09/12/2009

Emslie (ou Elmslie ?)

Emslie, c'est l'opération du genou qu'à subie ma femme ce 16 novembre pour replacer au bon endroit sa rotule qui, de naissance, n'était pas dans le bon axe et n'avait pas la bonne forme ce qui lui causait, avec le temps, de plus en plus souvent des douleurs, parfois accompagnée de déboitement du genou.

Si ce nom n'est pas aussi poétique que le Pityriasis rosé de Gibert, une invasion cutanée, plus génante que dangereuse, de champignons qui apparaissent sur tout le corps et que ma femme avait contractée en août 2008, aux premières heures de mon blog (voir l'article sur le sujet), il n'en reste pas moins plutôt mignon.

Pourtant, derrière ce joli nom se cache une opération barbare qui consiste, en gros, à sectionner les tendons du muscle du tibia (celui présent devant le tibia, pas le mollet), à refaçonner la rotule (à l'aide d'un burin et d'un marteau), à replacer toutes les pièces du genou, dont la rotule donc, au bon endroit et à ensuite forer un trou (à l'aide d'une foreuse !, le chirugien apparaissant plus comme un ébéniste que comme un médecin) pour pouvoir y refixer les tendons du muscle à l'aide d'une longue vis.

A son réveil et malgré les anti-douleurs, les douleurs étaient atroces et selon elle les pires qu'elle aie jamais ressenties (pourtant entre sa fracture de la machoire, son anévrisme à une veine de la jambe gauche (au total, 6 opérations) ou encore son accouchement provoqué avec une nuit de travail et la péridurale uniquement sur la fin, elle en a déjà vu) au point de penser que si le chirurgien lui avait expliqué dans le détail le travail (il ne lui avait parlé que de la seule remise en place de la rotule, n'évoquant jamais le terme emslie (sans quoi, ma femme aurait été voir sur internet et aurait compris ce qui l'attendait) mais plutôt celui de transplantation rotulienne), jamais elle n'aurait accepté cette opération préférant continuer à avoir mal au genou.

Détail piquant, par peur de l'anesthésie totale (qu'elle a donc pourtant déjà subi plusieurs fois), elle avait demandé une anesthésie locale. Elle était donc consciente pour ressentir et entendre les perceuse, marteau et autre burin en action. De quoi donner froid dans le dos ce qui, heureusement, ne l'a pas génée.

Si vous voulez avoir plus d'information scientifique sur cette opération d'un autre siècle, n'hésitez pas à faire des recherches sur internet en sachant que j'ai trouvé 2 orthographes pour cette même pathologie: emslie et elmslie (avec un l supplémentaire en deuxième position).
Est-une erreur (internet n'est pas toujours fiable) ou cette opération s'écrit effectivement de 2 manières différentes ?
A moins que ce ne soit les termes français et anglais.

28/11/2009

Grippe, bronchite, emslie et sinusite

Comme vous avez pu le remarquer, je ne suis pas un exemple de ponctualité. Je met ainsi près d'une semaine à mettre en ligne les compte rendus de mes visites au restaurant ou de l'un ou l'autre évènement spécial.
La raison en étant que la rédaction de mes articles peut parfois me prendre beaucoup de temps et que je ne m'y met pas nécessairement tout de suite.

Ici, pourtant, je bat tous les records puisque je dois encore poster un article sur notre visite le mardi 10 novembre (nous sommes le 28) à l'Espièglerie, un restaurant gastronomique de Namur.

Mais j'ai de bonnes circonstances atténuantes comme vous allez le découvrir dans la suite de l'article.

Alors que je toussais depuis plusieurs semaines, j'ai passé la nuit du mercredi 11 novembre au jeudi 12 a grelotter, puis à suer, le tout avec une forte fièvre.
Mon médecin, appelé le lendemain, devait diagnostiquer un état grippal et une bronchite. Bilan une dizaine de jours d'arrêt de travail et un état qui ne permettait pas de faire autre chose que dormir et regarder un peu la télévision.

J'ai repris le travail ce lundi en toussant encore légèrement mais en me sentant bien. Pourtant jeudi, un léger mal de tête et une douleur partant de la narine droite et allant jusqu'à l'oeil m'amenait à reprendre des médicaments. Après la première que constituait pour moi la bronchite, voila que se pointerait également une autre première, une sinusite ?
De fait, hier, n'étant de nouveau pas très bien, je passais une partie de l'après-midi à dormir tandis que ce matin, je me réveillais avec un léger mal de tête et la tête encombrée qui m'amenait à reprendre à nouveau un médicament et à refaire une longue sieste ce qui ne me ressemble pas.

Si on y ajoute l'hospitalisation, programmée de longue date, de ma femme ce lundi 16 pour une opération lourde au genou (opération qui porte le doux nom de emslie, j'y reviendrais plus tard) qui a pour conséquence de lui immobiliser la jambe et donc de la priver de mouvements pour plusieurs semaines, m'amenant à devoir jouer le garde-malade pour elle, le baby-sitter pour ma fille et l'homme à tout faire pour gérer la maison, vous comprendrez que je ne peux actuellement consacrer beaucoup de temps à mon blog.

Je me dois, pour être honnête de dire que durant la semaine écoulée, pendant que j'étais au bureau, j'ai reçu l'aide de ma belle-mère, la mère de Maud donc, qui est venue passer 4 jours à la maison, ce qui m'a bien aidé tandis que les 2 sites de jeu, 1jour1pari dont j'ai déjà parlé il y a un peu plus d'un an pour y avoir gagné une psp et simfoot, un jeu de simulation de gestion d'une équipe de football que j'ai découvert il y a un peu plus de 3 mois, m'accapare aussi et me laisse moins de temps pour mon blog.

 

Edit - 05-12-2009.
J'ai continué à être malade le dernier week-end (tousser, me moucher, le tout avec des poussées de fièvre) ce qui m'a ramené chez le médecin lundi matin. Il a diagnostiqué un début de sinusite et un encombrement général des différents conduits de la tête (nez, gorge, sinus) et m'a prescrit des médicaments.
A partir de mardi, j'ai enfin pu me lever en me sentant bien mais le mal est revenu dans l'après-midi (froid, fièvre, état grippal) ainsi que tous les jours suivants avec la fièvre qui augmentait à chaque fois (37.5, 37.7 et 38.2 jeudi).
Apparamment, la sinusite cachait un autre mal que mon médecin n'a pas décelé.
Je suis donc retourné le voir hier soir en lui demandant de me faire une prise de sang pour déterminer ce qui m'affaiblit et me fatigue depuis toutes ces semaines.
Heureusement (ou malheureusement, c'est selon le point de vue), j'étais en congé toute la semaine. Malgré cela, mon état de fatigue chronique ne me permet pas de m'occuper de tout ce que je pourrais faire. Cela m'amène à faire des choix ce qui explique  pourquoi je n'ai pas encore repris la rédaction de mon blog.