09/12/2009

Emslie (ou Elmslie ?)

Emslie, c'est l'opération du genou qu'à subie ma femme ce 16 novembre pour replacer au bon endroit sa rotule qui, de naissance, n'était pas dans le bon axe et n'avait pas la bonne forme ce qui lui causait, avec le temps, de plus en plus souvent des douleurs, parfois accompagnée de déboitement du genou.

Si ce nom n'est pas aussi poétique que le Pityriasis rosé de Gibert, une invasion cutanée, plus génante que dangereuse, de champignons qui apparaissent sur tout le corps et que ma femme avait contractée en août 2008, aux premières heures de mon blog (voir l'article sur le sujet), il n'en reste pas moins plutôt mignon.

Pourtant, derrière ce joli nom se cache une opération barbare qui consiste, en gros, à sectionner les tendons du muscle du tibia (celui présent devant le tibia, pas le mollet), à refaçonner la rotule (à l'aide d'un burin et d'un marteau), à replacer toutes les pièces du genou, dont la rotule donc, au bon endroit et à ensuite forer un trou (à l'aide d'une foreuse !, le chirugien apparaissant plus comme un ébéniste que comme un médecin) pour pouvoir y refixer les tendons du muscle à l'aide d'une longue vis.

A son réveil et malgré les anti-douleurs, les douleurs étaient atroces et selon elle les pires qu'elle aie jamais ressenties (pourtant entre sa fracture de la machoire, son anévrisme à une veine de la jambe gauche (au total, 6 opérations) ou encore son accouchement provoqué avec une nuit de travail et la péridurale uniquement sur la fin, elle en a déjà vu) au point de penser que si le chirurgien lui avait expliqué dans le détail le travail (il ne lui avait parlé que de la seule remise en place de la rotule, n'évoquant jamais le terme emslie (sans quoi, ma femme aurait été voir sur internet et aurait compris ce qui l'attendait) mais plutôt celui de transplantation rotulienne), jamais elle n'aurait accepté cette opération préférant continuer à avoir mal au genou.

Détail piquant, par peur de l'anesthésie totale (qu'elle a donc pourtant déjà subi plusieurs fois), elle avait demandé une anesthésie locale. Elle était donc consciente pour ressentir et entendre les perceuse, marteau et autre burin en action. De quoi donner froid dans le dos ce qui, heureusement, ne l'a pas génée.

Si vous voulez avoir plus d'information scientifique sur cette opération d'un autre siècle, n'hésitez pas à faire des recherches sur internet en sachant que j'ai trouvé 2 orthographes pour cette même pathologie: emslie et elmslie (avec un l supplémentaire en deuxième position).
Est-une erreur (internet n'est pas toujours fiable) ou cette opération s'écrit effectivement de 2 manières différentes ?
A moins que ce ne soit les termes français et anglais.