27/02/2012

Nouveau régime et excès "imposés"

Ce mois de février touche déjà à sa fin. L'heure d'en faire le bilan. Et le fait marquant de ce mois, de mon point de vue en tout cas, est le nouveau régime que j'ai entamé, tout comme ma femme et ma fille.
Pour être honnête il a commencé le lundi 30 janvier et doit durer de 8 à 9 semaines jusqu'à notre départ en vacances, début avril.
Son but initial y est d'ailleurs lié puisqu'il s'agissait de simplement perdre les kilos que je vais prendre durant ces vacances. Mais je me suis découvert une volonté qui m'avait abandonné ces dernières années. Son but principal est donc vite devenu de m'éloigner conséquemment de la barre psychologique des 100 kilos que j'ai déjà franchi à 3 reprises dans ma vie, la dernière fois pas plus tard qu'en janvier 2011, et avec laquelle je flirtais à nouveau depuis quelques semaines.

régime,anniversaire,mac lam,pizza hut

Ainsi, après avoir arrêté de me peser fin 2010, histoire de profiter sans remord des bonnes choses des fêtes de fin d'année, j'ai recommencé à contrôler mon poids en janvier 2011. J'ai donc passé, l'espace d'une semaine cette maudite barre des 100 kg. Cela m'a amené à débuter un régime que j'ai stoppé, faute de motivation, après avoir perdu seulement 3 ou 4 kilos. J'ai ainsi navigué entre les 96-98 kg durant la première partie de l'année. A la fin de l'été, j'ai réussi à me stabiliser dans les 98 kg en tachant de ne pas multiplier les excès et en m'astreignant 2 séances de course à pied par semaine. Hélas, la période des fêtes de fin d'année, avec ses tentations multiples comme ses boudins de toutes sortes, ses galettes et surtout ses 2 réveillons et ses repas de Noel et du Jour de l'an, m'ont amené à prendre un bon kilo.
A partir de la, chaque semaine, à la veille de passer sur la balance, j'ai du me comporter comme un boxeur qui doit passer à la pesée à la veille d'un combat et qui est en léger surpoids. Je faisais régime pendant toute une journée ce qui m'a permit de limiter les dégats avec seulement une grosse alerte à 99,8 kg.

Au bout de 4 semaines de régime, je peux déjà attesté d'une belle réussite puisque je suis déjà repassé sous la barre des 95 kg grace à mes 4,3 kg perdus.

Et ce malgré le fait que le mois de février est traditionnellement un mois ou, avec les différents anniversaires dans notre famille, les tentations sont nombreuses. Jugez plutôt:
- samedi 4: traiteur chinois Mac Lam situé à Liège près de la gare des Guillemins à l'occasion de l'anniversaire de Francis, le beau-père de Maud;
- samedi 11: buffet froid gargantuesque (préparation maison) en l'honneur des enfants de ma tante Marie, mes cousins donc, qui fêtaient respectivement leurs 35 (Alain avec Claude) et 25 (Janique avec Rudy) années de mariage. Excès heureusement, si je puis dire, limités par le fait que Maud étant malade (elle avait une sinusite et elle a constaté en rentrant qu'elle faisait 39 de fièvre), nous sommes partis avant les fromages et le gateau;
- dimanche 19: restaurant Deliceum pour l'anniversaire de ma soeur dont j'ai parlé dans mon article précédent;
- dimanche 26: anniversaire d'une soeur de mon père, tante Marie-Josine, qui a l'habitude de faire très copieux (gros apéro, entrée, potage, plat, fromage, dessert et tarte !) mais qui heureusement nous a proposé, cette fois, quelque chose de plus léger;
- Si on y ajoute, en ce qui me concerne, un buffet pizza, le mardi 21 février, au Pizza Hut à l'initiative d'une ancienne collègue qui est traditionnellement en congé le mardi gras et qui a donc proposé de se retrouver entre anciens et actuels collègues, on peut dire qu'avoir perdu plus de 4 kilos durant ces 4 dernières semaines constitue un excellent résultat.

Et dire que le mois de mars sera à peine plus light avec déjà programmées une journée à la mer et 2 sorties au restaurant, l'une avec un ami, l'autre avec les collègues de ma femme.

29/04/2010

Mon régime 2010 (et le bilan du précédant)

Ce lundi 8 mars, comme chaque année, j'ai donc entamé un régime, histoire de perdre les kilos pris pendant la période des fêtes... et avant. J'ai effectivement la particularité d'être gourmand, appréciant aussi bien les bonnes choses que les moins bonnes (chocolats, chips, frites et autres "crasses") tout en ayant tendance à prendre facilement du poids.

Et comme j'ai la faculté de le perdre tout aussi facilement, il y a des moments ou je ne fais pas vraiment attention.
Pour résumer le cycle annuel de mon poids, je fais régime au printemps. En été, je continue à faire attention à ce que je mange en évitant les plats trop caloriques et en m'autorisant, mais avec restriction, l'un ou l'autre encas peu recommandé. Quand arrive l'automne, je recommence tout doucement à me relâcher en mangeant tout ce que j'aime. Puis arrive l'hiver, son mois de décembre et toutes ses tentations liées aux fêtes (foie gras, pâtés, cougnolles, buches, ...) et ses mois de janvier et février, eux aussi propices en bon repas vu le nombre d'occasions qui se présentent (anniversaire de ma femme, de ma maman, d'une de mes soeurs, anniversaire de rencontre, Saint-Valentin en plus des invitation à dîner annuelles chez d'autres membres de la famille).
Arrive alors le moment de refaire régime, précédé d'une période de quelques semaines pendant laquelle nous vidons les frigos et armoires des interdits et que nous nous faisons un best of des pires crasses qu'on puissent manger et dont nous serons privés durant les quelques mois à venir (friterie, pizzeria, choucroute, ...)

Le poids à perdre dépend évidemment du poids atteind qui est souvent lié à la réalisation et à la réussite du régime de l'année précédante. Si je passe mon tour une année, c'est la cata. Comme en 2006, année extrème, ou j'ai du perdre 22 kilos et  l'année passée que j'avais abordée sans avoir réellement fait régime en 2008.

Cette année, il s'agit d'une année hybride puisque, si j'ai bien fait régime en 2009, je n'ai pas atteind tous mes objectifs.
Dans l'article de présentation de ce régime (voir archives de février 2009), j'avais indiqué que j'avais une quinzaine de kilos à perdre (pour passer de 102 à 86) et que je comptais le faire en 2 phases. Une première durant laquelle je devais perdre 10 à 12 kilos avant notre départ en vacances, mi-mai. Une seconde, à partir de la reprise du travail, pour perdre le solde, augmenté des habituels 3 kilos pris en vacances. Période qui devait se terminer à la mi-septembre, au moment de prendre ma seconde période de vacances de l'année.
J'ai bien atteind le premier objectif en perdant un peu plus de 11 kilos en 15 semaines. Mais lors de la seconde partie du régime, de mi-juin à mi-septembre, je n'ai plus perdu aussi facilement. Ca, le fait qu'on était en été, période moins facile pour moi pour faire régime et la décision que l'on a prise, ma femme et moi, de ne finalement pas partir une seconde fois en vacances a joué sur ma motivation. J'ai ainsi tenu compte du fait que je ne prendrais pas les habituels 3 kilos et, m'estimant content de ne plus peser que 92 kilos après en avoir pesé plus de 102, j'ai décidé d'arrêter mon régime, à 5 kg de mon objectif.

Ces 5 kilos m'ont amené à de nouveau frôler les 100 au milieu de cet hiver ce qui explique les 12 à 14 kilos à perdre aujourd'hui pour retrouver mon poids de forme de quadragénaire, soit 85-87 kg.

Premier objectif, descendre sous les 90 kg avant le départ en vacances soit 9 kilos à perdre en 11 semaines. Pas évident, mais me connaissant, je savais que c'était jouable et les faits me donnent raison puisqu'après avoir perdu 1,5 kg par semaine pendant les 2 premières semaines, j'ai ensuite perdu 1 kg la troisième, 1,2 kg la quatrième et 800 grammes la suivante. Petit coup d'arrêt ensuite avec une sixème sans perte du moindre gramme ce qui s'explique par un week-end passé à la mer et un souper au Quick le vendredi suivant. Mais j'ai bien compensé la semaine suivante puisque j'ai perdu 1,5 kg ce qui me fait 7,5 kg perdus en 7 semaines. Il me reste donc 4 semaines pour perdre seulement 1,5 kilos et atteindre mon premier objectif qui ne paraissait pas, à priori, évident à réussir.

Mais il faut dire que ma femme et moi avons encore amélioré notre technique de régime dont j'ai déjà eu l'occasion de parler dans l'article, déjà évoqué ici, de février 2009. Amélioration rendue possible, entre autre, grâce à mes soeurs qui ont eu la bonne idée d'offrir un cuiseur vapeur pour l'anniversaire de Maud ce qui nous amène à manger beaucoup plus de légumes, qui plus est, cuits sans plus aucunes matières grasses.

J'ai aussi choisi, comme collation de 4 heure, au retour de la maison, de boire, ou plutôt de manger un bol de soupe de régime car contrairement aux autres années, je la mange non passée ce qui fait que cela donne une impression de plus grande consistance, cela "cale" mieux et surtout, je m'en lasse beaucoup moins vite que sa version moulue.

Nous avons aussi opté pour le poulet et le poisson, 2 produits relativement pauvres en calories, 2x par semaine et avons pris la décision, contrairement aux régimes précédants, de ne plus faire de trève le week-end et de limiter au maximum les écarts.

Je veux dire par la qu'avant, nous nous autorisions un écart par semaine sachant que, lorsqu'il est isolé, il est bien vite perdu. Cette année, en 7 semaines, nous ne nous en sommes finalement autorisé que 4: le premier, au bout de 3 semaines, une invitation à dîner pour l'anniversaire d'une tante, le second, un paquet de chips au cours de la 4è semaine mangé en plusieurs fois lorsque je me suis rendu compte que 50 grammes de chips sont à peine plus caloriques que le Danio que je mange le plus souvent en guise de déjeuner. Le troisième, un mini week-end, du samedi au dimanche, à la mer en fin de 5è semaine et le dernier, un repas au Quick.

Pour ce qui est du week-end, et c'est ça qui fait la plus grosse différence, nous continuons le régime quasi normalement. Contrairement aux années précédantes ou nous étions moins regardant et ou le lundi matin, je reprenais quelques centaines de grammes que je mettais ensuite 2 jours à perdre. Il ne me restait plus alors que 3 jours durant lequels je perdais réellement du poids.

Enfin, pour terminer, je dirais que pour qu'un régime soit réussi, il faut s'arranger pour manger varié et conserver le plaisir de manger. Et sur ce dernier point, je suis particulièrement gâté grâce au fin cordon bleu de femme que j'ai et qui fourmille d'idées pour préparer de bons petits plats. Surtout depuis qu'elle est devenue accro à tout ce qui touche à la cuisine, que ce soit les Diners presque parfait, qu'elle se repasse en boucle (un peu la semaine, la rediffusion du week-end et la rediffusion de la rediffusion), les revues spécialisées, qu'elle achète en nombre, et les sites internet sur lesquels elle passe une bonne part de ses loisirs.
Les petits plats qu'elle me cuisine amoureusement sont donc devenus encore plus élaborés et plus variés. Je citerais les sauces light de son invention pour accompagner les pâtes, le poulet ou certains légumes, sa choucroute de poisson, sans purée évidemment, ou encore son gratin de cabillaud aux courgettes.

A mon retour de vacances, dont je parlerais dans un prochain article, il me restera à terminer ce régime 2010 en perdant les 3 à 5 kilos restants augmentés des 3 probables pris en vacances. Au vu de l'expérience de l'année passée, je m'attend à ce que ce soit la partie la plus difficile, même si j'aurais moins à perdre et plus de temps pour y arriver (en gros, un maximum de 8 kilos, j'espère, en 13 ou 14 semaines de la mi-juin à nos éventuelles vacances d'automne). Mais je compte bien y arriver, cette fois, pour avoir un régime 2011 plus léger qui se limiterait à une seule période.

19:42 Écrit par slumle dans Vie perso - Au quotidien | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : regime |  Facebook |

02/04/2010

L'Antica Roma - La Louvière (2)

Ca y est, c'est fait. Le 27 février, après plus de 18 mois d'existence de ce blog, nous sommes retournés dans l'un des restaurants déjà évoqué.
Depuis le temps que je concluais certains articles par un 'on y retournera', je n'avais pas encore eu l'occasion de le faire.

Il faut dire que ce que nous aimons dans la cuisine, c'est la découverte, que ce soit de nouveaux plats ou de nouvelles saveurs. C'est pour cela que nous allons rarement 2x dans le même restaurant. Cela nous est évidemment déjà arrivé de le faire, mais pas depuis la création de ce blog.

A l'approche du début d'un nouveau régime, que nous commencerons finalement le lundi 8 mars, nous avions envie de manger une dernière pizza avant des semaines de privation.

Nous adorons les pizzas à emporter du Titanic et celles du Pizza Hut. Nous apprécions aussi certaines vendues en grandes surfaces, fraiches ou surgelées. Mais rien ne vaut celles des restaurants italiens, cuites au feu de bois et réalisées par un vrai pizzaïolo.

L'idée première était de les emporter et de les manger à la maison mais par la suite, je me suis dit que ce serait sympa de se faire un dernier resto avant le régime et d'en faire la surprise à ma femme.

Depuis le temps que j'avais envie d'y retourner, l'Antica Roma s'est donc imposé tout naturellement. D'autant que ma soeur, qui me l'a fait découvrir et qui est cliente occasionnelle, m'en parle régulièrement.
Le choix de ce restaurant s'est aussi imposé en fonction de la taille de sa carte, très imposante, et donc très variée, par rapport à la plupart des autres restaurants. On y trouve ainsi un choix multiple de pizzas, pâtes, poissons, fruits de mer et viandes parmi lesquelles du canard et du lapin ! Dans un restaurant italien. C'est tout dire.
Cette grande variété nous permet donc de retourner dans ce restaurant sans renier nos principes de découvertes de nouvelles saveurs.

Lorsque je me suis rappelé la richesse de la carte, je me suis dit que ce serait dommage d'aller manger une "bête" pizza. Maud, qui, dans un premier temps, continuait à dire que c'est ce qu'elle mangerait, a fini elle aussi par changer d'avis.
D'autant que j'ai proposé de commander pour notre petite fille de même pas 5 ans une pizza normale. Comme elle ne saurait pas tout manger, il en resterait à ramener à la maison et nous permettre de quand même déguster un dernier bout de pizza avant le régime.

Article 169 - Escalope du chef

Après un petit apéritif, maison comme d'habitude, j'ai donc commandé l'escalope du chef accompagnée de pâtes. Un grand fin, comme il se doit, morceau de viande plié en deux avec une sauce tomatée à base d'estragon, de poivre vert et de fromage.

Article 169 - Pâtes à l'espadon et aux fruits de mer

Maud, a commandé une assiette de pâte à l'espadon et aux fruits de mer tandis que Kristen s'est régalée avec une pizza jambon champignon dont elle a quand même mangé quasi la moitié.

Nous l'avons goutée ... et avons été déçu. Si elle n'était pas aussi richement garnie que celles de la Mozarella, le restaurant de Liège ou il nous arrive d'en commander, c'est surtout la pâte et sa cuisson, loin d'être parfaite, ou en tout cas loin de correspondre à nos gouts qui nous ont déçus.
A un point tel que, une semaine plus tard, à 2 jours du début de notre régime, nous commandions des pizzas à emporter dans un autre restaurant de la région, l'Arlecchino ou elles étaient exceptionnelles.
Peut-être était-ce un problème de pizzaïolo car l'un des clients qui patientait comme moi à l'Arlecchino a félicité le pizzaïolo en chef et son second, faisant remarqué que quelques mois plus tôt, le précédant apprenti  n'était pas spécialement doué, les pizzas s'en ressentant, ce que confirmait le 'chef'.

De toute manière, chacun sa spécialité et, pizzaïolo doué ou pas, il ne faut pas aller à l'Antica Roma pour ses pizzas mais bien pour le reste de sa carte.

Pour terminer le repas, j'ai choisi, comme la première fois, le sabayon aux fruits rouges avec une boule de glace. Hélas, il n'y avait plus de fruits rouges. J'ai donc pris le sabayon sans et je l'ai moins apprécié, non pas à cause de sa réalisation, mais parce que je me suis rendu compte que le sabayon seul n'était pas mon dessert préféré.

Maud, en amatrice de fromage qu'elle est, avait repéré qu'il y avait plusieurs choix d'assiettes de fromages. Elle choisissait celle constituée de fromage français et italiens et recevait finalement une assiette avec 3 morceaux de fromages ... italiens. Pas de trace de français donc. Mais peut-être est-ce du au fait qu'elle avait spécifié qu'elle ne voulait ni bleu ni chèvre. De toute manière, aucun regret tellement ils étaient délicieux et servis en quantité plus qu'appréciable pour terminer un repas.

Au moment de demander l'addition, la serveuse nous offrais le pousse-café, 2 petits verres de limoncello, l'un de mes alcools préférés.

18/03/2009

Encore une entourloupe chez Carrefour

Cela faisait longtemps que je n'avais plus posté un coup de gueule sur mon blog et comme par hasard cela concerne une nouvelle fois la chaîne d'hypermarchés Carrefour.

Tout le monde sait qu'il sont passés maitre dans l'entourloupe pour tromper les consommateurs comme les promotions attrape-nigauds en nombre tout à fait  insuffisant que pour satisfaire tout le monde et qui servent à attirer les clients dans leurs enseignes pour les pousser ensuite à faire le reste de leurs courses chez eux, ou encore, il y a de cela quelque temps, afficher dans leurs folders promotionnels en grand des tarifs attractifs pour le poisson ou la viande, sauf que le prix indiqué n'était pas celui au kilo mais au demi-kilo, donnant ainsi, dans un premier temps, la fausse impression d'une excellente affaire.

Ici, par contre, je trouve qu'ils ont faits forts, car cela frôle l'arnaque.
Comme à la maison, nous sommes au régime et que nous voulions manger de la saucisse, nous avons fait le choix d'en acheter à la viande de veau, plus maigre et donc moins calorique que la viande de porc.

J'ai donc acheté, lors de mes dernières courses, un paquet de chipolata de veau comme vous pouvez le constater sur l'étiquette ci-dessous.

Article 83 - Etiquette prix

Ce soir, j'ai sorti la saucisse du frigo pour la faire cuire et j'ai été interpelé par le libellé figurant sur l'étiquette.
Au magasin, j'avais lu chipolata et veau, tout ce que je cherchais. Tout à l'heure, mon attention a été attirée par le libellé complet: "Chipolata AVEC viande de veau".
J'ai donc retourné le paquet pour vérifier la composition et j'ai été choqué de constater que ma saucisse était composée de 74% de viande de porc et de seulement 9% de viande de veau comme vous pouvez le constater ci-dessous.

Article 83 - Etiquette ingrédients

Si ca, ce n'est pas essayer de tromper le client !

Je reconnais que dans les faits, il n'y a aucun mensonge de la part du magasin puisqu'il s'agit bien d'une chipolata avec de la viande de veau (même s'il n'y en a que 9%) mais cela illustre bien comment, une fois de plus, Carrefour traite ses clients car les autres enseignes auraient indiqués 'Chipolata porc et veau' ce qui aurait été plus près de la réalité même si dans un cas pareil, on s'attend quand même à une part plus ou moins égale de chaque viande.

03/02/2009

Histoires de régime et démarrage d'un nouveau

Depuis bientot 20 ans, l'été terminé, je prends du poids. Presque chaque année, j'entame donc dans le courant du mois de février ou mars, un régime plus ou moins long en fonction du nombre de kilos à perdre.

Cette année, j'ai décidé de le commencer dès ce lundi 2 février car il s'agira d'un régime longue durée puisque pour la deuxième fois de ma vie j'ai dépassé les 100 kilos (pour une taille de 1m86).

Mes deux périodes au-dela des 100 kilos.

La première fois, c'était il y a 4 ans, en 2005, année de naissance de ma fille. Je n'avais pas fait régime l'année précédante et avait donc abordé l'été avec un petit excès de poids lorsqu'en septembre tombait la bonne nouvelle: ma femme était enceinte. Elle qui n'est pas vraiment attirée par le sucré et qui n'apprécie pas les patisseries a alors commencé à vouloir régulièrement en manger. Sans oublier que ses envies récurrentes pour les pâtes et surtout les pizzas étaient toujours présentes. Moi qui suit gourmand, je ne pouvais décemment pas la laisser tomber et c'est ainsi qu'alors qu'elle ne prenait que 6 kilos pendant sa grossesse (il faut dire qu'elle fut aidée par l'arrêt d'un médicament qui lui avait fait prendre du poids), moi, j'atteignais alors le poids record de 105.7 kg soit 15 kg pris pendant le même laps de temps et 20 kg en trop vu les quelques kilos superflus présents au départ.

Il m'a fallu une année pour les perdre puisque j'ai fait régime en 3 périodes entrecoupées d'une part de 4 semaines de congé dont 10 jours de vacances en Provence et d'une autre période plus longue s'étalant de début novembre, moment ou nous avons passé un week-end à la mer (Coxyde), jusqu'à mi-janvier, histoire de profiter des bons mets que l'on ne trouve qu'en période de fin d'année parmi lesquels cougnolles, boudins et autres pâtés.
Lors de la première période s'étalant du 1er juin au 28 juillet, j'ai perdu 12.4 kg en moins de 2 mois pour me retrouver à 93.3 kg ! J'ai ensuite repris le régime le 24 août avec un poids de 96.5 kg (soit 3.2 kg repris pendant les vacances ce qui restait raisonnable) pour retomber à 87.7 kg le 27 octobre (soit 8.8 kg perdus en 2 mois). Après une nouvelle période de neutralisation du régime, j'ai finalement repris le 30 janvier 2006 pour la dernière phase après être remonté à 95.6 kg (et oui, 3 mois sans régime et sans sport étaient passés par la) et le terminer le 6 mai après avoir de nouveau perdu 11.8 kg en un peu plus de 3 mois.
Un an plus tard, je ne pesais donc plus que 83.8 kg. Mission accomplie.

Aujourd'hui, la situation est un peu différente même si, comme en 2005, je n'ai pas fait régime l'année passée. En fait, après le régime de 2005-2006, je n'ai pas vraiment arrêté continuant à me surveiller et à éviter certains aliments. Résultat, Maud et moi en avons eu un peu assez de toujours devoir nous priver et nous avons décidé de ne plus faire attention pendant quelques temps pour reprofiter des bons petits plats qu'elle cuisine et des bonnes "choses" de la vie (un paquet de chips par ci, une patisserie par la, un gratin ou encore une bonne "crasse" avec des frites). Et comme cela fait maintenant 3 ans que je continue à faire du sport (de la course à pied) pendant l'hiver (avant, j'arrêtais complètement le sport pendant cette période), je n'ai finalement repris que 2 ou 3 kg.
Malheureusement, en mai de l'année dernière, je me suis blessé au ménisque (un soir, suite à une flexion pour récupérer un aliment dans le tiroir du bas du congélateur, j'ai entendu un crac dans mon genou sans que ça me fasse mal sur la durée, je me suis couché peu après mettant ainsi mon genou au repos mais le lendemain, il s'est mis à gonfler tout au long de la journée) m'obligeant à arrêter de courir pendant près de 3 mois et m'empêchant de jouer au tennis (une seule partie sur toute la saison, cela fait cher la cotisation). Quelques mois plus tard, en octobre, alors que je n'avais pas encore retrouvé mon rythme de croisière en course à pied, j'attrappais une pharyngite, m'obligeant de nouveau à 2 semaines d'arrêts. Et voila comment je me suis mis à reprendre au fil des mois 7 à 8 kg. Ajoutez à cela 2 ou 3 kg pris pendant les fêtes et encore 1 ou 2 pendant la période de "préparation du régime" et voila comment je me retrouve avec une bonne quinzaine de kilos à perdre puisque je démarre le régime ce lundi avec un poid de 102kg tout rond... après être monté à la mi-janvier, 2è record personnel, à 102.9 kg. Heureusement, la grippe est passée par la et la perte d'appétit m'a permis de déjà perdre presque 1kg.

Quand je parle de préparation de régime, il s'agit de la période de quelques semaines pendant lesquelles on essaye de vider le frigo et les armoires des aliments qui ne sont pas régime et pendant laquelle on fait le plein des mets dont on devra se priver pendant le régime. Donc pizza, friterie, quick, cassoulet, choucroute... une période de gavage donc que je m'autorise vu la facilité que j'ai à perdre du poids.
Une période qui trouve sa justification lors d'un régime précédant: le vendredi précédant le début du régime, j'ai eu une envie de frites. L'organisation de mes menus ne m'a pas permis d'assouvir cette envie. Je me suis dis qu'elle passerait et elle n'est pas passée. Bilan, j'ai fait un début de régime avec une grosse envie de frites. L'horreur ! Depuis, je fais le nécessaire pour éviter cette situation désagréable.

Pour en revenir à mon régime actuel, il est prévu cette fois en 2 phases entrecoupées d'une période de 3 semaines pendant lesquelles nous partirons en vacances (la période exacte et surtout l'endroit sont encore à déterminer): de ce 2 février à la mi-mai, histoire de perdre 10 à 12 kilos, suspension de mi-mai à début juin et enfin, un mois et demi de régime pour perdre les 4  à 6 kilos encore à perdre et les éventuels kilos pris en vacances et ainsi atteindre le poids désiré (86 kg).

Historique de l'évolution de mon poids.

En fait, je n'ai pas toujours du m'astreindre un régime pour garder mon poids de forme. Poids de forme qui a d'ailleurs évolué au fil du temps. Ainsi, à 20 ans, je pesais autour des 72-73 kg et je n'avais aucun problème de poids, pouvant manger ce que je voulais sans grossir. Il faut dire que je brulais ces calories puisque je faisais pas mal de sport (vélo, tennis et foot entre copains) et que j'allais à l'école à pied (1200m) en rentrant le midi (soit près de 5km par jour pour les 4 trajets), la marche à pied étant mon mode de locomotion. Ainsi, par exemple, pour aller au cinéma, je faisais 4 km aller-retour. Et à cette époque, j'y allait une à deux fois par semaine.

Lorsque j'ai fait mon graduat, j'avais moins de temps pour mes loisirs et pour pratiquer le sport mais je compensais en me déplaçant beacoup plus. Si le matin, mon père me conduisait à la gare de La Louvière, une fois arrivé à Charleroi, ou se trouvait l'UT, mon école, j'avais 2km à pied pour la rejoindre. Pareil le soir pour rentrer plus encore 2km pour revenir à la maison depuis la gare de La Louvière.

A 20 ans, après quelques mois de travail, j'ai été appelé sous les drapeaux pour effectuer mon service militaire. J'ai vu ma dose de sport augmenter en flèche mais j'ai malgré tout été démobilisé, 8 mois plus tard, avec 4 ou 5 kilos de plus suite à une mauvaise alimentation (voir l'explication dans le prochain article).

Pour la première fois de ma vie, j'avais pris du poids et mon poids de forme est ainsi passé à 77-78 kg.

Ensuite j'ai repris le travail, acheté une voiture et au revoir l'exercice gratuit que constituait la marche à pied. Pendant les années qui ont suivi, je ne faisais donc plus de sport en hiver et je prenais quelques kilos que je perdais facilement dès le retour des beaux jours une fois que je reprenais le sport. 

Malheureusement, cela ne devait pas durer et à l'approche de la trentaine, le sport ne me permettait plus que de ne pas prendre du poids pendant l'été. Pour perdre les kilos pris durant l'hiver, je devais me résoudre à suivre un régime. Mon poid de forme tournait à ce moment autour des 81-82 kg.

Depuis que j'ai franchi une nouvelle dizaine et atteind la quarantaine, la pratique du sport ne me permet même plus de garder la ligne. Même les étés ou je pratique beaucoup de sport, je prend 1 ou 2 kilos. Mon poids de forme a encore augmenté légèrement pour se porter aujourd'hui à 85-87 kg.

Description de mon régime type.

J'ai toujours effectué des régimes de mon invention même si, l'espace de quelques années, j'ai suivi le fameux régime soupe.

Mes régimes sont basés sur le bon sens: réduction des quantités, suppression des graisses et des sucres et suppression de tout grignotage hors repas avec 5 ou 6 périodes de repas: à 9h pour le déjeuner, à 11h pour une collation (fruit ou yoghourt), à midi pour le diner (2 tartines avec garniture légère), à 16h pour une seconde collation (fruit ou yoghourt) à 18h pour le souper (plat chaud) et éventuellement à 20h pour un dernier petit en-cas (de nouveau fruit ou yoghourt).

Mes premiers régimes étaient constitués pour le plat principal essentiellement de crudités (carottes rapées, céleri rave, ...) accompagnés parfois simplement d'un oeuf cuit dur. Ma mère les appelait régime "crève-la-faim". Et c'est vrai que j'avais faim. Ils avaient le désavantage de ne pas offrir du plaisir à manger, d'autant que je ne m'autorisais aucun écart. Leur avantage est que je perdais relativement vite.

Ensuite, je suis passé au fameux régime soupe aux choux qui consistait à pouvoir boire à volonté de la soupe faite à base, outre le choux, d'oignons, de carottes, de céleris, de poivrons, d'ail, de curry et de bouillon dégraissé accompagnée d'une catégorie d'aliment en fonction du jour de la semaine: des fruits le lundi, des légumes le mardi, des fruits et des légumes le mercredi, des bananes et du lait écrémé le jeudi, du boeuf (300 à 600 gr) et des tomates le vendredi, du boeuf encore et des légumes verts le samedi et du riz brun, des fruits et des légumes le dimanche. Ce régime garantissait 3 à 5 kg perdus par semaine mais il était très contraignant et ne pouvait d'ailleurs pas être suivi, médicalement parlant plus de 2 semaines consécutives. De plus, la reprise de poids après le régime était aussi évoquée. Normal, je me suis laissé dire que ce régime était donné dans les hôpitaux aux patients en surpoids qui devaient absolument maigrir rapidement en vue d'une opération. Son objectif ne serait donc pas de garder durablement la ligne.

J'en suis donc revenu à ma manière de faire régime en l'assouplissant, histoire de prendre plus de plaisir à manger.

Depuis que j'ai rencontré Maud qui est une férue de calcul de calories, j'ai amélioré mon régime en y ajoutant la notion de calories justement. Les premières années, je calculais toutes celles que j'ingérais pour ne pas dépasser 1500 par jour (sachant que l'apport journalier normal recommandé pour une femme est de 2000 et pour un homme de  2200 ou 2500). Maintenant, j'ai appris a estimé les calories de la plupart des aliments habituels, et je fais donc un calcul approximatif. Je demande juste à ma femme de me calculer les calories du plat chaud qu'elle prépare le soir. Car c'est la la nouvelle donne de mon régime et ce qui permet de tenir longtemps, désormais je peux également manger de succulents plats préparés et ne plus me contenter de crudités avec un morceau de viande simplement grillé.

 

J'ai donc perdu, sur les 20 dernières années, plusieurs dizaines de kilos. Et il y en aura encore beaucoup d'autres car vu mon côté gourmet-gourmand et vu la facilité avec laquelle je perds du poids, il est hors de question pour moi de suivre un régime à vie m'empêchant de profiter de l'une des belles choses de la vie.