01/05/2013

Les 80 ans de tante Marie

soirée,anniversaire,traiteur,salle,La Bonne   Chair,Carnières,On n'a pas tous les jours 20 ans,Berthe Sylva

Ce vendredi 22 mars 2013, la soeur de ma mère, ma tante Marie a eu 80 ans. Elle est encore très active et ne supporte pas de rester tranquillement à la maison. Elle est ainsi inscrite aux amicales des pensionnés de plusieurs villages environnants pour participer à un maximum de banquets et thés dansants, assister à des spectacles dont des pièces de théatre en wallon ou encore prendre part à des voyages d'un jour ou à des circuits découvertes de régions françaises notamment. Elle se devait donc de fêter dignement son anniversaire autour d'une bonne table avec animation musicale.

C'est ainsi que pour l'occasion elle n'a pas pu s'empêcher de faire les choses en grand en louant une salle avec traiteur et disc jokey et en y conviant 80 personnes. Sa famille proche (soeur, enfants, petits-enfants, neveux, nièces) ou éloignées (ses nombreuses cousines dont certaines que je n'avais plus vues depuis des années - alors qu'il s'agit aussi de celles de ma mère -), des amis, des enfants d'amis et les pensionnés de l'une des amicales qu'elle fréquente.

Tout ce beau monde s'est ainsi retrouvé ce dimanche 24 mars à la salle La Bonne Chair (dont le patron traiteur s'appelle monsieur Bonnechère, cela ne s'invente pas) ou le début des festivités était programmé pour 12h30'. Maud et moi savions que nous allions y passer une bonne partie de l'après-midi mais nous pensions être rentré pour 18-19h, histoire de profiter de la fin du week-end au coin du feu (c'est vrai qu'ici, on peut se demander qui sont les aînés et qui sont les "jeunes" mais ce n'est pas eux qui le lendemain doivent se rendre au boulot et qui ont des enfants encore en âge d'école).
C'était sans compter avec le repas, digne d'un mariage, avec apéritif, entrée froide, entrée chaude, sorbet, plat principal, plateau de fromages, gâteau glacé et café, le tout entrecoupé d'intermèdes musicaux, que tante Marie avait choisi de nous offrir.
Repas "à rallonge" d'autant plus étonnant que, lors des repas de famille, y compris les plus longs, comme pour les réveillons, on ne fait plus jamais 2 entrées, tante Marie faisant d'ailleurs de temps en temps remarquer que si, étant jeune, cela ne lui posait pas de problème, aujourd'hui, avec l'âge, elle n'était plus capable de manger autant lors d'un même repas.

Après un apéritif, au champagne évidemment, accompagné de quelques toasts puis de zakouskis chauds (pinces de crabe, beignets de calamars, morceaux de quiches, ...), nous avons eu droit, alors qu'on approchait déjà des 14h, à une première entrée froide erronément dénommée salade périgourdine. Nous nous attendions à une assiette avec l'une ou l'autre variété de salade accompagnée de gésiers et de magret de canard. Nous avons eu une assiette particulièrement remplie avec une tranche de foie gras, des tranches de magret de canard, une tranche d'un petit pâté en croute, des rillettes, un confit d'oignon, un peu de vinaigre balsamique, une sauce à base de sirop de Liège, une demi-fraise, une demi-tranche de pain grillé et un morceau de pain d'épices. Le tout était très bon même si j'ai trouvé que l'assiette était un peut trop garnie, qui plus est avec des mets qui ne se mariaient pas forcément ensemble. Je pense notamment au foie gras et aux rillettes.

Quelques temps plus tard, le personnel nous a servi un velouté au cresson. La aussi, j'ai trouvé la dénomination un peu trompeuse car s'il y avait effectivement des feuilles de cresson qui surnageaient, le velouté, au demeurant excellent, goutait plus l'asperge et le champignon. Allez comprendre.

C'est à ce moment que le DJ, qui jusqu'à présent s'était contenté de passer de la musique essentiellement des années '60 et '70 en fond sonore, a pris la main en demandant à tante Marie et Fernand, son compagnon depuis bientôt 30 ans, d'ouvrir le bal (quand je vous disais que ce repas avait un air de mariage) sur une chanson proposée par l'un des invités, "On n'a pas tous les jours 20 ans", chanson presque aussi âgée que ma tante, puisqu'elle date de 1934, interprétée par Berthe Sylva (Berthe qui ?). S'ensuivirent quelques slows d'époque (Procol Harum notammant) qui amenèrent les petits vieux des thés dansants à squatter la piste. Bien vite rejoint, malgré tout par quelques "jeunots" quadra et quinqua ... qui la quittèrent bien vite lorsque les slows firent place à une série de twists, laissant sur la piste 3 pensionnés qui eurent ainsi l'occasion de faire une démonstration de leur chorégraphie bien réglée.

Alors que 16h approchait déjà, le DJ proposait à tout le monde de regagner sa place pour seulement déguster la seconde entrée, un duo de sandre et turbotin et leur sauce au beurre d'écrevisse. Excellent plat, que ce soit les poissons ou la sauce, mais de nouveau à l'appellation trompeuse, la sauce étant en fait une sauce hollandaise avec une écrevisse entière présente dans l'assiette. Point donc de sauce au beurre d'écrevisse.

Deux heures plus tard, après un nouvel intermède dansant, un moment émotion (l'interprétation par Claude, la femme de mon cousin germain qui considère ma tante Marie comme sa mère, d'une chanson de Jacques Brel, dont ma tante est fan, réécrite par ses soins pour faire l'éloge des nombreuses qualités de la jubilaire du jour) et un moment comique (le beau-frère de Claude poussant à son tour la chansonnette avec un morceau savoureusement interminable que je connaissais partiellement pour avoir vu sur le blog d'une connaissance une vidéo ou il l'interprétait dans un restaurant - voir ici - ) entrecoupé par la dégustation d'un excellent sorbet au citron et framboise, arrivait enfin le plat de résistance.
Vu l'heure tardive et malgré la quantité de nourriture déjà ingurgitée, la faim était bien évidemment la. Au point de considérer que le sorbet était le dessert du dîner tandis que ce nouveau plat était le premier du souper. Le rôti de veau à la sauce aux 2 poivres et son gratin dauphinois a pourtant déçu tout le monde. Si la fondue de poireaux qui l'accompagnait était excellente et celle de chicon, légume à la saveur plus particulière, dépendait des goûts de chacun, la viande fut elle une déception. Pas tendre et constituée, en ce qui me concerne, mais je n'étais apparamment pas le seul, de morceaux pas très nobles (j'ai hérité d'un fond avec force peau, gras et croquants) tandis que le gratin dauphinois se limitait à des tranches de pommes de terre pas suffisamment cuites à mon gout avec un peu de crème fraiche et même pas, en ce qui me concerne, de fromage gratiné. J'en ai d'ailleurs laissé plus de la moitié malgré le fait que j'avais faim.

Encore une heure d'attente et les fromages furent servis et rattrappèrent bien la déception du plat précédent avec 13 variétés différentes accompagnées de différents type de pain.

Il était alors 20h et, la mort dans l'âme, je me résignais à ne pas gouter au gâteau glacé et à proposer à ma femme de rentrer car cela devenait dur pour tout le monde, y compris pour Kristen qui donnait des signes de fatigue. Mais c'était compter sans son envie, encore plus grande que moi, de glace. Elle se mit ainsi à pleurer. Heureusement, cela eut pour effet d'accélérer l'arrivée du gâteau ... qui n'était pas le meilleur gâteau de glace que j'aie dégusté mais qui contenta notre fille.

Et c'est finalement sur le coup de 21h, que nous avons enfin pu rejoindre notre maison alors que le lendemain, le réveil était prêt à sonner à 6h pour lancer la semaine de travail.

Pour conclure, je dirais que le traiteur n'était pas le meilleur que nous ayons connu, celui-ci alternant les bons - voire excellents - plats et les moins bons - voire pas terrible du tout - tandis qu'au niveau de l'organisation et surtout du déroulement de la journée, nous ne voulons plus vivre un tel moment à la fin d'un week-end. La prochaine fois, soit nous nous arrangerons pour prendre congé le lendemain, soit nous déclinerons l'invitation.

27/02/2012

Nouveau régime et excès "imposés"

Ce mois de février touche déjà à sa fin. L'heure d'en faire le bilan. Et le fait marquant de ce mois, de mon point de vue en tout cas, est le nouveau régime que j'ai entamé, tout comme ma femme et ma fille.
Pour être honnête il a commencé le lundi 30 janvier et doit durer de 8 à 9 semaines jusqu'à notre départ en vacances, début avril.
Son but initial y est d'ailleurs lié puisqu'il s'agissait de simplement perdre les kilos que je vais prendre durant ces vacances. Mais je me suis découvert une volonté qui m'avait abandonné ces dernières années. Son but principal est donc vite devenu de m'éloigner conséquemment de la barre psychologique des 100 kilos que j'ai déjà franchi à 3 reprises dans ma vie, la dernière fois pas plus tard qu'en janvier 2011, et avec laquelle je flirtais à nouveau depuis quelques semaines.

régime,anniversaire,mac lam,pizza hut

Ainsi, après avoir arrêté de me peser fin 2010, histoire de profiter sans remord des bonnes choses des fêtes de fin d'année, j'ai recommencé à contrôler mon poids en janvier 2011. J'ai donc passé, l'espace d'une semaine cette maudite barre des 100 kg. Cela m'a amené à débuter un régime que j'ai stoppé, faute de motivation, après avoir perdu seulement 3 ou 4 kilos. J'ai ainsi navigué entre les 96-98 kg durant la première partie de l'année. A la fin de l'été, j'ai réussi à me stabiliser dans les 98 kg en tachant de ne pas multiplier les excès et en m'astreignant 2 séances de course à pied par semaine. Hélas, la période des fêtes de fin d'année, avec ses tentations multiples comme ses boudins de toutes sortes, ses galettes et surtout ses 2 réveillons et ses repas de Noel et du Jour de l'an, m'ont amené à prendre un bon kilo.
A partir de la, chaque semaine, à la veille de passer sur la balance, j'ai du me comporter comme un boxeur qui doit passer à la pesée à la veille d'un combat et qui est en léger surpoids. Je faisais régime pendant toute une journée ce qui m'a permit de limiter les dégats avec seulement une grosse alerte à 99,8 kg.

Au bout de 4 semaines de régime, je peux déjà attesté d'une belle réussite puisque je suis déjà repassé sous la barre des 95 kg grace à mes 4,3 kg perdus.

Et ce malgré le fait que le mois de février est traditionnellement un mois ou, avec les différents anniversaires dans notre famille, les tentations sont nombreuses. Jugez plutôt:
- samedi 4: traiteur chinois Mac Lam situé à Liège près de la gare des Guillemins à l'occasion de l'anniversaire de Francis, le beau-père de Maud;
- samedi 11: buffet froid gargantuesque (préparation maison) en l'honneur des enfants de ma tante Marie, mes cousins donc, qui fêtaient respectivement leurs 35 (Alain avec Claude) et 25 (Janique avec Rudy) années de mariage. Excès heureusement, si je puis dire, limités par le fait que Maud étant malade (elle avait une sinusite et elle a constaté en rentrant qu'elle faisait 39 de fièvre), nous sommes partis avant les fromages et le gateau;
- dimanche 19: restaurant Deliceum pour l'anniversaire de ma soeur dont j'ai parlé dans mon article précédent;
- dimanche 26: anniversaire d'une soeur de mon père, tante Marie-Josine, qui a l'habitude de faire très copieux (gros apéro, entrée, potage, plat, fromage, dessert et tarte !) mais qui heureusement nous a proposé, cette fois, quelque chose de plus léger;
- Si on y ajoute, en ce qui me concerne, un buffet pizza, le mardi 21 février, au Pizza Hut à l'initiative d'une ancienne collègue qui est traditionnellement en congé le mardi gras et qui a donc proposé de se retrouver entre anciens et actuels collègues, on peut dire qu'avoir perdu plus de 4 kilos durant ces 4 dernières semaines constitue un excellent résultat.

Et dire que le mois de mars sera à peine plus light avec déjà programmées une journée à la mer et 2 sorties au restaurant, l'une avec un ami, l'autre avec les collègues de ma femme.

25/02/2012

Deliceum - Haine-Saint-Paul

A l'occasion de son anniversaire, ma plus jeune soeur à proposé que, une fois n'est pas coutume, nous allions fêter cela au restaurant. Elle a choisi le Deliceum, un restaurant qui propose de la cuisine grecque et italienne, y compris un large choix de pizzas italiennes ... et grecques.

Personnellement, pour y avoir commandé des pizzas à emporter, nous avions déjà eu l'occasion de constater que le personnel était très sympa et acceuillant. Mais nous n'avions jamais eu l'occasion d'y manger. Les échos que nous avions eux de différents membre de la famille dont ma mère et mon autre soeur ainsi que d'un oncle et d'une tante particulièrement difficile à contenter étant bons, nous avions justement l'envie d'y aller. D'autant que nous voulions découvrir l'un de leurs plats particulièrement original, l'assiette Spartiate, aussi appelé l'assiette en bois. Du boeuf grillé, du veau, du porc panné, des pommes allumettes, 2 sauces, le tout, à ce qu'on m'a dit, recouvert d'une omelette !

Ma pauvre maman dont c'était la seconde tentative de gouter cette spécialité (la première fois, le cuistot étant malade, le patron avait choisi de supprimer les plats de la carte prenant trop de temps de préparation, dont l'assiette en bois) devra y retourner une troisième fois car ce plat est servi pour 2 couverts et elle n'a trouvé personne pour l'accompagner.

En effet, Maud ayant choisi de nous offrir, à Kristen et moi, le resto à l'occasion de la signature récente d'un contrat de travail, a choisi ce restaurant et préfèrait que nous y retournions plus tard tandis que mes soeurs et mon beau-frère ont choisi le menu proposé.

Il faut dire qu'il était particulièrement intéressant avec une formule entrée - plat - dessert à choix multiple proposée à 24,90 euros et surtout la formule boisson comprise à savoir l'apéritif, le 1/2 l de vin et le café pour 10 euros de plus.
Maud, qui ne voulait pas boire de vin et qui n'est traditionnellement pas attirée par les desserts et moi qui n'apprécie pas plus que cela le vin et ne bois jamais de café avons décidé de manger à la carte (D'autant aussi qu'aucun des 3 plats proposés - de l'agneau, un filet de sole et une brochette mixte - ne m'attiraient, préférant m'orienter vers un plat plus typique).

C'est ainsi qu'au moment de recevoir le plat, je me suis rendu compte que j'avais choisi une entrée et un plat de facture similaire. Mais je ne regrette rien car ils étaient délicieux.

cuisine italienne,cuisine grecque,anniversaire,assiette spartiate,assiette en bois

J'ai ainsi dégusté, après un apéritif maison à base de gin et de jus d'orange, l'une des entrées proposées dans le menu, les crevettes à la grecque (crevettes grises, roses, sauce champignon à la grecque, fêta, le tout gratiné). Pour suivre, j'ai, après moulte hésitation car j'étais parti avec l'idée de manger des frites ou du gratin dauphinois, accompagnement qui n'était proposé qu'avec les grillades qui ne me tentaient pas plus que cela, choisi la cassolette Deliceum. Un assemblage de 4 poissons, saumon, sole, cabillaud et espadon avec de la sauce tomate, fêta, olives, piments et pommes de terre, le tout également gratiné). Et avec chacun de ces plats, du délicieux pain fraichement cuit pour les saucer et ne rien laisser dans l'assiette.

cuisine italienne,cuisine grecque,anniversaire,assiette spartiate,assiette en bois

Maud, quant à elle, a choisi les scampis à la crétoise (sauce tomate, ail, fêta, olives, piments, calamars, moules, crevettes et noix de saint Jacques, le tout gratiné) et une pizza Choriatiki, le nom grec de la capriciosa (sauce tomate, mozzarella, jambon, champignon, olives et oeuf).

cuisine italienne,cuisine grecque,anniversaire,assiette spartiate,assiette en bois

Pour terminer, tandis que Maud prenait simplement un café, et même si les 5 délices du Deliceum (5 mini pâtisseries grecques flambées accompagnées d'une boule de glace vanille et de chantilly) étaient vraiment tentant, j'ai choisi la coupe samos théoriquement composée de 2 boules de sorbet citron, d'une boule de vanille, de raisin de muscat, caramel et chantilly mais bizarrement servie avec un sorbet fraise à la place du citron.

En conclusion, un excellent restaurant que nous ne tarderons pas à revisiter, pour déguster cette fois la fameuse assiette en bois... et le dessert pour lequel j'ai hésité.

01/02/2012

Rétro 02-2011 - Quasi rien à signaler

Quasi rien à signaler dans le sens ou le mois de février 2011 ne nécessite pas vraiment une séance de rattrapage. Mais j'ai décidé de quand même écrire un article pour démontrer que je tiens désormais ce blog bien à jour et qu'il ne s'agit pas d'un oubli ou d'un manque de temps de ma part.
Un comble, finalement, de se dire que j'écris quelque chose pour écrire alors qu'il y a un an, je n'arrivais plus à suivre.

L'une des raisons principales résidait dans mon utilisation d'internet avec, en particulier, 3 sites de jeu que je fréquentais assidument. 2 sites de paris, gratuits j'insiste, qui me prenaient énormément de temps mais que j'ai désormais quasiment abandonné depuis que j'ai atteind mon objectif, j'y reviendrais dans un prochain article, et simfoot, le jeu de simulation de gestion d'une équipe de foot sur lequel je me suis connecté quotidiennement pendant près de 2 ans et vis à vis duquel j'ai pris un peu de recul lorsque, après avoir intégré le top 20, j'ai été confronté à des résultats illogiques et donc plus très motivants.

L'autre raison principale est que je preste désormais à 4/5è temps ce qui fait qu'avec un jour de congé supplémentaire par semaine, ces 2 évènements m'ont permis de retrouver pas mal de temps libre pour autre chose et en particulier pour la gestion de ce blog.

Sinon, pour en revenir au sujet de cet article, mon actualité de février 2011, je n'ai ni ballade, ni sortie, ni achat particulier à évoquer.
Durant ce mois, nous avons quand même eu de quoi occuper nos week-ends avec les 2 visites habituelles à Liège, dans ma belle-famille, dont l'une à l'occasion de l'anniversaire de mon beau-père, 2 autres repas d'anniversaire, celui de ma plus jeune soeur et celui d'une tante ainsi qu'une petite sortie chez Ikéa ou nous aimons, entre autre, découvrir leur aménagement pour les petits espaces et surtout leur boutique food qui nous permet de découvrir de nouveaux produits suédois ou simplement d'acheter ceux que nous apprécions.

07/01/2012

Rétro 01-2011 - Les 75 ans de ma maman

C'est (re)parti.
Reparti car c'est reparti pour une nouvelle année.
Et parti car c'est parti pour le rattrapage de l'année 2011 puisque par manque de temps, j'ai pris 1 an de retard sur mon actualité.

Maintenant que j'ai de nouveau du temps pour m'occuper de ce blog, en parallèle des articles actuels, je commencerais chaque mois par les articles de rattrapage du mois correspondant de l'année passée. Et pour repérer ces articles, ils commenceront par Rétro mm-2011 avec mm représentant le mois concerné.

L'an passé, le mois de janvier a été calme. A part une ballade au Shopping de Nivelles (sic) et une autre sur le célèbre marché de la Batte à Liège, sans oublier notre anniversaire de rencontre, à Maud et moi, et l'anniversaire de Maud, l'évènement principal du mois à été la réunion de famille pour fêter les 75 ans de ma maman le samedi 15 janvier (elle est née le 13).
Une petite quarantaine de proches qui lui ont fait la surprise de se réunir, à midi, dans la petite salle du renommé traiteur Morel à Manage.
Ma maman, elle, pensait aller au restaurant avec ses enfants et sa filleule. Quelle ne fut pas sa surprise et surtout son émotion de voir tous ses proches réunis pour célébrer ses 3/4 de siècle.

Parmi le large choix de buffets au rapport qualité-prix remarquable proposés par le traiteur Morel, nous avions, mes soeurs et moi, choisi le buffet mixte de produits régionaux belges dont voici le programme ci-dessous.

janvier,anniversaire,75 ans,maman,traiteur,Morel

Pour clôturer cette agréable après-midi animée par dj crevisse (en fait, mon beau-frère Jean, à qui on avait fait une petite blague en profitant de son absence pour déposer, entre les écouteurs de son casque posé sur sa table de mixage, une écrevisse, rescapée du festin), le traiteur avait eu la bonne idée de proposer de remplacer le dessert prévu (des tartes au sucre, au riz ou aux pommes) par un gâteau glacé pour marquer le coup.

janvier,anniversaire,75 ans,maman,traiteur,Morel

09/01/2011

Soirée 20-22 du 24

Avec ce titre énigmatique, je fais référence à la soirée organisée par une ex collègue de bureau à l'occasion des 20 ans de sa fille et de ses 22 ans de mariage. Soirée qui s'est déroulée le vendredi 24 septembre.
20, 22, 24, voila pour l'explication du titre.

L'année passée, plus ou moins à pareille époque, Stéphane, un autre collègue de bureau, avait profité du fait qu'il était devenu propriétaire de sa maison pour inviter toute l'équipe lors d'une pendaison de crémaillère en retard puisque cela faisait quand même presque 3 ans qu'il habitait la. Mais c'était surtout un prétexte pour organiser une première soirée entre collègues dont j'ai parlé dans l'article "Pendaison de crémaillère et jeu du loup garou" du 29/10/2009.
Maud et moi espérions que cela aurait une suite, autrement dit qu'un autre collègue prendrait la relève pour l'an 2 et c'est donc Frédérique qui s'y est collée en nous invitant à sa fête.

Au départ, lorsqu'elle nous en a parlé la première fois, c'était assez énigmatique puisqu'elle nous avait parlé d'un concert ou on pourrait mangé. Je savais que son mari et son fils jouaient tous 2 de la guitare dans 2 groupes différents mais je ne comprenais pas ou elle voulait en venir.

Article 194 - Invitation.jpg

Lorsque j'ai reçu cette invitation originale, j'ai compris. A l'occasion des 2 anniversaires dont j'ai parlé, son mari organisait une soirée ou il se produirait avec son groupe ainsi que son fils avec le sien.

Malheureusement, le jour J, Maud étant souffrante, elle n'a pas pu m'y accompagner et c'est donc avec Kristen que j'y suis allé et que nous avons ainsi eu l'occasion de passer une excellente soirée, elle, parce qu'il y avait d'autres enfants de son âge et qu'elle adore les ambiances de fête ou il y a possibilité de danser, moi, parce que l'animation musicale, que ce soit au niveau des groupes ou de la personne qui animait la soirée, était quasi parfaite.

Coup de chapeau tout particulier au "dj" de la soirée, Andréa, dont voici l'adresse du blog, à la fois animateur, "humoriste" et chanteur de talent.

Habituellement, je n'aime pas trop quand l'animateur fait participer le public mais ici, il avait un tel savoir faire que c'était impossible de ne pas se laisser entraîner. Mention toute particulière à son animation avec les enfants façon école des fans et surtout à ses interprétations des classiques des années 80. Car la plupart du temps, il passait la bande orchestre des chansons et interprétait lui même les paroles avec une telle perfection qu'à un moment donné, en début de soirée, un collègue m'a fait remarquer, alors que la chanson était commencée depuis longtemps que c'était lui qui chantait. Il venait à peine de le remarquer tandis que je ne m'étais aperçu de rien.

En ce qui concerne les concerts, j'ai apprécié le premier groupe, Overflowing, celui du fils. J'ai un peu moins apprécié les 3 premières chansons (les reprises) de Aero, le groupe du père, mais cela est peut-être du au manque de répétition dont parlait la chanteuse avant de débuter. Par contre les 3 compositions et la dernière chanson, une reprise mieux travaillée, étaient d'un autre niveau. Félicitations toutes particulières au batteur de ce deuxième groupe ... et à Philippe, le père, qui a lui même écrit les 3 compositions que vous pouvez retrouver sur leur page Myspace. Pas mal pour un amateur qui n'a commencé la guitare, et donc la musique, qu'il y a à peine quelques années.

19:14 Écrit par slumle | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : anniversaire, musique, andréa, overflowing, aero |  Facebook |

31/10/2010

Les 70 ans de Fernand

Fernand, c'est le compagnon depuis plus de 20 ans de ma tante Marie, la soeur de ma mère. Un bon vivant qui ne sait pas tenir en place et qui ne se plait pas chez lui. Bilan, il doit bien se faire 3 restaurants chaque semaine et participe à différents souper ou sorties (pièces de théatres, guinguettes, excursions d'un jour) de toutes les amicales de pensionnés de la région.

Amateur de fêtes en tous genres, cela faisait plus d'un an et demi qu'il préparait et nous "bassinait" avec sa fête. Cela faisait ainsi des mois qu'il était allé acheter ses vins chez Auchan tandis qu'à Noel déjà, il avait demandé que chaque membre de la famille présent se désigne pour assurer une tâche lors de la soirée (servir au bar, couper le gâteau, ...). Mais ce qui nous inquiétait le plus, c'était d'une part la durée de la soirée et d'autre part son animation musicale.

Le début des festivités étaient annoncé pour 15h30' avec discours à 16h alors que le repas proprement dit n'était prévu que vers les 18h. 2h30' d'apéritif, de quoi être "pompette" relativement tôt pour certains, de quoi s'ennuyer aussi, pour d'autres, vu que l'animation musicale risquait de ne pas être des plus folichonnes pour les participants n'émargeant pas encore au club des 3x20.

Nous étions 88 parmi lesquels des membres de la famille âgés de 3 à 77 ans mais aussi pas mal d'amis pensionnés, la plupart membre de l'une des amicales que Fernand fréquente et qui organise, un samedi après-midi par mois un souper dansant dont l'animation musicale est assurée par un duo constitué d'un batteur d'une cinquantaine d'années et d'un trentenaire au chant, synthé et ... accordéon. J'ai appris par la suite qu'ils assuraient aussi certains thés dansant ou autres soirées dans les hômes de la région. Ceci pour expliquer que leur répertoire est pour le moins rétro.

Et c'est ce groupe que Fernand avait engagé pour assurer l'animation de son "après-midi soirée". Au programme, des standards d'accordéon, valses, twists et autres madisons. Du rock quand même mais version année 60-70. Entre les prestations des musiciens, la sono était du même accabit. Les succès les plus récents furent vers 20-21h (la musique avait commencé aux alentours de 17h) 2 Barzotti de la grande époque (début des '80 donc) suivi de 2 Barry White. Ce n'est que vers 22h, avec pour commençer le 'Alors on dance' de Stromai, que quelques titres plus récents ont, parcimonieusement, intégrés la play-list.

Je connaissais également le plat principal prévu. Une porchetta. Moi qui ne suis pas très cochon, je n'étais pas attiré par ce menu. Ca et le programme musical faisait que tout était réuni pour que je passe une fin d'après-midi et une soirée longue et ennuyeuse. C'est d'ailleurs pour cela que j'ai utilisé le termer "bassiner" lorsque j'ai évoqué le fait que Fernand nous parlait de sa fête depuis un an et demi au moins.

Et pourtant, alors que nous n'étions donc pas spécialement venus de gaité de coeur, je dois avouer que nous avons passé une excellente soirée, que ce soit au niveau de l'ambiance, y compris musicale qui m'a permis de réentendre des succès de mon adolescence (ah ce Romantique avec toi sensuelle avec elle, interprété 2x) ainsi qu'au niveau culinaire.

Après un premier apéritif constitué de différentes sortes de chips et crudités, nous avons eu droit, vers 18h à ce que j'appellerais un apéro/entrée: des tapas wallons. Tapas dans le sens ou c'était différentes petites mises en bouche mais wallons parce qu'elles sentaient toutes bon le terroir: différents morceaux de saucisson, du boudin noir et le divin pâté de foie que ma tante Marie nous sert tous les ans lors de son souper de nouvel an. Le tout accompagné par un excellent confit d'oignons maison. Pour suivre, j'ai particulièrement apprécié la pièce principale: la porchetta. Super bien épicée et accompagnée de pommes de terre cuites au four, de pommes de terre froides, de pâtes froides et d'un nombre incroyable de crudités (salade, carottes, haricots verts, petits pois, choux en vinaigrette, ...).
Pour clore le repas, le gateau à la crème au beurre, l'un de mes nombreux péchés mignons, était lui aussi excellent.

Toutes mes excuses Fernand d'avoir douté de ta fête et encore merci pour ce bon moment passé en famille.

08/08/2010

Deuxième anniversaire

08-08-08 - 08-08-10.
2 ans déjà que j'ai ouvert ce blog.
Le temps d'un nouveau bilan.

Article 182 - Deuxième anniversaire.jpg

Au niveau de mon assiduité à remplir ce blog, j'ai déjà eu l'occasion d'en parler plusieurs fois, je n'ai plus autant de disponibilités qu'avant. Je poste donc moins d'articles, la plupart du temps avec un retard plus ou moins conséquent. Je suis toujours aussi motivé à faire vivre ce blog et je n'envisage pas de l'abandonner, mais, c'est logique, l'attrait de la nouveauté à disparu et je ne lui accorde plus la même importance qu'il avait à ses début.

Au niveau de son contenu, j'ai aussi eu l'occasion d'écrire, lors du bilan effectué à l'occasion de son premier anniversaire, qu'il avait un peu évolué par rapport à ce que je voulais en faire et qu'il avait perdu en grande partie, son côté découverte de faits d'actualité drôles, incroyables, inédits ou encore insolites.

De fait, sur les 62 articles écrits durant cette seconde année (il y en avait eu 119 la première), 36 émargent aux catégories vie perso, 3 à la catégorie vie du blog et 23 aux autres. Pour rappel, la première année, ces chiffres étaient respectivement de 51, 9 et 59 soit 43% d'articles personnels pour 58% maintenant.

La tendance qui se marquait à la fin de la première année s'est donc amplifiée, mon blog continuant à devenir plus personnel ce qui n'est que logique puisque, par manque de temps, je me contente d'y relater les anecdotes de mon quotidien et je ne prend plus la peine d'écrire d'autres types d'articles.

Pour donner un exemple d'article que je n'ai pas pris le temps d'écrire, il y a celui sur la chanteuse Pauline, interpête du hit Allo le monde, dont j'ai entendu, il y a quelques mois, un nouveau titre sur Radio Contact alors que l'écran de mon auto-radio indiquait comme interprète Pawline. Jolie faute d'orthographe pensais-je alors qu'en fait, il n'y avait pas de faute d'orthographe, Pawline étant en fait une autre chanteuse qui, hasard étonnant vu cette presque homonymie, à quasi le même timbre de voix que Pauline.

Autre exemple d'article que je n'ai pas pris le temps d'écrire, celui sur Vanessa Demouy et Aubade. Au début de l'année, j'ai vu un extrait d'émission ou Vanessa Demouy, agacée, reconnaissait clairement que c'est elle qui était le mannequin corps des fameuses leçons de séduction d'Aubade, la campagne de publicité de la marque de dessous féminin, ajoutant que cela faisait 20 ans que tout le monde le savait. Et bien contrairement à la majorité, je n'étais pas au courant.

31/07/2010

La Cité du Dragon - Liège

A peine 4 jours après avoir dégusté un excellent couscous, j'étais à nouveau invité au restaurant. Cette fois par mon beau-père, avec ma femme et ma fille, pour fêter l'anniversaire de ma belle-mère.

En grands amateurs de cuisine asiatique qu'ils sont, il avait d'abord choisi le Shangaï, l'un des plus réputés de la ville. Mais étant donné que le mardi est leur jour de fermeture, il s'est finalement tourné, après moultes hésitations, vers la Cité du Dragon, un autre grand classique de la ville, qu'ils évitaient pourtant, depuis un temps certain, suite à leur dernière visite qui les avaient déçus. Mais comme celle-ci remontait à une dizaine d'année et qu'il ne se rappelait plus la raison de leur déception, mon beau-père s'est dit qu'après tout ce temps, les choses avaient changé.

A l'arrivée, nous avons été agréablement surpris par le décor constitué de plusieurs grands aquariums remplis de koï et surtout d'une grande chute d'eau, en extérieur, haute de plusieurs mètres.

Alors que nous choisissions le menu dégustation, à 45 euros, mon beau-père, jamais avare, choisissait pour elle et lui, histoire de marquer le coup, le menu champagne "Extrême-Orient" à 62 euros composé d'une salade de boeuf épicé à la coriandre fraîche, trop épicée, car franchement piquante, à leurs gouts, d'une escalope de saumon en papillote, sauce légère de soja, de crevettes géantes parfumées aux échalotes, poivre et sel et enfin d'un haché de cailles sur son lit de vermicelles croquantes. Le champagne ne se retrouvant que dans le dessert, une soupe aux fruits frais et son sorbet au marc de Champagne, mais étant servi en guise de boisson tout au long du repas. Enfin, à concurrence d'une bouteille pour les 2 menus. Faut pas rêver.

Notre menu dégustation nous a permis de découvrir, en entrée, sur une assiette individuelle, un siu mai (ne me demandez pas ce que c'est, je ne m'en rappelle plus), un toasts aux langoustines et aux oeufs de caille, un wan-ton frits à la sauce aigre-douce et une demi-caille aux parfums de Canton. Le plat principal, constitué de canard laqué à la Pékinoise, de scampi à la sauce tao-si, de gambas aux échalotes, poivre & sel et de sole « Dragon d'or », était lui servi dans autant de plats "collectifs".

Tout était excellent, digne de la cuisine gastronomique dont se revendique ce restaurant. Malheureusement le service était beaucoup trop lent, non pas à cause des serveurs mais de la cuisine comme vint s'en excuser le patron.

La soirée fut encore ralentie par un évènement aussi inattendu qu'étonnant dans un restaurant de ce standing: une bagarre entre clients qui ne se connaissaient pas. Les serveurs ont du intervenir virilement pour neutraliser un jeune homme passablement excité qui se battait avec ... une dame. Bonjour la classe.
L'un d'entre eux eu même sa chemise blanche arrachée ce qui l'amena à faire le ménage au sens propre (plusieurs tables ayant été bousculées, des assiettes, verres et autres couverts avaient valsé à terre), avec ses collègues, en torse nu.
Etant donné qu'il s'agissait d'un jeune homme d'une vingtaine d'année bien bâti, cela avait un petit air de spectable de Chippendales offert à ma belle-mère.

Cet intermède animé, mais dont on se serait bien passé, eut pour effet de ralentir encore plus le service ce qui fait que ce n'est que vers 22h30' (alors que nous étions la depuis 19h) que la petite surprise organisée par le beau-père, un excellent gâteau servi avec des fruits frais arriva. Enfin, il n'y en eut pas vraiment puisque le serveur, oubliant le gâteau était venu prendre les commandes pour le dessert. Mon beau-père avait alors dû vendre la mêche en lui expliquant, devant sa femme, qu'il avait commandé un gâteau à la place.

Mes beau-parents, qui sont donc restés une bonne dizaine d'années sans fréquenter cet établissement, ont certainement resigné pour un bail au moins aussi important. Non pas à cause de la bagarre mais un peu à cause de la lenteur du service et surtout du rapport qualité-prix très peu avantageux.
Certes la cuisine de ce restaurant est excellente, beaucoup plus fine et raffinée, tout en utilisant des produits plus nobles, comme des cailles ou des gambas par exemple, que les restaurants proposant des buffets wok ou teppan-yaki à volonté que nous avons l'habitude de fréquenter.
Mais sachant que ces restaurants offrent, pour un prix avoisinant les 20 euros, un buffet à volonté avec wok, et même teppanyaki pour certains, d'une qualité plus que correcte - je dirais que la cuisine de la Cité du Dragon est 10% meilleure - , le rapport qualité-prix est largement à leur avantage.

Pour être tout à fait honnête, j'ajouterais que la Cité du Dragon, outre les menus plus onéreux que nous avons choisis, proposent également plusieurs menus à des prix plus raisonnable (de 17 à 25 euros environ) mais aussi avec des mets moins originaux. Ils proposent également, comme leurs concurrents une formule buffet, mais accessible, contrairement à eux, uniquement les vendredi, samedi et dimanche. Il est donc possible de manger pour moins cher dans ce restaurant, tout comme il est possible de manger pour plus cher dans les autres restaurants qui offrent également la possibilité de manger à la carte ou avec des menus.

Néanmoins, la formule buffet étant particulièrement intéressante parce qu'elle permet de manger un peu de tout, mon choix est vite fait: je préfère une cuisine un peu moins raffinée et payer moitié moins cher plutôt que payer plus un repas légèrement meilleur. Tout comme mes beaux-parents, je ne compte donc pas retourner de si tôt à la Cité du Dragon, et ce, même si on m'offrait, comme cette fois, le repas.

20/03/2010

Souper à l'école d'hôtellerie de Liège

Le vendredi suivant, le 22 janvier, nous sommes allé souper à l'école d'hotellerie de Liège avec Cédric, son père qui y est directeur et sa mère.

Régulièrement, des repas gastronomiques y sont organisés pour permettre aux élèves de s'exercer en situation réelle et ces repas sont très avantageux car ils sont réalisés par des étudiants de dernière année (en cuisine et en salle) qui proposent des plats de qualité à des prix très démocratiques.

Cédric y va régulièrement et, il y a 2 ans, nous l'avions déjà accompagné une première fois. Cette fois, le repas était un peu différent puisqu'il ne s'agissait pas d'un menu gastronomique mais d'un repas alsacien réalisé pour financer le voyage scolaire (... en Alsace) des étudiants.

En apéritif, nous avons eu droit à un Crémant d'Alsace parfumé aux fruits des bois accompagné d'une assiette de mise en bouche.

Article 165 - Entrée

Pour suivre, la moitié d'une petite tarte flambée alsacienne, la flammekueche. Je n'ai pas été particulièrement enthousiasmé par ce plat que j'ai trouvé un peu trop simple et trop sec.

Article 165 - Plat

Le plat principal, un filet de volaille au riesling, soubric de chou frisé et corolles d'Alsace, était, lui, d'un tout autre niveau aussi bien dans sa présentation que dans la bouche, son seul défaut étant de ne pas être suffisamment copieux car si le morceau de poulet était suffisant, il n'en allait pas de même avec les pâtes. Maud, avec son appétit de moineau a trouvé cela suffisant. Pas moi qui aurait bien mangé 2 ou 3 fois plus de pâtes.

En dessert, enfin, un sorbet au marc de gewürztraminer que je n'ai pas pris la peine de photographier vu son extrême simplicité. Il était excellent et ces dames auront aussi apprécié, pour leur ligne, sa légèreté après un bon repas.
Par contre, personnellement, tout comme Cédric, j'ai été déçu par ce choix et si nous n'avions pas été au courant du menu, nous aurions pu imaginer qu'il s'agissait du trou normand faisant suite à une première entrée très légère et à une seconde, certe, un peu bourrative. Vu ma faim, je n'aurais pas eu de peine à déguster un nouveau plat.

Vers 22h30', le repas terminé, il était temps de rentrer car nous devions d'abord passer chez ma belle-mère, à Grivegnée, récupérer notre petite fille. Mais, Cédric et son père insistant lourdement pour que nous prenions un dernier café, nous avons fini par accepter.
Il faut savoir que ma femme avait son anniversaire 2 jours plus tard et que tout au long du repas, ils avaient fait des allusions, s'excusant de ne pas pouvoir offrir le gateau à Maud.
Quelques minutes plus tard, les lumières s'éteignaient et une élève apportait un petit bavarois surmonté d'une bougie pendant que les autres élèves entonnaient un happy birthday Maud.
Un grand moment d'émotion pour elle qui ne s'attendait pas à cela et qui a été très touchée alors qu'habituellement une telle situation la gène un peu.

Nous sommes finalement parti vers 23h00' et, après avoir récupéré notre fille, nous avons pris le chemin de la maison du papy de Maud ou nous logions.

Sur la route, comme j'avais toujours faim, je me suis mis à la recherche d'une friterie. Mais après être passé devant la troisième, fermée comme les 2 autres, j'ai bien du me rendre à l'évidence que Grivegnée, même si situé non loin de Liège, n'a rien à voir avec le centre animé de cette cité ni même avec celui, pourtant bien moins couru, de La Louvière. Autant d'endroits ou j'aurais trouvé, sans peine, ce que je cherchais.

Une fois rentré à la maison, j'ai finalement mangé un sandwich car cette quête de la frite n'était pas une simple envie mais la conséquence d'une réelle faim.

04/09/2009

La Table d'Or (La Louvière)

Ce dimanche, c'était l'anniversaire de Laurence, ma soeur cadette.
C'est ainsi qu'exceptionnellement (habituellement, cela se passe chez maman pour un repas de famille), nous nous sommes retrouvés, ma femme, ma fille, ma maman, mes soeurs et mes neveux, au restaurant. Et pas n'importe lequel puisqu'il s'agissait de La Table d'Or, l'une des tables réputées (et primées par les professionnels tels le Guide Delta ou le Michelin) de la région.

Comme vous pouvez le constater sur les 2 photos ci-dessous, il s'agit d'un restaurant de standing situé dans une maison de maître et décoré avec gout.

Article 127 - La table d'or - salle (1)Article 127 - La table d'or - salle (2)

 

 

 

 

 

Ma femme et moi avions déjà eu l'occasion de le découvrir, l'an passé lorsque je lui avais fait la surprise de l'y amener à l'occasion de son anniversaire, elle qui rêvait de le découvrir depuis qu'elle m'a rencontré.
A l'époque, c'était en hiver, nous étions installés dans l'une des pièces de devant tandis que cette fois, nous étions dans une salle à l'arrière avec vue (et accès) sur le magnifique jardin. L'occasion aussi de voir le chef aller régulièrement chercher les herbes cultivées dans son jardin pour ses préparations.

En ce qui concerne le choix, il ne fut pas difficile puisque nous avions consulté la carte sur internet et fait le choix du menu pour les Epicuriens.

Article 127 -  Duo de mise en bouche

Pour démarrer, nous avons quasi tous choisis l'apéritif maison, un kir à base de cidre brut. Excellent, accompagné dans un premier temps de petits toasts et ensuite du Duo de mise en bouche constitué d'un gazpacho de tomates et poivrons et d'un souflé au gruyère.

Article 127 -  L'entrée froide

En entrée froide, le plat que j'ai préféré, La tartine flamboyante au foie gras et au spéculoos et sa petite sauce avec également une compote d'abricots. Le meilleur plat à base de foie gras que j'aie jamais mangé !

Article 127 -  L'entrée chaude

En entrée chaude, la Trilogie de boudin noir, noix de Sain Jacques et scampi. Coulis d'airelles aromatisé à l'Armagnac du Château Pierron, un mariage étonnant, et néanmoins excellent, que nous avions déjà eu l'occasion de gouter, avec un plat similaire, lors de notre première visite.

Avant d'entamer le plat principal, un sorbet à la pomme verte nous a été servi.

Article 127 -  Le plat

En plat, Aiguillettes de magret de canard, sauce au gingembre et à l'orange, le tout accompagné d'une carotte, d'un morceau de patate douce, d'une pomme de terre au four et d'une poire cuite dans je ne sais quel jus pour lui donner cette jolie coloration orange. Plat excellent si ce n'est la cuisson basique des légumes (simplement cuit à l'eau) qui m'a fait dire que les légumes dégustés à l'Aléandro, le précédant restaurant que nous avions visité Maud et moi, était encore meilleur car cuit au bouillon.

Article 127 -  Le dessert

Enfin, le dessert aurait du être la très alléchante nougatine de framboises et chocolat blanc, chantilly à la liqueur de fraises des bois pour moi qui adore les framboises et le chocolat blanc. Hélas, le chef n'ayant pas été livré des ingrédients nécessaires, le dessert proposé était finalement une classique assiette de desserts. Enfin, pas si classique que cela puisque composée d'une crème brulée à la fraise, d'une soupe de kiwi à la vodka et, seule note classique, une glace maison au speculoos tellement riche qu'on avait l'impression de manger de la crème.
Ma femme quant elle, pas tellement sucrée et surtout fromage, avait choisi le chariot de fromages. Un choix de 5 fromages dont elle élimina simplement le bleu qu'elle n'aime pas. Elle se retrouva avec une jolie assiette constituée d'un coulommier, d'un pecorino au poivre, d'un maredsous et d'un brie affiné au porto et aux noix par la maison, le tout agrémenté de quelques raisins et d'une fraise.

En conclusion, nous avons passé une excellente après-midi dans un cadre magnifique à déguster des plats succulents.

cadre et ambiance: 10/10
service: 10/10 (service impeccable effectué par un maître de salle très prévenant)
qualité: 10/10 (même remarque qu'à l'Aleandro)
rapport qualité/prix: 8/10 (la seule note qui n'est pas maximum vu le prix d'un tel menu également justifié par le prestige du restaurant)

22/08/2009

Mes statistiques Motigo après un an d'audit

Après le premier anniversaire de ce blog, voici le premier anniversaire de mes statistiques. En effet, mon blog est audité depuis le 22 août 2008 par Motigo.

Vu mon côté fan de statistiques, je ne pouvais évidemment pas me contenter du compteur de visites fourni par skynetblog. J'avais également besoin d'avoir un détail par nombre de pages vues et par visiteurs. Grace à Motigo, j'ai cette information ainsi que d'autres et particulièrement celle concernant l'origine géographique de mes visiteurs.
Cet intérêt pour la géographie et les voyages ainsi que mon côté collectionneur fait que j'apprécie toujours découvrir que mon blog a été consulté dans de nouveaux pays. Je suis ainsi très content de constater qu'il a été vu aux 4 coins du monde ou plutôt sur les 5 continents décomposés d'ailleurs en 7 zones géographiques sur Motigo comme vous pouvez le constater dans le détail ci-dessous.

1. Europe                 4.479 (92,6 %) pages visitées
2. Amérique du Nord    176 ( 3,6 %)
3. Afrique                   114 ( 2,4 %)
4. Asie                         25 ( 0,5 %)
5. Amérique centrale     23 ( 0,5 %)
6. Amérique du Sud        5 ( 0,1 %)
7. Australie                    3 ( 0,1 %)
8. Inconnu                   14 ( 0,3 %)

Je vous laisse tout le loisir de consulter ces statistiques géographiques directement sur le site de motigo en cliquant sur le bouton situé dans la colonne de gauche mais je ne résiste pas au plaisir de lister les 52 entités (en fait, 46 pays (provenant donc des 5 continents !) + les domaines et territoires d'outer-mer français (les fameux Dom-Tom)) qui se sont déjà connectées sur mon blog car certains font rêver comme le Costa Rica, le Brésil ou la Polynésie française.

 1. Belgique            2.338 (48,3 %)
 2. France               1.980 (40,9 %)
 3. Canada                156 ( 3,2 %)
 4. Suisse                   56 ( 1,2 %)
 5. Algérie                   45 ( 0,9 %)
 6. Maroc                    45 ( 0.9 %)
 7. États-Unis              20 ( 0,4 %)
 8. Allemagne             19 ( 0,4 %)
 9. Royaume-Uni         17 ( 0,4 %)
10. Tunisie                 15 ( 0,3 %)
11. Luxembourg          14  (0.3 %)
12. Espagne                12 ( 0,2 %)
13. Réunion                11 ( 0,2 %) France
14. Guadeloupe           11 ( 0,2 %) France
15. Italie                      7 ( 0,1 %)
16. Roumanie               6 ( 0,1 %)
17. Turquie                   5 ( 0,1 %)
18. Chine                     4 ( 0,1 %)
19. Côte d'Ivoire           4 ( 0,1 %)
20. Inde                       4 ( 0,1 %)
21. Guyane française     4 ( 0,1 %) France
22. Danemark               3 ( 0,1 %)
23. République Tchèque 3 ( 0,1 %) 
24. Andorre                   3 ( 0,1 %)
25. Pologne                  3 ( 0,1 %)
26. Mexique                  3 ( 0,1 %)
27. Maurice                   3 ( 0,1 %)
28. Martinique               3 ( 0,1 %)  (France)
29. Autriche                   2 ( 0,1 %)
30. Portugal                  2 ( 0,1 %)
31. Hongrie                   2 ( 0,1 %)
32. Pays-Bas                 2 ( 0,1 %)
33. Polynésie française   2 ( 0,1 %) (France)
34. Israël                      2 ( 0,1 %)
35. Sénégal                  2 ( 0,1 %)
36. Slovaquie                1 ( 0,1 %)
37. Cameroun               1 ( 0,1 %)
38. Brésil                      1 ( 0,1 %)
39. Égypte                    1 ( 0,1 %)
40. Burkina Faso            1 ( 0,1 %)
41. Arabie Saoudite        1 ( 0,1 %)
42. Costa Rica               1 ( 0,1 %)
43. Porto Rico                1 ( 0,1 %)
44. Rép. dominicaine      1 ( 0,1 %)
45. Hong Kong               1 ( 0,1 %)
46. Irlande                    1 ( 0,1 %)
47. Finlande                  1 ( 0,1 %)
48. Liban                       1 ( 0,1 %)
49. Corée du Sud           1 ( 0,1 %) 
50. Grèce                      1 ( 0,1 %)
51. Nouvelle-Calédonie   1 ( 0,1 %) (France)
52. Bosnie-Herzégovine   1 ( 0,1 %)

Si vous êtes intéressés par l'utilisation de Motigo, sachez qu'ils fournissent encore d'autres informations comme les statistiques du nombre de visiteurs et de pages vues jour par jour, semaine par semaine ou mois par mois et des informations simplement anecdotiques pour moi comme par exemple les moteurs de recherche qu'utilisent les visiteurs, les systèmes d'exploitation de leur pc ou encore via quels liens ou quels mots-clés ils sont arrivés sur mon blog ou à quels moments ont lieu les visites sur mon blog ventilées sur les 7 jours de la semaine ou les 24 heures d'une journée (voir notamment ici).

Pour terminer avec encore quelques chiffres, sachant que j'ai aussi un blog backup sur overblog qui est un tout aussi fréquenté avec 4092 visites et 5331 pages lues qui s'ajoutent aux 3720 visites et 4839 pages vues de mon skynetblog, cela me fait donc en un an 7812 visites et 10170 pages lues. Mon compteur skynet indiquant lui désormais 24941.

08/08/2009

Premier anniversaire

Article 120 - gâteau anniversaire

L'heure d'un premier bilan a sonné puisque cela fait exactement un an jour pour jour que j'ai créé ce blog.

Au niveau du fond, donc de son contenu, j'en suis content car il correspond peu ou prou à ce que j'imaginais.
Si dans un premier temps, il était effectivement constitué, comme je l'ai décrit dans mon deuxième article intitulé "Qu'allez-vous trouver dans ce blog ?", par un mélange de sujets personnels et d'autres insolites, humoristiques ou informatifs, depuis la mi-octobre (même si depuis la fin juin, la tendance s'est complètement inversée), il est devenu plus personnel avec une majorité d'articles consacrés à mon actualité ou à des anecdotes passée de ma vie.
Mes articles sont aussi beaucoup plus longs que prévu même quand l'idée de départ est toute simple comme récemment l'article sur Max Pécas pour signaler qu'il a fait tourner de futurs talents, celui sur les Charlots pour simplement mettre en évidence leurs succès au box office et maintenant celui-ci, beaucoup de bloggeur se contentant de signaler le fait, éventuellement accompagné d'un bref commentaire, sans se lancer dans un bilan des 12 derniers mois.
Ceci est du au fait que j'apprécie écrire sans pouvoir m'empêcher de donner un maximum de détail que je n'arrive pas toujours à résumer au moment de rédiger la version finale de l'article. Mais, même si certains, la plupart même, me prennent beaucoup de temps, je prend beaucoup de plaisir à les écire.

En ce qui concerne la forme, la mise en page donc, elle s'est améliorée sans que je n'aie encore pris le temps (que parfois je n'ai pas mais que souvent je ne prend pas) d'améliorer le design choisi. Heureusement, au niveau de la mise en page individuelle d'un article, je me suis un peu amélioré en uniformisant plus ou moins la largeur de la colonne des articles (consulter les archives des mois d'août, d'octobre et de novembre 2008 ou de février et mars 2009) pour constater que la mise en page n'était pas jolie du tout avec des articles qui généraient un agrandissement de la colonne centrale et d'autres qui la remplissaient à peine). Mais cela n'empêche que j'envisage toujours de travailler un jour son esthétique que je trouve actuellement trop minimaliste et qui ne correspond pas à ce que je veux, surtout au niveau des éléments figurant dans les colonnes latérales.

Pour revenir au contenu de mon blog, en un an, j'ai posté 119 articles (celui-ci est le 120è) ce qui correspond à 2,28 articles par semaine. Je reste donc dans la moyenne que je m'étais fixée, soit 2 à 3 articles par semaine. Au début, je m'imposais de mettre en ligne minimum 2 articles par semaine ce qui m'a parfois amené à faire du remplissage en créant des articles que je ne mettrais plus sur mon blog aujourd'hui. Maintenant que mon blog a atteint une vitesse de croisière honorable sans plus (mon compteur de statistique skynet affiche, en ce jour anniversaire, 22541), j'ai fait le choix de ne plus poster que quand j'ai quelque chose à dire ou à faire découvrir. Cela signifie que certaines semaines, je pourrais poster 3, 4 voire 5 articles alors que d'autres je n'en posterais qu'un seul voire pas du tout.

Ces 119 articles se ventilent en:
08 Cinéma (soit 6,72%)
03 Coups de gueule (soit 2,52%)
08 Humour (soit 6,72%)
18 Insolite (soit 15,13%)
10 Musique (soit 8,40%)
03 Photographie (soit 2,52%)
06 Revue de presse (soit 5,04%)
06 Un peu de culture (soit 5,04%) 
09 Vie du blog (soit 7,56%)
16 Vie perso - Au quotidien (soit 13,45%)
05 Vie perso - Dans le rétro (soit 4,20%)
05 Vie perso - Mes délires (soit 4,20%)
12 Vie perso - Resto (soir 10,08%)
10 Vie perso - Voyage (soit 8,40%)
Soit 51 articles personnels (42,86%), 9 sur la vie du blog (7,56%) et 59 autres (49,58%).

Toutes ces statistiques démontrent une facette de ma personnalité, mon côté maniaque et le fait que je sois féru de chiffres.

Pour conclure, je dirais que, pour la première fois, depuis que j'ai créé ce blog, je l'ai revu du premier au dernier article, histoire de préparer celui-ci. Et si par 2 fois, je me suis demandé si cela valait le coup de continuer, aujourd'hui, je ne me pose plus la question car je suis vraiment content du résultat.

15:07 Écrit par slumle dans Vie du blog | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : anniversaire, blog, statistique |  Facebook |

11/05/2009

Le dîner presque parfait à l'occasion de l'anniversaire de Kristen

Ce samedi 9 mai, c'était l'anniversaire de notre fille, Kristen. 4 ans, déjà.
L'occasion d'organiser, en soirée, un petit repas sympa avec une partie de la famille: sa grand-maman, sa marraine, et ses tonton, tantine et cousins du côté paternel. Pas de représentant de la famille maternelle puisque son arrière-grand-père étant fort malade, sa fille, la mamy de Kristen devait rester à Liège pour s'occuper de lui tandis que son parrain, musicien professionnel était en concert aux Pays-Bas.
Habituellement, on fête les anniversaires le dimanche midi mais il n'aurait de toute manière pas pu être présent. Et comme maintenant, dans la famille, on est quelques uns à ne plus aimer programmer ce genre de repas familial le dimanche parce qu'ils durent génralement jusque 17-18h, parfois même un peu plus tard, ne laissant plus après qu'un minuscule bout de week-end avant la reprise du boulot (ou de l'école) le lundi matin, il n'y avait donc aucune raison de ne pas le programmer ce samedi vers 18h.

Ma femme est une fana de l'émission un dîner presque parfait, regardant le plus souvent possible (en clair, quand elle est à la maison), la diffusion de l'émission sur RTL à 17h30' et un peu plus tard, vers 19h, celle sur Plug RTL avec séance de rattrapage le dimanche après-midi (les 5 émissions du soir sont rediffusées sur Plug RTL) quand c'est nécessaire.
Consciemment ou inconsciemment, cela l'a amenée à concocter un menu dans l'esprit de l'émission puisque, outre une entrée et un plat principal, elle a également choisi de réaliser un dessert (habituellement, on propose quelque chose acheté tout fait ou presque comme par exemple de la glace quand on ne fait pas carrément l'impasse sur le dessert quand il y a du gâteau) et surtout de proposer avec l'apéritif des zakouskis réalisés par ses soins (la aussi, habituellement, on achète du tout fait à passer au four ou à la friture).

Le menu proposé était le suivant.

Apéritif.
De l'Asti accompagné de 3 zakouskis (ma femme, question de temps, ne voulait en faire que 2 mais j'ai trouvé que ce serait plus classe avec 3 et lui ai donc proposé de faire le 3ème) à savoir une Galette au saumon fumé (avec aussi du fromage frais aux noix), des Petits chaussons aux pétoncles (avec aussi des crevettes roses, des champignons, de la crème épaisse et du cognac) et une Tortilla espagnole au poivron (préparée par mes soins).

Entrée.
Salade croquante, papillons de scampis et vinaigrette de mangue (avec différentes sortes de salade - lolo,mâche,roquette,cressonnette -, mangue et pignons de pin).

Plat principal.
Aiguillettes de poulet, couscous parfumé aux saveurs marocaines et ses légumes.

Dessert.
Mousseline aux framboises (avec aussi biscuits à la cuillère, citron et une crème aux oeufs réalisée par ma femme).

Pour finir.
Gateau au chocolat.

Autant de recettes à refaire à l'exception peut-être du plat principal tel qu'il est proposé dans la recette car un peu sec (on n'utilise pas le jus des légumes) avec des légumes manquant un peu de saveur dans la configuration de la recette car simplement cuit à l'eau. Mais comme on avait fait un test (le seul plat testé d'ailleurs car on craignait qu'il ne soit trop sec), ma femme avait rajouté un cube de bouillon pour cuire les légumes et donné la possibilité de mouiller et ajouté le jus de cuisson des légumes pour mouiller un peu le couscous.

Article 96 - Revues recettes

Pour ceux et celles qui seraient intéressés, les recettes proposées figurent dans les magazines illustrés ci-dessus.
Maxi Cuisine Printemps 2009 pour les 3 zakouskis et le dessert.
A Table (magazine publicitaire mensuel des magasins Spar) n°5 du mois de mai 2009 pour l'entrée.
Affaires à suivre...... (bimensuel publicitaire des magasins Delhaize) du 30/04/09 au 13/05/09.

01/02/2009

Bilan du week-end à Liège et histoire de grippe

J'évoquais hier l'excellente soirée passée à l'Orchidée Blanche et l'excellent début de week-end passé à Liège pour y fêter l'anniversaire de Maud, ma femme.

La suite ne fut hélas pas aussi réussie puisque le lendemain, Maud s'est réveillée légèrement fiévreuse et courbaturée et ça n'a été que de mal en pis au point que, lors de nos courses matinales chez Delhaize pour préparer son repas d'anniversaire du soir, elle demanda d'aller se reposer dans la voiture alors que se profilait un bon quart d'heure de file: elle ne tenait plus sur ses jambes. Elle a finalement passé l'après-midi au lit (pas de ballade en centre ville donc) pour être présente (en pyjama) lors de son repas d'anniversaire en famille (au menu, foie gras, rôti ardennais et gâteau aux fruits et crème fraiche).
Le lendemain, rebelote, pas de promenade sur la Batte mais de nouveau une matinée au lit.

Un bilan du week-end mitigé donc. Heureusement qu'il y a eu cette magnifique soirée du vendredi.

Ensuite, ce fut moi qui fut atteind par la grippe.

Dans la nuit de dimanche à lundi, je me réveillais fiévreux et courbaturé mais quelques heures plus tard, au moment de partir travailler, je me sentais un peu mieux. Arrivé au bureau, dès 7h, je prenais un dafalgan et me sentais très vite tout à fait bien.

Mais la grippe, sournoise, me guettait.

J'avais une journée de présentation des objectifs futurs du service qui commençait à 9h30' et devait se terminer à 14h. Par expérience, je savais qu'elle se terminerait avec un certain retard. J'aurais donc du, pendant le break pour le repas, aller reprendre un dafalgan puisque cela faisait déjà 6h que j'avais pris le premier. Mais comme j'allais bien, je n'y ai pas songé. Résultat, dès que les présentations ont repris, je me suis mis à tousser fréquemment et avoir froid. La grippe reprenait le dessus.
A la fin de la réunion, je pris enfin un second dafalgan vers 15h30' et rentrait chez moi une heure plus tard. Le médicament ayant fait son effet, je n'avais que 37.6° de fièvre mais au moment de me coucher, j'avais 38.5°.

Je me doutais que ma semaine de travail était déjà terminée.

Effectivement, le lendemai matin, si je n'étais pas trop courbaturé, je souffrais de vertige et avait 38.8° de fièvre. Impossible d'envisager me déplacer et encore moins me concentrer pour travailler.
J'appelais donc le médecin pour moi et toute la famille car Maud était toujours malade avec du 38° de fièvre et Kristen notre fille était à peine mieux.

J'ai passé l'essentiel de ce premier jour de grippe à dormir et les 2 jours suivants, mercredi et jeudi, j'ai chaque fois fait une sieste l'après-midi.
Ce n'est que vendredi matin que je me suis senti nettement mieux.
Après 3 jours passés en pyjama sans sortir, nous avons pu enfin profiter de l'une de ces journées froides mais ensoleillées que l'on connaissait depuis le début de la semaine.

Le bilan de la semaine n'est finalement pas trop mauvais puisqu'une fois sous dafalgan et quoique très abattu, la grippe n'était plus trop contraignante et m'a donné l'occasion de bien me reposer et de rattrapper un peu de ma dette de sommeil causée par ma fille: depuis une dizaine de jours, elle était difficile, parfois malade, se réveillant pendant la nuit parce qu'elle avait peur, ou qu'elle avait vomi ou avait la diarrhée. La plupart du temps, elle écourtait ses nuits, étant même parfois éveillée dès 6h30', même le week-end !
Cette semaine par contre, légèrement accablée par la maladie, elle ne se levait pas avant 9h30' et faisait la sieste chaque après-midi, chose qui était devenue rare.

Pour terminer, cette semaine de maladie explique pourquoi j'ai mis autant de temps avant de poster mon article compte-rendu sur notre visite à l'Orchidée Blanche. L'article était commencé depuis lundi, mais depuis, je n'étais plus en état de le continuer.

22/01/2009

Week-end à Liège et choix d'un restaurant pour l'occasion

A l'occasion de l'anniversaire de Maud, ma femme, nous allons passer ce week-end dans sa famille à Grivegnée, entité de Liège.

Au programme, souper en tête à tête ce vendredi soir au restaurant l'Orchidée Blanche à Ougrée (Sart Tilman), ballade en centre ville le lendemain après-midi et, le soir, souper d'anniversaire en famille chez son papy avec sa maman et son beau-père. Enfin, dimanche matin, ballade sur la Batte.

Pour ceux qui ne connaissent pas, la Batte est l'un des plus grands marchés de Wallonie qui s'étend le long de la Meuse sur 2 ou 3 kilomètres sur le quai du même nom.

Mon idée première était d'aller au restaurant en famille le jour exact de son anniversaire soit le samedi 24 janvier. Mais vu que son papy est assez âgé (bientôt 89 ans), qu'il n'aurait probablement pas voulu venir et qu'autant ma belle-mère que moi-même tenons à ce qu'il soit présent, ce qui doit aussi être le cas de Maud, nous avons donc décidé de fêter l'anniversaire de ma femme en famille le samedi soir chez son papy.

J'ai malgré tout décidé de maintenir la sortie au restaurant mais de la déplacer à la veille, rien que pour Maud et moi.

Pour le choix du restaurant, je tenais à en trouver un qu'elle ne connaissait pas ou, tout au moins, qu'elle n'avait pas encore fréquenté. Sachant qu'elle a vécu près de 30 ans à Liège et qu'elle allait régulièrement au restaurant en centre ville, j'ai eu l'idée d'en chercher un en périphérie liégeoise. Et comme je ne suis pas du coin, que je ne connais que quelques restaurants en centre ville, ceux ou elle m'a emmené et ceux dont elle m'a parlé, et que je n'ai aucun écho, que ce soit via des connaissances ou via la presse par exemple, des bonnes tables de la région, je me suis fort logiquement tourné vers internet pour effectuer mon choix.

Internet est devenu de nos jours un excellent média publicitaire ce que tous les restaurateurs n'ont pas compris.
Je me suis donc connecté sur l'un des sites de référence concernant les restaurants, resto.be. Pour ceux qui ne connaissent pas, ce site recense un grand nombre de restaurants que l'on peut rechercher selon différents critères (nom, lieux, type de cuisine). Pour les restaurants qui en possèdent un, il renseigne également leur site web.
Et c'est la que certains restaurateurs font fausses routes en ne le mettant pas à jour. Je suis ainsi tombé sur un restaurant qui proposait le détail de son menu d'été (alors que nous sommes en hiver) ou plus fort un autre qui mettait en exergue un menu de 2005 ! D'autres encore ne mettent pas leur carte, ou les prix demandés sur le site.
Sachant que j'aime bien avoir une idée de ce que je peux trouver dans mon assiette, et à quel prix, ces restaurants ont automatiquement été éliminés de mon choix.

Après une première sélection, j'ai finalement choisi l'Orchidée blanche qui m'a séduit avec son menu "Hommes d'affaires". En effet, à côté de son menu Prestige 7 services à 52 euros (65 euros vins compris), ce restaurant reconnu (depuis lors je me suis renseigné auprès de ma belle-mère) propose en semaine (du lundi midi au vendredi soir) ce menu 5 services au prix démocratique de 32 euros tout compris.
Par ces temps de crise, l'occasion de s'offrir un restaurant de qualité à petit prix.

Lorsqu'on sait que pour ce prix, il propose l'apéritif (et ses mises en bouche), un verre de vin blanc avec l'entrée (à choisir parmi 4 propositions et une variante), un verre de vin rouge avec le plat (à choisir parmi 3 propositions), un dessert (au choix parmi 3 également) et le café (et ses garnitures), cela représente le meilleur rapport qualité-prix parmi les nombreuses cartes et menus que j'ai consulté.
Et même l'un des meilleurs d'un point de vue prix tout court: 32 euros pour un menu 5 services, boisson comprise, dans un restaurant de ce niveau, difficile de faire mieux.

J'espère avoir fait le bon choix.
Réponse pour moi demain soir et pour vous, lecteurs, début de la semaine prochaine, le temps que je rentre de Liège, que je rédige et que je poste mon article sur la soirée.

 

Vous trouverez ci-dessous les 2 menus évoqués dans mon article tel qu'ils se présentent aujourd'hui, jeudi 22 janvier 2009.
Si vous désirez connaitre le menu actuel, reportez-vous sur le site du restaurant ou pour un accès direct, choisissez le menu Hommes d'Affaires ou le menu Prestige.

Article 67 - Menu Hommes d'Affaires

 

Article 67 - Menu Prestige