06/07/2010

Le catalan n'est pas parlé qu'en Catalogne

Mes vacances à Andorre puis à Calpe, entre Valence et Alicante, dans le pays valencien, soit pas vraiment en Catalogne m'ont permis de découvrir que la langue catalane n'était pas parlée, contrairement à ce que je croyais naivement, uniquement dans cette région et dans son pendant français.

Avant de partir, je n'avais pas été voir quelle était la langue nationale de cette principauté, persuadé qu'il y en avait 2, le français et l'espagnol. Mais à l'hôtel, les menus, écrits en anglais, en français, en catalan et en andorran, m'avait déjà amenés à penser que l'andorran était peut-être la langue nationale, ou, vu les fortes similitudes avec le catalan, un dialecte local.

A mon retour, j'ai finalement découvert que le catalan était effectivement parlé dans la Principauté d'Andorre au point d'en être la langue officielle. Ce site canadien m'apprenant que, je cite, "Le catalan parlé par les Andorrans d'origine est le catalan occidental du Nord, plus précisément le dialecte de Ribagorza en usage dans le nord-ouest de la Catalogne et dans la province de Huesca en Aragon.".

Article 178 - Carte du catalan

En y réfléchissant, la principauté d'Andorre étant enclavée entre la Catalogne espagnole et le pays catalan français (région de Perpignan dans les Pyrénées orientales), il n'y a rien d'étonnant à ce que le catalan y soit parlé.
Ce qui m'a plus étonné, par contre, c'est de découvrir, grace à cette page du même site consacrée à la langue catalane et son histoire, que le catalan était parlé dans d'autres parties d'Espagne métropolitaine (je ne sais pas si ce terme s'applique à d'autres pays que la France pour parler du continent) mais aussi aux îles Baléares (certes territoires espagnoles) et en Italie, même si ce n'est que dans une petite ville sarde de 44000 habitants où réside une petite communauté de quelque 28 500 personnes parlant cette langue.

09/12/2009

Emslie (ou Elmslie ?)

Emslie, c'est l'opération du genou qu'à subie ma femme ce 16 novembre pour replacer au bon endroit sa rotule qui, de naissance, n'était pas dans le bon axe et n'avait pas la bonne forme ce qui lui causait, avec le temps, de plus en plus souvent des douleurs, parfois accompagnée de déboitement du genou.

Si ce nom n'est pas aussi poétique que le Pityriasis rosé de Gibert, une invasion cutanée, plus génante que dangereuse, de champignons qui apparaissent sur tout le corps et que ma femme avait contractée en août 2008, aux premières heures de mon blog (voir l'article sur le sujet), il n'en reste pas moins plutôt mignon.

Pourtant, derrière ce joli nom se cache une opération barbare qui consiste, en gros, à sectionner les tendons du muscle du tibia (celui présent devant le tibia, pas le mollet), à refaçonner la rotule (à l'aide d'un burin et d'un marteau), à replacer toutes les pièces du genou, dont la rotule donc, au bon endroit et à ensuite forer un trou (à l'aide d'une foreuse !, le chirugien apparaissant plus comme un ébéniste que comme un médecin) pour pouvoir y refixer les tendons du muscle à l'aide d'une longue vis.

A son réveil et malgré les anti-douleurs, les douleurs étaient atroces et selon elle les pires qu'elle aie jamais ressenties (pourtant entre sa fracture de la machoire, son anévrisme à une veine de la jambe gauche (au total, 6 opérations) ou encore son accouchement provoqué avec une nuit de travail et la péridurale uniquement sur la fin, elle en a déjà vu) au point de penser que si le chirurgien lui avait expliqué dans le détail le travail (il ne lui avait parlé que de la seule remise en place de la rotule, n'évoquant jamais le terme emslie (sans quoi, ma femme aurait été voir sur internet et aurait compris ce qui l'attendait) mais plutôt celui de transplantation rotulienne), jamais elle n'aurait accepté cette opération préférant continuer à avoir mal au genou.

Détail piquant, par peur de l'anesthésie totale (qu'elle a donc pourtant déjà subi plusieurs fois), elle avait demandé une anesthésie locale. Elle était donc consciente pour ressentir et entendre les perceuse, marteau et autre burin en action. De quoi donner froid dans le dos ce qui, heureusement, ne l'a pas génée.

Si vous voulez avoir plus d'information scientifique sur cette opération d'un autre siècle, n'hésitez pas à faire des recherches sur internet en sachant que j'ai trouvé 2 orthographes pour cette même pathologie: emslie et elmslie (avec un l supplémentaire en deuxième position).
Est-une erreur (internet n'est pas toujours fiable) ou cette opération s'écrit effectivement de 2 manières différentes ?
A moins que ce ne soit les termes français et anglais.

08/05/2009

Pourquoi le 8 mai n'est pas férié en Belgique

En France, aujourd'hui, c'est jour férié pour permettre la commémoration de la fin de la Seconde Guerre mondiale qui s'est terminée officiellement en Europe le 8 mai 1945 au lendemain  de la capitulation sans condition de l'Allemagne nazie.
Et contrairement à ce que dit un blog qui évoque le sujet, la France n'est pas le seul pays d'Europe a commémorer ainsi la fin de la guerre. Mon agenda indique que ce 8 mai est également férié en Tchéquie et au Danemark tandis que d'autres pays fêtent également la fin de la guerre, mais à une autre date, comme les Pays-Bas ou le jour férié a lieu le 5 mai.
Le même jour, mais hors Europe, je constate aussi qu'étonnamment, le Japon, bien que vaincu, fête aussi la fin de la seconde guerre mondiale.

En Belgique, ce n'est donc pas le cas ou devrais-je dire ce n'est plus le cas car je me souviens que quand j'étais jeune le 8 mai était aussi férié chez nous. J'ai ainsi retrouvé un article de la Dernière Heure qui indique que c'était le cas jusqu'en 1983 tandis que dans un article de la Libre Belgique, j'ai appris que, jusque la, le 8 mai n'était pas officiellement un jour férié généralisé en Belgique mais seulement limité aux écoles et aux administrations.

Le fait que ce jour férié était limité à une partie de la population explique pourquoi, en 1983, l'un des gouvernements Martens avait décidé, pour des raisons budgétaires, de retirer ce jour la plutot qu'un autre de la liste officielle des jours fériés légaux ce qui avait d'ailleurs provoqué un vif émoi parmi les anciens combattants.
Une autre explication sur ce choix tient aussi au fait que chez nous, la date du 8 mai a toujours été moins marquante que celle du 11 novembre.
A la différence du 8 mai 1945, le 11 novembre 1918 est une date qui a un rapport immédiat avec l'histoire. Ce jour-là, les Allemands étaient encore en Belgique, et ils ont dû commencer à partir. La date du 8 mai 1945, par contre, n'a aucun lien direct avec les événements qui se sont déroulés en Belgique. Notre pays a été libéré bien plus tôt, en septembre 1944, même s'il y eut encore la bataille des Ardennes à l'hiver 1944.
Le 8 mai constitue donc davantage une date dans l'histoire diplomatique puisque c'est ce jour-là que la reddition de l'Allemagne a été officiellement signée. Ainsi, la guerre a encore continué en Asie durant près de quatre mois et n'a donc réellement pris fin qu'en août 1945.

28/04/2009

Angleterre, Grande-Bretagne, Royaume-Uni, Iles Britanniques, 4 toponymes pour un même pays ?

... et pourquoi le sigle GB, et pas UK, sur leurs voitures ?

Hormis l'Angleterre pour laquelle les choses étaient claires pour moi, j'ai longtemps confondus les 3 autres toponymes. Ici, je fais le malin car il s'agit d'un terme que j'ai découvert en écrivant cet article et qui représente tout simplement le nom d'un lieu, qu'il s'agisse d'une ville, d'une rivière ou encore d'une route. La toponymie étant la science qui étudie les noms de lieux, les toponymes donc, pour en rechercher leur signification, leur étymologie, mais aussi leurs transformations au fil des siècles (merci wikipédia).

Il m'arrivait même de penser que la Grande-Bretagne et le Royaume-Uni, voire les îles Britanniques représentaient la même chose.

Article 93 - Carte îles Britanniques

Cette carte représente donc les îles Britanniques qui sont un archipel formés par un ensemble d'îles dont les 2 principales, la Grande-Bretagne, à l'est, et l'Irlande, à l'ouest, englobent 2 pays, le Royaume-Uni et la république d'Irlande (Republic of Ireland en anglais).

Le Royaume-Uni (United Kingdom - UK en abrégé), dont le nom officiel est le Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande du Nord, est un pays constitué de 4 régions dont 3 se situent sur la principale des îles Britanniques, la Grande-Bretagne, et la quatrième, l'Irlande du Nord (Northern Ireland), sur la seconde plus grande île, l'Irlande ou elle n'occupe qu'une petite partie, le reste de l'île étant constitué par l'État d'Irlande.
A propos de l'Irlande du Nord, petite digression pour faire remarquer qu'elle est parfois appelée, à tort, Ulster, alors qu'elle se compose de seulement 6 des 9 comtés de la province irlandaise d'Ulster, les 3 autres étant situés en République d'Irlande.

La Grande-Bretagne (Great-Britain - GB) se compose donc de 3 des 4 régions qui forment le Royaume-Uni, à savoir l'Angleterre, le Pays de Galles (Wales) et l'Ecosse (Scotland).

L'Angleterre (England), enfin, est simplement l'une des quatre nations qui composent le Royaume-Uni.

Mais maintenant que je ne confond plus le Royaume-Uni avec l'Angleterre, l'une des nations qui le constituent, ni avec la Grande-Bretagne, l'île principale, je me pose depuis peu une nouvelle question: pourquoi les voitures provenant de ce pays ont pour sigle GB et non UK ?

Au bout de quelques recherches, j'ai trouvé ce premier site (http://ireland.iol.ie/~discover/county.htm) qui me laisse penser que d'un point de vue immatriculation automobile, l'Irlande du Nord dépend de la codification de la république d'Irlande. En continuant mes recherches, je suis tombé sur ce deuxième site (http://sfpi.asurtech.com/plaques.htm cliquer ensuite sur L'étranger puis ensuite sur l'Europe et enfin sur Irlande), cette fois en français, qui indique que les plaques irlandaises sont constituées de 2 chiffres, d'une ou de 2 lettres et d'une série de chiffres, les lettres représentant les différents comtés et lorsqu'on consulte la liste des comté (lien sur la même page précédante), on constate que les lettres NI sont réservées à l'Irlande du Nord.

Le sigle GB est donc utilisé pour les véhicules provenant de Grande-Bretagne (Angleterre, Pays de Galles, Ecosse) tandis que les véhicules provenant d'Irlande du Nord sont, tout comme ceux provenant de la république d'Irlande, identifiés avec le sigle IRL. Etrange particularité.

14/03/2009

La journée du Pi

Article 82 - signe Pi

Le nombre Pi qui a fait sué de nombreux étudiants a aussi ses adorateurs. Ainsi, saviez-vous que les mathématiciens ou simplement les férus de cette discipline (ou de ce nombre) le fêtent aujourd'hui 14 mars à 1h59' de l'après-midi ?

Pourquoi ce moment précis ? Parce qu'en américain, le 14 mars s'écrit 3/14 et que les premières décimales du chiffre Pi sont 3.14159.

En fait, les puristes considèrent qu'à 1h59' de l'après-midi, il est en fait 13h59' et le fêtent donc en pleine nuit, mais la plupart des fans choisissent de se réunir en début d'après-midi, un moment plus convivial.

Article 82 - Valeur de Pi

Pour rappel, Pi, qui est l'abréviation du grec "periphereia", est le rapport entre la circonférence d'un cercle et son diamètre. Ainsi, si le diamètre du cercle est 1, sa circonférence est Pi (ce qui signifie qu'un cercle de 1 cm de diamètre aura une circonférence de 3,14 cm et des poussières).

La fête est essentiellement célébrée dans les départements de mathématiques de diverses universités à travers le monde et est notamment l'occasion de se réunir pour déguster de la tarte (en anglais, pie (tarte) se prononce de la même manière que le nombre Pi).

A côté du 14 mars, il existe également plusieurs autres journées du Pi, appelées journées du Pi approximatif:
- le 22 juillet, écrit 22/7 (22 divisé par 7 est une approximation de Pi) dans certains formats de date, comme le nôtre;
- le 26 avril, le jour où la planète Terre a parcouru approximativement deux unités astronomiques sur son orbite annuelle : ce jour là, la longueur totale de l'orbite terrestre, divisée par la distance déjà parcourue, est égale à Pi (la, cela devient plus pointu, plus tordu diront les non mathématiciens);
- le 21 décembre (le 20 pour les années bisextiles) à 1h13' de l'après-midi soit le 355è jour de l'année car Pi possède une approximation encore plus précise qui est 355 / 113.

11:24 Écrit par slumle dans Un peu de culture | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : mathematique, journee, pi, fete, pie |  Facebook |

07/12/2008

Le jeu des portes appliqué au jeu des boîtes

Récemment, un collègue m'a soumis cette énigme qui fut apparemment l'objet d'un jeu populaire à la télévision américaine.

Sur le plateau, il y avait 3 portes. Derrière l'une d'entre elle, se cachait le gros lot, une voiture par exemple, tandis que les 2 autres s'ouvraient sur un cadeau ridicule, style un filet garni.
Le principe était que le candidat devait désigner une porte, sans l'ouvrir. L'animateur, qui savait ou se cachait le gros lot, ouvrait alors une mauvaise porte parmi les 2 non choisies par le candidat. Le candidat avait alors le choix d'ouvrir la porte qu'il avait initialement choisie ou de changer et de prendre l'autre qui n'était pas encore ouverte.

Avant, ma manière de jouer aurait été de garder mon choix initial puisque j'avais une chance sur deux de gagner plutot que de changer et de raler dans le cas ou la porte choisie initialement était la bonne.

Mais depuis que j'ai découvert cet article: http://www.ilemaths.net/forum-sujet-12276.html  mon avis a évidemment changé puisque mes chances doublent (dans ce cas précis) en choisissant l'autre porte.

Les explications dans cet article sont longues et parfois nébuleuses. J'ai d'ailleurs du m'y reprendre à plusieurs fois pour les comprendre et être convaincu. Raison pour lesquelles je tente un résumé avec 100 portes plutot que 3 pour que ce soit plus marquant.

Imaginons donc qu'il y ait 100 portes, une bonne et 99 mauvaises. Lorsque je fais mon premier choix, j'ai une chance sur 100 de trouver la bonne tandis qu'il y a 99 chances sur 100 que j'aie tort et que la bonne porte figure parmi ces 99.
Sachant que l'animateur ouvre 98 mauvaises portes, parmi ces 99 en sachant ou est la bonne, j'ai donc tout intérêt à changer de porte puisque, si la bonne porte n'est pas celle que j'ai choisie, j'ai 99 chances sur 100 de trouver la bonne.
L'erreur est de penser qu'au moment du choix, lorsqu'il ne reste plus que 2 portes, j'ai une chance sur 2 alors qu'il faut tenir compte des portes déjà ouvertes en toute connaissance de cause (ce n'est pas l'effet du hasard, l'animateur sachant qu'elles étaient mauvaises).

Ce qui m'amène au jeu des boites. Il s'agit en fait du jeu télévisé d'Arthur qui s'appelle 'A prendre ou à laisser'. Il met aux prises 24 candidats qui sont en possession chacun d'une boite contenant un montant inconnu. Ce dernier peut être ridicule ou gigantesque (entre 0,01 € et 1 000 000 € pour la version française). Un candidat est sélectionné et il doit éliminer les autres boîtes. Il reçoit régulièrement des appels du banquier qui lui propose soit d’échanger sa boite avec une autre, soit d’arrêter le jeu et de repartir avec un montant fixé par le banquier.
L'échange pouvait survenir à tout moment y compris en toute fin de jeu, alors qu'il ne restait que 2 boites.

Quand cela arrivait, je maudissais le candidat qui choisissait l'échange et s'il perdait, je me disais que c'était bien fait pour lui car ses regrets étaient plus grands de savoir que la bonne boite était en sa possession.

Et c'est la que j'avais tout faux puisqu'en fonction de l'explication concernant le jeu des portes, il avait 1 chance sur 24 pour que la plus grosse somme soit dans sa boite et 23 chances pour que ce soit la plus petite. Il avait donc tout intérêt de demander l'échange.

Maintenant, je dois reconnaitre que si l'échange était proposé plus tot dans le jeu, alors qu'il ne restait que 4 boîte, par exemple, le choix ne pouvait être aussi mathématique puisque si le candidat n'avait effectivement qu'une chance sur 24 d'avoir choisi la bonne boîte et que donc il y avait 23 chances sur 24 pour que ce ne soit pas celle la, encore fallait-il, en cas d'échange, choisir la bonne parmi les 3 restantes. La règle mathématique étant alors "légèrement" plus compliquée pour déterminer le pourcentage de chance d'améliorer ses gains... mais la n'est pas le but de mon article.

En attendant, vous aurez bientôt tout loisir de voir si les lois statistiques et mathématiques peuvent s'appliquer à ce jeu. En effet, alors que j'avais lu récemment (sur le site de Morandini je crois) que 'A prendre ou à laisser' pourrait revenir à l'antenne, je viens d'en avoir confirmation: ma femme regarde en ce moment TF1 qui vient de passer une pastille annonçant le retour du jeu.

05/10/2008

La Bretagne se compose de 4 ou 5 départements ?

Drapeau breton Il y a quelques mois, lorsque j'ai décidé de passer mes prochaines vacances en Bretagne, je me suis connecté sur le site Abritel.fr pour trouver une location. Après avoir choisi comme pays de villégiature la France, le site m'a demandé une région, j'ai donc choisi la Bretagne, puis m'a donné la possibilité de sélectionner l'un des départements bretons à savoir les Côtes d'Armor (22), le Finistère (29), l'Ille-et-Vilaine (35) et le Morbihan (56).

Pour moi, la Bretagne était donc constituée de 4 départements comme sur la carte ci-dessous.Bretagne en 4 départements

 

 

 

 

 


Mais quelques semaines plus tard, en feuilletant le guide Hachette de la collection Voir sur la Bretagne, qu'elle n'est pas ma surprise de constater qu'ils parlent d'un cinquième département: La Loire Atlantique (44).

Cela faisait donc 5 départements bretons comme sur la carte ci-dessous.
Bretagne en 5 départements

 

 

 

 

 


En faisant des recherches sur le net pour préparer mes vacances, je constate que les sites officiels (bretagne.com et tourismebretagne.com) parlent aussi de 5 départements. Et si vous regardez la photo du Breizh Cola sur mon article précédant, il y a une représentation de la Bretagne reprenant 5 départements.

Pour en avoir le coeur net, alors que j'étais dans un petit restaurant de Penmarc'h dans le Finistère Sud (donc bien à l'intérieur du pays breton), j'ai demandé à la serveuse si elle était bretonne. Elle m'a répondu qu'elle était bigoudenne (hé oui, on était en pays bigouden) et lorsque je lui ai posé la question, elle m'a répondu que la Bretagne était composée de 4 départements, me confirmant, lorsque je lui en parlais, que la Loire Atlantique ne faisait pas partie de la Bretagne.

Par hasard, hier, en préparant l'article sur le Breizh Cola, j'ai eu la réponse à cette question qui m'a tracassé quelques semaines.
Alors que j'étais dans wikipédia sur l'article concernant l'altercola, j'ai cliqué sur le lien Bretagne, c'est la que j'ai découvert qu'il y avait 2 articles sur la Bretagne.
L'un concernant la Bretagne en tant qu'entité historique, géographique et culturelle et l'autre concernant la Bretagne en tant que région administrative française.

Avec le premier article (http://fr.wikipedia.org/wiki/Bretagne), j'ai ainsi appris que la Bretagne (historique) fut un royaume au IXè siècle qui devint un duché puis en 1532 une province réputée étrangère unie à la France sous la même couronne jusqu'à sa disparition administrative en 1790 et sa division en 5 départements. J'y ai aussi appris que l'appellation Bretagne désigne également une région française, composée de quatre départements. Le département de la Loire-Atlantique, historiquement breton, étant aujourd'hui rattaché à la région Pays de la Loire, la question de sa réunification à la Région Bretagne faisant l'objet de débats.

L'autre article (http://fr.wikipedia.org/wiki/Bretagne_(r%C3%A9gion_admini...) m'a appris que la région Bretagne était née, tout comme les autres régions administratives françaises, dans la seconde moitié du XXè siècle et qu'elle avait été créée en Bretagne dont elle reprend 80% de la superficie, amputée de l'actuelle Loire-Atlantique.

La Bretagne est donc constituée de 4 ou 5 départements selon que l'on parle de la région administrative ou de l'entité historique, géographique et culturelle.



 

 

 

 

30/08/2008

Pityriasis rosé de Gibert

J'ai voulu écrire cet article juste pour le joli nom qui apparait en titre.

Et pourtant, ce n'est ni le nom d'une jolie fleur exotique, ni celui d'une belle libellule ou de tout autre végétal ou animal.
Non, il s'agit du nom d'un virus que ma femme a contracté.

Article 16 - Aspect typique de pityriasis rosé de Gibert avec le médaillon initial bien visible, médian (petit)

Il se caractérise par des sortes de champignons qui apparaissent sur tout le corps. D'abord isolé et plus ou moins gros (3 à 5 cm), le champignon père finit, au bout de quelques jours, par donner naissance à beaucoup d'autres plus petits qui finissent par se généraliser sur tout le corps à l'exception des extrémités (pieds et mollets, mains et avant-bras et surtout visage, au plus grand soulagement de ma femme).
Ils ne sont ni dangereux, ni contagieux, quasiment pas gênants (depuis une bonne semaine que la maladie s'est déclarée chez ma femme, elle a seulement ressenti hier quelques "chatouillis") excepté esthétiquement et après avoir envahis tout le torse, ils finissent par disparaitre tout seul au bout de 4 à 6 semaines.