31/12/2012

Rétro 06-2011 - Océade et restaurant brésilien

Parmi tous les articles que je devais rattrapper pour l'année 2011, il y en a un qui m'a échappé du fait qu'aucune photo n'a été réalisée. Il s'agit des premières retrouvailles avec Gabriel, ami rencontré lors de nos vacances à Hurghada en novembre 2010. Depuis lors, nous avons eu l'occasion de nous retrouver plusieurs fois à Bruxelles, Mons et Namur.

Article 284 - Océade.jpg

Le programme initial prévoyait des retrouvailles le mardi 7 juin à Aqualibi suivies par un repas dans les environs. Gabriel avait proposé la Péniche, à Wavre également. Mais la veille au soir, en vérifiant les heures d'ouverture, nous nous sommes rendu compte que ce jour la était fermé à Aqualibi. Nous nous sommes donc rabattu sur L'Océade à Bruxelles sur le plateau du Heysel. Et comme il y a pas mal de restaurants la, c'est en sortant d'un agréable moment qui nous a rappelé, le temps d'un après-midi, les bons moments passés en Egypte à l'aquaparc de l'hôtel que nous nous sommes orientés, en amateurs de découvertes culinaires que nous étions tous, vers le Show Brasil, un restaurant brésilien.

Avec cet article, je suis désormais à jour. Enfin presque. Il me reste à écrire l'article sur nos dernières vacances à Santorin. Mais s'il n'est pas encore réalisé c'est parce que je ne suis pas encore venu à bout des plus de 800 photos à trier. J'ai renoncé à le faire sur mon petit ordinateur 10 pouces. J'attend la bonne "occase", sans doute en janvier, pour me décider à acheter un nouvel ordinateur 15 pouces ce qui rendra la tâche plus facile.
En tout cas, ce blog va pouvoir revenir à ce qu'il était à l'origine: toujours avec des articles sur mon quotidien mais avec le retour des autres rubriques et peut-être la création d'une nouvelle.

06/10/2012

Rétro 10-2011 - Retrouvailles Hurghada

La soirée de vendredi au Kokob n'était pas une simple sortie au restaurant. C'était aussi l'occasion de revoir des amis rencontrés lors de nos vacances en Egypte de novembre 2010.

Hurghada,Manneken Pis,Jeanneke Pis

Nous nous sommes donc retrouvé sur la Grand Place et avons pris une bonne bière dans un café non loin de la qui proposait un choix incroyable de bières(malheureusement, j'ai vu trop tard qu'il y avait une nouveauté: une blanche à la fraise). Pour suivre, nous sommes allé montrer à Kristen le Manneken Pis, situé tout près du Kokob. Et après le repas, nous avons été prendre le pousse café dans un pub irlandais sis non loin de la rue des bouchers ou nous avons découvert (je ne connaissais pas), le pendant féminin du Manneken Pis: Jeanneke Pis.
Une soirée plus qu'agréable en somme.

29/09/2012

Journée détente à Tournai, Roubaix et Estaimpuis

Pour terminer nos 2 semaines de congés payés (dont la première, passée, comme déjà signalé, à Santorin - compte-rendu à suivre plus tard -), nous nous sommes offert une petite journée d'excursion comme nous les aimons, c'est-à-dire dédiée en partie aux produits de bouche.

Déjà, la veille après-midi, nous avions fait une première incursion en France pour rejoindre le supermarché E. Leclerc de Ballaing, près de Valenciennes. Enfin, quand j'écris que nous avons fait une incursion, ce n'est pas tout à fait exact car en réalité, nous en avons fait 2. En effet, juste avant de passer la frontière, ma femme s'est soudainement souvenue qu'elle avait laissé sa sauce à spaghetti mijoter sur le feu ! Nous avons donc été bons pour un aller-retour à la maison. Dont coût, 100km et une heure de perdue.

E. Leclerc, Ballaing, Valenciennes,marché,Tournai,Roubaix,KFC,Hurghada,Egypte,Mac Arthur Glen,Sergent Major,Mexx,Estaimpuis,Poisson d'or

Ce samedi 1er septembre, nous sommes parti dès le matin pour tout d'abord découvrir le marché de Tournai dans sa version normale (nous y étions déjà allé une fois le 5 mars 2012 (voir ici) mais c'était le week-end du cirque et le marché était délocalisé). De plus il y avait cette fois plusieurs vendeurs d'animaux vivants, ce qui a bien évidemment ravi notre fille. D'autant qu'il y avait beaucoup plus d'espèces représentées par rapport aux marchés de Binche ou de Nivelles que nous avons l'habitude de fréquenter. Ainsi, à côté des classiques poules, dindons, canards et autres pigeons, nous avons également vu plusieurs chèvres et des oiseaux plus exotiques comme un paon et un autre oiseau très coloré.

E. Leclerc, Ballaing, Valenciennes,marché,Tournai,Roubaix,KFC,Hurghada,Egypte,Mac Arthur Glen,Sergent Major,Mexx,Estaimpuis,Poisson d'orVers midi, nous avons pris la direction de Roubaix, en France, pour aller manger au KFC, une enseigne que nous adorons mais ou nous n'étions plus allé depuis plusieurs années si on excepte un petit sandwich mangé comme encas lors de nos vacances de novembre 2010 à Hurghada, en Egypte.

 

E. Leclerc, Ballaing, Valenciennes,marché,Tournai,Roubaix,KFC,Hurghada,Egypte,Mac Arthur Glen,Sergent Major,Mexx,Estaimpuis,Poisson d'orEnsuite, nous sommes allé jeter un oeil aux magasins d'usine Mac Arthur Glenn situés à 2 pas du KFC. Ce n'était pas prévu à notre programme tout simplement parce que nous n'y avions pas songé car cela aurait été bête de ne pas nous y arrêter. D'autant que cela nous a permis de trouver à bon prix un manteau d'hiver pour notre fille dans la boutique Sergent Major tandis que je me suis moi même offert une chemise Mexx à 30% de sa valeur seulement.

E. Leclerc, Ballaing, Valenciennes,marché,Tournai,Roubaix,KFC,Hurghada,Egypte,Mac Arthur Glen,Sergent Major,Mexx,Estaimpuis,Poisson d'orEnfin, comme nous envisageons de donner un espace de vie plus grand et plus agréable à Dorie, notre poisson rouge gagné à la pêche au canard il y a 2 an (il vit actuellement dans un petit bac qui fait royalement 1,5 l) et que nous aimerions lui donner des petits camarades de jeu car cela fait des années que j'ai envie d'acquérir un aquarium, l'entretien et le bruit de fond que fait la pompe étant les 2 raisons m'ayant empêcher de franchir le pas jusqu'ici, nous nous sommes rendu à Estaimpuis, juste de l'autre côte de la frontière pour découvrir le Poisson d'or, un magasin, je dirais plutot un supermarché vu la grandeur des lieux, dédié à l'aquariophilie dont j'avais entendu parler via un article dans le journal. Et nous n'avons pas été déçu, le commerce proposant un grand choix d'aquarium de tous types ainsi qu'un nombre impressionnant de poissons dont des spécimens magnifiques.

28/09/2011

Nos vacances en Egypte

Comme je l'ai déjà signalé, nous sommes partis en Egypte, à Hurghada, du 12 au 22 novembre 2010. Autant dire que nous avons eu beaucoup de chance pour bien profiter de notre séjour car au vu des évènements qui ont suivis, attaque de requins, inondations et, mais la, je ne suis plus vraiment sur, attentat ou grève, pas sur que nous aurions réservé nos vacances la-bas si cela s'était passé seulement quelques semaines plus tôt.
Et maintenant, avec la révolution, je constate, avec le recul, que nous avons choisi le bon moment pour y aller et qu'à quelques semaines près, nous n'y serions peut être pas partis avant longtemps.

Egypte,Hurghada,Sindbad,mer,quad,pyramide

Nous avons donc passé des vacances idylliques sans une goutte de pluie dans un complexe constitué de 3 hotels, à l'ambiance différente, auxquels nous avions accès aux différentes facilités. Nous avons eu la chance de choisir le meilleur en fonction de nos critères puisque le Sindbad Beach resort, relativement calme malgré la présence d'une discothèque, proposait une plage privée de 300 mètres, une piscine au bord de laquelle était diffusée, durant la première partie de notre séjour, de la musique lounge super relaxante, et 4 restaurants (2 en formule buffet avec des plats simples mais variés et 2 à la carte, un italien et un libanais). Nous avions également accès au Sindbad Aqua Hotel, le plus grand, qui lui, était beaucoup plus calme et familial avec une piscine qui proposait de la musique classique et 4 restaurants (2 buffets et 2 à la carte, un grec, et un italien) et enfin le Sindbad Aqua Resort, le plus petit, qui proposait un parc aquatique avec moult toboggans, et 2 restaurants buffet, proche du snack. Au total 8 restaurants à disposition. De quoi varier la nourriture que ce soit au niveau du gout (du local, du grec, de l'italien, ...) et au niveau des quantités (en alternant les formules buffet ou on ne peut s'empêcher de gouter à tout et de reprendre plus que nécessaire et les restaurants à la carte ou l'on mangeait plus léger même si cela restait relativement copieux).

La plupart du temps, ce sont toujours nos dernières vacances qui nous semblent être les meilleures que l'on aie passées. Mais ici, c'est vraiment le cas pour mes troisièmes vacances hors Europe (Maud ayant déjà eu l'occasion de découvrir les Etats-Unis et la Russie). Aruba était magnifique avec son cadre et ses activités de loisir, d'autant qu'il s'agissait de nos premières vacances lointaines tandis que les Seychelles aurait probablement obtenu le titre de meilleure destination de vacances s'il n'avait plu la moitié du temps (alors que nous y sommes allé en dehors de la saison des pluies).

Mais ce qui a surtout fait la différence, c'est que contrairement aux 2 précédants voyage lointains ou nous étions les seuls francophones (à Aruba, plus de 95% de la clientèle était américaine tandis qu'aux Seychelles nous avions choisi un petit hôtel d'une vingtaine de chambres), ici nous étions en formule club (une première pour moi) dans un hôtel ou il y avait pas mal de belges (2 à 3 vols charters affrétés par Thomas Cook arrivent chaque jour à Hurghada). Thomas Cook, en association avec Neckermann, y avait donc un bureau sur place qui organisait, entre autre, des réunions d'information pour les nouveaux arrivants. C'est ainsi que nous nous sommes retrouvés avec 2 jeunes couples, l'un de Mons, l'autre de Bruxelles, un duo d'amis namurois, un bruxellois d'une cinquantaine d'années et une dame ayant plus ou moins le même âge.

L'hôtesse nous y a présenté, entre autre, les excursions qu'il nous était possible de faire avant de nous proposer une visite guidée des 3 hôtels. Durant cette petite ballade, j'ai eu l'occasion de discuter une première fois avec Gabriel, l'un des 2 namurois, qui était déjà venu en Egypte quelques années plus tôt, et avec Christophe, son copain, qui m'ont indiqué qu'en choisissant d'acheter les excursions dans les agences locales, cela reviendrait bien moins cher.
A l'issue de cette présentation, à l'exception de la dame d'une cinquantaine d'années, nous sommes tous allé prendre un verre au bar de notre hôtel ou Maud et moi avons plus particulièrement discuté avec le couple de montois qui n'était la que pour 5 jours et que nous ne croiserons plus qu'une ou deux fois, de manière fortuite.

Plus tard, ce premier jour, nous avons à nouveau croisé Gabriel et Christophe qui étaient accompagnés de Carlos, le monsieur d'une cinquantaine d'année. Ils nous cherchaient car ils avaient déjà négocié pour le lendemain une excursion similaire à l'une proposée par Thomas Cook et qui était parmi celles qui avait intéressé tout le monde lors de la réunion de présentation. Il s'agissait d'une excursion en bateau pour la journée avec 2 ou 3 arrêts sur des sites de plongée pour pratiquer le snorkeling, un repas et un accès sur une île théoriquement paradisiaque. Le tout pour 20 euros par personne au lieu de plus de 60, à condition d'être au moins 6. Ils avaient déjà obtenu l'accord d'Olivier et Stéphanie, les jeunes bruxellois et n'attendaient plus que le nôtre.

Egypte,Hurghada,Sindbad,mer,quad,pyramide

C'est ainsi que s'est constitué le petit groupe qui ne se quittera que fort peu durant la durée du séjour. Même si Carlos, fan de kite surf, qui était revenu la pour pratiquer son sport (il était déjà venu en famille 2 mois plus tôt) ne participera finalement qu'à cette première activité avec nous parce qu'il n'y avait pas assez de vent ce jour la. La semaine suivante, nous ne le verrons plus que le soir, au moment de passer à table. 

Outre cette première journée d'excursion en mer, nous en avons fait d'autres ensemble comme la visite des soukhs d'Hurghada en soirée (ah la négociation du prix et le trajet folklorique en taxi, déjà un aperçu de la folie des conducteurs égyptiens) et, ce qui restera pour moi l'un des meilleurs moments de ces vacances, l'après-midi en quad dans le désert à l'issue duquel nous avons eu droit à un repas, simple mais bon, et un petit spectacle avec un derviche tourneur et un fakir. Nous avons également eu l'occasion de nous payer de franches parties de rigolade dans les toboggans du parc aquatique, qui ne m'attiraient pourtant pas au départ, et nous avons également eu droit à notre partie quotidienne de volley (les belges contre le reste du monde, désolé mais nous avons été à chaque fois battus à plate couture, manque d'entraînement et surtout de cohésion entre nous, lol).

Egypte,Hurghada,Sindbad,mer,quad,pyramide

Nous avons donc passé des vacances idylliques, alors que la Belgique était victime de graves inondations, croisant et recroisant nos amis belges avec une seule journée passée du matin au soir de notre côté, lorsque nous somme partis visiter Le Caire et ses pyramides, à 400 km de la.
Un voyage épique qui mériterait un article à lui seul.
Pour faire court, je signalerais que nous avons choisi de faire le voyage en véhicule privé avec guide sur place parlant le français plutôt qu'en car. C'était certe un peu plus cher mais cela nous permettait de n'avoir que 5 heures de route au lieu de 7, de pouvoir adapter le programme à notre guise et de ne pas devoir attendre les habituels retardataires irrespectueux des horaires et ,par corollaire, des autres.
Epique parce que les conducteurs égyptiens conduisent comme des fous. Notre conducteur ne dérogeant pas à la règle en multipliant les dépassements certes contrôlés mais dangereux quand même, le tout, le plus souvent à 160 km/h. Ce qui explique que, pendant que Maud et Kristen dormait durant le trajet aller (nous étions partis à 3h du matin), moi, malgré la fatigue, je n'arrivais pas à fermer l'oeil vu le danger. Et le retour fut pire car après avoir multiplié les dépassements sans visibilité dans les virages durant la première partie du trajet, notre conducteur, qui était levé depuis 2h du matin et qui nous avait véhiculé toute la journée, finissait par s'endormir, certains coups de volant ne laissant aucun doute. Heureusement, il en était conscient et réduisait sa vitesse à 90 km/h tandis que je demandais à Maud de lui faire la conversation, histoire de le tenir éveillé.  Epique enfin car le site des pyramides était noir de monde. Notre guide nous a expliqué qu'il n'avait jamais vu cela et qu'habituellement l'endroit n'est peuplé que de quelques touristes seulement.Mais les égyptiens étaient en congé ce jour la car il s'agissait de la fête du mouton (tiens cela me fait penser à celui vu attacher 2 jours plus tôt dans une ruelle des soukhs d'Hurghada qui ne devait déjà plus être en vie à ce moment la) et, apparamment, c'est la tradition pour eux d'y aller se ballader (se montrer ?) ce jour la.

En fait ce n'est pas simplement la journée au Caire mais chaque journée passée la-bas qui mériterait la rédaction d'au moins un article, tellement, comme je l'ai dit, ces vacances furent bien remplies. Vu mon retard sur ce blog, je me contenterais de celui-ci et qui sait, d'ici une paire de décades, lorsque pré-pensionné, j'aurais plus de temps libre, j'utiliserais les notes que j'ai prises pour développer le sujet et me rappeler ces vacances idylliques.

21:18 Écrit par slumle | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : egypte, hurghada, sindbad, mer, quad, pyramide |  Facebook |

11/11/2010

Comment je vais me retrouver en Egypte plutot qu'à Biarritz

Cela fait 2 ans que ma femme et moi envisageons de découvrir Biarritz et d'une manière plus générale le Sud-Ouest ou nous ne sommes jamais allé.

Nous avons l'habitude de partir en vacances 2x par an et déjà, l'an passé, nous envisagions de découvrir le pays basque fin septembre, début octobre. A l'approche de cette période, ma femme, qui est à la recherche d'un emploi depuis maintenant un an et demi, a finalement préféré renoncer à ce projet car elle savait que c'est plus ou moins à cette période qu'elle devait être appelée par l'Onem pour un contrôle. Ne voulant pas prendre le risque d'être mal vue (genre, veuillez reporter mon contrôle car je pars en vacances à l'étranger), elle m'avait demandé de retarder ce projet de vacances qui était finalement tombé à l'eau car même si nous sommes déjà parti en novembre/décembre en vacance (quelques jours au Futuroscope et sur l'île de Ré et une autre fois en Alsace pour visiter les marchés de Noel), je n'avais pas envie de découvrir le Sud-Ouest totalement hors saison. En mai ou en septembre, alors qu'il fait encore beau oui, en novembre ou en décembre, non.

Ce printemps, une fois rentré de nos vacances AndEspave, c'est tout naturellement que nous avons choisi la région de Biarritz comme lieu de vacances d'automne. Le projet était bien avancé avec une semaine prévue sur la cote basque et un retour, au départ de quelques jours à l'hôtel en Normandie, autre région française que nous avons envie de découvrir, transformé bien vite en une semaine de location vu les prix intéressants à cette époque de l'année. Les 2 logements étaient d'ailleurs trouvés, l'un à Hendaye et l'autre dans une petite cité balnéaire proche de Deauville.

Mais c'était sans compter avec le Forem, qui a inscrit ma femme à un stage de recherche active d'emploi de début septembre à fin octobre.
Dans un premier temps, j'étais d'avis de reporter nos vacances pour partir aux environs de la Toussaint. Ma femme, elle, proposait plutôt de nous choisir un last minute pour une destination ensoleillée, à l'instar de ce qu'elle avait fait il y a 10 ans, lorsqu'elle était partie à Bodrum, en Turquie, à la fin septembre. Moi qui ne suit pas un grand fan de l'avion, j'avais d'abord refusé. Avant de me rallier à sa cause en pensant au fait que si le temps était contre nous, cela risquait de ne pas être folichon d'être sur la côte atlantique française sous la pluie et le vent. Particulièrement en Normandie.

Voila pourqoui nous nous sommes retrouvé, il y a quelques semaines, à fréquenter les agences de voyage et à plancher pour une destination de rêve.

Et c'est la que l'Egypte, qui n'était pas dans mes idées de voyage actuelles, ni même futures, s'est imposée. Je n'avais pas envie de vacances culturelles et encore moins pour découvrir une civilisation antique. Je n'étais donc pas plus attiré que cela par les pyramides ou la vallée des rois. Je ne voyais pas non plus l'intérêt d'aller dans ce pays pour des vacances balnéaires car pour moi l'Egypte est synonyme de pyramides. Pour moi, on ne va pas en Egypte sans voir les pyramides tout comme on ne va pas à Paris sans avoir vu la tour Eiffel ou au Kénya sans faire un safari.

J'étais plutôt partant pour une île de la Méditerranée (Malte, Chypre, la Crête) ou, en dernier ressort Bodrum dont ma femme m'a beaucoup parlé en bien.

Mais cette dernière destination a vite été rayée des choix possibles car les voyagistes ne la proposent pas en hiver car il y fait trop frais. Pareil pour les îles méditerranéennes que nous avions en vue car si la température pouvait y être raisonnable (18 à 20°), nous n'avions pas la garantie de beau temps. Et comme, ma femme recherchait une destination autrement plus chaude tout en étant pas trop lointaine (j'avais bien vu une super promo pour des vacances à Cancun au Mexique, 800 euros et des poussières au lieu de près de 1400, mais nous y avons vite renoncés en apprenant que la durée du vol vers Mexico, la capitale, avoisinait les dix heures auxquelles il fallait encore en ajouter 2 pour rallier Cancun), notre choix a dû se porter sur des destinations que nous n'avions pas envisagées.

Le Maroc et la Tunisie, ou la température risquait de se limiter à 20°, ont vite été écartés d'autant que ces destinations ne nous parlaient pas plus que cela.

Ne restait donc que 2 destinations suffisamment chaudes sans être trop éloignées. Les Canaries et l'Egypte. 

Pour des raisons différentes, Maud parce qu'elle n'en gardait pas un bon souvenir, moi, parce que c'est une destination trop "banale" à mes yeux, nous avons éliminés les Canaries ce qui fait qu'il ne restait plus qu'un choix possible, l'Egypte.

Au départ, je n'étais pas plus emballé que cela par cette destination parce que, comme je l'ai déjà dit, si on va en Egypte, c'est pour voir les pyramides (et éventuellement pour faire une croisière sur le Nil) alors que nous avions envie de vacances balnéaires, un peu comme celles d'il y a 6 ans à Aruba. Pour des vacances en bord de mer, je vois plutôt les Caraibes, les Seychelles, que nous avons aussi déjà faites, ou encore le Mexique déjà évoqué plus haut. Mais ces destinations sont trop éloignées alors que l'Egypte, avec ses 5 heures de vol, se situe à une distance raisonnable tout en profitant d'un décalage horaire pas pénalisant (1h en hiver).

Et finalement, en feuilletant les catalogues, en me documentant un peu et en y regardant de plus près, j'ai fini par me rendre compte que la mer Rouge devait valoir le coup d'oeil avec notamment, comme à Aruba, de magnifiques poissons à découvrir en s'éloignant légèrement de la plage avec juste un masque et un tuba.

C'est ainsi que c'est avec grand plaisir que nous allons passer une dizaine de jours à Hurghada en Egypte, des vacances au soleil en plein mois de novembre en lieu et place d'un dytique côte basque - côte normande qui est désormais programmé pour le printemps 2011 !

... à moins qu'un nouveau contre-temps ne l'empêche une nouvelle fois.