04/08/2013

Journée à Blankenberge

Ce samedi 8 juin, nous sommes allé passé la journée à la mer. Cela faisait longtemps que nous en avions envie mais le temps pourri que nous connaissons depuis le début de l'année nous en avait empêché jusqu'ici.

En fin de compte, nous n'avons pas été spécialement gâté avec une température de seulement 16° - alors que la météo en prédisait 20 - et un fort vent augmentant l'impression de froid malgré le soleil assez souvent présent. Mais le plus frustrant fut de découvrir, en rentrant, que le reste de la Belgique avait profité d'une agréable température de plus de 25°.

Comme à notre habitude depuis quelques années déjà, nous avons d'abord pris la direction de Nieuport pour y acheter du poisson avant de nous rendre à Blankenberge, la station balnéaire que Maud fréquentait assidument durant son enfance et ou nous n'étions plus retourné depuis plusieurs années.

Arrivés vers 13h, nous nous sommes rendu au restaurant-friterie De Minuut ou nous allons systématiquement lorsque nous sommes à Blankenberge.

mer,Nieuport,Blankenberge,De Minuut,glace,embouteillage,travaux

Après une ballade sur la digue, nous nous sommes reposé au soleil, à l'abri du vent, pendant que Kristen faisait du cuistax. Nous sommes ensuite allé mangé une glace, autre passage obligé à la côte, ou j'ai pu apprécier 2 gouts particulièrement originaux, vodka-redbull et baileys. Après une nouvelle ballade, nous sommes allé prendre un verre en terrasse.
Quelques achats plus tard chez un traiteur pour ramener l'une ou l'autre spécialité et il était déjà temps de reprendre la route du retour.

A noter, à l'aller, un embouteillage de 4 km pour cause de travaux nous faisant perdre plus de 30 minutes. La veille, parti de La Louvière, j'étais allé recherché ma femme à Bruxelles pour aller ensuite souper chez mes beaux-parents à Liège avec un retour via Namur par l'autoroute de Wallonie. Et bien figurez vous que sur chacun des tronçons (entre La Louvière et Bruxelles, Bruxelles et Liège, Liège et Namur et Namur et La Louvière) j'ai rencontré des embouteillages dus à des travaux. Comme quoi le réseau belge a particulièrement souffert de l'hiver.

30/05/2012

Rétro 04-2011 - La Mouscronnoise - Coxyde (3)

Et voici le second article rétro sur le mois d'avril 2011 annoncé dans le précédent. Il est d'autant plus important qu'il complète celui dans lequel j'indiquais que la Mouscronnoise ne faisait plus partie de nos 3 restos fétiches historiques (voir ici).

Ce 13 avril 2011, nous avons passé une journée classique à la mer: balades sur la digue et dans les rues commerçantes de Coxyde pour y regarder les boutiques, achat de bons  produits de bouche (steacks hachés originaux, poissons, charcuterie, salade) et cornets de crème glacée.

Le midi, pour nous restaurer, nous avons fait le choix d'aller à La Mouscronnoise, peut-être pour l'ultime fois, en tous les cas pour la dernière fois avant longtemps.
Nous avons en effet été grandement déçus par les plats qui nous ont été proposés. Pour être tout à fait honnête, je dois indiquer que cela n'était pas pour autant catastrophique, loin de la. Mais notre déception est surtout proportionnelle au grand nombre de fois ou nous avons mangé la en étant plus que satisfait.

mer,restaurant,frites

Maud a choisi un filet de plie avec une sauce au beurre qu'elle n'a pas trouvé à son gout.

mer,restaurant,frites

Quant à moi, j'ai choisi l'un de mes 2 plats fétiches de l'endroit en jouant l'alternance. Je veux dire par la que comme la dernière fois, j'avais choisi l'excellent, copieux et tendre steack de boeuf sauce au poivre, j'ai cette fois choisi l'assiette du pêcheur avec une petite déception. Alors que ce plat n'avait pas été modifié depuis que je l'ai découvert, il était cette fois présenté d'une manière qui me plaisait moins.

Nous aurions pu mettre le problème de Maud sur le compte d'un accident passager tandis que j'aurais pu continuer à fréquenter ce restaurant en évitant l'assiette du pêcheur si sa nouvelle présentation ne me convenait plus. Mais le fait le plus grave, celui que je ne peux tolérer, en bon belge que je suis, concerne la qualité des frites.
Alors que jusqu'à présent, il proposait d'excellentes frites maison, dignes des meilleures friteries, nous avons cette fois eu droit à des frites surgelées nettement moins appétissantes et agréables dans la bouche.
Tout comme lors de notre visite précédente d'ailleurs. Mais la je n'avais pas relevé.

C'est donc bien cette récidive au niveau de la qualité des frites qui m'a définitivement (?) enlevé l'envie de retourner dans ce restaurant.

21:10 Écrit par slumle dans Vie perso - Resto | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : mer, restaurant, frites |  Facebook |

28/03/2012

(Courte) journée à la mer

Cela faisait plusieurs semaines que nous avions envie de passer une journée à la mer. Raison pour laquelle ce samedi 10 mars nous avons d'abord pris la route de Nieuport ou, c'est devenu une tradition, nous allons nous réapprovisionner en poisson frais.
Il faut dire que près du port de pêche, il y a 4 poissonneries alignées qui proposent des prix bien moindre que ceux que l'on trouve en supermarché, avec un choix plus étoffé.
Bizarrement les gens font toujours la queue jusqu'au dehors dans le magasin situé le plus à gauche alors qu'il n'y a quasi personne dans les 3 autres et qu'il est pourtant l'un des, si pas le, plus cher. Un gage de qualité, j'imagine. Nous, cela fait plusieurs années que nous avons trouvé notre bonheur dans celui de droite ou une majorité de  poissons en filets sont proposés à un prix inférieur à 10 euros du kilo. Nous en avons ainsi acheté pour 8 repas (du cabillaud 2x , merlan 2x, lieu jaune, vive, églefin et rouget) pour moins de 40 euros ce qui nous fait donc le repas poisson pour 2 adultes et un enfant à 5 euros.

Pour une fois, nous sommes partis relativement tôt ce qui fait que nous avons quitté Nieuport qu'il était à peine 11h, direction Coxyde. La, nous n'avons pas eu de peine à trouver à nous garer non loin de la rue commerçante principale ou nous avons flané en regardant les boutiques. Une fois arrivé sur la digue, nous y avons fait une petite ballade avant de nous diriger vers le restaurant ou nous avions décidé de manger, le Mozart. L'un de nos restaurants préférés à Coxyde. Il allait seulement être midi.

Vu qu'il y avait peu de monde lorsque nous sommes arrivés, nous avons été servis relativement vite ce qui fait que nous étions déjà sorti peu après 13h.

Nieuport,poisson,mer,Coxyde,Mozart,Saint-Idesbald

Ensuite, à la demande de notre fille, nous avons de nouveau pris la direction de la digue ou nous avons fait une petite ballade tandis qu'elle nous suivait en s'amusant dans le sable à ramasser des coquillages. Comme on peut le voir sur la photo, elle avait la plage pour elle toute seule. Nous n'avions ainsi jamais vu aussi peu de monde à Coxyde. Il faut dire que même s'il ne pleuvait pas, il ne faisait pas très beau tandis que la température ressentie était inférieure aux 10° qu'annonçait le thermomètre par la faute du vent qui n'était pas nécessairement très fort mais bien froid. Nous ne nous sommes donc pas attardés et avons repris le chemin du centre ville pour faire nos achats traditionnels, du pain chez Charlotte et quelques salades chez Bamelis.
Pour suivre, nous nous sommes dirigés vers Saint-Idesbald, la station balnéaire voisine pour y faire un autre achat tout aussi traditionnel, des steaks hachés au fromage, à la coxydoise et surtout au poivre vert à la Huize Blanckaert, un boucher que nous apprécions particulièrement.

A ce moment, il était seulement 15h30' et nous avions tout ce que nous étions venus chercher. Alors, comme Kristen était fatiguée et surtout que Maud était malade (elle aura jusqu'à 39°5 de fièvre en soirée), nous avons repris le chemin du retour ce qui fait que nous n'avons probablement jamais passé une aussi courte journée à la mer.

28/09/2011

Nos vacances en Egypte

Comme je l'ai déjà signalé, nous sommes partis en Egypte, à Hurghada, du 12 au 22 novembre 2010. Autant dire que nous avons eu beaucoup de chance pour bien profiter de notre séjour car au vu des évènements qui ont suivis, attaque de requins, inondations et, mais la, je ne suis plus vraiment sur, attentat ou grève, pas sur que nous aurions réservé nos vacances la-bas si cela s'était passé seulement quelques semaines plus tôt.
Et maintenant, avec la révolution, je constate, avec le recul, que nous avons choisi le bon moment pour y aller et qu'à quelques semaines près, nous n'y serions peut être pas partis avant longtemps.

Egypte,Hurghada,Sindbad,mer,quad,pyramide

Nous avons donc passé des vacances idylliques sans une goutte de pluie dans un complexe constitué de 3 hotels, à l'ambiance différente, auxquels nous avions accès aux différentes facilités. Nous avons eu la chance de choisir le meilleur en fonction de nos critères puisque le Sindbad Beach resort, relativement calme malgré la présence d'une discothèque, proposait une plage privée de 300 mètres, une piscine au bord de laquelle était diffusée, durant la première partie de notre séjour, de la musique lounge super relaxante, et 4 restaurants (2 en formule buffet avec des plats simples mais variés et 2 à la carte, un italien et un libanais). Nous avions également accès au Sindbad Aqua Hotel, le plus grand, qui lui, était beaucoup plus calme et familial avec une piscine qui proposait de la musique classique et 4 restaurants (2 buffets et 2 à la carte, un grec, et un italien) et enfin le Sindbad Aqua Resort, le plus petit, qui proposait un parc aquatique avec moult toboggans, et 2 restaurants buffet, proche du snack. Au total 8 restaurants à disposition. De quoi varier la nourriture que ce soit au niveau du gout (du local, du grec, de l'italien, ...) et au niveau des quantités (en alternant les formules buffet ou on ne peut s'empêcher de gouter à tout et de reprendre plus que nécessaire et les restaurants à la carte ou l'on mangeait plus léger même si cela restait relativement copieux).

La plupart du temps, ce sont toujours nos dernières vacances qui nous semblent être les meilleures que l'on aie passées. Mais ici, c'est vraiment le cas pour mes troisièmes vacances hors Europe (Maud ayant déjà eu l'occasion de découvrir les Etats-Unis et la Russie). Aruba était magnifique avec son cadre et ses activités de loisir, d'autant qu'il s'agissait de nos premières vacances lointaines tandis que les Seychelles aurait probablement obtenu le titre de meilleure destination de vacances s'il n'avait plu la moitié du temps (alors que nous y sommes allé en dehors de la saison des pluies).

Mais ce qui a surtout fait la différence, c'est que contrairement aux 2 précédants voyage lointains ou nous étions les seuls francophones (à Aruba, plus de 95% de la clientèle était américaine tandis qu'aux Seychelles nous avions choisi un petit hôtel d'une vingtaine de chambres), ici nous étions en formule club (une première pour moi) dans un hôtel ou il y avait pas mal de belges (2 à 3 vols charters affrétés par Thomas Cook arrivent chaque jour à Hurghada). Thomas Cook, en association avec Neckermann, y avait donc un bureau sur place qui organisait, entre autre, des réunions d'information pour les nouveaux arrivants. C'est ainsi que nous nous sommes retrouvés avec 2 jeunes couples, l'un de Mons, l'autre de Bruxelles, un duo d'amis namurois, un bruxellois d'une cinquantaine d'années et une dame ayant plus ou moins le même âge.

L'hôtesse nous y a présenté, entre autre, les excursions qu'il nous était possible de faire avant de nous proposer une visite guidée des 3 hôtels. Durant cette petite ballade, j'ai eu l'occasion de discuter une première fois avec Gabriel, l'un des 2 namurois, qui était déjà venu en Egypte quelques années plus tôt, et avec Christophe, son copain, qui m'ont indiqué qu'en choisissant d'acheter les excursions dans les agences locales, cela reviendrait bien moins cher.
A l'issue de cette présentation, à l'exception de la dame d'une cinquantaine d'années, nous sommes tous allé prendre un verre au bar de notre hôtel ou Maud et moi avons plus particulièrement discuté avec le couple de montois qui n'était la que pour 5 jours et que nous ne croiserons plus qu'une ou deux fois, de manière fortuite.

Plus tard, ce premier jour, nous avons à nouveau croisé Gabriel et Christophe qui étaient accompagnés de Carlos, le monsieur d'une cinquantaine d'année. Ils nous cherchaient car ils avaient déjà négocié pour le lendemain une excursion similaire à l'une proposée par Thomas Cook et qui était parmi celles qui avait intéressé tout le monde lors de la réunion de présentation. Il s'agissait d'une excursion en bateau pour la journée avec 2 ou 3 arrêts sur des sites de plongée pour pratiquer le snorkeling, un repas et un accès sur une île théoriquement paradisiaque. Le tout pour 20 euros par personne au lieu de plus de 60, à condition d'être au moins 6. Ils avaient déjà obtenu l'accord d'Olivier et Stéphanie, les jeunes bruxellois et n'attendaient plus que le nôtre.

Egypte,Hurghada,Sindbad,mer,quad,pyramide

C'est ainsi que s'est constitué le petit groupe qui ne se quittera que fort peu durant la durée du séjour. Même si Carlos, fan de kite surf, qui était revenu la pour pratiquer son sport (il était déjà venu en famille 2 mois plus tôt) ne participera finalement qu'à cette première activité avec nous parce qu'il n'y avait pas assez de vent ce jour la. La semaine suivante, nous ne le verrons plus que le soir, au moment de passer à table. 

Outre cette première journée d'excursion en mer, nous en avons fait d'autres ensemble comme la visite des soukhs d'Hurghada en soirée (ah la négociation du prix et le trajet folklorique en taxi, déjà un aperçu de la folie des conducteurs égyptiens) et, ce qui restera pour moi l'un des meilleurs moments de ces vacances, l'après-midi en quad dans le désert à l'issue duquel nous avons eu droit à un repas, simple mais bon, et un petit spectacle avec un derviche tourneur et un fakir. Nous avons également eu l'occasion de nous payer de franches parties de rigolade dans les toboggans du parc aquatique, qui ne m'attiraient pourtant pas au départ, et nous avons également eu droit à notre partie quotidienne de volley (les belges contre le reste du monde, désolé mais nous avons été à chaque fois battus à plate couture, manque d'entraînement et surtout de cohésion entre nous, lol).

Egypte,Hurghada,Sindbad,mer,quad,pyramide

Nous avons donc passé des vacances idylliques, alors que la Belgique était victime de graves inondations, croisant et recroisant nos amis belges avec une seule journée passée du matin au soir de notre côté, lorsque nous somme partis visiter Le Caire et ses pyramides, à 400 km de la.
Un voyage épique qui mériterait un article à lui seul.
Pour faire court, je signalerais que nous avons choisi de faire le voyage en véhicule privé avec guide sur place parlant le français plutôt qu'en car. C'était certe un peu plus cher mais cela nous permettait de n'avoir que 5 heures de route au lieu de 7, de pouvoir adapter le programme à notre guise et de ne pas devoir attendre les habituels retardataires irrespectueux des horaires et ,par corollaire, des autres.
Epique parce que les conducteurs égyptiens conduisent comme des fous. Notre conducteur ne dérogeant pas à la règle en multipliant les dépassements certes contrôlés mais dangereux quand même, le tout, le plus souvent à 160 km/h. Ce qui explique que, pendant que Maud et Kristen dormait durant le trajet aller (nous étions partis à 3h du matin), moi, malgré la fatigue, je n'arrivais pas à fermer l'oeil vu le danger. Et le retour fut pire car après avoir multiplié les dépassements sans visibilité dans les virages durant la première partie du trajet, notre conducteur, qui était levé depuis 2h du matin et qui nous avait véhiculé toute la journée, finissait par s'endormir, certains coups de volant ne laissant aucun doute. Heureusement, il en était conscient et réduisait sa vitesse à 90 km/h tandis que je demandais à Maud de lui faire la conversation, histoire de le tenir éveillé.  Epique enfin car le site des pyramides était noir de monde. Notre guide nous a expliqué qu'il n'avait jamais vu cela et qu'habituellement l'endroit n'est peuplé que de quelques touristes seulement.Mais les égyptiens étaient en congé ce jour la car il s'agissait de la fête du mouton (tiens cela me fait penser à celui vu attacher 2 jours plus tôt dans une ruelle des soukhs d'Hurghada qui ne devait déjà plus être en vie à ce moment la) et, apparamment, c'est la tradition pour eux d'y aller se ballader (se montrer ?) ce jour la.

En fait ce n'est pas simplement la journée au Caire mais chaque journée passée la-bas qui mériterait la rédaction d'au moins un article, tellement, comme je l'ai dit, ces vacances furent bien remplies. Vu mon retard sur ce blog, je me contenterais de celui-ci et qui sait, d'ici une paire de décades, lorsque pré-pensionné, j'aurais plus de temps libre, j'utiliserais les notes que j'ai prises pour développer le sujet et me rappeler ces vacances idylliques.

21:18 Écrit par slumle | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : egypte, hurghada, sindbad, mer, quad, pyramide |  Facebook |

10/05/2010

Week-end à Coxyde

Depuis quelques années, à Pâques, l'une de mes soeurs loue avec notre maman, pour une semaine, un appartement à Coxyde. Mes 2 neveux sont également du voyage car mon autre soeur et son mari travaillent et n'ont personne pour garder leurs enfants pendant cette période scolaire. Ils viennent en général passer le week-end avant de rentrer le dimanche soir et de revenir les chercher le week-end suivant.

Maud et moi, profitons de ce pied-à-terre, pour venir passer, au minimum, la journée du samedi ou du dimanche. Mais le plus souvent, je prend 2 jours de congé pour pouvoir profiter d'un week-end décalé soit du dimanche au mardi et ainsi prendre la relève de la chambre qu'occupait ma soeur et mon beau-frère pendant le week-end.
Cette fois encore nous avons pu le faire même si la charge de travail ne me permettait pas de prendre des jours de congé. Mais comme la semaine précédante, mes neveux étaient en vacance en Normandie avec leurs parents et qu'ils ne rentraient que le samedi dans l'après-midi, ils ont fait le choix de ne venir que le dimanche matin. Leur chambre était donc libre pour la nuit du samedi au dimanche et c'est ainsi que cette année, nous avons aussi pu passer 2 jours à la mer.

Nous sommes arrivé samedi peu avant le dîner, et, une fois le repas terminé et la vaisselle réalisée, nous sommes sortis pour une première ballade. Tandis que nous essayions de voir les vitrines des magasins dans la rue principale, Kristen, notre fille, était aux anges.

Article 171 - Jeux gratuits

La rue était en effet piétonne et remplie d'attractions gratuites pour les enfants. Essentiellement des châteaux gonflables mais aussi un site réservé avec des trotinettes et des vélos, un atelier de maquillage, des miroirs déformants, ... Une action qui a lieu, depuis l'année passée, le vendredi et le samedi du week-end 'non pascal' des congés scolaires.
Kristen a pu s'amuser plusieurs fois dans différents châteaux gonflables, en particulier les plus petits dans lesquels elle se retrouvait parfois seule.

Il faut dire que rayon temps, si nous n'avons pas eu une seule goutte de pluie, il faisait un froid de canard. Surtout pour un mois d'avril. C'est bien simple, il y a longtemps que je n'avais plus eu si froid à la mer. Même lors de nos derniers voyages en décembre, en février ou durant tout l'hiver, il y a 3 ans, lorsque mes parents, mes soeurs et nous avions loués, pendant 6 mois, un appartement pour en profiter, chaque week-end, à tour de rôle.

Au vu de la belle semaine printanière que nous venions d'avoir, j'avais même envisagé d'abandonner mon gros manteau d'hiver pour un blouson d'été, de peur d'avair trop chaud. Heureusement que je ne l'ai pas fait car je n'avais pas de trop de ce manteau pour braver le froid. Ce qui n'était pas le cas de Maud qui, lorsqu'elle voit un rayon de soleil au printemps, à tendance à s'habiller léger, même si on est loin des 20°. Elle avait donc choisi l'option de la veste d'été. Grave erreur car, lors de notre première ballade, elle a eu froid et même très froid. Heureusement, ma soeur avait pris 2 manteaux, l'un très chaud et l'autre à peine moins et a ainsi pu lui en prêter un à son grand soulagement.
 
Un peu plus tard dans l'après-midi, nous sommes reparti pour une nouvelle ballade, bien décidés à pouvoir profiter, cette fois, des magasins.
Nous avons évidemment commencé par une bonne glace locale. Impossible pour moi de passer une journée à la mer sans en manger. Même si le thermomètre extérieur devait indiquer -10. Ensuite, Kristen n'était pas d'avis de nous suivre dans les boutiques et voulait retourner jouer dans les châteaux gonflables. Heureusement, nous avons pu compter sur ma mère et ma soeur pour s'en occuper.

Après cette seconde ballade, il était déjà temps de rentrer pour le souper. Vu le dîner relativement léger - ma maman, sachant que nous étions au régime avait prévu du filet de dinde, sauce aux champignons accompagné de quelques patates et de salade. Tout était très bon mais 2 fines tranches de dinde qui ne devaient pas faire 100 grammes à elle deux n'étaient pas suffisantes pour ma grande carcasse - j'avais une grande faim que le souper, malgré les 4 tartines ingurgitées, n'a pas apaisé. J'en aurai mangé le double mais étant au régime, je me suis arrêté en me disant que la sensation de faim passerait.

Comme elle ne passait pas et que nous devions aller chercher dans la voiture garée à quelques centaines de mètres de l'appartement, les plaques de congélation du  frigo box pour les utiliser le lendemain, j'ai proposé à Maud d'en profiter pour faire une dernière sortie, malgré le froid, avec une idée derrière la tête.

Une fois dehors, j'ai constaté qu'elle avait la même idée que moi car elle aussi avait eu faim durant une bonne partie de la journée. Après avoir analysé toutes les possibilités (gaufres, beignets, frites, ...), nous avons fait le choix du salé plutôt que du sucré. Et comme nous savions que nous mangerions des frites le lendemain au restaurant, une bonne crasse s'est naturellement imposée.

C'est ainsi qu'en catimini, presque comme des voleurs, sans d'ailleurs croiser beaucoup de monde vu le froid, nous sommes allé sur la digue "se manger" elle, un hot dog et moi un bicky burger.

Le lendemain matin, nous sommes allé à Nieuport, près du port de pêche. La, plusieurs poissonniers proposent du poisson ultra frais à des prix très intéressants. Normal vu qu'il n'y a pas d'intermédiaire entre le pêcheur et le commerçant. Nous avons ainsi acheté 8 portions de poissons, notre consommation mensuelle depuis que nous sommes au régime, pour 50 euros soit 6,25 euros le repas pour 2 adultes et un enfant ce qui est relativement bon marché pour du poisson quand on sait qu'il y avait notamment, en plus du traditionnel cabillaud, de la plie et de la lotte.

Après un repas copieux au restaurant (un steak de 300 grammes avec des frites pour moi), dont je reparlerais dans le prochain article, et un passage obligé chez le marchand de glace, nous avons fait une dernière longue promenade, histoire de s'oxygéner une dernière fois et de faire quelques emplettes chez les boulanger, charcutier, fromager et autre traiteur du coin, sans oublier les traditionnelles crevettes à décortiquer.
Ces emplettes terminées, il était déjà temps de songer à rentrer.

Une fois de retour à la maison, le week-end s'achevait, de façon traditionnelle après une visite à la mer, par la dégustation des crevettes grises, l'un des pêchés mignon de ma femme, accompagnées d'une bonne bière fruitée.

Malgré le froid et la faim qui nous taraudait l'estomac le premier jour (j'exagère évidemment un peu beaucoup), nous avons donc passé un excellent mini-week-end qui nous a permit de nous changer les idées et de remplir notre congélateur de poissons frais et variés.