30/07/2014

Nos marchés de Noel 2013

En décembre 2013, nous avons fait 3 marchés de Noel.

Le samedi 7, avant d'aller au théâtre voir la pièce Le jeu de la vérité, nous sommes allé à celui de Liège ou après le traditionnel apéro au stand brésilien nous avons mangé un hamburger spécial comme plat et une bouquette aux pommes en dessert pour moi.

Une semaine plus tard, avant nos retrouvailles avec Gabriel au restaurant Le Bombay, c'est celui de Namur que nous avons visité pour la toute première fois. Même s'il propose un peu moins de chalets, il est également intéressant de par le fait que le samedi à Namur, le centre ville est piéton.

Enfin, le dimanche 29 décembre, nous avons fait celui de Bruxelles.
Le temps étant quasiment printanier, il faisait bourré massacre comme on dit chez nous. A un point tel que nous avons finalement renoncé à rejoindre la Grand-Place au vu des "embouteillages humain" dans les rues adjacentes. Nous avons néanmoins pu effectuer le parcours habituel sans trop de difficulté et avons eu le plaisir de découvrir de nouvelles échopes de produit de bouche.

Article 322 - Crêpes tajine.jpg

C'est ainsi que Maud s'est régalée avec une piadine tandis que j'avais le plaisir de découvrir un nouveau produit, une crêpe tajine dont on peut voir la photo de l'échoppe. Bon, la photo n'est pas terrible mais de un elle a été prise de mon smartphone dans des conditions de luminosité difficile et surtout de deux, je n'ai rien fait du point de vue des réglages pour l'améliorer. Mais le plus important reste que cette crêpe, farcie avec de la semoule, des légumes et de la merguez était délicieuse.

23/03/2014

Le jeu de la vérité - Forum (Liège)

Cela faisait longtemps que voir une pièce de théatre avec des acteurs connus me faisait envie. Alors lorsque je suis tombé sur une promotion (23 euros au lieu de 46), et même si je sais ma femme pas trop attirée par le théatre, je lui ai quand même proposé.

Qui plus est, j'étais loin de me douter que Le jeu de la vérité, la pièce choisie, avec Vanessa Demouy, Philippe Lellouche, Christian Vadim et David Brécourd (rappelez-vous, Baptiste Mondino, le médecin de la clinique du golfe dans la série Sous le soleil) était un succès depuis plusieurs années, au point qu'un film, avec la même équipe, vient de sortir.

Article 318 - Illustration le jeu de la vérité.JPG

Nous avons passé une excellente soirée d'autant que le balcon, ou nous avions réservé était fermé (probablement par manque de réservation) et que nous avons finalement était "relogés" au 6è rang.

28/01/2014

Foire d'octobre de Liège 2013

Un an quasi jour pour jour après notre dernière visite, nous sommes bien évidemment retournés, ce samedi 26 octobre sur la foire d'octobre de Liège.

foire d'octobre,Liège

Rien de bien nouveau pour Kristen: la pieuvre, la pêche aux canards, la petite montagne russe familiale ... et le paquet de frites.

... et rien de neuf pour moi non plus, le laquemant et la nouveauté 2012, le sandwich aux tranches de jambon cuit à la broche de "Tout est bon dans le cochon". Sans oublier "quelques" frites avec ma fille.

Cerise sur le gâteau, le beau temps était de la partie. Que demander de plus ?

08/12/2012

Le Labo 4 - Liège

Ce vendredi 23 novembre, nous sommes allé au restaurant le Labo 4 avec Cédric à Liège. Un restaurant qu'il connait bien pour s'y être déjà rendu plusieurs fois. Lorsqu'il nous en a parlé, nous sommes allé consulter leur site internet leur site internet et avons de suite été emballés par leur carte, non dénuée d'humour d'ailleurs (un exemple parmi d'autres: Apollon embroche l'agneau suite aux salades contées par Aphrodite), proposant un mélange des styles. Elle est certes petite (6 ou 7 entrées à 16 euros, 8 plats à 20 euros et 5 desserts à 5 euros) mais suffisamment variée (on y retrouve différents types de poisson, de volaille et de viande) que pour plaire à tout le monde. De plus la formule entrée-plat-dessert au choix parmi tous les plats de la carte proposée à 34 euros lui confère, nous nous en rendront compte plus tard, un excellent rapport qualité-prix.

restaurant,Labo 4,Liège,chimie, The Candy shop,Steevy burger

Dès que nous sommes arrivé, nous avons été charmés par le cadre. Ce restaurant est en effet situé dans une ancienne salle de cours de chimie de l'université, d'ou son nom. Tous les éléments faisant référence à l'ancienne utilisation de ce lieu y ont été conservés, les tables étant dressées entre les plans de travail. Cela donne à ce lieu une athmosphère extrêmement originale et intimiste, la proximité des autres tables étant moins grandes qu'ailleurs. Cela a aussi comme effet corollaire de rendre l'endroit moins bruyant qu'une salle de restaurant classique. En tout cas, un endroit très agréable ou on se sent bien, aidé par un personnel très acceuillant et compétent, à l'image du sommelier qui nous a bien conseillé en fonction de nos préférences.

Au moment de consulter la carte, une nouvelle bonne surprise nous attendait puisqu'elle venait d'être fraichement renouvelée - pour faire la part belle au gibier, saison oblige - et était encore plus attirante que celle figurant sur le site internet.

Pour débuter les festivités, nous avons choisis l'apéritif maison, le flacon du fabuleux elixir de monsieur Pump, "une mixture de cinglé qui provoque la bonne humeur l’espace d’une soirée" comme on peut le lire sur le site internet. En fait un excellent cocktail composé, entre autre, de vodka et de gin ainsi que de jus de fruits de la passion servi dans une bouteille brune telles que celles pouvant contenir des produits chimiques.

restaurant,Labo 4,Liège,chimie, The Candy shop,Steevy burger

En entrée, notre choix s'est porté sur The Candy shop, seul plat déjà présent sur la carte précédente, si ce n'est que son contenu était différent. Exit donc les sucette de raisin en chemise de chèvre aux éclats de pistaches, bonbon torsadé de jambon aux figues et noix laqué au sirop de Liège, Smoothie de melon aromatisé à la fleur de Franchimont et son espuma de jambon serrano. place aux foie gras en croûte de pain d'épice et sésame, roulade de saumon ricotta et aneth, glace au camembert et coeur de noix, laquage au jambon blanc et sucette de chutney de mangue au coeur de foie gras.
Au final, une excellente entrée permettant de gouter à différentes saveurs. Et, cerise sur le gateau, pas du tout bourrative - comme apparamment toutes les entrées d'ailleurs - ce qui permet d'être encore d'attaque pour bien apprécier le plat principal.

restaurant,Labo 4,Liège,chimie, The Candy shop,Steevy burger

En plat, après avoir hésité avec le filet de faisan, je me suis laissé tenté par le côté sucré-salé de la cuisse de canard confit, purée à la cannelle, compote de poires et chicon braisé aux clémentines. Tout dans mon assiette était délicieux, avec en particulier cette cuisse de canard à la cuisson parfaite, fondante à souhait.

restaurant,Labo 4,Liège,chimie, The Candy shop,Steevy burger

Maud, grande amatrice de gibier, avait elle choisi le carré de marcassin en croûte de miel moutarde, cornes de gattes et quenelle de choux chinois aux lardons avec son émulsion qu'elle trouvera, seul bémol de toute la soirée, juste un peu trop saignant à son gout.

restaurant,Labo 4,Liège,chimie, The Candy shop,Steevy burger

Enfin, pour cloturer cet excellent repas, le choix du dessert s'est imposé à moi, le Steevy burger, baptisé ainsi du prénom de l'un des serveurs par les 2 chefs pour le taquiner. Une superposition de gâteaux au chocolat meringués, coeur de glace vanille, gelée de fruit de la passion et coulis de framboises.

restaurant,Labo 4,Liège,chimie, The Candy shop,Steevy burger

Maud, s'est elle laissée tenter par l'alliance de la poire et du fromage avec la tartelette en pâte de spéculoos, poire pochée au sirop de Liège et fourme d'Ambert, glace aux coing et fruits confits offrant une saveur particulièrement originale en bouche.

Encore une fois, nous n'avons pas été déçu par le choix du restaurant, celui ci figurant parmi les meilleurs que nous ayons fréquenté. D'ailleurs, comme souvent, nous nous sommes promis d'y retourner. Mais contrairement aux nombreuses fois ou nous n'avons pas mis à exécution notre projet, cette fois, rendez-vous est déjà pris avec mes beaux-parents, histoire de leur faire découvrir cette excellente table, aux alentours du 24 janvier pour fêter l'anniversaire de ma femme.

19/11/2012

Rétro 11-2011 - Foire d'octobre ... en novembre

Je disais dans un article précédent daté du 14 novembre que faire un tour sur la foire d'octobre à Liège était une activité récurrente. La preuve avec cet article rétro concernant le mois de novembre 2011.

foire d'octobre,Liège,lacquemant

Le vendredi 11 novembre 2011, 4 semaines après une première tentative (temps presqu'estival impliquant trop de monde et impossibilité de parquer oblige), nous avons enfin pu nous rendre à la foire d'octobre de Liège (qui dure en fait jusqu'au week-end du 11 novembre).
L'occasion de découvrir (mais pas de pratiquer), toujours par beau temps mais avec quelques degrés en moins, plein de nouvelles attractions particulièrement décoiffantes.
L'occasion de se manger aussi une bonne crasse, en l'occurence une excellente pita précédée d'un bon lacquemant, spécialité typiquement liégeoise.

14/11/2012

Foire d'octobre à Liège

foire d'octobre,Liège,pêche au canard,Wild Mouse,lacquement

Ce samedi 27 octobre, comme quasiment chaque année, nous sommes allé faire un tour sur la foire d'octobre à Liège. Et tout comme l'an passé, ou nous n'avions pas trouvé place à parquer lors d'une première tentative à cause d'une météo trop printanière, cela s'est avéré compliqué. Nous avions en effet un emploi du temps chargé qui fait que nous avons même envisagé ne pas y aller. Mais nous l'avions promis à notre fille de 7 ans qui n'avait pas oublié. Et malgré cela, nous avons bien failli rater ce moment de détente. Au grand désespoir de Kristen.
En effet, à cause aussi des travaux su l'autoroute qui nous ont fait perdre 40 minutes du fait que nous avons suivi la déviation conseillée la ou l'itinéraire habituel ne nous en aurait fait perdre que 20 vu que ce n'était pas l'heure de pointe, nous sommes arrivés sur place peu après 16h, la pire heure, selon ma femme, pour trouver à parquer. De fait, s'il ne faisait que 7 degrés, le temps était ensoleillé. Il y avait donc pas mal de monde en ville ce qui fait qu'après avoir tourné pendant 20 minutes à la recherche d'une place de parking, nous avons du renoncer car nous étions attendu vers 17h30' chez les parents de ma femme ce qui signifie que nous n'avions plus assez de temps pour déambuler sur la foire. Nous sommes ainsi arrivés chez mes beaux-parents avec notre fille en larmes, impossible à consoler. C'est cela qui a décidé mon beau-père à nous proposer de nous conduire sur la foire et ensuite revenir nous y rechercher.

Merci à lui car cela nous a permit, ainsi surtout qu'à notre fille, de passer un agréable moment sur place, même si, le soleil ayant entretemps disparu, vu l'heure avancée de l'après-midi, nous avons eu particulièrement froid.

Kristen a pu faire son traditionnel tour à la pêche au canard avec cette fois, à la clé, un cadeau utile, un tableau à peindre, activité qu'elle apprécie beaucoup.

                foire d'octobre,Liège,pêche au canard,Wild Mouse,lacquement       foire d'octobre,Liège,pêche au canard,Wild Mouse,lacquement

Accompagnée de sa maman qui, contrairement à moi, adore ça, elle a également fait un tour dans 2 attractions fortes accessibles aux enfants, la pieuvre, qu'elles avaient déjà eu l'occasion d'expérimenter l'an dernier et surtout Wild Mouse - http://fr.wikipedia.org/wiki/Wild_Mouse - , nouvelle attraction 2012, également accessible aux plus petits alors qu'elle offre pourtant des sensations fortes aux plus grands puisque ma femme m'a fait remarquer qu'avec mon vertige j'aurais probablement flippé car une fois la nacelle arrivée au sommet, on se retrouve entouré par le vide.
Quant à moi, tout comme mes 2 femmes d'ailleurs, j'ai trouvé mon plaisir parmi les nombreuses échopes proposant de la nourriture. Nous avions d'ailleurs tout planifié pour bien en profiter en choisissant de prendre un déjeuner 'costaud' pour ensuite pouvoir attendre jusque 15h, heure à laquelle nous pensions arriver, avant de prendre notre second repas de la journée.

J'ai ainsi commencé par le dessert, le traditionnel lacquement, spécialité typiquement liégeoise - en tout cas, je n'en ai jamais vu nulle part ailleurs - si ce n'est que, nouveauté de cette année, je l'ai choisi avec du chocolat blanc chaud plutôt qu'avec le traditionnel sirop pour laquement.

foire d'octobre,Liège,pêche au canard,Wild Mouse,lacquement      foire d'octobre,Liège,pêche au canard,Wild Mouse,lacquement
(cliquez sur la carte pour l'afficher en format lisible)

Pour suivre, nous avons évidemment été attirés par cette autre nouveauté 2012, un stand proposant des sandwiches aux tranches de jambon cuit à la broche. Nous avons choisi le double sensation. Un peu plus tard, nous avons commandé un paquet de frites sauce mayonnaise pour notre fille. J'en ai bien entendu profité. Tout comme Maud qui au départ n'en voulait pas mais qui n'a pas pu résister à la tentation, elle qui n'est pourtant pas une grande fan de ce produit.
Hélas, à ce moment, il était déjà passé 18h. Le fait que nous étions attendu dans ma belle-famille, qui plus est pour souper, m'a donc obligé à faire l'impasse sur le durum que je me faisais pourtant une joie de déguster.

06/10/2012

Rétro 10-2011 - Premier rendez-vous manqué avec la foire d'octobre de Liège

Le samedi 15 octobre 2011, comme nous étions en visite à Liège chez la maman de ma femme et qu'il faisait un temps printanier (ensoleillé avec près de 20 degrés), nous avons décidé d'aller faire un premier tour sur la foire d'octobre.
Hélas, il faisait beaucoup trop beau pour la saison. Bilan, un monde fou et impossibilité de trouver une place de stationnement. Après 45' à sillonner le centre ville à la vitesse d'un escargot et après avoir constaté que tous les parkings étaient complets, nous avons renoncé.
Vu que la foire dure jusqu'au week-end du 11 novembre, nous y retournerons un jour de froid et de pluie ou il n'y aura personne en ville (lol).
Et pour consoler Kristen, sa grand-mère lui a offert un cadeau à la librairie et nous sommes allé balader au parc de Grivegnée ou il y a une aire de jeu et un petit enclos avec des animaux.

foire d'octobre,Liège,friterie,Lalaing,Ecaussinnes

Enfin, à notre retour, pour lui offrir le paquet de frites qui lui était promis et la crasse qui nous faisait envie, nous sommes allé manger des frites et un durum à la meilleure friterie d'Ecaussinnes.

29/06/2011

Foire d'octobre de Liège

Comme quasi chaque année, la foire d'octobre à Liège est un passage quasi obligé.
L'occasion de découvrir les nouvelles attractions fortes, de faire l'une ou l'autre plus soft, histoire de faire plaisir à Maud qui aime beaucoup cela et surtout de se manger une bonne crasse. Cette année, un bon durum.

Kristen, elle, m'a étonné. Ma petite fille de bientôt 5 ans et demi qui, depuis toute petite, pleurait lorsqu'à sa demande, on la mettait sur un caroussel a voulu pratiquer la pieuvre, un manège constitué de 5 ou 6 nacelles qui tournent, elles-même constituées de plusieurs sièges qui tournent également. Un double mouvement donc. Dans un premier temps, je n'ai pas voulu mais Maud m'a expliqué qu'elle avait eu l'occasion d'aller sur un tel manège lorsqu'elles étaient allées à Coo, pendant les quelques jours qu'elles avaient passé à Liège durant les dernières vacances scolaires.
Au final, Kristen a quand même eu un peu peur car ce manège était plus rapide que celui de Coo qui est un parc d'attraction du groupe Plopsa donc plus dédié pour les petits. Mais ce devait être une peur positive car elle a demandé à y retourner.

20:17 Écrit par slumle | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : foire, octobre, liège, crasse, pieuvre |  Facebook |

21/03/2010

Comment lutter de manière originale contre le vol de matériel Horeca

Durant la soirée à l'école d'hotellerie de Liège, Cédric s'est amusé à retourner une assiette et à nous en montrer l'envers.

Il se fait que son père, qui en est, pour rappel, le directeur, est régulièremet confronté à des vols de couverts, de vaisselle et même de matériels plus lourds comme des fours mobiles. Il lui arrive d'apprendre que certains objets volés sont retrouvés dans l'une ou l'autre cuisine ou salle de restaurants de la région. Il a donc décidé de faire graver "sa" vaisselle. Mais plutôt que de simplement y écrire le nom de son école, il a fait graver en plus, comme vous pouvez le voir sur la photo ci-dessous, la mention "volé à" !

Article 166 - Assiette volée à l'école d'hôtellerie de Liège

Au dela de la touche d'humour géniale, je trouve que c'est un moyen très efficace de lutter contre ce genre de vol car le client qui voit cela dans un restaurant comprend tout de suite qu'il s'agit d'assiettes volées alors que sans cette mention, il pourrait penser que le restaurateur a renouvellé sa vaisselle en achetant, à l'école, un stock d'occasion.

16:49 Écrit par slumle dans Humour | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : vaisselle volee, ecole, hotellerie, liege |  Facebook |

20/03/2010

Souper à l'école d'hôtellerie de Liège

Le vendredi suivant, le 22 janvier, nous sommes allé souper à l'école d'hotellerie de Liège avec Cédric, son père qui y est directeur et sa mère.

Régulièrement, des repas gastronomiques y sont organisés pour permettre aux élèves de s'exercer en situation réelle et ces repas sont très avantageux car ils sont réalisés par des étudiants de dernière année (en cuisine et en salle) qui proposent des plats de qualité à des prix très démocratiques.

Cédric y va régulièrement et, il y a 2 ans, nous l'avions déjà accompagné une première fois. Cette fois, le repas était un peu différent puisqu'il ne s'agissait pas d'un menu gastronomique mais d'un repas alsacien réalisé pour financer le voyage scolaire (... en Alsace) des étudiants.

En apéritif, nous avons eu droit à un Crémant d'Alsace parfumé aux fruits des bois accompagné d'une assiette de mise en bouche.

Article 165 - Entrée

Pour suivre, la moitié d'une petite tarte flambée alsacienne, la flammekueche. Je n'ai pas été particulièrement enthousiasmé par ce plat que j'ai trouvé un peu trop simple et trop sec.

Article 165 - Plat

Le plat principal, un filet de volaille au riesling, soubric de chou frisé et corolles d'Alsace, était, lui, d'un tout autre niveau aussi bien dans sa présentation que dans la bouche, son seul défaut étant de ne pas être suffisamment copieux car si le morceau de poulet était suffisant, il n'en allait pas de même avec les pâtes. Maud, avec son appétit de moineau a trouvé cela suffisant. Pas moi qui aurait bien mangé 2 ou 3 fois plus de pâtes.

En dessert, enfin, un sorbet au marc de gewürztraminer que je n'ai pas pris la peine de photographier vu son extrême simplicité. Il était excellent et ces dames auront aussi apprécié, pour leur ligne, sa légèreté après un bon repas.
Par contre, personnellement, tout comme Cédric, j'ai été déçu par ce choix et si nous n'avions pas été au courant du menu, nous aurions pu imaginer qu'il s'agissait du trou normand faisant suite à une première entrée très légère et à une seconde, certe, un peu bourrative. Vu ma faim, je n'aurais pas eu de peine à déguster un nouveau plat.

Vers 22h30', le repas terminé, il était temps de rentrer car nous devions d'abord passer chez ma belle-mère, à Grivegnée, récupérer notre petite fille. Mais, Cédric et son père insistant lourdement pour que nous prenions un dernier café, nous avons fini par accepter.
Il faut savoir que ma femme avait son anniversaire 2 jours plus tard et que tout au long du repas, ils avaient fait des allusions, s'excusant de ne pas pouvoir offrir le gateau à Maud.
Quelques minutes plus tard, les lumières s'éteignaient et une élève apportait un petit bavarois surmonté d'une bougie pendant que les autres élèves entonnaient un happy birthday Maud.
Un grand moment d'émotion pour elle qui ne s'attendait pas à cela et qui a été très touchée alors qu'habituellement une telle situation la gène un peu.

Nous sommes finalement parti vers 23h00' et, après avoir récupéré notre fille, nous avons pris le chemin de la maison du papy de Maud ou nous logions.

Sur la route, comme j'avais toujours faim, je me suis mis à la recherche d'une friterie. Mais après être passé devant la troisième, fermée comme les 2 autres, j'ai bien du me rendre à l'évidence que Grivegnée, même si situé non loin de Liège, n'a rien à voir avec le centre animé de cette cité ni même avec celui, pourtant bien moins couru, de La Louvière. Autant d'endroits ou j'aurais trouvé, sans peine, ce que je cherchais.

Une fois rentré à la maison, j'ai finalement mangé un sandwich car cette quête de la frite n'était pas une simple envie mais la conséquence d'une réelle faim.

11/11/2009

Les lacquemants

Le lacquemant évoqué dans mon article précédant est donc une variété de galette typiquement liégeoise que j'ai découvert en même temps que j'ai rencontré ma liégeoise de femme et que je n'ai jamais trouvé que sur la foire d'octobre si on excepte un vendeur qui, une fois la foire terminée, s'installe pendant quelques semaines dans différents villages liégeois environnants dont Grivegnée d'ou est originaire Maud.

Article 144 - Lacquemant 1

Le lacquemant est une sorte de fine galette coupée sur toute son épaisseur et fourrée d'un sirop à lacquemant d'une texture proche du sirop d'érable.
Ils peuvent soit être mangés directement sortant du fer ou plus tard, après les avoir fait réchauffer ou pas.

Article 144 - Lacquemant 2

Car le plus souvent, ils sont vendus par 6, recouverts de sirop, dans une boite en plastique ce qui fait qu'ils beignent dans le sirop. Cela signifie que plus on attend avant de les manger et plus ils en sont imbibés.

Moi, je n'aime pas trop les produits croustillants lorsqu'ils sont ramollis. Par exemple, les croutons dans la soupe, les biscottes dans le bouillon de légumes ou encore les corn-flakes dans le lait doivent encore être croquants lorsque je les mange. Cela fait toujours sourire ma maman lorsque je mange, par exemple, une bonne soupe à l'oignon avec des croutons car je me prépare mon petit tas de croutons que j'ajoute au fur à mesure dans mon assiette pour éviter qu'ils n'aient le temps de ramollir.

Tout cela pour expliquer que je n'aime pas la méthode traditionnelle de manger les laquemants, lorsqu'ils ont beignés longtemps dans la sauce et que je préfère de loin les manger lorsqu'ils sortent tout juste du fer et qu'ils n'ont pas eu le temps de ramollir. Admettez d'ailleurs qu'ils ont l'air beaucoup plus appétissants sur la première photo, alors qu'ils viennent de sortir du fer, que sur la seconde, ou ils ont eut le temps de prendre le sirop.

Normalement, la recette des lacquemants et de la sauce est un secret de fabrication que chaque vendeur garde secret comme j'ai d'ailleurs pu le constater sur le pot de sauce acheté par ma femme sur la foire ou les ingrédients principaux (eau, sirop de glucose et cassonnade de candi) y sont décrits sans en indiquer la proportion alors que les autres ne sont tout simplement pas décrit, la suite de la liste des ingrédients restant plus que vague avec un sybillin "arômes et parfums".
Mais tout cela fait partie du folklore et est en fait un secret de polichinelle puisque la recette complète peut être trouvée sur différents sites internet dont celui-ci.

Pour être complet, en cherchant des photos de lacquemant pour illuster cet article, j'ai découvert celui-ci qui démontre que contrairement à ce que je pensais, les lacquemants peuvent se déguster ailleurs qu'à liège comme sur la foire de Huy ou celle du Midi à Bruxelles.

16:39 Écrit par slumle dans Insolite | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : liege, lacquemant, sirop, foire d octobre |  Facebook |

Sur la foire d'octobre à Liège

Nous sommes donc finalement allé le samedi après-midi plutot que le dimanche sur la foire d'octobre, la plus grande de Wallonie, à Liège.

Comme une choucroute nous attendait au retour à la maison, j'ai du m'abstenir du traditionnel durum que j'y mange.
En effet, parmi toutes les attractions que l'on trouve, sur 2 rangées, au centre du boulevard d'Avroy, sur environ 1km, figurent de nombreuses échopes de nourritures. Outre les durums et autres pitas, on y trouve les traditionnelles baraques à frites et les stands à hamburgers, saucisses et autres hot-dogs, les moins traditionnels stands chinois, d'escargots ou de scampis sans oublier, au niveau des nourritures salées, les salades liégeoises ou berbères, cette dernière consistant en une fricassée à base, notamment d'oeufs et de merguez servie dans un morceau de baguette.
En fait, il y a tellement de stand proposant à manger que j'ai l'impression qu'une attraction sur 2 en est une.
D'autant qu'il y a encore ceux qui vendent de la nourriture sucrée comme les brochettes de fruits (fraises, raisins, ...) trempés dans du chocolat, les croustillons ou les beignets aux pommes, poires ou encore ananas, les churros, les crèpes et les gaufres sans oublier la grande originalité liégeoise, le lacquemant. Originalité qui mérite à elle toute seule un article spécifique qui va suivre celui-ci.

Tout cela pour en arriver au fait que si j'ai fait l'impasse de la choucroute, je me suis payé un dessert avant l'heure en dégustant un excellent lacquemant.

Sinon, parmi les attractions, outre les classiques stand de tir à pipe, de pêche aux canards et de loterie, les carrousels pour enfant, les auto-scotters, la grande roue ou encore les manèges de chevaux de bois et les maisons de l'horreur, il y a quelques attractions fortes, style chenilles ou mini montagnes russes et d'autres beaucoup plus flippantes.

Article 143 - Big Apple

Les petits ne sont pas oubliés. Outre les carrousels, 2 mini-montagnes russes leurs étaient destinées. Ayant insisté, Kristen a donc pris place dans la Big Apple une mini-montagne russe avec 3 tours d'un circuit comprenant un passage en légère descente un peu plus rapide suivi d'un virage serré.
Sa mamy Maggy-gateau qui a cédé et qui lui a permit d'aller 3x (!) à la pêche au canard l'accompagnait. Maud et moi n'étions pas trop pour vu que Kristen prend peur chaque fois qu'elle va au carrousel. Nous avons néanmoins accepté vu qu'ici elle serait accompagnée.
Les 2 premiers tours se sont bien passés, Kristen se montrant même souriante. Au dernier, elle fit même comme certains enfants, se lacher et lever les bras. Mauvaise idée car la sensation de vitesse fut plus importante et elle sortit de l'attraction, comme d'habitude, en pleurs.
Heureusement qu'il ne lui a pas pris l'idée de le faire dès le premier tour car la dernière fois qu'elle avait été au carrousel, il avait fallu arrêté le manège pour elle.

Ensuite, ce fut à mon tour de "m'amuser". Maud avait remarqué au loin une nouvelle attraction: la Stratosphère. une sorte d'ensemble de balançoires doubles qui montent à 60 m du sol en tournant. Une fois en haut elles accélèrent légèrement, histoire que la force centrifuge (à moins que ce ne soit la centripède) n'entre en action et n'écarte légèrement les balançoires de l'axe.

Article 143 - Stratosphère

Cette attraction est présentée comme familiale, accessible dès 4 ans. Maud avait déjà eu l'occasion de faire une attraction autrement plus chaude, l'Eclipse une nacelle avec un bras qui tourne autour de son axe, qui culmine encore plus haut et est beaucoup plus rapide. Je n'y étais évidemment pas allé, Cédric, son meilleur ami, l'accompagnant. Cette fois, elle m'a demandé de l'accompagner et malgré mon vertige, j'ai accepté. Tant qu'on s'élevait sans tourner, ça allait, lorsque ça à commencé à tourner, c'était déjà moins bien mais une fois que l'attraction a atteind son dernier palier (à 60m de haut) et à accéléré, je n'étais plus du tout à l'aise. Diable, nous n'étions retenu que par 4 malheureux petits filins et sécurisés par une barre sur notre ventre. Et si elle s'était déverrouillée ?
 
Après avoir parcouru le kilomètre d'attractions, nous avons repris le chemin de la maison de ma belle-mère ou nous attendait donc une excellente choucroute.

07/11/2009

Demi week-end à Liège

Samedi et dimanche passé, nous sommes allé passer la moitié du week-end, dans la famille de ma femme.
Au programme, Médiacité, choucroute, Batte, foire d'octobre, bonnes crasses et y laisser ma femme et notre fille jusque mercredi pour des mini-vacances dans ma belle-famille pendant la semaine de congé scolaire de la Toussaint.
Ce beau programme a finalement été chamboulé pour diverses raisons.

Mais commençons par le début.
Parti peu après le dîner, l'idée était de passer chercher ma belle-mère, d'aller nous ballader dans le complexe Médiacité, le nouveau centre commercial de la ville, et d'ensuite rentrer pour déguster notre première choucroute de la saison.
Cette dernière est pratiquement le seul élément du programme qui s'est produit au moment prévu. En effet, une fois sur place, nous nous sommes dit que comme il faisait relativement bon (doux et sec) alors qu'on annonçait de la pluie toute la journée de dimanche, il serait plus judicieux d'aller directement à la foire d'octobre plutot que d'y aller le lendemain sous la pluie. Et tant pis pour le durum que je comptais y manger en guise de souper.

Concernant la foire, je réaliserais un article sur le sujet pour éviter d'alourdir celui-ci.

Le lendemain, au réveil, Maud téléphone à sa maman (nous logions non loin, dans la maison de papy Jules) pour discuter du programme de la matinée. Elle lui répond de venir dans une heure et que nous irions avec elle et son mari Francis faire un tour sur la Batte, probablement le plus grand marché de Wallonie (voir ici pour ceux qui ne connaissent pas).
Une heure plus tard, nous arrivons chez Maggy qui nous annonce, un peu embêtée que mon beau-père avait changé d'avis et ne nous accompagnait plus sur le marché, bien que le temps soit sec, contrairement aux prévisions météo, mais qu'en plus, il nous invitait dans un restaurant chinois avec formule buffet à volonté, wok et teppan-yaki. Tant pis pour le cheese burger ou le pain saucisse que je comptais manger sur le marché en guise de repas.
Heureusement, j'allais y gagner au change comme je le relaterais dans un prochain article.

Sur la Batte, j'avais déjà trouvé Kristen bien pâle. Au restaurant, elle va très peu manger en nous expliquant qu'elle ne se sent pas bien et nous allons vite constater qu'elle fait de la fièvre.
Après une fin d'après-midi, passée devant la télé à la câliner, nous avons  envisagé de rentrer tous les 3. Mais Sachant que Kristen, comme la plupart des enfants j'imagine, a parfois une poussée de fièvre qui disparait le lendemain, je suis finalement rentré seul, comme prévu, après un week-end constitué de hauts et de bas.

Pour la petite histoire, Kristen s'est effectivement levée le lendemain sans fièvre mais ce n'était qu'un répit puisqu'elle a de nouveau eu une poussée de fièvre qui a amené Maud chez son ancien pédiatre.
Bilan, un virus et une prévision de haut et de bas de fièvre pendant 4 ou 5 jours. Pour couronner le tout, la petite a fait une chute dans les escaliers se réceptionnant sur l'arrière de la tête. Heureusement elle fut quitte avec une grosse bosse.
En attendant, leur début de semaine qui prévoyait, entre autre, un spectacle de marionnettes, des tours à vélos, des balades au petit parc tout proche, un tour à la piscine et un autre en centre ville, programme chargé donc, s'est limité à passer la journée dans la maison de papy Jules ou il n'y a plus de télé et la soirée chez Maggy.
Heureusement, Francis avait reçu en cadeau un lecteur de dvd qui a bien servi pour permettre à Kristen (et à sa maman) d'un peu moins s'ennuyer.

14/04/2009

Week-end à la mer et cloches de Pâques

Pour cette deuxième semaine des vacances de Pâques, ma soeur Laurence et ma maman ont loués une maison à Coxyde. L'occasion pour Maud, Kristen et moi d'aller passer 2 jours à la mer, du vendredi après-midi au dimanche soir, le lendemain, lundi de Pâques, étant consacré à une visite à Liège dans la famille de ma femme.

Nous avons eu la grande chance d'avoir du très beau temps puisqu'à notre arrivée, le vendredi vers 17h, il y avait 23° (10 de plus que les normales saisonnières... pas mal pour un 10 avril) et pas de vent, que le lendemain, le soleil était toujours présent, même s'il faisait un peu moins chaud, tout comme le dimanche après-midi d'ailleurs, la matinée de ce dernier jour étant, elle, un peu pluvieuse.

Article 88 - Maison Riskoulah

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La maison que nous avons occupée n'était pas une inconnue pour nous. Mes soeurs et mes parents l'avaient déjà louée plusieurs fois et nous y étions déjà venus mais chaque fois pour passer une journée. C'était la première fois que nous y logions, Maud et moi, et nous avons apprécié la belle et grande chambre et la qualité de la literie (rien à voir avec notre dernière location, il y a déjà 2 ans ou c'était le point faible).

Une fois installés et en attendant l'heure du souper, nous avons fait une première ballade, puis nous nous sommes dirigés vers l'un de nos 3 restaurants fétiches de l'endroit, le Blauwe kip, avec comme petits problèmes qu'il ne s'appelle plus comme cela et que la carte a partiellement changé. Nous avons malgré tout pris le risque d'y aller et, après une petite frayeur, nous en avons été ravis. Je n'entre pas plus dans les détails car cela fera l'objet de mon prochain article.

Le lendemain matin, toujours sous le soleil, nous sommes allé au marché de La Panne.

Article 88 - Marché aux fleurs annuel

L'après-midi, nous avons d'abord découvert le marché annuel aux fleurs de Coxyde qui s'étendait, pour ceux qui connaissent, sur l'ensemble de l'avenue de la mer. Je n'avais jamais eu l'occasion de voir un marché spécifiquement dédié aux fleurs et cela valait le coup d'oeil.

Nous sommes ensuite allé sur la plage, comme promis à notre fille, pour lui permettre de jouer dans le sable. Nous avons également fait une ballade au bord de l'eau. Vu la période de vacances et le beau temps, nous n'étions pas les seuls comme on peut le voir sur la photo.

Article 88 - Plage de Coxyde

Le soir, nous sommes allé pour la première fois au nouveau cinéma de Coxyde, ce qui fera également l'objet d'un article spécifique.

Le lendemain, dimanche, vu le changement de temps, nous avons choisi d'aller acheter le poisson à Nieuport (voir article précédent sur Coxyde) le matin plutot que l'après-midi. Autant y aller tant qu'il faisait moins bon.

Au retour, alors que la pluie venait de cesser, nous avons fait un détour par Saint-Idesbald, histoire de nous réapprovisionner en viande cette fois dans une très bonne boucherie, Huize Blanckaert, qui propose de très bon steack dont un original, mon préféré, celui au poivre vert. On y trouve aussi d'excellents pâtés dont certains, primés dans des concours. Nous avons aussi gouté pour la première fois leur boudin blanc, lui aussi primé (médaille d'or justifiée car il est particulièrement bien épicé comparativement à certains qui ont un gout trop fade). Enfin, nous y avons acheté notre diner, un excellent waterzooi de poulet.

L'après-midi, nous avons fait une dernière longue promenade (le podomètre-gadget de mon gsm indique que j'ai fait environ 20 km à pied sur les 48 heures passées la-bas) avant de reprendre la route de la maison car nous devions nous rendre à Liège le lendemain.

A noter que ces 2 jours ont été tellement chargés en activités que nous n'avons pas pris la peine d'aller faire un tour au Brantano (c'est en fait un rituel, chaque fois que nous logeons à Coxyde, donc pas pour les visites d'un jour, nous allons faire un tour au Brantano local, histoire de voir s'il n'y a pas une bonne affaire à réaliser ou encore une superbe paire de chaussures à acquérir). Pour les mêmes raisons, nous n'avons pas mis les pieds dans les luna-parks alors que nous sommes plutôt fans. Et ce d'autant que je ne voulais pas risquer d'être attendris par l'une ou l'autre peluche à attraper dans les fameux appareils à pince. Cela a permit une économie d'argent, aussi petite soit-elle et surtout de place car nous ne nous débrouillons pas trop mal et nous avons déjà suffisamment de peluches à la maison que pour ne pas en ramener de nouvelles.

Le lundi de Pâques, nous avons repris la route pour aller diner et passer l'après-midi chez les parents de ma femme. Kristen a ainsi eu l'occasion de recevoir ses cloches de Pâques de sa mamy (elle les avait déjà reçues le week-end passé de sa grand-maman (ma mère donc) qui avait organisé le repas de Pâques et la distribution de cadeaux et de chocolats avec une semaine d'avance vu qu'elle ne serait pas la tout comme ses autres petits-enfants, en vacances en Alsace avec mon autre soeur).

Mon week-end, riche en activités, se terminait, en fin d'après-midi, avec mon retour, seul, de Liège puisque ma fille, accompagnée de ma femme, va y passer la semaine chez sa mamy qui n'a pas souvent l'occasion de la voir (quelques heures tous les 15 jours). L'occasion pour Kristen de faire des ballades sur son nouveau vélo (que j'ai emmené pour l'occasion), dans le petit parc pas loin de chez le papy de ma femme ou d'aller à la piscine avec sa mamy.
Quant à moi, je reviendrais les chercher, vendredi, après ma semaine de travail.

29/03/2009

Maharajah Palace

Vendredi soir, j'avais invité ma femme et ses parents au restaurant à Liège.
Comme vous l'avez sans doute déjà remarqué dans mes choix de restaurants, mes papilles gustatives adorent le dépaysement, raison pour laquelle, quand je vais au restaurant, je varie les types de cuisine.
Comme j'apprécie particulièrement les saveurs épicées et (raisonnablement) piquantes, j'ai donc eu envie de retourner dans un restaurant indien. D'autant que mon beau-père éprouve une facination pour ce pays, au point d'y être parti en treck il y a de cela pas mal d'années et qu'il n'était jamais allé au restaurant indien en Belgique ce qui est d'autant plus étonnant qu'il y en a plusieurs à Liège (6 selon le site de la ville de Liège qui, entre autre, recense les restaurants de la cité principautaire par type de cuisine).
J'ai déjà eu l'occasion d'en découvrir 2, le Maharaja Palace, situé dans le carré, il y a 1 ou 2 ans et l'autre, il y a 5 ou 6 ans, situé en Roture (mais comme il y en a 2 dans cete rue, je ne sais plus s'il s'agit du King of India ou du Taj Mahal). Ma femme et moi avons appréciés leur cuisine au point d'avoir envie de les redécouvrir.
Pour y emmener mes beaux-parents, notre choix s'est porté sur le premier car, à cuisine égale, son cadre est plus authentique au contraire du second dont le style est plus dépouillé et fait moins couleur locale. D'autant que pour le même prix les serveurs et le patron sont habillés comme la-bas.

Leur carte, relativement étoffée, propose des byriani, plats complets composés de riz de légumes et de viande, des tandoori, plats de viandes marinées dans le yoghourt et cuites dans le tandoor, une sorte de four en forme de jarre d'une hauteur de +/- 1m10 qui est alimenté à sa base d'une source de chaleur (...je ne suis pas sur que les plats indiens proposés dans les rayons traiteurs soient cuits de cette manière). Avec des desserts surprenants comme le sorbet à la cannelle et aux piments rouges ou d'autres à base de pétales de rose.

Comme la première fois, je n'ai pas été déçu par le cadre que j'ai redécouvert, étant placé dans une autre partie du restaurant. Par contre, j'ai moins apprécié le service.
A l'époque, la patronne, une belge, mariée avec le chef indien (non, pas Sitting Bull) prenait les commandes, dans la bonne humeur, n'hésitant pas à s'entretenir avec nous, à nous conseiller et à nous expliquer le contenu de certains plats alors qu'un serveur d'origine indienne et s'exprimant à peine en français effectuait le service.
Cette fois, cette dame n'était plus la et 2 serveurs assuraient le service et la prise de commande. Celui qui s'occupait de notre table, le plus jeune, qui ne s'exprimait pas parfaitement en français a eu, par 2 fois, un problème avec le vin.
Pour commencer, alors que nous avions commandé une bouteille de vin rosé du patron à 15 euros, il arrive avec une de rouge, se rend compte de son erreur et reviens avec un Cabernet australien. Lorsqu'il demande si c'est bien ce que nous avons commandé, je lui dis que je ne pense pas car nous avons commandé le vin du patron. Comme il ne comprend pas ma remarque, ma belle-mère, magnanime, lui dit que ça ira comme ça. On voit que ce n'est pas elle qui règlera l'addition car s'il s'agit d'une bouteille à 50 euros... (la bouteille apparaitra finalement sur la note comme vin du patron. J'imagine qu'on y a gagné au change car le vin était très bon).
Pour suivre, en débarrassant la table après le plat, il m'a renversé mon verre de vin sur le pantalon. Pas embarassé pour un sous, il m'a juste apporté, en guise d'excuse, quelques serviettes en papier pour m'éponger. J'aurais apprécié un geste comme m'offrir le pousse-café.
Pour en terminer avec le service et concernant le pousse-café justement, contrairement aux derniers restaurants fréquentés ou ils étaient systématiquement offerts, il n'y en a donc pas eu ce qui s'explique par le fait que le restaurant a très vite fait le plein, refusant même du monde dès 20h45', ce qui a aussi amené des problèmes de lenteur une fois le plat servi car un seul serveur est venu aidé les 2 du début.

En ce qui concerne ce que nous avons mangé, nous avons d'abord pris un apéritif (un rhum à la cannelle pour moi et un Bougainvillée pour ma femme).
Il était accompagné, comme dans les quelques restaurants indiens que j'ai fréquentés (que ce soit en Belgique - 2 à Liège et 1 à Bruxelles - ou celui de nos vacances aux Seychelles), par la traditionnelle papardam, genre de galette chips, accompagnée de 3 chetney, l'un à base de yaourt à la menthe, l'autre sucré (style confiture) et le dernier (très) piquant.

Pour suivre, nous avons tous les 4 choisis le Maharani Thali, une des spécialités du chef qu'il propose pour les personnes qui font une première approche de la cuisine indienne car il s'agit de plusieurs petites portions qui permettent une découverte des différentes senteurs de l'Inde.
Bien que nous connaissions déjà un peu la cuisine indienne, nous l'avons choisi car il permet donc de gouter plusieurs plats en même temps.

Article 85 - Maharani Thali

Servi sur un grand plateau, il était constitué de 5 préparations: de l'agneau, du poulet et des scampis en sauce, des morceaux de choux-fleur et enfin d'une sorte de soupe aux lentilles, le tout accompagné de riz Basmati parfumé à la façon du Maharaja Palace. 

Enfin, en dessert, alors que les dames prenaient un thé, mon beau-père prenait celui que j'avais choisi lors de ma première visite, à savoir, un morceau de gateau aux noix chaud, le tout recouvert de glace tandis que je découvrais cette fois l'excellent Kulfi "spécialité maison", de la crème glacée à base de lait frais, concentré, safrané et agrémenté de noix de cajou, d'amandes et de pistaches même si, de ce côté, petite déception puisque j'attendais des morceaux de noix alors qu'il s'agissait d'un peu de poudre de ces fruits secs.

En conclusion, restaurant à recommander pour son cadre original et surtout sa cuisine.
cadre et ambiance: 9/10 (déco bling-bling dans le style Bollywood. lol, j'aime bien cette description)
Service: 7/10 (parce que je suis rancunier et que je n'ai pas apprécié l'histoire du verre et le peu d'excuse)
Qualité: 9/10
Rapport qualité prix: 8/10 (de l'ordre de 35 euros/personne avec un apéritif, un plat, un dessert et une bouteille de vin... à 15 euros).

22/01/2009

Week-end à Liège et choix d'un restaurant pour l'occasion

A l'occasion de l'anniversaire de Maud, ma femme, nous allons passer ce week-end dans sa famille à Grivegnée, entité de Liège.

Au programme, souper en tête à tête ce vendredi soir au restaurant l'Orchidée Blanche à Ougrée (Sart Tilman), ballade en centre ville le lendemain après-midi et, le soir, souper d'anniversaire en famille chez son papy avec sa maman et son beau-père. Enfin, dimanche matin, ballade sur la Batte.

Pour ceux qui ne connaissent pas, la Batte est l'un des plus grands marchés de Wallonie qui s'étend le long de la Meuse sur 2 ou 3 kilomètres sur le quai du même nom.

Mon idée première était d'aller au restaurant en famille le jour exact de son anniversaire soit le samedi 24 janvier. Mais vu que son papy est assez âgé (bientôt 89 ans), qu'il n'aurait probablement pas voulu venir et qu'autant ma belle-mère que moi-même tenons à ce qu'il soit présent, ce qui doit aussi être le cas de Maud, nous avons donc décidé de fêter l'anniversaire de ma femme en famille le samedi soir chez son papy.

J'ai malgré tout décidé de maintenir la sortie au restaurant mais de la déplacer à la veille, rien que pour Maud et moi.

Pour le choix du restaurant, je tenais à en trouver un qu'elle ne connaissait pas ou, tout au moins, qu'elle n'avait pas encore fréquenté. Sachant qu'elle a vécu près de 30 ans à Liège et qu'elle allait régulièrement au restaurant en centre ville, j'ai eu l'idée d'en chercher un en périphérie liégeoise. Et comme je ne suis pas du coin, que je ne connais que quelques restaurants en centre ville, ceux ou elle m'a emmené et ceux dont elle m'a parlé, et que je n'ai aucun écho, que ce soit via des connaissances ou via la presse par exemple, des bonnes tables de la région, je me suis fort logiquement tourné vers internet pour effectuer mon choix.

Internet est devenu de nos jours un excellent média publicitaire ce que tous les restaurateurs n'ont pas compris.
Je me suis donc connecté sur l'un des sites de référence concernant les restaurants, resto.be. Pour ceux qui ne connaissent pas, ce site recense un grand nombre de restaurants que l'on peut rechercher selon différents critères (nom, lieux, type de cuisine). Pour les restaurants qui en possèdent un, il renseigne également leur site web.
Et c'est la que certains restaurateurs font fausses routes en ne le mettant pas à jour. Je suis ainsi tombé sur un restaurant qui proposait le détail de son menu d'été (alors que nous sommes en hiver) ou plus fort un autre qui mettait en exergue un menu de 2005 ! D'autres encore ne mettent pas leur carte, ou les prix demandés sur le site.
Sachant que j'aime bien avoir une idée de ce que je peux trouver dans mon assiette, et à quel prix, ces restaurants ont automatiquement été éliminés de mon choix.

Après une première sélection, j'ai finalement choisi l'Orchidée blanche qui m'a séduit avec son menu "Hommes d'affaires". En effet, à côté de son menu Prestige 7 services à 52 euros (65 euros vins compris), ce restaurant reconnu (depuis lors je me suis renseigné auprès de ma belle-mère) propose en semaine (du lundi midi au vendredi soir) ce menu 5 services au prix démocratique de 32 euros tout compris.
Par ces temps de crise, l'occasion de s'offrir un restaurant de qualité à petit prix.

Lorsqu'on sait que pour ce prix, il propose l'apéritif (et ses mises en bouche), un verre de vin blanc avec l'entrée (à choisir parmi 4 propositions et une variante), un verre de vin rouge avec le plat (à choisir parmi 3 propositions), un dessert (au choix parmi 3 également) et le café (et ses garnitures), cela représente le meilleur rapport qualité-prix parmi les nombreuses cartes et menus que j'ai consulté.
Et même l'un des meilleurs d'un point de vue prix tout court: 32 euros pour un menu 5 services, boisson comprise, dans un restaurant de ce niveau, difficile de faire mieux.

J'espère avoir fait le bon choix.
Réponse pour moi demain soir et pour vous, lecteurs, début de la semaine prochaine, le temps que je rentre de Liège, que je rédige et que je poste mon article sur la soirée.

 

Vous trouverez ci-dessous les 2 menus évoqués dans mon article tel qu'ils se présentent aujourd'hui, jeudi 22 janvier 2009.
Si vous désirez connaitre le menu actuel, reportez-vous sur le site du restaurant ou pour un accès direct, choisissez le menu Hommes d'Affaires ou le menu Prestige.

Article 67 - Menu Hommes d'Affaires

 

Article 67 - Menu Prestige