14/12/2008

Pizza Paï et nocturne Auchan

Ce vendredi soir, j'ai renoué avec une petite tradition, les courses chez Auchan précédées d'un repas chez Pizza Paï.

J'adore faire les courses pour découvrir de nouveaux produits, raison pour laquelle, à côté des 2 grandes surfaces que je fréquente régulièrement, Cora et Carrefour, je fais également mes courses de temps en temps chez les autres grandes enseignes du pays, histoire de voir s'il n'ont pas des produits inédits.

Sachant que les magasins français proposent en plus plein de produits non distribués chez nous, qui plus est alors que nous en découvrons certains via la pub sur les chaines de télés françaises, nous aimons quand nous sommes en vacances en France, "visiter" l'une ou l'autre grande surface plutot que les musées (et oui, à chacun sa culture).

A ce sujet, je me rend compte que je n'ai toujours pas finalisé (et donc mis en ligne) l'article sur les produits que j'ai découvert lors de mes vacances en Bretagne en septembre dernier.

Mais pour revenir à l'objet de l'article, et sachant que la France n'est pas très éloignée d'ou j'habite, de temps en temps, je franchis la frontière pour aller au magasin Auchan le plus proche.
Sachant aussi que j'ai horreur des allées embouteillées et de faire la file 15-20' aux caisses, j'ai pris l'habitude depuis que j'ai appris que ces magasins sont ouverts jusque 22h, d'y faire mes courses en "nocturne" à la place d'une classique soirée télé.
En plus, cela faisait bien 2 ou 3 ans que je n'avais plus été au magasin Auchan de Louvroil (près de Maubeuge). Les dernières visites aux enseignes françaises ayant été faites lors de mes dernières vacances dans le pays en Bretagne, en Alsace ou encore en Provence.

Arrivé vers 18h, nous (ma femme et ma fille évidemment) sommes d'abord allé souper chez Pizza Paï, une chaine de restaurants découverte lors d'un voyage de formation à Paris il y a quelques années déjà (cela devait être en 1997 ou 1998) et que j'avais appréciée.
Je me suis donc fait un plaisir d'y retourner puisque cela faisait aussi 2 ou 3 ans que je ne l'avais plus fréquentée.

Après une entrée froide, le buffet d'entrée à volonté, inclu dans le prix du plat principal, j'ai choisi la pizza Troppo Buona ! composée de sauce crémée, mozzarella, oignons, tomate fraîche, viande de bœuf hachée, cheddar, sauce burger, origan. Trop bonne, comme son nom. Et pour terminer, en dessert, un nougat glacé.
Ma femme, elle, après la même entrée, a choisi les tagliatelles poulet écrevisse à la sauce crémée à la bisque de homard.
Quant à ma fille, nous lui avons choisi le menu rigolo composé du buffet d'entrées à volonté, d'un plat à choisir entre pizza, pâte ou steak haché et d'un choix de 4 desserts accompagné d'une boisson à volonté.
Pour le plat, Kristen a choisi la pizza composé de sauce tomate et de mozarella auquel elle pouvait ajouter 3 ingrédients. Nous lui avons choisi le jambon et la bolognaise (les autres choix étant champignon, merguez, poulet, fromage de chèvre).
Tout cela dans un cadre agréable avec même un coin jeu pour les enfants ou Kristen s'est bien amusée et s'est faite 2 copines le temps du repas.

Ensuite, nous sommes sortis chercher un caddie et nous sommes entrés dans le magasin peu avant 20h pour n'en sortir qu'après 21h30', en ayant ainsi évité la cohue, et quasiment sans attente aux caisses.
Le chariot chargé de nouveautés ou de produits déjà connus mais seulement disponibles en France.

Mais cela, j'en parlerais dans de prochains articles et notamment dans celui consacré à notre réveillon de nouvel An puisque nous avons déjà quasiment fait le plein des petites douceurs qui ravirons nos papilles.

09/12/2008

Le métier de mes rêves: verbalisant indépendant

Je ne sais pas si je dois classer cet article dans la rubrique mes délires (c'en est un) ou dans la rubrique coup de gueule (il y a de cela aussi).

Toujours est-il que, quand je circule en voiture, je suis, comme beaucoup, irrité par le comportement de certains usagers - même si je ne suis pas moi-même toujours exemplaire - qui négligent certaines règles les plus élémentaires du code de la route comme simplement l'utilisation du clignoteur pour indiquer leur intention d'effectuer une manoeuvre.

Pourtant, c'est bien cela l'utilité du clignoteur, signaler la manoeuvre que l'on veut effectuer et non indiquer celle que l'on est occupé à faire.

En effet, à côté de ceux qui changent de direction sans l'utiliser, il y a ceux qui commencent à ralentir, à rouler au pas, puis, au moment ou on comprend qu'ils essayent de se garer, actionnent leur clignoteur.
Pendant ce temps, nous, on les suit et on se retrouve bloqué derrière eux, trop près que pour pouvoir effectuer une manoeuvre de dépassement (dans le cas ou la circulation et la configuration des lieux le permettent) alors que, prévenu, on aurait anticipé cette manoeuvre de dépassement ou tout au moins adapté sa vitesse pour se préparer à s'arrêter.

Même manque de respect des autres quand on attend de s'engager sur une route prioritaire alors qu'un véhicule arrive de la gauche. On patiente, vu qu'il est prioritaire, et finalement, sans utiliser son clignoteur (ou en le mettant au dernier moment), ce véhicule tourne à droite. On aurait donc pu s'engager. Et c'est d'autant plus ralant si on voulait tourner à gauche, que la voie était libre et que maintenant elle ne l'est plus.

Ou encore, plus irritant, même si cela arrive plus rarement, lorsqu'on suis une voiture qui roule en dessous de la vitesse autorisée alors qu'on approche d'un feu de signalisation en phase verte depuis pas mal de temps. Alors que le feu passe à l'orange, le véhicule, qui est tout proche du feu, accélère et passe (commettant au passage une infraction) tandis qu'on reste bloqué à la phase rouge alors que s'il avait roulé normalement, on aurait pu passer tous les 2 au vert.

Certains jours, je tombe sur plusieurs de ces cas et je pense alors à un métier qui n'existe pas mais que je me plais à imaginer: le verbalisant indépendant.

A l'instar des chasseurs de prime aux Etat-Unis, je bénéficierais d'un statut qui me permettrait de verbaliser tous ces conducteurs inciviques. Cela ne couterait rien à la communauté, cela rapporterait même.
Le principe serait que je sois assermenté de telle sorte que chaque infraction ne puisse être niée mais pour éviter tout recours je pourrais avoir une caméra embarquée (achetée et installée à mes frais) qui filmerait les infractions. Ainsi, je pourrais verbaliser chaque incivilité que j'observerais.
Je ne toucherais aucun salaire, aucun frais professionnel (tout serait à ma charge, la caméra donc mais aussi l'achat de la voiture, le paiement de l'essence, des entretiens, ...). Je serais juste payé au pourcentage. Une partie de l'amende pour moi, l'autre pour l'état (qui ferait un bénéfice net sans rien avoir à faire d'autre que légiférer pour légaliser le job).

Même avec des amendes pas très élevées (style 15 euros pour un clignoteur omis - 10 pour moi, 5 pour l'état), je gagnerais bien ma vie vu le nombre de comportements répréhensibles que je peux rencontrer sur un court laps de temps.
D'autant que je n'aurais pas toujours besoin de prendre la route spécifiquement pour traquer ces inciviques. Je gagnerais déjà pas mal rien que pendant mes déplacements privés (style conduire ma fille à l'école, aller rendre visite à la famille, faire mes courses ou simplement me promener à gauche ou à droite).

07/12/2008

Le jeu des portes appliqué au jeu des boîtes

Récemment, un collègue m'a soumis cette énigme qui fut apparemment l'objet d'un jeu populaire à la télévision américaine.

Sur le plateau, il y avait 3 portes. Derrière l'une d'entre elle, se cachait le gros lot, une voiture par exemple, tandis que les 2 autres s'ouvraient sur un cadeau ridicule, style un filet garni.
Le principe était que le candidat devait désigner une porte, sans l'ouvrir. L'animateur, qui savait ou se cachait le gros lot, ouvrait alors une mauvaise porte parmi les 2 non choisies par le candidat. Le candidat avait alors le choix d'ouvrir la porte qu'il avait initialement choisie ou de changer et de prendre l'autre qui n'était pas encore ouverte.

Avant, ma manière de jouer aurait été de garder mon choix initial puisque j'avais une chance sur deux de gagner plutot que de changer et de raler dans le cas ou la porte choisie initialement était la bonne.

Mais depuis que j'ai découvert cet article: http://www.ilemaths.net/forum-sujet-12276.html  mon avis a évidemment changé puisque mes chances doublent (dans ce cas précis) en choisissant l'autre porte.

Les explications dans cet article sont longues et parfois nébuleuses. J'ai d'ailleurs du m'y reprendre à plusieurs fois pour les comprendre et être convaincu. Raison pour lesquelles je tente un résumé avec 100 portes plutot que 3 pour que ce soit plus marquant.

Imaginons donc qu'il y ait 100 portes, une bonne et 99 mauvaises. Lorsque je fais mon premier choix, j'ai une chance sur 100 de trouver la bonne tandis qu'il y a 99 chances sur 100 que j'aie tort et que la bonne porte figure parmi ces 99.
Sachant que l'animateur ouvre 98 mauvaises portes, parmi ces 99 en sachant ou est la bonne, j'ai donc tout intérêt à changer de porte puisque, si la bonne porte n'est pas celle que j'ai choisie, j'ai 99 chances sur 100 de trouver la bonne.
L'erreur est de penser qu'au moment du choix, lorsqu'il ne reste plus que 2 portes, j'ai une chance sur 2 alors qu'il faut tenir compte des portes déjà ouvertes en toute connaissance de cause (ce n'est pas l'effet du hasard, l'animateur sachant qu'elles étaient mauvaises).

Ce qui m'amène au jeu des boites. Il s'agit en fait du jeu télévisé d'Arthur qui s'appelle 'A prendre ou à laisser'. Il met aux prises 24 candidats qui sont en possession chacun d'une boite contenant un montant inconnu. Ce dernier peut être ridicule ou gigantesque (entre 0,01 € et 1 000 000 € pour la version française). Un candidat est sélectionné et il doit éliminer les autres boîtes. Il reçoit régulièrement des appels du banquier qui lui propose soit d’échanger sa boite avec une autre, soit d’arrêter le jeu et de repartir avec un montant fixé par le banquier.
L'échange pouvait survenir à tout moment y compris en toute fin de jeu, alors qu'il ne restait que 2 boites.

Quand cela arrivait, je maudissais le candidat qui choisissait l'échange et s'il perdait, je me disais que c'était bien fait pour lui car ses regrets étaient plus grands de savoir que la bonne boite était en sa possession.

Et c'est la que j'avais tout faux puisqu'en fonction de l'explication concernant le jeu des portes, il avait 1 chance sur 24 pour que la plus grosse somme soit dans sa boite et 23 chances pour que ce soit la plus petite. Il avait donc tout intérêt de demander l'échange.

Maintenant, je dois reconnaitre que si l'échange était proposé plus tot dans le jeu, alors qu'il ne restait que 4 boîte, par exemple, le choix ne pouvait être aussi mathématique puisque si le candidat n'avait effectivement qu'une chance sur 24 d'avoir choisi la bonne boîte et que donc il y avait 23 chances sur 24 pour que ce ne soit pas celle la, encore fallait-il, en cas d'échange, choisir la bonne parmi les 3 restantes. La règle mathématique étant alors "légèrement" plus compliquée pour déterminer le pourcentage de chance d'améliorer ses gains... mais la n'est pas le but de mon article.

En attendant, vous aurez bientôt tout loisir de voir si les lois statistiques et mathématiques peuvent s'appliquer à ce jeu. En effet, alors que j'avais lu récemment (sur le site de Morandini je crois) que 'A prendre ou à laisser' pourrait revenir à l'antenne, je viens d'en avoir confirmation: ma femme regarde en ce moment TF1 qui vient de passer une pastille annonçant le retour du jeu.

02/12/2008

L'Antica Roma

Ce mois de novembre aura été riche en sortie restaurant puisque j'y suis encore allé ce dimanche midi. Cette fois avec ma mère et mes soeurs.

La plus jeune connaissait un très bon restaurant italien offrant une choix très varié et elle désirait nous le faire découvrir. Sachant que cela faisait quelques temps que ma femme et moi n'étions plus allé dans un italien et que nous adorons cette cuisine, c'est avec plaisir que nous avons accepté sa proposition d'aller à L'Antica Roma.

Article 50 - Carte de visite (Recto) [320x200]Article 50 - Carte de visite (Verso) [320x200]

Ce restaurant situé dans une maison de rangée n'est pas très large mais assez profond ce qui lui permet d'avoir une grande contenance, d'autant que, outre la salle du rez de chaussée, ou nous étions, il dispose également d'une salle à l'étage.
Il propose une cuisine essentiellement italienne avec de nombreuses déclinaisons de fritures de calamars, de scampis, de pâtes, d'escalopes ou encore de filets purs (en sauce italienne ou française) sans oublier les pizzas mais aussi quelques plats de cuisine française comme les magrets de canard ou l'agneau également proposés en différentes préparations.
La carte est d'ailleurs nettement plus imposante que celle des derniers restaurants que j'ai visité dont celle du bulgare dont je disais pourtant qu'elle était relativement étoffée. Mais cela s'explique par une différence dans le nombre de client puisque le bulgare est un petit restaurant de 30 places, pas toutes occupées, alors qu'ici, le restaurant avait fait le plein pour une capacité nettement plus grande. Ayant une clientèle plus importante, il peut donc se permettre plus de choix.

Un personnel jeune, nombreux et sympathique (pour la plupart probablement des extras ou des stagiaires écoles) assurent le service en salle qui fut parfait, tant du point de vue de la qualité qu'au niveau de la durée. En effet, vu que le restaurant était complet (en raison de la période des fêtes patronales ou est-ce comme cela tous les dimanches ?), on pouvait craindre que la cuisine ne suive pas et qu'il faille plus de temps qu'un jour normal. Ce ne fut pas le cas, puisqu'en ayant pris un apéro, une entrée, un plat et un dessert, nous sommes restés de 12h30' à 15h.

A notre arrivée, 2 assiettes d'olives étaient déjà disposées sur les tables que nous avions réservées (pour 6 adultes et 3 enfants) et avant même de savoir que nous allions commander un apéritif, on nous apporta très vite 2 assiettes de zakouskis chauds.

En apéritif, et contrairement à mon habitude, pas d'apéritif maison mais un cocktail vu le prix démocratique (5 euros, le maison étant à 4). Mon choix, excellent, s'est porté sur le "verre creux" composé, de mémoire, de batida, pisang, porto blanc, jus exotique et citron pressé).

Article 50 - Entrée Maud [320x200]

Pour suivre, ma femme avait commandé en entrée l'assiette Fantasia. Un énorme plat composé de jambon de parme au melon, de carpaccio de viande et de poisson et de différentes crudités.

Article 50 - Entrée Serge [320x200]

Pour ma part, j'avais choisi les scampis du chef. Quel ne fut pas mon étonnement, en recevant mon plat, de constater qu'il était servi avec une timbale de riz (c'est la première fois que je vois cela), ce qui en faisait une entrée très bourrative (mais je ne vais pas me plaindre)... riz merveilleusement cuit, à mon avis, façon risotto.

Une fois les assiettes débarrassées, nous avons eu droit, comme les autres tables, et sans l'avoir demandé, à un sorbet citron, qui plus est 2 boules (habituellement, les resto se contentent d'une seule).

Article 50 - Plat Maud [320x200]

En plat, après beaucoup de tergiversations et de changements d'idée (tellement la carte était fournie et alléchante), ma femme s'était décidée, comme au bulgare, sur l'agneau, cette fois un carré d'agneau, servi avec des pâtes aux 4 fromages (elle avait aussi le choix avec la sauce fiorentina) et elle s'est régalée.

Article 50 - Plat Serge [320x200]

Moi, j'avais choisi pour la 3è fois (sur les 3 derniers restaurants) une escalope car j'avais envie, depuis un certain temps déjà, de manger une escalope milanaise, ou autre, chez un italien. Mon choix s'est porté sur l'escalope Portofino, farcie de saumon avec sauce crème tomate et servie avec des tagliatelles. Je dois dire que des 3, c'était la meilleure, non pas d'un point de vue réalisation (quoique la viande était peut-être de qualité supérieure) mais bien d'un point de vue mélange des saveurs. La aussi très copieuse puisque j'ai eu du mal d'y arriver au bout.

Article 50 - Dessert [320x200]

Au moment du dessert, alors que les autres se limitaient à prendre un café ou un capuccino, je demandais à consulter la carte. Je n'avais pas envie de glace et n'avait plus faim pour manger l'une des 5 ou 6 sortes de crêpes, une mousse au chocolat ou autre tartuffo. Je me tournais alors vers le tableau des suggestions qui en proposait une petite douzaine - pas mal compte tenu du côté imposant de la carte - dont 2 ou 3 entrées, une bonne demi-douzaine de plats et 2 ou 3 desserts. Ne me sentant donc pas capable d'en manger un seul, je choisis d'en prendre un en commun avec ma femme. Et comme elle adore le sabayon, nous nous sommes tournés, non pas vers le classique figurant dans la carte mais la suggestion donc, un sabayon au fruits des bois et au champagne. Divin ! Servi avec un fond de glace, une couche de fruits des bois et le sabayon en lui même.

Au moment de demander l'addition, nous eument droit, comme les 2 dernières fois, au pousse-café. Ici, le meilleur des 3 (mais c'est une question de gout vu que je suis très sucré), un agréable limoncello.
Ces pousses-café offerts qui étaient devenus rares - il y avait longtemps, hormis ces 3 dernières fois que je n'en avait plus bénéficié - sont peut-être du aux effets de la crise qui pousse les restaurateurs à essayer de fidéliser leur clientèle.

En conclusion, restaurant ou l'on peut retourner les yeux fermés sachant que ma soeur le fréquente depuis plusieurs mois et n'a jamais été décue tout en découvrant, à chaque fois, des plats différents vu la richesse de la carte. Je dis souvent que j'y retournerais quand un restaurant me plait et je le fais rarement histoire de découvrir d'autres saveurs, mais ici, je le ferais très certainement en ne prenant cette fois qu'un plat et éventuellement un dessert tellement c'est copieux.

cadre et ambiance: 8/10 (à cause du peu d'espace pour s'asseoir, du moins à la table que nous occupions)
service: 9/10 (personnel charmant et disponible)
qualité: 9/10 (excellente nourriture)
rapport qualité/prix: 9/10

 

29/11/2008

Maisons folles et autres créations incroyables

En feuilletant le Télé Star de cette semaine, je me suis arrêté, comme à chaque fois, à la page mettant en avant l'un ou l'autre site internet intéressant ou étonnant.
L'un des deux de cette semaine m'a tout de suite attiré car parmi toutes les choses qui m'intéressent figurent notamment l'architecture (terme pompeux pour dire que comme tout bon belge qui a une brique dans le ventre, j'apprécie regarder les différentes constructions lorsque je suis en ballade).

Voici le petit article qui a attiré mon attention:
Maisonsfolies.
http://villageofjoy.com/50-strange-buildings-of-the-world/
Une étonnante galerie photos qui expose en 50 clichés les bâtiments les plus fous du monde.

Je me suis immédiatement connecté et la, j'ai été bluffé par certaines maisons (constructions) qui valent le détour comme celles-ci.

Article 49 - Stonehouse à Guimaraes (Portugal)Article 49 - Bibliothèque de Kansas CityArticle 49 - Ripley's building (Canada)

 

 

 

 J'ai mis ces photos juste pour vous donner l'envie d'aller les voir en grand sur le site ainsi que toutes les autres.

Curieux de nature, j'ai voulu savoir ce que le site contenait d'autre.
J'ai donc tapé http://villageofjoy.com et la, j'ai pu constater qu'ils proposaient une autre galerie de 50 maisons étonnantes, un top 10 de ces maisons (car les 2 x 50 sont classées dans un ordre aléatoire) et ainsi découvrir que, cocorico, notre atomium national y figure en 5è position.

J'y ai aussi trouvé une liste des 20 églises les plus insolites avec notamment une, particulièrement incroyable en fonction de sa situation (à voir ci-dessous), ou encore une liste des 20 sculptures les plus étranges dont une réplique de Stonehenge faite avec des voitures ou une fontaine qui n'est peut-être pas très classe mais qui m'a bien amusé et encore plein d'autres choses étranges à voir ici.

Article 49 - Cathédrale Las Lajas (Colombie)Article 49 - Sculture CarhengeArticle 49 - Sculpture Fontaine vomitive 

 

 

 

 

 


Pour revenir aux constructions étranges, le Top 10 est le résultat d'un sondage effectué sur un site similaire (http://unusual-architecture.com) ou on retrouve beaucoup de maison déjà présentes sur celui-ci mais aussi d'autres qui valent également le détour.

18:03 Écrit par slumle dans Insolite | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : maison, etrange, tele star, sculpture, eglise |  Facebook |

26/11/2008

Saveurs de Bulgaria

Après la sortie ciné décrite dans l'article précédant, nous avons donc continué la soirée au restaurant ou nous ont rejoints Françoise, la meilleure amie de ma femme et son copain Jean-luc. Ils avaient fait l'impasse sur le hors d'oeuvre bondien pour cause d'aversion pour le personnage.

A chaque fois que l'on fait ce genre de sortie, on change et d'établissement et de type de cuisine car en bon éclectique que je suis, j'apprécie beaucoup de chose en cuisine et j'aime aussi en découvrir de nouvelles ce qui est également le cas de Cédric et, dans une moindre mesure, de Maud.

Nous avons ainsi déjà eu l'occasion de gouter ensemble aux cuisines italienne, grecque, tunisienne, indienne, africaine, sud-américaine et je dois en oublier.

Lorsque nous avons décidé de programmer un resto pour ce samedi 22 novembre, je me suis donc tourné vers le site resto.be pour essayer de dénicher un restaurant d'une cuisine que nous n'avions pas encore expérimenté. C'est ainsi que j'ai découvert une nouvelle perle rare puisqu'apparamment, il serait le seul en Belgique: un restaurant bulgare.

Article 48 - Carte de visite Saveurs de Bulgaria

 

 

 

 

 

 

 

Le Saveur de Bulgaria, c'est son nom, qui n'est ouvert que depuis 7 mois, m'a de suite attiré par les critiques positives figurant sur le site resto.be dont une d'un couple belgo-bulgare et une autre d'une personne se plaignant que les plats étaient trop copieux. Sachant que je me défini comme gourmet-gourmand, cela ne pouvait que me plaire.
La lecture de la carte, relativement étoffée, avec choix possibles de salades, potages, entrées froides et chaudes, plats, poissons, escalopes, grillades, m'a conforté dans mon envie de tester ce restaurant car hormis certaines entrées chaudes qui me tentaient moins (tranche de langue de porc, coeur ou foie de poulet, très peu pour moi), de nombreux plats étaient susceptibles de me plaire.

Article 48 - Façade Saveurs de Bulgaria


Dès l'entrée passée, le ton est donné. La salle n'est pas très grande (6 ou 7 tables pour une capacité inférieure à 30 personnes) mais décorée avec gout. Le patron, très sympathique, qui assure le service en salle (sa femme se chargeant de la cuisine), nous accueille avec un grand sourire (... ce qui me changeait de mon dernier restaurant visité). Il prend la peine de discuter avec ses clients, d'expliquer si nécessaire le contenu de la carte, de conseiller. Il passera plusieurs fois pour parler un peu de son pays, nous montrer des billets et pièces de monnaie bulgares ou encore nous laisser feuilleter quelques revues touristiques pour nous donner l'envie de visiter son pays. ... il devrait d'ailleurs se faire sponsoriser par l'office du tourisme bulgare.

Après avoir, comme à mon habitude, choisi l'apéritif maison qui était ici un cocktail comparable au gin fizz, nous avons passé commande. J'avais déjà eu tout le loisir d'étudier la carte sur internet et de faire mon choix.
Sachant qu'aucune entrée chaude ne me tentait, à part éventuellement la rolca ot patladjan (roulade d'aubergine grillée et feta, sauce tomate, oignon, ail) et que, par contre, j'étais tenté par 2 plats, le choux farci et aussi 2 des escalopes proposées, j'avais convenu avec ma femme qu'on pourrait prendre en entrée un choux farçi pour 2 si cela était possible.

Le patron n'y voyant aucune objection, nous avons donc pu déguster un excellent chou farci à la sauce blanche (un choix était possible entre cette sauce et une sauce tomate).
Le choux farci, version bulgare, n'a rien à voir avec ceux que je connaissais version polonaise et encore moins version française ou on vous sert carrément un quart de choux surmonté d'une farce de viande hachée. Ici, cela se rapprochait plus du polonais avec une farce enveloppée dans des feuilles de chou, avec la différence notable que cette farce n'est pas composée de viande hachée mais plutot de petits morceaux de viande, style pitta. Un régal !

Au sujet de l'entrée, une petite anecdote prouvant que les bulgares n'ont rien à envier aux polonais et autres russes. Alors que Cédric aurait aimé avoir du pain pour manger avec sa salade, il fit une demande déguisée. En réponse à sa question demandant si en Bulgarie, ils ne servaient pas du pain avec l'entrée, le patron expliqua que non, l'habitude étant de boire de l'alcool, cela aidant à faire passer la dite salade.

Pour suivre, j'avais finalement préféré l'escalope à la campagnarde (champignon, poivron cuit, oignon, fromage gratiné, ail, vin blanc, sauce tomate) à la Silven (jambon, fromage, cornichon, champignon, sauce au poivre vert) et je n'ai pas regretté mon choix, ayant même du mal à terminer mon assiette.
Maud, elle, avait choisi la grillade de tranche d'agneau. Et la aussi, elle s'est retrouvée avec une assiette copieusement garnie puisque ce n'est pas une mais deux tranches d'agneau qui la composait. Incapable de manger la deuxième, elle se verra proposer spontanément par le patron de l'emballer pour l'emporter.

Enfin, en dessert, le patron nous proposa une suggestion qui n'était pas dans la carte: une préparation à base de feuille de brick, potiron (sucré donc) et noix. Alors que les femmes ne prenaient pas le risque, nous, les  hommes, nous nous laissames tenter. Et nous en fumes ravis car le dessert était excellent. Françoise, elle, choisit les crèpes à la confiture de rose... que l'on pu gouter tous les 5 car elle en avait trop: son assiette étant garnie de 4 crèpes de tailles moyennes.

Et en prime, pour terminer le repas, le patron nous offrit le pousse-café en nous proposant un alcool sec bulgare.

En conclusion, restaurant à recommander pour son cadre, son acceuil et surtour sa cuisine avec les cotes suivantes:
cadre et ambiance: 9/10 (je ne met pas le 10 juste pour pouvoir mettre une cote supérieure dans le cas ou je trouverais encore mieux)
service: 9/10 (pour les mêmes raisons. Peut-être n'y aura-t-il jamais de 10 tellement il est difficile de faire mieux pour ce type de restaurant)
qualité: 8/10 (excellente cuisine familiale)
Rapport qualité/prix: 9/10 (le prix était particulièrement raisonnable comme vous pouvez le voir en consultant les tarifs des plats sur la carte).

24/11/2008

Quantum of Solace à Sauvenière

Ce samedi, nous étions, ma femme et moi, de sortie à Liège pour une soirée resto avec entre autre Cédric, son meilleur ami.
Nous avons l'habitude de nous retrouver régulièrement autour d'une bonne table et cette fois, Cédric avait proposé de renouer avec une tradition (ah, nostalgie, nostalgie) qu'ils avaient lui et ma femme avant notre rencontre, les sorties ciné et plus particulièrement la découverte du nouveau Bond dont ils sont fans.

Article 47 - logo ciné sauvenièreL'occasion aussi de découvrir un nouveau cinéma, le Sauvenière. Un cinéma moins grand public, puisqu'étiqueté art & essai qui propose à côté de films moins commerciaux, certains films plus porteurs en les proposant en VO.

Article 47 - Façade ciné Sauvenière

Ce complexe de 4 salles propose un tarif très attractif (seulement 5.50 euros dans des salles pourtant neuves) et très vite, j'ai remarqué qu'à part une cafétéria, le complexe ne propose pas de stand friskos, chocolats glacés et encore moins de chips, seaux de pop-corn, et méga verre de coca (un concept apparamment inexistant dans le réseau arts et essais).

J'ai ainsi assisté à une projection idyllique, sans entracte, sans gsm qui sonne intempestivement, sans jeune perturbateur (le public était d'ailleurs composé de personne âgée d'au moins 30 ans. Merci à la VO qui embêtent probablement les jeunes vu qu'ils ont perdus le gout de lire) et surtout sans personne pour se lever pendant la projection, ramener de la nourriture pour ensuite passer une bonne partie du film à grignoter et à froisser son paquet de chips, à exhaler de mauvaises odeurs (ça pue le pop-corn).
Autant de raisons qui me tenait écarté des salles de ciné depuis près d'un an et demi.

Article 47 - JamesBondQuantumOfSolace

Le film, quant à lui, était très agréable, proposant son lot de cascades et de scènes d'action (courses poursuites en voiture, à pied, en bateau) même si ce n'est pas l'avis de ma femme et de Cédric qui ont été déçus, essentiellement à cause du nombre de personnes trucidées par Bond. Il faudra pourtant qu'ils s'habituent au changement d'orientation proposé par la production. Bond, version Daniel Craig n'est pas aussi glamour que ses prédécesseurs (si on excepte Timothy Dalton qui lui aussi était plutot froid).

Personnellement, je l'ai préféré au précédent, Casino Royale, que j'avais revu une semaine plus tot, sachant que Quantum of Solace en est la suite. Heureusement d'ailleurs car j'avais oublié pas mal de détails importants pour l'intrigue de celui-ci.

Pour moi, la soirée commençait donc bien... et devait continuer tout aussi bien comme vous allez le voir dans le prochain article. 

19/11/2008

Mon beau sapin

J'évoque Noel avec quelques semaines d'avance car j'ai découvert ce blog (http://www.monbeausapin.org/) ce matin.


Article 46 - Mon beau sapin

 

Il permet d'offrir des cadeaux à des enfants défavorisés simplement en se connectant au site et en consultant les différentes planches de bande dessinée.

Pour en savoir plus, allez lire la rubrique Mais comment ça marche ?. Vous apprendrez ainsi que, je cite, "il n'y a rien à cliquer, rien à acheter, il suffit de venir lire de la BD".

20:12 Écrit par slumle dans Insolite | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : orange, arbres de noel, noel, sapin, don, croix-rouge |  Facebook |

16/11/2008

Premières photos de Bretagne

... à voir sur le blog de ma fille.

Cela fait déjà 7 semaines que je suis revenu de vacances de Bretagne et je viens seulement de mettre à jour le blog sur ma fille avec les photos concernées.

C'est la un trait de mon caractère: je finis toujours par tout faire mais il faut parfois le temps. Par conséquent, ne désespérez pas, les articles sur mes vacances en Bretagne viendront... le tout est de savoir quand.

Pour patienter, vous pouvez toujours aller voir sur le blog de Kristen les photos que j'y ai postées pour en avoir un avant gout.

Evidemment, Kristen y est omniprésente (c'est logique vu que c'est son blog).
Vous pourrez donc y voir des photos de Dinard (avec Kristen), Quimper (avec Kristen), ...

13/11/2008

Publicité Nando's - Ou sont mes frites ?

Pour sourire un peu, regardez cette publicité pour la chaine de restauration rapide Nando's.
Elle est en anglais, mais il est facile de comprendre que la cliente réclame la portion de frites qu'elle n'a pas reçue.

Curieux de nature, j'ai voulu en savoir plus sur cette chaine de restauration.

J'ai ainsi appris qu'elle existe au Royaume-Uni depuis 1992, qu'elle est née en Afrique du Sud 5 ans plus tôt et qu'elle est aujourd'hui présente dans 26 pays essentiellement anglophones sur les 5 continents (donc pour l'Europe, seulement en Grande-Bretagne et en Irlande). On y trouve, entre autre, des burgers, des pittas et surtout des poulets (quart, demi, entier, ailes) marinés 24 heures dans une sauce PERI-PERI, petit piment très fort, utilisé dans la cuisine des Portugais installés au Mozambique depuis le 17è siècle.

Pour en savoir plus sur l'histoire et l'esprit de cette chaine de restauration, n'hésitez pas à lire l'excellent article (en français) de Christine Blouin.
Un autre excellent article est celui présent sur la version anglaise de (wikipédia). On y apprend que dans certains pays, les restaurants sont halal et dans d'autres casher ou encore que l'un des créateurs s'appelait Fernando, d'ou le nom. Et en plus, cela constitue une agréable façon d'entretenir ou de travailler son anglais.
Enfin, et toujours en anglais, n'hésitez pas à aller consulter, si vous voulez en savoir encore plus, le site général et le site anglais pour y découvrir la carte et vous donnez l'envie de traverser la Manche.

11/11/2008

Hoobastank - The reason

En 2003, ce fut LE tube de l'année à l'échelon planétaire. J'ai tout de suite accroché et encore aujourd'hui, cette chanson me fait toujours "planer" à chaque écoute.
En plus, le clip, avec cette mise en scène pour cambrioler une banque, est tout aussi super.

Petite anecdote sur le sujet: alors qu'on était en ballade sur le marché de Binche, un discaire diffuse la chanson et ma femme qui est tout aussi fan me propose de l'acheter.
Je lui dis que la chanson est tellement géniale qu'on va plutot acheter l'album bien que je ne connaissais pas les interprètes (depuis, j'ai appris que le groupe Hoobastank existe depuis 1994 et que cette chanson est extraite de leur troisième album qui porte le même nom).
On achète donc l'album que l'on écoute directement dans la voiture (ha l'avantage du lecteur cd en remplacement des vieux radios-cassettes) et la, quelle déception ! Sur cet album, il n'y a qu'une autre chanson de bien (une ballade aussi je crois). Sur toutes les autres qui sont beaucoup plus rock (style musical que j'apprécie aussi), le groupe ne chante pas, il crie ! ... et cela n'a rien de mélodieux.

Un exemple avec la chanson Out of control ou tout commence bien (j'aime bien l'intro) avant que les chants ne se transforment en cris dès la 24è seconde):


C'est courant, que lors de la première écoute on n'accroche pas à un album et les choses s'améliore avec les écoutes suivantes mais ici, non.
Je l'ai fait écouter à des collègues plus jeunes qui correspondent plus au public cible du groupe mais eux aussi n'ont pas appréciés.

Depuis lors, je ne l'ai plus écouté (cela fait donc 5 ans). Mais je crois que je vais me le repasser un de ces 4 dans la voiture pour voir si mon jugement est toujours aussi sévère.

12:56 Écrit par slumle dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : hoobastank, the reason, out of control |  Facebook |

09/11/2008

Saleté de guêpes

Hier, profitant du beau temps, j'ai tondu ma pelouse pour la dernière fois de la saison.
Bien m'en a pris parce que j'ai mis à jour un trou, près de ma haie de sapin, au fond du jardin.

Article 42 - Le nid de guêpe

Dans un premier temps, je me suis imaginé qu'il s'agissait de l'entrée d'un terrier et je me demandais quel gros animal pouvait bien s'y être caché.
Mais en y regardant de plus près, j'ai constaté qu'il n'y avait pas de galerie.
Ma femme, à qui je le montrais, s'étonna aussi de sa grandeur, puis vit la structure alvéolée que la tondeuse avait écartée (et que j'ai remis près du trou pour prendre la photo) et compris qu'il s'agissait d'un nid de guêpes.
Moi, tout de suite, je compris aussi qu'on venait de trouver le nid que l'on avait cherché tout l'été.
En effet, il nous était impossible de profiter des (rares) beaux jours pour laisser les portes et fenêtres ouvertes sans que plusieurs guêpes n'entrent dans la maison au bout de quelques minutes à peine.

En le vidant de l'herbe coupée et de la terre désagrégée, je sortis quelques guêpes en état de léthargie qui hibernaient et qui attendaient des jours meilleurs pour recréer une colonie.

Article 42 - Les guêpes qui hibernent

J'ai évidemment tué ces guêpes, ébouillanté le trou (au cas ou il y en aurait encore) et enfin je l'ai rebouché.

Heureusement que j'ai fait cette trouvaille sans quoi, je risquais de devoir subir un second été de suite sans pouvoir profiter pleinement des beaux jours.

N'empêche, incroyable d'imaginer qu'un si petit animal puisse, certes en nombre, creuser un si gros trou qui faisait quand même 30 centimètres de profondeur, 15 de diamètre et allait en s'évasant.

08/11/2008

El Cok'Mwar

Hier soir, ma femme, ma fille et moi devions aller au restaurant à Liège avec mes beaux-parents. Malheureusement, le matin, ma belle-mère a téléphoné pour prévenir qu'elle était fortement grippée et qu'elle ne pourrait pas y aller.
Le moment de déception passé et comme on avait envie d'une sortie au restaurant, on décida d'y aller à 3 mais dans notre région.
Pour choisir le restaurant j'émis un constat: depuis bientôt 20 ans que j'habitais à Ecaussinnes et depuis plus de 5 ans que ma femme y habitait aussi, nous n'étions jamais allé au restaurant dans notre village alors que le site resto.be renseigne 6 restaurants et 2 brasseries.
Notre choix se porta sur El Cok'Mwar, situé en face d'une boulangerie ou l'on va de temps en temps. On avait donc déjà été regarder la carte et on avait trouvé original le mélange des plats.

Article 41 - carte de visite

 

 

 

 

 

 

En effet, El cok-Mwar est un restaurant de cuisine française et grillades au feu de bois en salle qui propose également une petite carte de cuisine grecque et une carte de de couscous.
Il s'agit d'un "bête" restaurant (ce qui n'est pas péjoratif mais veux dire qu'il ne s'agit pas d'une grande table étoilée ou citée dans l'un ou l'autre guide culinaire) qui propose néammoins des plats dignent de grands chefs comme le foie gras poelé ou les Saint-Jacques à la bretonne en entrée, le médaillon de boeuf au poivre et kiwi ou la magret de canard à l'Armagnac en plat, l'épaule ou la couronne d'agneau dans la carte grecque et enfin en dessert, l'assiette gourmande, le sabayon ou encore l'omelette norvégienne.

Article 41 - salle El Cok'Mwar 1

 

 

 

 

 

 

 

A l'arrivée, nous sommes agréablement surpris par la décoration des lieux avec une une touche d'inédit: chaque table (une douzaine) est recouverte d'une nappe différente et surtout, les chaises sont différentes d'une table à l'autre. Cela pourrait donner l'impression d'un grand n'importe quoi, voire d'un travail de récupération par manque de moyen mais au contraire, ma femme et moi trouvons cela très original. Une tonnelle en bois à l'entrée, un coin salon devant cette même entrée et une autre tonnelle surplombant une table située devant le feu de bois donnent également un cachet à l'endroit.
Plusieurs tables sont déjà occupées et d'autres le seront très vite. Nous avons ainsi l'occasion de constater qu'il s'agit pour la plupart d'habitués qui connaissent la patronne qui sert en salle (avec une autre dame) car celle-ci les reçoit en faisant la bise à certains, n'hésite pas à s'attarder à une table pour discuter avec d'autres, voire, lors d'un moment de répit, à s'attabler avec un couple.

Au niveau de l'acceuil, il est donc très simple (dans le bon sens du terme), convivial (la patronne connaissant une bonne partie de ses clients). Même si le premier contact n'a pas été spécialement bon: lorsque je demande des explications sur le contenu des plats, la patronne a l'air un peu stressée et ne sait pas me dire à quoi correspond l'un des plats en particulier. Plus fort, quand je lui demande que signifie le nom du restaurant (pour votre culture aussi, sachez que El Cok'Mwar signifie bouilloire (j'aurais du m'en douter vu l'enseigne du restaurant) en wallon (ça je l'avais déjà compris)) elle me demande d'abord si je suis de la région et qu'en je lui dis que j'habite le village, elle me donne la réponse puis "m'engueule" presque en me disant que le wallon est enseigné aux enfants aux Ecaussinnes et me reprochant donc indirectement de ne pas le connaitre (en fait, je le comprends un peu, mais pas pour des mots de vocabulaire pointus).
Au niveau de l'accompagnement musical, rien à redire, dans un premier temps, chanson française fin des années 60, début des seventies, en raccord avec mon article du 1er novembre. L'une des premières chansons entendues étant même Comme j'ai toujours envie d'aimer de Marc Hamilton. Ensuite, des standards anglophones comme Neil Diamond.

Article 41 - salle El Cok'Mwar 2

 

 

 

 

 

 

 

Enfin au niveau du confort, les chaises de la table que nous avions choisies (sur la photo, il s'agit de la table ronde à droite) étaient trop droites et donc un peu inconfortable tandis que le feu de bois plus les radiateurs qui avaient fonctionnés et étaient encore tièdes donnaient chaud à tout le monde, même en retirant son pull.

Au niveau du repas, première petite déception avec l'entrée: ma femme choisi la salade de crevettes El Cok'Mwar. Elle cherche toujours à savoir ce qu'est la touche El Cok'Mwar puisqu'il s'agissait de crevettes grises (en quantité), de mayonnaise (en pot) et d'un peu de salade frisée.
Pour moi, la déception fut plus grande encore puisque je choisi la marmite du pêcheur maison, qui était constituée d'une seule sorte de poisson (je m'attendais à un mix de 3 ou 4) recouvert d'un coulis de tomate surmonté d'un scampi solitaire. De plus, le tout n'était pas assez épicé (notamment pas assez salé, un comble pour du poisson) et manquait donc de saveur. Pas à recommander donc, surtout en fonction du prix, 18 euros, qui est déjà assez cher pour une entrée dans un restaurant de ce type.

Ensuite, on passe au plat et la, étonnement. Alors que l'entrée était du poisson et que nous avons choisi de la viande, on ne nous change pas les couverts !
D'autant plus étonnant qu'à notre arrivée, la table était déjà garnie avec 2 fourchettes, 2 couteaux (un classique et un Laguiole pour la viande) et que lorsque nous avons fait notre choix, elle a repris l'un des couverts, nous laissant les couverts à viande.

Article 41 - médaillon de boeuf

 

 

 

 

 

 

 

Pour le plat donc, ma femme choisit le médaillon de boeuf au poivre et kiwi. Viande de qualité (extra tendre), en suffisance (même copieux).

Article 41 - escalope de veau

 

 

 

 

 

 

 

Moi je choisis l'escalope de veau El Cock'Mwar, une escalope panée recouvrant l'essentiel de l'assiette recouverte d'une sauce tomatée aux poivrons. La aussi rien à redire.

Par contre, au niveau des accompagnements, nouvelle déception. Les 2 plats sont garnis des mêmes crudités (la, comme dans les grands restaurants) à savoir 2 tranches de tomate, de la frisée avec une vinaigrette et une macédoine de légumes ...surgelés. Un peu léger vu le prix de la carte et un manque d'originalité vu les grands plats qu'ils proposent.
Quant aux frites, il s'agit de frites surgelées, même si elles sont excellentes et très bien cuites. Malheureusement, elles sont déjà (trop) salées dans le plat.
Notre fille, enfin, mange un steack grillé avec des frites et du ketchup.

Un mélange de fine cuisine donc et de petit restaurant... avec un prix plus proche d'un grand restaurant.

Au moment de recevoir l'addition, agréable surprise puisqu'on nous offre un amaretto crème fraiche (comme apparamment à toutes les tables). Par contre en consultant la note, on constate que le ketchup de la petite nous a été facturé (1 euro). C'est la première fois que je vois cela.

En conclusion:
cadre et ambiance: 8/10 (agréable la déco de la salle et bon accompagnement musical).
service: 6/10 (et oui à cause de "l'engueulade" -1pt et des couverts -1pt).
Qualité: 7/10 (dommage la simplicité des plats en entrées et les légumes et frites surgelés en plat)
Rapport qualité/prix): 6/10 (carte un peu chère par rapport aux manquements signalés au niveau qualité... ceux ci auraient été acceptable dans une gamme de prix plus basse)


Pour en savoir plus, nhésitez pas à consulter le site, très bien fait du restaurant (www.elcokmwar.be). Outre la carte et des photos de la salle, Vous y découvrirez une page parlant des différents évènements se passant à Ecaussinnes et une autre sur les différents endroits remarquables du village.

 

07/11/2008

Publicité originale des magasins HEMA

Cette animation n'est pas nouvelle puisque je l'avais déjà découverte en début d'année mais je viens de retomber dessus et je la trouve toujours aussi orignale.

Pour situer, HEMA est un groupe de grands magasins hollandais. Le premier a ouvert ses portes le 4 novembre 1926, à Amsterdam. Aujourd'hui, il y en a 150 partout au Pays Bas. HEMA a également des magasins en Belgique, au Luxembourg et en Allemagne. En juin de cette année, HEMA a été vendu à une compagnie d'investissement britannique.

Jetez un coup d'oeil à la page des produits. Vous ne pouvez rien commander, elle est en Néerlandais mais ce n'est pas ce qui est écrit qui est important. Attendez juste quelques secondes et voyez ce qui se passe.

http://producten.hema.nl

13:47 Écrit par slumle dans Insolite | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : hema |  Facebook |

05/11/2008

Mes autres gains aux jeux... dont une semaine de vacance à Fuerteventura

Pour en terminer (provisoirement, j'espère) avec mes gains dans les concours (après l'article sur la PSP et celui sur mes anciens gsm), je ne résiste pas à vous parler de mes nombreux petits gains mais surtout de mon coup de maître, une participation à un concours qui me donne droit en plus du cadeau à une participation gratuite à une tombola à laquelle je gagne l'un des gros lots.

Il fut un temps ou je participais à un maximum de concours, cette période dura plus ou moins 2 ans pendant lesquels je n'ai (quasiment) plus payé pour aller au cinéma tout en y allant toujours aussi souvent (soit de l'ordre de 3 à 4 fois par mois). Grace au télétexte RTBF ou RTL et aux radios du même groupe, je gagnais régulièrement des places pour des avant-premières.
La plupart du temps, il s'agissait de répondre à une question facile et ensuite d'être tiré au sort. Mais j'avais quelques petits trucs pour augmenter mes chances comme jouer avec deux numéros de téléphone, le mien et celui de mes parents (ce qui m'amenait parfois à gagner 2x 2 places), comme participer à des concours avec des horaires particuliers (j'ai ainsi assisté à une avant-première de la Tour Montparnasse infernale en présence d'Eric et Ramzy (la folie) un samedi matin à 11h et à une autre dont je ne me rappelle pas le titre du film un dimanche matin à 10h) ou comme, dans les concours proposant des places dans différents cinémas, choisir une ville en province (Mons, Charleroi, Namur voire Liège (ou habite mes beaux-parents) plutot que Bruxelles.
Mais le truc qui fonctionnait le mieux, c'était de choisir des avant-premières de films moins grand public. Comme ils intéressaient moins de personne, j'augmentais mes chances de gain à 1x sur 2 ou 3 tentatives. Ensuite, une fois dans le cinéma, rien ne m'obligeait à aller dans la salle de l'avant-première, je ne voyais donc pas ces films peu intéressant mais les blockbuster du moment.

Mais dans ce domaine, mon coup retentissant, celui évoqué en amorce de cet article, c'est le jour ou j'ai gagné 4 places de cinéma à un concours RTL. J'y suis allé avec mes soeurs et mon beau-frère. Lorsqu'à la caisse, on nous donna nos ticket, on constata qu'il y avait dessus une tombola et comme, dans la famille, on n'avait pas de chance au jeu et comme c'est moi qui avait gagné les tickets, ils me les donnèrent.
Pour savoir si le billet était gagnant, il fallait introduire le code tombola sur un site internet. A l'époque, je n'avais pas internet à la maison et c'est au bureau que j'introduisis les 4 codes et qu'elle ne fut pas ma surprise de constater que j'avais gagné un voyage pour 2 d'une semaine à Fuerteventura (Canaries) d'une valeur de 60000 bef (1500 euros). Ne voulant pas partir, étant seul à l'époque, je le mis en vente sur Ebay et il me rapporta ainsi 40000 bef (1000 euros !)... heureusement que je manquais de chance aux jeux.

Une autre fois je gagnais 6 billets pour le même film (3 x 2). Il s'agissait du Capitaine Corelli. Le jour de l'avant première, le cinéma n'avait pas reçu les bobines du film et nous proposa, en échange, d'aller voir gratuitement l'un des films à l'affiche.
Quelques jours plus tard, je reçu par courrier 3x 2 places pour aller voir le même film dans le cinéma de mon choix. C'était le distributeur du film qui s'excusait du problème (quel problème ? on avait ainsi pu voir un film qui nous faisait plus envie). J'appliquais donc ma technique et voyais ainsi 3 autres films... ce qui veut dire qu'en allant 4 fois au cinéma avec un ticket pour voir Capitaine Corelli, je ne le vis pas une seule fois !
Pour l'anecdote, depuis, j'ai eu l'occasion de le voir lors de son passage à la télé.

Lors de cette même période, outre des places de cinéma, j'ai aussi eu l'occasion de gagner des DVD/K7, et des articles promotionnels de film comme des tee-shirts (notamment de la Planète des singes) ou encore un livre La sirène rouge (un polar) accompagné de 2 tickets de cinéma pour aller voir le film du même nom au cinéma. Le problème, c'est que quand j'ai reçu les tickets, le film ayant peu de succès n'était déjà plus à l'affiche. Par contre, j'ai lu le livre, je devrais dire dévoré, tellement il est excellent. L'histoire d'une adolescente et d'un tueur en cavale qui laisse des tas de cadavres dans leur sillage (tiens ça me rappelle un certain Léon de Luc Besson, mon film préféré).

Avant cette période faste, j'avais aussi gagné, à mes 11 ou 12 ans, un couvre-lit (qui tombait bien à point) à la tombola de mon école primaire. Puis bien des années plus tard, un carnet de 10 places de cinéma dans les complexes UGC... français ! (gagné dans un concours (un quizz d'une vingtaine de questions) du magazine de cinéma Première pour lequel j'avais terminé dans les 300 premiers ce qui à l'époque était remarquable vu que les réponses n'étaient pas facile à trouver et qu'Internet n'existait pas encore). Et encore quelques années plus tard, je gagnais un sac de sport pour une demi-finale en simple au tournoi de tennis du club d'Ecaussinnes et une autre année, un bon d'achat de 500 bef pour une victoire dans le tableau de consolation du double mixte du tournoi d'Havré.

Après cette période faste de 2 ans, j'ai encore eu l'occasion de gagner sur le site de jeu Play The Game (www.ptg.be) des DVD (encore) et des menus au restaurant (1 gratuit pour 1 payé) notamment chez Léon (plusieurs fois), chez Chi-chi's et dans un sushi bar de Bruxelles.
Enfin, en 2006, un bon d'achat de 25 euros dans une quincaillerie de La Louvière lors de la remise des prix du tournoi de mon club de tennis.

Aujourd'hui, je ne joue quasiment plus que sur 1jour1pari (je l'ai déjà dit, si on veut y jouer un rôle, il faut y passer beaucoup de temps) et occasionnellement sur Play The Game que je fréquentais très souvent, avant, ironie du sort, qu'un bandeau publicitaire ne m'y fasse découvrir 1jour1pari.

Finalement, en dressant le bilan de mes gains, je dois me rendre à l'évidence que, contrairement à l'impression que j'avais, j'ai quand même un peu de chance aux jeux même si, dans certains cas cités plus haut, je l'ai un peu forcée.
Car, pour reprendre un slogan publicitaire célèbre, 100% des gagnants ont tenté leur chance.

03/11/2008

Strip-tease - Les aventures de la famille De Becker

Quand j'ai décidé de créer ce blog, j'avais dans l'idée de mettre quelques vidéos d'émission qui m'avait marqué. En ce qui concerne l'émission Strip-tease, l'un de mes souvenirs les plus forts étaient celui de la famille De Becker.

Article 38 - Strip-Tease Pour ceux qui sont trop jeunes pour avoir connu l'émission (ou qui ne sont pas des adeptes du petit écran), Strip-tease, est une production RTBF de Jean Libon et Marco Lamensch qui date de 1985 et qui, d'abord seule, puis, en 1992, en co-production avec FR3, nous proposait tous les mois de découvrir 4 reportages d'environ 1/4 d'heure sur des personnages d'une part décalés et qui assumaient leur différence et ne se prenaient pas au sérieux, d'autre part allumés qui eux, pensaient être la norme.

Au début, il était facile au producteur de dénicher ce genre de personnage car ils ne connaissaient pas l'émission. Par la suite, cela devint plus difficile car les gens savaient que l'émission se moquait gentiment d'eux.
Cela n'en rendit que plus savoureux les personnages qui apparurent au fil des années dont ceux-ci, en 1992, La famille De Becker.

Je n'ai donc pas résisté à vous la présenter en utilisant des parties du texte accompagnant la vidéo sur Dailymotion: "Ici, c'est l'éternelle jeunesse. Les enfants (Christelle, Christophe, et Christine, eh oui) sont jeunes, et les parents encore plus. Et quels sont les secrets du bonheur ? La bonne humeur, le chien Teddy, trois poissons rouges, un dessin animé et un flacon de ketchup. Vide."
Pour moi c'est d'ailleurs l'un des moments forts cette bouteille de ketchup, que tour à tour chaque enfant de la famille essaye de vider alors qu'elle est quasiment vide !
Une autre description qui leur correspond bien: "Ceux-là ils ont l'air bien entamés, ça doit être une fin de reveillon. Eh bien non, vous n'y êtes pas du tout, ils sont à jeun, Bruxellois, et toujours comme ça...".

Voici un extrait de 8 minutes qui démarrent quasi directement avec l'épisode de la bouteille de ketchup.

Mais n'hésirez pas, si vous appréciez à regardez l'entièreté de la séquence, soit 14'39" de bonheur avec d'autres moments forts.

Strip-tease nous a donc permit de découvrir beaucoup de "personnages".
Outre des personnes attendrissantes (comme ici), des doux rêveurs, voire complètement allumés (comme ce célibataire habitant encore avec sa maman qui avait construit une soucoupe volante dans son jardin) ou des têtes à claques (comme ce fana de tuning qui faisait passer sa voiture avant sa femme), l'émission montrait aussi les travers de la société comme ce papa qui imposait à son jeune fils (moins de 10 ans) des heures et des heures d'entrainements de moto-cross jusqu'à l'en dégouter et le faire pleurer ou cette gamine à qui un producteur faisait enregistrer un disque en lui faisant inlassablement répéter le titre de la chanson qu'elle n'arrivait pas à dire correctement "Un navre de paix", oubliant le H aspiré, ou encore des personnages attirés par la cause nazies.

01/11/2008

Séquence nostalgie (et ringardise) - Les tubes de ma (pré-)adolescence

Chaque matin, Pure FM, qui se veut une radio branchée, passe un morceau ancien ayant marqué son époque. Ils peuvent ainsi passer du Dorothée (sic) ou encore du Gotainer (tiens, qu'est-il devenu ?).
L'autre jour ce fut un bijou de ma (pré-)adolescence, Et surtout ne m'oublies pas (1973) du groupe Crazy Horse.

Je ne me rappelais plus du groupe (belge) et après une recherche découvrais que le chanteur en était Alain Delorme qui fit ensuite une jolie carrière solo et dont lui, je me rappelais même si je ne savais pas que l'un de ses plus gros succès, Romantique avec toi (sensuelle avec elle - 1975) était de lui.

Cela me donna envie de réécouter l'une de mes chansons fétiches de l'époque, Angélique de Christian Vidal.

A propos, qui se rappelle de lui ? Chanteur belge, aussi, qui, en 1974-1975, eut son petit succès dans le pays puisqu'il sortit plusieurs 45T qui furent des hits.
Et oui, la particularité de cette époque, c'était de sortir beaucoup plus souvent des 45T que maintenant des singles. L'autre particularité, c'est que contrairement à ces dernières années ou il y a eu beaucoup de chanteurs qui n'ont eu qu'un seul hit marquant, les artistes dont je parle, même si certains n'ont été au devant de la scène que 2, 3 ans seulement, collectionnaient les hits pendant une période plus ou moins longue.

Et c'est grace à ces recherches que j'ai découvert l'excellent site (de par son contenu) Encyclopédisque (http://www.encyclopedisque.fr), l'encyclopédie en ligne du 45 tours francophone.

Né en 1961, je parle donc de chansons datant de la première moitié des années '70 voir de la fin des années '60.
A l'époque je n'aimais pas la musique anglo-saxonne et préfèrais la variété française. Ayant toujours aimé, entre autre, les ballades, les chansons de cette époque qui m'ont marquées sont donc dans ce registre. Attention, c'est du lourd, du bien ringard, mais j'assume et j'apprécie d'ailleurs encore beaucoup aujourd'hui.

Comme la chanson suivante, Monia qui date de 1968. Je n'en avais comme souvenir que le refrain (Mo-ho-nia, Mo-ho-nia, Mo-ho-ho-ho-ho-ho-ho, Mo-ho-nia, et encore, en la réécoutant, ce n'est pas tout à fait ça) et je ne l'avais plus entendue depuis des lustres. Certes, l'intro n'est pas terrible, mais après, quel souvenir.

Pour la petite histoire, j'imaginais qu'elle était chantée par un latin alors que Peter Holm, l'interprète est plus blond que les blés. Je n'en avais aucun souvenir. En faisant des recherches, j'ai appris qu'il était suédois et constaté, via encyclopédisque, qu'il avait fait un paquet de disque en 1968 et 1969.

Voila, j'aurais pu encore ajouter à cet article des liens pour vous faire écouter J'ai encore rêvé d'elle (1975, Il était une fois), Adieu jolie Candy (1969, Jean-François Michael), La plage aux romantiques (1966, Pascal Danel), Les neiges du Kilimandjaro (1966, du même Pascal Danel) et bien d'autres encore.
Mais si, comme moi, vous voulez vous offrir un après-midi ou une soirée nostalgie, n'hésitez pas à redécouvrir tous ces morceaux via le site Encyclopédisque ou encore en faisant une recherche sur Youtube ou Dailymotion et en regardant ensuite les vidéos similaires qui apparaissent dans le cadre de droite.

Je ne résiste pas à vous faire (re)découvrir une autre perle de cette période. Comme j'ai toujours envie d'aimer (1970) de Marc Hamilton.
Regardez la vidéo jusqu'à la fin pour découvrir le physique du chanteur qui, c'est mon avis, ne cadre ni avec la voix ni avec le style de la chanson.

Je vous rassure, je ne passe pas mon temps à écouter et réécouter ces chansons, c'est juste agréable de les réentendre de temps en temps ou de se faire, comme je viens de le faire pour préparer cet article un après-midi nostalgie.

D'ailleurs, depuis, mes goûts musicaux ont évolués puisque déjà, à la fin de cette époque, j'ai commencé à apprécier la musique anglo-saxonne en devenant fan des Rubettes (je sais, eux aussi passent, aujourd'hui, pour des ringards, mais, encore une fois, j'assume mes goûts musicaux très éclectiques) qui dès le début de l'année 1974 enchaînèrent les hits (Sugar baby love, Tonight, JukeBox Jive, I can do it, ...) puis un peu plus tard, fan des Bee Gees (je sais, je sais) que j'ai découvert en 1977 avec la magnifique BO du film Saturday Night Fever... La fièvre du samedi soir et dont j'ai ensuite pu apprécier avec un peu de retard les Massachusetts, Spicks and specks et autres To love somebody.

Mais tout cela, c'est une autre histoire.

31/10/2008

T'arrêtes de gueuler, René ?

... ou comment éviter une dispute que l'on a maladroitement initiée.

Je suis un peu soupe au lait et je m'emporte très vite pour souvent retomber tout aussi rapidement. Quand j'ai quelque chose à reprocher à ma femme, j'ai donc tendance à vite hausser le ton pour, la plupart du temps, me rendre compte que ma réaction est disproportionnée et retomber tout aussi vite.
Le problème est que ma femme, qui a aussi un caractère entier, pour me contrer, monte également sur ses grands chevaux avec le détail embêtant qu'elle met du temps à retomber.
une fois, à sa manière de me calmer en criant, j'ai trouvé qu'elle avait un peu le phrasé de Ladislas De Hoyos dans cette vidéo.

Cela m'a fait avoir un fou rire et ça l'a calmée aussi.

Depuis, j'ai ainsi trouvé la parade quand je me rend compte que je me suis emporté un peu vite et que cela ne justifie pas une dispute:
Pour désamorcer la situation, je lui crie "T'arrêtes de gueuler, René ?".
La plupart du temps, ça la fait rire et la dispute est ainsi évitée.

19:39 Écrit par slumle dans Humour | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : rene, arretes, gueuler, ladislas de hoyos, dispute |  Facebook |

30/10/2008

Histoire et anecdotes de mes anciens gsm

Tous mes gsm ont une histoire et certains, des anecdotes savoureuses comme l'histoire du frigo pour le premier.

Mais commençons par le début avec cette photo de famille qui démontre au moins 2 choses. D'une part que je suis un conservateur et d'autre part qu'à leurs débuts, les gsm étaient des objets plutôt encombrants (voir le premier). Très vite heureusement, ils se sont miniaturisés et allégés. Depuis lors, l'évolution dans ce domaine est moins marquée puisqu'on peut voir que tous mes autres gsm ont plus ou moins la même taille et le même poids, le dernier, que vous avez découvert dans l'article précédant, ne faisant pas exception.

Article 35 - Mes 4 premiers gsm

Aujourd'hui, celui qui n'a pas de gsm est considéré comme ringard. Pourtant, je me souviens de l'époque ou c'était le contraire et ou on se moquait gentiment des premiers possesseurs de ces appareils volumineux qui ressemblaient plus à des talkie-walkie. Un gsm ? Pour quoi faire ?

Personnellement, j'y suis venu tout à fait par hasard (je n'en avais pas encore trouvé l'utilité) lorsqu'ils ont commencés à se multiplier.
Cela faisait quelques années que je participais au concours foot de la Dernière Heure. A l'époque, il consistait à choisir à chaque journée de championnat un ou plusieurs matches et de pronostiquer le score exact. En cas de bon résultat (trouver le vainqueur ou s'il y avait match nul) on marquait des points, plus encore si on trouvait le score exact. Il y avait un classement général sur l'ensemble de la saison, un sur la mi-championnat et des classements mensuels.

Article 35 - Panasonic

A la fin du mois de décembre, j'ai remporté la première place qui me faisait gagner un jeu pc de foot, un billet d'avion Ryan Air A/R pour Dublin, une traversée de la Manche direction Douvres pour une voiture et 4 passagers ET un gsm Panasonic ci-contre.

Le plus fort, c'est qu'après avoir vu le résultat dans le journal, et avoir mis à jour mes statistiques, je me suis rendu compte que contrairement aux résultats annoncés, j'avais également gagné le concours du mois de septembre (et oui, déjà à l'époque, je pouvais mettre du temps pour faire les choses, mais je fini toujours par les faire). Après réclamation les gens de la DH avait reconnu leur erreur sans comprendre comment elle avait pu se produire et m'avait offert les cadeaux mérités (comme quoi cela sert d'être maniaque des chiffres et de tenir des statistiques sur tout et sur rien).
Pour l'anecdote, c'est ma soeur qui n'avait pas non plus de gsm qui bénéficia du second.

Par la suite, ce gsm tomba en panne: l'affichage sur l'écran disparaissait et devenait difficilement lisible. J'ai un truc pour ne pas oublier quelque chose quand je suis quelque part: mettre mes clés de voiture à côté. C'est ainsi qu'un jour ou je ne devais pas oublier un paquet dans le frigo de mes parents, mon gsm s'y retrouva à côté de mes clés de voiture et du paquet à ne pas oublier (on devait être en été et je n'avais pas de veste avec moi tandis qu'il n'était pas possible de le glisser dans une poche de pantalon).
En le récupérant, miracle, je découvris qu'il refonctionnait normalement. Cela ne dura qu'1 jour ou 2 mais je compris que le froid avait permit de le faire fonctionner normalement. Je réussi ainsi à prolonger sa vie en le mettant au frigo tous les soirs pour la nuit.

Article 35 - EricssonJe finis par avoir un coup de coeur pour un nouveau modèle, un Ericsson (sans Sony à l'époque) qui lui aussi a une histoire puisque celui que vous voyez sur la photo est le 3è que j'achetais en l'espace de quelques semaines.

J'achetais le premier en promotion chez Makro mais quelques jours plus tard, je perdais tous mes réglages et tout le contenu de l'agenda. Je me rendis au service après vente de Makro qui voulu envoyer le téléphone en réparation sous prétexte qu'il avait plus de 7 jours. Il était neuf et en plus j'allais devoir m'en passer pendant des semaines. Je fis donc un scandale demandant à voir le gérant qui me reçu et accepta de me rembourser puisqu'il n'avait plus d'exemplaire à m'échanger. J'allais ensuite acheter le deuxième chez Carrefour ou il était également en promotion. Il tint plus longtemps mais donna la même panne. Chez Carrefour, ils le renvoyèrent en réparation et lorsque je le récupérais, ce fut pour quelques jours avant qu'il ne fasse la même panne. Après de nouvelles négociations, j'obtins le remboursement.
Il fallait vraiment que je sois attiré par ce modèle car même si on m'expliqua qu'il était connu pour ce genre de panne j'achetais finalement chez Phone House le troisième qui lui était le bon et eut une durée de vie normale.

Article 35 - AlcatelLorsqu'il me lacha subitement, ma femme me prêta un modèle de base dont elle n'avait plus l'utilité l'Alcatel.

 

 

 

 

 

 

Article 35 - Siemens Et comme aucun modèle ne me plaisait sur le moment et que j'avais celui la, je mis le temps avant de me décider et je tins ainsi 1 an avant que je n'aie un coup de coeur (dans le domaine des achats, je travaille beaucoup au coup de coeur) pour le Siemens, vu chez Kréfel, avec lequel je fis une bonne affaire puisqu'il s'agissait d'un des derniers (si pas le dernier) exemplaires du genre de la Proximus Collection et qu'il me couta 99 euros alors que le gsm, hors promo, coutait 149 euros.

 

 

 

La suite de l'histoire, vous la connaissez, 3 ans de bon fonctionnement, ce problème de batterie et l'achat du Sony Ericsson W580i chez Phone House.

28/10/2008

Mon nouveau gsm, le W580i de Sony Ericsson

Ca y est, je me suis enfin décidé et j'ai acheté mon nouveau gsm que voici que voila.

Article 34 - Mon nouveau gsm

Il faut dire qu'il était temps car depuis presque 4 mois, le désormais ancien avait des problèmes de batterie. Je devais le recharger tous les 2 jours quand il restait en veille et si je passais ou recevais un appel, il était à plat à la fin de la communication.
J'ai bien essayé de racheter une nouvelle batterie car il me plaisait toujours et n'était pas trop vieux (un peu plus de 3 ans) mais le vendeur contacté m'a expliqué que la politique du fabricant (Siemens) était de considérer que comme une batterie neuve coutait aussi cher qu'un modèle bas de gamme (environ 50 euros), il ne trouvait pas rentable d'en vendre seule.
Drôle de raisonnement de dire que quand la batterie de son gsm est nase, on n'a qu'à en acheter un neuf plutôt qu'une batterie. Parce que mon gsm valait quand même 100 euros à l'achat, et avait quelques fonctionnalités comme l'appareil photo. Pas sur que ce soit le cas du modèle de base.

Toujours est-il que j'ai profité de mon anniversaire pour franchir le pas, histoire de me le faire offrir car pas évident pour moi qui suis économe (sans être avare, j'insiste) de dépenser une telle somme pour un objet d'une durée de vie d'à peine 2 ou 3 ans seulement.

Pour une fois, le choix ne fut pas trop difficile. En effet, j'avais dans l'optique de choisir un gsm avec walkman et les gsm Sony Ericsson me plaisaient beaucoup. Je n'avais donc plus qu'à choisir dans leur gamme W.
Comme je ne voulais pas d'un gsm d'une valeur supérieure à 200 euros (normalement, pour moi, un prix raisonnable pour un gsm est de 100 à 120 euros, mais ici comme c'était un cadeau d'anniversaire, je pouvais me permettre un peu plus), ma première sélection s'est portée sur le W350i (à 119 euros), le W580i (à 149 euros) et le W595 (à 179 euros).


Article 34 - W350i

Article 34 - W580iArticle 34 - W595

 

 

 

 

 

 

 

Le clapet du premier ne me plaisant pas trop (j'avais peur qu'il soit trop fragile et ne casse rapidement), restait en lice les 580 et 595. Après avoir bien analysé les infos sur le site et avoir demandé des conseils, j'en suis arrivé à la conclusion que le premier était plus dédié musique tandis que le second était plus dédié accès internet.
Comme je n'ai pas l'intention d'utiliser mon gsm pour surfer et comme le prix demandé pour le second est quand même assez cher, j'ai donc fait le choix du W580i et sur base des premiers jours d'utilisation, je ne le regrette pas.

22/10/2008

PSP gagnée sur 1jour1pari

Dans l'article du 09-09-2008 intitulé 'Mon autre blog, sur ma fille Kristen', je parlais d'un site de paris gratuit tellement bien fait que j'en étais devenu accro et j'y indiquais que ce site ferais bientôt l'objet d'un article.
Le site en question, c'est 1jour1pari (lien: www.1jour1pari.com). Et l'élément que j'attendais pour écrire cet article, le voici:

Article 33 - Ma PSP

... le premier cadeau que je viens d'y gagner, rien moins que la magnifique console de jeu PSP Slim & Lite de Sony !

Pour vous résumez, 1jour1pari est un site de pari entièrement gratuit (vous aussi  vous pouvez gagner cette PSP d'une valeur de 169€ sans débourser le moindre cent) basé sur le principe du pari mutuel (principe consistant à faire parier les joueurs entre eux, les uns gagnant ce que les autres perdent).
A l'inscription, vous recevez un montant de 1000 foz€, la monnaie du site (foz euros, faux euros, notez le jeu de mot). Avec cette somme, vous pouvez effectuer des paris dans des domaines aussi divers que le sport (des classiques comme le foot ou le tennis aux moins médiatiques comme le snooker ou le squash), la bourse, l'actualité (que ce soit les élections présidentielles américaines ou les vainqueurs des grammy awards) ou encore les audiences des programmes télés ou des sorties cinés.
En cas de gain, vous pouvez ainsi faire fructifier vos foz. Dès que vous en avez 25000, vous pouvez déjà commander un cadeau (des mallettes de poker ou des DVD). Mais vous pouvez aussi attendre d'en avoir plus pour gagner des Nintendo Ds, Ipod, GPS, consoles de jeux (Wii, Playstation3, Nintendo Ds), bons d'achats de 25 ou 50 € avec les gros lots que sont le téléviseur LCD 16/9 Samsung HD Ready de 102 cm ou le PC Portable Packard Bell Easynote SL81-B-001 de 17" (compter pour cela quand même 250000 foz).
Pour une liste exhaustive, cliquez ici http://www.1jour1pari.com/cadeaux.asp.
Et si vous traversez une période de poisse qui vous amène à perdre tous vos foz, pas de problème, vous pouvez demander une recharge de 1000 nouveaux foz gratuitement et cela, autant de fois que vous le désirez.

Miser des foz n'est pas la seule façon d'en gagner sur ce site et c'est ce qui lui donne un attrait supplémentaire.
En effet, pour chaque pari réussi, on gagne également (mise ou pas mise) un point. Ces points permettent d'établir des classements hebdomadaires et mensuels dans les différentes catégories (général, sport, bourse, tv/média) qui récompensent, en foz, les 20 meilleurs parieurs de chaque classement. Il existe également des classements annuels et 'all time' (depuis la création du site) qui ne rapportent pas de foz, juste la gloire (lol).
Enfin, il existe encore 2 types de paris: les concours et les strikes.
Pour ces derniers, le principe est simple, 10 paris sont proposés sur un thème commun (ex: une journée de championnat de ligue 1, le rallye WRC du week-end, les sorties cinéma de tel mercredi). Si vous réalisez un sans faute 10 paris réussis sur 10 (le strike) vous gagnez 5000 foz€, si vous faites une erreur (9/10), vous empocher 1500 foz et enfin 2 erreurs vous rapportent encore 500 foz.
Les concours reprennent un ensemble de paris également sur un thème commun pendant une période plus ou moins longue variant de 1 jour (la soirée des Oscars par exemple) à plusieurs mois (une demi-saison de Formule 1 ou de coupe d'Europe, ou encore une émission de télé-réalité comme Nouvelle Star ou Pékin Express). Ils permettent de gagner selon leur importance plus ou moins de foz ou des cadeaux en nature comme des Ipod, des jeux pour pc ou console voir carrément des Wii.
Aux premiers jours du site, les concours ne récompensaient que les premiers avec des cadeaux en nature, mais maintenant, ils récompensent minimum les 50 premiers (pour les paris sur un tournoi de tennis d'une semaine par exemple) jusqu'à parfois les 500 premiers. Le lot d'une vainqueur étant selon les cas, un cadeau en nature ou une grosse somme de foz, les suivants étant récompensés en foz.

Vu toutes mes explications, il y a donc plusieurs façon de jouer:
- se contenter de miser sur un nombre plus ou moins importants de paris;
- jouer les paris d'un concours ou d'un strike donné;
- effectuer tous les paris pour jouer les différents classements;
- une combinaison de l'une de ces 3 possibilités.
Personnellement, j'ai fait le choix de jouer tous les points ce qui demande un investissement en temps (plusieurs heures par semaine avec une présence plusieurs fois par jour) tout en me spécialisant dans les paris des audiences télés françaises qui m'ont déjà rapporté pas mal de foz.
Ce sont tous ces paris qui, au bout de 7 mois et demi (et oui, l'investissement en temps), m'ont permis de rassembler les 70000 foz nécessaires pour commander la PSP à raison de +/- 10000 gagnés sur les classements hebdomadaires et mensuels, +/- 14000 gagnés sur les strikes (dont 5000 grace à un 10/10 sur un strike Koh-Lanta), +/- 7000 sur les concours et +/- 39000 sur les mises gagnées.

Si tout cela vous tente, si je vous ai convaincu d'adhérer, comme moi, à ce superbe site, n'hésitez pas à vous y inscrire en me choississant comme parrain (mon pseudo est slugame). Pour ce faire, cliquez ici: http://www.1jour1pari.com/inscription.asp + ne pas oublier d'indiquer dans la zone Pseudo parrain: slugame.

Pour terminer, quelques chiffres:
Le site existe depuis décembre 2007 en version Beta avec un accès limité à quelques joueurs testeurs.
Il est ouvert à tous depuis le début de cette année.
J'y suis inscrit depuis le 02 février.
J'y ai déjà réalisé plus de 20000 paris.
J'y suis aujourd'hui classé: 19è au général depuis sa création, 19è en sport, 28è en bourse et surtout 12è en TV/Média, ma spécialité.
Ces derniers chiffres expliquent mon engouement pour ce site (je ne suis pas sur que je serai aussi accro encore aujourd'hui si je perdais plus souvent que je ne gagnais).

18/10/2008

Et pendant ce temps, que fait la femme de Matt ?

Sur le site de "Dancing" Matt Harding, on apprend qu'il a une copine.
Pourtant, on ne la voit pas sur ses vidéos de voyage alors que fait-elle pendant ses longues absences ?

D'autres que moi se sont posés la question et ont trouvés la réponse.



19:35 Écrit par slumle dans Humour | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : copine, dancing matt, matt harding |  Facebook |

14/10/2008

Ou diable est Matt ?

Si le périple effectué par le nain de jardin que j'évoque dans l'article précédant a le don de faire rêver avec ses 12 pays visités (dont l'Australie), il m'a surtout remis en mémoire un autre périple, celui de Matt Harding aussi appelé le globe-trotter dansant. Et pour ce qui est de nous faire rêver, il fait beaucoup plus fort que le potache de l'histoire précédante.

Vous n'avez probablement pas échappé à l'une de ses vidéos. Sa particularité, immortaliser chaque lieu visité par un petit pas de danse de son invention.
Je ne résiste pas à vous présenter la dernière (Dancing 2008) d'autant que l'accompagnement musical est aussi très bien choisi.

Pour illustrer la popularité du phénomène, sachez que cette nouvelle vidéo a été vue sur YouTube plus de 10.000.000 de fois en 83 jours la ou la précédante avait mis environ 2 ans pour atteindre ce nombre de visiteurs (La première, quant à elle, n'aurait été vue "qu'un peu plus de 1.000.000 de fois").

Si vous voulez en savoir plus, n'hésitez pas à consulter son site internet: www.wherethehellismatt.com.

Vous pourrez y retrouver son carnet de voyage, une carte google earth reprenant année par année, l'ensemble des endroits qu'il a visité, ses différentes vidéos et son histoire que je me permet de vous résumer.

Matt, 32 ans, est originaire du Connecticut. Il était créateur et testeur de jeux vidéos à Brisbane (Australie), travail qu'il avait toujours voulu faire et qu'il appréciait beaucoup. Mais en février 2003, il voulut découvrir autre chose et décida de quitter son boulot et de faire le tour de l'Asie.
Pour tenir sa famille et ses amis au courant des endroits ou il se trouvait, il créa son site.

Quelques mois après son départ, un compagnon de voyage lui donna une idée. Ils étaient dehors, occupés à prendre des photos à Hanoi lorsque son ami lui proposa de faire la danse qu'il avait l'habitude de faire pendant qu'il le filmerait. Et cela s'avéra une excellente idée.

En 2005, il fit la vidéo que voici qui reprenait des extraits de ses voyages 2003 et 2004.

Cette vidéo vidéo fit à son tour le tour du monde via le net ce qui attira l'attention de la firme Stride gum (producteur de chewing-gum) qui demanda à Matt s'il était intéressé de faire d'autres voyages à travers le monde pour faire une nouvelle vidéo. En apprenant qu'il serait payé pour cela, Matt trouva que c'était une autre très bonne idée.

En 2006, Matt fit donc un voyage de 6 mois à travers 39 pays sur 7 continents résumé dans cette seconde vidéo.

En 2007 enfin, vu sa popularité grandissante, Matt fut submergé d'email provenant de toute la planète. Il eut donc l'idée de refaire un tour du monde en invitant les personnes qui lui avaient écrit à venir danser avec lui.
Les gens de Stride trouvèrent que cela était à nouveau une excellente idée et le laissèrent faire. C'est comme cela que fut créée la première vidéo de cet article.
 

12/10/2008

Le fabuleux destin d'un nain de jardin

Comme je l'ai signalé dans l'article de présentation de ce blog, il m'arrive de lire le journal en retard ce qui me permet de découvrir entre autre, des articles insolites que je trouve intéressant.
Pendant mes vacances en Bretagne, j'ai amené un stock de journaux en retard et c'est ainsi que j'ai découvert dans la Nouvelle Gazette du 14 août l'histoire de ce nain de jardin volé qui, comme dans le film d'Amélie Poulain, avait fait le tour du monde.

J'ai donc fait des recherches pour trouver un article à copier et en ai trouvé plusieurs dont celui-ci, trouvé sur le site du NouvelObs.

Le fabuleux destin d'un nain de jardin

NOUVELOBS.COM | 09.09.2008 | 13:04

Des "ravisseurs" ont dérobé le nain de jardin d'une habitante de Gloucester en Angleterre et l'ont fait voyager à travers 12 pays avant de le rentre à sa propriétaire, accompagné d'un album photos.

 

Cela faisait sept mois qu'Eve Stuart-Kelso avait perdu "Murphy", son nain de jardin préféré. Cette tranquille grand-mère de Gloucester en Angleterre, avait même abandonné tout espoir de le retrouver. Mais, jeudi dernier, une surprise l'attendait sur le pas de porte. "J'ai ouvert la porte et j'ai vu qu'il était de retour. C'était un tel choc".
"Murphy" est en un seul morceau, juste un peu égratigné. A côté de lui, ses ravisseurs ont laissé un paquet et une lettre signée "The Bear" ("L'Ours") : "Il y a plus dans la vie que de regarder le trafic des voitures des banlieusards et de laisser les chats de passages vous uriner dessus".
Murphy2.jpgDans le paquet, madame Stuart-Kelso découvre avec stupéfaction un album de photographies de son "Murphy", dans diverses situations : sur une plage, en haut d'un glacier, avec des enfants asiatiques… A côté, des clichés, les ravisseurs ont également laissé une série des tampons de visas retraçant le périple de "Murphy". En sept mois, le nain a traversé 12 pays : l'Afrique du Sud, le Swaziland, le Mozambique, la Nouvelle-Zélande, l'Australie, Singapour, la Thaïlande, le Cambodge, le Vietnam, la Chine, Hong-Kong et le Laos.
Si les nains de jardin ont toujours inspiré les amateurs de bonnes blagues, avec notamment en France le Front de libération des nains de jardin toujours très actif, rarement des ravisseurs s'étaient donnés autant de mal. Cette opération n'est d'ailleurs pas sans rappeler le film Amélie Poulain, dans lequel le père de l'héroïne se fait lui aussi voler son nain de jardin et reçoit par la suite des photos du monde entier.
Eve Stuart-Kelso n'est en tous cas pas rancunière : "Je n'arrête pas de penser à quel point c'est drôle. Cela me fait sourire de voir tous les gens qu'il a rencontré durant ses voyages".

J'en ai aussi trouvé un sur 7sur7.be dans lequel on pouvait trouver la traduction de la lettre du mystérieux "The Bear" que j'ai recopiée ci-dessous:

"D'abord et surtout, je me sens coupable de cette longue absence. En tant que nain, on a beaucoup de temps pour réfléchir. Mes pieds me démangeaient beaucoup. Le monde est très grand et il y a plus à vivre que d'admirer la circulation des voitures et recolter les urines de chat. C'est pour cette raison que je me suis décidé seul de partir à l'aventure. Mon voyage m'a emmené dans douze pays, à travers trois continents. Parfois, j'ai vécu des moments angoissants, mais j' ai à chaque fois survécu. D'ailleurs, un petit merci à mes compagnons de voyage, avec qui j'ai vécu cette aventure."

Enfin, j'ai trouvé sur le blog http://jaime-le-kitsch.fr un article parlant du coupable, l'auteur de cette farce, et de ses motivations. Le voici.

Le mystérieux compagnon de Murphy le nain de jardin découvert !

août 20th, 2008 -- Posted in Les petites histoires du kitsch | No Comments »

Nouveau rebondissement dans l’affaire du tour du monde de Murphy le nain de jardin (voir l’article Murphy, le nain globe-trotter). Le nom de son compagnon de voyage vient en effet d’être révélé à la presse.

Il s’agit de Simon Randles, un jeune diplômé en Droit de 22 ans originaire de Gloucester (Royaume-Uni) qui, en route pour un périple à travers le monde avant d’entrer dans la Marine royale, a décidé de partager ses incroyables aventures avec Murphy – qui s’est au passage vu offrir un nouveau sobriquet, celui de Barrington.

Libérer avant minuit

Le jeune homme, qui a eu la bonne idée en discutant avec des copains de fac, se confie aux journalistes du Telegraph : « C’est très difficile de trouver un nain de jardin (NDLR : en Angleterre en tout cas). J’étais dans un bus et j’ai vu ce nain dans un jardin. J’ai pensé que c’était un signe du destin. Je l’ai mentalement repéré, et je suis revenu la nuit précédant mon départ. Je l’ai libéré avant minuit ».

Simon a quand même ressenti une certaine culpabilité (tout de même, le jeune homme a du cœur et a pensé à ses pauvres propriétaires très inquiets), ce qui a entrainé la fabrication de l’album-photo, une idée largement inspirée du film « Le fabuleux destin d’Amélie Poulain » (Cocorico !).

Murphy/Barrington lui a néanmoins permis de briser de nombreuses fois la glace et de se faire pleins de nouveaux copains. Quel personnalité ce nain !

Alerte au colis piégé

Rappelons que notre nain a voyagé dans pas moins de douze pays, et est revenu avec quelques blessures de guerre.

Eve et Derrick Stuart-Kelso, ses « parents », ont trouvé son histoire très touchante, malgré une légère crainte d’explosion lors de l’ouverture du paquet contenant l’album-photo (les personnes âgées, je vous jure…).

Le couple a tenu à rassurer le jeune diplômé : Ils n’engageront pas de poursuites judiciaires contre lui (lol). Cependant, Eve, en bonne mamie anglaise très pointilleuse sur la loi, a mis en garde le jeune homme de ne plus jamais le refaire, ce a quoi il a répondu par un « J’ai pigé ».

Source : Telegraph, Stephen Adams et Richard Savill.  

05/10/2008

La Bretagne se compose de 4 ou 5 départements ?

Drapeau breton Il y a quelques mois, lorsque j'ai décidé de passer mes prochaines vacances en Bretagne, je me suis connecté sur le site Abritel.fr pour trouver une location. Après avoir choisi comme pays de villégiature la France, le site m'a demandé une région, j'ai donc choisi la Bretagne, puis m'a donné la possibilité de sélectionner l'un des départements bretons à savoir les Côtes d'Armor (22), le Finistère (29), l'Ille-et-Vilaine (35) et le Morbihan (56).

Pour moi, la Bretagne était donc constituée de 4 départements comme sur la carte ci-dessous.Bretagne en 4 départements

 

 

 

 

 


Mais quelques semaines plus tard, en feuilletant le guide Hachette de la collection Voir sur la Bretagne, qu'elle n'est pas ma surprise de constater qu'ils parlent d'un cinquième département: La Loire Atlantique (44).

Cela faisait donc 5 départements bretons comme sur la carte ci-dessous.
Bretagne en 5 départements

 

 

 

 

 


En faisant des recherches sur le net pour préparer mes vacances, je constate que les sites officiels (bretagne.com et tourismebretagne.com) parlent aussi de 5 départements. Et si vous regardez la photo du Breizh Cola sur mon article précédant, il y a une représentation de la Bretagne reprenant 5 départements.

Pour en avoir le coeur net, alors que j'étais dans un petit restaurant de Penmarc'h dans le Finistère Sud (donc bien à l'intérieur du pays breton), j'ai demandé à la serveuse si elle était bretonne. Elle m'a répondu qu'elle était bigoudenne (hé oui, on était en pays bigouden) et lorsque je lui ai posé la question, elle m'a répondu que la Bretagne était composée de 4 départements, me confirmant, lorsque je lui en parlais, que la Loire Atlantique ne faisait pas partie de la Bretagne.

Par hasard, hier, en préparant l'article sur le Breizh Cola, j'ai eu la réponse à cette question qui m'a tracassé quelques semaines.
Alors que j'étais dans wikipédia sur l'article concernant l'altercola, j'ai cliqué sur le lien Bretagne, c'est la que j'ai découvert qu'il y avait 2 articles sur la Bretagne.
L'un concernant la Bretagne en tant qu'entité historique, géographique et culturelle et l'autre concernant la Bretagne en tant que région administrative française.

Avec le premier article (http://fr.wikipedia.org/wiki/Bretagne), j'ai ainsi appris que la Bretagne (historique) fut un royaume au IXè siècle qui devint un duché puis en 1532 une province réputée étrangère unie à la France sous la même couronne jusqu'à sa disparition administrative en 1790 et sa division en 5 départements. J'y ai aussi appris que l'appellation Bretagne désigne également une région française, composée de quatre départements. Le département de la Loire-Atlantique, historiquement breton, étant aujourd'hui rattaché à la région Pays de la Loire, la question de sa réunification à la Région Bretagne faisant l'objet de débats.

L'autre article (http://fr.wikipedia.org/wiki/Bretagne_(r%C3%A9gion_admini...) m'a appris que la région Bretagne était née, tout comme les autres régions administratives françaises, dans la seconde moitié du XXè siècle et qu'elle avait été créée en Bretagne dont elle reprend 80% de la superficie, amputée de l'actuelle Loire-Atlantique.

La Bretagne est donc constituée de 4 ou 5 départements selon que l'on parle de la région administrative ou de l'entité historique, géographique et culturelle.



 

 

 

 

04/10/2008

Breizh Cola, un altercola plutot réussi

Lors de nos vacances en Bretagne, nous avons eu l'occasion de découvrir le Breizh Cola.
J'en avais vaguement entendu parler, à l'époque de sa création, mais depuis, j'avais complètement oublié.
Ce fut donc une découverte pour moi et je suis d'autant plus content d'avoir pu le gouter que j'apprécie son goût que je trouve, disons... artisanal. Je sais, cela ne veut rien dire mais il y a quelques années, j'avais eu l'occasion de gouter un cola, artisanal justement, et je trouve que le Breizh Cola s'en rapproche beaucoup d'ou ma description.

Affiche Breizh Cola

 

Au départ, la raison d'être de cet article se limitait à montrer le jeu de mot, un humour que j'apprécie beaucoup, dans la phrase promotionnelle de ce cola: Breizh Cola, le cola du Phare Ouest.

Mais la recherche du site officiel m'a amené à étoffer cet article.
Plutot que de taper simplement le nom du site officiel, soit www.breizhcola.fr, j'ai tapé dans google 'Breizh cola'.
J'ai ainsi découvert qu'il y avait dans wikipédia un article sur le dit cola et appris qu'il s'agissait d'un alter cola, une dénomination que je ne connaissais pas.

Le plus simple pour savoir de quoi il s'agit est de lire l'article de wikipédia (http://fr.wikipedia.org/wiki/Cola_alternatif) mais pour résumer, un cola alternatif ou altercola est, je cite, "un cola destiné à offrir une alternative aux deux leaders du marché de la boisson gazeuse que sont Coca-Cola et Pepsi-Cola".
En gros, il existe 3 catégories de cola alternatif, le cola équitable (développé selon les critères du commerce équitable ou de l'agriculture biologique), le cola d'alternative culturelle (souvent basé sur un rejet de l'image hégémonique et américanisante de la marque Coca-Cola et dont le but est surtout d'offrir un cola attaché à une autre culture ou un autre système de valeur) et enfin le cola concurrent (comme par exemple le fut chez nous le Virgin Cola).
Ensuite, il y a plusieurs sous-catégories dont le Cola alternatif local dont fait partie le Breizh Cola, un cola qui est produit dans une zone qui a généralement une identité culturelle locale à défendre (ici, la Bretagne).

 J'ai également découvert un excellent article sur le même sujet à l'adresse suivante: http://lescahiersduburger.free.fr/Boissons/Breizh-Cola.htm (Et si vous êtes, comme moi, curieux de nouveautés, poussez la recherche en allant voir les autres boissons présentées sur ce site... A quand le Tango cerise en Belgique ? J'aimerais beaucoup le gouter ! ).

Pour l'anecdote, Phare Ouest est en fait le nom de la société qui produit le Breizh Cola.

 

 

03/10/2008

L'article en promo manquant chez Carrefour - une mauvaise habitude - qui me fait faire une bonne affaire

Il fut un temps ou systématiquement, les magasins Carrefour proposaient de grosse promotion sur certains produits mais étaient en rupture de stock bien avant la date de fin de la dite promotion. Parfois même, les articles étaient manquants dès le premier jour de l'action.
Test-Achat s'y était mêlé et à coup de procès (ou de menace de procès, je ne sais plus) avait permis que cette pratique quelques peu malhonnête (ces produits en super promo, vendu avec une marge bénéficiaire restreinte, voire nulle, sont en fait des produits d'appel pour amener le client dans le magasin et le pousser à y faire ses autres achats) ne perdure.

Depuis lors, c'est vrai, la situation s'est améliorée même si, de temps en temps, il y a encore quelques couacs.
Dans ces cas, sachez que vous pouvez demander une promesse de vente du produit concerné au prix de la  promo.
J'ai ainsi eu récemment le cas avec du poisson. Celui en promo n'étant plus disponible, je me suis fait remettre une promesse de vente et ai pu acheter le même poisson à prix réduit la semaine suivante alors que les autres clients devaient payer le prix plein.
Toutefois, s'il s'agit de produits spécifiques que Carrefour ne vent pas à l'année, lorsque la promo est épuisée, ils n'ont plus la possiblité de vous le fournir. Dans ce cas, ils s'engagent à vous fournir un produit similaire au même prix.
C'est ainsi que moi et d'autres clients avons fait une super bonne affaire.
Mais laissez moi vous raconter l'histoire.

Mercredi, en lisant le journal, je constate que Carrefour fait une superbe promo ces mercredi et jeudi: un disque dur externe Fujitsu-Siemens de 1 Terra (1000 gigas) au prix de 99 euros avec en plus un bon de réduction de 10 euros. Pour vous faire une idée sur l'ampleur de la promo, un collègue qui cherchait depuis quelques temps et qui compare les prix avant d'acheter s'était finalement décidé la semaine passée sur un disque dur d'une valeur de 109 euros.
Vu que je commence à manquer de place, je décide de profiter de cette promo et me présente en soirée au magasin de Haine-Saint-Pierre ou je ne trouve pas trace du produit.
Vu qu'il est déjà tard, que le personnel est occupé et que je suis en congé, je décide d'aller le lendemain au magasin de Soignies ou le personnel est, me semble-t-il moins sollicité.
C'est ainsi qu'hier, après avoir conduit ma fille à l'école, je me retrouve au magasin de Soignies.
Comme la veille, à Haine-Saint-Pierre, aucun exemplaire n'est exposé. Par contre, il y a en tête de rayon du département informatique un nombre important de disque dur Maxtor, des 750 gigas et des 1 terra sans indication de prix. En regardant dans le rayon, je constate que le premier est vendu à un prix légèrement supérieur à celui de la promo tandis que le second est vendu au prix de 149 euros.
Je demande quand même au responsable du rayon si l'article en promo est toujours disponible et il me dit qu'il va aller en chercher dans la réserve.
Entre-temps, 2 autres clients arrivent pour profiter de la même promo. Le vendeur revient sans rien, passe un coup de fil et nous signale qu'il n'y en a plus, les 20 exemplaires du magasin étant tous partis hier dans la matinée.
Je propose donc d'aller voir aux Grands-Prés à Mons, un Carrefour beaucoup plus important qui reçoit donc les promos en plus grande quantité, mais le gars m'indique qu'il n'y en a plus nulle part (j'imagine dans les Carrefour environnant).
Sous la pression (nous étions 3 à râler) et à la question d'un des autres clients demandant ce qu'il pouvait faire, il nous montre le Maxtor 1 terra et nous dit qu'il peut nous vendre ce produit équivalent au même prix.
Ce même client se montre sceptique se demandant ce que vaut ce produit d'une marque qu'il ne connait pas, d'autant que le prix n'est pas affiché à cet endroit. Moi qui le connait, je me le fais confirmer par le vendeur pour que les autres soit au courant aussi, et n'hésite pas à accepter la transaction.

J'ai donc eu en remplacement du produit que je convoitais un produit 50% plus cher. Je sais que cela ne veut pas dire qu'il est meilleur mais en règle général, on en a toujours pour son argent, d'autant qu'ici, le produit de remplacement est d'une marque moins connue (Maxtor) que le produit de remplacement (Fujitsu-Siemens). J'ai donc eu un produit d'une qualité supérieure, qui plus est garanti 3 ans.

Désormais, je sais que je ne dois plus m'énerver quand Carrefour n'est pas capable d'assumer ses promos, je n'ai qu'à aller dans le même rayon choisir un produit similaire, même nettement plus cher et le payer au prix promo.

01/10/2008

Modjo - Lady (Hear me tonight)

Un article en rapport indirect avec mes vacances en Bretagne. Si si, vous allez comprendre.

A l'époque, ce fut ma chanson préférée du moment et j'appréciais aussi beaucoup le clip.
Peu après la création de mon blog, je m'en suis souvenu et j'ai voulu la retrouver pour la poster ici mais impossible de me rappeler son titre ou le nom de son interprète. Je me rappelais par contre de ce clip plein d'insouciance et de fraîcheur, de ce couple qui partait en vadrouille en voiture avec leur meilleur copain et de cette fin dans les prés (dans mes souvenirs, c'était dans les champs) mais impossible de retrouver le clip avec ces éléments trop vagues.
Ca m'embêtait un peu mais je savais que je finirais par l'entendre à la radio et c'est arrivé plus tôt que je ne l'espérais.
Sur le chemin du retour de mes vacances en Bretagne, j'ai entendu les premières notes de la chanson et tout de suite, j'ai su que c'était elle.

Pour la petite histoire, cette chanson date du mois de septembre 2000.

19:24 Écrit par slumle dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : modjo, lady, chanson, preferee |  Facebook |

28/09/2008

Retour de vacances et reprise de la vie de ce blog

Voila, je suis déjà (de mon point de vue) de retour après 15 jours magnifiques en Bretagne.

Pour moi, la Bretagne, c'était le pays de la pluie. J'étais donc parti avec cette idée, en me disant que j'aurai l'occasion de tester les crêperies, les spécialités culinaires locales, me reposer dans les 2 maisons que nous avions choisies confortables, faire un peu de lecture, beaucoup de pc que j'avais amené, la première semaine pour continuer, entre autre, le tri de mes photos et gérer les statistiques pour mon site de pari et la seconde pour aller sur internet.

Rien de tout cela ! A part un après-midi de pluie le jour de notre arrivée, nous n'avons pas essuyés la moindre goutte d'eau, si on excepte, le deuxième mercredi, 2 périodes de 1 à 2 minutes de très fine pluie alors qu'on était en voiture.
Ce jour à d'ailleurs était le plus mauvais, je devrais dire le moins bon, de notre quinzaine puisque gris et un peu frais. Tous les autres, nous avons eu droit à du soleil et un ciel bleu (cela devrait se voir sur les photos) et une température agréable pour la saison (18 à 20° avec une pointe à 21 et même 22° l'espace de 2 jours) qui nous permettaient de nous balader en Tee-shirt.

En poussant un peu, je dirai d'ailleurs que nous avons eu un meilleur temps que lors de nos vacances de ce mois d'avril aux Seychelles où, sur 12 jours, nous n'avions eu que 3 jours complètement secs, 2 ou 3 jours de pluie quasi continue, les autres n'étant pas mauvais, la pluie se limitant à 1h en matinée ou en soirée, voire sur le temps de midi. Tout est donc évidemment relatif.

Voila donc un petit avant-goût de ce qu'a été nos vacances. J'envisage d'en faire un compte-rendu un peu plus complet et de poster quelques photos pour montrer la beauté de la région. D'autres pourraient aussi venir avec un caractère plus insolite ou plus anecdotique.
Mais pour cela, un peu de patience car qui me connait sait que cela peut prendre du temps avant que je n'en trouve à consacrer à la chose (la preuve avec le blog sur ma fille qui est resté plusieurs mois en rade et pour lequel je viens de rattrapper mon retard, si on ne tient pas compte de ces vacances en Bretagne). D'autant que j'ai un emploi du temps un peu chargé après ces quinzes jours d'absence (je n'ai d'ailleurs pas trouvé plus tôt le temps de me connecter aujourd'hui et n'ait pas encore 'développé' mes nombreuses (plus de 1000 !) photos).

Heureusement qu'il me reste encore une semaine de congé.

Qui a dit le veinard ?

12/09/2008

Blog en vacances pour une quinzaine

Comme je l'ai signalé dans un précédent article, je pars demain en vacances en Bretagne. Une semaine du côté de Saint-Malo et une autre du côté de Quimper.

Cela signifie donc que mon blog ne va pas évolué pendant ce temps.

Revenez nombreux dans une quinzaine pour découvrir mes nouveaux articles.