10/05/2010

Week-end à Coxyde

Depuis quelques années, à Pâques, l'une de mes soeurs loue avec notre maman, pour une semaine, un appartement à Coxyde. Mes 2 neveux sont également du voyage car mon autre soeur et son mari travaillent et n'ont personne pour garder leurs enfants pendant cette période scolaire. Ils viennent en général passer le week-end avant de rentrer le dimanche soir et de revenir les chercher le week-end suivant.

Maud et moi, profitons de ce pied-à-terre, pour venir passer, au minimum, la journée du samedi ou du dimanche. Mais le plus souvent, je prend 2 jours de congé pour pouvoir profiter d'un week-end décalé soit du dimanche au mardi et ainsi prendre la relève de la chambre qu'occupait ma soeur et mon beau-frère pendant le week-end.
Cette fois encore nous avons pu le faire même si la charge de travail ne me permettait pas de prendre des jours de congé. Mais comme la semaine précédante, mes neveux étaient en vacance en Normandie avec leurs parents et qu'ils ne rentraient que le samedi dans l'après-midi, ils ont fait le choix de ne venir que le dimanche matin. Leur chambre était donc libre pour la nuit du samedi au dimanche et c'est ainsi que cette année, nous avons aussi pu passer 2 jours à la mer.

Nous sommes arrivé samedi peu avant le dîner, et, une fois le repas terminé et la vaisselle réalisée, nous sommes sortis pour une première ballade. Tandis que nous essayions de voir les vitrines des magasins dans la rue principale, Kristen, notre fille, était aux anges.

Article 171 - Jeux gratuits

La rue était en effet piétonne et remplie d'attractions gratuites pour les enfants. Essentiellement des châteaux gonflables mais aussi un site réservé avec des trotinettes et des vélos, un atelier de maquillage, des miroirs déformants, ... Une action qui a lieu, depuis l'année passée, le vendredi et le samedi du week-end 'non pascal' des congés scolaires.
Kristen a pu s'amuser plusieurs fois dans différents châteaux gonflables, en particulier les plus petits dans lesquels elle se retrouvait parfois seule.

Il faut dire que rayon temps, si nous n'avons pas eu une seule goutte de pluie, il faisait un froid de canard. Surtout pour un mois d'avril. C'est bien simple, il y a longtemps que je n'avais plus eu si froid à la mer. Même lors de nos derniers voyages en décembre, en février ou durant tout l'hiver, il y a 3 ans, lorsque mes parents, mes soeurs et nous avions loués, pendant 6 mois, un appartement pour en profiter, chaque week-end, à tour de rôle.

Au vu de la belle semaine printanière que nous venions d'avoir, j'avais même envisagé d'abandonner mon gros manteau d'hiver pour un blouson d'été, de peur d'avair trop chaud. Heureusement que je ne l'ai pas fait car je n'avais pas de trop de ce manteau pour braver le froid. Ce qui n'était pas le cas de Maud qui, lorsqu'elle voit un rayon de soleil au printemps, à tendance à s'habiller léger, même si on est loin des 20°. Elle avait donc choisi l'option de la veste d'été. Grave erreur car, lors de notre première ballade, elle a eu froid et même très froid. Heureusement, ma soeur avait pris 2 manteaux, l'un très chaud et l'autre à peine moins et a ainsi pu lui en prêter un à son grand soulagement.
 
Un peu plus tard dans l'après-midi, nous sommes reparti pour une nouvelle ballade, bien décidés à pouvoir profiter, cette fois, des magasins.
Nous avons évidemment commencé par une bonne glace locale. Impossible pour moi de passer une journée à la mer sans en manger. Même si le thermomètre extérieur devait indiquer -10. Ensuite, Kristen n'était pas d'avis de nous suivre dans les boutiques et voulait retourner jouer dans les châteaux gonflables. Heureusement, nous avons pu compter sur ma mère et ma soeur pour s'en occuper.

Après cette seconde ballade, il était déjà temps de rentrer pour le souper. Vu le dîner relativement léger - ma maman, sachant que nous étions au régime avait prévu du filet de dinde, sauce aux champignons accompagné de quelques patates et de salade. Tout était très bon mais 2 fines tranches de dinde qui ne devaient pas faire 100 grammes à elle deux n'étaient pas suffisantes pour ma grande carcasse - j'avais une grande faim que le souper, malgré les 4 tartines ingurgitées, n'a pas apaisé. J'en aurai mangé le double mais étant au régime, je me suis arrêté en me disant que la sensation de faim passerait.

Comme elle ne passait pas et que nous devions aller chercher dans la voiture garée à quelques centaines de mètres de l'appartement, les plaques de congélation du  frigo box pour les utiliser le lendemain, j'ai proposé à Maud d'en profiter pour faire une dernière sortie, malgré le froid, avec une idée derrière la tête.

Une fois dehors, j'ai constaté qu'elle avait la même idée que moi car elle aussi avait eu faim durant une bonne partie de la journée. Après avoir analysé toutes les possibilités (gaufres, beignets, frites, ...), nous avons fait le choix du salé plutôt que du sucré. Et comme nous savions que nous mangerions des frites le lendemain au restaurant, une bonne crasse s'est naturellement imposée.

C'est ainsi qu'en catimini, presque comme des voleurs, sans d'ailleurs croiser beaucoup de monde vu le froid, nous sommes allé sur la digue "se manger" elle, un hot dog et moi un bicky burger.

Le lendemain matin, nous sommes allé à Nieuport, près du port de pêche. La, plusieurs poissonniers proposent du poisson ultra frais à des prix très intéressants. Normal vu qu'il n'y a pas d'intermédiaire entre le pêcheur et le commerçant. Nous avons ainsi acheté 8 portions de poissons, notre consommation mensuelle depuis que nous sommes au régime, pour 50 euros soit 6,25 euros le repas pour 2 adultes et un enfant ce qui est relativement bon marché pour du poisson quand on sait qu'il y avait notamment, en plus du traditionnel cabillaud, de la plie et de la lotte.

Après un repas copieux au restaurant (un steak de 300 grammes avec des frites pour moi), dont je reparlerais dans le prochain article, et un passage obligé chez le marchand de glace, nous avons fait une dernière longue promenade, histoire de s'oxygéner une dernière fois et de faire quelques emplettes chez les boulanger, charcutier, fromager et autre traiteur du coin, sans oublier les traditionnelles crevettes à décortiquer.
Ces emplettes terminées, il était déjà temps de songer à rentrer.

Une fois de retour à la maison, le week-end s'achevait, de façon traditionnelle après une visite à la mer, par la dégustation des crevettes grises, l'un des pêchés mignon de ma femme, accompagnées d'une bonne bière fruitée.

Malgré le froid et la faim qui nous taraudait l'estomac le premier jour (j'exagère évidemment un peu beaucoup), nous avons donc passé un excellent mini-week-end qui nous a permit de nous changer les idées et de remplir notre congélateur de poissons frais et variés.