16/08/2013

L'île Maurice - Nivelles

Ce mercredi 31 juillet, nous sommes allés manger à l'île Maurice. Hélas pas le pays - quoique nous ne sommes pas à plaindre puisque nous partons très bientôt en vacances à Bodrum en Turquie - mais dans le restaurant situé à Nivelles.

Cette sortie entrait dans le cadre de la troisième édition de "notre repas de l'été en tête à tête" (lol). En effet, depuis maintenant 3 ans, notre fille passe seule - avant ma femme, qui était sans emploi, l'accompagnait - une semaine à Liège chez sa grand-mère maternelle durant les grandes vacances alors que nous sommes au travail. Nous en profitons depuis pour découvrir chaque année une nouvelle table de la région en amoureux. Après la Planche à Houdeng et l'Atelier du Ry Ternel à Ittre, c'est le restaurant l'île Maurice à Nivelles que nous avons choisi de découvrir. Un restaurant que j'avais repéré depuis déjà pas mal de temps pour son type de cuisine - mauricienne - que je ne connaissais pas.

Arrivés peu après 19h, nous avons pu nous installer sur la terrasse extérieure (de mai à septembre, la rue ou se situe le restaurant est piétonne) vu le beau temps qui régnait.

restaurant,nivelles,Île maurice,la planche,l'atelier du ry ternel,camaron

Après l'apéritif maison (rhum, sirop de canne, mangue, goyave, lait de coco et ananas) accompagné de 2 mises en bouche, j'ai bien évidemment commandé l'assiette de dégustation de l'île Maurice pour avoir un éventail de quelques plats. En l'occurence, un camaron (crevette géante d'eau douce en créole réunionnais et mauricien) à la créole, un samoussa, une préparation dont j'ai oublié le nom, du poulet au curry rouge, un acra de poisson et un gratin de crabe. Forrest Maud a évidemment commandé le cocktail de scampi et camarons à l’ananas. Mais cette fois parce qu'elle pensait à sa ligne et non parce qu'elle avait peu d'appétit.

restaurant,nivelles,Île maurice,la planche,l'atelier du ry ternel,camaron

Comme plat, Maud a choisi l'émincé d'agneau à la rougaille. D'une part parce que c'est une viande qu'elle adore et qu'elle n'a pas l'occasion de manger souvent à la maison vu que je n'aime pas et ensuite parce qu'elle voulait découvrir la rougaille, sauce typique de la cuisine créole à base de tomate, oignons, ail, gingembre, persil et coriandre. Moi, toujours dans mon envie de découverte, j'ai choisi un plat incontournable à Maurice (dixit la carte), le riz frit spécial sauté avec des gambas, scampi, poulet, bœuf et légumes servi acompagné de la même préparation dont j'ai oublié le nom. Et alors que je l'avais appréciée sans plus à l'entrée, j'ai trouvé que mélangée au riz, elle apportait une saveur particulière.

restaurant,nivelles,Île maurice,la planche,l'atelier du ry ternel,camaron

Enfin, pour le dessert, en grand gourmand que je suis, j'ai choisi l'assiette de desserts pour gouter à tout. Une crème brulée aux épices, une mousse à la noix de coco, des croustillons, un carpaccio d’ananas caramélisé et flambé et une boule de sorbet à la mangue. Maud s'est elle tournée vers l'un de ses desserts préférés, la crème brulée.

Enfin, le patron, comme pour toutes les tables, nous a offert le pousse-café en nous proposant un rhum sec (plutôt fort et masculin) ou un rhum sucré (arrangé au fruits de la passion, plutôt doux et donc plus féminin). C'est donc en toute logique que Maud a choisi ... le premier et moi le second.

Nous avons passé une soirée absolument délicieuse, nous amusant comme si nous étions un jeune couple sans nous rendre compte que le service n'avait pas été particulièrement rapide (normal, le restaurant était complet alors qu'il n'y avait que le patron "en salle" et son cuistot qui l'aidait parfois) et que nous avions passé près de 3 heures dans ce restaurant.

09/10/2012

Rétro 10-2011 - La Planche - Houdeng-Aimeries (2)

restaurant,La Planche

Ce vendredi, nous étions de sortie avec mes collègues, actuels et anciens. Et nous sommes allés à La Planche ou Maud et moi avions bien mangé quelques mois plus tôt.

Hélas, cette fois, nous avons été confrontés à 2 petites déceptions.
La première dès l'arrivée de la carte qui ne correspondait pas avec celle vue sur internet. Dommage car nos premiers choix en entrée n'y étaient plus (en particulier la brochette de Saint-Jacques au lard fumé, le duo de croquettes aux crevettes et aux Saint-Jacques sur bisque d'écrevisse et surtout la caille rossini).
Maud n'a heureusement pas perdu au change avec son aumônière de saumon aux crevettes en entrée tandis que je choisissais les croquettes aux écrevisses.

Pour suivre, la seconde petite déception. Alors que Maud avait choisi l'excellent saumon cuit caramélisé, j'ai repris filet mignon, le plat que j'avais déjà choisi lors de notre première visite, cette fois avec des frites (excellentes, "comme à la baraque") et une sauce piquante. La petite déception résidait dans le fait que si la viande était toujours aussi bonne de gout, elle n'était plus aussi tendre que lors de notre première visite.

Enfin, étant donné que c'était toujours aussi copieux que la première fois, Maud n'a pas pris de dessert tandis qu'après quelques hésitations, je me décidais finalement pour une excellente dame blanche.
A noter que le service était particulièrement lent cette fois. J'ai d'abord mis cela sur le fait que nous étions un vendredi soir et que nous étions 15 à table. Mais le patron nous a finalement expliqué, en guise d'excuse, que dans la salle principale (nous étions à l'étage) et dans les cuisines, Antenne Centre, la télé locale, tournait un clip promotionnel.

Qu'importe, l'ambiance était excellente entre nous et nous nous sommes bien amusés tout en ayant l'occasion de revoir d'anciens collègues plus vus depuis longtemps.

22:00 Écrit par slumle dans Vie perso - Resto | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : restaurant, la planche |  Facebook |

01/08/2012

Rétro 08-2011 - La Planche - Houdeng-Aimeries

C'est donc devenu une tradition pour ma femme et moi de profiter de l'absence de notre fille pour nous offrir un restaurant en amoureux. Et lors de cette première, c'est au restaurant La Planche que nous ne connaissions que de nom, que nous avons choisi d'aller.

En consultant sa carte sur internet, chose qu'il n'est apparamment plus possible de faire maintenant, le site ne divulguant plus que quelques suggestions, je l'avais trouvée un peu chère, ce que confirment d'ailleurs une partie des commentaires postés sur resto.be (voir ici) avec par exemple un filet pur aux poivres concassés, flambé au cognac sur un lit de champignons à la pointe d'ail à 28 euros. Mais j'avais également constaté qu'il y avait quelques plats proposés à un tarif plus abordable.

la planche,coucou de malines

Une fois n'est pas coutume, nous n'avons pas sacrifié à l'habitude de prendre chacun des plats différents pour pouvoir multiplier les découvertes. C'est ainsi qu'en entrée nous avons tous les 2 choisi la salade folle "La Planche" composée de foie gras, saumon fumé et pignons de pin assaisonnée d'une vinaigrette à la ciboulette.

la planche,coucou de malines

Pour suivre, nous avons pris la pièce de boeuf proposée avec son accompagnement (frites maison, pommes de terre au four, croquettes, gratin dauphinois ou pommes vapeur au choix, comme pour toutes les grillades) au prix de 16 euros. Un montant raisonnable donc. D'autant que la viande était d'une belle tendreté et qu'avec le gratin dauphinois, accompagnement que nous avions choisi, ce plat était particulièrement copieux au point que je n'ai pas pu terminer mon assiette, alors que je n'aime pas gaspiller lorsque je suis au restaurant. Il faut dire, pour être complet, que la pièce de viande faisait 300 grammes et qu'en sus j'avais commandé un plat de gratin de légumes car cela me tentait beaucoup.

Et comme pour laisser le moins possible de gratin dauphinois et de légumes - j'avais évidemment terminé ma viande tellement elle était bonne - je me suis mis en mode gourmandise, une fois le dessert venu, je n'avais plus la moindre place à lui consacrer, fait exceptionnel pour moi lorsque je suis au restaurant.

A noter qu'à côté des commentaires critiquant les prix un peu trop élevés proposés par cet établissement, j'en ai également lu d'autres qui critiquaient sévèrement le service. Nous n'avons personnellement pas eu à nous en plaindre, que ce soit du personnel ou d'une quelconque lenteur. Et ce, même si je dois signaler que nous étions un mardi soir en période de vacances et qu'il n'y avait donc pas énormément de clients.

Le cadre très agréable, le personnel sympathique et la qualité/quantité des plats servis font de ce restaurant un endroit à retenir. Endroit que j'ai d'ailleurs fait découvrir à mes collègues un peu plus de 2 mois plus tard et qui fera l'objet d'un article rétro concernant le mois d'octobre 2011.

Pour terminer, une petit anecdote sur l'un des serveurs qui en nous proposant les suggestions du moment nous à parlé d'une terrine de coucou. Alors que je lui demandais s'il s'agissait d'une terrine de volaille, il m'a répondu que non, qu'il s'agissait d'une terrine de lapin. Je lui demandais alors s'il s'agissait bien du coucou de Malines ce qu'il m'a confirmé ... en insistant sur le fait qu'il s'agissait donc bien d'une terrine de lapin ! Sur de mon coup, je n'ai pas insisté mais avec ma femme, cela nous a beaucoup amusé de sa lacune. Mais comme je l'ai dit, il était charmant et attentionné et son erreur, même si pas normale d'un point de vue professionnel, ne portait pas à conséquence.

30/07/2012

L'atelier du Ry Ternel - Ittre

Comme l'an passé, notre fille est partie passer une semaine de vacances à Liège chez sa grand-mère maternelle du fait que ma maman, qui la garde habituellement lorsque nous travaillons, était elle même partie en vacances. Et comme l'an passé, nous avons saisi l'occasion pour nous offrir un petit resto sympa en amoureux.

Il y a 12 mois, il s'agissait du restaurant La Planche à Houdeng-Aimeries. Cette fois, nous avions initialement choisi d'aller manger cette assiette en bois qui nous fait envie depuis des mois et que propose le restaurant Deliceum à Haine-Saint-Paul. Mais, période de vacances oblige, je m'étais mis à la recherche d'un plan B au cas ou il serait fermé. Je me suis ainsi souvenu d'un restaurant de Nivelles dont ma soeur m'avait parlé, La cave à Jules, qui propose un menu à choix multiple pour 32 euros par personne. Avec une formule intéressante le mardi soir puisque les messieurs ne paient que 30 euros tandis qu'il coute seulement 19 euros aux dames.

Or c'est justement un mardi soir que nous voulions passer cette soirée au restaurant. Et comme les suggestions du moment nous faisaient vraiment envie, le plan B est vite devenu le plan A. Hélas, nous n'étions pas les seuls à avoir cette idée puisqu'au moment de réserver une table, il me fut répondu que le restaurant était malheureusement complet.

Il nous fallait de nouveau trouver un plan B. Ou plutôt un plan A car vu la chaleur - il faisait près de 30° ce soir la - et le fait qu'il s'agissait d'une soirée en amoureux, je ne trouvais plus l'assiette en bois très indiquée. Je me suis alors souvenu d'un restaurant qui avait attiré mon attention sur internet devant lequel nous étions passés quelques jours plus tôt. Je ne me rappelais plus son nom mais bien sa situation, à Ittre. Un petit tour sur resto.be me permettait de le retrouver, il s'agissait du Saint-Malo, mais également d'en voir un autre, l'Atelier du Ry Ternel dont j'avais justement lu une critique positive sur le blog d'une connaissance qui m'a inspiré le mien. Sachant qu'il a l'habitude de fréquenter des restaurants de renom, sa critique était donc un gage de qualité. Ce que confirmait d'ailleurs les commentaires présents sur le site resto.be.

Ma femme étant plus attirée par ce dernier que par le Saint-Malo, c'est donc l'Atelier du Ry Ternel que nous avons choisis de découvrir ce mardi 24 juillet.

A côté d'une carte présentant des plats de facture plus classique comme le fondu au parmesan, l'américain frites, la brochette de boeuf, différentes préparations de moules ou encore des pizzas, ils proposent des plats plus originaux comme le tandoori de scampi et saint-Jacques, la brochette de saumon, St Jacques et scampi et surtout le boeuf Wagyu, une variété du fameux boeuf de Kobé dont le persillé (graisse intramusculaire c'est-à-dire à l'intérieur plutôt qu'autour des muscles) est une des causes principales de sa saveur de beurre sans égal, de sa tendreté et de son goût délicieux. Tout cela avec également un menu à choix multiple - 4 entrées, 4 plats et 3 desserts - de facture gastronomique, apparemment changé toutes les 6 semaines et proposé pour la somme tout à fait raisonnable de 30 euros.
Lors de notre visite, il était composé des propositions suivantes.
Entrées:
- Méli mélo de melon, cavaillon et pastèque, jambon San Danièle, gressins maison
- Cocktail de crevettes grises à la pêche, lardés de scampi grillé mayonnaise au Wasabi
- Gratin de moules décortiquées au roquefort et tomates séchées
- Waterzooi d’escargots aux asperges, beurre blanc à l’estragon
Plats:
- Filet de kangourou grillé façon usa, oignons rôti, pommes frites et salade mixte
- Filet de rouget rôti et son beurre blanc, fagot de pointes vertes et pomme purée
- Sandwich de volaille aux légumes confits, sauce atelier, linguine au basilic
- Casserole de moules de cordes (préparation au choix)
Desserts:
- Fraises au basilic et poivre maniguette, glace au lait d’amandes
- Moelleux au chocolat et sa boule vanille
- Assiette de fromages

Nous avons pourtant choisi de manger à la carte car aucune des entrées ne me tentait vraiment tandis que ma femme, en grande amatrice de viande qu'elle est, avait choisi ce restaurant pour enfin gouté au fameux boeuf de Kobé.

La Planche,assiette en bois,Deliceum,La Cave à Jules,Le Saint-Malo,L'Atelier du Ry Ternel,boeuf,Wagyu,Kobé,assiette de fromage

Après l'apéritif, le maison pour moi, un picon vin blanc pour Maud, accompagné d'un mix de cacahuètes et d'olives noires, j'ai beaucoup apprécié le tandoori de scampi et Saint-Jacques tandis que ma femme se régalaitavec une poêlée de Saint-Jacques, un autre de ses péchés mignons.

La Planche,assiette en bois,Deliceum,La Cave à Jules,Le Saint-Malo,L'Atelier du Ry Ternel,boeuf,Wagyu,Kobé,assiette de fromage

Pour suivre, j'ai longtemps hésité entre le kangourou et la volaille proposés dans le menu. Mais après mure réflexion, j'ai trouvé que ce dernier plat était beaucoup plus original, le premier n'étant pour l'essentiel, façon de parler, qu'un morceau de viande grillé accompagné de frites. J'ai pourtant eu un petit regret car si j'ai beaucoup apprécié ce plat, avec notamment la sauce Atelier et les légumes fondants, j'ai été légèrement déçu par la cuisson des pâtes qui était pourtant l'un des éléments m'ayant amené à faire ce choix. Surtout lorsque j'ai vu les magnifiques frites, bien dorées, à la cuisson apparamment parfaite servies aux autres tables. Maud, quant à elle, a évidemment choisi le boeuf Wagyu dont elle a découvert l'extraordinaire saveur.

La Planche,assiette en bois,Deliceum,La Cave à Jules,Le Saint-Malo,L'Atelier du Ry Ternel,boeuf,Wagyu,Kobé,assiette de fromage

En dessert, j'ai choisi la tarte aux pommes de l'atelier et j'ai ainsi découvert des pommes coupées en tranches posées sur un fin disque de pâte avec une boule de glace au spéculoos au milieu. Maud a évidemment choisi l'assiette de fromage et a été surprise par la variété proposée - pas moins de 6 sortes - en regard du prix demandé: seulement 6 euros la ou beaucoup de restaurants n'hésite pas à proposer une assiette nettement moins garnie pour 10, voire 12 euros. La surprise n'en était que meilleure.

Encore une fois, nous n'avons pas été déçu de notre découverte réalisée grace à internet si ce n'est vis à vis de la cuisson des pâtes, ce qui n'est pas bien grave. Encore une table à recommander donc qui s'ajoute à la longue liste des restaurants déjà visités ou nous pourrions retourner. Hélas entre ces derniers et les restaurants à découvrir, que ce soit ceux que j'ai déjà repéré et ceux que je découvrirais encore, il nous  faudrait y aller plusieurs fois par semaine pour profiter de tous, ce que notre budget et, accessoirement, notre ligne, ne nous permettent pas.