03/10/2012

Rétro 09-2011 - Pizza Paï et nocturne Auchan

Le vendredi 30 septembre 2011 au soir, nous avons renoué avec un classique que nous faisions régulièrement mais que nous n'avions plus fait depuis longtemps: souper au Pizza Paï, équivalent français de notre Pizza Hut, mais avec des plats plus raffinés et un buffet, à volonté, offert avec le plat et ensuite faire nos courses à partir de 20h dans un magasin presque vide et forcément sans file à la caisse.

Pizza Paï,Pizza Hut,Auchan

L'occasion de retrouver des produits plus ou pas commercialisés chez nous et d'en découvrir de nouveaux. Les variantes de cappucino aux chocolat milka, le coca sango, le sunny delight orange-fraise et le gel douche groseille et tomate cerise faisant partie de la première catégorie, les chips Lays saveur mystère, les yoghourt au café de Tanzanie, les soupes thailandaises ou velouté fondant d'épinards aux Saint-Jacques, les raviolis carbonara Panzani, les Apericube pêcheur (poêlée de saint-jacques, saumon aneth et crabe) ou encore le gel douche abricot et basilic faisant partie de la seconde.

Je sais, ma femme et moi sommes de grands malades.

30/09/2012

L'aquarium Dora de Dorie

Depuis notre visite au Poisson d'Or, j'ai continué à me documenter via internet. J'ai ainsi appris que les poissons rouges ne pouvaient pas se retrouver dans un aquarium communautaire (un aquarium qui regroupe des poissons d'origine différentes) mais devaient rester entre eux.

poisson rouge,aquarium,Dora,Tom and Co,aquarium communautaire

Vu que notre pauvre Dorie était particulièrement à l'étroit dans son bac et que, en bonne balance que je suis, je ne suis pas prêt à me décider pour le choix d'un aquarium complètement équipé (avec filtre, pompe, chauffage), nous sommes passé le week-end dernier chez Tom and Co pour voir s'il n'y aurait pas moyen de trouver une solution.

poisson rouge,aquarium,Dora,Tom and Co,aquarium communautaire

Lorsque ma fille a vu cet aquarium, elle a eu un coup de coeur. Et comme il coutait moins de 25 euros et que Dorie est son poisson, nous avons décidé de le lui acheter faisant du même coup 2 heureux. Ma fille évidemment mais aussi le poisson qui voit ainsi son espace vital plus que quintupler. Je sais que cela reste encore insuffisant pour un poisson rouge mais sachant qu'il passe d'un aquarium de 1,5l qui faisait seulement 2 fois sa longueur à un autre de 8l, son confort de vie en est automatiquement amélioré.

A noter que ce week-end, comme déjà annoncé, nous sommes allé chercher un copain pour Dorie que nous avons dénommé Marin. Les connaisseurs comprendrons.

Partie de bowling à Villeneuve d'Ascq

Roubaix,Villeneuve D'ascq,bowling

Ce samedi 15 septembre, nous sommes retourné en France pour la troisième fois en 15 jours. Cette fois, accompagné de la mère et du beau-père de ma femme, nous sommes allé à Villeneuve d'Ascq pour rendre visite au frère de ma belle-mère, donc l'oncle de ma femme qui est aussi son parrain (vous suivez ?) et découvrir son nouvel appartement. Il habitait en effet jusqu'il y a peu à Roubaix, à deux pas du KFC et des magasins d'usine Mac Arthur Glenn, mais a été contraint de déménagé vu que la tour qu'il habitait a été touchée par un incendie, obligeant tous ses habitants à être relogés.

Nous y avons été reçu comme des rois avec champagne pour l'apéritif, de gros scampis à la sauce bisque de homard en entrée et un plus classique, mais très belge, vol au vent purée.

Initialement, il était prévu que nous mangions au restaurant du bowling tout proche avant qu'Emile, notre hôte, ne se rende compte que le samedi était le seul jour de la semaine ou il ouvrait plus tard, à 14h. Aucun regret d'un point de vue gastronomique car nous y avons surement gagné au change.

Roubaix,Villeneuve D'ascq,bowling

Nous avons juste passé plus de temps que prévu dans son appartement - au demeurant très fonctionnel et agréable - et ce n'est qu'en fin d'après-midi que nous avons rallié le bowling pour une partie finalement gagnée d'une courte tête par ma femme, juste devant moi. Grace à un système que je ne connaissais pas, la possibilité de bloquer les rigoles  - il faut dire que cela fait pas mal de temps que je n'étais plus allé au bowling -, notre fille de 7 ans a pu s'amuser autant que nous et à même évité la dernière place que sa grand-mère n'a même pas fait exprès d'obtenir.

29/09/2012

Une bonne glace aux Délices d'Achille

Ce samedi 8 septembre, vu la chaleur, nous avons eu envie de déguster une glace en terrasse. Cela faisait d'ailleurs plusieurs fois, lorsqu'on passait devant la Tour glacée à Ronquières, que ma femme me demandait d'y aller. Pourtant, lorsque je le lui ai proposé, elle m'a répondu qu'elle avait été voir leur carte sur internet et qu'elle trouvait qu'elle était un peu trop basique.

Nous nous sommes donc mis à la recherche d'un autre glacier, sachant que nous ne voulions pas d'un établissement en centre ville. Et si j'ai facilement trouvé une liste de glaciers potentiels sur les pages jaunes, ce fut nettement plus difficile d'en trouver un disposant d'un site internet. Ce qui est un tort car quand il y a moyen de se faire une idée par ce moyen, je privilégie toujours l'établissement qui en dispose, histoire de savoir à quoi m'attendre et d'ainsi limiter les mauvaises surprises. Comme quoi, disposer de ce moyen de communication représente un petit investissement qui peut rapporter gros. Enfin, à condition d'avoir à proposer des produits intéressants puisque c'est finalement leur site internet qui nous a fait renoncer à aller à la Tour Glacée. Mais revenons à nos moutons. J'ai fini par tomber sur le site web d'un établissement de Pont-à-Celles, à une vingtaine de minutes de chez nous, Aux délices d'Achille dont j'ai apprécié sa situation dans un cadre champêtre, tout comme quelques originalités de la carte.

glace,Tour glacée,Aux délices d'Achille,Pont-à-Celles

En arrivant, nous avons découvert un endroit très agréable, en pleine campagne même si nous avons trouvé le parking et la terrasse pas très grands. Quoique le problème de la taille du parking n'en est pas un vu que s'il n'y a pas moyen de se garer, il n'y aura pas non plus de place dans l'établissement.

Au moment de consulter la carte, nous avons eu une belle surprise puisque le choix y est plus étoffé que ce que l'on avait vu sur internet. Maud a ainsi choisi une glace au chocolat blanc et aux framboises tandis que je fonçais sur la coupe des Vosges (myrtilles, coulis de fruits rouges et glace vanille) vu mon attrait pour les myrtilles.

glace,Tour glacée,Aux délices d'Achille,Pont-à-Celles

Nous avons été ravis en voyant débarquer l'énorme coupe de glace même si, tandis que Maud n'y voyait rien à redire, que du contraire, j'ai été un peu frustré sur le long terme car mon choix coup de tête m'a amené à ne pas faire attention au fait que la coupe des Vosges ne comportait que de la glace vanille. D'autant que les myrtilles n'étaient pas aussi nombreuses que cela, tout comme le coulis qui ne débordait pas outre mesure.

Quant à Kristen, nous lui avions choisi une coupe enfant constituée de 3 (trois !) boules de glace au choix. Elle a ainsi pu déguster les parfums chocolat blanc, straciatella et ferrero rocher.

Au final, il s'agit néanmoins d'une excellente découverte qu'il est dommage de n'avoir faite qu'en fin de saison car c'est sur que vu la qualité et le nombre de glaces originales qu'il nous reste à gouter, nous reviendrons.

Journée détente à Tournai, Roubaix et Estaimpuis

Pour terminer nos 2 semaines de congés payés (dont la première, passée, comme déjà signalé, à Santorin - compte-rendu à suivre plus tard -), nous nous sommes offert une petite journée d'excursion comme nous les aimons, c'est-à-dire dédiée en partie aux produits de bouche.

Déjà, la veille après-midi, nous avions fait une première incursion en France pour rejoindre le supermarché E. Leclerc de Ballaing, près de Valenciennes. Enfin, quand j'écris que nous avons fait une incursion, ce n'est pas tout à fait exact car en réalité, nous en avons fait 2. En effet, juste avant de passer la frontière, ma femme s'est soudainement souvenue qu'elle avait laissé sa sauce à spaghetti mijoter sur le feu ! Nous avons donc été bons pour un aller-retour à la maison. Dont coût, 100km et une heure de perdue.

E. Leclerc, Ballaing, Valenciennes,marché,Tournai,Roubaix,KFC,Hurghada,Egypte,Mac Arthur Glen,Sergent Major,Mexx,Estaimpuis,Poisson d'or

Ce samedi 1er septembre, nous sommes parti dès le matin pour tout d'abord découvrir le marché de Tournai dans sa version normale (nous y étions déjà allé une fois le 5 mars 2012 (voir ici) mais c'était le week-end du cirque et le marché était délocalisé). De plus il y avait cette fois plusieurs vendeurs d'animaux vivants, ce qui a bien évidemment ravi notre fille. D'autant qu'il y avait beaucoup plus d'espèces représentées par rapport aux marchés de Binche ou de Nivelles que nous avons l'habitude de fréquenter. Ainsi, à côté des classiques poules, dindons, canards et autres pigeons, nous avons également vu plusieurs chèvres et des oiseaux plus exotiques comme un paon et un autre oiseau très coloré.

E. Leclerc, Ballaing, Valenciennes,marché,Tournai,Roubaix,KFC,Hurghada,Egypte,Mac Arthur Glen,Sergent Major,Mexx,Estaimpuis,Poisson d'orVers midi, nous avons pris la direction de Roubaix, en France, pour aller manger au KFC, une enseigne que nous adorons mais ou nous n'étions plus allé depuis plusieurs années si on excepte un petit sandwich mangé comme encas lors de nos vacances de novembre 2010 à Hurghada, en Egypte.

 

E. Leclerc, Ballaing, Valenciennes,marché,Tournai,Roubaix,KFC,Hurghada,Egypte,Mac Arthur Glen,Sergent Major,Mexx,Estaimpuis,Poisson d'orEnsuite, nous sommes allé jeter un oeil aux magasins d'usine Mac Arthur Glenn situés à 2 pas du KFC. Ce n'était pas prévu à notre programme tout simplement parce que nous n'y avions pas songé car cela aurait été bête de ne pas nous y arrêter. D'autant que cela nous a permis de trouver à bon prix un manteau d'hiver pour notre fille dans la boutique Sergent Major tandis que je me suis moi même offert une chemise Mexx à 30% de sa valeur seulement.

E. Leclerc, Ballaing, Valenciennes,marché,Tournai,Roubaix,KFC,Hurghada,Egypte,Mac Arthur Glen,Sergent Major,Mexx,Estaimpuis,Poisson d'orEnfin, comme nous envisageons de donner un espace de vie plus grand et plus agréable à Dorie, notre poisson rouge gagné à la pêche au canard il y a 2 an (il vit actuellement dans un petit bac qui fait royalement 1,5 l) et que nous aimerions lui donner des petits camarades de jeu car cela fait des années que j'ai envie d'acquérir un aquarium, l'entretien et le bruit de fond que fait la pompe étant les 2 raisons m'ayant empêcher de franchir le pas jusqu'ici, nous nous sommes rendu à Estaimpuis, juste de l'autre côte de la frontière pour découvrir le Poisson d'or, un magasin, je dirais plutot un supermarché vu la grandeur des lieux, dédié à l'aquariophilie dont j'avais entendu parler via un article dans le journal. Et nous n'avons pas été déçu, le commerce proposant un grand choix d'aquarium de tous types ainsi qu'un nombre impressionnant de poissons dont des spécimens magnifiques.

26/09/2012

Rétro 09-2011 - Google+

réseau social,facebook,messenger,google+,bubbleSeptembre 2011, c'est le moment que j'ai finalement choisi pour m'inscrire sur un réseau social et découvrir ce que c'est "de l'intérieur". Je n'ai en effet pas adhéré à facebook pour la bonne raison que je ne veux pas que les autres m'empêchent de surfer librement, raison pour laquelle j'ai également vite abandonné l'utilisation de MSN messenger.
Je m'explique. Quand je me connecte sur internet, c'est pour faire des choses précises comme consulter ma boîte mail, contrôler mes finances, me tenir au courant de l'actualité ou encore fréquenter l'un ou l'autre site de jeux. Mais quand, en parallèle, mon compte messenger était connecté et qu'un ami était en ligne, je passais plus de temps à dialoguer qu'à faire ce pourquoi je me connectais. Je sais qu'il y a moyen d'ignorer ses contacts mais cela peut être mal perçu. C'est donc tout naturellement que j'ai fait le choix de ne pas m'inscrire sur facebook pour ne pas avoir à passer du temps à gérer les demandes d'amis, à papoter avec l'une ou l'autre connaissance ou encore à réagir à certains faits ou interrogations, au détriment des raisons pour lesquelles je me connectais.

Toutefois le 21 septembre 2011, lorsque, j'ai appris que google+, après 3 mois sur invitation, s'ouvrait à tous, j'ai trouvé fun de m'y inscrire le premier jour (mon amour pour les chiffres ou les dates parlantes - remember le 08-08-08, jour de création de ce blog). Certes, je me doutais que je n'y retrouverais pas la plupart de mes connaissances, déjà présentes sur facebook, car je ne voyais pas l'intérêt pour eux de disposer de plusieurs comptes sur des réseaux sociaux différents.

Raison pour laquelle je ne croyais (et ne crois toujours) pas que google+ puisse réellement rivaliser avec facebook. Mais cela m'arrangeait, dans une certaine mesure, pour ne pas être confronté à ce pourquoi je m'étais tenu éloigné des raisons sociaux jusqu'ici. J'étais toutefois loin de m'imaginer qu'après 1 an, je

ne compterais que 2 amis, un collègue et un ex-collègue plus ou moins geek ayant fait le choix de découvrir google+ tout en étant présent sur facebook, mes autres connaissances, comme je le pensais, étant bien évidemment restées exclusivement fidèles à facebook.

Durant les premers mois, j'ai posté chaque semaine mon actualité du week-end, mais de manière plus succinte que sur ce blog et pas en mode public. Au début de cette année, n'ayant donc trouvé que 2 personnes pour lire ma prose, j'ai arrêté d'y poster, d'autant que c'est à ce moment que j'ai repris ce blog en main.

Je suis encore resté fidèle à google+ quelques mois pour sa section jeu. Et tout particulièrement pour bubble, le genre de jeu répétitif bête et méchant que j'adore. Répétitif car il est toujours possible d'améliorer son record en jouant et rejouant les mêmes parties (le côté bête) avec pour corrolaire d'y passer un temps fou (le côté méchant). Et ce d'autant qu'il y avait la possibilité d'être en compétition avec ses amis. Enfin, avec l'un de mes 2 amis - l'autre n'étant pas intéressé - contre lequel je mettais un point d'honneur à terminer chaque semaine avec le record, quitte à parfois y passer quelques heures.
J'ai fini par profiter de nos vacances au Vietnam pour me désintoxiquer de ce jeu.Quelques semaines plus tard, lorsque j'ai voulu m'y reconnecter, j'ai eu la désagréable surprise de constater qu'il n'était plus disponible. Ce qui n'est finalement pas plus mal car me connaissant, parti pour y jouer occasionnellement, j'aurais vite replongé dans l'enfer du jeu. Lol.

Conséquence, je ne me suis plus connecté sur mon compte google+ depuis, si ce n'est ces derniers jours, en vue de préparer cet article. Mais peut-être qu'un jour, je finirais par me créer un compte facebook car désormais, de plus en plus d'informations ou de concours transitent par ce réseau social et je trouve parfois frustrant de ne pas y avoir accès.

Rétro 09-2011 - La Petite Cour - Huy

Petit billet de rattrappage pour évoquer notre visite, le samedi 3 septembre de l'an dernier à la Petite Cour, restaurant situé à Huy.

tour du monde culinaire,huy,sri lanka

Nous avions choisi de retrouver ce jour la Cédric, notre ami, autour d'une bonne table. Et dans notre quête d'endroits proposants des types de cuisines différentes, j'étais tombé sur le concept tout a fait original de ce restaurant, en fait une table d'hôtes associée à une boutique d'épicerie fine, qui propose tout au long de l'année un tour du monde culinaire en une quinzaine d'étapes. Etaient ainsi successivement proposés en 2011 les menus australiens, marocain, thaïlandais, argentin & chilien, indien, chinois, guadeloupéen, japonais, grec, créole, mexicain, mauricien, sri lankais, méditerranéen, malgache, cambodgien & vietnamien et pour terminer savoyard.

Nous aurions bien gouté à la cuisine australienne, argentino-chilienne ou guadeloupéenne si nous avions découvert le concept plus tôt. Et pour ce qui est des étapes restantes, nous étions également tentés par un petit tour du côté de l'île Maurice ou de Madagascar mais la aussi, ce ne fut pas possible car les dates n'arrangeaient pas notre ami. C'est donc finalement la cuisine sri lankaise que nous avons choisi de découvrir.

Le jour J, nous avons fait le choix d'arriver beaucoup plus tôt que l'heure du rendez-vous pour nous permettre de découvrir la ville de Huy qu'il me tentait de visiter depuis le temps que nous y passons tout près lors de nos visites bimensuelles à Liège. Nous ne sommes finalement arrivé qu'environ 1h avant le rendez-vous du fait que j'avais choisi de travailler dans le jardin en début d'après-midi et que cela m'avait pris beaucoup plus de temps que prévu. Heureusement d'ailleurs car si nous avons trouvé Huy très joli, nous avons surtout trouvé cette ville très petite au point que même 1h était de trop pour la découverte.

Pour passer le temps en attendant que notre ami arrive, nous avons ainsi pris un verre sur la grand place avant de prendre la direction de la Petite Cour qui tient sont nom du fait que ce restaurant dispose ... d'une petite cour ou nous avons d'ailleurs été installés.

tour du monde culinaire,huy,sri lanka

Un an après, je ne peux plus être très précis sur les plats que nous avons dégustés - il faudra se contenter des quelques photos ci-dessus -. Par contre, je ne peux oublier que si tout était très bon, les rations étaient beaucoup trop petites au point de m'amener à quitter la table en ayant aussi faim qu'en y arrivant quelques heures plus tôt. Car le deuxième point négatif que nous avons relevé était la lenteur du service - diable, 3 heures pour servir un apéritif, une entrée, un plat et un dessert - sans que ce soit justifié. D'une part parce qu'il n'y avait pas tant de convives que cela tandis que d'autre part, tout le monde consommait le même menu unique ce qui devait grandement faciliter le travail en cuisine. Lenteur qui s'est d'ailleurs prolongée  jusqu'à l'obtention de l'addition que nous avons longtemps attendue et que nous finirons par payer directement au comptoir, lassé d'attendre que quelqu'un vienne encaisser.

Le sentiment général au sortir était un sentiment de déception qui fait que nous ne regouterons hélas pas à ce concept pourtant ô combien original.

22/09/2012

La même photo, 15 ans après

J'avais déjà vu cela récemment avec 5 amis qui font la même photo, au même endroit, tous les 5 ans depuis 1982 (voir ici).

Et tout à l'heure, je suis tombé sur probablement 4 frères et soeurs qui s'en sont apparamment inspirés en reproduisant la même photo, à 15 ans d'intervalle cette fois. J'ai trouvé cela trop génial mais également émouvant au point d'avoir envie de la poster sur mon blog.

photo

22:56 Écrit par slumle dans Insolite | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : photo |  Facebook |

15/08/2012

Bilan des Jeux Olympiques de Londres 2012

On en a parlé pendant des mois et ils sont déjà finis. L'heure du bilan a donc sonné.

A cause du décalage horaire, j'avais moins suivi les jeux de Pékin en 2008. Cette année, je m'y suis un peu plus intéressé du fait aussi que nous, les belges, avions beaucoup plus de chances de médailles qu'il y a 4 ans. L'objectif de notre délégation était de faire mieux qu'à Pékin avec sa médaille d'or et sa médaille d'argent et de tenter de faire aussi bien qu'à Atlanta en 1996 lorsque notre petit pays avait ramené 2 médailles de chaque métal, notre meilleure moisson depuis les jeux de ... Londres en 1948 (à l'époque, le décompte était de 2 or, 2 argent et 3 bronze). Entre 3 et 6 médailles donc. Ce qui signifie qu'avec une médaille d'argent et 2 de bronze remportées durant cette dernière quinzaine, le résultat est effectivement atteint.

JO,Londres,Belgique,Lionel Cox,Charline Van Snick,Evi Van Acker,Hans van Alphen,Jonathan,Kevin,Borlée,Hockey sur gazon,Tia Hellebaut,Kim Clijsters,Pjilippe Gilbert,Tom Boonen,RTBFPourtant, personnellement, je reste sur ma faim car si l'objectif est réussi, il faut admettre que c'est juste le minimum de ce que l'on attendait. Je ne trouve d'ailleurs pas que l'on ai fait mieux qu'à Pékin car pour moi, 2 médailles de bronze ne valent pas une médaille d'or tandis qu'on a même frôlé la toute grosse déception sans cette médaille d'argent venue de nulle part. Et ce que j'écris, soyons clair, n'enlève bien entendu rien aux mérites de nos médaillés. Que ce soit Lionel Cox qui a terminé à la seconde place du tir couché à la carabine à 50m à la surprise générale, à commencer par lui qui avouait en fait préparer les jeux de Rio en 2016. Que ce soit la judokate Charline Van Snick, 4è mondiale dans sa catégorie, qui n'a pas faiblit pour aller chercher sa médaille de bronze, tout comme Evi Van Acker en voile, notre athlète qui fut la plus proche de décrocher le titre suprême (une victoire dans la dernière régate aurait suffit).

Je suis d'autant plus déçu car j'estime qu'il s'agit de la plus mauvaise récolte belge depuis les jeux de Séoul en '88 comme l'atteste le tableau ci-contre (et sachant, je le redis, que pour moi une médaille d'or vaut plus que 2 de bronze).

Pourtant, je dois admettre que plusieurs de nos athlètes ont fait de belles choses.

Je pense en premier lieu à Hans van Alphen, notre décathlonien qui a échoué a seulement 76 points de la médaille de bronze en devançant pourtant le cubain Leonel Suarez dans 6 des 10 épreuves et finalement battu sur la seule épreuve du javelot au cours de laquelle son adversaire a battu la meilleure performance olympique avec un jet à 76,94 m (61,29 pour van Alphen), reléguant son second à plus de 8 mètres (68,42). Sans ce lancer de folie à l'échelle du décathlon, notre compatriote aurait sans doute obtenu la médaille de bronze.
Je pense également aux frères Borlée en 400m qui ont perdus leur finale avant même son départ, lorsque Jonathan a hérité du couloir 2 tandis que Kévin, le plus fort ce soir la, était obligé de courir à l'aveugle, à cause de ce maudit couloir 9 qui l'empêchait de voir ses adversaires durant le début de sa course.
Egalement pas de chance pour le relais 4x400 qui a du se passer de l'un de ses éléments sur blessure.
Je pense aussi à notre équipe masculine de hockey sur gazon qui termine à une magnifique 5è place (ils étaient 9è à Pékin) en terminant 3è de leur poule derrière les Pays-Bas et l'Allemagne, les futurs finalistes. Versé dans l'autre poule, plus faible - la preuve avec cette magnifique victoire 5-2 en match de classement contre l'Espagne, le 3è de l'autre groupe - ils auraient peut-être pu prétendre à une place en demi-finale et qui sait à un podium.

Chapeau aussi à Tia Hellebaut pour sa 5è place au saut en hauteur et Kim Clijsters pour son quart de finale du simple dame même si je ne les considéraient pas comme des chances de médailles. Hellebaut parce qu'elle n'avait pas pu reprendre la compétition suffisamment tôt que pour être prête à temps (depuis son second retour, elle n'a pas encore eu l'occasion de passer la barre des 2 mètres) et Clijsters parce que son physique, qui la lache tout doucement pour le sport de haut niveau, ne lui permet plus de s'entraîner aussi intensivement qu'avant.

Pas de reproches à faire non plus à nos cyclistes Philippe Gilbert et Tom Boonen car on sait très bien que si dans certaines disciplines comme par exemple en athlétisme, ce sont les meilleurs qui gagnent à quasi tous les coups, en cyclisme, sport individuel qui se pratique en équipe, il faut aussi compter avec les aléas de la course et avoir la dose de chance pour se retrouver dans la bonne échappée ou voir ses adversaires se regarder et ne pas réagir suffisamment vite au moment d'une attaque. 

Et il y a certainement d'autres athlètes belges qui n'ont pas démérité, issu de sports qui ne m'intéressent pas ou que je connais moins bien, comme la natation par exemple.

N'empêche, quand je regarde le tableau des médailles, je ne peux que m'étonner de voir la Jamaïque, l'Ethyopie ou le Kénya, autant de pays disposant, à priori, de moins de moyens que nous, nous devancer très nettement. Et si la morphologie et l'origine ethnique de leurs athlètes peuvent constituer une explication, je me pose des questions en voyant l'excellente moisson des Pays-Bas, pays sensiblement semblable au notre d'un point de vue taille et démographie et je me dis qu'il y a quelques choses qui cloche au niveau sportif dans notre pays.

Et tant que j'en suis à relever les mauvais points, j'aimerais signaler le fait que les JO étaient très pénible à suivre sur la RTBF du fait que cette chaîne coupait régulièrement ses retransmissions pour des pages de pub, nous faisant rater des moments intéressants comme certains sauts de la finale de la hauteur féminine qui nous offrait pourtant une petite chance de médaille. J'en suis d'autant plus choqué que la RTBF est une chaine de service public et que sa consoeur flamande, la VRT, ne lésait apparamment pas ses téléspectateurs. Le comble étant qu'après seulement 40 minutes de retransmission, j'ai fini par suivre la cérémonie de cloture sur TF1, chaine privée et commerciale par excellence, parce qu'elle n'interrompait pas sa retransmission pour diffuser de la pub. Honte sur la RTBF.

Pour en terminer, je me suis amusé à refaire le tableau final des médailles par pays en mettant en rapport le nombre de médailles glanées avec la population de chaque pays (chiffres démographiques trouvés sur le site www.populationdata.net). Je pensais voir les Pays-Bas gagner quelques places au classement ce qui n'est pas le cas (17è au lieu de 13). J'ai par contre été surpris par la belle 5è place de la Hongrie. J'ai aussi été étonné par l'absence de médaille du Pakistan, du Nigéria et du Bengladesh, soit autant de pays dont la population de situe ente 150 et 175 millions d'habitants ainsi par les Philippines, le Viêt Nam, la République démocratique du Congo ou Myanmar (ex Birmanie) qui eut voient leur population osciller entre 50 et 100 millions. Tout comme par le zéro pointé de l'Autriche, pays de plus de 8 millions d'habitants qui s'étaient classés 9è lors des Jeux Olympiques d'hiver 2010 à Vancouver avec 4 médailles d'or, 6 d'argent et 6 de bronze.

Vous trouverez ainsi dans la partie gauche du tableau ci-dessous (ou cliquer pour agrandir le tableau ???), le classement des médailles tel que vous pouvez le trouver un peu partout et dans la partie droite mon classement revu en fonction de la population de chaque pays et donc du réservoir d'athlètes potentiels. Les différents chiffres représentant le nombre d'habitants par médaille remportée, plus ce chiffre étant petit, plus la performance est remarquable. (Exemple, la Jamaïque, pays de 2695164 âmes, a obtenu 4 médailles d'or soit 1 médaille pour 673791 habitants et 12 médailles au total soit 1 médaille pour seulement 224597 personnes !).
 

jo,londres,belgique,lionel cox,charline van snick,evi van acker,hans van alphen,jonathan,kevin,borlée,hockey sur gazon,tia hellebaut,kim clijsters,pjilippe gilbert,tom boonen,rtbf
(cliquez sur ces tableaux pour les agrandir)
JO,Londres,Belgique,Lionel Cox,Charline Van Snick,Evi Van Acker,Hans van Alphen,Jonathan,Kevin,Borlée,Hockey sur gazon,Tia Hellebaut,Kim Clijsters,Pjilippe Gilbert,Tom Boonen,RTBF

14/08/2012

Mini-Europe à Bruxelles

La visite chez Léon m'a donné l'idée d'organiser une petite excursion en famille sur Bruxelles, histoire de ne pas faire le déplacement uniquement pour aller au restaurant. Et mon choix s'est porté sur Mini-Europe. D'une part parce que cela me tentait depuis longtemps. D'autre part parce que je me doutais que cela nous plairait. Enfin parce que depuis 1 an, on parle de la possible fermeture du parc pour y contruire des bureaux et un centre commercial je crois, qui seraient évidemment nettement plus rentable pour les propriétaires du site dont Mini Europe n'est apparamment que locataire. Il ne fallait donc plus trop tarder pour y aller.

Mini-Europe,Bruxelles,Dinant,Montmartre,Pise,Paris,Séville,Budapest,Londres

Le prix d'entrée n'est pas nécessairement donné (13.80 euros pour les adultes, 10.30 pour les enfants) mais il faut savoir qu'une maquette a un cout moyen de 75000 euros. Et pour ce prix, le livret explicatif est offert.

Nous n'avons pas eu l'après-midi ensoleillée que les prévisions météorologiques nous promettait et ce n'est pas plus mal. Se promener sous le soleil et la chaleur pendant plus d'une heure aurait été moins agréable. Le ciel couvert et la douceur des températures nous convenaient parfaitement à partir du moment ou il n'a pas plu, les premières goutes survenant alors que nous avions déjà quitté le parc et que nous étions à l'abri dans la voiture.

J'ai beaucoup apprécié ce petit tour d'Europe (et de Belgique) que nous avons fait en 75 minutes environ.
Avec pas mal de maquettes que j'ai beaucoup aimées. Au point de ne pas savoir lesquelles sélectionner. J'ai donc fait le choix, une fois n'est pas coutume, d'illustrer cet article avec beaucoup de photos.

Mini-Europe,Bruxelles,Dinant,Montmartre,Pise,Paris,Séville,Budapest,Londres

A commencer par Bruxelles, sa Grand-Place et son tapis de fleurs et Dinant, sa collégiale et sa citadelle.

Mini-Europe,Bruxelles,Dinant,Montmartre,Pise,Paris,Séville,Budapest,Londres

J'ai aussi aimé voir certains endroits que nous avons déjà eu l'occasion de visiter le site de la tour Pise ou l'église du Sacré-Coeur sur la butte de Montmartre, à Paris. Le tout à côté de l'omniprésent Atomium qui apparait sur beaucoup de photos vu que le parc se situe quasiment à ses pieds.

Mini-Europe,Bruxelles,Dinant,Montmartre,Pise,Paris,Séville,Budapest,Londres

En restant à Paris, il y a bien entendu aussi la Tour Eiffel, avec à ses pieds le tunnel sous la Manche.

Mini-Europe,Bruxelles,Dinant,Montmartre,Pise,Paris,Séville,Budapest,Londres

La plupart des maquettes, réalisées à l'échelle 1/25è, valent le détour, même si certaines concernent des endroits plus méconnus. Mais s'il fallait faire un choix, les 2 que je retiendrais seraient celle du tunnel sous la manche, pour son côté kitsch et celle de la Plaza de Toros à Séville pour la minutie de sa réalisation (cela ne se voit pas nécessairement sur la photo mais chaque spectateur est un petit personnage en plastique ce qui signifie qu'il doit y en avoir des centaines).

Mini-Europe,Bruxelles,Dinant,Montmartre,Pise,Paris,Séville,Budapest,Londres

En fait, j'en ajouterais une troisième aussi, celle des bains Széchenyi à Budapest. Pour la beauté de l'endroit.

Mini-Europe,Bruxelles,Dinant,Montmartre,Pise,Paris,Séville,Budapest,Londres

Mais il y en a bien d'autres encore, comme le palais de Westminster et Big Ben à Londres.

Le parc présente également quelques modèles réduits en mouvement comme des bateaux ou des trains - le TGV notamment, que l'on peut d'ailleurs voir sur la photo du tunnel sous la Manche - qui circulent à travers les différents sites ainsi que quelques petits jeux en rapport avec les maquettes. Comme la possibilité de faire une course de vélo en tournant une manivelle ou encore de diriger un bateau télé commandé, la seule attraction payante.

13/08/2012

Chez Léon - Bruxelles

Au début de l'été, le fameux restaurant bruxellois de moules et de plats typiquement belges Chez Léon proposait sur son site internet et via sa newsletters des bons de réduction de 10 euros valable jusque la mi-août sur son "Complet Léon". Un menu composé d'une tomate farcie aux crevettes grises, de moules au choix avec frites et d'une bière Léon. Le tout pour 32,30 euros.

Chez Léon,Bruxelles,moule,vol au vent,poule au riz

C'est ainsi que ce ce mercredi 8 août, nous avons pris la direction de Bruxelles. Arrivé sur place, nous n'avons eu aucune peine à trouver une place de parking pas trop éloignée, j'imagine que cela tient au fait que nous étions en période de vacance. Nous nous sommes ainsi rendu vers la rue des bouchers en passant par quelques endroits connus. Tout près du restaurant éthiopien Kokob ou nous avons passé fin de l'année dernière (article de rattrapage à suivre donc) une excellente soirée avec des amis rencontrés lors de nos vacances en Egypte. Devant le Manneken Pis. Sur la Grand-Place.

Chez Léon,Bruxelles,moule,vol au vent,poule au riz

Maud a donc choisi le Complet Léon avec comme plat les moules poulette (vin blanc, crème, champignons, ciboulette). Moi j'ai choisi en entrée la soupe de poisson avec sa rouille, ses croutons et son fromage rapé. Pour suivre, après avoir hésité avec l'américain préparé, mon choix s'est porté sur le tout aussi typiquement belge vol au vent frites. Quant à Kristen, elle avait droit au menu enfant gratuit, ce qui est toujours intéressant, composé au choix d'une omelette frites, de spaghetti bolognaise, de moules frites ou d'un quart de poulet frites. C'est ce dernier plat qu'elle a choisi. Le tout accompagné d'un frisko en dessert.

Maud s'est régalée et n'a rien eu à redire sur ses 2 plats. De même en ce qui concerne Kristen dont le plat était accompagné d'une compote de pommes et qui a pu tremper ses frites dans la mayonnaise que nous avons demandé en supplément sans qu'elle ne soit finalement comptabilisée sur la note.
Quant à moi, après la soupe de poisson, bonne, sans plus car elle ressemblait plus à un bouillon qu'à un velouté (d'un autre côté, pour 8,95 euros, c'est un peu logique de ne pas avoir une bouillabaise) accompagnée de son excellente rouille et de ses croutons parfaitement réalisés, il n'y a rien à faire, en ce qui concerne le vol au vent, je suis resté sur ma faim. Non pas qu'il était mauvais, que du contraire, avec sa petite sauce au fromage en guise d'originalité, et ce même si j'aurai aimé un peu moins de morceaux de gros champignons, pour faire du volume, et un peu plus de poulet. Mais tout comme celui consommé récemment au Lunch Garden, il n'a rien à voir avec celui préparé maison. Celui qui me fait envie depuis plus d'un an, avec ses petits cornichons découpés en tranche et surtout ses mini boulettes de viande cuites au bouillon. Ce qu'on appelle chez moi la poule au riz.

A l'issue de ce repas, de nouveau pas de dessert pour la bonne et simple raison que nous sommes au régime dans l'optique de perdre les kilos que nous prendrons en vacance et que nous avions déjà largement abusé, de rouille et de frites en ce qui me concerne.

12/08/2012

Rétro 08-2011 - La planète des singes (Les origines) au Stuart

Le mercredi 10 août, profitant du fait que notre fille était en vacance chez sa grand-mère à Liège, nous avons fait le choix d'aller au cinéma. Ce n'est qu'une fois arrivé au cinéma Le Stuart que nous avons fait le choix d'aller voir La planète des singes - Les origines. J'avais envie de le voir mais Maud nettement moins. Comme a son habitude, elle a accepté pour me faire plaisir et elle n'a pas été déçue. Cela arrive d'ailleurs souvent qu'elle apprécie beaucoup un film que je lui propose de voir alors qu'au départ, elle n'est pas tentée.

planète des singes

Cet excellent film est un prequel, c'est-à-dire qu'il raconte ce qu'il s'est passé avant l'histoire racontée dans le film original qui date de 1968. Je crois avoir lu quelque part qu'il est prévu 2 suites à ce film pour peu qu'il ai eu suffisamment de succès. Heureusement, ce film se suffit à lui même dans le sens ou à la fin, on comprend ce qu'il a pu se passer pour permettre la suprématie des singes sur les hommes.

14:04 Écrit par slumle dans Cinéma | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : planète des singes |  Facebook |

Rétro 07-2011 - Transformers 3 (en 3D) à l'Imagix

En ce qui concerne les articles de rattrapage de l'année 2011, j'ai oublié d'évoquer un évènement du mois de juillet. J'avais envie depuis longtemps de voir un film en 3D et j'attendais un film à grand spectacle qui en jette. Mon choix s'est tout naturellement porté sur Transformers 3. Nous y sommes allé le jeudi 21 juillet.

Transformers

A l'arrivée j'ai effectivement apprécié la 3D. Par contre j'ai trouvé le film beaucoup trop long avec trop de baston et tout particulièrement l'interminable séquence finale.

13:57 Écrit par slumle dans Cinéma | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : transformers |  Facebook |

11/08/2012

Rétro 08-2011 - Notre ultime visite chez Verdonck

(suite) ... et c'est donc chez Verdonck, une fois n'est pas coutume, que nous avons choisi d'aller, plutôt que de nous contenter d'un simple cornet de chez les glaces australiennes ou des glaces Catherine, cette dernière proposant pourtant une glace vanille qui à le même gout que lorsqu'on la fait maison.

J'aurais du dire une fois n'est plus coutume car le glacier Verdonck, une instution à Coxyde qui date de mon enfance avait beaucoup perdu de son aura.

Du plus loin que je me rappelle, ils étaient les seuls à proposer des glaces au cornet de qualité. Avec comme seuls gouts proposés vanille, moka ou chocolat sauf le mardi ou il était possible d'avoir de la fraise et le jeudi ou c'était le tour de la pistache (à moins que ce ne soit le contraire). Sans oublier leur salon de dégustation idéalement situé en plein centre ville ou il était possible de déguster d'excellente coupes aux saveurs originales, en plus des classiques dame blanche, brésilienne ou banana split. Je me rappelle ainsi d'une coupe qu'ils avaient finalement abandonnée il y a de cela pas mal d'année qui devait s'appeler la coupe Europe et qui était constituée de glace et de figues notamment. Il y a avait également les coupes géantes ananas-pêche et ananas-framboise.

glace,Coxyde,Verdonck,Glaces australiennes,Glaces Catherine

C'est cette dernière, illustrée à l'avant-plan sur cette photo, que j'ai choisie de déguster, Maud choisissant la coupe au fraise de l'arrière-plan, pour ce qui a constitué, ce que je ne savais pas à l'époque, mon ultime glace et mon ultime visite chez Verdonck. Car je me suis laissé dire par plusieurs connaissances ayant passé une journée à la mer ces derniers mois que Verdonck, c'est bel et bien fini. A moins qu'ils ne soient en travaux de rénovation. Mais cela serait surprenant car aucune affiche ne l'indique.

Il faut dire que cette illustre maison a du faire face à l'arrivée d'une sévère concurrence avec les glaces australiennes et les glaces Catherine dont j'ai parlé en début d'article. Et alors que les premiers surtout proposaient une multitude de choix de parfum, Verdonck continuait à se limiter à une petite dizaine. Je crois donc que leur disparition est due à la dure loi du marché et au fait qu'ils n'ont pas su se renouveler pour rester dans l'air du temps.

La preuve, alors que j'étais un inconditionnel de la maison, ne passant pas une quinzaine à Coxyde sans aller tous les jours chercher mon cornet et une ou deux fois une coupe à l'intérieur, cela fait bien des années que je n'y allais plus qu'épisodiquement.

Rétro 08-2011 - Resto Real - Coxyde

Régulièrement, nous aimons aller passer une journée à la mer. Et que ce soit à Coxyde ou à Blankenberge, nous transitons toujours par Nieuport pour aller faire le plein de poissons frais à un prix plus qu'intéressant.

Ce fut encore le cas ce samedi 19 août 2011 ou après avoir "dévalisé" notre poissonnerie habituelle de Nieuport nous avons pris la route de Coxyde. Je ne consacrerais pas d'article spécifique à cette journée car elle ressemble évidemment à toutes celles que nous avons déja passé à la mer avec les classiques promenade sur la digue et dans les rues commerçantes, les achats de produits de bouche, la dégustation de glaces et le passage au restaurant.

Cette fois, vu que la Mouscronnoise est désormais hors-jeu, nous avons hésité entre le Resto Real et le Mozart ou nous n'étions plus allé depuis très longtemps. Au moins 3 ans puisque je n'en ai pas encore parlé dans ce blog. Le plat du jour me tentant et Maud n'étant pas contre, c'est au Resto Real que nous sommes allé.
Par la suite, Maud m'a avoué qu'elle aurait préféré aller au Mozart mais qu'elle avait accepté pour me faire plaisir. Incorrigible Maud. Heureusement, depuis lors et comme je l'ai déjà relaté, elle a eu l'occasion de retrouver le Mozart.

Nieuport,Coxyde,Resto Real,Le Mozart

Après le potage, proposé avec le plat du jour, j'ai mangé avec plaisir une banale brochette de poisson frit, comme à la friture. Maud a choisi les anguilles au vert tandis que Kristen se régalait avec un américain frites.

Lors d'une prochaine journée à la mer, lorsque nous serons à la recherche d'un restaurant, que le Mozart, qui reste notre premier choix, est fermé et que nous ne trouvons rien de plus original, nous savons désormais que nous pouvons faire confiance au Resto Real car il propose une cuisine simple mais de qualité.

A noter que, comme à notre habitude lorsque nous sommes à la mer, nous n'avons pas pris de dessert, préférant prendre une glace ailleurs ... (à suivre).

10/08/2012

Rétro 08-2011 - La première fois de Kristen au cirque

Ma femme détestant le cirque, notre fille de 6 ans à l'époque n'avait encore jamais eu l'occasion de découvrir cet art. A la recherche d'une activité à faire avec elle pendant la semaine du 15 août durant laquelle j'étais en congé et ma femme pas, j'avais remarqué que le cirque Bouglione était en tournée dans la région. Et une date me convenait tout particulièrement, celle du jeudi 17 août à Ville-sur-Haine, village situé pas trop loin de chez nous.

cirque,Bouglione,Dynasty

J'ai ainsi eu l'occasion de faire une belle surprise à Kristen, tandis que je n'étais moi même pas mécontent de retourner au cirque, endroit que je n'avais plus fréquenté depuis mon enfance.

cirque,Bouglione,Dynasty

Au vu de cette photo, on peut voir combien notre fille a apprécié en étant à certain moment totalement subjuguée. Moi, j'ai d'abord été légèrement déçu en voyant la taille du chapiteau. Une amie m'avait en effet prévenu que Bouglione tournait avec plusieurs cirques, un grand et un ou plusieurs petits. En fait, j'ai vite été rassuré quand j'ai compris qu'il s'agissait de la même troupe et du même spectacle, seule la taille du chapiteau étant différente. Ce qui, à la réflexion, m'a paru logique car il faut évidemment nettement plus de temps pour déployer un grand qu'un petit. Normal donc d'utiliser le petit lorsqu'ils ne passent qu'une journée dans les villages. D'une part parce que le temps de montage/démontage d'un grand ne serait pas rentabilisé, d'autres part parce qu'il paraitrait bien vide avec seulement quelques dizaines de spectateurs pour en garnir les gradins.

cirque,Bouglione,Dynasty

Nous avons ainsi pu découvrir Dynasty, le spectacle 2011 de Bouglione dont la majorité des numéros à impressionné notre fille. Elle a ainsi pu découvrir dans l'ordre un numéro de dressage de fauves, un clown, des acrobates comiques, une danseuse de hula hoop, un duo d'acrobates avec bascule, une voltigeuse accrochée seulement par sa chevelure, un éléphant avant l'entracte ou elle n'a pas résisté d'aller se faire prendre en photo à côté du dit éléphant. Elle a ensuite pu suivre un numéro du clown avec un poney, un autre numéro de voltige aérienne, l'artiste étant cette fois accrochée à un long foulard, un retour du clown faisant intervenir certains spectateurs pour terminer par la même troupe d'acrobates comiques du début mais cette fois, avec un programme sérieux.

Une belle après-midi pour elle donc.
... et un agréable moment pour moi aussi.

08/08/2012

Quatrième anniversaire de ce blog

blog,motigo

Aujourd'hui, c'est déjà le quatrième anniversaire de ce blog. Et après 2 années ou, faute de temps, je l'ai beaucoup délaissé, je vais mettre en avant quelques chiffres, qui n'intéresseront probablement que moi, pour illustrer sa bonne santé retrouvée depuis le début de cette année.

Ainsi, après avoir posté 119 articles durant les 12 premiers mois ce qui est somme toute logique car j'avais beaucoup à écrire, la chute a été importante avec 62 articles durant les 12 mois suivants et seulement 20 à l'issue de la troisième année. Les 45 postés sur ces 12 derniers mois montrent bien le regain d'activité, surtout quand on sait que 39 l'ont été en 2012.
D'ailleurs, si on regarde les chiffres par année civile, sans tenir compte de l'année 2008, incomplète, on constate que j'ai écrit 98 articles en 2009 mais seulement 35 en 2010 et 15 en 2011, année ou je me suis dans un premier temps limité à faire 'vivoter' ce blog avant de prendre la résolution de repartir du bon pied dès ce 1er janvier 2012 en résorbant le retard 2011 et en n'en concédant plus sur 2012.

Ventilation du nombre de mes articles par période:

             du 01/01    du 08/08    Total
             au 07/08    au 31/12
     2008        --             59          --      
     2009        60            38         98         (an 1: 119)
     2010        24            11         35         (an 2:  62)
     2011         9              6          15         (an 3:  20)
     2012        39             --          --         (an 4:  45)

L'explication de la chute de ces 2 dernières années (2010-2011) provient du fait que, pour différentes raisons, j'ai disposé de beaucoup moins de temps à consacrer à la rédaction de mes articles qui me demandent souvent beaucoup de temps à cause du fait que je ne sais pas toujours aller à l'essentiel et que j'aime broder. Mon dernier article en date, celui sur nos prochaines vacances, en est une belle illustration puisque la ou certains se seraient contentés d'écrire que "suite à un ras le bol lié au mauvais temps en Belgique, nous avons décidé de nous offrir un last minute et avons choisi l'hôtel Afroditi à Santorin", je n'ai pu m'empêcher d'expliquer toute la genèse de la situation.

Pour conclure cet article, une dernière info étonnante pour signaler que cela fait maintenant un an ou deux que mon blog reçoit régulièrement une centaine de visites par jour (voir dans la colonne de gauche le lien vers mes statistiques motigo) ce qui signifie que cela a commencé alors que je ne postais quasiment plus. Et c'est d'autant surprenant qu'avant cela, dans les premiers mois de ce blog, je n'arrivais même pas à ce total ... en une semaine ! J'imagine que l'amélioration du référencement proposé par la plateforme skynetblogs doit y être pour quelque chose.

17:58 Écrit par slumle dans Vie du blog | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : blog, motigo |  Facebook |

06/08/2012

Nos prochaines vacances: Santorin (Grèce)

Après nos vacances principales au Vietnam lors des congés de Pâques, nous avions prévu de partir une petite semaine pas loin de chez nous sur les côtes françaises. Notre choix s'était porté sur la Baie de Somme dont  j'entend parler depuis plusieurs années du fait que plusieurs collègues y vont plus ou moins assidument. Ils avaient donc éveillé ma curiosité.
Suite à mes recherches d'un logement via un site de location entre particuliers, abritel.fr pour ne pas le nommer, notre choix s'était finalement porté sur un appartement en bord de mer situé à Cayeux-sur-Mer, village dont j'avais lu qu'il disposait de tous les commerces nécessaires comme une petite superette, une boulangerie, une boucherie et même une poissonnerie.
Mais avant de réserver, j'ai utilisé google maps pour visualiser les lieux et voir à quelle distance de ces commerces se trouvait l'appartement convoité. C'est ainsi qu'en nous baladant virtuellement dans les rues de Cayeux-sur-Mer, nous avons eu la déception de découvrir un village relativement triste et peu vivant. Et même si l'objectif était de rayonner pour découvrir les villages environnant, nous recherchions quand même un camp de base plus touristique ou il aurait été agréable de se promener le soir sans faire des balades monotones et répétitives.

Nous avons donc décidé de chercher ailleurs. A Boulogne sur Mer, au Touquet ou à Berck-Plage, autant de stations balnéaires plus fréquentées. A ce moment la, nous devions être à la mi-juin. il nous restait quelque chose comme 2 mois avant la date prévue pour le départ ce qui fait que, déçu par toute cette énergie dépensée pour rien, les recherches du logement m'ayant pris pas mal de temps, je ne me suis pas mis en quête d'une autre location tout de suite.

Les semaines qui ont suivi ont eu tendance à donner raison aux météorologistes qui prévoyaient un été décevant ce qui a amené Maud à ne plus avoir envie de partir près de chez nous pour ne pas risquer de passer une semaine triste sous la pluie, voire même dans le froid. Personnellement, étant moins pessimiste qu'elle sur le sujet, je n'étais pas spécialement partant pour un changement de plan. Mais un week-end dantesque vers la mi-juillet, ou il a du pleuvoir autant qu'en un mois normal, a fini par me rallier à sa cause.
Et ce n'est pas la météo nettement meilleure que nous connaissons en ce début de mois d'âout ni les prévisions rassurantes concernant la troisième décade du mois, celle ou nous partons, qui pouvait encore nous faire changer d'avis.

Baie de Somme,Cayeux-sur-Mer,Turquie,Bodrum,Jetair,Grèce,Santorin,Afroditi,Kamari

Maud aurait bien voulu aller en Turquie et plus particulièrement dans la région de Bodrum ou elle a passé des vacances idllyques peu avant de me rencontrer et ou elle rêve de retourner depuis plusieurs années. Mais à seulement 2 semaines du départ envisagé, je lui ai dit que le choix serait fatalement limité. Alors pour mettre toutes les chances de son côté pour qu'elle ne regrette pas ce retour, je lui ai donc proposé de faire de ce pays nos vacances principales l'année prochaine. En nous y prenant suffisamment à l'avance, nous aurons ainsi un choix nettement plus étendu tout en ayant la possibilité de choisir un séjour plus long.

Ce vendredi je me suis rendu à notre agence de voyage habituelle avec l'idée de voir ce qu'ils avaient à nous proposer sur Malte, Chypre ou la Crète. J'en suis revenu avec la décision de choisir parmi les îles grecques, hormis la Crête. Et en consultant les offres last minutes sur le site Jetair, un nom m'a tout de suite parlé, tout comme cela avait été le cas avec Aruba il y a 8 ans, Santorin. Je me suis en effet rappelé les films que le chanteur Antoine avait consacré sur les îles qu'il avait eu la chance de visiter en bateau et dans lequel il encensait Santorin, disant si je ne me trompe pas qu'il s'agissait d'une des plus îles de la Méditerranée.

Après avoir quand même hésité avec un hôtel sur l'île de Corfou et un autre sur l'île de Chios, c'est finalement l'hôtel Afroditi sur l'île de Santorin que nous avons choisi pour une semaine de vacances fin août. Hôtel qui nous a surtout séduit par sa situation juste à côté d'un petit village fréquenté, Kamari, proposant une jolie promenade en bord de mer et des tas de commerces dont une cinquantaine de restaurants. Raison qui nous a fait abandonné l'idée de choisir une formule all inclusive pour une formule demi-pension.

01/08/2012

Rétro 08-2011 - La Planche - Houdeng-Aimeries

C'est donc devenu une tradition pour ma femme et moi de profiter de l'absence de notre fille pour nous offrir un restaurant en amoureux. Et lors de cette première, c'est au restaurant La Planche que nous ne connaissions que de nom, que nous avons choisi d'aller.

En consultant sa carte sur internet, chose qu'il n'est apparamment plus possible de faire maintenant, le site ne divulguant plus que quelques suggestions, je l'avais trouvée un peu chère, ce que confirment d'ailleurs une partie des commentaires postés sur resto.be (voir ici) avec par exemple un filet pur aux poivres concassés, flambé au cognac sur un lit de champignons à la pointe d'ail à 28 euros. Mais j'avais également constaté qu'il y avait quelques plats proposés à un tarif plus abordable.

la planche,coucou de malines

Une fois n'est pas coutume, nous n'avons pas sacrifié à l'habitude de prendre chacun des plats différents pour pouvoir multiplier les découvertes. C'est ainsi qu'en entrée nous avons tous les 2 choisi la salade folle "La Planche" composée de foie gras, saumon fumé et pignons de pin assaisonnée d'une vinaigrette à la ciboulette.

la planche,coucou de malines

Pour suivre, nous avons pris la pièce de boeuf proposée avec son accompagnement (frites maison, pommes de terre au four, croquettes, gratin dauphinois ou pommes vapeur au choix, comme pour toutes les grillades) au prix de 16 euros. Un montant raisonnable donc. D'autant que la viande était d'une belle tendreté et qu'avec le gratin dauphinois, accompagnement que nous avions choisi, ce plat était particulièrement copieux au point que je n'ai pas pu terminer mon assiette, alors que je n'aime pas gaspiller lorsque je suis au restaurant. Il faut dire, pour être complet, que la pièce de viande faisait 300 grammes et qu'en sus j'avais commandé un plat de gratin de légumes car cela me tentait beaucoup.

Et comme pour laisser le moins possible de gratin dauphinois et de légumes - j'avais évidemment terminé ma viande tellement elle était bonne - je me suis mis en mode gourmandise, une fois le dessert venu, je n'avais plus la moindre place à lui consacrer, fait exceptionnel pour moi lorsque je suis au restaurant.

A noter qu'à côté des commentaires critiquant les prix un peu trop élevés proposés par cet établissement, j'en ai également lu d'autres qui critiquaient sévèrement le service. Nous n'avons personnellement pas eu à nous en plaindre, que ce soit du personnel ou d'une quelconque lenteur. Et ce, même si je dois signaler que nous étions un mardi soir en période de vacances et qu'il n'y avait donc pas énormément de clients.

Le cadre très agréable, le personnel sympathique et la qualité/quantité des plats servis font de ce restaurant un endroit à retenir. Endroit que j'ai d'ailleurs fait découvrir à mes collègues un peu plus de 2 mois plus tard et qui fera l'objet d'un article rétro concernant le mois d'octobre 2011.

Pour terminer, une petit anecdote sur l'un des serveurs qui en nous proposant les suggestions du moment nous à parlé d'une terrine de coucou. Alors que je lui demandais s'il s'agissait d'une terrine de volaille, il m'a répondu que non, qu'il s'agissait d'une terrine de lapin. Je lui demandais alors s'il s'agissait bien du coucou de Malines ce qu'il m'a confirmé ... en insistant sur le fait qu'il s'agissait donc bien d'une terrine de lapin ! Sur de mon coup, je n'ai pas insisté mais avec ma femme, cela nous a beaucoup amusé de sa lacune. Mais comme je l'ai dit, il était charmant et attentionné et son erreur, même si pas normale d'un point de vue professionnel, ne portait pas à conséquence.

30/07/2012

L'atelier du Ry Ternel - Ittre

Comme l'an passé, notre fille est partie passer une semaine de vacances à Liège chez sa grand-mère maternelle du fait que ma maman, qui la garde habituellement lorsque nous travaillons, était elle même partie en vacances. Et comme l'an passé, nous avons saisi l'occasion pour nous offrir un petit resto sympa en amoureux.

Il y a 12 mois, il s'agissait du restaurant La Planche à Houdeng-Aimeries. Cette fois, nous avions initialement choisi d'aller manger cette assiette en bois qui nous fait envie depuis des mois et que propose le restaurant Deliceum à Haine-Saint-Paul. Mais, période de vacances oblige, je m'étais mis à la recherche d'un plan B au cas ou il serait fermé. Je me suis ainsi souvenu d'un restaurant de Nivelles dont ma soeur m'avait parlé, La cave à Jules, qui propose un menu à choix multiple pour 32 euros par personne. Avec une formule intéressante le mardi soir puisque les messieurs ne paient que 30 euros tandis qu'il coute seulement 19 euros aux dames.

Or c'est justement un mardi soir que nous voulions passer cette soirée au restaurant. Et comme les suggestions du moment nous faisaient vraiment envie, le plan B est vite devenu le plan A. Hélas, nous n'étions pas les seuls à avoir cette idée puisqu'au moment de réserver une table, il me fut répondu que le restaurant était malheureusement complet.

Il nous fallait de nouveau trouver un plan B. Ou plutôt un plan A car vu la chaleur - il faisait près de 30° ce soir la - et le fait qu'il s'agissait d'une soirée en amoureux, je ne trouvais plus l'assiette en bois très indiquée. Je me suis alors souvenu d'un restaurant qui avait attiré mon attention sur internet devant lequel nous étions passés quelques jours plus tôt. Je ne me rappelais plus son nom mais bien sa situation, à Ittre. Un petit tour sur resto.be me permettait de le retrouver, il s'agissait du Saint-Malo, mais également d'en voir un autre, l'Atelier du Ry Ternel dont j'avais justement lu une critique positive sur le blog d'une connaissance qui m'a inspiré le mien. Sachant qu'il a l'habitude de fréquenter des restaurants de renom, sa critique était donc un gage de qualité. Ce que confirmait d'ailleurs les commentaires présents sur le site resto.be.

Ma femme étant plus attirée par ce dernier que par le Saint-Malo, c'est donc l'Atelier du Ry Ternel que nous avons choisis de découvrir ce mardi 24 juillet.

A côté d'une carte présentant des plats de facture plus classique comme le fondu au parmesan, l'américain frites, la brochette de boeuf, différentes préparations de moules ou encore des pizzas, ils proposent des plats plus originaux comme le tandoori de scampi et saint-Jacques, la brochette de saumon, St Jacques et scampi et surtout le boeuf Wagyu, une variété du fameux boeuf de Kobé dont le persillé (graisse intramusculaire c'est-à-dire à l'intérieur plutôt qu'autour des muscles) est une des causes principales de sa saveur de beurre sans égal, de sa tendreté et de son goût délicieux. Tout cela avec également un menu à choix multiple - 4 entrées, 4 plats et 3 desserts - de facture gastronomique, apparemment changé toutes les 6 semaines et proposé pour la somme tout à fait raisonnable de 30 euros.
Lors de notre visite, il était composé des propositions suivantes.
Entrées:
- Méli mélo de melon, cavaillon et pastèque, jambon San Danièle, gressins maison
- Cocktail de crevettes grises à la pêche, lardés de scampi grillé mayonnaise au Wasabi
- Gratin de moules décortiquées au roquefort et tomates séchées
- Waterzooi d’escargots aux asperges, beurre blanc à l’estragon
Plats:
- Filet de kangourou grillé façon usa, oignons rôti, pommes frites et salade mixte
- Filet de rouget rôti et son beurre blanc, fagot de pointes vertes et pomme purée
- Sandwich de volaille aux légumes confits, sauce atelier, linguine au basilic
- Casserole de moules de cordes (préparation au choix)
Desserts:
- Fraises au basilic et poivre maniguette, glace au lait d’amandes
- Moelleux au chocolat et sa boule vanille
- Assiette de fromages

Nous avons pourtant choisi de manger à la carte car aucune des entrées ne me tentait vraiment tandis que ma femme, en grande amatrice de viande qu'elle est, avait choisi ce restaurant pour enfin gouté au fameux boeuf de Kobé.

La Planche,assiette en bois,Deliceum,La Cave à Jules,Le Saint-Malo,L'Atelier du Ry Ternel,boeuf,Wagyu,Kobé,assiette de fromage

Après l'apéritif, le maison pour moi, un picon vin blanc pour Maud, accompagné d'un mix de cacahuètes et d'olives noires, j'ai beaucoup apprécié le tandoori de scampi et Saint-Jacques tandis que ma femme se régalaitavec une poêlée de Saint-Jacques, un autre de ses péchés mignons.

La Planche,assiette en bois,Deliceum,La Cave à Jules,Le Saint-Malo,L'Atelier du Ry Ternel,boeuf,Wagyu,Kobé,assiette de fromage

Pour suivre, j'ai longtemps hésité entre le kangourou et la volaille proposés dans le menu. Mais après mure réflexion, j'ai trouvé que ce dernier plat était beaucoup plus original, le premier n'étant pour l'essentiel, façon de parler, qu'un morceau de viande grillé accompagné de frites. J'ai pourtant eu un petit regret car si j'ai beaucoup apprécié ce plat, avec notamment la sauce Atelier et les légumes fondants, j'ai été légèrement déçu par la cuisson des pâtes qui était pourtant l'un des éléments m'ayant amené à faire ce choix. Surtout lorsque j'ai vu les magnifiques frites, bien dorées, à la cuisson apparamment parfaite servies aux autres tables. Maud, quant à elle, a évidemment choisi le boeuf Wagyu dont elle a découvert l'extraordinaire saveur.

La Planche,assiette en bois,Deliceum,La Cave à Jules,Le Saint-Malo,L'Atelier du Ry Ternel,boeuf,Wagyu,Kobé,assiette de fromage

En dessert, j'ai choisi la tarte aux pommes de l'atelier et j'ai ainsi découvert des pommes coupées en tranches posées sur un fin disque de pâte avec une boule de glace au spéculoos au milieu. Maud a évidemment choisi l'assiette de fromage et a été surprise par la variété proposée - pas moins de 6 sortes - en regard du prix demandé: seulement 6 euros la ou beaucoup de restaurants n'hésite pas à proposer une assiette nettement moins garnie pour 10, voire 12 euros. La surprise n'en était que meilleure.

Encore une fois, nous n'avons pas été déçu de notre découverte réalisée grace à internet si ce n'est vis à vis de la cuisson des pâtes, ce qui n'est pas bien grave. Encore une table à recommander donc qui s'ajoute à la longue liste des restaurants déjà visités ou nous pourrions retourner. Hélas entre ces derniers et les restaurants à découvrir, que ce soit ceux que j'ai déjà repéré et ceux que je découvrirais encore, il nous  faudrait y aller plusieurs fois par semaine pour profiter de tous, ce que notre budget et, accessoirement, notre ligne, ne nous permettent pas.

29/07/2012

Rétro 07-2011 - Festival TW Classic 2011

L'année passée, nous avons choisi de retourner au TW Classic, festival créé en 2002 en complément du fameux Rock Werchter festival pour attirer un public de tous âges, plus familial donc, grâce à une programmation proposant un mélange d'interprètes confirmés comme Joe Cocker, Elton John ou Sting et de valeurs montantes comme Alicia Keys, Amy MacDonald ou encore Selah Sue.
Pour info, les initiales TW signifient Torhout-Werchter et font référence à l'ancien nom du Rock Werchter qui s'appelait ainsi du fait qu'il se déroulait sur 2 jours, les mêmes artistes se produisant le samedi à Torhout et le dimanche à Werchter.

TW Classic,Rock Werchter,Torhout,Werchter,The Corrs,Phil Collins,Simple

Nous avions déjà eu l'occasion de nous y rendre en 2004 à l'occasion de la 3è édition de l'évènement. Une participation qui s'imposait car elle me donnait l'opportunité de découvrir un groupe et un chanteur que j'adorais. Ainsi, après avoir zappé Blof, artiste que nous ne connaissions pas (et que nous ne connaissons toujours pas d'ailleurs) pour ne pas rendre la journée trop longue, nous étions arrivés pour écouter la prestation de Mike & The Mechanics avec Mike Rutherford, un ancien de Genesis, dont nous apprécions beaucoup les chansons. Pour suivre, un autre chanteur dont nous n'avions jamais entendu parler, Jasper Steverlinck, que nous n'avons pas spécialement apprécié et une artiste pas très connue à l'époque, une certaine Alicia Keys. Mais nous étions donc surtout la pour les 2 têtes d'affiche. Tout d'abord les Corrs que Maud a véritablement découvert ce soir la, au point d'être la première à proposer de retourner les voir lorsqu'ils se produisirent l'année suivante à Forest National. Et enfin, la cerise sur le gâteau, Phil Collins dont c'était la dernière occasion, pour nous, de le découvrir su scène vu qu'il avait annoncé qu'il s'agissait de sa dernière tournée.

TW Classic,Rock Werchter,Torhout,Werchter,The Corrs,Phil Collins,Simple

Cette fois, pour cette 10è édition, l'affiche était tout aussi intéressante. Et de nouveau, pour ne pas trop allongé la journée, nous avons cette fois zappé les 2 premiers artistes. Gabriel Rios, parce qu'il s'agissait d'un parfait inconnu pour nous et Selah Sue, certes connue mais dont nous n'appprécions pas le fait qu'elle chante comme Amy Winehouse, non pas que je n'aime pas la musique de cette dernière, mais parce que je n'aime pas l'idée d'écouter un clône, aussi bon soit-il.

Nous sommes donc arrivé pour assister au concert de Mick Hucknall, le chanteur de Simply Red dont Maud était fan et que j'appréciais beaucoup, qui se produisait avec le groupe The Faces. Nous avons été déçu car nous ne connaissions pas ce groupe et ne nous attendions pas à une musique aussi différente de Simply Red. Même si j'ai adoré un passage du concert, le solo de batterie, exercice que j'adore.
Pour suivre James Blunt, un artiste que je détestais à force d'avoir trop entendu son premier tube, Goodbye my lover. C'est difficile à expliquer pourquoi mais il y a des chansons que je peux écouter en boucle sans problème et d'autres qui finissent par m'irriter à force de les entendre 3 fois par jour à la radio. Des chansons que j'ai pourtant aimé lorsque je les ai découvertes et que j'apprécie réentendre, une fois que le matraquage médiatique est passé, la dernière en date étant Someone like you d'Adèle.
Mais pour revenir à James Blunt, ce concert m'a totalement réconcilié avec lui car j'ai découvert un véritable showman, attachant et proche du public.

Ensuite, lorsque le groupe suivant a commencé à jouer en boucle, pendant de longues secondes, histoire d'appeler les spectateurs près de la scène, l'intro de son premier titre, Waterfront, j'ai eu la chair de poule et j'ai apprécié le concert de Simple Minds bien sur, pour lesquels j'étais la, avec nombre de hits comme Don't you, Alive and kicking ou encore Someone somewhere in summertime. Et dire qu'à leurs débuts, je n'aimais pas du tout leur musique, étant plus attiré par la variété française.

Texas, que j'avais déjà vu à Forest National et surtout son excellente et belle chanteuse Sharleen Spiteri, car pour beaucoup, Texas c'est une chanteuse entourée de ses musiciens, constituait l'autre tête d'affiche pour laquelle nous étions la.
Et nous n'avons pas été déçus. Maud également qui tout comme pour les Corrs a été enchantée même si, cette fois, elle connaissait évidemment bien l'artiste, mais sans jamais avoir eu l'occasion de les voir sur scène.

En fin de journée, Bryan Adams était attendu par ses fans. Comme ce n'était pas notre cas, le trouvant trop rock sauf pour quelques uns de ses hits comme (Everything I Do) I Do It for You, nous nous sommes contenté d'écouter ses 2 ou 3 premières chansons avant de quitter le site, histoire d'éviter les bouchons.

27/07/2012

Le Chemin du Cèdre - Namur

Une fois au Chemin du Cèdre, le restaurant libanais qu'avait donc choisi de nous faire découvrir nos amis, nous n'avons pas pu découvrir l'élégant cadre intérieur car nous avons eu la chance de pouvoir prendre notre repas dans le jardin. Même si, en fin de soirée, la fraicheur tombant, nous aurions bien apprécié prendre le dessert et le thé à l'intérieur.

En guise d'apéritif, j'ai fait le choix d'une boisson libanaise dont j'ai oublié le nom qui ressemble au pineau des Charentes mais en beaucoup plus sucré. Ecoeurant pour certains, comme Maud ou Gabriel, excellent pour moi. Avec un premier couac au niveau du service puisqu'on ne nous a rien proposé alors que les tables environnantes avaient quelque chose. Après une remarque de Mathieu, nous avons finalement reçu des amandes dans un plat raffraichi par des glaçons. Surprenant.

Pour suivre, nous étions tous partis pour prendre le menu découverte à 28 euros, estimant que la différence de 10 euros avec le menu prestige qui comportait quelques plats supplémentaires ne se justifiait pas. Mais Mathieu, qui tout comme Gabriel avait déjà expérimenté le premier lors de leur précédente visite, avait envie de découvrir les plats supplémentaires et plus particulièrement la brochette d'agneau que, contrairement à Gabriel ou moi, il adore. En y regardant de plus près, je constatais tout de même que si la différence de prix ne se justifiait ni au niveau du plat principal, une brochette d'agneau en sus, ni au niveau des entrées chaudes, avec un seul plat bonus, le makanek (petites saucisses d'agneau au poivre flambées au citron), elle permettait, au niveau des entrées froides, de découvrir pas moins de 4 plats supplémentaires. dont le samake harra (filet de poisson, émincé d'oignons, poivrons, ail, citron et crème de sésame).
Et comme Maud adore également l'agneau, j'ai finalement fait le choix de me ralier au choix de Mathieu car chacun des menus n'est servi que pour minimum 2 couverts.

Nous avons donc finalement commandé 2 menus découvertes et 2 prestiges ainsi qu'une assiette de brochette de poulet pour notre fille Kristen. Et ce même si je trouvais un peu frustrant de ne gouter, en plat principal, qu'à de simples brochettes la ou la carte proposait des plats autrement plus élaborés. Mais au vu du grand nombre d'entrées froides et chaudes proposées, dont certaines que nous ne connaissions pas, je me suis dit que cela faisait déjà une belle découverte.

Chemin du Cèdre,restaurant,libanais,makanek,samake harra,houmous,moutabale,changlich,patata harra,moujadara,kebbé,fatayer,falafel,la Khaïma

Ainsi, à côté des traditionnels taboulé, houmous (purée de pois chiches) et feuilles de vigne, nous avons également découvert en entrée froide les loubies (haricots verts à l'huile d'olive, sauce tomate), le seul plat présent uniquement dans le menu découverte, le moutabale (purée d'aubergines grillées avec crème de sésame et citron), le changlich (salade de fromage libanais, tomates ,poivrons, thym, oignons et huile d'olive), la moussaka et le samake harra, autant de plats figurant uniquement dans le menu prestige.

A ce moment nous avons de nouveau eu quelques problèmes avec le service.
Tout d'abord parce que nous avons du demander le pain libanais, que Gabriel et Mathieu savaient, pour être déjà venus, qu'il accompagnait les différents plats.
Ensuite parce que le vin que nous avions choisi n'étant plus disponible, ni en rosé, ni en blanc, nous avons demandé un conseil au serveur qui, ne s'y connaissant pas, nous a indiqué qu'il allait nous envoyer un collègue ... qui n'est arrivé que lorsque nous avons réclamé pour la troisième fois de la soirée.

Chemin du Cèdre,restaurant,libanais,makanek,samake harra,houmous,moutabale,changlich,patata harra,moujadara,kebbé,fatayer,falafel,la Khaïma

Au moment de nous servir les entrées froides, le serveur nous avait indiqué que nous recevrions ensemble les entrées chaudes et le plat principal. Nous avions trouvé cela bizarre mais nous avons compris que cela se justifiait pleinement car certaines entrées comme les patata harra (dés de pomme de terre rissolées à la coriandre et citron) ou la moujadara (purée de lentilles, riz, oignons frits) étaient en fait des accompagnements. Outre ces 2 plats et le makanek déjà évoqué, nous avons également pu gouter au kebbé (boulette de pâte de viande et blé concassé frit, farcie à la viande hâchée, oignons et pigons de pin), au borgoule (dont je ne retrouve pas la teneur), aux fatayer (pâtes farcies aux épinards, oignon, citron), aux falafel (purée de pois chiches et de fèves, coriandre, ail, piment servi avec sauce sésame) et aux ailes de poulets (cuisinées au citron) qui accompagnait donc les brochettes de poulet, kebab et agneau servies avec du pain libanais, certains natures, d'autres recouverts d'une sauce à l'ail et à l'harissa très légèrement piquante.

Avec les habituels problèmes de service puisque nous avons de nouveau du réclamer. D'une part pour que l'on nous explique la nature des différents plats apportés, chose que le serveur ne savait pas faire, nous envoyant le collègue qui nous avait servi les entrées froides et qui nous avait spontanément donné les explications. D'autre part pour demander le plat de notre fille que le chef avait oublié de préparer.

Chemin du Cèdre,restaurant,libanais,makanek,samake harra,houmous,moutabale,changlich,patata harra,moujadara,kebbé,fatayer,falafel,la Khaïma

Par contre, au dessert, rien à redire puisque nous avons tous reçu un chausson contenant une mixture spéciale (au fromage ?), y compris Kristen pour laquelle nous n'avions pas commandé un menu et qui n'y avait théoriquement pas droit.

Chemin du Cèdre,restaurant,libanais,makanek,samake harra,houmous,moutabale,changlich,patata harra,moujadara,kebbé,fatayer,falafel,la Khaïma

Enfin, nous avons tous choisi pour conclure le thé à la menthe, également compris dans ce menu, qui nous a été servi à la manière nord-africaine.

Par contre, nous n'avons pas eu droit au pousse café offert, qui aurait été bien mérité vu les nombreux problèmes de service. Mais peut-être ont-ils estimés que le dessert offert à notre fille constituait déjà un beau geste ... à moins qu'il n'aie pas voulu faire plaisir à cette table de clients qui n'ont pas arrêtés de les embêter. Ceci dit avec humour bien sur.

Ces problèmes de service me font repenser à une autre sortie entre amis, les collègues de ma femme, au restaurant la Khaïma, ou nous avions été confronté au même type de problèmes. Et dont nous avions fini par en rire vu la bonne ambiance dans le groupe. Mais si ce défaut, cumulé à la nourriture, bonne sans plus, m'avait amené à signaler que je n'y retournerais pas, cette fois, la qualité des mets dégustés font que j'oublierais sans problème ces petits tracas pour retourner au Chemin du Cèdre si l'occasion se représente.

Balade et soirée entre amis à Namur

En ce dernier samedi du mois de juin, des amis namurois nous avaient donné rendez-vous en soirée dans leur ville pour nous retrouver au restaurant et nous faire découvrir un type de cuisine que nous n'avions pas encore eu l'occasion de gouter.

Vu que, une fois n'est pas coutume, il faisait ensoleillé et chaud, nous avons fait le choix d'arriver à l'avance pour pouvoir découvrir une ville que je connaissais mal.
En effet, presque chaque fois que j'avais du m'y rendre, c'était pour aller dans le quartier de la gare qui n'offre pas un attrait particulier. J'avais bien eu l'occasion, il y a quelques années, de me promener dans le centre ville pour y découvrir son marché hebdomadaire du samedi matin mais les échoppes m'avaient alors empêché de remarquer les attraits de l'endroit.

Namur,marché,foire,restaurant,libanais,Chemin du Cèdre

J'ai ainsi découvert que le centre de Namur, avec ses rués piétonnes et ses grandes artères commerçantes, était aussi agréable à arpenter que celui de Mons ou de Liège. Avec le grand plus que la circulation, interdite le samedi matin pour cause de marché, n'est pas rétablie de toute la journée. C'est donc l'ensemble du centre ville qui est piétonnier ce jour la.

Vers 18h, après un peu moins de 2 heures de balade et de visite des boutiques - nous étions le premier jour des soldes - nous avons retrouvé Gabriel, l'un des amis avec qui nous avions rendez-vous. Et comme son copain ne savait nous rejoindre que peu après 19h, nous sommes allé faire un tour sur la foire qui battait son plein. L'occasion pour Kristen de se faire plaisir en faisant un tour de montagne russe adaptée aux enfants, un autre de toboggan géant et une pêche au canard.

Une heure plus tard, Mathieu, l'ami que nous attendions nous rejoignait. Il était alors l'heure de nous rendre au restaurant ou nos deux compères avaient réservés une table. Un endroit pour lequel ils avaient entretenus le mystère, ne nous indiquant, pour s'assurer que nous étions d'accord sur le choix du type de cuisine, qu'il s'agissait d'un restaurant libanais réputé. Ils avaient oubliés la puissance d'internet et de notre curiosité. Nous avions donc fait quelques recherches et constaté qu'il n'y avait qu'un seul restaurant libanais à Namur. Nous savions donc déjà que nous nous rendions au Chemin du Cèdre.

24/06/2012

Rétro 05&06-2011 - HendHonf, nos vacances à Hendaye et près d'Honfleur

Fidèles à nos habitudes, en 2011, nous sommes partis en vacances vers 2 lieux de villégiature. L'idée première était de découvrir le Sud-Ouest. C'est ainsi que nous avons passé une semaine, du 21 au 28 mai, à Hendaye, la dernière ville française de la côte atlantique avant l'Espagne.

Le trajet, quoiqu'un peu long, s'est très bien passé si ce n'est un bout de nationale à 2 voies après Bordeaux ou le trafic était ralentit par des convois de camions, essentiellement espagnols et portugais, se dépêchant de rejoindre l'Espagne pour éviter l'interdiction de circuler en France le dimanche. Mais outre la longueur du trajet, je n'ai pas apprécié du tout le prix abusif du péage qui dépassait les 72 euros. A tel point que le jour ou nous retournerons dans la région, nous ferons le déplacement en 2 jours en les évitant, l'argent ainsi économisé servant à nous offrir une nuit d'hôtel ce qui nous permettra de faire un voyage beaucoup plus pittoresque et sympathique.

Hendaye,péage,Saint-Jean de Luz,San Sebastian,Ablon,Honfleur,Coxyde,pizza

Nous avons essentiellement visité la proche région avec les villes de Biarritz, que nous avons jugée trop guindée et trop chic, Saint-Jean de Luz, notre coup de coeur, Bayonne, pas mal aussi, San Sebastian en Espagne, hélas sous la pluie, le village de Fontarabie en Espagne également, de l'autre côté de la rivière qui fait office de frontière et que nous avons rejoint en bateau, ainsi que l'arrière pays avec le village d'Espelette, que nous ne pouvions pas éviter, en amateur de cuisine que nous sommes, et le petit train de la Rhune.

A San Sebastian, nous avons constaté une chose étonnante que nous n'avions jamais vue. Habituellement, ce sont les cours d'eau qui se jettent dans la mer. Ici, par contre, la force de l'océan Atlantique donnait l'impression que c'était lui qui rentrait dans les terres.

A noter aussi une météo assez particulière puisque si nous n'avons eu qu'un seul jour de pluie, le jeudi, à San Sebastian donc, nous avons alterné une journée chaude et ensoleillée avec une journée plus fraiche (maximum 20°) et couverte. Avec le record de contraste entre le mercredi ou, sur le petit train à crémaillère de la Rhune qui nous a mené au sommet de ... la Rhune, sommet mythique du Pays Basque culminant à 905 mètres d'altitude, nous avons dépassé les 30° sous un soleil forcément de plomb alors que le lendemain nous nous retrouvions dans le froid et la pluie.

Pour notre seconde semaine de vacances, l'idée première était de faire 60 à 70 % du chemin de retour et de passer quelques jours à l'hôtel. Séjour que nous avons vite décidé de transformer en une semaine en location. Et en regardant la carte j'ai constaté que la Normandie, qui était également une destination que nous n'avions jamais faite et qu'il nous tardait de découvrir, était dans la zone ciblée.

En fait, ce n'est que le samedi 28 mai, en faisant le trajet nous menant de Hendaye à Ablon, petit village près de Honfleur, que je me suis rendu compte que je m'étais un peu planté sur les distances, je me demande encore comment, puisque nous avions près de 850 km et 9 heures de route à parcourir. Résultat une seconde journée entière passée sur la route. Mais en voyant le bon côté des choses, cette erreur nous a permis d'enfin découvrir la belle région de Normandie que nous ne connaissions pas tandis que le voyage de retour ne serait plus qu'une formalité avec seulement 3 petites heures de route.

Hendaye,péage,Saint-Jean de Luz,San Sebastian,Ablon,Honfleur,Coxyde,pizza

Et ce petit désagrément a vite été oublié lorsque nous avons découvert notre logement, une jolie maisonnette 3 chambres parfaitement équipée nichée dans un petit vallon et entourée de différents animaux, à quelques kilomètres de l'océan ou nous avons passé la semaine jusqu'au 4 juin.

Hendaye,péage,Saint-Jean de Luz,San Sebastian,Ablon,Honfleur,Coxyde,pizza

La nous avons découvert Trouville et son très beau marché, Deauville, ses planches et ses visiteurs huppés, Cabourg et Pont-l'Evêque, beaucoup plus petits que ce que nous imaginions, Etretat, notre coup de coeur de la semaine, et ses magnifiques falaises, sans oublier Honfleur, agréable petite ville ou nous sommes souvent allé nous promener. Nous avons également voulu découvrir la grosse ville du coin, Le Havre, mais avons été déçu car il était difficile d'y circuler du fait des nombreux travaux en cours. Nous avons également emprunté le pont de Tancarville et surtout celui très impressionnant de Normandie.

Hendaye,péage,Saint-Jean de Luz,San Sebastian,Ablon,Honfleur,Coxyde,pizza

Durant ces 2 semaines, outre les visites déjà décrites, nous avons pu nous adonner à certains passe-temps que nous apprécions comme la découverte de nouveaux produits dans des enseignes comme Super U, Leclerq ou encore Eroski en Espagne et de bons petits restos à Saint-Jean de Luz et à Honfleur notammant. A noter aussi, dans le même registre les pizzas originales proposées dans le Sud-Ouest comme la Royale Magret de Maud, composée de sauce tomate, champignons, fromage, crème fraîche, magret de canard, foie gras et origan et la Gastronome avec chutney de figue, poires, fromage, salade, pépites de foie gras frais (poêlé), noix, jambon de Bayonne et copeaux de parmesan que j'ai choisie dans une pizzéria de Hendaye, Chez Snacky, qui ne payait pourtant pas de mine.

Encore une fois, nouvelle découverte de très beaux lieux de villégiature ou nous retournerons si nous en avons l'occasion. Probablement pas au même endroit en ce qui concerne le sud-ouest et ce, même si nous avons adoré l'appartement de Hendaye, sans que sa situation au 4ème étage sans ascenseur ne soit un frein. Mais nous avons trouvé que la ville était un peu petite, avec un centre commerçant pas suffisamment grand, impliquant un manque de vie, surtout hors saison, ce qui fait que nous nous orienterions plus volontiers vers la ville de Saint-Jean de Luz, pas nécessairement plus grande mais plus animée.
Par contre, probablement exactement au même endroit en Normandie, tellement notre location, avec des propriétaires charmants, était parfaite, proche d'une ville, Honfleur, magnifique. D'autant aussi que, situé à seulement une heure de route en plus, c'est devenu une alternative intéressante, et moins chère, à la côte belge en général et à Coxyde en particulier que nous connaissons comme notre poche et ou nous n'avons plus nécessairement l'envie de passer une ou deux semaines.

19/06/2012

Prometheus à l'Imagix Mons

Nous sommes allé pour la première fois au cinéma cette année ce vendredi 15 juin. Et même si nous n'avons payé que le supplément pour la 3D du fait que nous avions gagné les places au concours organisé par notre agence de voyage pour avoir pris la peine de remplir leur enquête de satisfaction au retour de nos vacances au Vietnam, ce n'est pas cette quasi gratuité qui nous y a mené. Non, ma femme, qui est fan de la saga Alien, mourrait d'envie de voir Prometheus qui en est le prequel. De mon côté, et alors que j'apprécie aussi beaucoup cette franchise, je n'étais pas du tout tenté.

prométheus,alien,3d

Notre degré de satisfaction a été à la hauteur de nos attentes. Maud a ainsi été un peu déçue même si elle a beaucoup apprécié, tout comme moi d'ailleurs, l'esthétique du film tandis que, de mon côté, j'ai été très content de ma soirée.

Un petit mot sur la 3D pour dire que dans le cas de ce film, cela n'apporte pas vraiment un plus. On l'apprécie durant le premier quart d'heure et ensuite, on a tendance à l'oublier.

22:35 Écrit par slumle dans Cinéma | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : prométheus, alien, 3d |  Facebook |

14/06/2012

Métisses - Liège

Ce samedi, nous avons enfin découvert le restaurant Métisses situé en Outremeuse à Liège dans la rue Roture célèbre pour y abriter de nombreux établissements Horeca. En nous y baladant, nous avons d'ailleurs constaté que nous en avions déjà visités 4, à chaque fois de cuisines différentes (charbonnade, italien, marocain et un excellent indien aujourd'hui fermé), celui-ci devenant donc le 5è.

Initialement, Cédric, l'ami qui nous accompagnait, avait proposé de nous faire découvrir le Labo 4, un restaurant particulier qui propose des plats aux mélanges détonnants comme le Daffy burger, un burger de canard mi laqué, dans un petit pain au lait à l’orange, sauce aigre douce maison, salade de choux et gingembre confit ou encore la dorade en beurre de coriandre, blédina de Granny Smith au lait de coco, stoemp parfumé de céleri et Bangkok spring roll. Malheureusement, il était complet.

Métisses,Roture,Le Labo 4,pisco sour,thiébaudianne,thé

Dans l'urgence, notre ami a pris l'initiative de réserver une table dans un autre qui l'attirait depuis longtemps, Métisses. Bien lui a pris car nous aussi étions attirés par sa cuisine du monde et son cadre coloré. Seule l'absence du menu sur son site internet, nous empêchant de connaitre par avance les plats proposés, nous retenait. Mais en amateur de découvertes culinaires que nous sommes, nous avons finalement pris le risque.

En découvrant la carte, nous avons constaté que les plats proposés étaient d'origine africaine, sud américaine et créole tandis que nous savions déjà depuis longtemps que l'origine du nom du restaurant venait du fait qu'il est tenu par 2 dames, l'une belge, l'autre sénégalaise.

N'ayant pas pu faire comme d'habitude, vu l'absence d'information sur internet, une première sélection préalable, le choix fut particulièrement ardu. A commencer par l'apéritif. La carte proposait en effet diverses propositions originales. Je me suis finalement laissé tenter par un pisco sour, cocktail sud américain apparamment originaire du Pérou, Maud choisissant un cocktail dont j'ai oublié le nom à base de rhum, de vanille et d'un troisième ingrédient que j'ai également oublié. Avec, pour accompagner cela, quelques nachos à tremper dans une préparation piquante à base de divers légumes découpés en petits morceaux.

Métisses,Roture,Le Labo 4,pisco sour,thiébaudianne,thé

En entrée, j'ai choisi les acras de morue et sa sauce épicée. Epicée voulant dire ici, piquante. Bien, sans plus. Maud a choisi le carpaccio de boeuf au vinaigre de fruits de la passion. Ces 2 plats n'étaient pas très copieux mais ce n'était qu'une entrée. Tout cela pour dire que dans l'attente du plat principal, j'ai craint, vu les 2 ou 3 fois ou cela m'est arrivé récemment, d'une nouvelle fois ne pas manger à ma faim.

Métisses,Roture,Le Labo 4,pisco sour,thiébaudianne,thé

J'ai été rassuré en voyant la copieuse assiette de Thiéboudienne, plat national du Sénégal constitué de riz, tomate, carottes, manioc, patates douces et poisson, que j'avais choisi par élimination parmi les 4 qui me tentaient. Même si, dans un premier temps, je n'ai pas beaucoup apprécié pour 2 raisons. D'une part, je ne sais pas s'il s'agissait de mon plat ou de celui que ma femme et Cédric avaient choisi, voire des 2, mais l'odeur n'était pas très agréable. Je dirais même clairement que cela sentait mauvais. D'autre part, nous étions dans une partie du restaurant pas très bien éclairée ce qui ne me permettait pas de bien voir de quoi était constitué mon plat. En fait, je voyais surtout une masse noire, avec du riz, qui ne me paraissait pas appétissante. J'ai donc commencé à manger ce plat, particulièrement bourratif, du bout des lèvres avant de découvrir que les différents éléments le constituant étaient très bons. Maud et Cédric qui s'étaient eux laissés séduire par l'originalité du mélange cacao moutarde présent dans le lapin au cacao et à la moutarde sont également restés un peu sur leur faim, ne trouvant pas trace du cacao dans le gout, seule la moutarde émergeant. A noter que si mon plat était un repas complet vu la présence de riz, Cédric et Maud ont pu choisir un accompagnement parmi l'attiéké (couscous de manioc), l'aloko (bananes plantains), du riz, des patates douces en frites et un gratin d'igname. Maud choisissant le premier, Cédric le dernier.

Métisses,Roture,Le Labo 4,pisco sour,thiébaudianne,thé

Vu l'étroitesse de la carte des desserts, composée de seulement 3 propositions, le choix a été beaucoup plus simple que pour les autres plats. Entre le duo Métisses, la crème aux fuits de la passion et la tarte tatin à la mangue, nous avons tous les 3 choisis le premier, attirés par sa description particulièrement alléchante: fondant au chocolat noir tiède accompagné d'une mousse chocolat blanc, citron vert et noix de coco. Vu ce long intitulé, nous avons été un peu déçu, à l'arrivée du plat, par son côté dépouillé avec juste 2 petits pots présents sur l'assiette. Mais la déception a été de courte durée car nous avons apprécié la mousse au chocolat blanc et avons été conquis par l'excellent chocolat chaud, pas du tout écoeurant.

Nous avions également remarqué que la carte proposait quelques thés que nous ne connaissions pas, raison pour laquelle, à l'issue du repas, Maud a commandé un thé au tamarin à la fleur d'oranger, moi, initialement tenté par celui la, un thé vert aux fruits exotiques avec lequel elle avait également hésité, histoire d'en gouter deux pour le prix d'un et Cédric un thé dont j'ai oublié le nom avec des feuilles d'un arbustes typiquement africain dont il nous dira qu'il lui faisait penser à une infusion au tilleul. Alors que celui de Maud était un excellent thé en sachet, fruité comme je les aime, le mien qui était le seul à infuser dans une boule à thé, n'avait presque pas de gout. Mauvais choix de ma part ? Mauvais dosage de la part de la serveuse ? Toujours est-il que je terminais la soirée sur une nouvelle petite déception.

Certes, je suis sorti repu avec la satisfaction d'avoir enfin pu découvrir un restaurant qui nous attirait depuis longtemps. Mais je le situerais malgré tout un cran en dessous de ceux que nous avons fait récemment en raison des petites remarques négatives que j'ai pu faire sur les différents plats.

10/06/2012

Les canards de la pêche au canard à l'arrière des voitures

Un canard en plastique, tout droit échappé (ou dérobé ?) d'un stand de pêche aux canards, accroché à l'arrière d'une voiture. Serais-ce une nouvelle mode que certains tentent de lancer ?

canard en plastique,pêche aux canards

En tout cas, lorsque j'ai pris ces photos, cela faisait la 4è fois, sur quelques mois d'intervalle, que je constatais le phénomène. Les 3 premières fois, je n'avais pas pu en prendre car j'étais au volant de ma voiture. Mais cette fois, j'ai pu immortaliser l'évènement en en découvrant un sur une voiture présente sur le parking du restaurant l'Auberge ou nous venions de dîner. Depuis lors, j'en ai encore vu 2, coup sur coup, la semaine passée.

09/06/2012

L'Auberge - Arquennes

Ce jeudi 17 mai midi, jour de l'ascension, nous avions décider d'enfin aller manger la fameuse assiette en bois (voir article précédent ici) au restaurant Deliceum à Jolimont. Mais lorsque nous avons voulu réserver une table, nous avons été fort surpris d'apprendre que ce restaurant n'était ouvert que le soir et le dimanche midi et que le fait que ce jeudi soit férié n'y changeait rien. Comme nous nous étions fait à l'idée d'aller au restaurant à ce moment la, je me suis donc connecté sur le site restaurant.be pour en trouver un autre.

En recherchant sur Nivelles, la ville la plus proche de notre village, j'ai été assez vite attiré par la formule proposée par un restaurant que je ne connaissais pas, L'Auberge. A savoir un choix de 6 entrées, 6 plats et 7 desserts pour la modique somme de 22,50 euros. Et si, en temps normal, ce restaurant n'ouvre que les vendredi, samedi et dimanche, il est aussi accessible les jours fériés, lui.

assiette en bois,Deliceum,l'Auberge,Arquennes,brasérade,violon

Vous pouvez voir ci-dessus le menu proposé lors de notre visite. A côté de celui-ci, la carte est certes relativement limitée mais cela n'est absolument pas gênant quand on sait que le menu change tous les 15 jours et que les plats présents de manière récurrente sont, pour certains, originaux. A l'image de la brasérade, une pièce de viande de 300 grammes que l'on cuit soi même à table sur un pic suspendu au dessus d'un récipient contenant un gel que l'on fait bruler ou encore du violon, une grande brochette de boeuf flambée à table et présentée verticalement accrochée à un montage de fils de fer représentant un violon, d'ou le nom, la brochette faisant office d'archet.

assiette en bois,Deliceum,l'Auberge,Arquennes,brasérade,violon

A l'arrivée, nous avons été surpris par le cadre beaucoup plus sélect que nous le pensions car en fonction de la photo de l'extérieur du bâtiment, de la mise en page, très ludique, du site internet et des prix pratiqués, nous nous imaginions un restaurant plus bas de gamme, sans que cela soit péjoratif. Nous ne nous attendions pas non plus à déguster des plats aussi raffinés.

assiette en bois,Deliceum,l'Auberge,Arquennes,brasérade,violon

A commencer par l'assiette de dégustation qui accompagnait l'apéritif (nous avons choisi le maison qui était en fait un cocktail). Elle était composée de d'une préparation au surimi, d'un velouté de poireaux et d'un morceaux de cake aux olives. Surimi, poireaux, cake, ce ne sont pas la des produits nobles et nous ne sommes donc certes pas dans la fine cuisine gastronomique mais la qualité des préparations et leur présentation constituaient un plus que nous n'attendions pas.

assiette en bois,Deliceum,l'Auberge,Arquennes,brasérade,violon

En entrée, j'ai choisi, la cassolette de scampis aux poivrons et porto, Maud la trilogie de foie gras, tandis que nous avons commandé les croquettes aux petites grises du Nord pour Kristen.

assiette en bois,Deliceum,l'Auberge,Arquennes,brasérade,violon

Pour suivre, après avoir longtemps hésité avec le violon, j'ai finalement choisi le magret de canard au jambon cru et chèvre, pomme de terre au chèvre en me disant qu'il n'était à la carte que pour une quinzaine tandis que je pourrais toujours prendre le violon lors d'une prochaine visite. Car déjà au moment de passer commande, enchanté par le cadre et l'assiette de dégustation, qui nous avait déjà été servie, l'envie d'y revenir était déjà présente. Maud a elle craqué pour la brasérade accompagnée de 4 sauces originales dont une au poivre vert, tandis que Kristen choisissait le steack tartare junior hâché à la minute et sa sauce relevée.

assiette en bois,Deliceum,l'Auberge,Arquennes,brasérade,violon

Pas de surprise dans les choix de dessert puisque, alors que Kristen choisissait une glace vanille-fraise, Maud se délectait d'une belle assiette de fromages tandis que je me régalais avec le méli-mélo de desserts composé de 4 mini desserts dont une crème brulée et une mousse à la framboise ou aux fruits rouges.

Pour conclure, je dirais que nous avons passé un excellent moment (près de 3h sans que nous n'ayons vu le temps passer) dans un très bon restaurant, magnifié par le fait que nous ne pensions pas qu'il était d'une telle qualité.

08/06/2012

Fancy fair à l'école de notre fille

Un autre marronnier se rapportant à notre vie de tous les jours concerne la fancy fair de l'école de notre fille. Même si ce samedi 5 mai, ce n'était que la seconde fois que nous y assistions alors que c'est pourtant sa 5è année dans l'école. La raison: la même que pour le carnaval d'Ecaussinnes, les vacances.
En 2008, alors que notre fille, alors âgée de 2 ans et demi, était rentrée à l'école pour la première fois en janvier, nous étions partis en vacances en avril et étions donc présent au mois de mai pour assister à sa première fancy-fair. Par la suite, profitant du fait qu'elle n'était pas encore en âge d'obligation scolaire, nous étions à chaque fois partis fin mai début juin alors que la fancy-fair se déroulait à l'époque durant la seconde partie du mois de mai. Cette année, notre fille étant rentrée en primaire, nous avons du changer nos habitudes. L'école aussi d'ailleurs en programmant l'évènement en début de mois ce qui, soit dit en passant, aurait permis à notre fille d'y assister aussi ces 3 dernières années si ce changement était intervenu plus tôt.

marronnier,fancy-fair,vacances

Et pour l'anecdote, le thème de cette année était très mal choisi puisque le spectacle s'appelait un samedi au soleil alors qu'il a fait très froid pour la saison (à peine une quinzaine de degrés) et relativement pluvieux.

07/06/2012

Carnaval d'Ecaussinnes 2012 ... et 2011

Voici un article qui risque de se retrouver chaque année sur ce blog. Dans le langage journalistique, on appelle cela un marronnier. Il concerne le carnaval d'Ecaussinnes, le village ou nous résidons, qui a lieu le week-end qui suit Pâques soit, le plus souvent, durant les vacances de Pâques en Belgique. Pendant plusieurs années, nous n'avons pas eu l'occasion d'y assister car nous avions l'occasion de passer ce week-end à Coxyde. Mais ce n'était pas le cas lors des 2 dernières éditions ce qui nous a permit de nous y rendre. Avec les mêmes passages obligés, la pêche au canard et l'une ou l'autre attraction pour notre fille, une bonne crasse pour toute la famille (cette année, un maxi cheese burger pour Maud et un boudin blanc pour moi tandis que Kristen profitait bien évidemment des 2).

La seule différence entre le carnaval de cette année et celui de l'année passée se situant, comme vous pouvez le constater sur les 2 photos ci-dessous au niveau de la météo. Glaciale en ce 15 avril 2012 (1ère photo), nettement plus printanière, voire carrément estivale, le 1er mai 2011 (seconde photo).

marronnier,carnaval,Ecaussinnes,météo

marronnier,carnaval,Ecaussinnes,météo