27/03/2010

Soirée au cafe le Kleyer - 1ère partie - le repas

Depuis que je suis sur Akamusic et que je "produis" Colline Hill, j'avais envie de la découvrir en concert. Lorsque j'ai constaté qu'elle se produirait à Liège, j'ai proposé à Maud d'aller l'écouter. Elle a accepté avec enthousiasme vu qu'elle l'apprécie autant que moi. J'ai aussi eu l'idée de proposer à Cédric de nous accompagner et, comme le concert était prévu à 21h, l'idée de manger un bout ensemble avant est logiquement tombée.

Cédric, en bon sorteur qu'il est, connait la plupart des adresses réputées de la ville, qu'il s'agisse de grands restaurants ou de petits établissements qui ne payent pas de mine. Il connaissait donc le lieu du concert, un café du nom du Kleyer réputé pour son ambiance festive ainsi que pour ses boulets frites.
En consultant leur site internet - http://www.lekleyer.be - , Maud et moi avons également constaté qu'il proposait différents plats dont une pierrade aux 3 viandes (autruche, boeuf et kangourou) accompagnée, au choix, de gratin dauphinois, de pommes de terre pêtées (cuites au four) ou plus simplement de frites. Certe, leur site n'est apparamment pas mis à jour régulièrement puisque l'annonce du concert de Colline Hill n'y figurait pas, mais on pouvait espérer que ce plat soit toujours d'actualité car les cafés qui font de la petite restauration changent rarement leur carte contrairement aux restaurants traditionnels.

L'endroit du repas était ainsi tout trouvé. C'est ainsi que, le samedi 6 février, 2 semaines après le repas alsacien à l'école d'hôtellerie de Liège, nous nous sommes retrouvés pour une nouvelle soirée entre amis.

Nous sommes arrivés vers 19h alors que le café était déjà bien rempli. Heureusement, nous avions réservé et une place nous attendait dans la salle de la partie restaurant.

Un serveur, très décontracté, est venu prendre notre commande. En apéritif, j'aurais voulu prendre un batida, mais il n'y en avait plus. Je me suis donc rabattu vers un pisang. Bizarrement, le serveur m'a demandé si je le voulait accompagné d'orange. Bein oui, pour moi un pisang orange est constitué d'une part de pisang et d'une autre, plus importante, de jus d'orange.
J'ai compris le sens de sa question lorsqu'il me l'a apporté. D'une part, un verre étroit de 20cl rempli pour un peu moins de la moitié de pisang. D'autre part une bouteille de Looza orange de 20cl. Pas l'idéal car j'ai d'abord eu du pisang à l'orange avant de terminer avec du jus d'orange au pisang. Il n'était pas nécessaire de mettre 20 cl de jus d'orange, d'autant qu'ils feront monter la note, mais j'en reparlerais.

Avant de nous apporter les apéritifs, le serveur avait aussi pris le soin de prendre la commande du repas. Le ton avait déjà été donné juste avant puisque Cédric avait, lui aussi, essuyé un refus pour son premier choix d'apéritif pourtant bien présent sur la carte mais qui n'était plus de stock. On ne fut donc pas vraiment surpris lorsque, à la question de savoir s'il proposait toujours la pierrade 3 viandes, il répondait que la pierrade, oui mais pas les 3 viandes. Même absence d'étonnement lorsqu'à la question de savoir s'il était possible d'avoir du gratin dauphinois, il répondait qu'il n'y en avait pas non plus. La raison donnée était par contre plus surprenante: vu l'affluence prévue pour ce soir, ils avaient limités les plats pour faciliter le travail du cuistot. Pourtant, le gratin dauphinois se prépare à l'avance et il ne reste plus, ensuite, qu'à le passer au four. Soit. Le repas ne démarrait pas sous les meilleures auspices.

Maud, qui adore la viande, restait sur son premier choix d'une pierrade, mais à la seule viande de boeuf tandis que moi qui était parti pour me régaler avec un choix de viande exotique accompagnée d'un gratin dauphinois, je choisissais finalement de gouter leurs fameux boulets liégeois.
On peut en effet lire à plusieurs endroits sur leur site cette phrase: "Probablement les meilleurs boulets frites du monde" mais il faut aussi relativiser car cette spécialité étant typiquement liégeoise, le monde se limite ici à Liège et ses environs. Pour terminer sur le sujet et illustrer le fait ques les boulets font partie de leur notoriété, l'adresse wwww.lebouletliegeois.be renvoie également sur la page principale de leur site.

Heureusement, après les quelques craintes survenues lors de la prise de commande, la suite, et c'est le principal, fut toute autre avec les boulets, effectivement savoureux, tandis que Maud se régalait avec une viande tendre au plus haut point, le tout accompagné de 3 sauces maison. Sans parler des frites à la cuisson parfaite.

Vint le moment de l'addition. C'est la que l'on reparla du pisang.
Moins de 50 euros pour 3 personnes pour un apéritif et un plat accompagné d'un peu de vin ce qui est tout à fait raisonnable mais un pisang orange facturé 5.20 euros (plus de 10% de la note totale !) alors que la plupart des apéritifs présents sur la carte étaient proposés à environ 3 euros. C'était d'ailleurs plus ou moins le prix du pisang mais auquel il fallait encore ajouter le prix du jus d'orange !
Un peu exagéré donc si on compare ce prix à celui du plat, 9.80 euros les 2 boulets (7.50 pour 1 seul). Mais ce petit problème fut vite oublié quand Cédric, qui était arrivé avant nous, me fit remarqué qu'ils avaient oublié de facturer le blanc-coca, du pecket, alcool typiquement liégeois additionné de coca, qu'il avait consommé, en nous attendant, dans la salle du café.