14/08/2013

La Perle du Dragon - Haine-Saint-Paul

Deuxième restaurant chinois en peu de temps à l'initiative de mes soeurs qui voulaient nous faire découvrir celui situé à Haine-Saint-Paul (et non à Haine-Saint-Pierre comme référencé sur le net) non loin de chez ma mère. Mais avec néanmoins une petite différence dans le sens que Fu Yuan, le précédent, propose une cuisine uniquement chinoise alors que celui-ci propose une cuisine chinoise, thaïlandaise et vietnamienne. Et j'ajouterais aussi japonaise comme vous allez le voir plus loin même s'ils ne se décrivent pas comme tel.

Nous y sommes allés à 9 ce dimanche 7 juillet. La salle, très grande, est très acceuillante. Les tables ne sont pas les unes sur les autres, comme dans certains restaurants. Ca et le fait qu'il n'y avait que 3 ou 4 autres tables fait que nous y étions au calme.

Alors que ma mère, mes soeurs et mon beau-frère choisissait le menu à 19,50 euros proposant potage et entrée au choix, 4 plats principaux et un dessert, Maud et moi avons fait le choix du menu grillade, sous-titré japonais, à 24,50 euros composé d'une entrée à choisir parmi 2, d'une grillade de 5 viandes (poulet, boeuf, agneau, scampi et calamar) et d'un dessert à choisir parmi une glace (dame blanche ou brésilienneà) et des beignets (aux bananes ou aux ananas).

Nous avons choisi ce menu parce qu'étant actuellement au régime, nous pensions que le plat principal serait une sorte de pierrade, soit quelque chose d'un peu plus light que les traditionnels plats en sauce. Nous nous trompions. Mais commençons par le début.

Après un apéritif, maison bien sur, j'ai quand même pris en bonus, puisque cela ne figurait pas dans notre menu, le potage maison. Un très bon choix puisqu'il s'agissait d'une soupe légèrement piquante avec notamment du crabe et des scampis.

Perle du Dragon,Fu   Yan,cuisine,chinoise,thaïlandaise,vietnamienne,japonaise

Pour suivre, alors que Maud choisissait les raviolis chinois à la vapeur, je préfèrais les triangles au curry même si je me dois d'avouer que le plat de ma femme était plus savoureux que le mien.

Perle du Dragon,Fu   Yan,cuisine,chinoise,thaïlandaise,vietnamienne,japonaise 

Pour le plat, le serveur nous a apporté un énorme plateau de viandes crues entouré d'oignon et surmonté de multiples morceaux de beurre, le tout accompagné d'un appareil électrique. Une fois préchauffé, la patronne est intervenue et a fait fondre plusieurs noix de beurre avant de faire cuire une première partie de la viande et la moitié des oignons sur ce grill en forme de presse fruit géant. Alors que nous n'avions déjà plus faim, elle est revenue un peu plus tard pour cuire la seconde partie de la viande (boeuf et poulet) que nous avons ramené pour l'essentiel à la maison après en avoir gouté quelques morceaux.

En dessert, tandis que Maud donnait sa glace à Kristen qui avait mangé à la carte (2 brochettes de porc et un plat de nouilles au poulet - au demeurant moins bon que celui de Fu Yan - ), je choisissais les beignets d'ananas.

En conclusion, la Perle du Dragon est un excellent restaurant qui propose des plats plus variés que Fu Yan (puisqu'ici, ils mélangent la cuisine chinoise à la thaïlandaise, à la vietnamienne et même à la japonaise) même si je retournerais probablement plus vite chez le second. Sans doute parce qu'il s'agit d'un restaurant de notre village.

06/02/2013

Cuisine, la nouvelle rubrique de ce blog

Maintenant que je suis à jour sur mon blog, ayant rattrappé mon retard 2011 et n'en ayant plus concédé depuis, j'ai désormais du temps à consacrer aux autres rubriques que celles concernant mon actualité. C'est aussi l'occasion pour moi d'en créer une nouvelle à laquelle je pensais depuis un bout de temps.

recette,cuisine,courgette jaune,carotte,pomme de terre,mango-curry

Depuis tout jeune, j'adore la cuisine. Déjà enfant, j'aimais 'frichtouiller' dans les casseroles, comme par exemple quand ma maman terminait de découper les champignons alors que les premiers étaient déjà en cours de cuisson.
Lorsque j'ai pris mon indépendance et que je me suis installé seul, je n'ai donc eu aucune difficulté à me préparer à manger. Faire cuire un morceau de viande ou me préparer une sauce bolognaise ne me posait aucun problème. je n'hésitais pas non plus à recevoir la famille ou les amis, pour mon anniversaire par exemple, en préparant un menu complet entrée, potage, plat et dessert. Mais toujours en suivant scrupuleusement les recettes.

Puis, j'ai rencontré ma femme, fin cordon bleu. Et comme elle a travaillé pendant tout un temps à mi-temps puis a longtemps été en recherche d'emploi, elle avait du temps pour préparer les repas, chose qu'elle adore faire. Je n'ai donc plus trop eu l'occasion de cuisiner. Mais depuis qu'elle travaille à temps plein à Bruxelles et qu'elle rentre tous les jours à la maison à 18h, elle a nettement moins de temps. c'est donc avec plaisir que je me suis remis à cuisiner plus fréquemment.

Avec l'expérience - je parle ici du fait que je cuisine régulièrement depuis 25 ans - j'ai commencé à ne plus suivre les recettes à la lettre. Et à force de cotoyer ma femme, de la voir innover, personnaliser voire même inventer des recettes, je me suis amélioré au point de me lancer parfois dans des recettes originales.

Dans cette nouvelle rubrique vous trouverez donc des copies de recettes que j'ai trouvées à gauche ou à droite, sur le net ou dans des revues, qui m'ont attirées et que j'ai expérimentées ainsi que certaines créations sachant que mes spécialités sont les soupes, les plats à base de viande hachée ou de pommes de terre (comme les gratins et ce que l'on appelle dans ma région du potage soit un mélange de pommes de terre et de légumes écrasés également dénommé potée, rata ou encore stoemp selon l'endroit ou on habite).

La première recette que je publierais sera d'ailleurs une création: une soupe aux courgettes jaunes, carottes et pommes de terre, épicée au mango-curry que j'ai réalisée l'été dernier.

08/11/2008

El Cok'Mwar

Hier soir, ma femme, ma fille et moi devions aller au restaurant à Liège avec mes beaux-parents. Malheureusement, le matin, ma belle-mère a téléphoné pour prévenir qu'elle était fortement grippée et qu'elle ne pourrait pas y aller.
Le moment de déception passé et comme on avait envie d'une sortie au restaurant, on décida d'y aller à 3 mais dans notre région.
Pour choisir le restaurant j'émis un constat: depuis bientôt 20 ans que j'habitais à Ecaussinnes et depuis plus de 5 ans que ma femme y habitait aussi, nous n'étions jamais allé au restaurant dans notre village alors que le site resto.be renseigne 6 restaurants et 2 brasseries.
Notre choix se porta sur El Cok'Mwar, situé en face d'une boulangerie ou l'on va de temps en temps. On avait donc déjà été regarder la carte et on avait trouvé original le mélange des plats.

Article 41 - carte de visite

 

 

 

 

 

 

En effet, El cok-Mwar est un restaurant de cuisine française et grillades au feu de bois en salle qui propose également une petite carte de cuisine grecque et une carte de de couscous.
Il s'agit d'un "bête" restaurant (ce qui n'est pas péjoratif mais veux dire qu'il ne s'agit pas d'une grande table étoilée ou citée dans l'un ou l'autre guide culinaire) qui propose néammoins des plats dignent de grands chefs comme le foie gras poelé ou les Saint-Jacques à la bretonne en entrée, le médaillon de boeuf au poivre et kiwi ou la magret de canard à l'Armagnac en plat, l'épaule ou la couronne d'agneau dans la carte grecque et enfin en dessert, l'assiette gourmande, le sabayon ou encore l'omelette norvégienne.

Article 41 - salle El Cok'Mwar 1

 

 

 

 

 

 

 

A l'arrivée, nous sommes agréablement surpris par la décoration des lieux avec une une touche d'inédit: chaque table (une douzaine) est recouverte d'une nappe différente et surtout, les chaises sont différentes d'une table à l'autre. Cela pourrait donner l'impression d'un grand n'importe quoi, voire d'un travail de récupération par manque de moyen mais au contraire, ma femme et moi trouvons cela très original. Une tonnelle en bois à l'entrée, un coin salon devant cette même entrée et une autre tonnelle surplombant une table située devant le feu de bois donnent également un cachet à l'endroit.
Plusieurs tables sont déjà occupées et d'autres le seront très vite. Nous avons ainsi l'occasion de constater qu'il s'agit pour la plupart d'habitués qui connaissent la patronne qui sert en salle (avec une autre dame) car celle-ci les reçoit en faisant la bise à certains, n'hésite pas à s'attarder à une table pour discuter avec d'autres, voire, lors d'un moment de répit, à s'attabler avec un couple.

Au niveau de l'acceuil, il est donc très simple (dans le bon sens du terme), convivial (la patronne connaissant une bonne partie de ses clients). Même si le premier contact n'a pas été spécialement bon: lorsque je demande des explications sur le contenu des plats, la patronne a l'air un peu stressée et ne sait pas me dire à quoi correspond l'un des plats en particulier. Plus fort, quand je lui demande que signifie le nom du restaurant (pour votre culture aussi, sachez que El Cok'Mwar signifie bouilloire (j'aurais du m'en douter vu l'enseigne du restaurant) en wallon (ça je l'avais déjà compris)) elle me demande d'abord si je suis de la région et qu'en je lui dis que j'habite le village, elle me donne la réponse puis "m'engueule" presque en me disant que le wallon est enseigné aux enfants aux Ecaussinnes et me reprochant donc indirectement de ne pas le connaitre (en fait, je le comprends un peu, mais pas pour des mots de vocabulaire pointus).
Au niveau de l'accompagnement musical, rien à redire, dans un premier temps, chanson française fin des années 60, début des seventies, en raccord avec mon article du 1er novembre. L'une des premières chansons entendues étant même Comme j'ai toujours envie d'aimer de Marc Hamilton. Ensuite, des standards anglophones comme Neil Diamond.

Article 41 - salle El Cok'Mwar 2

 

 

 

 

 

 

 

Enfin au niveau du confort, les chaises de la table que nous avions choisies (sur la photo, il s'agit de la table ronde à droite) étaient trop droites et donc un peu inconfortable tandis que le feu de bois plus les radiateurs qui avaient fonctionnés et étaient encore tièdes donnaient chaud à tout le monde, même en retirant son pull.

Au niveau du repas, première petite déception avec l'entrée: ma femme choisi la salade de crevettes El Cok'Mwar. Elle cherche toujours à savoir ce qu'est la touche El Cok'Mwar puisqu'il s'agissait de crevettes grises (en quantité), de mayonnaise (en pot) et d'un peu de salade frisée.
Pour moi, la déception fut plus grande encore puisque je choisi la marmite du pêcheur maison, qui était constituée d'une seule sorte de poisson (je m'attendais à un mix de 3 ou 4) recouvert d'un coulis de tomate surmonté d'un scampi solitaire. De plus, le tout n'était pas assez épicé (notamment pas assez salé, un comble pour du poisson) et manquait donc de saveur. Pas à recommander donc, surtout en fonction du prix, 18 euros, qui est déjà assez cher pour une entrée dans un restaurant de ce type.

Ensuite, on passe au plat et la, étonnement. Alors que l'entrée était du poisson et que nous avons choisi de la viande, on ne nous change pas les couverts !
D'autant plus étonnant qu'à notre arrivée, la table était déjà garnie avec 2 fourchettes, 2 couteaux (un classique et un Laguiole pour la viande) et que lorsque nous avons fait notre choix, elle a repris l'un des couverts, nous laissant les couverts à viande.

Article 41 - médaillon de boeuf

 

 

 

 

 

 

 

Pour le plat donc, ma femme choisit le médaillon de boeuf au poivre et kiwi. Viande de qualité (extra tendre), en suffisance (même copieux).

Article 41 - escalope de veau

 

 

 

 

 

 

 

Moi je choisis l'escalope de veau El Cock'Mwar, une escalope panée recouvrant l'essentiel de l'assiette recouverte d'une sauce tomatée aux poivrons. La aussi rien à redire.

Par contre, au niveau des accompagnements, nouvelle déception. Les 2 plats sont garnis des mêmes crudités (la, comme dans les grands restaurants) à savoir 2 tranches de tomate, de la frisée avec une vinaigrette et une macédoine de légumes ...surgelés. Un peu léger vu le prix de la carte et un manque d'originalité vu les grands plats qu'ils proposent.
Quant aux frites, il s'agit de frites surgelées, même si elles sont excellentes et très bien cuites. Malheureusement, elles sont déjà (trop) salées dans le plat.
Notre fille, enfin, mange un steack grillé avec des frites et du ketchup.

Un mélange de fine cuisine donc et de petit restaurant... avec un prix plus proche d'un grand restaurant.

Au moment de recevoir l'addition, agréable surprise puisqu'on nous offre un amaretto crème fraiche (comme apparamment à toutes les tables). Par contre en consultant la note, on constate que le ketchup de la petite nous a été facturé (1 euro). C'est la première fois que je vois cela.

En conclusion:
cadre et ambiance: 8/10 (agréable la déco de la salle et bon accompagnement musical).
service: 6/10 (et oui à cause de "l'engueulade" -1pt et des couverts -1pt).
Qualité: 7/10 (dommage la simplicité des plats en entrées et les légumes et frites surgelés en plat)
Rapport qualité/prix): 6/10 (carte un peu chère par rapport aux manquements signalés au niveau qualité... ceux ci auraient été acceptable dans une gamme de prix plus basse)


Pour en savoir plus, nhésitez pas à consulter le site, très bien fait du restaurant (www.elcokmwar.be). Outre la carte et des photos de la salle, Vous y découvrirez une page parlant des différents évènements se passant à Ecaussinnes et une autre sur les différents endroits remarquables du village.