02/01/2010

Menu de notre réveillon de Nouvel An 2009-2010

Comme le veut la tradition, l'année 2009 s'est terminée par le réveillon de Nouvel An en famille et à la maison avec ma femme et ma fille et comme le veut la nouvelle tradition, commencée l'an passé, année de création de ce blog, je vais en relater, et illustrer le menu.

Comme d'habitude, nous avons fait le choix, pour le menu, de manger plusieurs petites entrées plutot que faire le traditionnel entrée, potage, plat. Remplacer un plat principal souvent bourratif par une ou deux entrées permet de manger plus léger (enfin quand on se limite à remplacer le plat par une seule entrée) ou plus varié (quand on fait le choix de 2).

Autre habitude, choisir des plats tout préparés pour ne rien avoir à cuisiner. Cette habitude a été conservée même si le choix des mets fut différent, convalescence de ma femme suite à son opération au genou oblige.
Vu que cela fait maintenant 1 mois et demi que je fais les courses seul, je me contente d'y aller quand le besoin s'en fait sentir. Nous n'avons donc pas vu autant de plats que d'habitude et à l'avant veille du réveillon, je n'avais acheté que le foie gras et l'apéritif. J'étais bien passé chez Carrefour mais à part les traditionnels foie gras justement, saint-jacques et autres fruits de mer, je n'avais rien trouvé d'original.

J'ai donc eu l'idée d'aller faire mes courses chez O'Cool qui, s'ils proposent uniquement des plats surgelés offrent un grand choix tout en proposant de la bonne nourriture. Certes, ce n'est pas le Comme chez soi, mais ce n'est pas nécessairement moins bon que les plats traiteur que l'on peut acheter en grande surface tout en étant, aussi, relativement économique.

Et pour la petite histoire, j'ai accepté que Maud fasse sa première visite en magasin depuis son opération car je me suis dit qu'il y a rarement du monde chez O'Cool. Peu d'attente à la caisse donc et peu de risque de se faire bousculer tandis que la visite du magasin se fait assez rapidement.

Pour ceux qui serait intéressé de nous copier, en plus d'illustrer les différents plats une fois servi dans l'assiette, j'ai également mis la photo de leur emballage.

Article 158 - Apéritif
 

Pour commencer, en apéritif, j'ai servi une boisson qu'apprécie tout particulièrement Maud, un Fresita, un mousseux à la fraise.

Article 158 - Zakouskis O'CoolArticle 158 - Chips wasabi

 

 

 

 

 

 

En accompagnement, des tapas au poisson et aux crevettes (2 brochettes de saumon à l'aneth, 2 de crevettes au beurre à l'ail et au poivre, 2 de crevettes et calamars à la provençale et 2 de crevettes en sauce au piment jalapeno et au miel), des mini-yakitori (des mini-brochettes de poulet à la sauce terriyaki) et des chips au wasabi.
Contrairement à l'année passée, aucune déception, tout était excellent.

Article 158 - Entrée froide Article 158 - Tatin de foie gras Champion

 

 

 

 

 

 

En entrée froide, le traditionnel foie gras mais dans une formule originale puisqu'il s'agissait d'un tatin de bloc de foie gras de canard aux figues posé sur un biscuit au spéculoos. Un délice, les 3 ingrédients se mariant magnifiquement dans la bouche. De loin, le meilleur plat de notre réveillon alors qu'aucun ne nous a déçu. C'est tout dire. Le tout arrosé d'un excellent Monbazillac.


Article 158 - Potage Article 158 - Bisque de homard O'Cool

 

 

 

 

 

 

Pour suivre, un autre incontournable, la bisque de homard avec ses croutons et sa rouille.

Article 158 - Entrée chaude Article 158 - Croquettes O'Cool

 

 

 

 

 

 

En première entrée chaude, des croquettes d'écrevisses. J'avais déjà eu l'occasion d'en manger au fromage, au jambon ou aux crevettes, mais jamais aux écrevisses.
La aussi, c'était pas mal.
Pour notre fille, nous avions aussi trouvé quelque chose d'original: des croquettes au macaroni Piet le Pirate, un héros de dessin animé qu'elle regarde parfois sur la télé belge.

Article 158 - PlatArticle 158 - Coquilles en pâtes feuilletée O'Cool

 

 

 

 

 

 

En seconde entrée chaude qui remplaçait le plat, des coquilles à l'ostendaise en pâte feuilletée.

C'est en les mangeant que je me suis rendu compte notre réveillon, à l'exception des yakitori était exclusivement poisson.

Article 158 - Dessert Article 158 - Loempia nana O'Cool

 

 

 

 

 

 

Enfin, pour le dessert, j'ai trouvé des lumpia à l'ananas. C'est en ouvrant la boîte au moment de les mettre au four que je me suis rendu compte qu'il s'agissait d'un plat principal. En tout cas, en Indonésie car pour nous, européens, nous avons trouvé qu'il s'agissait d'un excellent dessert, pas trop bourratif après cette soirée de bonbance commencée à 18h soit presque 6 heures plus tôt.

Ce repas de réveillon nous a couté environ 59 euros, boissons comprises, pour 2 adultes et un enfant de 4 ans et demi. Plutôt économique non ?

24/12/2009

Jeux dans la neige avec ma fille

C'est étonnant mais alors que ma fille a aujourd'hui 4 ans et demi, elle n'avait encore jamais eu l'occasion de faire du traîneau.

Certes, Kristen avait déjà vu la neige plusieurs fois mais à part l'an passé, les derniers hivers étaient beaucoup trop doux avec parfois de la neige mais qui ne tenait pas longtemps. Le temps de rentrer du boulot et il n'était déjà plus possible de bien s'amuser vu la faible épaisseur de la couche.

L'an passé, nous avons enfin eu droit à un beau manteau neigeux, qui plus est, un week-end. Mais nous séjournions à ce moment à Liège dans la famille de ma femme. Si Kristen avait pu goûter aux joies des lancers de boule de neige et avait pu avoir son premier bonhomme de neige, elle n'avait pas pu faire de traineau vu qu'il était à la maison.

Le week-end dernier, il est tombé une jolie couche de neige qui nous a permit, Kristen et moi d'aller jouer dans le jardin. Maud, toujours convalescente suite à son opération au genou, devant se contenter de nous regarder, avec envie, et de prendre les photos.

C'est ainsi que Kristen a pu jouer pour la première fois au traineau. Je l'ai d'abord tiré dans le jardin puis nous sommes allé faire quelques descentes dans l'entrée de garage. Kristen descendant seule ou avec moi.

Article 156 - Nous sur le traineau

Ensuite, je me suis attelé à la réalisation du deuxième bonhomme de neige de Kristen.
Le seul problème est que la neige n'était pas idéale pour ce genre de réalisation. Impossible de la faire adhérer en faisant rouler une boule ce qui fait que je n'ai pas pu réaliser un bonhomme classique avec une grosse boule, une moyenne et une plus petite pour figurer la tête. J'ai donc amassé un tas de neige et ensuite façonné une tête. Outre l'idée du poireau que j'avais avant de commencer, j'ai aussi pensé à prendre 2 bouts de branches pour réaliser les yeux et des bonbons gomme rouges pour la bouche, Maud apportant l'idée du chapeau.

Article 156 - Kristen et le bonhomme de neige

Kristen et moi nous sommes amusés comme des fous et personnellement, j'ai tellement bougé que, loin d'avoir froid, j'ai eu trop chaud au point de transpirer.
Vivement les prochaines chutes de neige, lorsque Maud sera rétablie, histoire de s'amuser tous les trois.

11/12/2009

Je suis devenu producteur de musique

Il y a quelques semaines, j'ai lu dans le journal un article sur Gauthier Reyz, le rebelle (et tête à claque) de la dernière saison de la Star Academy qui parlait de la production de son premier album qu'il avait confié au site Akamusic.com. Un site qui permet à des artistes de faire produire leur single ou leur album par des mises effectuées par des internautes.

Je me suis dit que s'il suivait la même trajectoire que Grégoire, autre artiste a avoir été produit par les internautes, mais sur un site concurrent, ce serait marrant de le produire.

Je me suis donc connecté pour écouter ses chansons et si, dans un premier temps, j'ai beaucoup apprécié ses balades pop folk, à la deuxième écoute, je n'ai plus trouvé cela aussi exceptionnel. Et puis, je me voyais mal "sponsoriser" un artiste dont je n'avais pas apprécié le comportement à la Star Ac.

Mais l'idée de produire un artiste étant prise, j'ai écouté les artistes qui figuraient dans le top (c'est-à-dire ceux dont le budget était déjà bien avancé) et j'ai tout de suite été conquis par Colline Hill. C'est sur et certain, c'est elle que je produirais en premier. Je me suis toutefois dit que j'avais le temps avant de prendre la peine de finaliser mon inscription vu qu'elle ne progresse malheureusement pas très vite.

Quelques jours plus tard, alors que j'avais d'abord dans l'idée de me limiter aux productions d'albums, je me suis dit que ce serait pas mal de choisir également un single car le budget serait plus facile à atteindre (15000 euros au lieu de 50000). C'est ainsi que j'ai découvert Sigrid Flory dont j'ai beaucoup apprécié les mélodies et la voix. Même si les textes de certaines chansons me plaisent moins, il est vite devenu évident que c'est elle que j'allais choisir pour la co-production de mon premier single.

Les choses s'étant précipitées pour Gauthier Reiz (en me connectant la dernière fois qu'il était présent, j'ai constaté qu'il touchait au but avec 47000 euros et des poussières et en me reconnectant 1 ou 2 heures plus tard, il avait disparu de la liste des artistes à produire car il avait réuni la somme nécessaire) et la progression de Sigrid Flory suivant une évolution exponentielle, je me suis dit que je ne devais pas tarder pour acheter mes parts.

Voila pourquoi je me suis inscrit ce mercredi 2 décembre sur le site Akamusic. J'ai commencé par y acheter 5 parts de Colline Hill, mon premier coup de coeur, et 3 pour Sigrid Flory. Bien m'en a pris d'ailleurs car à peine 24 heures plus tard, Sigrid Flory atteignait son quota de 15000 euros pour produire son premier single.

Dans la foulée, j'ai décidé d'acheter également 2 parts de Sarah Carlier dont j'apprécie également le style et la voix et parce que j'ai constaté qu'elle progressait assez rapidement et qu'elle pourrait être le prochain artiste à voir son album produit par le site.

Ma femme, à qui j'ai donné la même envie de sponsoriser un artiste prometteur, s'est inscrite dans la foulée et à porté son choix sur ... Sarah Carlier pour laquelle elle a acheté 2 parts.
Sachant que chaque producteur reçoit un cd collector dédicacé du résultat final, j'ai choisi de retirer mes 2 parts sur Sarah Carlier pour les placer sur un (ou 2) autres artistes que je dois encore sélectionner même si, actuellement, j'ai un petit faible pour le jeune groupe F.M.R.

Bien entendu, je fais cela pour le fun et pas du tout pour gagner de l'argent puisque, dans le cas de Sigrid Flory, j'ai investi 15 euros soit 1 1/1000è du budget et que je toucherais donc à titre de bénéfice 1/1000è de 40% des bénéfices nets.
Par contre, je me réjouis de recevoir les cd de ces artistes.

28/11/2009

Grippe, bronchite, emslie et sinusite

Comme vous avez pu le remarquer, je ne suis pas un exemple de ponctualité. Je met ainsi près d'une semaine à mettre en ligne les compte rendus de mes visites au restaurant ou de l'un ou l'autre évènement spécial.
La raison en étant que la rédaction de mes articles peut parfois me prendre beaucoup de temps et que je ne m'y met pas nécessairement tout de suite.

Ici, pourtant, je bat tous les records puisque je dois encore poster un article sur notre visite le mardi 10 novembre (nous sommes le 28) à l'Espièglerie, un restaurant gastronomique de Namur.

Mais j'ai de bonnes circonstances atténuantes comme vous allez le découvrir dans la suite de l'article.

Alors que je toussais depuis plusieurs semaines, j'ai passé la nuit du mercredi 11 novembre au jeudi 12 a grelotter, puis à suer, le tout avec une forte fièvre.
Mon médecin, appelé le lendemain, devait diagnostiquer un état grippal et une bronchite. Bilan une dizaine de jours d'arrêt de travail et un état qui ne permettait pas de faire autre chose que dormir et regarder un peu la télévision.

J'ai repris le travail ce lundi en toussant encore légèrement mais en me sentant bien. Pourtant jeudi, un léger mal de tête et une douleur partant de la narine droite et allant jusqu'à l'oeil m'amenait à reprendre des médicaments. Après la première que constituait pour moi la bronchite, voila que se pointerait également une autre première, une sinusite ?
De fait, hier, n'étant de nouveau pas très bien, je passais une partie de l'après-midi à dormir tandis que ce matin, je me réveillais avec un léger mal de tête et la tête encombrée qui m'amenait à reprendre à nouveau un médicament et à refaire une longue sieste ce qui ne me ressemble pas.

Si on y ajoute l'hospitalisation, programmée de longue date, de ma femme ce lundi 16 pour une opération lourde au genou (opération qui porte le doux nom de emslie, j'y reviendrais plus tard) qui a pour conséquence de lui immobiliser la jambe et donc de la priver de mouvements pour plusieurs semaines, m'amenant à devoir jouer le garde-malade pour elle, le baby-sitter pour ma fille et l'homme à tout faire pour gérer la maison, vous comprendrez que je ne peux actuellement consacrer beaucoup de temps à mon blog.

Je me dois, pour être honnête de dire que durant la semaine écoulée, pendant que j'étais au bureau, j'ai reçu l'aide de ma belle-mère, la mère de Maud donc, qui est venue passer 4 jours à la maison, ce qui m'a bien aidé tandis que les 2 sites de jeu, 1jour1pari dont j'ai déjà parlé il y a un peu plus d'un an pour y avoir gagné une psp et simfoot, un jeu de simulation de gestion d'une équipe de football que j'ai découvert il y a un peu plus de 3 mois, m'accapare aussi et me laisse moins de temps pour mon blog.

 

Edit - 05-12-2009.
J'ai continué à être malade le dernier week-end (tousser, me moucher, le tout avec des poussées de fièvre) ce qui m'a ramené chez le médecin lundi matin. Il a diagnostiqué un début de sinusite et un encombrement général des différents conduits de la tête (nez, gorge, sinus) et m'a prescrit des médicaments.
A partir de mardi, j'ai enfin pu me lever en me sentant bien mais le mal est revenu dans l'après-midi (froid, fièvre, état grippal) ainsi que tous les jours suivants avec la fièvre qui augmentait à chaque fois (37.5, 37.7 et 38.2 jeudi).
Apparamment, la sinusite cachait un autre mal que mon médecin n'a pas décelé.
Je suis donc retourné le voir hier soir en lui demandant de me faire une prise de sang pour déterminer ce qui m'affaiblit et me fatigue depuis toutes ces semaines.
Heureusement (ou malheureusement, c'est selon le point de vue), j'étais en congé toute la semaine. Malgré cela, mon état de fatigue chronique ne me permet pas de m'occuper de tout ce que je pourrais faire. Cela m'amène à faire des choix ce qui explique  pourquoi je n'ai pas encore repris la rédaction de mon blog.

11/11/2009

Sur la foire d'octobre à Liège

Nous sommes donc finalement allé le samedi après-midi plutot que le dimanche sur la foire d'octobre, la plus grande de Wallonie, à Liège.

Comme une choucroute nous attendait au retour à la maison, j'ai du m'abstenir du traditionnel durum que j'y mange.
En effet, parmi toutes les attractions que l'on trouve, sur 2 rangées, au centre du boulevard d'Avroy, sur environ 1km, figurent de nombreuses échopes de nourritures. Outre les durums et autres pitas, on y trouve les traditionnelles baraques à frites et les stands à hamburgers, saucisses et autres hot-dogs, les moins traditionnels stands chinois, d'escargots ou de scampis sans oublier, au niveau des nourritures salées, les salades liégeoises ou berbères, cette dernière consistant en une fricassée à base, notamment d'oeufs et de merguez servie dans un morceau de baguette.
En fait, il y a tellement de stand proposant à manger que j'ai l'impression qu'une attraction sur 2 en est une.
D'autant qu'il y a encore ceux qui vendent de la nourriture sucrée comme les brochettes de fruits (fraises, raisins, ...) trempés dans du chocolat, les croustillons ou les beignets aux pommes, poires ou encore ananas, les churros, les crèpes et les gaufres sans oublier la grande originalité liégeoise, le lacquemant. Originalité qui mérite à elle toute seule un article spécifique qui va suivre celui-ci.

Tout cela pour en arriver au fait que si j'ai fait l'impasse de la choucroute, je me suis payé un dessert avant l'heure en dégustant un excellent lacquemant.

Sinon, parmi les attractions, outre les classiques stand de tir à pipe, de pêche aux canards et de loterie, les carrousels pour enfant, les auto-scotters, la grande roue ou encore les manèges de chevaux de bois et les maisons de l'horreur, il y a quelques attractions fortes, style chenilles ou mini montagnes russes et d'autres beaucoup plus flippantes.

Article 143 - Big Apple

Les petits ne sont pas oubliés. Outre les carrousels, 2 mini-montagnes russes leurs étaient destinées. Ayant insisté, Kristen a donc pris place dans la Big Apple une mini-montagne russe avec 3 tours d'un circuit comprenant un passage en légère descente un peu plus rapide suivi d'un virage serré.
Sa mamy Maggy-gateau qui a cédé et qui lui a permit d'aller 3x (!) à la pêche au canard l'accompagnait. Maud et moi n'étions pas trop pour vu que Kristen prend peur chaque fois qu'elle va au carrousel. Nous avons néanmoins accepté vu qu'ici elle serait accompagnée.
Les 2 premiers tours se sont bien passés, Kristen se montrant même souriante. Au dernier, elle fit même comme certains enfants, se lacher et lever les bras. Mauvaise idée car la sensation de vitesse fut plus importante et elle sortit de l'attraction, comme d'habitude, en pleurs.
Heureusement qu'il ne lui a pas pris l'idée de le faire dès le premier tour car la dernière fois qu'elle avait été au carrousel, il avait fallu arrêté le manège pour elle.

Ensuite, ce fut à mon tour de "m'amuser". Maud avait remarqué au loin une nouvelle attraction: la Stratosphère. une sorte d'ensemble de balançoires doubles qui montent à 60 m du sol en tournant. Une fois en haut elles accélèrent légèrement, histoire que la force centrifuge (à moins que ce ne soit la centripède) n'entre en action et n'écarte légèrement les balançoires de l'axe.

Article 143 - Stratosphère

Cette attraction est présentée comme familiale, accessible dès 4 ans. Maud avait déjà eu l'occasion de faire une attraction autrement plus chaude, l'Eclipse une nacelle avec un bras qui tourne autour de son axe, qui culmine encore plus haut et est beaucoup plus rapide. Je n'y étais évidemment pas allé, Cédric, son meilleur ami, l'accompagnant. Cette fois, elle m'a demandé de l'accompagner et malgré mon vertige, j'ai accepté. Tant qu'on s'élevait sans tourner, ça allait, lorsque ça à commencé à tourner, c'était déjà moins bien mais une fois que l'attraction a atteind son dernier palier (à 60m de haut) et à accéléré, je n'étais plus du tout à l'aise. Diable, nous n'étions retenu que par 4 malheureux petits filins et sécurisés par une barre sur notre ventre. Et si elle s'était déverrouillée ?
 
Après avoir parcouru le kilomètre d'attractions, nous avons repris le chemin de la maison de ma belle-mère ou nous attendait donc une excellente choucroute.

07/11/2009

Demi week-end à Liège

Samedi et dimanche passé, nous sommes allé passer la moitié du week-end, dans la famille de ma femme.
Au programme, Médiacité, choucroute, Batte, foire d'octobre, bonnes crasses et y laisser ma femme et notre fille jusque mercredi pour des mini-vacances dans ma belle-famille pendant la semaine de congé scolaire de la Toussaint.
Ce beau programme a finalement été chamboulé pour diverses raisons.

Mais commençons par le début.
Parti peu après le dîner, l'idée était de passer chercher ma belle-mère, d'aller nous ballader dans le complexe Médiacité, le nouveau centre commercial de la ville, et d'ensuite rentrer pour déguster notre première choucroute de la saison.
Cette dernière est pratiquement le seul élément du programme qui s'est produit au moment prévu. En effet, une fois sur place, nous nous sommes dit que comme il faisait relativement bon (doux et sec) alors qu'on annonçait de la pluie toute la journée de dimanche, il serait plus judicieux d'aller directement à la foire d'octobre plutot que d'y aller le lendemain sous la pluie. Et tant pis pour le durum que je comptais y manger en guise de souper.

Concernant la foire, je réaliserais un article sur le sujet pour éviter d'alourdir celui-ci.

Le lendemain, au réveil, Maud téléphone à sa maman (nous logions non loin, dans la maison de papy Jules) pour discuter du programme de la matinée. Elle lui répond de venir dans une heure et que nous irions avec elle et son mari Francis faire un tour sur la Batte, probablement le plus grand marché de Wallonie (voir ici pour ceux qui ne connaissent pas).
Une heure plus tard, nous arrivons chez Maggy qui nous annonce, un peu embêtée que mon beau-père avait changé d'avis et ne nous accompagnait plus sur le marché, bien que le temps soit sec, contrairement aux prévisions météo, mais qu'en plus, il nous invitait dans un restaurant chinois avec formule buffet à volonté, wok et teppan-yaki. Tant pis pour le cheese burger ou le pain saucisse que je comptais manger sur le marché en guise de repas.
Heureusement, j'allais y gagner au change comme je le relaterais dans un prochain article.

Sur la Batte, j'avais déjà trouvé Kristen bien pâle. Au restaurant, elle va très peu manger en nous expliquant qu'elle ne se sent pas bien et nous allons vite constater qu'elle fait de la fièvre.
Après une fin d'après-midi, passée devant la télé à la câliner, nous avons  envisagé de rentrer tous les 3. Mais Sachant que Kristen, comme la plupart des enfants j'imagine, a parfois une poussée de fièvre qui disparait le lendemain, je suis finalement rentré seul, comme prévu, après un week-end constitué de hauts et de bas.

Pour la petite histoire, Kristen s'est effectivement levée le lendemain sans fièvre mais ce n'était qu'un répit puisqu'elle a de nouveau eu une poussée de fièvre qui a amené Maud chez son ancien pédiatre.
Bilan, un virus et une prévision de haut et de bas de fièvre pendant 4 ou 5 jours. Pour couronner le tout, la petite a fait une chute dans les escaliers se réceptionnant sur l'arrière de la tête. Heureusement elle fut quitte avec une grosse bosse.
En attendant, leur début de semaine qui prévoyait, entre autre, un spectacle de marionnettes, des tours à vélos, des balades au petit parc tout proche, un tour à la piscine et un autre en centre ville, programme chargé donc, s'est limité à passer la journée dans la maison de papy Jules ou il n'y a plus de télé et la soirée chez Maggy.
Heureusement, Francis avait reçu en cadeau un lecteur de dvd qui a bien servi pour permettre à Kristen (et à sa maman) d'un peu moins s'ennuyer.

29/10/2009

Pendaison de crémaillère et jeu du loup garou

Ce vendredi soir, nous avons passé une soirée sympa chez Stéphane, un collègue de travail. Il nous avait invité, moi, mes 4 autres collègues, notre chef, 3 anciens ainsi que nos conjoints (en tout, une quinzaine de personnes), pour une pendaison de crémaillère un peu originale.

Originale parce qu'en fait, il habite cette maison, achetée avec son amie, depuis déjà 2 ou 3 ans. Malheureusement, en début d'année, ils se sont séparés et chacun est retourné vivre chez ses parents. Stéphane a finalement racheté la part de son ex et s'est réinstallé dans sa maison. La pendaison de crémaillère correspondait donc à sa ré-installation et au fait qu'il en est devenu seul propriétaire.

Originale aussi parce que le mail d'invitation portait comme titre "Invitation à la plage party" et qu'il y était stipulé "Tenue de plage souhaitée".
Connaissant l'humour de Stéphane et le fait qu'il laissait planer le doute lorsque nous l'interrogions, nous ne savions pas trop à quoi nous en tenir. Je n'étais pas plus aidé par l'avis de mes collègues, partagés entre les amateurs de soirées déguisées, comme Fabienne, habituée à fêter en famille le réveillon de Noel avec un thème chauqe fois différent (Walt Disney, le western, les vacances, ...) et les réfractaires dont je suis.

La difficulté a donc été de se décider, Maud et moi, sur notre habillement car nous ne voulions pas être les seuls à ne pas être déguisés tout comme nous ne voulions pas passer pour les "pigeons" de la soirée en étant les seuls déguisés.
Finalement, après avoir songé à arriver en civil avec un sac contenant des vêtements de plage (ce que certains collègues, eux aussi dans le doute, ont fait), nous avons opté pour un compromis: un pantacourt, un chemisier et des sandalettes pour Maud, une chemise sans manche et un pantalon de toile que j'utilisais le soir lors de nos vacances à Aruba avec des chaussures légères sans chaussette pour moi.

Lorsque nous sommes arrivés, nous avons constaté que Stéphane était sérieux puisqu'il nous a accueilli dans une parfaite tenue de beauf: chaussures de sport blanche, chaussettes noires, short, marcel, casquette et banane à la taille. Michel, Jean-Marie et leur épouse étaient déjà présents et n'avaient pas joués le jeu. Ils étaient en tenue de ville. Par contre, les suivants se sont presque tous déguisés: Michael, venant en droite ligne de son nouveau boulot avec dans un sac sa tenue (tee-shirt, bermuda fluo et chaussures de sport), Fabienne en robe d'été avec chapeau, sac de plage et lunettes de soleil, Frédérique, son mari et Patrice, également en tenue d'été avec les accessoires qui faisaient couleur souhaitée (sac et seau de plage + filet à crevette).
Entretemps, Jean, notre chef, était arrivé, en tenue de ville tandis qu'arrivaient en dernier Laurent, sa femme et leur garçon de 2 ans. Etant donné qu'il s'agit d'un ancien et qu'il n'avait pas assisté à nos discussions au bureau, il craignait encore plus qu'il s'agisse d'une blague. Ils sont donc arrivés avec leurs vêtements de circonstance dans un sac, vêtements qu'ils ont vite enfilés dès qu'ils ont découvert la tenue de notre hôte d'un soir.

Après un long apéritif, le temps que tout le monde arrive, composé de 2 types de sangria (une légère à 7° et une autre à 15 !) accompagnés de différents types de cacahuètes, le péché mignon de la plupart de mes (ex-)collègues, nous sommes passés à table. Stéphane avait choisi la simplicité, ce que nous lui avions conseillé, avec des sandwiches et différentes garnitures.
Comme toute personne qui reçoit, il avait vu grand pour permettre un choix important et ne pas risquer de tomber à court d'une denrée. Ainsi, à côté des salades de thon, de crabe, de viande, de poulet-curry, il avait aussi prévu du fromage, 20 grosses tranches (soit plus d'un kg) de jambon et 1,4 kg de filet américain. Pour accompagner le tout, 75 sandwiches et pistolets (ce qui représentait donc une moyenne de 5 pièces par personne !).
Tout était excellent et a été avalé dans la bonne humeur sachant que le groupe recelait quelques joyeux drilles comme notre hôte Stéphane, Laurent, passé maitre dans le "foutage de gueule" des collègues ou encore Michael, le gamin, comme nous l'appellons, pas seulement parce qu'avec ses 25 ans il est le plus jeune d'entre nous et qui nous a encore fait pleurer de rire avec ses pitreries et autres imitations.

Une fois le repas terminé et avant un morceau de gateau au chocolat en dessert, nous avons débarassé la table pour passer, un peu dans l'esprit d'un dîner presque parfait, à l'animation que Stéphane nous avait préparée, le jeu du loup-garou dont il nous avait déjà parlé plusieurs fois au bureau pour l'avoir découvert quelques mois plus tôt lors d'une autre soirée du même style.

Ce jeu nous a occupé une bonne partie de la soirée et a occasionné quelques bons moments de fou rire.
Si ce jeu vous tente, n'hésitez pas à consulter ce site pour
Je m'abstiendrais d'en expliquer les règles ici, de nombreux sites comme celui-ci ou celui-la faisant cela mieux que moi, mais je concluerais en disant que nous avons passé une excellente soirée ou nous nous sommes bien amusés et avons bien ri.

Encore merci Stéphane.

19:28 Écrit par slumle dans Vie perso - Au quotidien | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : beach party |  Facebook |

17/10/2009

Première séance ciné de notre fille

Ce dimanche à 13h45', nous avons fait la surprise à Kristen, notre fille de l'amener au cinéma.

Notre choix s'est évidemment porté sur un dessin animé, mais que nous avions également envie de voir car il fait partie de la nouvelle génération de ces films qui possèdent 2 niveaux de lecture, une pour les enfants et l'autre pour les adultes. La-haut (Up en version originale), puisque c'est de lui qu'il s'agit, s'est avéré un excellent divertissement, proposant tour à tour des moments drôles, tristes et émouvants.

 Article 139 - Kristen au cinéma

Kristen a été enthousiasmée dès qu'elle a compris qu'elle allait au cinéma. Elle a malgré tout trouvé le temps long à 2 reprises. Une première fois lorsque les lumières se sont éteintes pour nous proposer 1/2 heure (30 minutes !) de bandes annonces et de publicité. Elle demandait tout le temps: "C'est celui-la notre film ?". Une autre fois, dans la deuxième partie du film parce que son attention s'est un peu relachée (normal, elle n'a pas l'habitude de suivre un film pendant 96 minutes sans s'interrompre). Elle s'est aussi plainte, au début, du son qu'elle a trouvé trop fort puis à différent moments clés du film ou le son est volontairement amplifié.

Mais dans l'ensemble, elle a apprécié son baptème cinématographique.

13/10/2009

Bigoo beef, bigoo chicken, prikiki et nocturne Auchan

Comme annoncé dans mon article du 11 septembre sur notre journée à Roubaix et à Lille, nous sommes retourné faire quelques achats au magasin Auchan de Louvroil près de Maubeuge pour profiter au préalable de l'offre Quick du moment qui se termine le 12 octobre.

Ce jeudi soir, nous avons donc pris la direction de Hautmont ou se situe le Quick tout proche du magasin en question.

Quelques jours auparavant, j'avais hésité, me disant que finalement, ces sandwiches n'était pas nécessairement originaux avec pour l'un une sauce mayonnaise/ketchup (relativement banale) et une autre au poivre (que l'on retrouve chez nous dans le suprême pepper proposé de manière permanente à la carte) et pour l'autre, une autre sauce légèrement poivrée et une, façon Caesar.

D'autant aussi que depuis quelques jours, les nouveaux sandwiches sont arrivés en Belgique le N3 (lire numéro 3), avec 3 steacks et une sauce au fromage d'une part et une sauce au poivre (justement) de l'autre.

J'ai bien fait de ne pas changer d'avis car nous nous sommes régalés avec des créations Quick parmi les meilleures de ces dernières années. D'une part, le bigoo beef composé, comme je l'ai dit, d'une partie plus classique pas mauvaise associée à une partie poivrée comme je les adore. D'autre part le bigoo chicken qui m'a épaté avec sa partie façon Caesar, un subtil mélange de sauce blanche et de lamelle de fromage, l'autre partie étant plus dans la tradition avec une sauce légèrement épicée.
Pour compléter notre repas, nous avons aussi testé un prikiki (également non disponible en Belgique), des sandwiches plus petits et plus basiques, proposés à un prix démocratique (1,75 euros le sandwich seul, 4 euros dans la formule menu alors que les sandwiches classiques tournent autour des 4 à 5 euros seuls et 6 à 7 en formule menu). Nous avons choisi le prikiki beef aux oignons croquants. Nous pensions qu'il s'agissait d'oignons rotis ce qui nous a un peu déçu lorsque nous l'avons constaté. Déception vite passée dès que nous l'avons gouté avec sa petite sauce, de nouveau, mais ce n'est pas un problème, au poivre, sa tranche de fromage et ses oignons frais bien croquants.

Après cet excellent repas, nous avons pris la direction du magasin Auchan situé à quelques centaines de mètres de la ou nous avons passé une paire d'heure pour nous approvisionner avec tous les bons produits que l'on ne trouve pas chez nous, faire des achats à prix moindre comme pour les eaux et les vins, et enfin faire quelques découvertes de nouveaux produits comme le Boursin création gourmande aux pomme, pruneau et noisette (édition limitée pas encore vue chez nous) ou encore un gel douche parfum smoothie dont je reparlerais peut-être quand je l'aurais essayé.

11/09/2009

Journée à Roubaix et à Lille

Ce dimanche, l'oncle de Maud, qui est accessoirement son parrain, et qui habite à Roubaix, nous a invité ma femme, ma fille et moi, ainsi que Maggy, sa soeur (la mère de Maud) et son mari Francis à diner au restaurant pour fêter sa pension.
Dans un premier temps, cela devait se passer à Lille ou se déroule la fameuse braderie dont j'entend parler chaque année puisqu'elle fait l'objet à chaque fois d'un reportage dans le journal de 13h du dimanche sur TF1 et dont je sais qu'elle draine de 1 à 2 millions de personnes sur un week-end. Mais par la suite, il a trouvé que ce serait plus sympa et surtout plus calme (la foule en moins) de d'abord dîner dans sa ville d'adoption et d'aller ensuite passer l'après-midi à Lille.
Cette invitation était ainsi l'occasion de lui rendre visite pour la première fois car jusqu'à présent, on le rencontrait de temps en temps chez nous à l'occasion de l'une ou l'autre fête (baptême, anniversaire) concernant Kristen ou plus régulièrement à Liège chez papy Jules, son père et grand-père de Maud, malheureusement décédé récemment.

Maggy et Francis, en provenance de Liège sont donc arrivés chez nous vers 10h30'. Nous sommes parti vers 11h pour arriver sur place vers 12h15'.
En arrivant, au coin de sa rue, j'ai découvert un restaurant KFC (Kentucky Fried Chicken) , une chaine de fast food spécialisée dans le poulet que j'aimerai découvrir depuis que j'ai découvert son existence en passant près de l'une de leurs implantations, du côté d'Avignon, sur le chemin de mes dernières vacances provençales.

Après une petite visite de l'appartement de tonton Emile et une flute de champagne accompagnée de toasts à la mousse de saumon en guise de premier apéritif, nous avons rejoint à pied, vu que son logement n'est pas très éloigné du centre de Roubaix, le restaurant ou il nous invitait.
De l'autre côté de sa rue, il nous a montré le McArthur Glen, l'un des 2 outlets (ces sites ou des magasins d'usines, essentiellement des magasins de vêtements de marque, et donc de qualité, vendent leurs collections des années précédantes à prix super réduit) situés à Roubaix en nous expliquant qu'il était encore plus intéressant en période de solde. C'est décidé, ça, le KFC et une visite chez tonton Emile fait que nous reviendrons passer une journée à Roubaix en janvier.

Un peu plus loin, nous sommes passés à côté d'un Quick qui proposait les nouveaux sandwiches dont j'ai récemment vu la publicité sur une chaîne française et qui ne sont pas disponibles chez nous. Le Bigoo beef, avec une sauce délicieusement poivrée (dixit la pub) et accessoirement le bigoo chicken. Je prévoyais justement de refaire une "nocturne" chez Auchan (la dernière date déjà de décembre 2008) précédée d'un repas. Habituellement, c'est chez Pizza Paï que nous allons mais comme un collègue frontalier m'a appris que leur restaurant de Louvroil allait être en rénovation et donc fermé pendant 3 mois, tout s'arrange pour que nous puissions gouter ces nouveautés Quick d'ici au 12 octobre, fin de cette offre limitée.

Mais, pour en revenir à notre journée de dimanche, cette petite promenade nous a surtout donné l'occasion de changer l'image que nous avions Maud et moi de la ville de Roubaix.
En caricaturant, pour nous, cette ville était à Lille ce qu'est Seraing par rapport à Liège, une ville industrielle, pauvre et sale ce qui est loin d'être le cas comme on peut le voir sur cette photo.

Article 130 - Roubaix

Au sortir du restaurant (dont je parlerais dans mon prochain article), nous avons pris la station de métro toute proche pour nous rendre à Lille. Roubaix y est effectivement reliée via un métro automatique. Pas de conducteur donc ce qui m'a paru bizarre lors du trajet aller puisque nous étions dans la première voiture devant le pare-brise montrant les voies devant.

Lille est en nombre d'habitants (226014 habitants au 1er janvier 2006), la 10è ville de France. Mais au niveau de la communauté urbaine de Lille Métropole qui regroupe 85 communes dont les principales, outre Lille, sont Roubaix, Tourcoing et Villeneuve-D'Ascq, elle compte 1,1 million d'habitants ce qui la met au 4 ème rang des métropoles françaises (derrière Paris, Marseille et Lyon) et ce qui justifie l'existence de ce métro et surtout sa fréquence (apparamment, une rame toute les 5 minutes).

Nous sommes descendu à la station Lille-Flandre qui correspond au centre ville et ou se trouve également la gare SNCF.

Article 130 - Braderie Lille

Au sortir de la gare, le spectacle est étonnant: le boulevard qui fait face est noir de monde. Logique vu qu'il s'agit du fameux week-end de braderie évoqué plus haut et qui permet de faire des affaires en or à condition, j'imagine, d'arriver tôt (donc pas le dimanche après-midi comme nous) et de prendre le temps de chercher (j'ai ainsi vu des Levis 501 vendus à 30 euros la pièce et 50 euros pour 2 et aussi des Levis à 20 euros (malheureusement, malgré le nombre, je n'y ai pas trouvé mas taille). Cette fameuse braderie est aussi (surtout ?) réputée pour ses moules. Elles sont vendues partout que ce soit dans les restaurants classiques, dans les bistrots qui proposent exceptionnellement cette petite restauration et même dans l'implantation locale de la chaîne Hippotamus pourtant spécialisée dans la viande et sont proposées à un tarif intéressant (dans les 14-15 euros avec même possibilité de les trouver à 11-12 euros).

Article 130 - Tas de moules

Par contre, je n'ai pas trouvé les fameuses "montagnes" de coquilles de moules que je vois chaque année au journal de TF1. Mais la, nous aurions probablement du quitter les grands axes pour en voir.

Via des affiches, j'ai aussi appris que le centre de Lille est piéton tous les jours depuis le début août jusqu'à ce dimanche. Outre l'ambiance de la braderie (cette dernière m'a un peu laissé sur ma faim car j'imaginais encore plus de vendeurs (mais encore une fois, je n'ai peut-être pas fréquenté les bonnes rues)), j'ai également eu l'occasion d'apprécier l'architecture de la ville.

Article 130 - Monument Lille

Vers 17h30 et après une boisson rafraichissante prise à la terrasse d'un bar (petite déception au niveau du choix des bières: seulement 4 types de blondes et pas la moindre fruitée, celles que je bois habituellement, décidément, nous sommes bien gâtés de ce côté en Belgique), il était temps de reprendre le métro pour rentrer chez tonton Emile d'abord et reprendre la route du retour ensuite.

Cette belle journée s'est terminée avec notre retour à la maison vers 20h30'. Mais promis juré, je reviendrais dans la région.
A Roubaix d'abord, fort probablement en janvier et à Lille peut-être même pour la prochaine braderie ce qui est étonnant puisqu'habituellement, je n'aime pas trop la foule et la, on prévoira d'y passer la journée, histoire d'en voir plus et de déguster les fameuses moules de bouchot de cet évènement.

17/08/2009

Barbecue sur la piste d'atterrissage d'une soucoupe volante

Ce samedi 15 août, nous avons fait un barbecue chez nous. Le deuxième de la saison, pour un seul l'année passée. Pourtant, nous adorons cela mais on ne peut pas dire que l'on fut gâté, l'été dernier, question temps. Bien sur, il y a quand même eu plus d'une occasion de faire un barbecue mais soit non n'étions pas chez nous quand il faisait beau (en vacance ou invités à dîner ailleurs), soit c'était risqué de planifier un barbecue car on n'avait pas la garantie qu'au moment voulu il ne pleuvrait pas. La dernière fois qu'on avait pris le risque avec un temps incertain, nous avions d'ailleurs du nous résoudre à le faire dans le garage ce qui est loin d'être idéal et aussi agréable.

Pour ce samedi, par contre, il n'y a eu aucun problème avec une journée très ensoleillée et un temps largement conforme aux prévisions. N'empêche, j'avais hésité à éventuellement faire le barbecue dimanche à midi. Heureusement que je ne l'ai pas fait car si la journée a été exempte de pluie, elle a par contre été grise et triste, le soleil ne faisant son apparition que vers 16h !

Article 124 - Barbecue dans le jardin

Bien entendu, l'endroit ou nous avons installé le barbecue (avec notre ancienne table de cuisine sans les pieds car plus facile à ranger et plus rapide à réinstaller comme cela) n'a rien à voir avec les ovnis, il s'agit en fait de l'endroit que j'ai nivelé et ou j'installe ma piscine achetée il y a 2 ans.

Article 124 - Piscine

Ces deux dernières années, j'ai profité d'une magnifique période de beau temps lors d'un week-end de fin mai - début juin pour l'installer. Malheureusement, le reste de la saison n'a pas été aussi ensoleillé. Je n'ai donc pu m'y baigner qu'une huitaine de fois la première année et une quinzaine l'an passé.

Cette année, comme nous sommes parti en vacance du 21 mai au 8 juin, pas question d'installer notre piscine durant le mois de mai et comme à notre retour, le temps était maussade et ne permettait pas la baignade, ce n'est que début juillet, avec l'arrivée d'une belle période de chaleur qui a commencé un lundi, que j'ai envisagé d'installer la piscine le week-end suivant.
Le vendredi, en quittant le bureau vers 13h, il faisait toujours beau. Mais le temps de rentrer, de faire quelques courses et d'aller rechercher Kristen à l'école vers 15h30' et un orage s'annonçait puis éclatait. Oubliée l'idée d'installer la piscine ce jour. Le lendemain journée maussade et pas propice non plus. J'aurai finalement pu l'installer le dimanche mais démoralisé par les prévisions qui n'annonçait plus de beau temps pour les 10 jours à venir et sans garantie que la météo s'améliore par la suite, je n'étais plus motivé à installer une piscine pour à peine 2 mois (de mi-juillet à mi-septembre). En concertation avec Maud, nous avons donc décidé de ne pas l'installer cet été.
Dans un premier temps, le temps relativement médiocre de juillet nous a donné raison puisque je n'aurais finalement pu me baigner que lors d'un seul week-end suffisamment chaud. Aujourd'hui, vu les belles journées estivales du mois d'août et les prévisions futures (avec 32° prévu pour mercredi), je dois admettre que j'ai perdu mon pari, ce qui est d'autant plus frustrant lorsqu'il fait très chaud comme ces jours-ci et qu'on entend les voisins plonger dans la piscine qu'ils viennent de faire creuser.

Mais si c'était à refaire, je prendrais la même décision car quand j'installe ma piscine courant mai, je sais que j'ai 4 mois d'utilisation potentielle et que l'été a encore tout le temps de s'installer, alors qu'ici, je n'avais que 2 mois pour rentabiliser mon investissement et je ne voulais pas prendre le risque de ne l'utiliser que 2 ou 3 fois dans le cas ou cet été aurait été du même acabit que le précédant.

15/08/2009

Suite et fin de la soirée à l'Oberbayern de Marche-Lez-Ecaussinnes

Après cette bonne entrée en matière dans cet excellent restaurant italien qu'est l'Aleandro, direction donc l'Oberbayern de Marche-Lez-Ecaussinnes, la réelle raison du déplacement dans nos contrées de Cédric, l'ami liégeois de ma femme.

En ce qui me concerne, moi qui suit d'un naturel timide et réservé, ce n'est pas du tout ma tasse de thé. J'avais eu l'occasion, déjà avec Maud et Cédric, de le découvrir il y a 5 ans et j'étais simplement content de savoir en quoi consistait cet évènement marquant de ma commune.

Article 123 - Le chapiteau et l'orchestre

En ce qui concerne le succès, on peut constater sur la photo ci-dessus qu'il est toujours au rendez-vous, surtout en sachant qu'il s'agit d'un chapiteau de 2000 places, et que par rapport à notre première visite, il y a maintenant beaucoup plus de jeunes. On aurait pu croire que ce genre d'organisation (qui fête cette année ses 50 ans) était destinée aux trentenaires ou plus mais c'était oublier que la présence d'un bar (en fait il y en a 2, de part et d'autre du chapiteau) attirait inévitablement les jeunes.

Article 123 - L'un des 2 bars

En effet, comme dans tout oberbayern qui se respecte, la bière coule à flot. En particulier une excellente Grisette à la cerise, bière régionale brassée au Roeulx, village tout proche, et qui remplace plus qu'avantageusement la kriek. Bières que l'on peut déguster dans des verres classiques de 0.25 cl mais qu'il est possible aussi de boire dans des contenants de 0.5l voir carrément de 1 litre.

Un regret, je suis parti trop tôt et je n'ai pas pu assister comme il y a 5 ans à la danse des chaises, une sorte de farandole avec des chaises que l'on utilise un peu à la manière des allemands à l'anniversaire de l'un de leur chef dans le film La grande vadrouille. Vu que la piste de danse est recouverte d'une plaque en contreplaqué, je ne vous dis pas quel bruit cela fait. Sans compter les cris des gens.

Mais finalement, moi qui n'aime pas cela, cela me donnera une occasion d'y retourner une 3è fois, histoire d'enregistrer ce petit moment de folie.

Au niveau des infos pratiques concernant l'oberbayern marchois, qui fête cette année ses 50 ans, il suffit de consulter son site officiel.

15/07/2009

Mon premier potager (... et ses premiers légumes)

Dans un article précédant (Jardinières et jardinage du 06 mai dernier), j'indiquais que, pour la première fois, j'allais cultiver quelques légumes dans mon jardin.

En fait ce n'est pas tout à fait vrai. Quand j'ai fait bâtir, il y a près de 20 ans, je suis resté un ou deux an sans pelouse avec un jardin à l'abandon. Mon père, jardinier dans l'âme trouvait que c'était dommage de ne rien en faire. Au printemps suivant, il avait donc acheté quelques plans de patates et était venu m'aider (me forcer devrais je dire) à bêcher le jardin et à les planter. Le travail avait été rendu difficile par la nature de la terre (de la terre glaise qui colle à la pelle).
La récolte n'avait pas été terrible car alors que les vers (des pommes de terre, pas les lombrics) venaient à peine de sortir, les plans n'avaient pu se développer, atteint par une maladie. J'avais mis cela sur le compte du voisin qui avait pulvérisé de l'anti-herbe sur son terrain mais bien des années plus tard, j'ai fini par comprendre que j'avais été victime du mildiou.
Bilan, une récolte avancée et peu de rentabilité (les patates étaient peu nombreuses et toutes petites).
Ca et la difficulté de travailler la terre avait convaincu mon père de laisser tomber.

Si la gestion d'un potager ne m'intéressait pas à l'époque (je n'avais pas 30 ans et avait d'autres priorités), l'envie m'est donc venue il y a peu.

Au départ, j'avais émis l'intention de simplement planter quelques légumes à des places laissées libres par des arbustes coupés. Mais au moment de les mettre en terre, je me suis ravisé car je me suis rendu compte que l'un des endroits étaient trop peu ensoleillé tandis que le second, sous un arbre, n'était pas idéal non plus.

J'ai donc choisi de les planter au fond du jardin et de créer ainsi mon premier (mini-) potager.

Article 113 - Mon premier potager

Si les plans de courgettes ne sont pas aussi développés qu'ils devraient l'être, c'est parce que je les ai plantés un peu tard. Sachant que je partais en vacance du 20 mai au 7 juin, je n'ai pas voulu prendre le risque de le faire avant, de crainte qu'il ne pleuve pas assez durant cette période et j'ai préféré confier les plants à ma mère. A mon retour, la météo n'était pas bonne et ce n'est donc que vers le 10 juin, profitant d'une journée moins pluvieuse que j'ai pu jardiner. Comme j'ai changé mes plans et choisi de les planter au fond du jardin, cela s'est fait dans la précipitation et je n'ai pas eu l'occasion de bien travailler la terre. Je me suis contenté de bêcher rapidement un petit espace pour le plant de potiron, un des plants de tomate et un de ceux de courgette. Pour les 2 autres plants de courgettes et le plant de tomate restants, j'avais acheté un sac de terreau prêt à l'emploi (ou il suffisait de découper 3 ouvertures pour y planter les légumes) que je me suis contenté de déposer sur la pelouse préalablement tondue à ras. Cela explique la présence de toute cette herbe.

Le fait de les planter plus tard fait que j'ai une récolte un peu tardive qui ne sera pas aussi prolifique que ce que l'on peut attendre d'un plan de courgettes. Pareil en ce qui concerne mes tomates tandis que le potiron n'a pas l'air de donner des fruits.

En attendant, ce week-end, j'ai récolté ce que je considère comme les 2 premiers véritables légumes cultivés par mes soins dans mon jardin, 2 belles courgettes.

Article 113 - Premières courgettes

Cette première expérience, même si elle ne sera pas aussi concluante qu'espéré me plait au point que je peux déjà dire que je recommencerais l'année prochaine mais cette fois en m'y prenant un peut plus tôt et en préparant plus longuement le terrain.

14/06/2009

Retour plus tardif que prévu

Voila, je suis bien rentré de vacances dans la nuit du samedi 6 au dimanche 7 juin comme prévu, le titre de l'article évoque simplement le temps que j'ai mis à le poster (une semaine après mon retour) alors que dans le précédant j'évoquais plutôt la date du 10 juin.

Ce temps s'explique par toutes les occupations que j'ai eues depuis.
Ainsi, après un voyage retour de 1300 km en 16 heures, j'ai rentré la voiture dans le garage sans la décharger afin d'aller rapidement au lit.
Le lendemain, dimanche, a donc été consacré au rangement, aux lessives, à une visite chez ma maman et mes soeurs et à un peu de repos, le jour suivant, lundi, au nettoyage de la maison et le surlendemain, mardi, à une visite à Liège dans la famille de ma femme.
Mercredi, le 10, nous avons d'abord monté la petite maison de notre fille, offerte pour son quatrième anniversaire, peu avant notre départ, puis j'ai travaillé dans le jardin, histoire de planter mes tomates, courgettes et potiron (voir un article précédant), tondre la pelouse et enlever les mauvaises herbes. Ce n'est qu'en fin de journée que j'ai fini par allumer mon PC, 3 jours après mon retour, un record. D'autant que si, dans l'absolu, ce fut un plaisir de rester 3 semaines sans toucher à un ordinateur, j'avais quand même hâte de consulter mon compte sur 1jour1pari dont je suis encore accroc, 16 mois plus tard.
J'ai donc passé l'essentiel de ma journée de jeudi sur mon PC, a faire, entre autre, quelques paris, à remettre mes statistiques à jour, mais aussi à consulter mes boîtes mail.
Enfin, vendredi, nous avons fait quelques grosses courses chez Leader Price et Carrefour tandis que j'ai également passé un peu de temps pour "réparer" le pc de ma femme qui était infecté par un malware se faisant passer pour un anti-virus signalant une grosse infection et qui provoquait, outre l'apparition régulière de messages intempestifs, l'impossibilité de se connecter à internet, excepté pour commander la soi-disant solution, payante évidemment, de cette anarque.

Ce n'est donc finalement que ce samedi matin, peu de temps avant d'aller promener au marché de Nivelles, histoire de profiter d'une belle journée ensoleillée, bien trop rare en Belgique actuellement, que le temps, mais surtout l'inspiration, m'est venu pour écrire cet article. J'ai ainsi effectué un premier brouillon rapide avant de partir. Restait à rédiger l'article définitif ce qui est maintenant chose faite.

Durant ce voyage loin des tracas et des contraintes de la vie quotidienne, j'ai pas mal songé à tous les articles que je pourrais écrire sur le sujet et j'ai pris la résolution de prendre le temps de les poster tous, histoire de ne pas faire comme la dernière fois, en septembre dernier, ou, au retour de nos vacances en Bretagne, j'avais annoncé plusieurs articles sur le sujet qui n'ont toujours pas vu le jour.

Aujourd'hui, maintenant que je suis revenu dans la vie réelle depuis à peine une semaine, je ne suis plus aussi sûr de pouvoir tenir cet engagement, surtout en regard de la semaine que je viens de vivre. D'autant qu'il s'agissait toujours d'une semaine de congé !
Le fait de poster cet article en retard par rapport aux prévisions est déjà un signe tendant à indiquer que ce sera dur. Mais j'espère y arriver.
En attendant, armez vous de patience car je dois d'abord faire le tri de mes photos de vacances. Plus de 900 ...

11/05/2009

Le dîner presque parfait à l'occasion de l'anniversaire de Kristen

Ce samedi 9 mai, c'était l'anniversaire de notre fille, Kristen. 4 ans, déjà.
L'occasion d'organiser, en soirée, un petit repas sympa avec une partie de la famille: sa grand-maman, sa marraine, et ses tonton, tantine et cousins du côté paternel. Pas de représentant de la famille maternelle puisque son arrière-grand-père étant fort malade, sa fille, la mamy de Kristen devait rester à Liège pour s'occuper de lui tandis que son parrain, musicien professionnel était en concert aux Pays-Bas.
Habituellement, on fête les anniversaires le dimanche midi mais il n'aurait de toute manière pas pu être présent. Et comme maintenant, dans la famille, on est quelques uns à ne plus aimer programmer ce genre de repas familial le dimanche parce qu'ils durent génralement jusque 17-18h, parfois même un peu plus tard, ne laissant plus après qu'un minuscule bout de week-end avant la reprise du boulot (ou de l'école) le lundi matin, il n'y avait donc aucune raison de ne pas le programmer ce samedi vers 18h.

Ma femme est une fana de l'émission un dîner presque parfait, regardant le plus souvent possible (en clair, quand elle est à la maison), la diffusion de l'émission sur RTL à 17h30' et un peu plus tard, vers 19h, celle sur Plug RTL avec séance de rattrapage le dimanche après-midi (les 5 émissions du soir sont rediffusées sur Plug RTL) quand c'est nécessaire.
Consciemment ou inconsciemment, cela l'a amenée à concocter un menu dans l'esprit de l'émission puisque, outre une entrée et un plat principal, elle a également choisi de réaliser un dessert (habituellement, on propose quelque chose acheté tout fait ou presque comme par exemple de la glace quand on ne fait pas carrément l'impasse sur le dessert quand il y a du gâteau) et surtout de proposer avec l'apéritif des zakouskis réalisés par ses soins (la aussi, habituellement, on achète du tout fait à passer au four ou à la friture).

Le menu proposé était le suivant.

Apéritif.
De l'Asti accompagné de 3 zakouskis (ma femme, question de temps, ne voulait en faire que 2 mais j'ai trouvé que ce serait plus classe avec 3 et lui ai donc proposé de faire le 3ème) à savoir une Galette au saumon fumé (avec aussi du fromage frais aux noix), des Petits chaussons aux pétoncles (avec aussi des crevettes roses, des champignons, de la crème épaisse et du cognac) et une Tortilla espagnole au poivron (préparée par mes soins).

Entrée.
Salade croquante, papillons de scampis et vinaigrette de mangue (avec différentes sortes de salade - lolo,mâche,roquette,cressonnette -, mangue et pignons de pin).

Plat principal.
Aiguillettes de poulet, couscous parfumé aux saveurs marocaines et ses légumes.

Dessert.
Mousseline aux framboises (avec aussi biscuits à la cuillère, citron et une crème aux oeufs réalisée par ma femme).

Pour finir.
Gateau au chocolat.

Autant de recettes à refaire à l'exception peut-être du plat principal tel qu'il est proposé dans la recette car un peu sec (on n'utilise pas le jus des légumes) avec des légumes manquant un peu de saveur dans la configuration de la recette car simplement cuit à l'eau. Mais comme on avait fait un test (le seul plat testé d'ailleurs car on craignait qu'il ne soit trop sec), ma femme avait rajouté un cube de bouillon pour cuire les légumes et donné la possibilité de mouiller et ajouté le jus de cuisson des légumes pour mouiller un peu le couscous.

Article 96 - Revues recettes

Pour ceux et celles qui seraient intéressés, les recettes proposées figurent dans les magazines illustrés ci-dessus.
Maxi Cuisine Printemps 2009 pour les 3 zakouskis et le dessert.
A Table (magazine publicitaire mensuel des magasins Spar) n°5 du mois de mai 2009 pour l'entrée.
Affaires à suivre...... (bimensuel publicitaire des magasins Delhaize) du 30/04/09 au 13/05/09.

06/05/2009

Jardinières et jardinage

Cela faisait quelques temps que ma femme voulait un peu embellir notre devanture avec des fleurs, raison pour laquelle, depuis quelques semaines, nous regardions avec plus d'attention que d'habitude les folders publicitaires des magasins de bricolage et de jardinage, à la recherche d'idées.
C'est ainsi que la semaine passée, je suis tombé sur une publicité d'un de ces magasins (Aveve pour ne pas le nommer) qui parmi différents produits proposait des plans de tomates traités contre les maladies. Rien à voir avec les fleurs donc mais ça et les 3 arbustes décoratifs que j'ai perdu à cause de cet hiver rigoureux a été le déclic pour m'amener à faire un premier pas vers la création d'un potager.

Je m'explique...
Depuis l'été passé, l'idée de réaliser un petit potager me trotte dans la tête alors qu'avant, cela ne m'intéressait pas, d'une part à cause du temps que cela demande, d'autre part, parce que je préfèrais avoir un jardin constitué d'une pelouse et de quelques plantations décoratives sur les côtés.
Mon père, qui était un féru de jardinage, passait, lui, pas mal de temps à cultiver son jardin. Depuis qu'il est décédé, il y a un peu plus de 2 ans, ma mère a repris le flambeau en repiquant des légumes facile à cultiver comme des tomates, des courgettes, des salades ou encore des haricots.
Il m'est arrivé de l'aider, comme pour planter ou remmoter des patates ce qui m'a amené à m'intéresser un peu au jardin. Cela m'a permit de me rendre compte que, outre l'aspect économique (qui n'est pour le moment pas le plus important, vu la superficie que je compte utiliser), il y avait, en plus d'obtenir des légumes meilleurs que dans le commerce (ah, les bonnes salades de ma maman), une grande satisfaction à récolter et consommer des légumes produit par soi-même sans pour autant, en sélectionnant ceux qui ne demandent pas trop d'entretien et en achetetant des plantes à repiquer plutot que des graines à semer, y passer trop de temps.

Comme cela faisait 2 saisons que ma mère plantait des plans de tomates dans son jardin mais ne récoltait rien car ils étaient attaqués par le mildiou, ces plans de tomates traités contre la maladie vu dans la publicité Aveve ont attirés mon attention. Et comme durant l'hiver très rigoureux que nous venons de vivre, nous avons perdu 3 arbustes décoratifs que nous n'envisageons de remplacer que d'ici quelques années, lorsque nous redessinerons notre jardin pour en faire un endroit plus joli et original, peut-être en faisant appel à un architecte de jardin, , je me suis dit que pour cette année, ce serait intéressant, d'utiliser la place libérée pour faire un premier pas vers la création d'un potager à part entière, en tentant la culture de quelques plans de tomates ou de courgettes.
Le choix de la courgette étant dicté par le fait qu'il s'agit d'un légume que nous apprécions et intéressant à cultiver car ne demandant pas d'entretien, le tout avec un rendement très important (au départ d'un plant (achetée 1,25 euro), on peux espérer récolter quelques dizaines de courgettes).
... cqfd.
 
Ce samedi matin, nous sommes donc allé acheter quelques fleurs et les fameux plans de tomates et de courgettes.

Article 94 - FleursArticle 94 - Légumes

Au niveau des fleurs, notre choix s'est porté sur des bégonias tubéreux.
Nous n'en avions volontairement pas acheté assez, pensant aller, l'après-midi, dans un autre magasin. Mais comme, rentré à la maison, j'ai constaté que l'un des plans de courgettes était abîmé à la base, nous sommes retourné au même magasin ou ma femme a choisi une autre variété de fleurs, des Osteospermum.
Moi, en plus d'acheter un nouveau plan de courgettes, je me suis aussi décidé à acheter un plan de potiron. Plus pour le fun de cultiver une grosse pièce que pour des raisons de gout ou d'économie.

A côté de cela, je compte trouver un petit espace pour cultiver quelques salades et nous ferons un premier bilan à la fin de la saison pour déterminer si nous avons pris plaisir à s'occuper de tout cela et si cela s'avère rentable (en tenant compte du rapport entre l'argent investit, le temps passé et évidemment les résultats obtenus). Dans l'affirmative, nous commencerons à envisager l'intégration d'un espace potager lorsque nous nous déciderons à redessiner notre jardin, histoire de me lancer dans le jardinage.

Et pour ce qui est des jardinières de ma femme, voici le premier résultat (les pensées apparaissant sur la photo des fleurs achetées ce matin ayant elles trouvé place dans une autre jardinière, non illustrée sur cette photo).

Article 94 - Façade fleurieArticle 94 - Jardinière garnie

14/04/2009

Week-end à la mer et cloches de Pâques

Pour cette deuxième semaine des vacances de Pâques, ma soeur Laurence et ma maman ont loués une maison à Coxyde. L'occasion pour Maud, Kristen et moi d'aller passer 2 jours à la mer, du vendredi après-midi au dimanche soir, le lendemain, lundi de Pâques, étant consacré à une visite à Liège dans la famille de ma femme.

Nous avons eu la grande chance d'avoir du très beau temps puisqu'à notre arrivée, le vendredi vers 17h, il y avait 23° (10 de plus que les normales saisonnières... pas mal pour un 10 avril) et pas de vent, que le lendemain, le soleil était toujours présent, même s'il faisait un peu moins chaud, tout comme le dimanche après-midi d'ailleurs, la matinée de ce dernier jour étant, elle, un peu pluvieuse.

Article 88 - Maison Riskoulah

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La maison que nous avons occupée n'était pas une inconnue pour nous. Mes soeurs et mes parents l'avaient déjà louée plusieurs fois et nous y étions déjà venus mais chaque fois pour passer une journée. C'était la première fois que nous y logions, Maud et moi, et nous avons apprécié la belle et grande chambre et la qualité de la literie (rien à voir avec notre dernière location, il y a déjà 2 ans ou c'était le point faible).

Une fois installés et en attendant l'heure du souper, nous avons fait une première ballade, puis nous nous sommes dirigés vers l'un de nos 3 restaurants fétiches de l'endroit, le Blauwe kip, avec comme petits problèmes qu'il ne s'appelle plus comme cela et que la carte a partiellement changé. Nous avons malgré tout pris le risque d'y aller et, après une petite frayeur, nous en avons été ravis. Je n'entre pas plus dans les détails car cela fera l'objet de mon prochain article.

Le lendemain matin, toujours sous le soleil, nous sommes allé au marché de La Panne.

Article 88 - Marché aux fleurs annuel

L'après-midi, nous avons d'abord découvert le marché annuel aux fleurs de Coxyde qui s'étendait, pour ceux qui connaissent, sur l'ensemble de l'avenue de la mer. Je n'avais jamais eu l'occasion de voir un marché spécifiquement dédié aux fleurs et cela valait le coup d'oeil.

Nous sommes ensuite allé sur la plage, comme promis à notre fille, pour lui permettre de jouer dans le sable. Nous avons également fait une ballade au bord de l'eau. Vu la période de vacances et le beau temps, nous n'étions pas les seuls comme on peut le voir sur la photo.

Article 88 - Plage de Coxyde

Le soir, nous sommes allé pour la première fois au nouveau cinéma de Coxyde, ce qui fera également l'objet d'un article spécifique.

Le lendemain, dimanche, vu le changement de temps, nous avons choisi d'aller acheter le poisson à Nieuport (voir article précédent sur Coxyde) le matin plutot que l'après-midi. Autant y aller tant qu'il faisait moins bon.

Au retour, alors que la pluie venait de cesser, nous avons fait un détour par Saint-Idesbald, histoire de nous réapprovisionner en viande cette fois dans une très bonne boucherie, Huize Blanckaert, qui propose de très bon steack dont un original, mon préféré, celui au poivre vert. On y trouve aussi d'excellents pâtés dont certains, primés dans des concours. Nous avons aussi gouté pour la première fois leur boudin blanc, lui aussi primé (médaille d'or justifiée car il est particulièrement bien épicé comparativement à certains qui ont un gout trop fade). Enfin, nous y avons acheté notre diner, un excellent waterzooi de poulet.

L'après-midi, nous avons fait une dernière longue promenade (le podomètre-gadget de mon gsm indique que j'ai fait environ 20 km à pied sur les 48 heures passées la-bas) avant de reprendre la route de la maison car nous devions nous rendre à Liège le lendemain.

A noter que ces 2 jours ont été tellement chargés en activités que nous n'avons pas pris la peine d'aller faire un tour au Brantano (c'est en fait un rituel, chaque fois que nous logeons à Coxyde, donc pas pour les visites d'un jour, nous allons faire un tour au Brantano local, histoire de voir s'il n'y a pas une bonne affaire à réaliser ou encore une superbe paire de chaussures à acquérir). Pour les mêmes raisons, nous n'avons pas mis les pieds dans les luna-parks alors que nous sommes plutôt fans. Et ce d'autant que je ne voulais pas risquer d'être attendris par l'une ou l'autre peluche à attraper dans les fameux appareils à pince. Cela a permit une économie d'argent, aussi petite soit-elle et surtout de place car nous ne nous débrouillons pas trop mal et nous avons déjà suffisamment de peluches à la maison que pour ne pas en ramener de nouvelles.

Le lundi de Pâques, nous avons repris la route pour aller diner et passer l'après-midi chez les parents de ma femme. Kristen a ainsi eu l'occasion de recevoir ses cloches de Pâques de sa mamy (elle les avait déjà reçues le week-end passé de sa grand-maman (ma mère donc) qui avait organisé le repas de Pâques et la distribution de cadeaux et de chocolats avec une semaine d'avance vu qu'elle ne serait pas la tout comme ses autres petits-enfants, en vacances en Alsace avec mon autre soeur).

Mon week-end, riche en activités, se terminait, en fin d'après-midi, avec mon retour, seul, de Liège puisque ma fille, accompagnée de ma femme, va y passer la semaine chez sa mamy qui n'a pas souvent l'occasion de la voir (quelques heures tous les 15 jours). L'occasion pour Kristen de faire des ballades sur son nouveau vélo (que j'ai emmené pour l'occasion), dans le petit parc pas loin de chez le papy de ma femme ou d'aller à la piscine avec sa mamy.
Quant à moi, je reviendrais les chercher, vendredi, après ma semaine de travail.

22/03/2009

TomTom XL Traffic Europe 31, mon nouveau gps

Ca y est, je me suis enfin décidé et j'ai choisi dans la gamme TomTom, le XL Traffic Europe 31.

Article 84 - TomTom et accessoires

Il faut savoir que je n'avais plus de gps depuis que j'avais vendu ma Toyota puisqu'il s'agissait d'un appareil embarqué et que je n'avais pas fait le choix de cette option lors de l'achat de ma nouvelle voiture.

A l'époque, on ne parlait pas encore beaucoup des gps portables et comme Toyota proposait le gps intégré et les jantes alu pour 500 euros au lieu de 1500 (si je me rappelle bien), le choix coulait de source.
Tout comme cette fois, il était logique d'abandonner le gps embarqué puisque cette option, sur ma Peugeot, était facturée à plus de 1000 euros alors que les gps portables haut de gamme coutent dans les 300 à 400 euros.

Adieu donc, les petits avantages qui étaient que je ne l'oubliais jamais (vu qu'il était intégré dans la voiture), que je n'avais pas à le recharger (et par corollaire, que je n'oubliais jamais de le faire) et enfin que je ne risquais pas de me le faire voler (à moins qu'on ne vole la voiture).
Mais bonjour la possibilité de l'utiliser dans une autre voiture que la mienne (celle de ma femme par exemple), ou encore en mode pédestre (ce sera très utile pendant les vacances, autant pour trouver les endroits à visiter que pour ensuite, au retour, retrouver la voiture).

N'y connaissant rien, je ne savais pas vers quelle marque me tourner. Je savais juste que TomTom était leader sur le marché mais leur look ne me plaisait que moyennement. Je n'aimais pas le haut du cadre arrondi et préfèrais les lignes des Garmin et, surtout, celles plus carrées des Mio.
Je me suis donc documenté sur internet pour savoir quels étaient les éléments à comparer lorsqu'on achète un gps. J'ai également consulté plusieurs sites comparatifs. La plupart mettaient en avant les TomTom et légèrement derrière, les Garmin.
J'en ai également discuté autour de moi et chaque fois, les conseils étaient les mêmes: "choisi un TomTom" car soit l'interlocuteur était une personne déçue de son gps d'une autre marque et qui avait par la suite vu un TomTom en fonctionnement, soit un possesseur de TomTom qui avait eu auparavant un gps d'une autre marque soit encore une personne qui avait entendu ce genre de commentaire de ses connaissances.

J'ai donc décidé de faire fi de mon léger problème vis à vis du look et de me tourner vers TomTom. Restait à choisir le modèle parmi leur gamme très étendue, avec des prix allant de 149 à 429 euros.
Dans un premier temps, moi qui avait un gps qui m'indiquait juste, outre le temps et la distance restante, la prochaine direction à prendre (représentée par une simple flèche) et la distance avec, 400 m avant ce point, un plan un peu plus complet, j'ai été agréablement surpris et très intéressé par toutes les fonctionnalités que proposent les gps actuels.
Mais après réflection, je me suis dit que n'importe quel gps actuel était autrement plus perfectionné que mon ancien et que, vu l'utilité que j'en avais (partir en vacances, me rendre de temps en temps dans un nouvel endroit comme un restaurant, un magasin, le domicile d'une nouvelle connaissance ou encore un club de tennis inconnu pour y participer à un tournoi) et sachant que je n'avais même pas pris la peine de mettre à jour une seule fois en 4 ans mes cartes, je n'avais pas besoin du haut de gamme.
Comme je voulais un appareil me proposant les cartes de l'Europe de l'Ouest et de l'Est (vacances prochaines en Hongrie, Croatie et Slovénie obligent), j'ai donc choisi le gps le moins cher de la gamme qui proposait cette option, soit le XL Europe 31 Traffic, 31 étant le nombre de pays repris, dont les 3 évoqués, Traffic signifiant qu'il bénéficie du radio traffic, un système qui signale au gps les ennuis de circulation (bouchons, travaux, accidents) sur l'itinéraire choisi, lui permettant, si je le désire, de me proposer un itinéraire de remplacement plus court, en temps, que le temps prévu pour traverser ces zones problèmatiques.
Cette option, j'aurais eu tort de m'en priver vu que le XL Europe 31 Traffic est actuellement proposé au même prix que le XL Europe sans Traffic.

N'ayant pas vraiment besoin de mon nouveau gps avant mon départ en vacances en mai, j'attendais donc une offre promotionnelle intéressante. Celle-ci est arrivée la semaine écoulée, 249 euros pour l'appareil avec une housse de rangement gratuite (d'une valeur de 25.90 euros).

Pour l'anecdote, figurez vous qu'elle émanait des magasins Carrefour. Entre eux et moi, c'est une relation d'amour/haine (voir mon article précédant). Mais je ne vais quand même pas me priver de leurs offres intéressantes et du fait qu'entre autre, avec leur carte Happy Days, devenue depuis mercredi passé (le 18 mars) Bonus, ils sont parmi les plus intéressants du marché.

Hier, juste après l'achat, j'ai déjà eu l'occasion d'apprécier l'engin qui n'a rien de comparable avec mon ancien. Cet après-midi, je l'ai testé sur la route pour aller de chez moi à chez mes parents et je suis déjà conquis par mon nouvel achat.

24/02/2009

Ma nouvelle voiture

Dans un article précédant sur les voitures que j'ai eues, j'en étais resté à mon accident avec ma Toyota Corolla survenu le mercredi 19 novembre et à ma visite faite, deux jours plus tard, chez mon ancien garagiste avec ma voiture accidentée.

Comme il n'était pas présent, son fils, qui travaille avec lui, m'avait dit de la laisser et que lundi, il la montrerait à son carrossier pour effectuer le devis. Mais tout comme moi, il se doutait qu'il y en avait au moins pour 2 ou 3 milles euros.

En discutant avec lui, je lui expliquais que je pourrais éventuellement choisir de ne pas faire réparer et d'acheter une nouvelle. Il me parla de la 308 qu'il possédait depuis 2 mois et qu'il comptait vendre, une fois qu'elle aurait 6 mois, en tant que voiture de direction. N'étant pas pressé puisque pouvant utiliser la voiture de ma femme, je me montrais intéressé par cette option qui n'était pas sans rappeler l'achat de ma Honda Civic. D'autant que le contexte financier, sans être le même, me poussait à ne pas mettre trop d'argent dans l'achat d'un nouveau véhicule qui n'était pas prévu avant au moins 2 ans.

En continuant la discussion, je lui expliquais aussi que, si je devais changer de véhicule, j'envisageais l'achat d'un break ou d'éventuellement un monospace (d'occasion vu les prix). Entretemps son père était arrivé et, en entendant ce que je recherchais, me proposait le nouveau Peugeot Partner qui, pour un prix raisonnable, alliait l'avantage de la beauté, du côté pratique et du volume que je recherchais.
A ma réaction négative car, pour moi, le Partner est plus un véhicule utilitaire, une camionnette pas très jolie, il me dit que le nouveau, le Tepee, n'avait plus rien à voir avec l'ancien et qu'il était devenu un véhicule familial proche du monospace.
Ne disposant pas dans son showroom de ce véhicule, il me le montra sur catalogue. Effectivement, en photo, il avait l'air d'avoir de belles lignes. Mon garagiste me donna aussi les catalogues de la 308 et des breaks 307 et 308.

Pendant le week-end, je les consultais et éliminais finalement très vite la 308 car lors des dernières vacances en Bretagne, on avait été un peu à l'étroit avec la Toyota qui est un peu du même gabarit. J'éliminais aussi le break 307 car plus petit que le 308.

Les 2 véhicules encore en compétition étaient donc le break 308 et le Partner Tepee, l'option réparation de la Toyota ayant été abandonnée dès lundi soir lorsque j'appris le montant du devis.

En effet, la voiture était plus abîmée que prévu. En plus des dégats que j'avais constaté aux 2 pares-chocs, ceux constatés à l'arrière gauche et au capot par les collègues et ceux de l'aile avant gauche déjà signalés par mon garagiste, ce dernier me montra que ce n'était pas le capot qui avait bougé mais tout l'avant de la voiture qui s'était croqué légèrement vers la droite. Il me parla aussi des plaques de protection sous la voiture qui étaient également à remplacer.
Cela représentait un montant de l'ordre de 3500 à 3800 euros. Sachant que la valeur résiduelle de la voiture non accidentée était de l'ordre de 7000 à 7500 euros, qu'elle avait 4 ans et demi et presque 150000 km et que j'allais devoir bientôt remplacer l'embrayage, donc que des gros frais allaient commencer à arriver, je n'avais pas envie de débourser une telle somme juste pour remettre la voiture en état.
Je l'aurais probablement fait si elle était toujours sous omnium mais je l'avais stoppée 6 mois plus tot lorsqu'elle avait eu 4 ans, comme pour toutes mes voitures à cet âge.

J'ai donc demandé de pouvoir voir les 2 véhicules pour lesquels j'hésitais. Comme il n'en avait pas de stock, il m'a emmené chez son concessionnaire ou j'ai pu découvrir en vrai le Partner Tepee. Maud, ma femme, a tout de suite été conquise par sa ligne extérieur et par son intérieur. Moi, j'ai du admettre que le Tepee n'était en rien comparable avec le Partner original tout en restant malgré tout encore un peu hésitant concernant sa ligne extérieure. Par contre, j'ai tout de suite apprécié son intérieur très fonctionnel et pratique prouvant qu'il était bien devenu un véhicule familial et plus un utilitaire.
La preuve avec ces quelques exemples: le  rétroviseur intérieur supplémentaire pour avoir un oeil sur les enfants à l'arrière, les stores de protection du soleil intégrés dans les vitres arrières ou encore les tablettes (comme dans un avion) intégrée dans les dossiers des sièges avant. Sans parler de différents rangements plus ou moins ingénieux.

Mon choix commençait à pencher pour le Partner Tepee grace à son intérieur et à son prix, moindre que pour le break (de l'ordre de 3000 euros), même si je restais encore un peu hésitant vis à vis de sa ligne extérieure, certes très jolie pour un tel véhicule.

Un autre élément me faisait encore hésiter, son comportement routier. Etait-il équivalent à une voiture ou plus proche de la camionnette m'enlevant ainsi du plaisir de conduite ?
Pour me décider, et ce pour la première fois avant d'acheter un véhicule, je demandais à faire un test de conduite.

Comme le véhicule vu chez le concessionnaire, était destiné à mon garagiste, je pus faire le test qui acheva de me convaincre. L'autre intérêt du test était de voir si je pouvais fermer la porte de mon garage une fois la voiture rentrée. J'avais des doutes vu que ma porte est oscillo-battante et se rabat partiellement dans le garage alors que le Partner Tepee est presque aussi grand que moi avec ses 186 centimètres.

Le modèle testé, l'Outdoor, correspondait en tous points à celui que j'avais choisi dans le catalogue, y compris en ce qui concerne la couleur, excepté le fait qu'il avait la climatisation manuelle alors que je préfère l'automatique, comme sur ma Toyota, car plus facile à régler.
Comme je l'ai déjà dit, je n'étais pas pressé vu que je pouvais utiliser le véhicule de ma femme. Je choisissais donc de passer commande, malgré les 3 mois de délais de livraison. Cela me permettait d'ajouter comme option, outre la climatisation automatique, les rétroviseurs rabattables électriquement pour faciliter mon entrée dans le garage et l'ESP (contrôle dynamique de stabilité), un système d'aide à la tenue de route, histoire de peut-être une prochaine fois réussir à récuperer le contrôle du véhicule sans l'abîmer.

Dans mon précédant article j'expliquais que pour chaque véhicule, il y avait des nouveautés.
Pour celui-ci, ce sera l'acquisition de mon premier monospace, de mon premier système ESP, de ma première aide au stationnement (les capteurs dans le pare-choc arrière qui indiquent s'il y a des obstacles proches), et, petits détails, de mon premier auto-radio mp3 ainsi que de ma première climatisation automatique bizone (ainsi, en été, je pourrais faire descendre la température un peu plus bas pour moi que pour ma femme qui préfère toujours quelques degrés de plus).
Ce sera aussi la première fois que je reprend une marque déjà utilisée puisqu'après Ford, Peugeot, Honda, Citroen et Toyota, j'achète pour la seconde fois une Peugeot. Pareil pour le choix de la couleur, ainsi, après le rouge de l'Escort, le blanc de la 205, le gris foncé de la Civic, le vert foncé de la Xsara et le bleu de la Corolla, je continue avec le bleu.

Pour l'anecdote, j'indiquerais qu'étant jeune, je n'aurais acheté que des rouges, la première occasion est donc bien tombée. Au moment d'acheter la Lacoste, j'avais aussi le choix avec une 205 d'un très beau rouge mais j'avais finalement choisi la Lacoste pour les raisons évoquées dans le précédant article. Ensuite vint une autre occasion, la Honda pour laquelle je n'ai donc pas eu le choix de la couleur. C'est à ce moment que j'ai pris la décision de changer aussi de couleur pour chaque véhicule.

Cette fois, par contre, il ne m'était plus possible de le faire vu que j'avais déjà eu chacune des couleurs proposées pour le Partner Tepee à l'exception du noir qui ne me disait rien car bien trop salissant et de la couleur champagne qui est celle de la voiture de ma femme. Comme le bleu est ma couleur préférée, que de toute manière j'achetais un véhicule d'une marque que j'avais déjà possédée, et que le bleu proposé pour le Tepee me plaisait beaucoup, j'optais donc pour cette couleur.
... et puis on pourra toujours dire que la précédante était bleue foncée et celle-ci bleue claire et qu'il s'agit donc de 2 couleurs différentes.

Enfin, pour en terminer avec les comparaisons, je perd pour la première fois des options (si on excepte la perte du toit ouvrant mais justifiée par l'arrivée de la climatisation) et de la puissance moteur.
Au niveau des options, il s'agit du gps, ce qui n'est pas bien grave car j'en achèterais un portable et des jantes alu que je n'ai pas fait installé pour raison budgétaire, parce qu'elles ont tendance à s'abîmer vite en hiver, et aussi parce que, d'une part, si elles apportent un plus esthétique sur une voiture, cela est moins important à mes yeux sur un monospace, et que d'autre part les enjoliveurs d'aujourd'hui n'ont plus rien à voir avec ceux d'il y a 16 ans (époque de mes derniers) et ressemble maintenant, d'un point de vue visuel, aux jantes alu.
Du côté du moteur après être passé successivement de 45 à 60, 90, 110 et enfin 116 chevaux pour ma dernière voiture, je retombe à 90 chevaux ce qui ne devrait pas trop me perturber puisque d'une part avec l'âge on s'assagit et on a moins envie de rouler vite et que d'autre part cela fait maintenant 2 mois et demi que je roule avec la petite voiture de ma femme qui ne développe que 75 chevaux sans que cela me perturbe plus que cela. Je vais donc même récupérer de la puissance.
J'aurais d'ailleurs pu choisir le moteur 110 chevaux pour en perdre un minimum mais de nouveau l'élément prix (que ce soit le supplément à l'achat ou le supplément au niveau des taxes et assurances) a été prépondérant.

Et voila comment le Peugeot Tepee devient ma 6è voiture en 26 ans.

Article 75 - Ma nouvelle voiture 1

Article 75 - Ma nouvelle voiture 2

Date d'achat          : 17-02-2009
Prix d'achat           : 18668.63 euros (soit 753091 bef) en ce compris 4 options: l'ESP, les rétroviseurs rabattables électriques, la climatisation automatique (plutot que manuelle) et la peinture métallisée.
Revente ancienne  : 3200 euros (soit 129088 bef)

Cylindrée               : 1560 cc
Puissance              : 90 chevaux
Kilométrage achat  : neuve

03/02/2009

Histoires de régime et démarrage d'un nouveau

Depuis bientot 20 ans, l'été terminé, je prends du poids. Presque chaque année, j'entame donc dans le courant du mois de février ou mars, un régime plus ou moins long en fonction du nombre de kilos à perdre.

Cette année, j'ai décidé de le commencer dès ce lundi 2 février car il s'agira d'un régime longue durée puisque pour la deuxième fois de ma vie j'ai dépassé les 100 kilos (pour une taille de 1m86).

Mes deux périodes au-dela des 100 kilos.

La première fois, c'était il y a 4 ans, en 2005, année de naissance de ma fille. Je n'avais pas fait régime l'année précédante et avait donc abordé l'été avec un petit excès de poids lorsqu'en septembre tombait la bonne nouvelle: ma femme était enceinte. Elle qui n'est pas vraiment attirée par le sucré et qui n'apprécie pas les patisseries a alors commencé à vouloir régulièrement en manger. Sans oublier que ses envies récurrentes pour les pâtes et surtout les pizzas étaient toujours présentes. Moi qui suit gourmand, je ne pouvais décemment pas la laisser tomber et c'est ainsi qu'alors qu'elle ne prenait que 6 kilos pendant sa grossesse (il faut dire qu'elle fut aidée par l'arrêt d'un médicament qui lui avait fait prendre du poids), moi, j'atteignais alors le poids record de 105.7 kg soit 15 kg pris pendant le même laps de temps et 20 kg en trop vu les quelques kilos superflus présents au départ.

Il m'a fallu une année pour les perdre puisque j'ai fait régime en 3 périodes entrecoupées d'une part de 4 semaines de congé dont 10 jours de vacances en Provence et d'une autre période plus longue s'étalant de début novembre, moment ou nous avons passé un week-end à la mer (Coxyde), jusqu'à mi-janvier, histoire de profiter des bons mets que l'on ne trouve qu'en période de fin d'année parmi lesquels cougnolles, boudins et autres pâtés.
Lors de la première période s'étalant du 1er juin au 28 juillet, j'ai perdu 12.4 kg en moins de 2 mois pour me retrouver à 93.3 kg ! J'ai ensuite repris le régime le 24 août avec un poids de 96.5 kg (soit 3.2 kg repris pendant les vacances ce qui restait raisonnable) pour retomber à 87.7 kg le 27 octobre (soit 8.8 kg perdus en 2 mois). Après une nouvelle période de neutralisation du régime, j'ai finalement repris le 30 janvier 2006 pour la dernière phase après être remonté à 95.6 kg (et oui, 3 mois sans régime et sans sport étaient passés par la) et le terminer le 6 mai après avoir de nouveau perdu 11.8 kg en un peu plus de 3 mois.
Un an plus tard, je ne pesais donc plus que 83.8 kg. Mission accomplie.

Aujourd'hui, la situation est un peu différente même si, comme en 2005, je n'ai pas fait régime l'année passée. En fait, après le régime de 2005-2006, je n'ai pas vraiment arrêté continuant à me surveiller et à éviter certains aliments. Résultat, Maud et moi en avons eu un peu assez de toujours devoir nous priver et nous avons décidé de ne plus faire attention pendant quelques temps pour reprofiter des bons petits plats qu'elle cuisine et des bonnes "choses" de la vie (un paquet de chips par ci, une patisserie par la, un gratin ou encore une bonne "crasse" avec des frites). Et comme cela fait maintenant 3 ans que je continue à faire du sport (de la course à pied) pendant l'hiver (avant, j'arrêtais complètement le sport pendant cette période), je n'ai finalement repris que 2 ou 3 kg.
Malheureusement, en mai de l'année dernière, je me suis blessé au ménisque (un soir, suite à une flexion pour récupérer un aliment dans le tiroir du bas du congélateur, j'ai entendu un crac dans mon genou sans que ça me fasse mal sur la durée, je me suis couché peu après mettant ainsi mon genou au repos mais le lendemain, il s'est mis à gonfler tout au long de la journée) m'obligeant à arrêter de courir pendant près de 3 mois et m'empêchant de jouer au tennis (une seule partie sur toute la saison, cela fait cher la cotisation). Quelques mois plus tard, en octobre, alors que je n'avais pas encore retrouvé mon rythme de croisière en course à pied, j'attrappais une pharyngite, m'obligeant de nouveau à 2 semaines d'arrêts. Et voila comment je me suis mis à reprendre au fil des mois 7 à 8 kg. Ajoutez à cela 2 ou 3 kg pris pendant les fêtes et encore 1 ou 2 pendant la période de "préparation du régime" et voila comment je me retrouve avec une bonne quinzaine de kilos à perdre puisque je démarre le régime ce lundi avec un poid de 102kg tout rond... après être monté à la mi-janvier, 2è record personnel, à 102.9 kg. Heureusement, la grippe est passée par la et la perte d'appétit m'a permis de déjà perdre presque 1kg.

Quand je parle de préparation de régime, il s'agit de la période de quelques semaines pendant lesquelles on essaye de vider le frigo et les armoires des aliments qui ne sont pas régime et pendant laquelle on fait le plein des mets dont on devra se priver pendant le régime. Donc pizza, friterie, quick, cassoulet, choucroute... une période de gavage donc que je m'autorise vu la facilité que j'ai à perdre du poids.
Une période qui trouve sa justification lors d'un régime précédant: le vendredi précédant le début du régime, j'ai eu une envie de frites. L'organisation de mes menus ne m'a pas permis d'assouvir cette envie. Je me suis dis qu'elle passerait et elle n'est pas passée. Bilan, j'ai fait un début de régime avec une grosse envie de frites. L'horreur ! Depuis, je fais le nécessaire pour éviter cette situation désagréable.

Pour en revenir à mon régime actuel, il est prévu cette fois en 2 phases entrecoupées d'une période de 3 semaines pendant lesquelles nous partirons en vacances (la période exacte et surtout l'endroit sont encore à déterminer): de ce 2 février à la mi-mai, histoire de perdre 10 à 12 kilos, suspension de mi-mai à début juin et enfin, un mois et demi de régime pour perdre les 4  à 6 kilos encore à perdre et les éventuels kilos pris en vacances et ainsi atteindre le poids désiré (86 kg).

Historique de l'évolution de mon poids.

En fait, je n'ai pas toujours du m'astreindre un régime pour garder mon poids de forme. Poids de forme qui a d'ailleurs évolué au fil du temps. Ainsi, à 20 ans, je pesais autour des 72-73 kg et je n'avais aucun problème de poids, pouvant manger ce que je voulais sans grossir. Il faut dire que je brulais ces calories puisque je faisais pas mal de sport (vélo, tennis et foot entre copains) et que j'allais à l'école à pied (1200m) en rentrant le midi (soit près de 5km par jour pour les 4 trajets), la marche à pied étant mon mode de locomotion. Ainsi, par exemple, pour aller au cinéma, je faisais 4 km aller-retour. Et à cette époque, j'y allait une à deux fois par semaine.

Lorsque j'ai fait mon graduat, j'avais moins de temps pour mes loisirs et pour pratiquer le sport mais je compensais en me déplaçant beacoup plus. Si le matin, mon père me conduisait à la gare de La Louvière, une fois arrivé à Charleroi, ou se trouvait l'UT, mon école, j'avais 2km à pied pour la rejoindre. Pareil le soir pour rentrer plus encore 2km pour revenir à la maison depuis la gare de La Louvière.

A 20 ans, après quelques mois de travail, j'ai été appelé sous les drapeaux pour effectuer mon service militaire. J'ai vu ma dose de sport augmenter en flèche mais j'ai malgré tout été démobilisé, 8 mois plus tard, avec 4 ou 5 kilos de plus suite à une mauvaise alimentation (voir l'explication dans le prochain article).

Pour la première fois de ma vie, j'avais pris du poids et mon poids de forme est ainsi passé à 77-78 kg.

Ensuite j'ai repris le travail, acheté une voiture et au revoir l'exercice gratuit que constituait la marche à pied. Pendant les années qui ont suivi, je ne faisais donc plus de sport en hiver et je prenais quelques kilos que je perdais facilement dès le retour des beaux jours une fois que je reprenais le sport. 

Malheureusement, cela ne devait pas durer et à l'approche de la trentaine, le sport ne me permettait plus que de ne pas prendre du poids pendant l'été. Pour perdre les kilos pris durant l'hiver, je devais me résoudre à suivre un régime. Mon poid de forme tournait à ce moment autour des 81-82 kg.

Depuis que j'ai franchi une nouvelle dizaine et atteind la quarantaine, la pratique du sport ne me permet même plus de garder la ligne. Même les étés ou je pratique beaucoup de sport, je prend 1 ou 2 kilos. Mon poids de forme a encore augmenté légèrement pour se porter aujourd'hui à 85-87 kg.

Description de mon régime type.

J'ai toujours effectué des régimes de mon invention même si, l'espace de quelques années, j'ai suivi le fameux régime soupe.

Mes régimes sont basés sur le bon sens: réduction des quantités, suppression des graisses et des sucres et suppression de tout grignotage hors repas avec 5 ou 6 périodes de repas: à 9h pour le déjeuner, à 11h pour une collation (fruit ou yoghourt), à midi pour le diner (2 tartines avec garniture légère), à 16h pour une seconde collation (fruit ou yoghourt) à 18h pour le souper (plat chaud) et éventuellement à 20h pour un dernier petit en-cas (de nouveau fruit ou yoghourt).

Mes premiers régimes étaient constitués pour le plat principal essentiellement de crudités (carottes rapées, céleri rave, ...) accompagnés parfois simplement d'un oeuf cuit dur. Ma mère les appelait régime "crève-la-faim". Et c'est vrai que j'avais faim. Ils avaient le désavantage de ne pas offrir du plaisir à manger, d'autant que je ne m'autorisais aucun écart. Leur avantage est que je perdais relativement vite.

Ensuite, je suis passé au fameux régime soupe aux choux qui consistait à pouvoir boire à volonté de la soupe faite à base, outre le choux, d'oignons, de carottes, de céleris, de poivrons, d'ail, de curry et de bouillon dégraissé accompagnée d'une catégorie d'aliment en fonction du jour de la semaine: des fruits le lundi, des légumes le mardi, des fruits et des légumes le mercredi, des bananes et du lait écrémé le jeudi, du boeuf (300 à 600 gr) et des tomates le vendredi, du boeuf encore et des légumes verts le samedi et du riz brun, des fruits et des légumes le dimanche. Ce régime garantissait 3 à 5 kg perdus par semaine mais il était très contraignant et ne pouvait d'ailleurs pas être suivi, médicalement parlant plus de 2 semaines consécutives. De plus, la reprise de poids après le régime était aussi évoquée. Normal, je me suis laissé dire que ce régime était donné dans les hôpitaux aux patients en surpoids qui devaient absolument maigrir rapidement en vue d'une opération. Son objectif ne serait donc pas de garder durablement la ligne.

J'en suis donc revenu à ma manière de faire régime en l'assouplissant, histoire de prendre plus de plaisir à manger.

Depuis que j'ai rencontré Maud qui est une férue de calcul de calories, j'ai amélioré mon régime en y ajoutant la notion de calories justement. Les premières années, je calculais toutes celles que j'ingérais pour ne pas dépasser 1500 par jour (sachant que l'apport journalier normal recommandé pour une femme est de 2000 et pour un homme de  2200 ou 2500). Maintenant, j'ai appris a estimé les calories de la plupart des aliments habituels, et je fais donc un calcul approximatif. Je demande juste à ma femme de me calculer les calories du plat chaud qu'elle prépare le soir. Car c'est la la nouvelle donne de mon régime et ce qui permet de tenir longtemps, désormais je peux également manger de succulents plats préparés et ne plus me contenter de crudités avec un morceau de viande simplement grillé.

 

J'ai donc perdu, sur les 20 dernières années, plusieurs dizaines de kilos. Et il y en aura encore beaucoup d'autres car vu mon côté gourmet-gourmand et vu la facilité avec laquelle je perds du poids, il est hors de question pour moi de suivre un régime à vie m'empêchant de profiter de l'une des belles choses de la vie.

01/02/2009

Bilan du week-end à Liège et histoire de grippe

J'évoquais hier l'excellente soirée passée à l'Orchidée Blanche et l'excellent début de week-end passé à Liège pour y fêter l'anniversaire de Maud, ma femme.

La suite ne fut hélas pas aussi réussie puisque le lendemain, Maud s'est réveillée légèrement fiévreuse et courbaturée et ça n'a été que de mal en pis au point que, lors de nos courses matinales chez Delhaize pour préparer son repas d'anniversaire du soir, elle demanda d'aller se reposer dans la voiture alors que se profilait un bon quart d'heure de file: elle ne tenait plus sur ses jambes. Elle a finalement passé l'après-midi au lit (pas de ballade en centre ville donc) pour être présente (en pyjama) lors de son repas d'anniversaire en famille (au menu, foie gras, rôti ardennais et gâteau aux fruits et crème fraiche).
Le lendemain, rebelote, pas de promenade sur la Batte mais de nouveau une matinée au lit.

Un bilan du week-end mitigé donc. Heureusement qu'il y a eu cette magnifique soirée du vendredi.

Ensuite, ce fut moi qui fut atteind par la grippe.

Dans la nuit de dimanche à lundi, je me réveillais fiévreux et courbaturé mais quelques heures plus tard, au moment de partir travailler, je me sentais un peu mieux. Arrivé au bureau, dès 7h, je prenais un dafalgan et me sentais très vite tout à fait bien.

Mais la grippe, sournoise, me guettait.

J'avais une journée de présentation des objectifs futurs du service qui commençait à 9h30' et devait se terminer à 14h. Par expérience, je savais qu'elle se terminerait avec un certain retard. J'aurais donc du, pendant le break pour le repas, aller reprendre un dafalgan puisque cela faisait déjà 6h que j'avais pris le premier. Mais comme j'allais bien, je n'y ai pas songé. Résultat, dès que les présentations ont repris, je me suis mis à tousser fréquemment et avoir froid. La grippe reprenait le dessus.
A la fin de la réunion, je pris enfin un second dafalgan vers 15h30' et rentrait chez moi une heure plus tard. Le médicament ayant fait son effet, je n'avais que 37.6° de fièvre mais au moment de me coucher, j'avais 38.5°.

Je me doutais que ma semaine de travail était déjà terminée.

Effectivement, le lendemai matin, si je n'étais pas trop courbaturé, je souffrais de vertige et avait 38.8° de fièvre. Impossible d'envisager me déplacer et encore moins me concentrer pour travailler.
J'appelais donc le médecin pour moi et toute la famille car Maud était toujours malade avec du 38° de fièvre et Kristen notre fille était à peine mieux.

J'ai passé l'essentiel de ce premier jour de grippe à dormir et les 2 jours suivants, mercredi et jeudi, j'ai chaque fois fait une sieste l'après-midi.
Ce n'est que vendredi matin que je me suis senti nettement mieux.
Après 3 jours passés en pyjama sans sortir, nous avons pu enfin profiter de l'une de ces journées froides mais ensoleillées que l'on connaissait depuis le début de la semaine.

Le bilan de la semaine n'est finalement pas trop mauvais puisqu'une fois sous dafalgan et quoique très abattu, la grippe n'était plus trop contraignante et m'a donné l'occasion de bien me reposer et de rattrapper un peu de ma dette de sommeil causée par ma fille: depuis une dizaine de jours, elle était difficile, parfois malade, se réveillant pendant la nuit parce qu'elle avait peur, ou qu'elle avait vomi ou avait la diarrhée. La plupart du temps, elle écourtait ses nuits, étant même parfois éveillée dès 6h30', même le week-end !
Cette semaine par contre, légèrement accablée par la maladie, elle ne se levait pas avant 9h30' et faisait la sieste chaque après-midi, chose qui était devenue rare.

Pour terminer, cette semaine de maladie explique pourquoi j'ai mis autant de temps avant de poster mon article compte-rendu sur notre visite à l'Orchidée Blanche. L'article était commencé depuis lundi, mais depuis, je n'étais plus en état de le continuer.

22/01/2009

Week-end à Liège et choix d'un restaurant pour l'occasion

A l'occasion de l'anniversaire de Maud, ma femme, nous allons passer ce week-end dans sa famille à Grivegnée, entité de Liège.

Au programme, souper en tête à tête ce vendredi soir au restaurant l'Orchidée Blanche à Ougrée (Sart Tilman), ballade en centre ville le lendemain après-midi et, le soir, souper d'anniversaire en famille chez son papy avec sa maman et son beau-père. Enfin, dimanche matin, ballade sur la Batte.

Pour ceux qui ne connaissent pas, la Batte est l'un des plus grands marchés de Wallonie qui s'étend le long de la Meuse sur 2 ou 3 kilomètres sur le quai du même nom.

Mon idée première était d'aller au restaurant en famille le jour exact de son anniversaire soit le samedi 24 janvier. Mais vu que son papy est assez âgé (bientôt 89 ans), qu'il n'aurait probablement pas voulu venir et qu'autant ma belle-mère que moi-même tenons à ce qu'il soit présent, ce qui doit aussi être le cas de Maud, nous avons donc décidé de fêter l'anniversaire de ma femme en famille le samedi soir chez son papy.

J'ai malgré tout décidé de maintenir la sortie au restaurant mais de la déplacer à la veille, rien que pour Maud et moi.

Pour le choix du restaurant, je tenais à en trouver un qu'elle ne connaissait pas ou, tout au moins, qu'elle n'avait pas encore fréquenté. Sachant qu'elle a vécu près de 30 ans à Liège et qu'elle allait régulièrement au restaurant en centre ville, j'ai eu l'idée d'en chercher un en périphérie liégeoise. Et comme je ne suis pas du coin, que je ne connais que quelques restaurants en centre ville, ceux ou elle m'a emmené et ceux dont elle m'a parlé, et que je n'ai aucun écho, que ce soit via des connaissances ou via la presse par exemple, des bonnes tables de la région, je me suis fort logiquement tourné vers internet pour effectuer mon choix.

Internet est devenu de nos jours un excellent média publicitaire ce que tous les restaurateurs n'ont pas compris.
Je me suis donc connecté sur l'un des sites de référence concernant les restaurants, resto.be. Pour ceux qui ne connaissent pas, ce site recense un grand nombre de restaurants que l'on peut rechercher selon différents critères (nom, lieux, type de cuisine). Pour les restaurants qui en possèdent un, il renseigne également leur site web.
Et c'est la que certains restaurateurs font fausses routes en ne le mettant pas à jour. Je suis ainsi tombé sur un restaurant qui proposait le détail de son menu d'été (alors que nous sommes en hiver) ou plus fort un autre qui mettait en exergue un menu de 2005 ! D'autres encore ne mettent pas leur carte, ou les prix demandés sur le site.
Sachant que j'aime bien avoir une idée de ce que je peux trouver dans mon assiette, et à quel prix, ces restaurants ont automatiquement été éliminés de mon choix.

Après une première sélection, j'ai finalement choisi l'Orchidée blanche qui m'a séduit avec son menu "Hommes d'affaires". En effet, à côté de son menu Prestige 7 services à 52 euros (65 euros vins compris), ce restaurant reconnu (depuis lors je me suis renseigné auprès de ma belle-mère) propose en semaine (du lundi midi au vendredi soir) ce menu 5 services au prix démocratique de 32 euros tout compris.
Par ces temps de crise, l'occasion de s'offrir un restaurant de qualité à petit prix.

Lorsqu'on sait que pour ce prix, il propose l'apéritif (et ses mises en bouche), un verre de vin blanc avec l'entrée (à choisir parmi 4 propositions et une variante), un verre de vin rouge avec le plat (à choisir parmi 3 propositions), un dessert (au choix parmi 3 également) et le café (et ses garnitures), cela représente le meilleur rapport qualité-prix parmi les nombreuses cartes et menus que j'ai consulté.
Et même l'un des meilleurs d'un point de vue prix tout court: 32 euros pour un menu 5 services, boisson comprise, dans un restaurant de ce niveau, difficile de faire mieux.

J'espère avoir fait le bon choix.
Réponse pour moi demain soir et pour vous, lecteurs, début de la semaine prochaine, le temps que je rentre de Liège, que je rédige et que je poste mon article sur la soirée.

 

Vous trouverez ci-dessous les 2 menus évoqués dans mon article tel qu'ils se présentent aujourd'hui, jeudi 22 janvier 2009.
Si vous désirez connaitre le menu actuel, reportez-vous sur le site du restaurant ou pour un accès direct, choisissez le menu Hommes d'Affaires ou le menu Prestige.

Article 67 - Menu Hommes d'Affaires

 

Article 67 - Menu Prestige

11/01/2009

Hiver le plus froid depuis au moins 20 ans

Ce blog, je l'ai fait aussi pour moi, pour enregistrer des évènements remarquables. pour ne pas oublier à quel moment ils se sont passés et éventuellement me souvenir de quelques détails.
C'était ainsi aussi la raison de l'article sur mon réveillon de nouvel an car je m'étais demandé ce qui était au programme du précédant et à part le foie gras et la bisque, je ne m'en souviens pas vraiment.

Ici, donc, un petit rappel de cet hiver qui devrait s'avérer le plus froid de ces 20 dernières années puisque, alors que nous avons déjà connu une période de neige au début du mois de novembre, ce qui pour notre région est relativement tôt, nous voici confrontés à une vague de froid encore plus exceptionnelle, du point de vue des températures  et peut-être aussi en durée.

Pour avancer cela, je me base sur mes souvenirs - d'ou l'utilité de les écrire quelques parts, en l'occurence, ici - mais également sur 2 faits que voici.

Depuis que j'ai un thermomètre externe sur la voiture, c'est la première fois que j'y vois des températures négatives à 2 chiffres et que, mercredi en l'occurence, il m'indique que la température frise le 0° dans mon garage.

Pour la première fois aussi depuis que j'habite dans ma maison, soit depuis fin 1990, j'ai du pousser mes radiateurs électriques à accumulation à fond pour avoir tout juste 20° dans le living et à peine 15° dans la cuisine (mais la le radiateur est moins puissant).
Cela ne veut pas dire pour autant qu'en cas de vague de froid plus forte, j'aurais froid dans ma maison puisque j'ai la possibilité de déclencher une soufflerie qui permet de faire remonter la température de plusieurs degrés, et cela d'autant plus vite que les radiateurs sont chargés forts. Ainsi, un jour, alors qu'il y avait un petit 20°, ma femme ayant froid, j'ai enclenché la soufflerie et à peine 30 minutes, on avait 23° dans la pièce.

Dans la chambre aussi, des records ont été atteints puisque pour la première fois depuis la construction de la maison, on y avait moins de 10° avec un premier record mardi soir à 8.6° au moment d'aller se coucher et un autre le lendemain à 8.1°. J'ai bien des radiateurs électriques d'appoint dans les chambres mais je ne les utilise jamais car j'adore dormir au chaud sous une grosse couette quand il fait froid dehors. Même ma petite fille de 3 ans 1/2 ne se plaint pas et est très bien sous sa (grosse) couette.
Pour ne pas être traité de père indigne ou de bourreau d'enfant, sachez que lorsqu'elle était petite, j'utilisais un radiateur bain d'huile pour permettre de garder le 18° la nuit dans sa chambre... et qu'en plus, j'ai lu un article comme quoi dans une crêche à Anvers, les puéricultrices font faire leur sieste aux bébés dehors même lorsqu'il fait 2°, un concept qui, si je me rappelle bien, vient des pays scandinaves. De plus, des pédiatres ont confirmés qu'en plus de ne pas être nocif pour leur santé, c'était même bon, les enfants élevés comme cela étant moins souvent malade.

Cette vague de froid polaire a commencé dès ce jeudi premier janvier avec des températures de l'ordre de -5 à -7° la nuit et des températures positives le jour, a connu un premier pic le lundi 5 avec des températures polaires à plus de -10° le matin et des chutes de neige en fin de nuit et dans le courant de la journée, un redoux relatif en milieu de semaine (-3 à -5° quand même) et une nouvelle attaque hivernale en fin de semaine, jusqu'à -14° vendredi matin.

Après un samedi encore très froid, ce dimanche semble être le début de la fin puisqu'il y avait +5° cet après-midi et qu'on n'annonce plus que -1 comme minima pour demain et 0 pour mardi.

Les quelques canadiens qui viennent parfois consulter mon blog doivent bien se marrer en m'entendant parler de froid polaire pour une période relativement courte et pas tellement froide selon leurs critères, mais pour nous, cette période de plus de 10 jours de gel avec des pointes à -14° le matin et avec du -10° tout le long d'une journée reste, je le répète, très exceptionnelle.

Lorsque cela se représentera, dans 5, 10, 20 ans ou plus, je pourrais effectuer une comparaison objective en revoyant cet article de mon blog.

02/01/2009

Menu de notre réveillon de Nouvel An 2008-2009

Comme depuis plusieurs années, j'ai fêté le réveillon de Nouvel An en famille au sens premier du terme, c'est-à-dire avec ma femme et ma fille, à la maison.

Article 60 - Apéritif

Au menu, en apéritif, découverte du nouveau zizi coin caïpirinha accompagné de toasts au oeufs de lompe noir, à la mousse de St Jacques, à la salade de dinde aux airelles et à la salade de viande, de 4 petites verrines amuse-bouches (saumon aux 2 paprika, crevettes - miel - gingembre, St Jacques - Ananas et écrevisses - curry) et de mini-quiches (lorraine, quatre fromages et saumon fumé). Une (petite ?) entrée en soit.
Kristen, notre fille s'est régalée aussi bien avec les toasts qu'avec les quiches qu'elle a mangé en quantité. Heureusement car elle qui mange quasiment de tout n'a apprécié ni le foie gras, ni le plat, ni la viande.
Elle a quand même compensé, durant le plat avec les croquettes.
Nous, nous avons été déçu par les mini-quiches, mais pas par les verrines qui constituaient chacune un original mélange de saveur.

Article 60 - Entrée [320x200]

Pour suivre, en entrée froide, le traditionnel foie gras. Cette année, on avait un peu cassé notre tire-lire et avions choisi un foie gras d'oie avec 30% de morceaux. Il était accompagné d'un confit de mangue au gingembre, d'une gelée au vin blanc moelleux et de pain toast aux figues.
Ce foie gras était excellent et je ne sais pas si c'était sa qualité supérieure ou le fait qu'il s'agisse de foie d'oie alors que les années précédentes on choisissait du foie de canard, mais il n'était pas écoeurant du tout. Je veux dire par la qu'habituellement, on a assez avec une seule tranche alors qu'ici, on n'a eu aucun problème à finir la tranche que notre fille avait délaissée.

Article 60 - Potage

La suite était un autre incontournable, la soupe de poisson. Mais cette année, seconde innovation puisqu'il ne s'agissait pas d'une bisque de homard ou d'écrevisse mais d'une soupe de poisson à la méditerranéenne.

Excellente elle aussi.

Article 60 - Plat

Troisième innovation avec le plat. Habituellement, on confectionne notre menu de réveillon avec, outre le potage, 2 ou 3 petites entrées et pas de plat. Mais cette année, lors de notre visite chez Auchan, nous avions trouvé  des pavés d'antilope au miel.
Vu qu'ils n'étaient pas très gros et comme nous adorons découvrir de nouveaux mets, nous nous sommes dit que ce serait bien de découvrir cela. Nous les avons servis avec quelques croquettes et des pêches.
Pour une découverte, ce fut un coup de maître puisque l'antilope est une viande très savoureuse et nos pavés étaient tellement tendre qu'ils fondaient dans la bouche.

Article 60 - Dessert

Et pour terminer en beauté cette année 2008, nous avions choisis des petites patisseries achetées chez notre boulanger. L'année passée, nous avions choisi un coeur à la crême au beurre pour 4 personnes mais comme ma femme et moi n'avons pas les mêmes gouts dans ce domaine, nous avons fait ce choix individuel pour contenter tout le monde: un coeur à la crème au beurre pralinée pour moi, un bavarois à la framboise pour ma femme et une tranche de gateau au chocolat pour notre fille.

14/12/2008

Pizza Paï et nocturne Auchan

Ce vendredi soir, j'ai renoué avec une petite tradition, les courses chez Auchan précédées d'un repas chez Pizza Paï.

J'adore faire les courses pour découvrir de nouveaux produits, raison pour laquelle, à côté des 2 grandes surfaces que je fréquente régulièrement, Cora et Carrefour, je fais également mes courses de temps en temps chez les autres grandes enseignes du pays, histoire de voir s'il n'ont pas des produits inédits.

Sachant que les magasins français proposent en plus plein de produits non distribués chez nous, qui plus est alors que nous en découvrons certains via la pub sur les chaines de télés françaises, nous aimons quand nous sommes en vacances en France, "visiter" l'une ou l'autre grande surface plutot que les musées (et oui, à chacun sa culture).

A ce sujet, je me rend compte que je n'ai toujours pas finalisé (et donc mis en ligne) l'article sur les produits que j'ai découvert lors de mes vacances en Bretagne en septembre dernier.

Mais pour revenir à l'objet de l'article, et sachant que la France n'est pas très éloignée d'ou j'habite, de temps en temps, je franchis la frontière pour aller au magasin Auchan le plus proche.
Sachant aussi que j'ai horreur des allées embouteillées et de faire la file 15-20' aux caisses, j'ai pris l'habitude depuis que j'ai appris que ces magasins sont ouverts jusque 22h, d'y faire mes courses en "nocturne" à la place d'une classique soirée télé.
En plus, cela faisait bien 2 ou 3 ans que je n'avais plus été au magasin Auchan de Louvroil (près de Maubeuge). Les dernières visites aux enseignes françaises ayant été faites lors de mes dernières vacances dans le pays en Bretagne, en Alsace ou encore en Provence.

Arrivé vers 18h, nous (ma femme et ma fille évidemment) sommes d'abord allé souper chez Pizza Paï, une chaine de restaurants découverte lors d'un voyage de formation à Paris il y a quelques années déjà (cela devait être en 1997 ou 1998) et que j'avais appréciée.
Je me suis donc fait un plaisir d'y retourner puisque cela faisait aussi 2 ou 3 ans que je ne l'avais plus fréquentée.

Après une entrée froide, le buffet d'entrée à volonté, inclu dans le prix du plat principal, j'ai choisi la pizza Troppo Buona ! composée de sauce crémée, mozzarella, oignons, tomate fraîche, viande de bœuf hachée, cheddar, sauce burger, origan. Trop bonne, comme son nom. Et pour terminer, en dessert, un nougat glacé.
Ma femme, elle, après la même entrée, a choisi les tagliatelles poulet écrevisse à la sauce crémée à la bisque de homard.
Quant à ma fille, nous lui avons choisi le menu rigolo composé du buffet d'entrées à volonté, d'un plat à choisir entre pizza, pâte ou steak haché et d'un choix de 4 desserts accompagné d'une boisson à volonté.
Pour le plat, Kristen a choisi la pizza composé de sauce tomate et de mozarella auquel elle pouvait ajouter 3 ingrédients. Nous lui avons choisi le jambon et la bolognaise (les autres choix étant champignon, merguez, poulet, fromage de chèvre).
Tout cela dans un cadre agréable avec même un coin jeu pour les enfants ou Kristen s'est bien amusée et s'est faite 2 copines le temps du repas.

Ensuite, nous sommes sortis chercher un caddie et nous sommes entrés dans le magasin peu avant 20h pour n'en sortir qu'après 21h30', en ayant ainsi évité la cohue, et quasiment sans attente aux caisses.
Le chariot chargé de nouveautés ou de produits déjà connus mais seulement disponibles en France.

Mais cela, j'en parlerais dans de prochains articles et notamment dans celui consacré à notre réveillon de nouvel An puisque nous avons déjà quasiment fait le plein des petites douceurs qui ravirons nos papilles.

09/11/2008

Saleté de guêpes

Hier, profitant du beau temps, j'ai tondu ma pelouse pour la dernière fois de la saison.
Bien m'en a pris parce que j'ai mis à jour un trou, près de ma haie de sapin, au fond du jardin.

Article 42 - Le nid de guêpe

Dans un premier temps, je me suis imaginé qu'il s'agissait de l'entrée d'un terrier et je me demandais quel gros animal pouvait bien s'y être caché.
Mais en y regardant de plus près, j'ai constaté qu'il n'y avait pas de galerie.
Ma femme, à qui je le montrais, s'étonna aussi de sa grandeur, puis vit la structure alvéolée que la tondeuse avait écartée (et que j'ai remis près du trou pour prendre la photo) et compris qu'il s'agissait d'un nid de guêpes.
Moi, tout de suite, je compris aussi qu'on venait de trouver le nid que l'on avait cherché tout l'été.
En effet, il nous était impossible de profiter des (rares) beaux jours pour laisser les portes et fenêtres ouvertes sans que plusieurs guêpes n'entrent dans la maison au bout de quelques minutes à peine.

En le vidant de l'herbe coupée et de la terre désagrégée, je sortis quelques guêpes en état de léthargie qui hibernaient et qui attendaient des jours meilleurs pour recréer une colonie.

Article 42 - Les guêpes qui hibernent

J'ai évidemment tué ces guêpes, ébouillanté le trou (au cas ou il y en aurait encore) et enfin je l'ai rebouché.

Heureusement que j'ai fait cette trouvaille sans quoi, je risquais de devoir subir un second été de suite sans pouvoir profiter pleinement des beaux jours.

N'empêche, incroyable d'imaginer qu'un si petit animal puisse, certes en nombre, creuser un si gros trou qui faisait quand même 30 centimètres de profondeur, 15 de diamètre et allait en s'évasant.

28/10/2008

Mon nouveau gsm, le W580i de Sony Ericsson

Ca y est, je me suis enfin décidé et j'ai acheté mon nouveau gsm que voici que voila.

Article 34 - Mon nouveau gsm

Il faut dire qu'il était temps car depuis presque 4 mois, le désormais ancien avait des problèmes de batterie. Je devais le recharger tous les 2 jours quand il restait en veille et si je passais ou recevais un appel, il était à plat à la fin de la communication.
J'ai bien essayé de racheter une nouvelle batterie car il me plaisait toujours et n'était pas trop vieux (un peu plus de 3 ans) mais le vendeur contacté m'a expliqué que la politique du fabricant (Siemens) était de considérer que comme une batterie neuve coutait aussi cher qu'un modèle bas de gamme (environ 50 euros), il ne trouvait pas rentable d'en vendre seule.
Drôle de raisonnement de dire que quand la batterie de son gsm est nase, on n'a qu'à en acheter un neuf plutôt qu'une batterie. Parce que mon gsm valait quand même 100 euros à l'achat, et avait quelques fonctionnalités comme l'appareil photo. Pas sur que ce soit le cas du modèle de base.

Toujours est-il que j'ai profité de mon anniversaire pour franchir le pas, histoire de me le faire offrir car pas évident pour moi qui suis économe (sans être avare, j'insiste) de dépenser une telle somme pour un objet d'une durée de vie d'à peine 2 ou 3 ans seulement.

Pour une fois, le choix ne fut pas trop difficile. En effet, j'avais dans l'optique de choisir un gsm avec walkman et les gsm Sony Ericsson me plaisaient beaucoup. Je n'avais donc plus qu'à choisir dans leur gamme W.
Comme je ne voulais pas d'un gsm d'une valeur supérieure à 200 euros (normalement, pour moi, un prix raisonnable pour un gsm est de 100 à 120 euros, mais ici comme c'était un cadeau d'anniversaire, je pouvais me permettre un peu plus), ma première sélection s'est portée sur le W350i (à 119 euros), le W580i (à 149 euros) et le W595 (à 179 euros).


Article 34 - W350i

Article 34 - W580iArticle 34 - W595

 

 

 

 

 

 

 

Le clapet du premier ne me plaisant pas trop (j'avais peur qu'il soit trop fragile et ne casse rapidement), restait en lice les 580 et 595. Après avoir bien analysé les infos sur le site et avoir demandé des conseils, j'en suis arrivé à la conclusion que le premier était plus dédié musique tandis que le second était plus dédié accès internet.
Comme je n'ai pas l'intention d'utiliser mon gsm pour surfer et comme le prix demandé pour le second est quand même assez cher, j'ai donc fait le choix du W580i et sur base des premiers jours d'utilisation, je ne le regrette pas.

03/10/2008

L'article en promo manquant chez Carrefour - une mauvaise habitude - qui me fait faire une bonne affaire

Il fut un temps ou systématiquement, les magasins Carrefour proposaient de grosse promotion sur certains produits mais étaient en rupture de stock bien avant la date de fin de la dite promotion. Parfois même, les articles étaient manquants dès le premier jour de l'action.
Test-Achat s'y était mêlé et à coup de procès (ou de menace de procès, je ne sais plus) avait permis que cette pratique quelques peu malhonnête (ces produits en super promo, vendu avec une marge bénéficiaire restreinte, voire nulle, sont en fait des produits d'appel pour amener le client dans le magasin et le pousser à y faire ses autres achats) ne perdure.

Depuis lors, c'est vrai, la situation s'est améliorée même si, de temps en temps, il y a encore quelques couacs.
Dans ces cas, sachez que vous pouvez demander une promesse de vente du produit concerné au prix de la  promo.
J'ai ainsi eu récemment le cas avec du poisson. Celui en promo n'étant plus disponible, je me suis fait remettre une promesse de vente et ai pu acheter le même poisson à prix réduit la semaine suivante alors que les autres clients devaient payer le prix plein.
Toutefois, s'il s'agit de produits spécifiques que Carrefour ne vent pas à l'année, lorsque la promo est épuisée, ils n'ont plus la possiblité de vous le fournir. Dans ce cas, ils s'engagent à vous fournir un produit similaire au même prix.
C'est ainsi que moi et d'autres clients avons fait une super bonne affaire.
Mais laissez moi vous raconter l'histoire.

Mercredi, en lisant le journal, je constate que Carrefour fait une superbe promo ces mercredi et jeudi: un disque dur externe Fujitsu-Siemens de 1 Terra (1000 gigas) au prix de 99 euros avec en plus un bon de réduction de 10 euros. Pour vous faire une idée sur l'ampleur de la promo, un collègue qui cherchait depuis quelques temps et qui compare les prix avant d'acheter s'était finalement décidé la semaine passée sur un disque dur d'une valeur de 109 euros.
Vu que je commence à manquer de place, je décide de profiter de cette promo et me présente en soirée au magasin de Haine-Saint-Pierre ou je ne trouve pas trace du produit.
Vu qu'il est déjà tard, que le personnel est occupé et que je suis en congé, je décide d'aller le lendemain au magasin de Soignies ou le personnel est, me semble-t-il moins sollicité.
C'est ainsi qu'hier, après avoir conduit ma fille à l'école, je me retrouve au magasin de Soignies.
Comme la veille, à Haine-Saint-Pierre, aucun exemplaire n'est exposé. Par contre, il y a en tête de rayon du département informatique un nombre important de disque dur Maxtor, des 750 gigas et des 1 terra sans indication de prix. En regardant dans le rayon, je constate que le premier est vendu à un prix légèrement supérieur à celui de la promo tandis que le second est vendu au prix de 149 euros.
Je demande quand même au responsable du rayon si l'article en promo est toujours disponible et il me dit qu'il va aller en chercher dans la réserve.
Entre-temps, 2 autres clients arrivent pour profiter de la même promo. Le vendeur revient sans rien, passe un coup de fil et nous signale qu'il n'y en a plus, les 20 exemplaires du magasin étant tous partis hier dans la matinée.
Je propose donc d'aller voir aux Grands-Prés à Mons, un Carrefour beaucoup plus important qui reçoit donc les promos en plus grande quantité, mais le gars m'indique qu'il n'y en a plus nulle part (j'imagine dans les Carrefour environnant).
Sous la pression (nous étions 3 à râler) et à la question d'un des autres clients demandant ce qu'il pouvait faire, il nous montre le Maxtor 1 terra et nous dit qu'il peut nous vendre ce produit équivalent au même prix.
Ce même client se montre sceptique se demandant ce que vaut ce produit d'une marque qu'il ne connait pas, d'autant que le prix n'est pas affiché à cet endroit. Moi qui le connait, je me le fais confirmer par le vendeur pour que les autres soit au courant aussi, et n'hésite pas à accepter la transaction.

J'ai donc eu en remplacement du produit que je convoitais un produit 50% plus cher. Je sais que cela ne veut pas dire qu'il est meilleur mais en règle général, on en a toujours pour son argent, d'autant qu'ici, le produit de remplacement est d'une marque moins connue (Maxtor) que le produit de remplacement (Fujitsu-Siemens). J'ai donc eu un produit d'une qualité supérieure, qui plus est garanti 3 ans.

Désormais, je sais que je ne dois plus m'énerver quand Carrefour n'est pas capable d'assumer ses promos, je n'ai qu'à aller dans le même rayon choisir un produit similaire, même nettement plus cher et le payer au prix promo.