30/06/2014

La Pataterie - 2

Maud, qui au départ trouvait un peu risqué d'acheter un smartphone d'une marque inconnue et non distribuée en Belgique, a vite fait de se rendre compte que mon Wiko Cink Five était un excellent achat rapport qualité/prix. Vu que son portable donnait des signes de faiblesse et qu'elle cherchait a le remplacer, elle n'a pas hésité longtemps et a commandé le même modèle.

Le vendredi 20 décembre, nous sommes donc allé le réceptionner au magasin Boulanger de Valenciennes. Nous en avons évidemment profité pour faire quelques courses ... et nous restaurer dans une enseigne que l'on ne trouve qu'en France. Cette fois, nous avons choisi La Pataterie, restaurant que nous avions découvert une première fois lors de notre dernière visite au Futuroscope.

Wiko,Cink Five,Boulanger,Valenciennes,Futuroscope,Patata 'A Paulo',Buffalo Grill

Alors que j'avais bien entendu choisi une bonne patate lors de ma première visite, je me suis tourné cette fois vers les burgers en choisissant le Patata 'A Paulo' malgré une petite hésitation due au fait que j'avais déjà eu l'occasion de déguster un hamburger dont le pain était remplacé par des rostis (chez Buffalo Grill) que j'avais trouvé lourd et gras. Pourtant, il m'en faut beaucoup. Ici, rien de tout cela, j'ai beaucoup apprécié.
Ma femme avait, en grande amatrice de fromage qu'elle est, tellement aimé la pom au four Méga Savoyarde de sa première visite, qu'elle a forcément choisi le même plat tandis que notre fille choisissait la bretonne à base de poisson blanc et de saint-jacques.

Wiko,Cink Five,Boulanger,Valenciennes,Futuroscope,Patata 'A Paulo',Buffalo Grill



En dessert, alors que ma femme choisissait l'un de ses 3 ou 4 desserts préférés, la crème brulée, je me régalais avec un chocolat blanc liégeois.

La Pataterie entre ainsi définitivement parmi les chaînes de restauration rapide que nous préférons.

27/05/2014

Au Bombay - Namur

Le lendemain de notre visite à La Perle du Dragon, nous sommes donc allés Au Bombay avec Gabriel, notre ami rencontré lors de nos vacances en Egypte et que nous n'avions plus vu depuis longtemps.

Nous nous sommes accordés pour choisir le menu Au Bombay à 45,50 euros, apéritif compris, qui proposait 4 entrées et 4 plats, une bonne manière de découvrir une partie de la cuisine indienne.

En apéritif, nous avons eu droit au karnataka, du nom d'une province indienne. Particulièrement bon et original.

Au Bombay,cuisine indienne,piquant,kulfi

Pour suivre, nous avons eu droit en entrée à une assiette composée de chicken tandoori, scampi tandoori, samosa meat (des beignets à la farce d'agneau) et pakora vegetable (beignet de légumes aux épices).

Au Bombay,cuisine indienne,piquant,kulfi

En plat, nous étaient proposés, le chicken tikka masalah, l'agneau bhuna, les Bombay aloo (des pommes de terre délicatement épicées) et des scampis madras.

Ce dernier plat mérite une explication. Alors que la description parle de, je cite "le curry de Madras,légèrement relevé, ..." moi qui adore ce qui est piquant, j'en ai 'pleuré' au point de ne pas pouvoir le terminer. En discutant avec le serveur, il nous a indiqué que le vindaloo était plus piquant et qu'il existait un plat encore plus piquant qu'il ne mettait pas à la carte, nos palais d'européens ne pouvant le supporter.
A noter, que notre ami, qui admettra qu'il s'agissait plutot d'un plat de niveau 2,5 (sur 4 donc) s'est régalé et a mangé nos portions sans broncher !

Au Bombay,cuisine indienne,piquant,kulfi

En dessert, encore une découverte avec l'exellent kulfi, une crème glacée à l'indienne à base de lait parfumé à la mangue.

Au final, une superbe soirée dans un excellent restaurant.

27/04/2014

La Perle du Dragon - Haine-Saint-Paul (2)

Le vendredi 13 décembre 2013, à l'occasion de l'anniversaire de mon filleul Alexis, nous sommes retournés au restaurant La Perle du Dragon à Haine-Saint-Paul.

Perle du Dragon,cuisine chinoise,beignet de glace

Dans le menu que nous avons choisi - à 21,50 euros si ma mémoire est bonne - tout comme lors de notre première visite, j'ai choisi comme potage le maison, Maud prenant celui aux raviolis chinois. En entrée, nous nous sommes mis d'accord sur les dim-sums. Pas de choix à faire pour le plat puisque des préparations au boeuf, au porc, au canard et aux scampis nous étaient proposées.

Enfin, en dessert, nous pouvions choisir la dame blanche ou les beignets de banane. A moins que ce ne soit une salade de fruit. Maud a choisi la glace tandis que j'ai demandé à avoir un autre dessert présent à la carte et que j'avais découvert il y a plus de 20 ans dans un autre restaurant chinois aujourd'hui fermé situé, curieux hasard à quelques centaines de mètres seulement de celui-ci. C'est ainsi que j'ai pu regouter au beignet de glace.

Une agréable soirée avec un excellent repas même si celui du lendemain, promettait plus car plus original. J'y reviendrais évidemment dans mon prochain article.

23/02/2014

Huggy's bar - Liège

Via des connaissances, Maud avait entendu parler du Huggy's bar, un restaurant proposant de vrais hamburgers à l'opposé de ceux proposés dans les enseignes traditionnelles de fast food. La consultation de la carte, avec sa quarantaine de variétés dont certaines très originales, m'avait moi aussi mis l'eau à la bouche. C'est ainsi que le samedi 23 novembre 2013, nous nous y sommes rendus avec les parents de Maud.

Huggy's bar,hamburger,fast food,jalapenos

... et nous n'avons pas été déçu. Personnellement, j'ai évidemment choisi le cheesy jalapenos burger, l'un des piquants de la carte. Piquant mais juste ce qu'il faut: de quoi sentir le piquant mais sans avoir la bouche en feu et ne plus rien ressentir.

Huggy's bar,hamburger,fast food,jalapenos

Maud, fan de fromage, a évidemment choisi le big cheesy burger. Et comme les frites qui les accompagnaient étaient elles aussi savoureuses, cela en fait définitivement une adresse à retenir.

30/10/2013

L'Auberge - Arquennes (2)

Ce dimanche 15 septembre, pour les 18 ans du fils ainé de ma soeur, nous sommes retournés au restaurant l'Auberge à Arquennes ou nous avions déjà eu l'occasion d'aller, en mai de l'année dernière.

Toujours la même formule à choix multiple qui change tous les mois constituée d'amuse-bouches, de 6 entrées, 6 plats et 7 desserts au choix. Sans oublier les spécialités présentes à la carte à l'année que sont la brasérade de boeuf, le violon, la fondue bourguignonne, le pavé de boeuf grillé et la côte à l'os.

Lors de notre première visite, nous nous étions d'ailleurs promis de revenir pour gouter le violon, une brochette de viande flambée présentée sur une structure représentant un violon. Mais la faute à un menu particulièrement attirant proposant notamment du homard, ce ne fut finalement pas pour cette fois.

restaurant,L'Auberge,Arquennes,violon

Les amuse-bouches étaient constitués d'un toast au crabe, d'un velouté de potiron et d'un mélange fromage crevettes grises.

En entrée, nous avions le choix entre la cassolette de scampis flambés à la liqueur 43, les cannellonis au parme et asperges sur coulis de légumes, les médaillons de chèvre frits sur salade aux figues, les bonbons de canard terriyaki au reblochon, le demi homard à l'armoricaine ou le sifflet de saumon fumé au fromage frais, roquette et chutney d'oignons. Maud et moi, amateurs d'originalité et de saveurs exotiques que nous sommes, avons choisi les bonbons de canard.

restaurant,L'Auberge,Arquennes,violon

En plat, le choix proposé reprenait le mixed grill de viandes, le steak "Rossini", gratin dauphinois à la truffe, les noisettes d'agneau sauce thym et miel, les tournedos de caille aux champignons, pommes grenailles, la sole meunière, purée de pomme de terre et l'entrecôte de boeuf grillée, sauce au choix.
Maud a choisi le steak "Rossini" tandis que je choisissais les tournedos de caille.

restaurant,L'Auberge,Arquennes,violon

Enfin, pour ce qui est des desserts, entre le nougat glacé, coulis de fruits rouges, la dame blanche, la dame noire, la brésilienne, le méli-mélo de desserts, l'assiette de fromages et la mousse au chocolat, notre choix n'a bien entendu pas été compliqué. Maud, qui n'est pas très dessert et qui adore le fromage s'est tout naturellement tournée vers l'assiette ... de fromage, tandis que mon côté gourmand m'a amené à commander le méli-mélo de dessert, constitué d'une crème brulée, d'une mousse au chocolat, d'une mousse de fruits rouges et d'un tiramisu même si j'aurais peut-être du choisir le nougat glacé qui avait l'air particulièrement appétissant.

Cette seconde visite dans ce restaurant en appelle d'autres au vu du rapport qualité/prix, de la gentillesse du personnel et des patrons qui confèrent à cet établissement une atmosphère familiale tout en proposant une cuisine quasi gastronomique sans le côté guindé des tables correspondantes.

16/08/2013

L'île Maurice - Nivelles

Ce mercredi 31 juillet, nous sommes allés manger à l'île Maurice. Hélas pas le pays - quoique nous ne sommes pas à plaindre puisque nous partons très bientôt en vacances à Bodrum en Turquie - mais dans le restaurant situé à Nivelles.

Cette sortie entrait dans le cadre de la troisième édition de "notre repas de l'été en tête à tête" (lol). En effet, depuis maintenant 3 ans, notre fille passe seule - avant ma femme, qui était sans emploi, l'accompagnait - une semaine à Liège chez sa grand-mère maternelle durant les grandes vacances alors que nous sommes au travail. Nous en profitons depuis pour découvrir chaque année une nouvelle table de la région en amoureux. Après la Planche à Houdeng et l'Atelier du Ry Ternel à Ittre, c'est le restaurant l'île Maurice à Nivelles que nous avons choisi de découvrir. Un restaurant que j'avais repéré depuis déjà pas mal de temps pour son type de cuisine - mauricienne - que je ne connaissais pas.

Arrivés peu après 19h, nous avons pu nous installer sur la terrasse extérieure (de mai à septembre, la rue ou se situe le restaurant est piétonne) vu le beau temps qui régnait.

restaurant,nivelles,Île maurice,la planche,l'atelier du ry ternel,camaron

Après l'apéritif maison (rhum, sirop de canne, mangue, goyave, lait de coco et ananas) accompagné de 2 mises en bouche, j'ai bien évidemment commandé l'assiette de dégustation de l'île Maurice pour avoir un éventail de quelques plats. En l'occurence, un camaron (crevette géante d'eau douce en créole réunionnais et mauricien) à la créole, un samoussa, une préparation dont j'ai oublié le nom, du poulet au curry rouge, un acra de poisson et un gratin de crabe. Forrest Maud a évidemment commandé le cocktail de scampi et camarons à l’ananas. Mais cette fois parce qu'elle pensait à sa ligne et non parce qu'elle avait peu d'appétit.

restaurant,nivelles,Île maurice,la planche,l'atelier du ry ternel,camaron

Comme plat, Maud a choisi l'émincé d'agneau à la rougaille. D'une part parce que c'est une viande qu'elle adore et qu'elle n'a pas l'occasion de manger souvent à la maison vu que je n'aime pas et ensuite parce qu'elle voulait découvrir la rougaille, sauce typique de la cuisine créole à base de tomate, oignons, ail, gingembre, persil et coriandre. Moi, toujours dans mon envie de découverte, j'ai choisi un plat incontournable à Maurice (dixit la carte), le riz frit spécial sauté avec des gambas, scampi, poulet, bœuf et légumes servi acompagné de la même préparation dont j'ai oublié le nom. Et alors que je l'avais appréciée sans plus à l'entrée, j'ai trouvé que mélangée au riz, elle apportait une saveur particulière.

restaurant,nivelles,Île maurice,la planche,l'atelier du ry ternel,camaron

Enfin, pour le dessert, en grand gourmand que je suis, j'ai choisi l'assiette de desserts pour gouter à tout. Une crème brulée aux épices, une mousse à la noix de coco, des croustillons, un carpaccio d’ananas caramélisé et flambé et une boule de sorbet à la mangue. Maud s'est elle tournée vers l'un de ses desserts préférés, la crème brulée.

Enfin, le patron, comme pour toutes les tables, nous a offert le pousse-café en nous proposant un rhum sec (plutôt fort et masculin) ou un rhum sucré (arrangé au fruits de la passion, plutôt doux et donc plus féminin). C'est donc en toute logique que Maud a choisi ... le premier et moi le second.

Nous avons passé une soirée absolument délicieuse, nous amusant comme si nous étions un jeune couple sans nous rendre compte que le service n'avait pas été particulièrement rapide (normal, le restaurant était complet alors qu'il n'y avait que le patron "en salle" et son cuistot qui l'aidait parfois) et que nous avions passé près de 3 heures dans ce restaurant.

15/08/2013

Shokado - Paris (19è)

shokado,cuisine japonaise à volonté

Le restaurant pour le repas du soir du deuxième jour était également quasiment désigné avant le départ puisque j'avais repéré grâce à google street view qu'il y avait un restaurant japonais proposant une formule à volonté non loin de notre hôtel. Un concept que nous n'avions jamais expérimenté (en cuisine chinoise, voire en teppan yaki, bien, mais pas en cuisine traditionnelle japonaise). En faisant quelques recherches complémentaires, j'étais tombé sur un forum ou on en disait le plus grand bien, l'une des personnes indiquant qu'elle avait fait 2 autres japonais après être allée la et qu'elle y était finalement retournée parce qu'il s'agissait du meilleur.

shokado,cuisine japonaise à volonté

Lorsque nous sommes arrivés au Shokado, le serveur nous a expliqué la formule. Tous les plats étant numérotés dans la carte, nous avions la possibilité de commander n'importe lequel compris entre le 1 et le 68. Ceux-ci étaient regroupés par catégorie et incluaient des entrées, riz & nouilles, yakitori, maki, temaki et sushi. Nous pouvions effectuer autant de commandes que nous voulions avec 2 limitations. Pas plus de 4 à 5 plats par personne à la fois et interdiction de gaspiller. Un peu embêté le serveur nous a expliqué que tout plat commandé et non consommé serait facturé 2 euros supplémentaire. Nous lui avons répondu que nous avions connaissance de ce type de formule et que nous la trouvions tout à fait adéquate.

shokado,cuisine japonaise à volonté

Même si nous pouvions commander autant de fois que nous le voulions, nous n'avons finalement passé commande que 2 fois. La première fois, nous avons commandé une bonne douzaine de plats qui sont arrivés au fur et à mesure qu'ils étaient préparés en cuisine. La seconde fois, nous n'en avons plus commandé qu'une demi-douzaine parmi ceux que nous avions le plus apprécié.

En dessert, plutôt que de choisir la banale glace, j'ai fait dans l'original en commandant les morceaux de gingembre confit. Malheureusement s'il est agréable d'en manger un ou 2 morceaux, cela devient vite écoeurant.

Impossible de ne pas conclure cet article de la même façon que celui sur le Pink Flamingo: la prochaine fois que nous serons de passage à Paris, nous retournerons au Shokado.

Pink Flamingo - Paris (19è)

Le Pink Flamingo est une "chaîne artisanale" de 7 pizzéria dont 4 situées à Paris qui propose des pizzas qui sortent de l'ordinaire des classiques margherita, regina, caprese, ou autres quatro stagioni. J'en ai découvert l'existence il y a déjà quelques années via un article dans le journal. Depuis lors, il était évident que rien que pour cela, je finirais pas retourner à Paris.

Ce samedi 20 juillet, c'est la que nous sommes allés manger lors du premier soir de notre week-end à Paris. Et je dois dire que nous n'avons pas été déçu. Notre seule déception ayant été de ne pas pouvoir gouter toutes les pizzas qui nous intéressaient.

Article 307 - Pizza Pink Flamingo.JPG

Nous avons choisi pour notre fille la Dante (tomates romaines finement coupées, mozzarella et basilic frais), leur margherita à eux, parait-il très appréciées des enfants, pour laquelle nous avons demandé un supplément de jambon... qu'elle n'a malheureusement pas apprécié car il s'agissait de jambon fumé.
Personnellement, j'ai choisi l'Ho Chi Minh (poulet et gambas "sauce curry vert" et lait de coco, citronnelle, coriandre fraîche et cacahouètes pilées) tandis que Maud choisissait l'Almodovar ("pizza paëlla" au poulet, gambas, chorizo et petits pois sur crème de tomates safranées).

Mais j'aurais tout aussi bien pu choisir la Che (porc cuisiné "façon cubaine" (mariné 24h dans de l'ail, citron vert, oignons nouveaux et coriandre) avec ses bananes plantains  frites) ou la Macias (poulet cuisiné "façon tajine" (oignons, gingembre, coriandre et canelle) au citron confit, olives vertes et olives violettes), voire dans une moindre mesure la Obama (bacon grillé, chutney d'ananas) ou la Poulidor (magrets de canard coupés en fines tranches, lamelles de pommes, fromage de chèvre), autant de pizza qui me tentaient tandis que Maud avait également hésité entre la Macias et l'Ho chi Minh.

Il est clair que nous reviendrons à Paris et il est tout aussi évident que notre périple nous ramènera au Pink Flamingo.

19:23 Écrit par slumle dans Vie perso - Resto | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : pink flamingo, pizzeria |  Facebook |

14/08/2013

La Perle du Dragon - Haine-Saint-Paul

Deuxième restaurant chinois en peu de temps à l'initiative de mes soeurs qui voulaient nous faire découvrir celui situé à Haine-Saint-Paul (et non à Haine-Saint-Pierre comme référencé sur le net) non loin de chez ma mère. Mais avec néanmoins une petite différence dans le sens que Fu Yuan, le précédent, propose une cuisine uniquement chinoise alors que celui-ci propose une cuisine chinoise, thaïlandaise et vietnamienne. Et j'ajouterais aussi japonaise comme vous allez le voir plus loin même s'ils ne se décrivent pas comme tel.

Nous y sommes allés à 9 ce dimanche 7 juillet. La salle, très grande, est très acceuillante. Les tables ne sont pas les unes sur les autres, comme dans certains restaurants. Ca et le fait qu'il n'y avait que 3 ou 4 autres tables fait que nous y étions au calme.

Alors que ma mère, mes soeurs et mon beau-frère choisissait le menu à 19,50 euros proposant potage et entrée au choix, 4 plats principaux et un dessert, Maud et moi avons fait le choix du menu grillade, sous-titré japonais, à 24,50 euros composé d'une entrée à choisir parmi 2, d'une grillade de 5 viandes (poulet, boeuf, agneau, scampi et calamar) et d'un dessert à choisir parmi une glace (dame blanche ou brésilienneà) et des beignets (aux bananes ou aux ananas).

Nous avons choisi ce menu parce qu'étant actuellement au régime, nous pensions que le plat principal serait une sorte de pierrade, soit quelque chose d'un peu plus light que les traditionnels plats en sauce. Nous nous trompions. Mais commençons par le début.

Après un apéritif, maison bien sur, j'ai quand même pris en bonus, puisque cela ne figurait pas dans notre menu, le potage maison. Un très bon choix puisqu'il s'agissait d'une soupe légèrement piquante avec notamment du crabe et des scampis.

Perle du Dragon,Fu   Yan,cuisine,chinoise,thaïlandaise,vietnamienne,japonaise

Pour suivre, alors que Maud choisissait les raviolis chinois à la vapeur, je préfèrais les triangles au curry même si je me dois d'avouer que le plat de ma femme était plus savoureux que le mien.

Perle du Dragon,Fu   Yan,cuisine,chinoise,thaïlandaise,vietnamienne,japonaise 

Pour le plat, le serveur nous a apporté un énorme plateau de viandes crues entouré d'oignon et surmonté de multiples morceaux de beurre, le tout accompagné d'un appareil électrique. Une fois préchauffé, la patronne est intervenue et a fait fondre plusieurs noix de beurre avant de faire cuire une première partie de la viande et la moitié des oignons sur ce grill en forme de presse fruit géant. Alors que nous n'avions déjà plus faim, elle est revenue un peu plus tard pour cuire la seconde partie de la viande (boeuf et poulet) que nous avons ramené pour l'essentiel à la maison après en avoir gouté quelques morceaux.

En dessert, tandis que Maud donnait sa glace à Kristen qui avait mangé à la carte (2 brochettes de porc et un plat de nouilles au poulet - au demeurant moins bon que celui de Fu Yan - ), je choisissais les beignets d'ananas.

En conclusion, la Perle du Dragon est un excellent restaurant qui propose des plats plus variés que Fu Yan (puisqu'ici, ils mélangent la cuisine chinoise à la thaïlandaise, à la vietnamienne et même à la japonaise) même si je retournerais probablement plus vite chez le second. Sans doute parce qu'il s'agit d'un restaurant de notre village.

04/08/2013

De Minuut - Blankenberge

Cela faisait quelques années que nous n'étions plus allé à Blankenberge puisque c'est toujours au même endroit que nous allons mangé et que je n'en ai pas encore parlé sur ce blog. Il s'agit de la friterie De Minuut qui n'a de friterie que le nom. En effet, même si la cuisine ouverte, à l'entrée, correspond à une friterie traditionnelle, personne n'y entre pour acheter un paquet à emporter, l'établissement disposant d'une salle de restaurant à part entière.

La carte est elle aussi plus élaborée car si on y retrouve quelques aliments traditionnels comme les fricandelles, que Kristen choisira, ou les boulettes, on n'y retrouve pas les fameuses mitraillettes et toutes la panoplie de "viandes" que l'on peut trouver dans une friterie classique. A la place, on a le choix entre des plats de saumon (chaud ou froid), du cabillaud ou des steacks proposés avec de la salade et des sauces chaudes. Des classiques, comme celle au poivre ou aux champignons et des plus originales comme une indienne à base évidemment de curry ainsi que de poivrons.

L'avantage de ce restaurant étant, outre de proposer du bon, d'offrir la rapidité d'une friterie - en plein coup de feu, il ne nous a pas fallu attendre plus de 15 minutes avant d'être servi - pour un prix tout à fait raisonnable.

De Minuut,friterie,Blankenberge

Maud a choisi le saumon froid tandis que je me laissais tenter par les brochettes avec la sauce indienne justement. Avec pour la première fois une relative déception due à un mauvais choix: je m'imaginais recevoir 2 brochettes de boeuf cuites au grill alors que j'aurais du me douter que vu l'endroit, il s'agirait de brochettes de porc cuites dans la graisse. A ma décharge, je ferais remarquer qu'elles ne figuraient pas sur la carte dans la partie "viande" de friterie traditionnelle sans quoi j'aurais compris tout de suite. A part cela, comme à l'habitude, les frites étaient excellentes tout comme la salade dont l'assaissonnement était parfait.

Pour terminer le repas, pas de dessert, comme de coutume à la mer, puisqu'une bonne glace au cornet nous attendait.

26/07/2013

Restaurants de Poitiers et d'Oléron

Parmi tous les articles récurrents que je poste figurent notamment les restaurants ou nous nous rendons. Pour éviter la multiplication d'articles liés au plus ou moins grand nombre de restaurants que nous fréquentons durant nos vacances, fonction de la formule choisie (hôtel ou logement individuel, all inclusive ou pas) et pour éviter d'avoir un article compte rendu des dites vacances trop long parce que parlant dans le détail des restaurants visités, je ferais dorénavant un article descriptif unique et à part des restaurants que nous avons découverts sur nos lieux de villégiature. Avec peut être l'une ou l'autre exception si nous avons par exemple un gros coup de coeur.

Faisant suite à mon compte-rendu de nos vacances au Futuroscope et sur l'île d'Oléron, c'est tout naturellement que j'évoque ici les restaurants de ces endroits.

Le Ruban Bleu
----------------

Le soir de notre arrivée à l'hotel Ibis situé sur le site du Futuroscope nous avons fait le choix de prendre notre repas du soir au Ruban Bleu, le restaurant de l'hôtel. D'une part parce qu'après avoir fait plusieurs heures de route, nous n'avions pas envie d'encore sortir. Mais surtout parce que nous trouvions les formules proposées, à base de buffets, particulièrement intéressantes.

Nous avons choisi la plus complète des 3, celle avec entrée-plat-dessert à un peu plus de 20 euros parce que nous sommes plutôt du genre gourmand et que la différence de prix vis à vis de la formules 2 plats (entrée-plat ou plat-dessert) était minime.

Article 301 - Buffet de la mer.JPG

J'avais lu sur internet le plus grand bien du Ruban Bleu et nous n'avons pas été déçu. En effet, à côté du buffet d'entrée froide, déjà bien achalandé, figurait un buffet entièrement dédié aux produits de la mer qui ne m'a pas intéressé mais qui a fait le bonheur de ma femme, grande amatrice d'huitres notammant. En plat, nous avions un large choix avec du pintadeau aux pruneaux, du steack de thon, de la langue sauce piquante, des merguez et des filets de julienne et ses petits légumes. Et en accompagnement, des pâtes, des croquettes, et différents légumes. Enfin le buffet de desserts était lui aussi particulièrement bien achalandé entre les patisseries et les fruits dont de la mangue et d'excellents morceaux d'ananas.

La Pataterie
--------------

Le lendemain midi, nous avons mangé dans le parc dans le restaurant self service Comptoirs du Monde offrant une nourriture pas mauvaise du tout. En tout cas je dirais que la nourriture au Futuroscope est meilleure marché et de meilleure qualité que ce que nous avons pu gouter à Disneyland Paris.

Article 301 - Façade La Pataterie.JPG


Le soir, nous avons découvert la chaine de restauration la Pataterie et son concept de pommes de terre cuites au four et ses différents accompagnements.

Article 301 - Plats La Pataterie.JPG

Après avoir hésité entre un burger, particulièrement original et appétissant et une grosse pomme de terre sauce aux crevettes et noix de pétoncle, c'est ce dernier plat que j'ai choisi. Essentiellement parce que c'est en principe la spécialité de la maison. Maud a choisi la pomme de terre façon raclette (fromage et jambon fumé) tandis que Kristen se régalait avec un hamburger dont la tranche de pain inférieure était un rosti, le tout accompagné d'une écrasée de pommes de terre et de salade.
En dessert, Maud s'est laissée tentée par l'assiette de fromage tandis que je me régalais avec un chocolat blanc liégeois (2 boules de chocolat blanc, 1 boule de glace vanille, lait concentré sucré, crème fouettée et amandes grillées) et Kristen avec 2 boules de glace.

KFC
-----

Le dernier soir à Poitiers, nous ne pouvions pas passé à côté d'une visite chez KFC. C'est ainsi que j'ai enfin pu gouter au sweat and fire, le burger de chez KFC qui me faisait envie chaque fois que j'en voyais la publicité à la télévision sur les chaines françaises.

Les Voiles Blanches
-----------------------

Article 301 - Plats Les Voiles Blanches.JPG


Le samedi 6 avril, pour notre journée de transfert entre le Futuroscope et l'île d'Oléron, c'est à Royan que nous avons choisi de nous restaurer. Et c'est l'un des 2 plats du jour particulièrement original du restaurant Les Voiles Blanches situé près du port qui a attiré notre attention. Nous y avons ainsi mangé une brochette de magret de canard, caramel de pêche, frites et salade qui nous a beaucoup plus tandis que notre fille se régalait avec les nuggets maisons accompagnés de frites.

Au Feu de Bois
-----------------

POur notre première sortie au restaurant sur l'île d'Oléron, nous avions envie de déguster une pizza. Nous avons ainsi regardé les cartes des pizzerias vues dans les différents patelins que nous avons visité et c'est finalement le restaurant Au Feu de Bois, situé à Saint-Pierre, et sa carte particulièrement étoffée qui a retenu notre attention.

Article 301 - Plats Au Feu de Bois.JPG

Le mercredi soir, après un cocktail oléronais (pineau, cognac, pétillant) que je n'ai pas trouvé assez sucré à mon gout, nous y avons mangé à n'en plus pouvoir car nous ne nous sommes pas contenté d'une pizza comme initialement prévu. Maud avait en effet envie d'huitres, ce que proposait également la carte. Pour ne pas la regarder manger - lol - j'ai donc choisi une soupe de poisson avec crouton, gousse d'ail, fromage et sauce rouille tandis que nous commandions une douzaine de crevettes bouquets Pour Kristen.
Nous avons ensuite dégusté des pizzas à la garniture originale. La complète (jambon, champignon, oeuf) pour Kristen, la 2011 (double fromage, crème, morilles, vin jaune, Saint Jacques et magret fumé maison) pour Maud et la gourmande (tomate, double fromage, champignons, oignons, pommes de terre, chèvre, viande hachée, oeuf) pour moi même. J'ai beaucoup apprécié le début mais sur la fin, je l'ai trouvée écoeurante. Enfin, vu que Kristen désirait une glace en dessert, je n'ai pas pu résister et par gourmandise, me suis pris la coupe Vahiné (glace coco, rhum raisin, vanille, biscuit rocher, chantilly, nappée de chocolat chaud) pendant que Maud se régalait avec une crème brulée, l'un de ses desserts favoris.

La Croix du Sud
------------------

Lors de chacun de nos séjour, à la veille ou à l'avant-veille du retour, nous allons déguster un bon menu dans un restaurant de fine cuisine en essayant d'en trouver un qui propose des plats typiques de la région.
En tout début de semaine, j'en avais vu un qui proposait un cassoulet de la mer. Un vrai cassoulet ! Pas comme il y a quelques années, lors d'un séjour à Coxyde, quand j'étais entré dans un restaurant parce que le menu en français annonçait justement un cassoulet de la mer. Mais j'avais été bien déçu car il s'agissait en fait d'une mauvaise traduction (pour ceux qui ne connaissent pas, Coxyde est situé sur la côte belge, en territoire flamand) d'un plat archi connu chez nous qui s'appelle la cassolette de la mer.

Hélas, nous n'avons pas réussi à retrouver ce fameux restaurant - peut-être se situait-il à Royan ? - Toujours est-il que nous avons cherché une autre table proposant des mets originaux sans trouver LE coup de coeur.
Nous avons finalement porté notre choix sur La Croix du Sud parce que ce restaurant est situé dans le village ou nous séjournions et surtout parce qu'il était conseillé - parmi d'autres - par nos propriétaires ... avec une petite phrase énigmatique sur ses toilettes.

Article 301 - Extérieur-Intérieur La Croix du Sud.JPG

Nous avons tout d'abord du faire face à une relative déception au moment de découvrir la carte, particulièrement réduite - 3 ou 4 entrées et 3 ou 4 plats seulement - alors que le site internet en annonçait bien plus. J'ai entendu le patron expliquer à une autre table que sur le site figuraient les plats servis tout au long de l'année mais qu'ils n'étaient disponibles qu'en fonction des saisons, chaque poisson ou crustacé ayant sa période de pêche. Dommage parce que nous aurions bien aimé découvrir la chaudrée, la bouillabaise locale, autre raison qui nous avait amené la.

Article 301 - Plats La Croix du Sud.JPG

En entrée, Maud a renoncé aux huitres à partir du moment ou le patron a expliqué qu'il les servait natures, sans aucun accompagnement, pour en savourer pleinement le gout. Elle s'est donc rabattue sur le foie gras tandis que je choisissais également le foie gras mais farci au boudin noir aux pommes.
En plat, toujours par défaut, j'ai choisi le merlu et sa purée vanillée sauce estragon, Maud la morue, ses pommes de terre sautées et sa persillade et Kristen, un hamburger maison (un peu trop cuit à son gout) frites. Mais nous nous devons d'avouer que nous avons beaucoup apprécié.

Article 301 - Intérieux WC La Croix du Sud.JPG

Un dernier mot sur les toilettes qui en valaient effectivement le coup et auraient mérité que nous y passions plus de temps pour y lire tous les "graffitis" laissés par les différents visiteurs.

Exceptionnellement, nous n'avons pas pris de dessert car nous avions prévu d'aller faire une dernière promenade dans l'après-midi à la Cotinière ou nous avions constaté, le dimanche précédant, que pas mal d'établissements horeca, dont des glaciers, étaient ouverts.
Hélas, ce n'était plus le cas de tous ce vendredi et aucun n'affichait la carte de leurs coupes de glace. Nous avons donc choisi le seul qui disposait d'un stand de vente à emporter avec un grand nombre de parfums pensant qu'il en irait de même avec les coupes. Avec une nouvelle désillusion puisque le choix était relativement limité et peu original tout en proposant des prix particulièrement élevés. Heureusement, la glace était excellente.

QUICK
-------

Pour être complet, et même si on ne peut pas vraiment parler ici d'un restaurant, à l'instar du KFC, je renseigne le Quick ou nous nous sommes restauré lors de notre voyage de retour, comme j'ai déjà eu l'occasion de l'expliquer dans mon article précédant.

03/05/2013

Fu Yuan - Ecaussinnes

Cela faisait pas mal de temps que nous avions en tête de découvrir le restaurant chinois de notre village. L'occasion s'est présentée ce samedi 30 mars à midi alors que nous voulions fêter le début de nos 15 jours de vacances de Pâques que nous attendions depuis de longues semaines.

C'est ainsi que nous avons découvert le très joli cadre intérieur du restaurant Fu Yuan, le mauvais temps ne nous ayant pas permit de découvrir son jardin japonais parait-il agréable.

Après un excellent apéritif maison dont j'ai oublié la constitution, Maud et moi avons choisi de commencer avec un classique. Le potage piquant pour moi. Le potage Wan Tan (aux raviolis chinois) pour ma femme.

restaurant chinois,Fu Yuan

En entrée, j'ai choisi le hors d'oeuvre spécial qui permet de gouter à différents mets. En l'occurrence 2 rouleaux de printemps, 2 beignets de scampis et 2 triangles servis avec une petite salade dans une assiette originale avec une petite cavité prévue pour la sauce. Ma femme a choisi la salade mixte (poulet, canard, scampi). Quant à Kristen, après avoir gouté au potage de sa maman, elle a véritablement commencé son repas avec les brochettes de poulet grillé, servies dans le même type d'assiette que mon entrée.

restaurant chinois,Fu Yuan

Pour suivre, Maud a choisi son plat chinois préféré, le canard laqué avec crêpes et poireaux. Moi, fidèle à mon habitude, j'ai choisi de découvrir un plat que je ne connaissais pas, le "plat de famille en Ti Pan". Des morceaux de boeuf, poulet et scampi grillés sur une pierre avec des légumes. Sur le coup, j'ai été un peu bête car j'aurais du me douter que ce plat, au demeurant excellent, n'était pas un plat en sauce et j'aurais du prendre à la place le même plat mais pas préparé en Ti Pan. Ou alors, commander en accompagnement du riz cantonais ou des nouilles à la place du riz blanc nettement moins attractif. Quant à Kristen, elle avait une envie de nouilles et a donc choisi sans hésiter les nouilles sautées aux scampis.

Pour clore, nous n'avons pas pris de dessert. D'une part parce que nous avions déjà bien mangé. Mais surtout parce que les desserts ne sont pas le fort des restaurants chinois.

29/04/2013

Pyramides - Schaerbeek (Bruxelles)

Ma femme travaille à Bruxelles et le midi, avec ses collègues, elle fréquente parfois l'un ou l'autre restaurant parmi lesquels deux me tentaient particulièrement. Alors, comme ce mardi 19 mars à 16h, nous avions un rendez-vous pour notre fille dans un hôpital de la capitale, c'est tout naturellement que je lui ai proposé de souper sur place. D'une part pour éviter de rentrer en pleine heure de pointe mais surtout pour découvrir l'un des restaurants dont elle me parlait. Je lui ai donc laissé le choix entre un fast food proposant des sandwiches particulièrement originaux et un snack égyptien. C'est ce dernier qu'elle a choisi.

restaurant halal,thé à la menthe



Après une balade dépaysante dans la rue de Brabant à Schaerbeek (tous les commerces sont orientaux ce qui nous a permis de découvrir des épiceries proposant des produits typiques et de nous sentir, l'espace de quelques minutes, comme en vacance à l'étranger), nous avons rejoint le restaurant Pyramides situé dans la même rue. J'y ai apprécié le cadre qui fait que c'est effectivement plus qu'un simple snack avec quelques tables dans un local étriqué.

restaurant halal,thé à la menthe

Toujours à la recherche de plats originaux, j'ai choisi l'escalope égyptienne. Une énorme tranche de viande blanche panée (ce n'était pas de la volaille donc j'imagine que c'était du veau et pas du porc vu que nous étions dans un restaurant halal) recouverte d'une sauce style bolognaise aux épices orientales accompagné d'une belle assiette de pâtes à la sauce tomate.
Forrest Gump, pardon ma femme, qui n'avait pas très faim, s'est de nouveau tournée vers les crevettes en choisissant le plat de gambas grillés.
Quant à notre fille, elle a bien évidemment choisi le hamburger avec des frites.

Le tout était très copieux d'autant que servi avec des pains pitta et un assortiment de 5 sauces (au yoghurt, à l'ail, cocktail, piquante (probablement à l'harissa) et une préparation avec des morceaux d'oignons) que j'ai malheureusement oublié de photographier, affamé et pressé que j'étais de gouter à toutes ces bonnes choses.

Nous nous sommes donc régalés pour un rapport qualité/prix remarquable: moins de 37 euros, boissons comprises. Avec en prime le pousse café offert par la maison. En l'occurence un thé à la menthe vu l'absence de la moindre boisson alcoolisée à la carte.

17/02/2013

Le Wok d'Asie - Liège (2)

Ce dernier week-end, nous sommes allé le samedi midi au restaurant avec mes beaux-parents pour fêter les 70 ans de mon beau-père. N'aimant pas trop les lieux guindés, il avait choisi un restaurant chinois avec formule de buffet à volonté et show cooking (wok et teppanyaki). Et cela tombait bien puisque depuis notre voyage au Vietnam durant les dernières vacances de Pâques nous n'étions plus retourné au restaurant chinois alors que ma femme, après une longue période d'overdose, en avait de nouveau très envie.

Article 291 - Façade Wok d'Asie.jpg

Nous sommes ainsi retourné au Wok d'Asie ou nous étions déjà allé il y a un peu plus de 3 ans (voir ici). Et de nouveau, nous y avons apprécié la grande variété de plats. Que ce soit au niveau du buffet d'entrées froides, pour la plupart pas très asiatique d'ailleurs comme les oeufs durs, la salade aux lardons ou le saumon - mais il faut évidemment plaire à tout le monde -, celui des entrées chaudes essentiellement constitués de fritures de toutes sortes (nems, scampis, nuggets, ...) et celui des plats chauds. Sans oublier la possibilité de sélectionner divers légumes et viandes crus à faire ensuite préparer par un cuisinier au wok (le samedi midi, il n'y avait pas de possibilité de teppanyaki) avec la sauce de son choix. A ce sujet, j'ai d'ailleurs trouvé cette préparation moins bonne que les plats déjà préparés. Sans oublier le buffet de desserts constitué de différents fruits au sirop dont bien évidemment des lychees et des ramboutans ainsi que de choux à la crème et d'une huitaine de parfums de glace. Dommage que le congélateur fonctionnait trop fort ce qui fait qu'il était quasiment impossible de se servir de certaines glaces.

Au final, un bon repas d'une cuisine bien évidemment pas recherchée mais offrant une grande variété de mets.

14:26 Écrit par slumle dans Vie perso - Resto | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

30/01/2013

Le Labo 4 - Liège (2)

Même pas 15 jours après notre visite au restaurant Comme chez Mathias, un autre évènement, l'anniversaire de ma femme, nous a amené à nous retrouver, ce vendredi 18 janvier, autour d'une bonne table. Cette fois, pas de recherches fastidieuses puisque la décision de faire découvrir le Labo 4 aux parents et au parrain de ma femme était prise depuis cette soirée de novembre ou Cédric, le meilleur ami de ma femme, nous y avait lui même amené (voir le compte-rendu ici).

restaurant,labo 4,candy's shop,cuisse de canard

Depuis notre dernière visite, la carte a été partiellement renouvelée ce qui nous a permit de découvrir de nouvelles associations originales. Et ce, même si, après l'excellent apéritif maison, nous avons de nouveau choisi en entrée le candy's shop ... tout en sachant que le concept de ce plat reste le même mais avec un changement de ses éléments constitutifs à chaque renouvellement de la carte. Cette fois, nous avons eu droit à 2 sucettes de porc laqué à l'asiatique, un macaron au foie gras et coings confits et une sucette de boudin noir aux pommes caramélisées, pralin et lait de coco.

restaurant,labo 4,candy's shop,cuisse de canard

En plat, alors que ma femme faisait le choix de la cuisse de canard confit, purée à la cannelle, compote de poires et chicon braisé aux clémentines que j'avais beaucoup apprécié lors de notre première visite, j'ai choisi le filet de saumon laqué au sirop d'érable et miso, purée de vitelotte et cake aux oignons frits. Plus parce que j'étais attiré par sa sauce et ses accompagnements que par le poisson lui même. J'ai d'ailleurs moins apprécié ce plat que la cuisse de canard. Un peu du fait de la cuisson, mi-cuit, du saumon alors que je le préfères bien cuit mais surtout parce que les accompagnements étaient moins originaux et raffinés tandis que le canard était savoureusement fondant.

restaurant,labo 4,candy's shop,cuisse de canard

Kristen a choisi les nuggets de poulet. Elle a ainsi reçu un très beau plat avec de belles frites "comme à la baraque", de la mayonnaise et du ketchup et, sur un lit de salade, de vrai nuggets de poulet, pas du reconstitué comme on en trouve dans les fast food. Hélas elle n'a pas trop apprécié car une épice présente dans la panure (de l'estragon ?) leur conféraient un gout particulier que j'ai apprécié en tant qu'adulte mais qui ne plait pas nécessairement aux enfants.

restaurant,labo 4,candy's shop,cuisse de canard

En dessert, Maud, qui l'avait adoré, à de nouveau choisi la tartelette en pâte de speculoos, poire pochée au sirop de Liège et fourme d'Ambert, glace aux coings et fruits confits. Moi, j'aurai aimé gouter le duo de chocolats glacés au citron Combawa et à l'orange, dcquoie aux amandes et caramel au beurre salé mais il n'y en avait plus. Je me suis donc rabattu sur le tiramisu glacé aux cassis et macarons, espuma de basilic que je n'ai pas trouvé transcendant. Non pas du fait de la qualité de ce plat qui n'est nullement mise en cause mais juste parce qu'il s'agissait d'un mauvais choix de ma part.

Juste un petit bémol à signaler, la lenteur du service, une fois le plat principal servi. Cédric, l'ami de Maud, habitué de la maison, n'en a pas été étonné car il avait déjà eu l'occasion de constater le phénomène dès lors que le restaurant fait le plein (ce qui n'était pas le cas lors de notre première visite). Mais ces petites lenteurs sont malgré tout peu de choses par rapport à la qualité et à l'originalité des plats proposés.

27/01/2013

Comme Chez Matthias - Gilly

Ce dimanche 6 janvier, cela faisait pile poil 10 ans que ma femme et moi sommes ensemble. Un bon restaurant s'imposait donc. Nous cherchions du raffinement dans la cuisine mais pas un cadre pompeux avec sommelier et autre personnel guindé. Notre choix s'est ainsi porté sur le très beau menu proposé par l'Atelier du Ry Ternel, établissement que nous avions eu le plaisir de découvrir l'été dernier. Hélas, au moment de réserver, nous avons découvert qu'il était fermé jusqu'à la mi-janvier. Cette quinzaine juste après les fêtes de fin d'année est apparamment une période creuse dans la restauration ce qui fait que nous avons éprouvé quelques difficultés à trouver la perle rare. Parmi les différentes tables que nous connaissions de nom ou pour les avoir déjà fréquentées, la carte du moment des rares à être ouverts ne nous parlait pas.
c'est finalement du côté de Gilly que nous avons trouvé 2 restaurants, étonnamment situés quasi l'un en face de l'autre, qui correspondaient à ce que nous recherchions. Le Costa del Sol qui propose une grande carte variée de cuisine espagnole, italienne mais aussi ... mauriciens dans un cadre parait-il exceptionnel (la façade ne paie pas de mine mais une fois passé l'entrée, on se retrouve "sous une immense véranda climatisée et au bord d'une pièce d'eau", dixit leur site internet) et Comme chez Matthias, fine cuisine sarde et toscane dont j'avais déjà vu pas mal de publicité les concernant. Tous les deux comptants les poissons et crustacés, que ma femme adore particulièrement, parmi leurs spécialités.

Atelier du Ry Ternel,Comme chez Mathias,Costa del Sol,fruits de mer, Flair

Après une longue hésitation, nous avons choisi de nous rendre au Comme Chez Matthias et d'aller une prochaine fois découvrir le Costa del Sol. Principalement pour une raison financière puisqu'il nous semblait, au vu des plats qui nous tentaient de part et d'autre, que l'addition serait plus salée dans le premier établissement. Logique donc de dénouer les cordons de la bourse plus généreusement cette fois, vu la nature de l'évènement à fêter. Mais aussi parce que les critiques du second sur tripadvisor n'étaient pas très élogieuses et nous avaient un peu refroidis.

Atelier du Ry Ternel,Comme chez Mathias,Costa del Sol,fruits de mer, Flair

En apéritif, nous avons choisi, comme d'habitude, le maison. Excellent breuvage à base d'amaretto accompagné par une assiette de dégustation d'une demi-dizaine de ... moules. Original même si je trouve ce choix osé car les moules ne sont pas un met apprécié par la majorité.

Atelier du Ry Ternel,Comme chez Mathias,Costa del Sol,fruits de mer, Flair

Bien que sachant que le plat que nous avions choisi été particulièrement copieux et se suffisait probablement à lui même, nous ne pouvions pas passer, en entrée, à côté des raviolis fait main à la truffe noire, farine de truffe crème de truffe, l'une des spécialités de la maison, que nous n'avons pas regretté.

Atelier du Ry Ternel,Comme chez Mathias,Costa del Sol,fruits de mer, Flair

Kristen, quant à elle, a évidemment choisi le fondu au fromage, plat qu'elle choisi régulièrement. Nous avions demandé une portion enfant mais, comme vous pouvez le voir sur la photo, c'est la version adulte qui lui a été servie.

Atelier du Ry Ternel,Comme chez Mathias,Costa del Sol,fruits de mer, Flair

Pour suivre, nous avons choisi une autre spécialité de la maison, la grillade royale de poissons et crustacés composée de pas moins de 15 variétés (bar breton, daurade, saumon écossais, espadon, requin, St-Jacques bretonne, gambas, scampi, langoustines, vongoles, tellines, amandes, clams, moules de bouchot de Bretagne et couteaux de mer), le tout servi avec des tagliatelles maison. Un régal.

Atelier du Ry Ternel,Comme chez Mathias,Costa del Sol,fruits de mer, Flair

Kristen voulait manger des pâtes et comme elle aime les scampis nous lui avons proposé les raviolis farcis, crème de scampis sans nous imaginer qu'il y avait des scampis en plus des raviolis. Le serveur nous a expliqué que malheureusement il ne pouvait pas proposer ce plat en version enfant pour une raison que nous n'avons pas bien comprise: ce plat était prévu pour 6 scampis et le chef ne pouvait pas le préparer avec moins. Mwouais. Vu que c'était jour de fête, nous n'avons pas chicané et nous avons maintenu le choix qui plaisait à notre fille. Mais au vu de ce qu'il s'est passé par la suite avec l'entrée et "l'oubli" d'envoyer un plat enfant avec un seul fondu, je crois que c'est une manière de pousser à la consommation et de faire grimper la note. Encore une fois, nous n'étions pas regardant ce jour mais attention à la prochaine fois.

Atelier du Ry Ternel,Comme chez Mathias,Costa del Sol,fruits de mer, Flair

D'un autre côté, ils n'avaient pas été regardant, à notre arrivée, vis à vis du pain proposé. Je n'avais jamais vu un tel panier de pain pour accompagner le repas de seulement 3 personnes raison pour laquelle je n'ai pas résisté à l'envie de l'illustrer sur ce blog.

Atelier du Ry Ternel,Comme chez Mathias,Costa del Sol,fruits de mer, Flair

Pour terminer ce formidable repas, ma femme a évidemment choisi l'assiette de fromage, en l'occurence italien.

Atelier du Ry Ternel,Comme chez Mathias,Costa del Sol,fruits de mer, Flair

Moi, j'ai choisi la ganache au chocolat pur et sa glace amarena à la présentation digne d'un gastronomique, Kristen se régalant avec une glace vanille-chocolat.

Avant de régler l'addition, à la hauteur de l'évènement, le patron nous a offert le pousse-café, un bon petit limoncello.

A noter que le magazine Flair propose cette semaine son suplément habituel "Un menu gratuit sur deux" ou figure le restaurant Comme Chez Matthias. Une manière économique de découvrir cette excellente table.

08/12/2012

Le Labo 4 - Liège

Ce vendredi 23 novembre, nous sommes allé au restaurant le Labo 4 avec Cédric à Liège. Un restaurant qu'il connait bien pour s'y être déjà rendu plusieurs fois. Lorsqu'il nous en a parlé, nous sommes allé consulter leur site internet leur site internet et avons de suite été emballés par leur carte, non dénuée d'humour d'ailleurs (un exemple parmi d'autres: Apollon embroche l'agneau suite aux salades contées par Aphrodite), proposant un mélange des styles. Elle est certes petite (6 ou 7 entrées à 16 euros, 8 plats à 20 euros et 5 desserts à 5 euros) mais suffisamment variée (on y retrouve différents types de poisson, de volaille et de viande) que pour plaire à tout le monde. De plus la formule entrée-plat-dessert au choix parmi tous les plats de la carte proposée à 34 euros lui confère, nous nous en rendront compte plus tard, un excellent rapport qualité-prix.

restaurant,Labo 4,Liège,chimie, The Candy shop,Steevy burger

Dès que nous sommes arrivé, nous avons été charmés par le cadre. Ce restaurant est en effet situé dans une ancienne salle de cours de chimie de l'université, d'ou son nom. Tous les éléments faisant référence à l'ancienne utilisation de ce lieu y ont été conservés, les tables étant dressées entre les plans de travail. Cela donne à ce lieu une athmosphère extrêmement originale et intimiste, la proximité des autres tables étant moins grandes qu'ailleurs. Cela a aussi comme effet corollaire de rendre l'endroit moins bruyant qu'une salle de restaurant classique. En tout cas, un endroit très agréable ou on se sent bien, aidé par un personnel très acceuillant et compétent, à l'image du sommelier qui nous a bien conseillé en fonction de nos préférences.

Au moment de consulter la carte, une nouvelle bonne surprise nous attendait puisqu'elle venait d'être fraichement renouvelée - pour faire la part belle au gibier, saison oblige - et était encore plus attirante que celle figurant sur le site internet.

Pour débuter les festivités, nous avons choisis l'apéritif maison, le flacon du fabuleux elixir de monsieur Pump, "une mixture de cinglé qui provoque la bonne humeur l’espace d’une soirée" comme on peut le lire sur le site internet. En fait un excellent cocktail composé, entre autre, de vodka et de gin ainsi que de jus de fruits de la passion servi dans une bouteille brune telles que celles pouvant contenir des produits chimiques.

restaurant,Labo 4,Liège,chimie, The Candy shop,Steevy burger

En entrée, notre choix s'est porté sur The Candy shop, seul plat déjà présent sur la carte précédente, si ce n'est que son contenu était différent. Exit donc les sucette de raisin en chemise de chèvre aux éclats de pistaches, bonbon torsadé de jambon aux figues et noix laqué au sirop de Liège, Smoothie de melon aromatisé à la fleur de Franchimont et son espuma de jambon serrano. place aux foie gras en croûte de pain d'épice et sésame, roulade de saumon ricotta et aneth, glace au camembert et coeur de noix, laquage au jambon blanc et sucette de chutney de mangue au coeur de foie gras.
Au final, une excellente entrée permettant de gouter à différentes saveurs. Et, cerise sur le gateau, pas du tout bourrative - comme apparamment toutes les entrées d'ailleurs - ce qui permet d'être encore d'attaque pour bien apprécier le plat principal.

restaurant,Labo 4,Liège,chimie, The Candy shop,Steevy burger

En plat, après avoir hésité avec le filet de faisan, je me suis laissé tenté par le côté sucré-salé de la cuisse de canard confit, purée à la cannelle, compote de poires et chicon braisé aux clémentines. Tout dans mon assiette était délicieux, avec en particulier cette cuisse de canard à la cuisson parfaite, fondante à souhait.

restaurant,Labo 4,Liège,chimie, The Candy shop,Steevy burger

Maud, grande amatrice de gibier, avait elle choisi le carré de marcassin en croûte de miel moutarde, cornes de gattes et quenelle de choux chinois aux lardons avec son émulsion qu'elle trouvera, seul bémol de toute la soirée, juste un peu trop saignant à son gout.

restaurant,Labo 4,Liège,chimie, The Candy shop,Steevy burger

Enfin, pour cloturer cet excellent repas, le choix du dessert s'est imposé à moi, le Steevy burger, baptisé ainsi du prénom de l'un des serveurs par les 2 chefs pour le taquiner. Une superposition de gâteaux au chocolat meringués, coeur de glace vanille, gelée de fruit de la passion et coulis de framboises.

restaurant,Labo 4,Liège,chimie, The Candy shop,Steevy burger

Maud, s'est elle laissée tenter par l'alliance de la poire et du fromage avec la tartelette en pâte de spéculoos, poire pochée au sirop de Liège et fourme d'Ambert, glace aux coing et fruits confits offrant une saveur particulièrement originale en bouche.

Encore une fois, nous n'avons pas été déçu par le choix du restaurant, celui ci figurant parmi les meilleurs que nous ayons fréquenté. D'ailleurs, comme souvent, nous nous sommes promis d'y retourner. Mais contrairement aux nombreuses fois ou nous n'avons pas mis à exécution notre projet, cette fois, rendez-vous est déjà pris avec mes beaux-parents, histoire de leur faire découvrir cette excellente table, aux alentours du 24 janvier pour fêter l'anniversaire de ma femme.

26/10/2012

Bistro Twins - Nieuport

restaurant,Bistrot Twins

C'est donc au Bistrot Twins que nous sommes allé mangé lors de notre excursion à la mer. Le choix a été très facile car c'est l'un des rares restaurants que nous ayons vu avec une gamme de prix raisonnable. En effet, nous avons été étonné de trouver pour l'essentiel soit des friteries ou des snacks, avec forcément des plats plus basiques, soit des restaurants d'une catégorie supérieure avec notamment l'un d'eux qui proposait une tomate crevettes frites à 25 euros !

Heureusement, nous sommes finalement tombés sur ce restaurant qui offrait une carte suffisamment variée à des prix raisonnables. Les nombreux clients déjà présents dans l'établissement, preuve de son succès, et les quelques plats particulièrement appétissants déjà servis aux clients que nous avons pu voir par la fenêtre terminant de nous convaincre.

restaurant,Bistro Twins

Sachant que nous étions partis pour manger du poisson, Maud a hésité entre un plat de lotte et un autre de raie, 2 poissons qu'elle adore mais qu'on ne cuisine pas souvent à la maison car je ne suis pas très fan. Son choix s'est finalement porté sur le second car cela faisait bien plus longtemps qu'elle n'en avait pas mangé. Moi, après avoir hésité entre la cassolette de poissons et le saumon façon du chef, j'ai finalement choisi le second, servi avec une sauce crème. Kristen, parmi les plats enfants, a choisi les saucisses au curry, en fait des fricandelles, au demeurant excellentes. Le tout, comme déjà signalé, pour un peu moins de 50 euros ce qui signifie que ce restaurant bénéficie d'un excellent rapport qualité-prix et que la prochaine fois que nous passerons la journée à Nieuport, c'est fort probablement la que nous retournerons pour nous restaurer.

 

16:47 Écrit par slumle dans Vie perso - Resto | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : restaurant, bistro twins |  Facebook |

09/10/2012

Rétro 10-2011 - La Planche - Houdeng-Aimeries (2)

restaurant,La Planche

Ce vendredi, nous étions de sortie avec mes collègues, actuels et anciens. Et nous sommes allés à La Planche ou Maud et moi avions bien mangé quelques mois plus tôt.

Hélas, cette fois, nous avons été confrontés à 2 petites déceptions.
La première dès l'arrivée de la carte qui ne correspondait pas avec celle vue sur internet. Dommage car nos premiers choix en entrée n'y étaient plus (en particulier la brochette de Saint-Jacques au lard fumé, le duo de croquettes aux crevettes et aux Saint-Jacques sur bisque d'écrevisse et surtout la caille rossini).
Maud n'a heureusement pas perdu au change avec son aumônière de saumon aux crevettes en entrée tandis que je choisissais les croquettes aux écrevisses.

Pour suivre, la seconde petite déception. Alors que Maud avait choisi l'excellent saumon cuit caramélisé, j'ai repris filet mignon, le plat que j'avais déjà choisi lors de notre première visite, cette fois avec des frites (excellentes, "comme à la baraque") et une sauce piquante. La petite déception résidait dans le fait que si la viande était toujours aussi bonne de gout, elle n'était plus aussi tendre que lors de notre première visite.

Enfin, étant donné que c'était toujours aussi copieux que la première fois, Maud n'a pas pris de dessert tandis qu'après quelques hésitations, je me décidais finalement pour une excellente dame blanche.
A noter que le service était particulièrement lent cette fois. J'ai d'abord mis cela sur le fait que nous étions un vendredi soir et que nous étions 15 à table. Mais le patron nous a finalement expliqué, en guise d'excuse, que dans la salle principale (nous étions à l'étage) et dans les cuisines, Antenne Centre, la télé locale, tournait un clip promotionnel.

Qu'importe, l'ambiance était excellente entre nous et nous nous sommes bien amusés tout en ayant l'occasion de revoir d'anciens collègues plus vus depuis longtemps.

22:00 Écrit par slumle dans Vie perso - Resto | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : restaurant, la planche |  Facebook |

05/10/2012

Rétro 10-2011 - Soirée au Kokob, restaurant éthiopien - Bruxelles

Le vendredi 7 octobre 2011 au soir, nous sommes aller manger au Kokob, un restaurant éthiopien situé à 2 pas du Mannekin Pis.
Sa particularité ? Servir ses différentes préparations sur un grand plateau.
Pas d'assiette individuelle donc. Et pas de couvert non plus puisqu'on utilise des morceaux d'injera, une sorte de crèpe, pour prendre les aliments... avec ses doigts.

Ce restaurant est vraiment à recommander d'autant qu'il propose un bon rapport qualité/prix et que l'on en sort le ventre bien rempli (ce qui n'était pas le cas lors de nos 2 sorties précédentes !).

Kokob,restaurant éthiopien,injera,chocolat,mangue

Pour preuve, nous avons d'abord profité d'un apérif (ananas, fleur d'hibiscus, rhum, gingembre, glaçons pillés) et d'une petite mise en bouche (une sorte de taboulé au gingembre) offert. Pour suivre, le plat que nous avons choisi (3 préparations végétariennes et 3 plats de viande - voir photo - accompagnés d'une demi bouteille de vin et d'une demi bouteille d'eau par personne).

Kokob,restaurant éthiopien,injera,chocolat,mangue

Et pour terminer, un dessert à tomber par terre. Le tout chocolat avec notamment un moelleux épicé à l'éthiopienne pour moi, le tout mangue avec un cheese-cake à la mangue pour Maud.

Le tout pour moins de 40 euros par personne. Vraiment à refaire.

26/09/2012

Rétro 09-2011 - La Petite Cour - Huy

Petit billet de rattrappage pour évoquer notre visite, le samedi 3 septembre de l'an dernier à la Petite Cour, restaurant situé à Huy.

tour du monde culinaire,huy,sri lanka

Nous avions choisi de retrouver ce jour la Cédric, notre ami, autour d'une bonne table. Et dans notre quête d'endroits proposants des types de cuisines différentes, j'étais tombé sur le concept tout a fait original de ce restaurant, en fait une table d'hôtes associée à une boutique d'épicerie fine, qui propose tout au long de l'année un tour du monde culinaire en une quinzaine d'étapes. Etaient ainsi successivement proposés en 2011 les menus australiens, marocain, thaïlandais, argentin & chilien, indien, chinois, guadeloupéen, japonais, grec, créole, mexicain, mauricien, sri lankais, méditerranéen, malgache, cambodgien & vietnamien et pour terminer savoyard.

Nous aurions bien gouté à la cuisine australienne, argentino-chilienne ou guadeloupéenne si nous avions découvert le concept plus tôt. Et pour ce qui est des étapes restantes, nous étions également tentés par un petit tour du côté de l'île Maurice ou de Madagascar mais la aussi, ce ne fut pas possible car les dates n'arrangeaient pas notre ami. C'est donc finalement la cuisine sri lankaise que nous avons choisi de découvrir.

Le jour J, nous avons fait le choix d'arriver beaucoup plus tôt que l'heure du rendez-vous pour nous permettre de découvrir la ville de Huy qu'il me tentait de visiter depuis le temps que nous y passons tout près lors de nos visites bimensuelles à Liège. Nous ne sommes finalement arrivé qu'environ 1h avant le rendez-vous du fait que j'avais choisi de travailler dans le jardin en début d'après-midi et que cela m'avait pris beaucoup plus de temps que prévu. Heureusement d'ailleurs car si nous avons trouvé Huy très joli, nous avons surtout trouvé cette ville très petite au point que même 1h était de trop pour la découverte.

Pour passer le temps en attendant que notre ami arrive, nous avons ainsi pris un verre sur la grand place avant de prendre la direction de la Petite Cour qui tient sont nom du fait que ce restaurant dispose ... d'une petite cour ou nous avons d'ailleurs été installés.

tour du monde culinaire,huy,sri lanka

Un an après, je ne peux plus être très précis sur les plats que nous avons dégustés - il faudra se contenter des quelques photos ci-dessus -. Par contre, je ne peux oublier que si tout était très bon, les rations étaient beaucoup trop petites au point de m'amener à quitter la table en ayant aussi faim qu'en y arrivant quelques heures plus tôt. Car le deuxième point négatif que nous avons relevé était la lenteur du service - diable, 3 heures pour servir un apéritif, une entrée, un plat et un dessert - sans que ce soit justifié. D'une part parce qu'il n'y avait pas tant de convives que cela tandis que d'autre part, tout le monde consommait le même menu unique ce qui devait grandement faciliter le travail en cuisine. Lenteur qui s'est d'ailleurs prolongée  jusqu'à l'obtention de l'addition que nous avons longtemps attendue et que nous finirons par payer directement au comptoir, lassé d'attendre que quelqu'un vienne encaisser.

Le sentiment général au sortir était un sentiment de déception qui fait que nous ne regouterons hélas pas à ce concept pourtant ô combien original.

13/08/2012

Chez Léon - Bruxelles

Au début de l'été, le fameux restaurant bruxellois de moules et de plats typiquement belges Chez Léon proposait sur son site internet et via sa newsletters des bons de réduction de 10 euros valable jusque la mi-août sur son "Complet Léon". Un menu composé d'une tomate farcie aux crevettes grises, de moules au choix avec frites et d'une bière Léon. Le tout pour 32,30 euros.

Chez Léon,Bruxelles,moule,vol au vent,poule au riz

C'est ainsi que ce ce mercredi 8 août, nous avons pris la direction de Bruxelles. Arrivé sur place, nous n'avons eu aucune peine à trouver une place de parking pas trop éloignée, j'imagine que cela tient au fait que nous étions en période de vacance. Nous nous sommes ainsi rendu vers la rue des bouchers en passant par quelques endroits connus. Tout près du restaurant éthiopien Kokob ou nous avons passé fin de l'année dernière (article de rattrapage à suivre donc) une excellente soirée avec des amis rencontrés lors de nos vacances en Egypte. Devant le Manneken Pis. Sur la Grand-Place.

Chez Léon,Bruxelles,moule,vol au vent,poule au riz

Maud a donc choisi le Complet Léon avec comme plat les moules poulette (vin blanc, crème, champignons, ciboulette). Moi j'ai choisi en entrée la soupe de poisson avec sa rouille, ses croutons et son fromage rapé. Pour suivre, après avoir hésité avec l'américain préparé, mon choix s'est porté sur le tout aussi typiquement belge vol au vent frites. Quant à Kristen, elle avait droit au menu enfant gratuit, ce qui est toujours intéressant, composé au choix d'une omelette frites, de spaghetti bolognaise, de moules frites ou d'un quart de poulet frites. C'est ce dernier plat qu'elle a choisi. Le tout accompagné d'un frisko en dessert.

Maud s'est régalée et n'a rien eu à redire sur ses 2 plats. De même en ce qui concerne Kristen dont le plat était accompagné d'une compote de pommes et qui a pu tremper ses frites dans la mayonnaise que nous avons demandé en supplément sans qu'elle ne soit finalement comptabilisée sur la note.
Quant à moi, après la soupe de poisson, bonne, sans plus car elle ressemblait plus à un bouillon qu'à un velouté (d'un autre côté, pour 8,95 euros, c'est un peu logique de ne pas avoir une bouillabaise) accompagnée de son excellente rouille et de ses croutons parfaitement réalisés, il n'y a rien à faire, en ce qui concerne le vol au vent, je suis resté sur ma faim. Non pas qu'il était mauvais, que du contraire, avec sa petite sauce au fromage en guise d'originalité, et ce même si j'aurai aimé un peu moins de morceaux de gros champignons, pour faire du volume, et un peu plus de poulet. Mais tout comme celui consommé récemment au Lunch Garden, il n'a rien à voir avec celui préparé maison. Celui qui me fait envie depuis plus d'un an, avec ses petits cornichons découpés en tranche et surtout ses mini boulettes de viande cuites au bouillon. Ce qu'on appelle chez moi la poule au riz.

A l'issue de ce repas, de nouveau pas de dessert pour la bonne et simple raison que nous sommes au régime dans l'optique de perdre les kilos que nous prendrons en vacance et que nous avions déjà largement abusé, de rouille et de frites en ce qui me concerne.

11/08/2012

Rétro 08-2011 - Resto Real - Coxyde

Régulièrement, nous aimons aller passer une journée à la mer. Et que ce soit à Coxyde ou à Blankenberge, nous transitons toujours par Nieuport pour aller faire le plein de poissons frais à un prix plus qu'intéressant.

Ce fut encore le cas ce samedi 19 août 2011 ou après avoir "dévalisé" notre poissonnerie habituelle de Nieuport nous avons pris la route de Coxyde. Je ne consacrerais pas d'article spécifique à cette journée car elle ressemble évidemment à toutes celles que nous avons déja passé à la mer avec les classiques promenade sur la digue et dans les rues commerçantes, les achats de produits de bouche, la dégustation de glaces et le passage au restaurant.

Cette fois, vu que la Mouscronnoise est désormais hors-jeu, nous avons hésité entre le Resto Real et le Mozart ou nous n'étions plus allé depuis très longtemps. Au moins 3 ans puisque je n'en ai pas encore parlé dans ce blog. Le plat du jour me tentant et Maud n'étant pas contre, c'est au Resto Real que nous sommes allé.
Par la suite, Maud m'a avoué qu'elle aurait préféré aller au Mozart mais qu'elle avait accepté pour me faire plaisir. Incorrigible Maud. Heureusement, depuis lors et comme je l'ai déjà relaté, elle a eu l'occasion de retrouver le Mozart.

Nieuport,Coxyde,Resto Real,Le Mozart

Après le potage, proposé avec le plat du jour, j'ai mangé avec plaisir une banale brochette de poisson frit, comme à la friture. Maud a choisi les anguilles au vert tandis que Kristen se régalait avec un américain frites.

Lors d'une prochaine journée à la mer, lorsque nous serons à la recherche d'un restaurant, que le Mozart, qui reste notre premier choix, est fermé et que nous ne trouvons rien de plus original, nous savons désormais que nous pouvons faire confiance au Resto Real car il propose une cuisine simple mais de qualité.

A noter que, comme à notre habitude lorsque nous sommes à la mer, nous n'avons pas pris de dessert, préférant prendre une glace ailleurs ... (à suivre).

01/08/2012

Rétro 08-2011 - La Planche - Houdeng-Aimeries

C'est donc devenu une tradition pour ma femme et moi de profiter de l'absence de notre fille pour nous offrir un restaurant en amoureux. Et lors de cette première, c'est au restaurant La Planche que nous ne connaissions que de nom, que nous avons choisi d'aller.

En consultant sa carte sur internet, chose qu'il n'est apparamment plus possible de faire maintenant, le site ne divulguant plus que quelques suggestions, je l'avais trouvée un peu chère, ce que confirment d'ailleurs une partie des commentaires postés sur resto.be (voir ici) avec par exemple un filet pur aux poivres concassés, flambé au cognac sur un lit de champignons à la pointe d'ail à 28 euros. Mais j'avais également constaté qu'il y avait quelques plats proposés à un tarif plus abordable.

la planche,coucou de malines

Une fois n'est pas coutume, nous n'avons pas sacrifié à l'habitude de prendre chacun des plats différents pour pouvoir multiplier les découvertes. C'est ainsi qu'en entrée nous avons tous les 2 choisi la salade folle "La Planche" composée de foie gras, saumon fumé et pignons de pin assaisonnée d'une vinaigrette à la ciboulette.

la planche,coucou de malines

Pour suivre, nous avons pris la pièce de boeuf proposée avec son accompagnement (frites maison, pommes de terre au four, croquettes, gratin dauphinois ou pommes vapeur au choix, comme pour toutes les grillades) au prix de 16 euros. Un montant raisonnable donc. D'autant que la viande était d'une belle tendreté et qu'avec le gratin dauphinois, accompagnement que nous avions choisi, ce plat était particulièrement copieux au point que je n'ai pas pu terminer mon assiette, alors que je n'aime pas gaspiller lorsque je suis au restaurant. Il faut dire, pour être complet, que la pièce de viande faisait 300 grammes et qu'en sus j'avais commandé un plat de gratin de légumes car cela me tentait beaucoup.

Et comme pour laisser le moins possible de gratin dauphinois et de légumes - j'avais évidemment terminé ma viande tellement elle était bonne - je me suis mis en mode gourmandise, une fois le dessert venu, je n'avais plus la moindre place à lui consacrer, fait exceptionnel pour moi lorsque je suis au restaurant.

A noter qu'à côté des commentaires critiquant les prix un peu trop élevés proposés par cet établissement, j'en ai également lu d'autres qui critiquaient sévèrement le service. Nous n'avons personnellement pas eu à nous en plaindre, que ce soit du personnel ou d'une quelconque lenteur. Et ce, même si je dois signaler que nous étions un mardi soir en période de vacances et qu'il n'y avait donc pas énormément de clients.

Le cadre très agréable, le personnel sympathique et la qualité/quantité des plats servis font de ce restaurant un endroit à retenir. Endroit que j'ai d'ailleurs fait découvrir à mes collègues un peu plus de 2 mois plus tard et qui fera l'objet d'un article rétro concernant le mois d'octobre 2011.

Pour terminer, une petit anecdote sur l'un des serveurs qui en nous proposant les suggestions du moment nous à parlé d'une terrine de coucou. Alors que je lui demandais s'il s'agissait d'une terrine de volaille, il m'a répondu que non, qu'il s'agissait d'une terrine de lapin. Je lui demandais alors s'il s'agissait bien du coucou de Malines ce qu'il m'a confirmé ... en insistant sur le fait qu'il s'agissait donc bien d'une terrine de lapin ! Sur de mon coup, je n'ai pas insisté mais avec ma femme, cela nous a beaucoup amusé de sa lacune. Mais comme je l'ai dit, il était charmant et attentionné et son erreur, même si pas normale d'un point de vue professionnel, ne portait pas à conséquence.

30/07/2012

L'atelier du Ry Ternel - Ittre

Comme l'an passé, notre fille est partie passer une semaine de vacances à Liège chez sa grand-mère maternelle du fait que ma maman, qui la garde habituellement lorsque nous travaillons, était elle même partie en vacances. Et comme l'an passé, nous avons saisi l'occasion pour nous offrir un petit resto sympa en amoureux.

Il y a 12 mois, il s'agissait du restaurant La Planche à Houdeng-Aimeries. Cette fois, nous avions initialement choisi d'aller manger cette assiette en bois qui nous fait envie depuis des mois et que propose le restaurant Deliceum à Haine-Saint-Paul. Mais, période de vacances oblige, je m'étais mis à la recherche d'un plan B au cas ou il serait fermé. Je me suis ainsi souvenu d'un restaurant de Nivelles dont ma soeur m'avait parlé, La cave à Jules, qui propose un menu à choix multiple pour 32 euros par personne. Avec une formule intéressante le mardi soir puisque les messieurs ne paient que 30 euros tandis qu'il coute seulement 19 euros aux dames.

Or c'est justement un mardi soir que nous voulions passer cette soirée au restaurant. Et comme les suggestions du moment nous faisaient vraiment envie, le plan B est vite devenu le plan A. Hélas, nous n'étions pas les seuls à avoir cette idée puisqu'au moment de réserver une table, il me fut répondu que le restaurant était malheureusement complet.

Il nous fallait de nouveau trouver un plan B. Ou plutôt un plan A car vu la chaleur - il faisait près de 30° ce soir la - et le fait qu'il s'agissait d'une soirée en amoureux, je ne trouvais plus l'assiette en bois très indiquée. Je me suis alors souvenu d'un restaurant qui avait attiré mon attention sur internet devant lequel nous étions passés quelques jours plus tôt. Je ne me rappelais plus son nom mais bien sa situation, à Ittre. Un petit tour sur resto.be me permettait de le retrouver, il s'agissait du Saint-Malo, mais également d'en voir un autre, l'Atelier du Ry Ternel dont j'avais justement lu une critique positive sur le blog d'une connaissance qui m'a inspiré le mien. Sachant qu'il a l'habitude de fréquenter des restaurants de renom, sa critique était donc un gage de qualité. Ce que confirmait d'ailleurs les commentaires présents sur le site resto.be.

Ma femme étant plus attirée par ce dernier que par le Saint-Malo, c'est donc l'Atelier du Ry Ternel que nous avons choisis de découvrir ce mardi 24 juillet.

A côté d'une carte présentant des plats de facture plus classique comme le fondu au parmesan, l'américain frites, la brochette de boeuf, différentes préparations de moules ou encore des pizzas, ils proposent des plats plus originaux comme le tandoori de scampi et saint-Jacques, la brochette de saumon, St Jacques et scampi et surtout le boeuf Wagyu, une variété du fameux boeuf de Kobé dont le persillé (graisse intramusculaire c'est-à-dire à l'intérieur plutôt qu'autour des muscles) est une des causes principales de sa saveur de beurre sans égal, de sa tendreté et de son goût délicieux. Tout cela avec également un menu à choix multiple - 4 entrées, 4 plats et 3 desserts - de facture gastronomique, apparemment changé toutes les 6 semaines et proposé pour la somme tout à fait raisonnable de 30 euros.
Lors de notre visite, il était composé des propositions suivantes.
Entrées:
- Méli mélo de melon, cavaillon et pastèque, jambon San Danièle, gressins maison
- Cocktail de crevettes grises à la pêche, lardés de scampi grillé mayonnaise au Wasabi
- Gratin de moules décortiquées au roquefort et tomates séchées
- Waterzooi d’escargots aux asperges, beurre blanc à l’estragon
Plats:
- Filet de kangourou grillé façon usa, oignons rôti, pommes frites et salade mixte
- Filet de rouget rôti et son beurre blanc, fagot de pointes vertes et pomme purée
- Sandwich de volaille aux légumes confits, sauce atelier, linguine au basilic
- Casserole de moules de cordes (préparation au choix)
Desserts:
- Fraises au basilic et poivre maniguette, glace au lait d’amandes
- Moelleux au chocolat et sa boule vanille
- Assiette de fromages

Nous avons pourtant choisi de manger à la carte car aucune des entrées ne me tentait vraiment tandis que ma femme, en grande amatrice de viande qu'elle est, avait choisi ce restaurant pour enfin gouté au fameux boeuf de Kobé.

La Planche,assiette en bois,Deliceum,La Cave à Jules,Le Saint-Malo,L'Atelier du Ry Ternel,boeuf,Wagyu,Kobé,assiette de fromage

Après l'apéritif, le maison pour moi, un picon vin blanc pour Maud, accompagné d'un mix de cacahuètes et d'olives noires, j'ai beaucoup apprécié le tandoori de scampi et Saint-Jacques tandis que ma femme se régalaitavec une poêlée de Saint-Jacques, un autre de ses péchés mignons.

La Planche,assiette en bois,Deliceum,La Cave à Jules,Le Saint-Malo,L'Atelier du Ry Ternel,boeuf,Wagyu,Kobé,assiette de fromage

Pour suivre, j'ai longtemps hésité entre le kangourou et la volaille proposés dans le menu. Mais après mure réflexion, j'ai trouvé que ce dernier plat était beaucoup plus original, le premier n'étant pour l'essentiel, façon de parler, qu'un morceau de viande grillé accompagné de frites. J'ai pourtant eu un petit regret car si j'ai beaucoup apprécié ce plat, avec notamment la sauce Atelier et les légumes fondants, j'ai été légèrement déçu par la cuisson des pâtes qui était pourtant l'un des éléments m'ayant amené à faire ce choix. Surtout lorsque j'ai vu les magnifiques frites, bien dorées, à la cuisson apparamment parfaite servies aux autres tables. Maud, quant à elle, a évidemment choisi le boeuf Wagyu dont elle a découvert l'extraordinaire saveur.

La Planche,assiette en bois,Deliceum,La Cave à Jules,Le Saint-Malo,L'Atelier du Ry Ternel,boeuf,Wagyu,Kobé,assiette de fromage

En dessert, j'ai choisi la tarte aux pommes de l'atelier et j'ai ainsi découvert des pommes coupées en tranches posées sur un fin disque de pâte avec une boule de glace au spéculoos au milieu. Maud a évidemment choisi l'assiette de fromage et a été surprise par la variété proposée - pas moins de 6 sortes - en regard du prix demandé: seulement 6 euros la ou beaucoup de restaurants n'hésite pas à proposer une assiette nettement moins garnie pour 10, voire 12 euros. La surprise n'en était que meilleure.

Encore une fois, nous n'avons pas été déçu de notre découverte réalisée grace à internet si ce n'est vis à vis de la cuisson des pâtes, ce qui n'est pas bien grave. Encore une table à recommander donc qui s'ajoute à la longue liste des restaurants déjà visités ou nous pourrions retourner. Hélas entre ces derniers et les restaurants à découvrir, que ce soit ceux que j'ai déjà repéré et ceux que je découvrirais encore, il nous  faudrait y aller plusieurs fois par semaine pour profiter de tous, ce que notre budget et, accessoirement, notre ligne, ne nous permettent pas.

27/07/2012

Le Chemin du Cèdre - Namur

Une fois au Chemin du Cèdre, le restaurant libanais qu'avait donc choisi de nous faire découvrir nos amis, nous n'avons pas pu découvrir l'élégant cadre intérieur car nous avons eu la chance de pouvoir prendre notre repas dans le jardin. Même si, en fin de soirée, la fraicheur tombant, nous aurions bien apprécié prendre le dessert et le thé à l'intérieur.

En guise d'apéritif, j'ai fait le choix d'une boisson libanaise dont j'ai oublié le nom qui ressemble au pineau des Charentes mais en beaucoup plus sucré. Ecoeurant pour certains, comme Maud ou Gabriel, excellent pour moi. Avec un premier couac au niveau du service puisqu'on ne nous a rien proposé alors que les tables environnantes avaient quelque chose. Après une remarque de Mathieu, nous avons finalement reçu des amandes dans un plat raffraichi par des glaçons. Surprenant.

Pour suivre, nous étions tous partis pour prendre le menu découverte à 28 euros, estimant que la différence de 10 euros avec le menu prestige qui comportait quelques plats supplémentaires ne se justifiait pas. Mais Mathieu, qui tout comme Gabriel avait déjà expérimenté le premier lors de leur précédente visite, avait envie de découvrir les plats supplémentaires et plus particulièrement la brochette d'agneau que, contrairement à Gabriel ou moi, il adore. En y regardant de plus près, je constatais tout de même que si la différence de prix ne se justifiait ni au niveau du plat principal, une brochette d'agneau en sus, ni au niveau des entrées chaudes, avec un seul plat bonus, le makanek (petites saucisses d'agneau au poivre flambées au citron), elle permettait, au niveau des entrées froides, de découvrir pas moins de 4 plats supplémentaires. dont le samake harra (filet de poisson, émincé d'oignons, poivrons, ail, citron et crème de sésame).
Et comme Maud adore également l'agneau, j'ai finalement fait le choix de me ralier au choix de Mathieu car chacun des menus n'est servi que pour minimum 2 couverts.

Nous avons donc finalement commandé 2 menus découvertes et 2 prestiges ainsi qu'une assiette de brochette de poulet pour notre fille Kristen. Et ce même si je trouvais un peu frustrant de ne gouter, en plat principal, qu'à de simples brochettes la ou la carte proposait des plats autrement plus élaborés. Mais au vu du grand nombre d'entrées froides et chaudes proposées, dont certaines que nous ne connaissions pas, je me suis dit que cela faisait déjà une belle découverte.

Chemin du Cèdre,restaurant,libanais,makanek,samake harra,houmous,moutabale,changlich,patata harra,moujadara,kebbé,fatayer,falafel,la Khaïma

Ainsi, à côté des traditionnels taboulé, houmous (purée de pois chiches) et feuilles de vigne, nous avons également découvert en entrée froide les loubies (haricots verts à l'huile d'olive, sauce tomate), le seul plat présent uniquement dans le menu découverte, le moutabale (purée d'aubergines grillées avec crème de sésame et citron), le changlich (salade de fromage libanais, tomates ,poivrons, thym, oignons et huile d'olive), la moussaka et le samake harra, autant de plats figurant uniquement dans le menu prestige.

A ce moment nous avons de nouveau eu quelques problèmes avec le service.
Tout d'abord parce que nous avons du demander le pain libanais, que Gabriel et Mathieu savaient, pour être déjà venus, qu'il accompagnait les différents plats.
Ensuite parce que le vin que nous avions choisi n'étant plus disponible, ni en rosé, ni en blanc, nous avons demandé un conseil au serveur qui, ne s'y connaissant pas, nous a indiqué qu'il allait nous envoyer un collègue ... qui n'est arrivé que lorsque nous avons réclamé pour la troisième fois de la soirée.

Chemin du Cèdre,restaurant,libanais,makanek,samake harra,houmous,moutabale,changlich,patata harra,moujadara,kebbé,fatayer,falafel,la Khaïma

Au moment de nous servir les entrées froides, le serveur nous avait indiqué que nous recevrions ensemble les entrées chaudes et le plat principal. Nous avions trouvé cela bizarre mais nous avons compris que cela se justifiait pleinement car certaines entrées comme les patata harra (dés de pomme de terre rissolées à la coriandre et citron) ou la moujadara (purée de lentilles, riz, oignons frits) étaient en fait des accompagnements. Outre ces 2 plats et le makanek déjà évoqué, nous avons également pu gouter au kebbé (boulette de pâte de viande et blé concassé frit, farcie à la viande hâchée, oignons et pigons de pin), au borgoule (dont je ne retrouve pas la teneur), aux fatayer (pâtes farcies aux épinards, oignon, citron), aux falafel (purée de pois chiches et de fèves, coriandre, ail, piment servi avec sauce sésame) et aux ailes de poulets (cuisinées au citron) qui accompagnait donc les brochettes de poulet, kebab et agneau servies avec du pain libanais, certains natures, d'autres recouverts d'une sauce à l'ail et à l'harissa très légèrement piquante.

Avec les habituels problèmes de service puisque nous avons de nouveau du réclamer. D'une part pour que l'on nous explique la nature des différents plats apportés, chose que le serveur ne savait pas faire, nous envoyant le collègue qui nous avait servi les entrées froides et qui nous avait spontanément donné les explications. D'autre part pour demander le plat de notre fille que le chef avait oublié de préparer.

Chemin du Cèdre,restaurant,libanais,makanek,samake harra,houmous,moutabale,changlich,patata harra,moujadara,kebbé,fatayer,falafel,la Khaïma

Par contre, au dessert, rien à redire puisque nous avons tous reçu un chausson contenant une mixture spéciale (au fromage ?), y compris Kristen pour laquelle nous n'avions pas commandé un menu et qui n'y avait théoriquement pas droit.

Chemin du Cèdre,restaurant,libanais,makanek,samake harra,houmous,moutabale,changlich,patata harra,moujadara,kebbé,fatayer,falafel,la Khaïma

Enfin, nous avons tous choisi pour conclure le thé à la menthe, également compris dans ce menu, qui nous a été servi à la manière nord-africaine.

Par contre, nous n'avons pas eu droit au pousse café offert, qui aurait été bien mérité vu les nombreux problèmes de service. Mais peut-être ont-ils estimés que le dessert offert à notre fille constituait déjà un beau geste ... à moins qu'il n'aie pas voulu faire plaisir à cette table de clients qui n'ont pas arrêtés de les embêter. Ceci dit avec humour bien sur.

Ces problèmes de service me font repenser à une autre sortie entre amis, les collègues de ma femme, au restaurant la Khaïma, ou nous avions été confronté au même type de problèmes. Et dont nous avions fini par en rire vu la bonne ambiance dans le groupe. Mais si ce défaut, cumulé à la nourriture, bonne sans plus, m'avait amené à signaler que je n'y retournerais pas, cette fois, la qualité des mets dégustés font que j'oublierais sans problème ces petits tracas pour retourner au Chemin du Cèdre si l'occasion se représente.

14/06/2012

Métisses - Liège

Ce samedi, nous avons enfin découvert le restaurant Métisses situé en Outremeuse à Liège dans la rue Roture célèbre pour y abriter de nombreux établissements Horeca. En nous y baladant, nous avons d'ailleurs constaté que nous en avions déjà visités 4, à chaque fois de cuisines différentes (charbonnade, italien, marocain et un excellent indien aujourd'hui fermé), celui-ci devenant donc le 5è.

Initialement, Cédric, l'ami qui nous accompagnait, avait proposé de nous faire découvrir le Labo 4, un restaurant particulier qui propose des plats aux mélanges détonnants comme le Daffy burger, un burger de canard mi laqué, dans un petit pain au lait à l’orange, sauce aigre douce maison, salade de choux et gingembre confit ou encore la dorade en beurre de coriandre, blédina de Granny Smith au lait de coco, stoemp parfumé de céleri et Bangkok spring roll. Malheureusement, il était complet.

Métisses,Roture,Le Labo 4,pisco sour,thiébaudianne,thé

Dans l'urgence, notre ami a pris l'initiative de réserver une table dans un autre qui l'attirait depuis longtemps, Métisses. Bien lui a pris car nous aussi étions attirés par sa cuisine du monde et son cadre coloré. Seule l'absence du menu sur son site internet, nous empêchant de connaitre par avance les plats proposés, nous retenait. Mais en amateur de découvertes culinaires que nous sommes, nous avons finalement pris le risque.

En découvrant la carte, nous avons constaté que les plats proposés étaient d'origine africaine, sud américaine et créole tandis que nous savions déjà depuis longtemps que l'origine du nom du restaurant venait du fait qu'il est tenu par 2 dames, l'une belge, l'autre sénégalaise.

N'ayant pas pu faire comme d'habitude, vu l'absence d'information sur internet, une première sélection préalable, le choix fut particulièrement ardu. A commencer par l'apéritif. La carte proposait en effet diverses propositions originales. Je me suis finalement laissé tenter par un pisco sour, cocktail sud américain apparamment originaire du Pérou, Maud choisissant un cocktail dont j'ai oublié le nom à base de rhum, de vanille et d'un troisième ingrédient que j'ai également oublié. Avec, pour accompagner cela, quelques nachos à tremper dans une préparation piquante à base de divers légumes découpés en petits morceaux.

Métisses,Roture,Le Labo 4,pisco sour,thiébaudianne,thé

En entrée, j'ai choisi les acras de morue et sa sauce épicée. Epicée voulant dire ici, piquante. Bien, sans plus. Maud a choisi le carpaccio de boeuf au vinaigre de fruits de la passion. Ces 2 plats n'étaient pas très copieux mais ce n'était qu'une entrée. Tout cela pour dire que dans l'attente du plat principal, j'ai craint, vu les 2 ou 3 fois ou cela m'est arrivé récemment, d'une nouvelle fois ne pas manger à ma faim.

Métisses,Roture,Le Labo 4,pisco sour,thiébaudianne,thé

J'ai été rassuré en voyant la copieuse assiette de Thiéboudienne, plat national du Sénégal constitué de riz, tomate, carottes, manioc, patates douces et poisson, que j'avais choisi par élimination parmi les 4 qui me tentaient. Même si, dans un premier temps, je n'ai pas beaucoup apprécié pour 2 raisons. D'une part, je ne sais pas s'il s'agissait de mon plat ou de celui que ma femme et Cédric avaient choisi, voire des 2, mais l'odeur n'était pas très agréable. Je dirais même clairement que cela sentait mauvais. D'autre part, nous étions dans une partie du restaurant pas très bien éclairée ce qui ne me permettait pas de bien voir de quoi était constitué mon plat. En fait, je voyais surtout une masse noire, avec du riz, qui ne me paraissait pas appétissante. J'ai donc commencé à manger ce plat, particulièrement bourratif, du bout des lèvres avant de découvrir que les différents éléments le constituant étaient très bons. Maud et Cédric qui s'étaient eux laissés séduire par l'originalité du mélange cacao moutarde présent dans le lapin au cacao et à la moutarde sont également restés un peu sur leur faim, ne trouvant pas trace du cacao dans le gout, seule la moutarde émergeant. A noter que si mon plat était un repas complet vu la présence de riz, Cédric et Maud ont pu choisir un accompagnement parmi l'attiéké (couscous de manioc), l'aloko (bananes plantains), du riz, des patates douces en frites et un gratin d'igname. Maud choisissant le premier, Cédric le dernier.

Métisses,Roture,Le Labo 4,pisco sour,thiébaudianne,thé

Vu l'étroitesse de la carte des desserts, composée de seulement 3 propositions, le choix a été beaucoup plus simple que pour les autres plats. Entre le duo Métisses, la crème aux fuits de la passion et la tarte tatin à la mangue, nous avons tous les 3 choisis le premier, attirés par sa description particulièrement alléchante: fondant au chocolat noir tiède accompagné d'une mousse chocolat blanc, citron vert et noix de coco. Vu ce long intitulé, nous avons été un peu déçu, à l'arrivée du plat, par son côté dépouillé avec juste 2 petits pots présents sur l'assiette. Mais la déception a été de courte durée car nous avons apprécié la mousse au chocolat blanc et avons été conquis par l'excellent chocolat chaud, pas du tout écoeurant.

Nous avions également remarqué que la carte proposait quelques thés que nous ne connaissions pas, raison pour laquelle, à l'issue du repas, Maud a commandé un thé au tamarin à la fleur d'oranger, moi, initialement tenté par celui la, un thé vert aux fruits exotiques avec lequel elle avait également hésité, histoire d'en gouter deux pour le prix d'un et Cédric un thé dont j'ai oublié le nom avec des feuilles d'un arbustes typiquement africain dont il nous dira qu'il lui faisait penser à une infusion au tilleul. Alors que celui de Maud était un excellent thé en sachet, fruité comme je les aime, le mien qui était le seul à infuser dans une boule à thé, n'avait presque pas de gout. Mauvais choix de ma part ? Mauvais dosage de la part de la serveuse ? Toujours est-il que je terminais la soirée sur une nouvelle petite déception.

Certes, je suis sorti repu avec la satisfaction d'avoir enfin pu découvrir un restaurant qui nous attirait depuis longtemps. Mais je le situerais malgré tout un cran en dessous de ceux que nous avons fait récemment en raison des petites remarques négatives que j'ai pu faire sur les différents plats.

09/06/2012

L'Auberge - Arquennes

Ce jeudi 17 mai midi, jour de l'ascension, nous avions décider d'enfin aller manger la fameuse assiette en bois (voir article précédent ici) au restaurant Deliceum à Jolimont. Mais lorsque nous avons voulu réserver une table, nous avons été fort surpris d'apprendre que ce restaurant n'était ouvert que le soir et le dimanche midi et que le fait que ce jeudi soit férié n'y changeait rien. Comme nous nous étions fait à l'idée d'aller au restaurant à ce moment la, je me suis donc connecté sur le site restaurant.be pour en trouver un autre.

En recherchant sur Nivelles, la ville la plus proche de notre village, j'ai été assez vite attiré par la formule proposée par un restaurant que je ne connaissais pas, L'Auberge. A savoir un choix de 6 entrées, 6 plats et 7 desserts pour la modique somme de 22,50 euros. Et si, en temps normal, ce restaurant n'ouvre que les vendredi, samedi et dimanche, il est aussi accessible les jours fériés, lui.

assiette en bois,Deliceum,l'Auberge,Arquennes,brasérade,violon

Vous pouvez voir ci-dessus le menu proposé lors de notre visite. A côté de celui-ci, la carte est certes relativement limitée mais cela n'est absolument pas gênant quand on sait que le menu change tous les 15 jours et que les plats présents de manière récurrente sont, pour certains, originaux. A l'image de la brasérade, une pièce de viande de 300 grammes que l'on cuit soi même à table sur un pic suspendu au dessus d'un récipient contenant un gel que l'on fait bruler ou encore du violon, une grande brochette de boeuf flambée à table et présentée verticalement accrochée à un montage de fils de fer représentant un violon, d'ou le nom, la brochette faisant office d'archet.

assiette en bois,Deliceum,l'Auberge,Arquennes,brasérade,violon

A l'arrivée, nous avons été surpris par le cadre beaucoup plus sélect que nous le pensions car en fonction de la photo de l'extérieur du bâtiment, de la mise en page, très ludique, du site internet et des prix pratiqués, nous nous imaginions un restaurant plus bas de gamme, sans que cela soit péjoratif. Nous ne nous attendions pas non plus à déguster des plats aussi raffinés.

assiette en bois,Deliceum,l'Auberge,Arquennes,brasérade,violon

A commencer par l'assiette de dégustation qui accompagnait l'apéritif (nous avons choisi le maison qui était en fait un cocktail). Elle était composée de d'une préparation au surimi, d'un velouté de poireaux et d'un morceaux de cake aux olives. Surimi, poireaux, cake, ce ne sont pas la des produits nobles et nous ne sommes donc certes pas dans la fine cuisine gastronomique mais la qualité des préparations et leur présentation constituaient un plus que nous n'attendions pas.

assiette en bois,Deliceum,l'Auberge,Arquennes,brasérade,violon

En entrée, j'ai choisi, la cassolette de scampis aux poivrons et porto, Maud la trilogie de foie gras, tandis que nous avons commandé les croquettes aux petites grises du Nord pour Kristen.

assiette en bois,Deliceum,l'Auberge,Arquennes,brasérade,violon

Pour suivre, après avoir longtemps hésité avec le violon, j'ai finalement choisi le magret de canard au jambon cru et chèvre, pomme de terre au chèvre en me disant qu'il n'était à la carte que pour une quinzaine tandis que je pourrais toujours prendre le violon lors d'une prochaine visite. Car déjà au moment de passer commande, enchanté par le cadre et l'assiette de dégustation, qui nous avait déjà été servie, l'envie d'y revenir était déjà présente. Maud a elle craqué pour la brasérade accompagnée de 4 sauces originales dont une au poivre vert, tandis que Kristen choisissait le steack tartare junior hâché à la minute et sa sauce relevée.

assiette en bois,Deliceum,l'Auberge,Arquennes,brasérade,violon

Pas de surprise dans les choix de dessert puisque, alors que Kristen choisissait une glace vanille-fraise, Maud se délectait d'une belle assiette de fromages tandis que je me régalais avec le méli-mélo de desserts composé de 4 mini desserts dont une crème brulée et une mousse à la framboise ou aux fruits rouges.

Pour conclure, je dirais que nous avons passé un excellent moment (près de 3h sans que nous n'ayons vu le temps passer) dans un très bon restaurant, magnifié par le fait que nous ne pensions pas qu'il était d'une telle qualité.

30/05/2012

Rétro 04-2011 - La Mouscronnoise - Coxyde (3)

Et voici le second article rétro sur le mois d'avril 2011 annoncé dans le précédent. Il est d'autant plus important qu'il complète celui dans lequel j'indiquais que la Mouscronnoise ne faisait plus partie de nos 3 restos fétiches historiques (voir ici).

Ce 13 avril 2011, nous avons passé une journée classique à la mer: balades sur la digue et dans les rues commerçantes de Coxyde pour y regarder les boutiques, achat de bons  produits de bouche (steacks hachés originaux, poissons, charcuterie, salade) et cornets de crème glacée.

Le midi, pour nous restaurer, nous avons fait le choix d'aller à La Mouscronnoise, peut-être pour l'ultime fois, en tous les cas pour la dernière fois avant longtemps.
Nous avons en effet été grandement déçus par les plats qui nous ont été proposés. Pour être tout à fait honnête, je dois indiquer que cela n'était pas pour autant catastrophique, loin de la. Mais notre déception est surtout proportionnelle au grand nombre de fois ou nous avons mangé la en étant plus que satisfait.

mer,restaurant,frites

Maud a choisi un filet de plie avec une sauce au beurre qu'elle n'a pas trouvé à son gout.

mer,restaurant,frites

Quant à moi, j'ai choisi l'un de mes 2 plats fétiches de l'endroit en jouant l'alternance. Je veux dire par la que comme la dernière fois, j'avais choisi l'excellent, copieux et tendre steack de boeuf sauce au poivre, j'ai cette fois choisi l'assiette du pêcheur avec une petite déception. Alors que ce plat n'avait pas été modifié depuis que je l'ai découvert, il était cette fois présenté d'une manière qui me plaisait moins.

Nous aurions pu mettre le problème de Maud sur le compte d'un accident passager tandis que j'aurais pu continuer à fréquenter ce restaurant en évitant l'assiette du pêcheur si sa nouvelle présentation ne me convenait plus. Mais le fait le plus grave, celui que je ne peux tolérer, en bon belge que je suis, concerne la qualité des frites.
Alors que jusqu'à présent, il proposait d'excellentes frites maison, dignes des meilleures friteries, nous avons cette fois eu droit à des frites surgelées nettement moins appétissantes et agréables dans la bouche.
Tout comme lors de notre visite précédente d'ailleurs. Mais la je n'avais pas relevé.

C'est donc bien cette récidive au niveau de la qualité des frites qui m'a définitivement (?) enlevé l'envie de retourner dans ce restaurant.

21:10 Écrit par slumle dans Vie perso - Resto | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : mer, restaurant, frites |  Facebook |

30/04/2012

Rétro 04-2011 - La Perle Blanche - Liège

Régulièrement, nous allons au restaurant à Liège avec le meilleur ami de Maud qui, comme  nous, aime découvrir de nouveaux type de cuisine et de nouveaux restaurants.

tapas,météo,avril

Le jeudi 21 avril 2011, nous avons choisi de découvrir la Perle Blanche, attiré par le concept proposé tous les jeudi soir, un menu composé de tapas. Au choix 4, 6 ou 8 assiettes de dégustation. Cette dernière formule étant la plus avantageuse car proposée avec un apéritif offert.

Nous avons bien évidemment choisis cette dernière option et avons ainsi pu déguster:
1. tiramisu de légumes à la citronnelle et au cumin
2. feuille de brick, Saint-Jacques, sauce soja
3. boulettes de pois chiche sauce yoghourt au cumin
4. carpaccio de boeuf, mousse de chou-fleur au citron et huile de truffe
5. brochette de poulet tandoori
6. purée de betterave, scampi à l'huile d'argan, graines de pavot blanc
7. agneau en croute à la coriandre et pistache
8. sushi fraise-melon-mangue, graines de sésame blancs, noirs, wasabi et lait d'amande

Nous nous sommes régalés de toutes ces différentes alliances de saveur qui nous ont été proposées. Avec malheureusement un bémol concernant les portions qui étaient vraiment très petites - je sais, c'est le principe des tapas -. A un point tel que même en en ayant mangé 8, j'avais encore relativement faim en quittant le restaurant. Ce qui était également l'avis de Cédric, notre ami et surtout de Maud qui a pourtant un appétit bien moindre que le mien.

Je me demande d'ailleurs comment il est possible de se contenter de la formule à 4 tapas seulement. En tout cas moi, une fois sorti du restaurant, je me suis dirigé vers la friterie la plus proche et me suis offert un paquet de frites tandis que Maud commendait une brochette.

A noter, pour illustrer la différence de météo, qu'alors que nous sortons d'un mois d'avril, froid et pluvieux, nous avions l'année dernière fait le choix de manger en terrasse, ne ressentant le besoin de remettre une petite laine qu'en toute fin de soirée.

Pour conclure, je dirais que la Perle Blanche est un restaurant proposant de l'excellente cuisine mais hélas pas assez copieux. Tout au moins en ce qui concerne la formule tapas du jeudi soir car n'ayant pas eu l'occasion de tester la carte "normale" de ce restaurant, je ne peux pas porter un jugement définitif ... que je ne porterais probablement jamais car je ne prendrais pas le risque d'être une nouvelle fois déçu.

19:49 Écrit par slumle dans Vie perso - Resto | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tapas, météo, avril |  Facebook |