des marques que l'on trouve chez nous, mais des lots périmés en octobre 2010 ou au mieux en janvier 2012).

Et même aussi si ma fille, ce qui peut paraitre logique, mais aussi ma femme, ce qui l'est moins car elle se réjouissait de faire une cure de cuisine vietnamienne, ont fini par se lasser de manger du riz à chaque repas. Heureusement, chaque restaurant local proposait des pâtes italiennes, des frites voire des sandwiches club, d'autres restaurants proposant des pizzas, celle que nous avons mangé étant même meilleure que celle que je viens de manger à la pizzéria récemment ouverte dans mon village. La chaleur ayant aussi eu raison de l'appétit de ma femme, cela l'amena à choisir systématiquement le plat le moins copieux de la carte, des crevettes. Au point que j'ai fini par la surnommer Forrest Maud, à l'instar du personnage de Forrest Gump dans le film éponyme et de la fameuse scène ou il énumère toutes les façons qu'il y a de cuisiner les crevettes (voir ici mon article sur le sujet).

Au final, de nouveau d'excellentes vacances durant lesquelles nous avons été vernis par le temps (dans le nord, nous nous attendions à un temps plutôt frais de l'ordre de 20° avec pluie et crachin en baie d'Halong alors que nous avons finalement eu un temps sec même si régulièrement couvert avec 25-28°), durant lesquelles nous avons découvert une culture tout à fait différente de ce à quoi nous sommes habitués en Europe, avec des gens particulièrement zen comme lorsque notre chauffeur a arrêté sa voiture à la sortie d'un virage 1 à 2 minutes le temps de faire recharger son gsm et d'essuyer ses lunettes sans qu'aucun des conducteurs bloqués derrière n'esquisse le moindre signe d'énervement. Et ce même si la manière de conduire implique de klaxonner à tout va. Des vacances ou nous avons été riches à millions vu qu'un euro valant plus de 25000 dongs, la monnaie locale, il en suffisait de 40 pour être millionnaire.

28/03/2012

(Courte) journée à la mer

Cela faisait plusieurs semaines que nous avions envie de passer une journée à la mer. Raison pour laquelle ce samedi 10 mars nous avons d'abord pris la route de Nieuport ou, c'est devenu une tradition, nous allons nous réapprovisionner en poisson frais.
Il faut dire que près du port de pêche, il y a 4 poissonneries alignées qui proposent des prix bien moindre que ceux que l'on trouve en supermarché, avec un choix plus étoffé.
Bizarrement les gens font toujours la queue jusqu'au dehors dans le magasin situé le plus à gauche alors qu'il n'y a quasi personne dans les 3 autres et qu'il est pourtant l'un des, si pas le, plus cher. Un gage de qualité, j'imagine. Nous, cela fait plusieurs années que nous avons trouvé notre bonheur dans celui de droite ou une majorité de  poissons en filets sont proposés à un prix inférieur à 10 euros du kilo. Nous en avons ainsi acheté pour 8 repas (du cabillaud 2x , merlan 2x, lieu jaune, vive, églefin et rouget) pour moins de 40 euros ce qui nous fait donc le repas poisson pour 2 adultes et un enfant à 5 euros.

Pour une fois, nous sommes partis relativement tôt ce qui fait que nous avons quitté Nieuport qu'il était à peine 11h, direction Coxyde. La, nous n'avons pas eu de peine à trouver à nous garer non loin de la rue commerçante principale ou nous avons flané en regardant les boutiques. Une fois arrivé sur la digue, nous y avons fait une petite ballade avant de nous diriger vers le restaurant ou nous avions décidé de manger, le Mozart. L'un de nos restaurants préférés à Coxyde. Il allait seulement être midi.

Vu qu'il y avait peu de monde lorsque nous sommes arrivés, nous avons été servis relativement vite ce qui fait que nous étions déjà sorti peu après 13h.

Nieuport,poisson,mer,Coxyde,Mozart,Saint-Idesbald

Ensuite, à la demande de notre fille, nous avons de nouveau pris la direction de la digue ou nous avons fait une petite ballade tandis qu'elle nous suivait en s'amusant dans le sable à ramasser des coquillages. Comme on peut le voir sur la photo, elle avait la plage pour elle toute seule. Nous n'avions ainsi jamais vu aussi peu de monde à Coxyde. Il faut dire que même s'il ne pleuvait pas, il ne faisait pas très beau tandis que la température ressentie était inférieure aux 10° qu'annonçait le thermomètre par la faute du vent qui n'était pas nécessairement très fort mais bien froid. Nous ne nous sommes donc pas attardés et avons repris le chemin du centre ville pour faire nos achats traditionnels, du pain chez Charlotte et quelques salades chez Bamelis.
Pour suivre, nous nous sommes dirigés vers Saint-Idesbald, la station balnéaire voisine pour y faire un autre achat tout aussi traditionnel, des steaks hachés au fromage, à la coxydoise et surtout au poivre vert à la Huize Blanckaert, un boucher que nous apprécions particulièrement.

A ce moment, il était seulement 15h30' et nous avions tout ce que nous étions venus chercher. Alors, comme Kristen était fatiguée et surtout que Maud était malade (elle aura jusqu'à 39°5 de fièvre en soirée), nous avons repris le chemin du retour ce qui fait que nous n'avons probablement jamais passé une aussi courte journée à la mer.

14/03/2012

Rétro 03-2011 - Séjour à Disneyland Paris

Nous avons fini par céder à la pression populaire qui ne comprenait pas, du fait que nous avions un jeune enfant, que nous n'étions jamais allé à Disneyland Paris.
Cela ne nous intéressait pas car nous trouvions cela très cher d'autant que les parades et l'athmosphère conte de fée ne nous intéressaient pas. Nous trouvions donc plus judicieux d'aller dans un autre parc d'attraction offrant le même genre de sensations fortes mais sans la franchise Disney et donc à meilleur prix. Nous avons ainsi eu l'occasion de découvrir l'Europa Park en Allemagne ou nous avons passé une agréable journée et ou nous avons bien mangé pour pas trop cher.
Par contre, notre fille, elle, fan de princesse et nourrie aux dessins animés - Disney ou autres - nous demandait d'y aller depuis qu'elle avait 3 ans. Normal car elle avait l'occasion d'y penser souvent avec les publicités à la télé ou encore dans les revues des agences de voyage.

Nous avons donc décidé de lui offrir le séjour pour son sixième anniversaire. Nous avons ainsi choisi de profiter de la promotion hiver 20010-2011 qui proposait jusqu'à 30% de réduction sur le séjour et les entrées au parc avec l'enfant de moins de 7 ans gratuit.
Heureusement, dès que j'ai commencé à me connecter au site internet et à faire des recherches, j'ai très vite été conquis, non par la magie Disney en tant que telle, mais par l'offre hôtelière et de restauration proposée. Que ce soit dans les parcs ou au Disney Village. Et comme la réduction pour 3 nuits étaient plus importantes que pour 2, nous n'avons pas hésité à ajouter quelques dizaines d'euros supplémentaires pour finalement passer 4 jours et 3 nuits sur place. Nous nous sommes dit, comme notre envie d'y aller avait grandi en feuilletant le catalogue et en nous connectant sur leur site internet, que ce ne serait pas de trop que de passer 4 jours sur place vu qu'il s'agissait d'une première visite, que nous avions 2 parcs à visiter avec la quasi totalité des attractions et spectacles qui nous intéressaient, que ce soit pour nous ou pour notre fille.

Au final, nous n'avons pas été déçu de notre séjour même si nous avons craint le pire suite à notre seconde attraction visitée, Dumbo, l'éléphant volant, pour laquelle Kristen et Maud - les nacelles étant prévues pour 2 personnes, j'ai fait le choix de faire un petit tour des environs, histoire de prendre quelques photos - ont du attendre près d'une heure pour quelques minutes d'amusement. Et ce malgré le fait que le temps d'attente annoncé était nettement inférieur. A ce moment, nous n'étions pas très heureux en pensant qu'à ce rythme la, nous n'aurions pas l'occasion de faire toutes les attractions que nous voulions et surtout que nous passerions beaucoup de temps à nous ennuyer.

Disney,Disneyland,Walt Disney Studio,Paris,Disney Village,Planete Hollywood,Rain Forest,Tour de la Terreur,Cinémagique

Heureusement, il n'en fut rien car ce fut la seule attraction de la journée avec un tel temps d'attente. Les autres attractions demandant seulement de 15... à 0 minute de patience. Y compris un attraction phare comme le Space Mountain. Et ce fut ainsi chacun des 3 autres jours ou nous n'avons eu, à chaque fois, qu'une seule attraction avec une attente de plus de 30 minutes. Mais avec la différence que pour celles la, le circuit de la file d'attente était beaucoup mieux conçu, ne donnant pas l'impression d'une si longue durée.
Si on excepte les attractions qui n'en sont pas comme Alice's Curious Labyrinth ou La Cabane des Robinsons et celles qui ne nous intéressaient pas comme Cars Quattre Roues Rallye et RC Racer, nous avons ainsi pu faire toutes celles qui nous tentaient à l'exception notable de Pirate des Caraïbes malheureusement fermée pour entretien.

Mais revenons au début.

Disney,Disneyland,Walt Disney Studio,Paris,Disney Village,Planete Hollywood,Rain Forest,Tour de la Terreur,Cinémagique

Nous sommes donc arrivé le dimanche 13 mars 2011 et chance, alors que nous aurions théoriquement dû laisser nos bagages à l'acceuil et intégrer notre chambre après la première journée dans le parc, elle était déjà prête et nous avons pu la découvrir immédiatement. Premier émerveillement donc en découvrant la télé allumée avec un message de bienvenue personalisé à notre nom tandis que la chambre était vraiment à notre gout avec en particulier, je le constaterais plus tard, un édredon et une housse de couette que j'aurais bien ramené chez moi tellement ils étaient agréables.

Disney,Disneyland,Walt Disney Studio,Paris,Disney Village,Planete Hollywood,Rain Forest,Tour de la Terreur,Cinémagique

Nous avons ensuite pris la navette pour rejoindre le site des 2 parcs et du Disney Village. Bien sur, cadeau d'anniversaire de notre fille oblige, nous avons choisi de commencer notre visite par le parc Disneyland vu que c'est pour elle que nous étions venu. Et la, premier émerveillement de notre fille de presque 6 ans à l'époque qui en est restée bouche bée, au sens littéral du terme, lorsqu'elle a découvert l'intérieur du parc avec le château de la Belle au Bois Dormant en arrière plan.

Après avoir pris le petit train, histoire de nous faire une première impression globale du parc, nous nous sommes dirigé vers Fantasyland, la partie qui correspondait le plus à son âge.

A l'entrée, il y avait un spectacle avec différents personnages Disney qui a beaucoup plu à notre fille.
Ensuite, après le manège Dumbo l'éléphant volant, nous avons fait l'attraction des poupées en barque ("It's a small world") pour laquelle, près d'un an plus tard, j'ai encore la musique lancinante en tête. Nous avons poursuivi avec les tasses qui tournent sur elles-mêmes (Mad Hatter's Tea Cups) avant d'avoir difficile de convaincre Kristen de quitter cette zone pour visiter les autres.
L'attraction suivante, pour laquelle il n'y avait même pas 10 minutes d'attente, fut la montage russe Indiana Jones et le Temple du Péril pour laquelle seule Maud alla. Kristen y serait bien allée mais il fallait mesurer 1m40 tandis que je n'ai pas osé me lancer, pensant que c'était trop violent pour moi.
Par la suite, nous avons encore fait le Manoir Hanté, les combats laser de Buzz l'Eclair et les Mystères du Nautilus avant de terminer en beauté avec Captain EO qui, mort de Michael Jackson oblige, était, à notre grande joie, à nouveau proposé et Star Tours.

Avant de quitter le parc, nous avons encore assisté à la dernière grande parade du soir, "Bienvenue à la Princesse Tiana dans la parade des Rêves Disney pour laquelle Kristen était de nouveau aux anges.

Nous nous sommes ensuite dirigé vers le Disney Village, pour une première découverte, et sommes ensuite allé manger au Planet Hollywood avant de reprendre la navette et de profiter d'une bonne nuit de repos dans notre confortable chambre du bloc Billy The Kid.

Le lendemain matin a tout d'abord été moins gai lorsqu'il s'est agit d'aller déjeuner. Une longue file nous y attendait causée en partie par les gens qui ne respectent pas les horaires qu'ils ont pourtant librement choisis et parce qu'en ce lundi matin, de nombreux visiteurs qui avaient choisi de passer le week-end terminaient leur séjour. Heureusement, ce problème s'arrangera les jours suivants.

Disney,Disneyland,Walt Disney Studio,Paris,Disney Village,Planete Hollywood,Rain Forest,Tour de la Terreur,Cinémagique

Pour cette deuxième journée, c'est vers l'autre parc, le Walt Disney Studio, que nous nous sommes dirigés. Et la, ce fut à mon tour d'être émerveillé en découvrant la rue principale avec en arrière plan la colline d'Hollywood.
Nous avions un peu peur que Kristen ne s'y ennuye, pensant ne pas trouver d'attraction dédiée aux enfants. Nous nous trompions heureusement. Ainsi, mis à part le show cascade, magnifique pour nous adultes fan de cinéma, et les effets spéciaux d'Armageddon, qui nous ont également déçu, elle a trouvé son bonheur dans la plupart des autres attractions, y compris les montagnes russes auxquelles sa taille lui laissait accès.

La première attraction que nous avons choisi de faire était le Studio Tram Tour: Behind the Magic. Nous n'avions pas fait attention à la seconde partie de l'intitulé et pensions qu'elle permettait, à l'instar du petit train dans le premier parc, de faire le tour du parc pour une première découverte. Mais nous avons vite compris que c'était une attraction à part entière lorsque nous sommes arrivé près du semi-remorque en feu, dont nous avions entendu parler. Nous avons évidemment bien apprécié.

Ensuite, nous avons fait l'attraction Nemo. une montagne russe gentillette vu qu'accessible aux enfants mesurant plus de 1m07. Pourtant, de toutes les montagnes russes du parc, c'est la seule dans laquelle j'ai vraiment eu peur. Cela s'explique par le fait que contrairement aux autres, on n'y est pas attaché par un hanarchement complet qui vous immobilise le torse et les épaules mais par une simple barre posée sur le ventre. Je me suis donc senti moins bien sécurisé dans les descentes en marche avant, surtout lorsque le wagonnet a tendance à ralentir, voire à s'immobiliser en position face vers le "vide".

Pour me remettre de mes émotions, nous avons fait Animagique avant de faire le gros morceau de la journée, le show de cascades en voitures. Kristen n'a pas apprécié plus que cela mais pour Maud et moi, fans de cinéma, voire ces cascades et découvrir certains "trucs" de réalisation nous a beaucoup plu.

Nous sommes alors allé voir Stitch Live !, un spectacle interactif pour les enfants, avant de découvrir Armageddon: les Effets Spéciaux, qui nous a tous déçu et Cinémagique qui nous a enchanté. Il s'agissait d'un court métrage, avec les comédiens Martin Short et Julie Delpy, qui proposait des interractions entre le film et la salle comme de la pluie ou encore des acteurs ou des éléments qui entre ou sortent du film, le tout en racontant l'histoire du cinéma en y intégrant les 2 acteurs dans pas moins d'une soixantaine de films parmi les plus marquants du cinéma (voir ici). Un moment de pur bonheur avec un scénario intelligent et une réalisation de haut niveau à laquelle nous ne nous attendions pas. J'ajouterais que j'aurai plus imaginé cette attraction dans un parc dédié à l'image comme le Futuroscope.

j'ai oublié de préciser que nous avons été gâté par le temps durant tout notre séjour avec un temps très doux pour la saison, sans une goutte de pluie, et même ensoleillé à partir du 3è jour.
Tout cela pour signaler qu'à l'issue de cette seconde journée, nous avons fait le choix de rentrer à l'hôtel à pied pour une agréable ballade d'une quinzaine de minutes en attendant le souper que nous avions réservé à l'hôtel. Le buffet western à volonté.

Disney,Disneyland,Walt Disney Studio,Paris,Disney Village,Planete Hollywood,Rain Forest,Tour de la Terreur,Cinémagique

Pour notre troisième jour sur place, nous sommes retournés dans le parc Disneyland pour faire les attractions qui nous intéressaient parmi celles que nous n'avions pas faites le premier jour.
Nous sommes arrivés plus tôt pour profiter des "Heures de magie en plus", un accès à une partie du parc de 8h à 10h, soit avant l'ouverture officielle, réservé aux clients des hôtels avant l'arrivée des visiteurs d'un jour. Nous avons ainsi commencé par le Vol de Peter Pan pour lequel il y avait une grosse attente le premier jour. Nous nous sommes ensuite dépêché d'aller découvrir le Space Mountain: Mission 2 pensant qu'il risquait d'attirer la foule ce qui n'était pas du tout le cas. Je n'avais pas l'intention de le faire tout en étant tenté quand même. Maud, une fois sortie, m'a finalement convaincu d'y aller et j'en suis très heureux. Kristen qui aurait beaucoup aimé le faire également n'a pas pu, n'ayant pas encore la taille requise (1m32).
Nous sommes ensuite revenu dans Fantasyland pour faire successivement Le Pays des Contes de Fées, Le Petit Train du Cirque, Les Voyages de Pinocchio, Blanche Neige et les Sept Nains et le Carrousel de Lancelot avant de passer par le Village Indien de Pocahontas et Le Passage Enchanté d'Aladdin et de faire tous les 3 une montagne russe accessible dès 1m02, le Train de la Mine. Vu le faible temps d'attente, j'ai à mon tour, un peu poussé par Maud, découvert Indiana Jones et le Temple du Péril que je n'avais pas osé tester le premier jour.

Comme il nous restait du temps avant la fin de la journée, Kristen et moi - Maud n'était pas intéressée - avons fait la file, la seule de la journée qui dépassait le 1/4h, pour Autopia. 3/4h d'attente donc pour "piloter" un modèle réduit d'une voiture des années 60, guidé par un rail. Avec un peu de frustration en fin de parcours lorsque nous avons rattrapé, avec évidemment impossibilité de dépasser, la voiture qui nous précédait parce que la conductrice s'était arrêtée pour prendre des photos.
Enfin, tous les 3 cette fois, nous avons embarqué pour une mini croisière à bord du Thunder Mesa Riverboat, un authentique bateau à roue à aubes.

Avant de quitter le parc, nous n'avons pas pu faire autrement, Kristen oblige, que de regarder une nouvelle fois la parade du soir, celle de la Princesse Tiana. Et comme il nous restait encore un peu de temps et qu'il n'y avait quasi personne, nous avons choisi de refaire Star Tours, attraction qui nous avait beaucoup plus le premier jour. Aavec une petite déception à la clé car cette attraction devient moins intéressante une fois que l'on sait ce qu'il va se passer.

Pour le souper, nous avons jeté notre dévolu sur le Rain Forest au Disney Village.

Disney,Disneyland,Walt Disney Studio,Paris,Disney Village,Planete Hollywood,Rain Forest,Tour de la Terreur,Cinémagique

Pour le dernier jour, après le déjeuner, nous avons libéré la chambre et mis nos bagages dans la voiture. Nous avons ensuite rejoint le Walt Disney Studio pour découvrir les dernières attractions qui nous y tentaient.

Après un petit avant-gout de ce qui nous attendait dans la Tour de la Terreur, nous avons fait une attraction dédiée essentiellement aux enfants, le Saut en Parachute Toy Soldier.

Ensuite, nous nous sommes dirigé vers l'un des gros morceaux de la journée, la Tour de la Terreur, que nous avons pu faire tous les 3. Nous n'avons en effet vu aucune raison de ne pas y aller avec notre fille puisqu'elle était déjà nettement plus grande que 1m02, la taille minimum autorisée, qu'elle avait envie d'y aller, comme beaucoup d'enfants qui aiment jouer à se faire peur, et que le saut en parachute que nous venions de faire l'avait convaincue de passer à la vitesse supérieure.

Elle le regrettera 1/4h plus tard en quittant l'attraction en courant, terrorisée, sans se retourner pour s'assurer que nous la suivions. Je crois que c'est plus l'ambiance lugubre que les montées et descentes violentes qui lui ont fait peur.

Si vous ne connaissez pas encore la tour de la terreur et que vous compter la faire, passez directement au paragraphe suivant sans quoi, vous perdrez une grande partie de l'intérêt de cette attraction. D'ailleurs, quand elle s'est terminée, je me rappelle m'être dit: 'Tiens, c'est déjà fini'. Mi déçu mi soulagé, je l'admet, car à un moment, je n'en menait pas large. Il faut dire que tout est fait pour vous mettre mal à l'aise. L'endroit ou l'on fait la file est lugubre, le personnel qui assure le contrôle est volontairement sinistre. Lorsqu'on nous a annoncé que, suite à un problème technique, le temps d'attente serait prolongé, nous n'avons pas été dupe car nous nous doutions que cela faisait partie de la mise en scène. N'empêche que cela ajoutait à l'angoisse. D'ailleurs quand on nous a placé sur une grille correspondant aux différentes places de la cabine ou nous allions aller, personne ne parlait et on voyait la peur s'installer parmi les visiteurs. Moi même, je n'étais pas fier car je croyais être au premier rang. Heureusement, au moment de s'installer, j'ai été heureux de me retrouver au dernier rang. Pour ajouter à l'angoisse, le personnel nous a demandé de ne pas garder sur nous d'objet susceptible de se détacher, comme les lunettes. Jamais, dans aucune attraction, ici ou ailleurs, je n'avais entendu une telle demande. Enfin ,après nous avoir raconter une histoire de revenants chargée de terminer de nous effrayer, ce fut ensuite parti pour une série de montées et de descentes infernales de l'ascenseur. D'abord de quelques étages avant que la face avant ne s'ouvre alors que nous étions tout en haut, genre 11è ou 12è étage (c'est la que j'ai été content de ne pas être au premier rang car je suis sujet au vertige), puis ne se referme pour la descente ultime. Comme je l'ai dit, je n'en menais pas large. D'abord parce que je ne savais pas à quoi m'attendre ensuite parce que je n'apprécie pas plus que cela d'avoir l'estomac retourné. Mais dès que je me suis mis à crier que dire à hurler, comme tout le monde d'ailleurs, j'ai mieux encaissé les différentes variations de hauteur.

Après une longue attente pour permettre à Kristen de prendre la pose avec la princesse Mulan, dessin animé qu'elle ne connaissait pourtant pas encore, nous avons fait l'autre gros morceaux de la journée, le Rock 'n' Roller Coaster avec la musique d'Aerosmith dans les oreilles. Ici aussi, Maud a servi de cobaye. Après avoir découvert l'attraction, elle m'a de nouveau poussé à y aller. C'est ainsi qu'elle l'a refaite une seconde fois avec Kristen et moi. Kristen mourrait d'envie de le faire mais avait juste la taille (1m20). Maud, sachant de quoi il s'agissait, hésitait à accepter. Nous avons donc demandé à la personne chargée de contrôler l'entrée ce qu'elle en pensait. Elle lui a demandé si elle avait fait l'attraction Nemo et si elle avait apprécié. Vu la réponse enthousiaste de notre fille, elle a donc donné son feu vert.

Nous avons ensuite assisté à la parade Ratatouille s'invite dans la cavalcade Disney's Stars 'n' Cars (en français: En voiture avec les stars Disney), une parade avec différents véhicules occupés chacun par des stars de dessins animés et qui a un endroit propose un petit spectacle avant de reprendre la route. Parade que nous n'avions pas pu voir lors de notre premier jour dans ce parc du fait que nous étions dans les tribunes du show auto. Parade qui nous a d'ailleurs plus plu que celle du premier parc.

Enfin, nous avons terminé notre découverte de Disneyland Paris par Art of Disney Animation, une sorte d'exposition sur le travail des animateurs Disney, un tour dans le manège des Tapis Volants - Flying Carpets Over Agrabah - et enfin Playhouse Disney Live ! qui a enchanté Kristen vu qu'elle a pu découvrir certains de ses héros de dessins animés, comme Manny et ses outils, en chair et en os.

Au final, nous avons passé un séjour idyllique. Hors du temps. Coupé du monde. Avec l'impression d'être dans un pays non défini. Cette impression s'expliquant par le fait qu'en ne quittant pas l'enceinte du parc, en ne consultant aucun journal papier ou télévisé - la seule chaîne qui était branchée, le peu de temps que Kristen en a eu l'occasion, était le Disney Channel - et en n'ayant aucun contact avec l'extérieur si on excepte le coup de fil pour prévenir la famille de notre bonne arrivée et bonne installation, nous n'avons rien vu du monde extérieur, hormis une autoroute au loin.
Le retour dans le vrai monde n'en fut que plus difficile.

13/01/2012

Nos prochaines vacances: le Vietnam

J'aime expliqué les choses de long en large. Alors si vous voulez juste connaitre le détail de nos prochaines vacances, passez directement à la version courte, en fin d'article. Sinon, c'est parti pour la version longue.

Jusqu'à l'année passée, ma femme, ma fille et moi avions l'habitude de partir 2 fois par an en vacance. Nous profitions du fait que notre fille n'était pas en âge d'obligation scolaire pour partir une fois au printemps et une autre en automne ce qui nous permettait, étant hors saison, de partir à moindre frais, mais aussi de visiter des régions beaucoup trop chaudes en juillet-août comme Calpe en Espagne ou Hurghada en Egypte.

Etant donné que Kristen est désormais rentrée en primaire en septembre dernier, finies les vacances hors-saison, bonjour celles à tarif plein.
Et comme l'an passé, nous ne sommes parti qu'une seule fois, si on excepte un séjour de 3 nuits chez l'ami Mickey à Paris, cela nous a permis de faire des économies. L'idée nous est donc venue, après Aruba en 2004 et les Seychelles en 2008, de nous offrir un nouveau voyage de rêve.

Après avoir consulté un premier catalogue, nous avons fait une première sélection: le Costa Rica, un safari suivi d'un séjour plage au Kénya ou l'Asie du Sud-Est. Et comme les 2 premières destinations figuraient sur un continent déjà visité, nous avons finalement fait le choix de l'Asie du Sud-Est.
Pour la détermination du pays de destination, nous ne voulions pas partir en Thailande car non jugions cette destination un peu trop bateau. Je veux dire que la majorité des personnes qui partent en vacances dans le Sud-Est asiatique choisissent la Thailande tout comme ceux qui veulent partir dans les Caraïbes choississent en grande majorité la République Dominicaine.
Ne voulant pas faire comme tout le monde, restait 3 pays que nous avions apprécié découvrir lors d'un Pékin Express: le Laos, le Cambodge et le Vietnam.

Après avoir consulté de nouveaux catalogues et fait des recherches sur internet, j'y ai trouvé le voyage que nous recherchions: le Vietnam et ses plages 3*, le 3* faisant référence au niveau des hôtels proposés, que l'on peut réserver chez différentes agences web comme opodo ou ecotour.com, par exemple, la moins chère le jour ou j'ai fait ma recherche. Un circuit découverte qui commence dans le nord (Hanoi, la baie d'Halong et Nin Binh, la baie d'Along terrestre), qui se poursuit, après un transfert en avion, à Ho Chi Minh Ville pour une découverte de la ville et du delta du Mékong et qui se termine par un séjour plage.

Enfin presque ce que nous cherchions car ce séjour était un peu trop long (17 jours) ce qui nous empêchait de le caser durant les vacances de Pâques. Mais comme je ne tenais pas à réserver par internet, histoire d'avoir un contact en Belgique vers qui me retourner en cas de problème, nous sommes allé à l'agence de voyage ou nous avions réservé nos vacances en Egypte. Nous leur avons expliqué ce que nous cherchions et après avoir regardé les brochures de plusieurs voyagistes qui tous proposaient des circuits de minimum 10 jours, avec possibilité d'extension plage de 4, la responsable nous a finalement parlé de Jet Air et de ses mini circuits de 4 jours/3 nuits à combiner comme on veut, y compris avec séjour plage.

Nous avons donc fait une première demande de prix avec le module Hanoi et la baie de Halong suivi de celui des marchés de Mékong pour terminer par un séjour plage. Le prix proposé, plus important que notre budget, et le fait que le séjour plage se limitait à 4 jours pour 7 à 8 jours de visites alors que finalement nous préférions plutôt un rapport 1/3 2/3 nous a amené à faire une seconde proposition en remplaçant le second module par une prolongation du séjour plage. D'une pierre deux coups: le budget est bien tombé tandis que la durée du séjour plage a doublé.

Et au final, comme j'ai pas mal lu des louanges pour Nin Binh et la baie de Halong terrestre, nous avons décidé d'ajouter un jour à Hanoi au dépend du séjour plage.

En résumé (c'est ici que commence la version courte), notre séjour définitif se compose donc comme suit:

jour 1: départ de l'aéroport de Zaventem (Bruxelles) avec Brussel Airlines pour Charles De Gaulle (Paris) et embarquement pour Hanoi avec Vietnam Airlines.
Jour 2: arrivée à Hanoi à 6h35' locale et découverte de la ville
Jour 3: départ pour la Baie de Halong et croisière d'une nuit sur une jonque
Jour 4: fin de la croisière et retour à Hanoi (le détail des jours 2 à 4 peut se trouver ici)
Jour 5: journée supplémentaire pour découvrir Nin Binh... le seul jour non organisé par Jet Air et pour lequel je devrais réserver via une agence locale
Jour 6 à 12: transfert en avion vers Ho Chi Minh Ville (ex Saigon) suivi d'un transfert à l'hôtel Bue Ocean Resort sur la plage de Mui Né, près de la ville de Phan Thiet.
Jour 12 dans l'après-midi: retour à Ho Chi Minh Ville et embarquement pour Paris
Jour 13: arrivée à Charles De Gaulle et transfert à Zaventem, toujours en avion.

Ce petit voyage va nous couter la modique somme de 5300 euros.
En sachant que plus de la moitié de cette somme part en billet d'avion, nous aurions pu payer aux environs de 4500 euros mais il nous aurait fallu transiter par Varsovie (avec la compagnie Lot) ou par Moscou (avec l'Aeroflot). Nous avons choisi le confort (dont le vol direct au départ de Paris est un élément important) ... et la sécurité (Vietnam Airlines faisant partie des compagnies sures).
Pour ce prix, nous avons droit à la pension complète durant le mini circuit tandis que nous avons opté pour la formule petit déjeuner durant le séjour plage car nous avons lu que cela nous reviendrais nettement moins cher de nous restaurer dans les petits restos environnants.

27/12/2010

Week-end à Blankenberge

Pour la première fois de ma vie, j'ai eu l'occasion de passer un week-end à Blankenberge, la ville côtière belge que ma femme préfère et qu'elle fréquente depuis sa plus tendre enfance.
Personnellement, c'est Coxyde que je préfère pour y avoir mes habitudes depuis tout petit.

Lorsque nous nous sommes rencontré, chacun de nous a bien évidemment eu l'occasion de faire découvrir sa station balnéaire préférée à l'autre. Et si Maud a quasiment tout de suite adopté Coxyde, la trouvant évidemment différente, mais s'y plaisant beaucoup, en ce qui me concerne, rien n'y faisait, je ne trouvais pas Blankenberge particulièrement attirante.
C'est pourquoi, à l'exception de 4 ou 5 excursions d'un jour, et encore, par deux fois au départ de vacances à Coxyde, chaque fois que nous décidions d'y aller passer un jour, un week-end ou des vacances à la mer, c'est vers cette dernière destination que nous nous tournions.

Durant les grandes vacances, ma femme et ma fille ont l'habitude d'aller passer quelques jours à Liège chez ma belle-mère qui est donc respectivement, pour ceux qui ne suivent pas, leur mère et grand-mère. Mais ce mois d'aôut, mon beau-père leur a proposé de leur louer, l'espace d'une semaine, un appartement à la mer et ils ont évidemment choisi d'aller à Blankenberge.
La location se faisant du samedi au samedi et comme il s'agissait d'un appartement une chambre, ma fille devant dormir dans le salon, il a été décidé que je conduirais ma petite famille le samedi, que je passerais la nuit sur place et que mon beau-père couduirait ma belle-mère le dimanche tandis que je repartirais moi même ce même jour au soir car je n'avais pas congé et que je devais travailler durant la semaine. Même schéma le week-end suivant ou tout le monde se rejoignaient le vendredi, les beaux-parents repartant le soir même tandis que ma fille, ma femme et moi restions une dernière nuit avant de rendre les clés le lendemain.

Comme je l'ai dit, je n'étais pas spécialement fan de Blankenberge. Pourtant je me suis réjouis avant le départ d'y passer 2 jours pour avoir le temps de la découvrir. J'avais l'impression que Blankenberge était beaucoup plus grand que Coxyde et que cela changerait d'arpenter durant tout le week-end les 2 rues commerçantes de Coxyde et de faire des allers-retour sur la digue.

Au final, je me suis extrêmement bien plu à Blankenberge au point d'avoir envie d'y retourner passer des vacances, c'est tout dire.
Pourtant, je me suis rendu compte que la ville n'était pas spécialement plus grande que Coxyde et qu'on en a aussi vite fait le tour. Mais mon engouement tient à l'attrait de la nouveauté ainsi qu'au fait que la ville propose plus de centres d'intérêt comme, outre la digue, le Pier, le port, les rues piétonnes qui constituent un centre commercial plus important et quelques attractions intéressantes comme le Sea Life ou encore le serpentarium élu, si j'en crois la banderole à l'entrée, le plus beau petit zoo de Belgique de sa catégorie.

L'aspect culinaire a aussi joué puisqu'outre le fait que nous avons déjà un restaurant fétiche à Blankenberge, nous y avons découvert 2 traiteurs et l'une ou l'autre poissonneries qui proposaient de délicieuses choses.

Nous sommes donc arrivé le samedi matin de la dernière semaine du mois d'août. Après avoir réceptionné les clés à l'agence nous avons découvert notre appartement loué par téléphone sur base d'une description et d'une photo de la façade.

Article 191 - le living.JPG

Celui-ci, situé sur la digue, une première pour moi, était viellot (du point de vue du mobilier, voir photo), comme annoncé par l'employé de l'agence, mais très agréable à vivre avec, assez surprenant, une chambre avec terrasse qui donnait sur une court intérieure, le bâtiment de la rue située à l'arrière étant juste distant de quelques mètres. Mais ce n'est pas bien grave et la vue de face, la mer (voir photo), compensait largement. J'y serais bien retourné pour de prochaines vacances si la literie ne m'avait pas fait passer une mauvaise nuit.

Article 191 - la vue de face.JPG

Une fois installé, nous sommes parti mangé et la, il n'y avait pas de question à se poser, c'est vers De Minuut, le seul restaurant de Blankenberge que je connaisse, mais que nous apprécions beaucoup, que nous nous sommes dirigé.

J'en reparlerais dans mon article suivant mais je ne peux m'empêcher d'évoquer l'anecdote liée à cette visite: Une fois le repas terminé, je suis allé aux toilettes et, pour ne pas perdre de temps, j'ai proposé à Maud de demander l'addition. Lorsque je suis revenu, non seulement l'addition était déjà arrivée, mais elle était aussi déjà encaissée. Nous avons donc quitté le restaurant et ce n'est qu'une fois dehors que j'ai constaté que l'addition n'était pas la nôtre mais celle d'une table de 2 personnes. Une jolie réduction involontaire que ce restaurant nous a octroyée. Comme quoi, il ne faut pas confondre vitesse et précipitation.

Mais nous n'avons pas eu l'occasion de profiter longtemps de ce petit cadeau d'une quinzaine d'euros car le soir venu, vers 18h, nous avons constaté que nous n'avions pas acheté suffisamment de soda. Les épiceries proches étant fermées et ne voulant pas prendre la voiture pour aller à la grande surface la plus proche nous avons choisi d'aller au night shop tout proche. Belle erreur car même si je sais que les prix dans un night shop sont souvent gonflés, j'ai failli tomber sur le cul lorsque la commerçante m'a demandé 14 euros pour une bouteille de coca d'1,5 litre qui devait valoir maximum 1,50 en grande surface, un paquet de 250 gr de café (max 4 euros), une bouteille d'1 l de cacao pour la petite (1,50 euros ?) et surtout une bouteille de 5l d'eau (d'une sous-marque qu'elle nous a vendu 4 euros alors que 1,20 euros suffisent dans les autres commerces).
Un peu plus tard, nous nous sommes quand même consolé en apprenant que le petit magasin tout proche ou nous aurions pu aller si nous nous y étions pris 1/2h plus tôt augmentait ses prix le week-end !

Le reste de cette première journée à la mer, fraiche pour la saison mais sèche a évidemment été consacrée aux promenades et aux premiers achats de nourriture, histoire de remplir le frigo.

Le lendemain, mes beaux-parents, qui avaient fait le choix de faire le déplacement en train, étaient attendus vers 12h. C'était compté sans la SNCB. Très vite, ma femme a reçu un premier appel de sa mère lui signalant qu'ils n'avaient pas pu monter dans le train prévu, celui-ci étant complet du fait qu'un gros festival de musique drainait une foule inhabituelle pour un dimanche matin. Ils devaient prendre un autre train et aurait 45 minutes de retard.

Nous avons donc décidé, en attendant, d'aller prendre un verre sur le port après, autre attrait de Blankenberge par rapport à Coxyde, être passé par l'une des poissonneries toute proche pour y acheter des crevettes grises à décortiquer - les cafés tout proche autorise la consommation en leur lieu - mais aussi, nouveauté par rapport à notre dernière visite, des tapas, dont certains similaires au chinois du marché de Charleroi, mais la s'arrête la comparaison, à savoir une friture de poissons et crustacés (moules, morceaux de poissons, scampis, poulpe). Un délice.

Nous avons finalement "récupéré" les beaux-parents à la gare a passé 15h et après avoir mangé, nous sommes partis pour une promenade malheureusement légèrement arrosée. La seule pluie d'un week-end légèrement ensoleillé mais particulièrement froid pour la saison (à peine 16° !). Nous nous sommes donc "réfugié" dans un glacier, l'un des points faibles de Blankenberge par rapport à Coxyde car ils ne proposent pas un choix aussi vaste en se limitant aux classiques.

Il était déjà temps pour moi de reprendre la route du retour. Je reviendrai le vendredi matin suivant pour rechercher ma petite famille.

Je terminerais la relatation (ça se dit ça ? Le fait de relater. Comme déjà vu sur ce blog, je viens d'inventer un nouveau mot - lol) de ce week-end par 2 éléments qui m'ont marqués à Blankenberge.
D'une part, le fait que la plupart des plages sont privées au point que lorsque l'on se promène sur la digue, on ne voit pas la mer sur beaucoup de portions, cachée par les baraques et les éléments des plages privées. Etonnant quand on sait que  Blankenberge passe pour être une station populaire alors qu'à Coxyde, qui devient au fil du temps de plus en plus select, il n'y a pas ce genre de chose, la plage restant gratuite partout.
D'autre part, la disparition des sandwiches et autres petits pains frais avec une multitude de garnitures vendus dans des boucheries-traiteurs ou dans des sandwicheries. Maud, lors de notre première visite en commun s'était faite un plaisir de me les faire découvrir. Evolution des temps, ils sont maintenant remplacés par les biens moins typiques et originales friteries et autres vendeurs de hamburgers.

29/08/2010

Buffalo grill - Gosselies

Petit article rapide pour laisser une trace de notre visite au Buffalo Grill.

C'est la 4 ou 5è fois que je visite cette enseigne. La première fois, c'était en vacance en France, avec mes soeurs, il y a déjà pas mal d'année. A l'époque, je n'étais pas très viande "dure" et j'aurais préféré aller manger au MacDo ou au Quick. Vu mon caractère, j'étais donc arrivé de mauvaise humeur et je n'avais pas apprécié ce que j'avais décidé que je n'apprécierais pas.

Bien plus tard, un soir d'heures supplémentaires, j'ai eu l'occasion d'y retourner avec des collègues et j'ai très bien mangé. Au point que maintenant, j'aime y aller de temps en temps.

La dernière fois, j'avais choisi le plat que ma femme a pris cette fois. L'assiette du trappeur constituée de 3 morceaux de viande. Un pavé de bison mariné attendri et des pavés d'autruche et de rumsteck. Avec une mention spéciale pour le bison, de loin la viande la plus savoureuse. Viande que j'ai, cette fois, également choisie mais en formule steack hâché dans un burger. Je ne me rappelle plus du nom exact du plat qui n'est apparamment pas proposé en France puisque je ne le retrouve pas sur le site internet (Il n'y a pas de déclinaison belge de leur site ce qui s'explique probablement par le fait qu'ils ne possèdent que 3 restaurants en Belgique et que les plats proposés dans les 2 pays sont à 90 ou 95% identiques).

Comme dessert, tout comme la dernière fois, et probablement comme la prochaine et encore la suivante, nous avons choisi la diligence des desserts qui permet de gouter à plusieurs des desserts de la carte. Mention très bien à la crème brulée, au brownie, au cheesecake et à la boule de glace ou de sorbet, je ne me rappelle plus. Par contre, grosse déception avec la mousse au chocolat qui n'était franchement pas terrible car beaucoup trop industrielle.
A noter qu'ici, une petite différence existe entre la diligence belge et la française puisque je constate sur le site internet que le brownie et la mousse au chocolat sont remplaçés par un donut glaçage chocolat et un petit tartare de fruits.

C'est toujours un plaisir de fréquenter cette enseigne, d'autant que, ce qui ne gâche rien, le personnel y est d'une extrème gentillesse.

05/07/2010

Recordeu, manzana, aligot

Cette année encore, je me suis rendu compte que, pour chaque pays, ou région, visités, un mot et un seul avait retenu mon attention.

RECORDEU

Article 177 - Recordeu

A Andorre, ou la langue officielle est un dialecte particulier du catalan, j'en reparlerai probablement dans un prochain article, ce mot figure sous la plupart des panneaux de limitation de vitesse et veux tout simplement dire rappelez-vous.
Intrigué au départ, j'ai fini par me douter qu'il devait avoir une signification similaire au mot "rappel" que l'on trouve chez nous dans pareilles situations.
J'en ai finalement eu confirmation un soir, à l'hôtel, grâce à la jeune femme polyglotte qui, s'occupait de la réception et du service en salle.

MANZANA

Le mot que je pensais avoir retenu de l'espagnol est perruqueria. Je n'ai pas eu de difficulté à le comprendre vu qu'il figurait sur la vitrine de certains magasins qui étaient de toute évidence des salons de coiffure. Il m'a beaucoup plu par son côté faux ami, "false friend" en anglais - c'est-à-dire un mot qui ressemble beaucoup à un autre d'une autre langue mais qui ne veut pas dire la même chose - car, vu la similitude avec le français, on aurait pu croire qu'il signifiait perruque, élément capillaire utilisé par certaines personnes pour cacher leur calvitie, personnes qui n'ont donc pas besoin d'aller se faire couper les cheveux chez le coiffeur. Et ce, même si je sais que ce sont aussi les coiffeurs qui s'occupe de la vente et de l'entretien des perruques tandis que les gens qui en portent ne sont pas nécessairement complètements chauves et ont également besoin de se faire couper les quelques cheveux qui leur restent.

Mais quel ne fut pas mon étonnement, lorsque j'ai voulu en vérifier son orthographe, de constater qu'il s'agissait d'un mot catalan alors que Calpe n'est pas situé en Catalogne mais dans la communauté valencienne.

J'ai d'abord pensé que mes souvenirs, pourtant récents, me jouaient des tours et que c'est à Andorre que j'avais du voir tous ces commerces. Je m'étais donc résigné à penser que, à l'exception du classique hola (bonjour), je n'avais finalement retenu aucun mot spécifique de mon passage en Espagne, les seuls mots me venant à l'esprit étant sangria, paella et zarzuela, lorsqu'un soir, alors que Maud et moi avions très soif, je lui proposais d'ouvrir une cannette de manzana. Manzana ? Mais le voila le mot d'espagnol que j'ai finalement retenu de manière inconsciente.

Article 177 - Manzana

Il signifie pomme et nous a beaucoup plu dans sa version bière sans alcool particulièrement désaltérante que nous avons découverte dans le magasin Eroski que nous avions choisi, par hasard, pour faire nos premières courses, le soir de notre arrivée à Calpe. L'avant-veille de notre départ, nous sommes allé refaire des courses en choisissant une autre grande surface, Mercadona, histoire de découvrir et de ramener chez nous des produits spécifiques ... et de la bière Manzana.
Nous sommes donc finalement retourné le lendemain à l'Eroski, histoire de faire un stock (à 36 cents la cannette, cela aurait été dommage de s'en priver). Malheureusement le rayon était presque vide. Nous l'avons donc définitivement vidé en ne pouvant prendre qu'une vingtaine de cannette de cette marque premier prix et la dizaine restante de la marque San Miguel, un peu plus chère (entre 50 et 55 cents, je ne me rappelle plus).

Pour en revenir au mot perruqueria, j'ai fini par me rendre compte, en finalisant cet article, que mes souvenirs ne m'avaient pas trahis et que c'est bien à Calpe et sa région que je l'avais découvert car le catalan y est également parlé. J'y reviendrais, comme déjà signalé, dans un prochain article.

ALIGOT

Article 177 - Aligot

Enfin, le mot que je retiendrais de mon passage en Aveyron est un mot bien français mais que je n'ai découvert que tout récemment, au moment de préparer mon voyage dans cette région. Il s'agit de l'aligot, l'un des fleurons de leur gastronomie, présent dans toutes les cartes de restaurant, du petit bistrot au restaurant plus huppé. Avec un nom pareil, je me suis d'abord imaginé qu'il s'agissait d'un plat à base de tripes par exemple, un peu comme les andouillettes. Mais dès que j'ai su qu'il s'agissait d'une purée préparée avec des pommes de terre, un fromage local, la tomme, et de l'ail, il était évident que je devais le goûter. Ce que je ferais 3 fois comme je le raconterais dans un prochain article

20:18 Écrit par slumle dans Vie perso - Voyage | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : recordeu, manzana, aligot |  Facebook |

30/06/2010

AndEspAve - Premier bilan et promesse habituelle

Beaucoup plus tard que prévu, me voila de retour sur ce blog. Ce qui n'a rien d'étonnant pour qui me connait car si je finis toujours par faire les choses, j'attends souvent la dernière minute.

Les vacances se sont très bien passées. Elles sont d'ailleurs à ranger parmi les meilleures de ces dernières années. Surtout le volet espagnol car, outre une villa de rêve, nous y avons eu un temps idéal. Jugez plutôt: 25 à 32°, pas de pluie, si on excepte une soirée d'orage, et l'eau de la piscine qui, de 25° le matin, montait à 27 l'après-midi.

AndEspAve, le premier 'mot' du titre de cet article, est le nom générique que j'ai donné à nos vacances de printemps 2010. Il est constitué des 3 premières lettres de chaque pays ou région visités, à savoir Andorre, Espagne et Aveyron.

Pour la petite histoire (c'est une expression qui revient de temps en temps dans mes articles, j'en suis conscient, mais je l'aime bien), je ne compte pas donner ce genre de nom farfelu à chacune de nos vacances. Je l'ai fait pour la seule et unique autre fois l'an passé. Je parle ainsi de HonCroSlo pour évoquer celles en Hongrie, Croatie et Slovénie qui étaient les premières que nous passions dans différents pays. Dans les autres cas, je continue à parler en terme de pays (Italie 2006, Seychelles 2008) ou de régions françaises (Alsace 2007, Bretagne 2008) même si, en Italie et en Bretagne, nous avions également séjourné dans deux endroits distincts.

Pour en revenir à la raison d'être de cet article, le temps des promesses est venu et, comme pour les autres périodes de vacances passées depuis la création de ce blog, soit la Bretagne en septembre-octobre 2008 et HonCroSlo en mai-juin 2009, j'ai l'intention de poster plusieurs articles les relatant. Avec la différence que cette fois, je crois être plus motivé dans mon envie d'aller au bout de mes idées pour laisser, particulièrement pour moi et ma famille, un récit écrit de cette période magnifique, quitte à étaler la publication de ces articles sur plusieurs mois vu que depuis le début de l'année, et cela risque de perdurer pendant un certain temps, je n'ai plus autant de temps qu'avant à consacrer à mon blog.

Ces articles viendront donc s'intercaler, au compte goutte, entre ceux concernant l'actualité du moment. Histoire de ne pas me retrouver, comme ces derniers mois, avec des articles postés avec plusieurs semaines de décalage parce que je voulais en respecter la chronologie. Ils resteront toutefois facilement identifiable en figurant dans la catégorie "Vie Perso - Voyage" avec un titre commençant par le préfixe 'AndEspAve -'.

Pour inaugurer cette série d'article, un premier va suivre dont, exception qui confirme la règle, le titre ne sera pas préfixé car il se veut un clin d'oeil à celui intitulé "Tobos, otok, borovnica" consacré aux mots de hongrois, de croate et de slovène que j'avais retenu de mes vacances précédantes.

24/05/2010

Andorre, la Costa Blanca et l'Aveyron. Les lieux de nos prochaines vacances

Comme c'est devenu une habitude, nous avons choisi de passer nos vacances dans différents endroits.

L'année passée, au moment de choisir la Hongrie, la Croatie et la Slovénie, j'avais éliminé l'Espagne, pourtant un pays que je n'ai jamais visité pour la raison que ça ne me permettait pas d'en découvrir plusieurs à la fois (le monde est grand et la vie est courte donc autant, lorsqu'on se déplace, en profiter pour voir du pays). Ce n'est que quelques mois plus tard que je me suis rendu compte que cette petite principauté qu'est Andorre était toute proche et m'aurait permit d'en découvrir un deuxième en même temps.

Cette année, le choix de nos lieux de villégiatures s'est donc imposé tout seul.
Dans un premier temps, j'ai fait des recherches de villa sur la Costa Dorada, j'avais ainsi pensé à Lloret de Mar, d'une part pour sa proximité avec la frontière ce qui nous permettait de ne pas avoir un voyage trop long pour rejoindre l'Espagne et d'autre part parce qu'elle était voisine de Barcelone ce qui nous aurait permis de visiter cette ville. Mais par la suite, sachant que nous rejoindrions l'Espagne au départ d'Andorre, la recherche du soleil garanti m'a amené à élargir la sélection à la Costa Blanca. D'autant qu'ainsi, cela nous donnais l'occasion de voir plus de l'Espagne que ses premiers kilomètres frontaliers avec la France.

Ces recherches m'ont amené à me rendre compte que le prix des villas en Espagne est bien moins élevé qu'en Provence et que beaucoup de location dispose d'une piscine, la plupart privée.

Après avoir fait une première puis une seconde sélection, nous nous sommes retrouvés avec 3 villas offrants toutes un certain charme. C'est finalement google map qui a décidé du choix car nous en avons éliminé une parce qu'elle était située sur un plateau à 5 kilomètres de la mer et qu'il n'y avait apparamment pas moyen de faire des ballades à pied intéressantes et une autre parce qu'elle était située dans un quartier résidentiel à flanc de colline à 1 ou 2 kilomètres de la mer n'offrant comme ballades pour rejoindre la Méditerranée que des routes sinueuses bordées de villas.
Certe celle que nous avons choisie est dans le même type d'environnemment que la précédante mais avec la différence importante qu'elle n'est située qu'à quelques centaines de mètres de la mer, qu'il y a un petit port privé tout proche et que le centre de Calpe n'est qu'à 2 ou 3 kilomètres.

Article 174 - Villa Calpe

Une autre raison qui a aussi fait pencher la balance, c'est le look californien de la propriété, comme vous pouvez le constater sur la photo, et sa magnifique piscine.

Article 174 - Hotel L'Ermita

Le plat de consistance choisi, je me suis mis à la recherche de l'entrée: un hôtel pour 3 jours à Andorre. Le choix était vaste et offrait 2 types de possibilités: un hôtel en ville, permettant l'accès aux lieux de shopping directement à pied au départ de l'hôtel ou au contraire un hôtel isolé ou situé dans un petit village. Etant plutôt campagnard que urbain, nous avons choisi cette seconde solution. L'hôtel l'Ermita à Canillo, un village situé sur la route principale traversant la principauté d'est en ouest et reliant le Pas de la Casa, première ville en arrivant de France à la capitale, Andorre la Vieille, nous a plu par son architecture, typique de la montagne et par ses commentaires plus que positifs sur le site booking.com, en plus d'un tarif très attractif.

Article 174 - Rocamadour

Ensuite j'ai cherché les zakouskis. Sachant qu'il y avait 12h de trajet jusqu'à Andorre, j'ai choisi de faire étape après 7 à 8 heures de route. En regardant l'itinéraire, à la recherche d'un endroit qui me parlait, je suis tombé sur Rocamadour, un village que j'ai envie de découvrir depuis longtemps du fait que plusieurs connaissances ont eu l'occasion de le visiter et m'en ont parlé en bien. Le lieu de la première étape était donc tout trouvé. Nous y avons choisi l'hôtel le Lion d'Or, un peu au feeling et parce qu'il se trouve au centre du village. Comme nous n'y passons qu'une nuit, cela nous permettra, après de longues heures de route, de ranger la voiture et de pouvoir le découvrir à pied.

Ayant choisi nos zakouskis, l'hôtel étape de Rocamadour, notre entrée, 3 jours dans la principauté d'Andorre, et notre plat principal, une semaine au soleil de Calpe dans une jolie villa avec piscine privée, il ne me restait plus qu'à faire le choix du dessert.

Article 174 - Viaduc de Millau

Pour effectuer le trajet retour, nous avons fait le choix de nous arrêter à mi-parcours pour 3 nuitées, histoire d'arriver à 2 semaines de vacances.
Depuis qu'il est construit, l'une de mes envies est de découvrir le viaduc de Millau. J'étais déjà très content de savoir que notre itinéraire de retour nous amènerais à le franchir. Alors, quand j'ai constaté qu'il se trouvait jusgement à mi-parcours de notre itinéraire de retour, notre dessert était tout trouvé. Nous seulement je pourrais passer sur le viaduc mais en plus, je pourrais l'admirer de la vallée.
Et en constatant que Millau se situait dans l'Aveyron, un département qui me parle, tout comme Calpe me parlait, sans savoir dire pourquoi, j'ai fait via Logis de France une recherche au sens large car le but n'était pas de loger à Millau même. S'il avait fallu faire quelques dizaines de minutes de routes pour l'admirer, je n'aurais pas hésiter. Malheureusement après une première sélection j'ai constaté que les hôtels qui nous attiraient, à la fois les plus jolis et ceux situés dans des sites magnifiques, étaient trop éloignés de Millau. Non seulement la visite du viaduc aurait nécessité un trajet aller-retour de près de 3 heures de route mais en plus, nous aurions eu un trajet beaucoup plus long pour rejoindre l'hôtel au départ de Calpe du fait qu'il n'était pas tout à fait sur le chemin du retour. J'ai donc du, la mort dans l'âme, choisir un autre hôtel en ciblant cette fois Millau et ses environs.
J'ai ainsi trouvé un hotel bungalow: certains étaient divisés en 2 chambres selon la formule hôtel tandis qu'il était possible d'en louer certains en logement distinct comprenant un séjour et 2 chambres. Le tout avec vue sur le viaduc. Bien que le site booking.com laissait penser qu'il n'y avait plus de chambres libres le samedi, j'ai néanmoins écrit et après 2 jours sans réponse, je me suis remis à chercher. C'est ainsi que j'ai trouvé etchoisi un petit hôtel à l'air charmant, le Clos d'Is. 24h plus tard, mais hélas trop tard, l'hôtel bungalow me répondait enfin pour m'indiquer qu'il avait encore un bungalow disponible. J'aurais pu annuler, sans frais, notre réservation au Clos d'Is mais cela faisait plusieurs semaines que j'étais à la recherche d'un hôtel dans l'Aveyron et maintenant que j'en avais trouvé un, je ne voulais pas prendre de risque selon le principe du "un tiens vaut mieux que 2 tu l'auras".

Article 174 - Carte lieux villégiatures

Nos vacances de printemps 2010 seront donc originale à plus d'un titre puisqu'en nous emmenant en Principauté d'Andorre (signet C sur la carte ci-dessus), sur la Costa Blanca (D) et dans l'Aveyron (E), elles nous donneront l'occasion de découvrir 2 nouveaux pays (un seul, la Principauté d'Andorre, pour ma femme), tout en mélangeant la montagne, la mer et la campagne. Pour être complet concernant la carte ci-dessus, le signet B pointe sur Rocamadour, lieu de notre première étape, alors que le signet A est tout simplement notre point de départ.

Ces vacances sont déjà planifiées et réservées depuis plusieurs semaines mais depuis le mois de mars et la mise à l'arrêt provisoire de ce blog pour cause de manque de temps, je postais chacun de mes articles avec un certain retard.
Le voici résorbé de toute justesse puisque notre départ est programmé... demain matin.

02/10/2009

Excursion à Gand

Vu le week-end splendide qui s'annoncait, et sachant que ce serait peut-être le dernier de l'année, nous avons décidé de partir en excursion ce dimanche. Notre choix s'est porté sur la ville de Gand. Une ville que nous n'avions jamais visitée et que j'avais envie de découvrir depuis quelques années.

Nous sommes partis vers 9h30' le matin et j'ai fait le choix de ne pas m'y rendre par l'autoroute via Bruxelles mais par le chemin le plus court (en kilomètres) même si cela nous a pris 40 à 45 minutes de plus. Ma femme et moi adorons les ballades en voiture. C'était l'occasion de découvrir de jolis paysages.

Article 135 - Gand

Arrivés vers 11h15', nous n'avons pas eu de problème pour nous parquer, Gand étant bien fourni en parking proches du centre historique. Nous avons fait un premier tour de la ville en axant cette première promenade sur la recherche d'un restaurant. Je n'avais pas d'idée de ce que je voulais manger mais à force de voir la carte de différents établissements, une évidence m'est apparue. J'étais à Gand, il était logique que je mange un waterzooi gantois. Mon choix s'est donc porté sur le café Leffe qui proposait ce plat, au choix, au poulet ou au poisson.
Nous nous sommes donc installés dans cette brasserie ou ma femme a commandé un mix grill tandis que ma fille choisissait, parmi les propositions que nous lui avons faites, les fondus au fromage. Connaissant déjà le waterzooi gantois au poulet, j'ai donc passé commande de ce plat avec du poisson. Malheureusement pour moi la serveuse est vite revenue pour me signaler que ce plat n'était pas disponible. Je me suis donc rabattu sur celui au poulet et je me suis régalé avec un plat particulièrement réussi.

Pour suivre, nous avons fait une ballade guidée de 40 minutes en bateau, plus intéressantes qu'à Bruges (il y avait plus à voir) ou que sur le lac Balaton (ou le seul intérêt était de faire du bateau). Nous avons ensuite continué à parcourir, à pied cette fois, le centre historique qui était malheureusement en travaux. Quoique ce qu'on perdait en beauté, on le regagnait en sécurité et en tranquillité: les trams ne circulant pas tout comme les vélos, trop silencieux pour notre fille de 4 ans qui veut toujours marcher librement quand elle est dans un piétonnier.

J'ai été étonné par l'absence de 3 types de commerce et par la présence quasi à tous les coins de rues d'un quatrième type. A côté des patisseries que l'on trouve en nombre, je n'ai vu ni boucherie/traiteur ni épicerie. Cela peu éventuellement se comprendre par le fait que le centre historique est plus fréquenté par les touristes que par les "locaux" qui sont les clients désignés de ce type de boutique. C'est d'ailleurs pour eux, les touristes, que l'on trouve de nombreux chocolatiers. Par contre, le commerce manquant qui m'a le plus étonné, c'est de ne trouver aucun glacier. Pas de salon de dégustation ni de possibilité d'acheter un bon cornet de glace artisanale. Les seuls possibilités étant 2 camionnettes, un magasin proposant des glaces italiennes et un autre des Cartes d'Or. Nous nous sommes donc abstenus, préférant nous rabattre, une fois rentré chez nous, vers une glace de notre congélateur qui était de la même qualité que celles proposées à Gand tout en étant très certainement moins chères.

Vers 16h, Kristen commençant a devenir difficile car elle s'ennuyait et que, surtout, elle était fatiguée, elle dormira pendant tout le trajet du retour, nous reprenions le chemin du parking, pour récupérer notre voiture, ou une dernière bonne surprise nous attendait. Pour presque 5 heures, je m'attendais à une note approchant voire dépassant les 10 euros. Quelle ne fut pas ma surprise de constater que l'addition se montait à 3 euros seulement.

02/07/2009

Burger King et moi

Non, je ne fais pas preuve de mégalomanie en voulant comparer ma petite personne à ce géant américain de la restauration rapide. Je veux juste narrer dans cet articles mes 2 rendez-vous manqués, et les 3 réussis, avec un restaurant de cette chaîne.

Article 106 - Enseigne Burger King

Cela ne fait que quelques années que je connais leur existence puisqu'ils ne sont pas implantés en Belgique et qu'ils ont quittés la France en 1997. Mais mon attrait pour la nouveauté m'a alors donné envie de goûter leurs produits.

En avril 2004, alors que nous étions, ma femme et moi, en vacances à Aruba, une petite île des Caraïbes, nous avons une première fois manqué l'occasion de découvrir Burger King. Notre hôtel était situé non loin de la capitale, Oranjestad. Nous y sommes donc allé en visite.
Arrivés à l'heure du dîner et après avoir parcouru quelques rues, nous sommes tombés sur un Mac Donald. Comme nous étions en formule all-inclusive et comme nous ne voulions pas passer trop de temps à table, ce fast food pouvait faire l'affaire d'autant que, si nous connaissions évidemment cette chaine, elle proposait des burgers qu'on ne trouvaient pas chez nous. Nous y avions mangé correctement sans plus.
Alors qu'elle n'avait pas été notre déception lorsque, en reprenant notre promenade, le ventre plein, nous étions tombés, 2 rues plus loin sur un Burger King.

Frustrés, nous nous étions promis de nous rattrapper ce que nous avions fait quelques mois plus tard.
Sachant que la chaîne est présente en Allemagne, j'avais regardé sur internet et constaté qu'ils avaient un point de vente à Aix la Chapelle qui n'est pas bien éloigné de Liège ou habite mes beaux-parents et ou nous allons régulièrement. Nous avions ainsi découvert le fameux whopper (leur Giant ou leur Big Mac à eux) et combien Burger King est bien meilleur que Quick ou Mac Donald.

C'est pour cette raison que, depuis quelques mois, nous avions envie d'y regouter.

En préparant nos vacances, j'ai regardé si Burger King avait des implantations dans les pays visités. J'ai constaté qu'il n'en avait pas ni en Croatie ni en Slovénie mais bien en Hongrie, quoique uniquement à Budapest. Mais de toute façon, nous n'allions pas la pour manger fast food.
Par contre, outre en Allemagne, j'ai surtout constaté qu'ils étaient présents en Autriche avec notamment quelques implantations à Vienne et sa région ou nous devions passer le deuxième jour vers midi.
Nous avons donc fait le choix de préparer des sandwiches et des tartines pour le premier jour de voyage et de dîner chez Burger King le lendemain.

J'avais ainsi repéré un restaurant sur une aire d'autoroute au sud de Vienne. Je n'avais pas trouvé son adresse précise, histoire de l'introduire dans mon gps, mais il ne paraissait pas difficile à trouver puisque situé sur une autoroute que l'on aurait empruntée, en se déroutant de quelques kilomètres, lorsque nous serions arrivés en approche de Vienne.

Mais le choix de finalement visiter le centre de cette ville en voiture nous a amené à quitter l'itinéraire prévu. Une fois la visite terminée, j'ai bien fait quelques tentatives pour trouver le Burger King mais en l'absence de coordonnées gps et comme j'avais oublié d'éditer la carte sur laquelle j'avais vu la localisation du restaurant, je n'y suis pas arrivé. Peu après 13h, alors que Kristen se plaignait, à juste titre, d'avoir faim, nous avons, la mort dans l'âme, laissé tomber l'idée. Nous avons donc repris la route de la Hongrie et nous sommes arrêtés à la première station service pour acheter ... des tartines.
D'autant plus frustrant que la veille, en Allemagne, nous n'avions pas arrêté de voir des Burger King à quasi chaque station essence. C'est ce qui nous a aidé à nous consoler car nous nous sommes dit qu'au retour nous souperions la.

Au retour donc, nous nous sommes arrêtés vers midi sur une aire d'autoroute qui était, nous allions le constater 1 ou 2 kilomètres plus tard, la dernière aire autrichienne avant la frontière. Nous y avons fait le plein et comme le choix de sandwiches et tartines n'étaient pas terrible mais que Kristen avait faim, nous lui en avons acheté une et en avons choisi une autre pour nous, histoire de patienter. Nous avons ensuite repris la route pour rejoindre la prochaine station service, en espérant qu'ils auraient plus de choix.

Et qu'avons nous vu quelques kilomètres plus loin ? Un panneau annonçant la prochaine aire d'autoroute dans 10 km avec les noms de la marque de la station essence et des restaurants qui y sont associés: Gusticus et ... Burger King.
Le premier moment de dépit passé, nous nous sommes interrogés Maud et moi. Tu as encore faim ? Evidemment (puisque nous cherchions justement à manger). Oui mais une grosse faim ? Assez oui. Finalement je me suis lancé et j'ai proposé à Maud de diner la ce qu'elle a accepté avec joie. D'autant qu'on ne voulait pas risquer de ne plus voir de Burger King sur notre itinéraire (différent de l'aller) en fin de journée.

Article 106 - Point de vente Burger King

C'est ainsi que 5 ans plus tard, j'ai eu l'occasion de redécouvrir Burger King et de constater que leurs hamburgers et surtout leurs frites étaient aussi bons que dans nos souvenirs.

Mais l'histoire ne s'arrête pas la car quelques heures plus tard, il a fallu songer à souper. Je me demandais ce que nous pourrions manger et songeais éventuellement à de nouveau m'arrêter chez Burger King, tellement c'était bon, quand je suis tombé, vers 18-19h, sur un panneau annonçant une station essence avec, comme restaurants sur le site, Gusticus (le premier depuis longtemps) et Burger King.

Article 106 - Enseigne Gusticus

Je ne connaissais pas Gusticus avant ce jour. Il s'agit d'une chaîne de restaurants self-service, un peu comme Autogrill à l'étranger ou AC restaurants chez nous. Mais le midi, leurs plats et leurs buffets étaient tellement appétissants, variés et tentants que j'ai trouvé l'idée de les gouter intéressante. Maud a immédiatement adhéré à cette idée.

Malheureusement, alors que le midi, il s'agissait d'un grand Gusticus, qui partageait ses locaux, son décor et son mobilier avec un petit point de vente Burger King, ici, il s'agissait d'un grand Burger King qui partageait ses locaux, son décor et son mobilier avec un petit Gusticus.
Bilan, le choix chez Gusticus était limité alors que Burger King proposait un autre burger en plus de ceux proposés dans la petite implantation de ce midi.
Nous aurions du faire l'inverse: diner au Gusticus et souper au Burger King. Mais nous ne pouvions pas savoir et, à midi, nous avions trop envie de manger Burger King et trop peur de ne plus en trouver avant la fin de la journée.

Maud a finalement choisi de manger un spaghetti carbonara. Kristen, une grosse saucisse allemande. Ni cela, ni les schnitzel ni le petit salad bar qui constituait l'essentiel des propositions de plat ne me tentait et comme le nouveau burger me faisait de l'oeil, pour la deuxième fois de la journée, mais seulement la troisième de ma vie, j'ai donc remangé un menu chez Burger King.

Cette fois, je n'ai donc plus attendu 5 ans pour retourner chez Burger King. Juste 5 heures !

20/06/2009

Tobos, otok, borovnica

... ou les 3 seuls mots que j'ai retenus, pour des raisons diverses, du hongrois, du croate et du slovène.

Quelques jours après mon retour, quand je repense aux mots appris sur place dans les 3 langues auxquelles j'ai été confronté, si on excepte merci (köszönöm en hongrois ou hvala en slovène) ou eau (voda aussi bien en croate qu'en slovène), ce dernier mot parce qu'on le voyait tous les jours à l'hotel sur notre bouteille d'eau minérale, je n'en ai retenu que 3, un par pays visité.

TOBOS (orthographe non garantie)

Article 101 - Tobos

Le mot que j'ai retenu de la langue hongroise est donc tobos qui signifie pomme de pin.
Tout cela parce que le premier soir, alors que nous prenions un verre à une terrasse, Kristen, notre petite fille de 4 ans, a "fraternisé" avec un jeune couple hongrois attablé à la table voisine. Comme elle est d'un naturel très facile pour aller vers les gens, les regards et les sourires aidant, elle a commencé par poser une pomme de pin sur une chaise puis directement sur leur table. Ils ont fini par lui demander comment elle s'appelait et, constatant que nous étions francophone, par nous demander quelle était la traduction française de mots usuels comme bonjour par exemple tout en nous donnant leur traduction en hongrois. La jeune femme a fini par nous demander comment on nommait cet objet et par nous en donner la traduction hongroise.
Durant le reste des vacances, chaque fois qu'on trouvait une pomme de pin, on demandait à Kristen de nous dire comment on appelait cela en hongrois et c'est ainsi que je l'ai mémorisé durablement.

OTOK

Article 101 - Otok

En ce qui concerne le croate, je n'en avais rien retenu avant de me rappeler que le premier mot rencontré et compris se situait sur des panneaux indicateurs: Otok Krk. Sachant que Krk était une île, j'en avais conclu, à raison, qu'il signifiait île.

BOROVNICA

Article 101 - Borovnica

Enfin, pour ce qui est du slovène, le mot que je ne suis pas prêt d'oublier est borovnica qui veut dire myrtille. Un fruit que j'adore à l'état de confiture ou dans les yoghourt et que j'ai eu l'occasion de découvrir en Slovénie en glace, en jus de fruit (le matin à l'hôtel mais aussi dans les grandes surfaces) ou en sirop.
A noter que borovnica, tout comme voda, est un terme utilisé en croate aussi, mais c'est en Slovénie, ou il était plus présent, que j'ai commencé à le répéter, un peu comme tobos, et à le graver dans ma mémoire.

18/06/2009

Premier aperçu de nos vacances en Hongrie, Croatie et Slovénie

Pour nos premières vacances 2009, nous sommes partis en voiture à l'est à la découverte de la Hongrie, de la Croatie et de la Slovénie, à chaque fois, à l'hotel en formule demi-pension.
Je compte faire un compte rendu détaillé de chacune de nos étapes mais en voici déjà un petit aperçu.

Ce voyage s'est très bien passé, malgré quelques petits soucis qui font maintenant partie des anecdotes dont on rigolent.
Durant ces vacances, j'ai pu découvrir 2 pays que je ne connaissais pas (la Hongrie et la Croatie) et un, la Slovénie, dans lequel j'avais effectué une excursion d'un jour, au départ de l'Italie, à l'époque ou l'endroit faisait encore partie de la Yougoslavie. L'occasion, outre la découverte des magnifiques paysages de la Croatie et de la Slovénie et la superbe architecture de Budapest, la capitale hongroise, d'apprécier la cuisine de ces différents pays ou encore leurs magasins, l'un de nos dada à ma femme et moi, qui n'ont plus rien à voir avec ce que proposait les pays de l'est avant la chute du mur de Berlin (d'un autre côté, je ne suis pas allé très loin à l'est et j'imagine, peut-être à tort, que d'autres pays, comme la Roumanie, n'offrent pas autant de choix).

Nous avons effectué le voyage aller en 2 jours avec une première journée plutôt monotone car le trajet n'offrait pas beaucoup de particularités à voir si ce n'est, vu qu'il n'était pas tard, le petit détour que nous avons fait en fin d'après-midi pour découvrir le centre de Passau, jolie ville frontière ou 2 rivières se jettent au même endroit dans le Danube. L'hôtel étape choisi (à Ansfelden dans la banlieue de Linz) offrait un excellent rapport qualité/prix.
Le lendemain, comme nous avions le temps, vu que nous avons quitté l'hôtel vers 9h et qu'il ne nous restait que 505 km à faire, nous avons visité en voiture le centre de Linz, très joli, avant de faire de même, un peu plus tard, avec celui de Vienne, magnifique. Cette deuxième journée étant nettement plus agréable avec en plus le temps, ensoleillé et chaud, qui était aussi de la partie.

Première étape: 4 jours à Siofok sur le lac Balaton en Hongrie.

Article 100 - Hongrie

Nous y avons passé 4 jours agréables sans plus. Siofok, la plus grande station du lac étant plutôt vieille et pas spécialement jolie malgré un très beau parc relativement grand en centre ville avec 2 belles aires de jeux pour les enfants. De plus, hors saison (elle commence la-bas avec le mois de juin), la ville manque d'animation. Enfin, nous étions du mauvais côté du lac, un peu pollué avec une eau sombre sur laquelle surnagent de nombreuses anguilles mortes contrairement à l'autre côté (photo ci-dessus) ou les eaux transparantes appelaient à la baignade.
Nous avons aussi découvert la capitale Budapest, très jolie, qui me conforte dans l'idée de mon périple des 4 capitales (Budapest, Vienne, Bratislava et Prague).

Deuxième étape: 4 jours à Baska sur l'île de Krk en Croatie.

Article 100 - Croatie

La, nous sommes passé d'un agréable hôtel familial 3 étoiles à un 4 étoiles, le Zvonimir. Et il n'y a pas que l'hotel à être passé d'un standing supérieur. Les magnifiques paysages de l'île de Krk et la plage de 1800 mètres de Baska, bordée de restaurants et de petites boutiques, étaient eux de niveau 5 étoiles.
La Hongrie était le hors d'oeuvre de nos vacances, la Croatie en devenait le plat de résistance ... dommage que nous n'y sommes restés que 4 jours.
Mais ma femme gardait un mauvais souvenir de sa découverte de la Croatie (il y a près de 20 ans quand même et surtout parce qu'elle était dans un petit village perdu). Il fallait donc faire une découverte soft et en plus on ne pouvait pas savoir au moment de réserver quel serait le meilleur des 3 endroits choisis.

Troisième (et dernière) étape: 1 semaine à Portoroz en Slovénie.

Article 100 - Slovénie

Au niveau de l'hôtel, nous sommes revenu à un 3 étoiles mais cela ne s'est pas trop ressenti car nous étions dans une nouvelle aile construite en 2008. De plus, en ce qui concerne la nourriture, le restaurant était quasiment équivalent à celui du Zvonimir même si les plats étaient parfois un peu plus simple. Par contre, la piscine, elle aussi située dans la nouvelle aile, était du niveau 4 étoiles.
En ce qui concerne la ville, présentée dans la brochure Jet Air comme le petit Nice slovène, elle se résume en fait à une grande avenue le long de laquelle s'aligne une suite d'hôtel assez prestigieux, certains disposant de leur Casino. Malheureusement, pour nous, la comparaison avec Nice s'arrête la. D'autant qu'une partie de la seule avenue principale était en cours de réfection (elle doit être terminée pour la fin juin) tandis que la ville elle même était toujours en construction avec des chantiers sur le bord de mer.
Enfin, Portoroz étant petit au point d'en avoir fait le tour en à peine une heure, on a même eu peur de s'y ennuyé étant donné que nous y restions toute une semaine. Heureusement, la piscine de l'hôtel d'un niveau 4 étoiles, nouvellement construite dans la nouvelle aile et l'une ou l'autre excursion, notamment à Piran (photo) ou à Postojna pour une découverte de l'une des plus grandes grottes au monde a évité cela.

Bilan général.

D'excellentes vacances loin de la grisaille pendant lesquelles nous avons été content de découvrir la Hongrie, même si nous n'y retournerons probablement plus (excepté pour Budapest), la Croatie, magnifique pays dans lequel, par contre, nous retournerons très certainement (à Baska peut-être mais surtout à Dubrovnik que j'ai encore plus envie de découvrir) et la Slovénie même si, la aussi, nous n'y retournerons plus mais juste parce que, comme nous étions à environ 150 kilomètres à vol d'oiseau de Baska, les paysages y sont sensiblement les mêmes et parce qu'on y a l'impression de passer ses vacances (du moins sur la côte, la partie que nous avons découvertes) dans la 21è région italienne (nom de ville et même nom de rue affichés en slovène et en italien, les commerçants qui parlent quasiment tous l'italien, des pizzerias et restaurants italiens partout).

10/03/2009

Excursion à la mer (Coxyde)

Lorsque j'ai signé le bon de commande de ma nouvelle voiture, nous avions décidé d'aller passer une journée à la mer dès que possible soit le premier week-end libre avec une météo clémente. Comme le week-end qui a suivi la réception de ma voiture, nous étions invités à diner chez une tante qui fêtait son anniversaire et que le suivant, nous allions à Liège voir la famille de ma femme, ce n'est que ce week-end que nous avons enfin pu y aller, les prévisions météo n'étant pas trop mauvaise (temps annoncé: très couvert mais sans pluie, sans vent et pas trop froid (9°)).

A part une excursion en Zélande au mois d'août dernier, cela faisait presque 1 an (Pâques 2008) que nous n'étions plus allé à la mer (si on excepte nos vacances en Bretagne). Nous avons donc choisi de retourner à Coxyde, ma station balnéaire fétiche que je considère comme ma seconde ville de résidence. Ma femme, elle, se sent plutot comme chez elle à Blankenberge, mais elle a appris à aimer Coxyde également.

C'est donc avec plaisir que nous avons quitté la maison, ce samedi vers 9h30', pour nous rendre d'abord à Nieuport ou nous voulions acheter du poisson. Il y a en effet, tout près du port, sur la route royale à Nieuport-village, 4 ou 6 poissonniers qui sont installés sur une distance d'à peine 200 mètres. L'occasion d'y trouver une variété importante de poissons de première fraicheur à un prix défiant toute concurence. Ainsi, alors que nous ne trouvons dans nos supermarchés que très peu de poissons à moins de 10 euros le kilo (en gros, le lieu noir, le pangasius et, quand ils sont en réclame, les filets de perche du Nil), il est possible d'en trouver ainsi près d'une dizaine de sorte sous les 10 euros du kilo. Nous avons donc achetés des filets de cabillaud, de plies et de loup de mer à moins de 8 euros du kilo (alors que le cabillaud se vend dans nos supermarchés à un prix qui doit tourner autour des 15 euros) ainsi que de belles crevettes non décortiquées à un prix lui aussi incroyable: à peine 8 euros du kilo alors qu'elles étaient proposées à plus de 13 à Coxyde.

Nous avons ensuite pris la direction de Coxyde ou nous sommes arrivés vers 12h15'. Nous y avons diner à la Mouscronnoise (article à suivre), l'un de mes restaurants préférés dans cette ville. Puis nous avons arpentés les 2 artères principales (l'avenue de la mer et la route royale) avec un passage sur la digue ou Kristen est allée jouer quelques minutes dans le sable.

Article 80 - Kristen sur la plage

Lors de cette longue balade, nous avons dégusté une excellente glace et fait quelques petits achats, essentiellement de produits de bouche, chez les artisans locaux: de bonnes salades chez le traiteur Bamelis, une part de cake aux speculoos et une tartelette pomme-calvados à la patisserie du Littoral, des chocolats, chez l'un des nombreux chocolatiers de l'avenue de la mer, dont une nouveauté à tomber, une praline au chocolat blanc, à la crème au beurre sur une couche de biscuit.
Tout cela n'est pas très compatible avec le régime que nous suivons actuellement, raison pour laquelle nous avons fait l'impasse sur les achats habituels de steacks hachés (ah, ceux au poivre vert ou au fromage (le coxydois) de chez Blancquaert à Saint-Idesbald ou ceux au curry ou au paprika de chez Moerman).

Vers 16h30', nous sommes allé prendre un verre au Chalet des Bains, histoire de permettre aux femmes d'aller aux toilettes, et accessoirement de déguster une excellente Rodenbach grenadine au fût, et vers 17h15', nous reprenions la route du retour après avoir passé une excellente journée puisque le temps avait finalement été un peu plus clément que prévu, nous offrant même, à un moment de l'après-midi, un joli bout de ciel bleu et quelques rayons de soleil.

04/03/2009

Hongrie-Croatie-Slovénie, mes prochaines vacances

Après avoir effectué une première sélection (et un classement des hôtels qui nous attiraient par prix puis recherche sur internet d'avis sur les forums et des sites officiels des hôtels pour avoir plus d'informations et de photos que celles présentes dans les brochures), nous avons choisis un hotel précis en Hongrie, 2 en Slovénie et il nous reste une liste plus importante en Croatie dont la côte est bien plus étendue que celle slovène qui fait à peine 40 km, ceci expliquant cela.

Nous avons aussi dressé les grandes lignes de notre voyage: départ le jeudi de l'ascension, arrêt en Autriche après une première étape de +/- 850 km et arrivée le lendemain en Hongrie après 600 autres km de route. Après 4 jours (au lieu des 5 initialement prévus dans chaque endroits), direction la Croatie et après 4 autres jours (encore un jour économisé), direction la côte slovène pour y passer une semaine.

La semaine dernière, nous nous sommes allés à l'agence de voyage, histoire de voir si les hotels (pré-)sélectionnés étaient encore libre à la période voulue et aussi pour nous faire conseiller.

1. 4 jours en Hongrie à l'hotel Diana à Siofok.

Article 77 - Hotel Diana

Nous avons montré à la voyagiste l'hôtel Diana qui était notre coup de coeur en Hongrie, le seul que nous avions sélectionné dans ce pays vu son excellent rapport qualité/prix, qui plus est situé à Siofok qui passe pour être la plus importante station balnéaire du lac Balaton. Les autres hotels qui avaient attirés notre attention étaient tous beaucoup plus cher et pas nécessairement situés dans la même ville.

En demandant à la voyagiste les disponibilités de cet hôtel,  il est apparu qu'il ne restait qu'une chambre de libre à la période voulue. Il faut dire qu'il s'agit d'un petit hotel 3 étoiles de 25 chambres seulement et que la proximité de l'Allemagne et le fait qu'il s'agisse du week-end prolongé de l'ascension attire probablement beaucoup de touristes de la bas.

Alors que ma femme et mois nous étions présentés pour avoir les premiers renseignements même s'il n'était pas question de tarder pour réserver car l'un des hotels proposait 10% de réduction en cas de réservation avant le 1er mars (les autres offrants cette promotion jusqu'au 1er avril), nous avons très vite décidé de réserver tout de suite, pour ne pas risquer de perdre cette chambre dans un hotel qui nous attirait vraiment.

Site de l'hôtel: http://www.dianahotel.hu/index.php?m=&l=eng

2. 4 jours en Croatie à l'hotel Zvonimir à Baska sur l'île de Krk.

Article 77 - Hotel Zvonimir

En ce qui concerne l'hotel en Croatie, comme les premiers sélectionnés nous tentaient tous à égale valeur, nous avons choisi le moins cher. Si la qualité ne doit pas être au rendez-vous, ce ne sera pas bien grave vu que nous n'y séjournerons que 4 jours.

Mais alors que la voyagiste était en attente d'une ligne chez le tour opérator Jet Air que nous avions choisi car il était le meilleur marché, avec un très grand choix tout en offrant une assurance annulation comprise dans le prix, je lui demandais de me confirmer que l'île Rab sur laquelle se situait l'hôtel (le Complexe hôtelier San Marino) était bien accessible en voiture. La brochure indiquait que l'hotel disposait d'un parking à proximité, mais peut être y avait-il une traversée en bateau pour arriver à l'hotel.
Et la elle me montrait une phrase que je n'avais pas vue: "île accessible en ferry". Cela ne m'intéressait plus du tout, même si la traversée ne durait que 15'. Le temps cumulé en arrivant à l'avance, l'attente d'embarquement, la traversée et l'attente du débarquement risquait, si nous décidions d'aller faire une excursion d'une journée hors de l'île de nous prendre 1h, 1h30' et autant de temps pour le retour.

Je choisissais donc de ne pas réserver pour la Croatie ce jour la pour ne pas céder à la précipitation car l'hôtel que la voyagiste nous proposait en remplacement, le numéro 2 dans ma liste, l'hotel Alan à Starigrad-Paklenica, était plus cher que ce que j'avais calculé (je m'étais trompé de type de chambre) rendant les 3 suivants de la liste moins chers.

De retour à la maison, je devais analyser les hotels restants car un second, présent sur la même île, ne convenait évidemment plus non plus. Je choisissais l'hotel Jadran à Njivice sur l'île de Krk bien que la mention parking à proximité m'inquiétais un peu.
C'est d'ailleurs après bien des hésitations, le lendemain, à l'agence de voyage, que j'abandonnais le choix de cet hotel  car renseignement pris auprès du call center de Jet Air par la voyagiste, il s'avérait qu'il fallait se garer dans les rues environnantes ce qui risquait d'être loin vu que cet hôtel est un hôtel de 220 chambres. Je n'avais pas envie de prendre le risque de laisser ma nouvelle voiture la nuit dans ces rues sans savoir si elles n'étaient pas trop isolées d'autant que comme l'hotel était accessible soit en voiture via un tunnel soit à pied via un sentier de promenade de 200m menant directement au centre ville, cela pouvait signifier que les rues environnantes n'étaient pas si proche que cela.

La voyagiste devait finalement me proposer un autre hotel sur la même île (accessible par un pont à péage), un hotel 4 étoiles (au lieu d'un 3) qui figurait plus loin dans ma sélection car plus cher. Mais comme il offre une place de parking par chambre et comme ce n'est que pour 4 jours, le supplément de prix n'est pas trop important (+/- 75 euros).

Pour la seconde étape de notre voyage, nous séjournerons donc à Baska, sur l'île de Krk, à l'hotel Zvonimir, un 4 étoiles donc de 85 chambres.

Site de l'hôtel: http://www.hotelibaska.hr/page.aspx?view=Hotel_Zvonimir

3. 7 jours en Slovénie à l'hotel Lucija à Portoroz.

Article 77 - Hotel Lucija

Avant de décider de postposer le choix de l'hotel en Croatie, j'avais choisi celui en Slovénie ou 2 hotels restaient en compétition. Ils étaient de niveau et de prix comparable, l'un à Portoroz, décrit dans la brochure comme la petite Nice slovène, l'autre à Izola, petit village de pêcheur distant de la de quelques kilomètres. Nous avons donc demandé conseil à la voyagiste qui en regardant les descriptions de la brochure et en faisant quelques recherches sur internet nous a expliqué qu'apparamment Izola n'était pas très grand et risquait de ne pas offrir beaucoup de magasins et de restaurants alors que Portoroz était plus important avec une vie nocturne plus importante.
Ma femme voulant pouvoir sortir le soir en centre ville pour l'une ou l'autre balade, nous avons choisi l'hotel Lucija, distant du centre de Portoroz de seulement 200 m alors que le San Simon Hotelresort à Izola était lui situé à 800m d'un centre qui risquait d'être moins animé le soir.
Nous passerons donc la dernière partie de notre voyage à l'hôtel Lucija à Portoroz, un 3 étoiles de 179 chambres.

Site de l'hotel: http://www.metropolgroup.si/ (Sélectionner Hotels puis Hotel Lucija)

En résumé.

Grâce aux réductions pour réservations rapides (10% pour chaque hotel) et au fait de partir hors saison, ces 15 jours ne nous couteront, en note d'hotel, hormis les boissons bien sur, "que" 1110 euros en demi-pension pour 2 adultes et un enfant de 4 ans (gratuit dans chacun des hôtels).

Article 77 - Carte des 3 pays

Vous pouvez visualiser sur cette carte les 3 villes ou nous passerons nos vacances, soit la hongroise Siofok, en haut à droite, en dessous de Székesfehérvár, la croate Baska sur l'île de Krk, représentée par une loupe en bas au centre et la slovène Portoroz qui se trouve un peu plus au Nord-Ouest, en dessous de Trieste, quasiment à la frontière avec la Croatie.

Reste à faire.
 
La prochaine étape est maintenant de réaliser les itinéraires et de choisir l'hotel étape du voyage aller. Pour le retour, nous ne réserverons pas d'hôtel bien qu'il y ait 1300 km à parcourir. Nous verrons notre état de fraicheur et déciderons sur le moment de nous arrêter et de prendre une chambre la ou nous serons. Histoire de ne pas se mettre de pression et de ne pas devoir se presser pour arriver à une heure donnée et, histoire aussi de ne pas être obligé d'effectuer un détour vers l'hotel que nous pourrions réserver.

Il s'agira aussi de savoir quels sont les impositions de ce voyage: papiers nécessaires, règles du code de la route spécifiques selon les pays (visités ou traversés), devises à prendre puisque si la Slovénie a comme monnaie l'euro, la Hongrie, qui fait également partie de l'union européenne n'est pas encore passée à la monnaie unique alors que la Croatie ne fait pas partie de l'union européenne et a forcément, elle aussi, sa propre devise.

25/02/2009

Premières recherches pour mes futures vacances et idées pour de prochaines

Depuis le début de l'année, je me suis mis à la recherche de notre lieu de vacance pour cette année 2009.
Comme ma fille Kristen n'est toujours pas en âge d'école (elle aura 4 ans au moment du départ), nous partirons de nouveau hors saison pour profiter des tarifs plus avantageux. Ce devrait être fin mai début juin pour profiter des congés de l'ascension et de la Pentecote et ainsi devoir placer moins de jours de congé.

Tout de suite, vu l'achat de la nouvelle voiture, je me suis mis un premier impératif, celui de partir en auto. J'ai également choisi de découvrir un pays ou je ne suis jamais allé, donc pas la France, le Luxembourg, l'Allemagne, les Pays-bas, l'Autriche, l'Italie, la Suisse ou Monaco. Je suis également allé à Aruba et aux Seychelles mais il n'y avait pas de risque que j'y retourne par ce moyen de transport.

Article 76 - Europe

Ayant entendu une publicité à la radio indiquant que Jet Air avait sorti son catalogue vacances en voiture 2009, j'ai eu l'idée d'aller le chercher, histoire, comme pour les vacances aux Seychelles, de trouver des idées de lieux de villégiature.

Au départ, j'avais en tête, pour satisfaire mon désir de nouveaux horizons, l'Espagne, qui en fait ne me parle pas tant que cela, et surtout la Croatie que j'ai envie de découvrir depuis longtemps, et plus particulièrement Dubrovnik. Dans les catalogues, j'ai trouvé comme autres possibilités la Hongrie, la Slovénie, la Tchéquie, la Slovaquie, Andorre et le Liechtenstein.

Vu le nombre de pays possibles, j'ai décidé, en accord avec ma femme, de faire un nouveau combiné après ceux de 2006 en Italie (une semaine à Lignano sur la côte Adriatique et une autre en Toscane) et de 2008 aux Seychelles (6 jours dans le sud-ouest de l'île, plus sauvage, et 4 jours dans la station touristique de Beauvallon) et en France (avec une première semaine passée dans le nord de la Bretagne, près de Saint-Malo, et une autre dans le Sud, sur la côte à 30 km de Qimper). Avec la différence que cette fois, il s'agirait de combiner 2 pays différents. C'est d'ailleurs pour cela, et mon peu d'engouement, que j'ai très vite oublié l'Espagne.

Article 76 - Les 4 capitales proches

En regardant une carte de l'Europe, j'ai aussi constaté que 4 capitales européennes se trouvaient à un jet de pierre (relativement parlant) les unes des autres tout en n'étant pas trop éloignées de la Belgique. Ainsi, alors que la Tchéquie n'est qu'à environ 750 km de chez nous et Prague à 924 km, Bratislava, capitale de la Slovaquie n'est éloignée que de 338 km de Prague, Budapest, en Hongrie, est à 201 km de Bratislava et Vienne se trouve à 244 km de Budapest. A noter que Bratislava et Vienne ne sont distants que de 79 km !
Pour le retour depuis Vienne, il faudrait alors compter 1132 km.

Je me suis dit que cela pourrait faire un beau voyage culturel: relier Prague à Vienne en passant par Bratislava et Budapest, le tout en passant quelques jours dans chaque capitale.

Article 76 - Scandinavie sud

Dans le même ordre d'idée, il y a quelques mois, en discutant avec un collègue qui partait en mini-trip à Oslo et en regardant la carte pour évaluer son voyage, je m'étais déjà rendu compte que le Danemark n'était pas non plus très éloigné de la Belgique (Copenhague est à moins de 950 km soit plus proche que la côte d'Azur). De la, il était possible de rejoindre la Suède via un pont. Stockholm, la capitale se situant alors à 661 km et Oslo, capitale de la Norvège à 532 km de Stockholm. Le retour se faisant par les côtes suédoises soit 613 km jusque Copenhague.
Une autre possibilité étant de relier le Danemark à la Norvège par ferry via Aalborg au Danemark et Kristiansand en Norvège pour ensuite remonter sur Oslo et prendre la direction de Stockholm ou, pour réduire le voyage de quelques centaines de kilomètres, remplacer Stockholm, comme ville étape suédoise, par Göteborg qui se trouve à mi-chemin entre Oslo et Copenhague et rentrer, comme pour l'itinéraire précédant, par les côtes suédoises.
Je m'étais déjà dit que relier ces 3 capitales scandinaves (ou en remplaçant Stockholm par Göteborg) constituerait la aussi un beau voyage culturel.

Dans les 2 cas, ce ne sont pas des voyages que j'envisage dans l'immédiat car j'aimerais que ma fille soit en âge de s'en souvenir.

Article 76 - Royaume-Unis + Eire

Pour en terminer avec les pays accessibles en voiture mais qui n'entre pas en ligne de compte pour cette fois, il y a encore Andorre et le Liechtenstein, mais éliminé car je ne cherche pas non plus de vacances en montagne, même en été, et un pays qui ne figure pas, tout comme les pays scandinaves évoqués plus haut, dans les catalogues, la Grande-Bretagne que je ne considère pas comme une destination de vacance mais que je visiterais plutot en formule mini-trip. Quoique l'Ecosse et l'Irlande (l'Eire qui ne fait pas partie à la Grande-Bretagne) me tentent beaucoup, ce qui pourrait finalement faire l'objet d'un troisième voyage intéressant même si la, le problème viendrait de la conduite à gauche que j'ai expérimentée brièvement aux Seychelles ce qui ne fut pas facile (je devrais y revenir dans un prochain article).

Mais comme ce que nous recherchons, ce sont des vacances au soleil au bord de l'eau, le choix s'est vite limité à 3 pays. Je me suis donc orienté vers un combiné Slovénie, Croatie, ce dernier parce que, comme je l'ai déjà dit, j'ai vraiment envie de le visiter, le premier parce qu'en feuilletant les catalogues, j'ai pu constater que Portoroz était une très jolie station balnéaire slovène et qu'apparamment, il y en avait d'autres.
Ma femme, quant à elle, a porté son choix sur la Hongrie et le lac Balaton.

Aie, déjà qu'elle ne voulait pas entendre parler de la Croatie parce qu'elle en a a gardé un mauvais souvenir (partie 15 jours, à 13 ans, avec sa mère et son beau-père, adepte de la crèpe sur la plage, elle s'était beaucoup ennuyée car ils ne faisaient pas grand chose de leurs journées), voila qu'elle n'évoquait pas la Slovénie non plus.

Habituellement, lorsque nous partons en vacance dans des pays proches, nous préfèrons une location en villa, ou en appartement que nous réservons sur internet. Mais en commençant à chercher sur mes sites habituels et sur d'autres dédiés plus particulièrement à ces pays, j'ai constaté qu'il y avait peu d'offres et qu'il y avait le problème de la barrière de la langue (certains particuliers ne proposant comme langues que le croate ou l'allemand).
J'ai donc proposé de réserver cette fois via l'un des tour-opérateurs dont nous avions la brochure et, comme j'avais beaucoup apprécié la formule en hôtel lors de nos vacances aux Seychelles (mais il faut dire que c'était plus qu'une simple chambre avec 2 lits), nous avons décidé de partir à nouveau en hôtel et ce même si certaines locations en logement seul étaient possible.

J'ai donc proposé à ma femme de faire une recherche d'hôtel, et par corollaire d'une région, dans chacun des 3 pays qui nous tentent pour ensuite sélectionner les 2 élus et donc les 2 pays à visiter.
La logique voulait alors qu'on s'oriente vers un dyptique Hongrie - Slovénie sachant que ce dernier était devenu ma priorité et vu que ma femme n'était pas très emballée par la Croatie. Je n'allais pas lui imposer cette destination au dépend de la Hongrie et ce, d'autant qu'au départ, elle était tentée de retourner à Lloret del Mar, en Espagne, ou elle avait passé de superbes vacances il y a quelques lustres. Quant à moi, j'avais finalement abandonné l'idée d'aller à Dubrovnik car trop éloigné des lieux possibles de vacances en Slovénie ou en Hongrie (respectivement 700 et 850 km). En 15 jours de vacances, en plus des 2 jours de voyage aller et des 2 jours pour le retour, il aurait fallu rajouter 2 journées complètes de déplacement. Même si nous aimons la voiture, cela aurait fait beaucoup.

Mais très vite, l'idée de passer +/- 5 jours dans chacun des pays se fit jour. Ainsi tout le monde était content: chacun voyait le(s) pays qu'il voulait visiter tandis qu'on ne passait que quelques jours en Croatie.

En plus, cela me permettrait de découvrir 3 nouveaux pays. La Hongrie et son lac Balaton, la Croatie et sa côte magnifique et la Slovénie et ses stations balnéaires acceuillantes.

A ce jour, j'ai déjà effectué une première sélection d'hotel et nous sommes attirés par un petit (25 chambres seulement) en particulier en Hongrie (pourvu qu'il y ait encore des disponibilités à la période voulue) et par 2 de valeurs équivalentes en Slovénie dans 2 stations balnéaires différentes. Ce sera d'ailleurs plus le choix de cette dernière qui fera pencher le choix.
Pour ce qui est de la Croatie, j'ai fait une sélection de 4 ou 5 hotels sans que l'un ou l'autre ne se détache. Sachant que j'ai finalement trouvé que passer 5 jours en Slovénie serait peu pour visiter toutes ses petites stations balnéaires sympa, j'ai même proposé à ma femme d'y passer plus de jours et de ne pas aller en Croatie (étonnant vu que c'était, avant de commencer à chercher, mon premier choix) et ma femme a refusé (tout aussi étonnant vu ses aprioris), ayant finalement aussi envie d'y aller vu que ce n'est que pour quelques jours.

Il nous reste maintenant à aller dans une agence de voyage pour vérifier les disponibilités, nous faire éventuellement conseiller, faire nos derniers choix et effectuer les réservations.

16/11/2008

Premières photos de Bretagne

... à voir sur le blog de ma fille.

Cela fait déjà 7 semaines que je suis revenu de vacances de Bretagne et je viens seulement de mettre à jour le blog sur ma fille avec les photos concernées.

C'est la un trait de mon caractère: je finis toujours par tout faire mais il faut parfois le temps. Par conséquent, ne désespérez pas, les articles sur mes vacances en Bretagne viendront... le tout est de savoir quand.

Pour patienter, vous pouvez toujours aller voir sur le blog de Kristen les photos que j'y ai postées pour en avoir un avant gout.

Evidemment, Kristen y est omniprésente (c'est logique vu que c'est son blog).
Vous pourrez donc y voir des photos de Dinard (avec Kristen), Quimper (avec Kristen), ...

28/09/2008

Retour de vacances et reprise de la vie de ce blog

Voila, je suis déjà (de mon point de vue) de retour après 15 jours magnifiques en Bretagne.

Pour moi, la Bretagne, c'était le pays de la pluie. J'étais donc parti avec cette idée, en me disant que j'aurai l'occasion de tester les crêperies, les spécialités culinaires locales, me reposer dans les 2 maisons que nous avions choisies confortables, faire un peu de lecture, beaucoup de pc que j'avais amené, la première semaine pour continuer, entre autre, le tri de mes photos et gérer les statistiques pour mon site de pari et la seconde pour aller sur internet.

Rien de tout cela ! A part un après-midi de pluie le jour de notre arrivée, nous n'avons pas essuyés la moindre goutte d'eau, si on excepte, le deuxième mercredi, 2 périodes de 1 à 2 minutes de très fine pluie alors qu'on était en voiture.
Ce jour à d'ailleurs était le plus mauvais, je devrais dire le moins bon, de notre quinzaine puisque gris et un peu frais. Tous les autres, nous avons eu droit à du soleil et un ciel bleu (cela devrait se voir sur les photos) et une température agréable pour la saison (18 à 20° avec une pointe à 21 et même 22° l'espace de 2 jours) qui nous permettaient de nous balader en Tee-shirt.

En poussant un peu, je dirai d'ailleurs que nous avons eu un meilleur temps que lors de nos vacances de ce mois d'avril aux Seychelles où, sur 12 jours, nous n'avions eu que 3 jours complètement secs, 2 ou 3 jours de pluie quasi continue, les autres n'étant pas mauvais, la pluie se limitant à 1h en matinée ou en soirée, voire sur le temps de midi. Tout est donc évidemment relatif.

Voila donc un petit avant-goût de ce qu'a été nos vacances. J'envisage d'en faire un compte-rendu un peu plus complet et de poster quelques photos pour montrer la beauté de la région. D'autres pourraient aussi venir avec un caractère plus insolite ou plus anecdotique.
Mais pour cela, un peu de patience car qui me connait sait que cela peut prendre du temps avant que je n'en trouve à consacrer à la chose (la preuve avec le blog sur ma fille qui est resté plusieurs mois en rade et pour lequel je viens de rattrapper mon retard, si on ne tient pas compte de ces vacances en Bretagne). D'autant que j'ai un emploi du temps un peu chargé après ces quinzes jours d'absence (je n'ai d'ailleurs pas trouvé plus tôt le temps de me connecter aujourd'hui et n'ait pas encore 'développé' mes nombreuses (plus de 1000 !) photos).

Heureusement qu'il me reste encore une semaine de congé.

Qui a dit le veinard ?

26/08/2008

Location vacances en Bretagne

Je vais régulièrement en vacance en France mais jusqu'il y a peu, cela se limitait à la recherche du soleil sur la Côte d'Azur ou en Provence avec une exception sur l'île de Ré.
Depuis quelques temps, ma femme et moi avons envie de découvrir les autres régions françaises.
Nous avons ainsi commencé l'année passée avec une semaine en Alsace au mois de décembre (ou nous avons d'ailleurs fait une overdose de marché de Noel).
Cette année, nous avons prévu de découvrir (redécouvrir pour ma femme) la Bretagne et comme il y a 2 ans lorsque nous sommes partis en Italie, nous avons décidé de passer 2semaines à 2 endroits différents.

Maison Treffiagat - compresséJ'ai donc fait une recherche de deux locations principalement via le site abritel (location entre particulier) et après de multiples sélections, notre choix s'était déjà porté, la semaine passée, sur une maison à Tréffiagat près de Quimper soit dans le Finistère Sud ou nous séjournerons du 20 au 27 septembre.

 

Jardin Le MinihicPour la semaine précédente, nous nous sommes décidés hier pour une maison à Le Minihic sur Rance près de Saint-Malo (en Bretagne Nord donc) vu que je tenais à résider dans cette région, d'une part pour être proche du mont Saint-Michel, mais aussi découvert une région riche en lieux à découvrir avec Dinard, Dinant, Dol en Bretagne puisque je veux découvrir cet endroit.

Le choix de la première maison s'est fait pour son confort, tandis que c'est l'environnement de la seconde qui nous a attiré.

Ci-dessous, une carte pour situer les 2 locations. Celle de la semaine du 20 au 27 septembre est marquée d'un signet rouge tandis que celle de la semaine du 13 au 20 septembre se trouve près de Saint Malo, soit à l'opposé.

Carte Treffiagat

10/08/2008

Excursion à Aquatopia (Anvers) et Zierikzee (Zélande)

Hier, ma petite famille et moi sommes parti en excursion à Anvers et en Zélande.

Depuis longtemps, j'avais envie de découvrir les plages hollandaises.
Un problème à l'épaule et un autre au genou m'ont amenés à faire appel à un kiné qui, lors d'une de nos conversation, m'a indiqué qu'il faisait régulièrement de la plongée en Zélande où il logeait plus précisément à Zierikzee.
Il m'a indiqué qu'il s'agissait d'une charmante petite ville et m'a conseillé d'y aller d'autant que c'était à moins de 2 heures de route de chez nous.
Bizarrement, je ne m'étais jamais rendu compte que la Zélande était si proche.

Comme pour aller en Zélande de chez moi, on doit passer par Anvers et comme j'avais gagné il y a quelques temps une réduction de 25% sur l'entrée à Aquotopia valable jusqu'à la fin de ce mois, j'ai décidé de combiner les deux.

Nous sommes donc partis dans la matinée visiter Aquatopia qui est, dixit la pub, "un aquarium futuriste présentant une collection fascinante de poissons et d'animaux marins exotiques, le tout dans un environnement high-tech".
Si je n'ai rien trouvé d'high-tech ni de futuriste, j'ai par contre vraiment apprécié la visite, découvrant des espèces que je ne connaissais pas.
En résumé, je conseille vivement la visite (qui dure environ 1H) à tous les amoureux des aquariums d'autant que l'endroit est aussi facilement accessible en train puisqu'il est situé sur la même place que le zoo, en face de la gare et que jusqu'à la fin de l'été, le tarif enfant est d'application pour tous.

Ensuite, nous avons pris la direction de Zierikzee en faisant le choix de faire une grande boucle pour pouvoir découvrir les superbes paysages, quoiqu'un peu monotones de la Zélande.
L'occasion de vérifier que la Hollande est vraiment le pays des moulins (bien plus nombreux ici, proximité du large oblige, que dans la région de Maastricht, seule partie des Pays-Bas que je connaissais)... même si les moulins sont largement supplantés par les éoliennes.
A Zierikzee, nous avons découvert une jolie petite ville dont le centre est interdit aux voitures de 12 à 17h (21h le jeudi ce qui laisse penser qu'il doit y avoir un marché du soir ou une autre animation), avec un joli petit port de plaisance.

Pour terminer la journée, nous avons ensuite pris la direction de Middelburg, une ville plus grande. En chemin, on s'est arrêté pour découvrir une magnifique et grande plage.
Nous ne nous sommes finalement pas arrêtés à Middelburg, nous contentant d'un tour de ville en voiture, car nous n'avons pas trouvé ou se situait le centre commercial et touristique, ce qui n'enlève rien au charme et à la beauté de cette ville.

La fatigue commençant à se faire sentir, nous avons décidé de rentrer après un petit détour jusqu'à Vlissingen, distante de quelques kilomètres seulement. L'occasion de découvrir une ville un peu plus grande que Zierikzee mais présentant autant de charme.
En conclusion, nous avons passé une agréable journée d'autant que la météo était avec nous et nous reviendrons dans un premier temps passer une journée en Zélande (avec au programme, Zierikzee le matin, dîner sur place et Vlissingen l'après-midi) et plus tard, y passer une ou deux semaines de vacances.
PS. Je dois encore prendre le temps de rajouter quelques photos pour égayer le blog.