11/08/2012

Rétro 08-2011 - Notre ultime visite chez Verdonck

(suite) ... et c'est donc chez Verdonck, une fois n'est pas coutume, que nous avons choisi d'aller, plutôt que de nous contenter d'un simple cornet de chez les glaces australiennes ou des glaces Catherine, cette dernière proposant pourtant une glace vanille qui à le même gout que lorsqu'on la fait maison.

J'aurais du dire une fois n'est plus coutume car le glacier Verdonck, une instution à Coxyde qui date de mon enfance avait beaucoup perdu de son aura.

Du plus loin que je me rappelle, ils étaient les seuls à proposer des glaces au cornet de qualité. Avec comme seuls gouts proposés vanille, moka ou chocolat sauf le mardi ou il était possible d'avoir de la fraise et le jeudi ou c'était le tour de la pistache (à moins que ce ne soit le contraire). Sans oublier leur salon de dégustation idéalement situé en plein centre ville ou il était possible de déguster d'excellente coupes aux saveurs originales, en plus des classiques dame blanche, brésilienne ou banana split. Je me rappelle ainsi d'une coupe qu'ils avaient finalement abandonnée il y a de cela pas mal d'année qui devait s'appeler la coupe Europe et qui était constituée de glace et de figues notamment. Il y a avait également les coupes géantes ananas-pêche et ananas-framboise.

glace,Coxyde,Verdonck,Glaces australiennes,Glaces Catherine

C'est cette dernière, illustrée à l'avant-plan sur cette photo, que j'ai choisie de déguster, Maud choisissant la coupe au fraise de l'arrière-plan, pour ce qui a constitué, ce que je ne savais pas à l'époque, mon ultime glace et mon ultime visite chez Verdonck. Car je me suis laissé dire par plusieurs connaissances ayant passé une journée à la mer ces derniers mois que Verdonck, c'est bel et bien fini. A moins qu'ils ne soient en travaux de rénovation. Mais cela serait surprenant car aucune affiche ne l'indique.

Il faut dire que cette illustre maison a du faire face à l'arrivée d'une sévère concurrence avec les glaces australiennes et les glaces Catherine dont j'ai parlé en début d'article. Et alors que les premiers surtout proposaient une multitude de choix de parfum, Verdonck continuait à se limiter à une petite dizaine. Je crois donc que leur disparition est due à la dure loi du marché et au fait qu'ils n'ont pas su se renouveler pour rester dans l'air du temps.

La preuve, alors que j'étais un inconditionnel de la maison, ne passant pas une quinzaine à Coxyde sans aller tous les jours chercher mon cornet et une ou deux fois une coupe à l'intérieur, cela fait bien des années que je n'y allais plus qu'épisodiquement.

10/08/2012

Rétro 08-2011 - La première fois de Kristen au cirque

Ma femme détestant le cirque, notre fille de 6 ans à l'époque n'avait encore jamais eu l'occasion de découvrir cet art. A la recherche d'une activité à faire avec elle pendant la semaine du 15 août durant laquelle j'étais en congé et ma femme pas, j'avais remarqué que le cirque Bouglione était en tournée dans la région. Et une date me convenait tout particulièrement, celle du jeudi 17 août à Ville-sur-Haine, village situé pas trop loin de chez nous.

cirque,Bouglione,Dynasty

J'ai ainsi eu l'occasion de faire une belle surprise à Kristen, tandis que je n'étais moi même pas mécontent de retourner au cirque, endroit que je n'avais plus fréquenté depuis mon enfance.

cirque,Bouglione,Dynasty

Au vu de cette photo, on peut voir combien notre fille a apprécié en étant à certain moment totalement subjuguée. Moi, j'ai d'abord été légèrement déçu en voyant la taille du chapiteau. Une amie m'avait en effet prévenu que Bouglione tournait avec plusieurs cirques, un grand et un ou plusieurs petits. En fait, j'ai vite été rassuré quand j'ai compris qu'il s'agissait de la même troupe et du même spectacle, seule la taille du chapiteau étant différente. Ce qui, à la réflexion, m'a paru logique car il faut évidemment nettement plus de temps pour déployer un grand qu'un petit. Normal donc d'utiliser le petit lorsqu'ils ne passent qu'une journée dans les villages. D'une part parce que le temps de montage/démontage d'un grand ne serait pas rentabilisé, d'autres part parce qu'il paraitrait bien vide avec seulement quelques dizaines de spectateurs pour en garnir les gradins.

cirque,Bouglione,Dynasty

Nous avons ainsi pu découvrir Dynasty, le spectacle 2011 de Bouglione dont la majorité des numéros à impressionné notre fille. Elle a ainsi pu découvrir dans l'ordre un numéro de dressage de fauves, un clown, des acrobates comiques, une danseuse de hula hoop, un duo d'acrobates avec bascule, une voltigeuse accrochée seulement par sa chevelure, un éléphant avant l'entracte ou elle n'a pas résisté d'aller se faire prendre en photo à côté du dit éléphant. Elle a ensuite pu suivre un numéro du clown avec un poney, un autre numéro de voltige aérienne, l'artiste étant cette fois accrochée à un long foulard, un retour du clown faisant intervenir certains spectateurs pour terminer par la même troupe d'acrobates comiques du début mais cette fois, avec un programme sérieux.

Une belle après-midi pour elle donc.
... et un agréable moment pour moi aussi.

29/07/2012

Rétro 07-2011 - Festival TW Classic 2011

L'année passée, nous avons choisi de retourner au TW Classic, festival créé en 2002 en complément du fameux Rock Werchter festival pour attirer un public de tous âges, plus familial donc, grâce à une programmation proposant un mélange d'interprètes confirmés comme Joe Cocker, Elton John ou Sting et de valeurs montantes comme Alicia Keys, Amy MacDonald ou encore Selah Sue.
Pour info, les initiales TW signifient Torhout-Werchter et font référence à l'ancien nom du Rock Werchter qui s'appelait ainsi du fait qu'il se déroulait sur 2 jours, les mêmes artistes se produisant le samedi à Torhout et le dimanche à Werchter.

TW Classic,Rock Werchter,Torhout,Werchter,The Corrs,Phil Collins,Simple

Nous avions déjà eu l'occasion de nous y rendre en 2004 à l'occasion de la 3è édition de l'évènement. Une participation qui s'imposait car elle me donnait l'opportunité de découvrir un groupe et un chanteur que j'adorais. Ainsi, après avoir zappé Blof, artiste que nous ne connaissions pas (et que nous ne connaissons toujours pas d'ailleurs) pour ne pas rendre la journée trop longue, nous étions arrivés pour écouter la prestation de Mike & The Mechanics avec Mike Rutherford, un ancien de Genesis, dont nous apprécions beaucoup les chansons. Pour suivre, un autre chanteur dont nous n'avions jamais entendu parler, Jasper Steverlinck, que nous n'avons pas spécialement apprécié et une artiste pas très connue à l'époque, une certaine Alicia Keys. Mais nous étions donc surtout la pour les 2 têtes d'affiche. Tout d'abord les Corrs que Maud a véritablement découvert ce soir la, au point d'être la première à proposer de retourner les voir lorsqu'ils se produisirent l'année suivante à Forest National. Et enfin, la cerise sur le gâteau, Phil Collins dont c'était la dernière occasion, pour nous, de le découvrir su scène vu qu'il avait annoncé qu'il s'agissait de sa dernière tournée.

TW Classic,Rock Werchter,Torhout,Werchter,The Corrs,Phil Collins,Simple

Cette fois, pour cette 10è édition, l'affiche était tout aussi intéressante. Et de nouveau, pour ne pas trop allongé la journée, nous avons cette fois zappé les 2 premiers artistes. Gabriel Rios, parce qu'il s'agissait d'un parfait inconnu pour nous et Selah Sue, certes connue mais dont nous n'appprécions pas le fait qu'elle chante comme Amy Winehouse, non pas que je n'aime pas la musique de cette dernière, mais parce que je n'aime pas l'idée d'écouter un clône, aussi bon soit-il.

Nous sommes donc arrivé pour assister au concert de Mick Hucknall, le chanteur de Simply Red dont Maud était fan et que j'appréciais beaucoup, qui se produisait avec le groupe The Faces. Nous avons été déçu car nous ne connaissions pas ce groupe et ne nous attendions pas à une musique aussi différente de Simply Red. Même si j'ai adoré un passage du concert, le solo de batterie, exercice que j'adore.
Pour suivre James Blunt, un artiste que je détestais à force d'avoir trop entendu son premier tube, Goodbye my lover. C'est difficile à expliquer pourquoi mais il y a des chansons que je peux écouter en boucle sans problème et d'autres qui finissent par m'irriter à force de les entendre 3 fois par jour à la radio. Des chansons que j'ai pourtant aimé lorsque je les ai découvertes et que j'apprécie réentendre, une fois que le matraquage médiatique est passé, la dernière en date étant Someone like you d'Adèle.
Mais pour revenir à James Blunt, ce concert m'a totalement réconcilié avec lui car j'ai découvert un véritable showman, attachant et proche du public.

Ensuite, lorsque le groupe suivant a commencé à jouer en boucle, pendant de longues secondes, histoire d'appeler les spectateurs près de la scène, l'intro de son premier titre, Waterfront, j'ai eu la chair de poule et j'ai apprécié le concert de Simple Minds bien sur, pour lesquels j'étais la, avec nombre de hits comme Don't you, Alive and kicking ou encore Someone somewhere in summertime. Et dire qu'à leurs débuts, je n'aimais pas du tout leur musique, étant plus attiré par la variété française.

Texas, que j'avais déjà vu à Forest National et surtout son excellente et belle chanteuse Sharleen Spiteri, car pour beaucoup, Texas c'est une chanteuse entourée de ses musiciens, constituait l'autre tête d'affiche pour laquelle nous étions la.
Et nous n'avons pas été déçus. Maud également qui tout comme pour les Corrs a été enchantée même si, cette fois, elle connaissait évidemment bien l'artiste, mais sans jamais avoir eu l'occasion de les voir sur scène.

En fin de journée, Bryan Adams était attendu par ses fans. Comme ce n'était pas notre cas, le trouvant trop rock sauf pour quelques uns de ses hits comme (Everything I Do) I Do It for You, nous nous sommes contenté d'écouter ses 2 ou 3 premières chansons avant de quitter le site, histoire d'éviter les bouchons.

27/07/2012

Balade et soirée entre amis à Namur

En ce dernier samedi du mois de juin, des amis namurois nous avaient donné rendez-vous en soirée dans leur ville pour nous retrouver au restaurant et nous faire découvrir un type de cuisine que nous n'avions pas encore eu l'occasion de gouter.

Vu que, une fois n'est pas coutume, il faisait ensoleillé et chaud, nous avons fait le choix d'arriver à l'avance pour pouvoir découvrir une ville que je connaissais mal.
En effet, presque chaque fois que j'avais du m'y rendre, c'était pour aller dans le quartier de la gare qui n'offre pas un attrait particulier. J'avais bien eu l'occasion, il y a quelques années, de me promener dans le centre ville pour y découvrir son marché hebdomadaire du samedi matin mais les échoppes m'avaient alors empêché de remarquer les attraits de l'endroit.

Namur,marché,foire,restaurant,libanais,Chemin du Cèdre

J'ai ainsi découvert que le centre de Namur, avec ses rués piétonnes et ses grandes artères commerçantes, était aussi agréable à arpenter que celui de Mons ou de Liège. Avec le grand plus que la circulation, interdite le samedi matin pour cause de marché, n'est pas rétablie de toute la journée. C'est donc l'ensemble du centre ville qui est piétonnier ce jour la.

Vers 18h, après un peu moins de 2 heures de balade et de visite des boutiques - nous étions le premier jour des soldes - nous avons retrouvé Gabriel, l'un des amis avec qui nous avions rendez-vous. Et comme son copain ne savait nous rejoindre que peu après 19h, nous sommes allé faire un tour sur la foire qui battait son plein. L'occasion pour Kristen de se faire plaisir en faisant un tour de montagne russe adaptée aux enfants, un autre de toboggan géant et une pêche au canard.

Une heure plus tard, Mathieu, l'ami que nous attendions nous rejoignait. Il était alors l'heure de nous rendre au restaurant ou nos deux compères avaient réservés une table. Un endroit pour lequel ils avaient entretenus le mystère, ne nous indiquant, pour s'assurer que nous étions d'accord sur le choix du type de cuisine, qu'il s'agissait d'un restaurant libanais réputé. Ils avaient oubliés la puissance d'internet et de notre curiosité. Nous avions donc fait quelques recherches et constaté qu'il n'y avait qu'un seul restaurant libanais à Namur. Nous savions donc déjà que nous nous rendions au Chemin du Cèdre.

08/06/2012

Fancy fair à l'école de notre fille

Un autre marronnier se rapportant à notre vie de tous les jours concerne la fancy fair de l'école de notre fille. Même si ce samedi 5 mai, ce n'était que la seconde fois que nous y assistions alors que c'est pourtant sa 5è année dans l'école. La raison: la même que pour le carnaval d'Ecaussinnes, les vacances.
En 2008, alors que notre fille, alors âgée de 2 ans et demi, était rentrée à l'école pour la première fois en janvier, nous étions partis en vacances en avril et étions donc présent au mois de mai pour assister à sa première fancy-fair. Par la suite, profitant du fait qu'elle n'était pas encore en âge d'obligation scolaire, nous étions à chaque fois partis fin mai début juin alors que la fancy-fair se déroulait à l'époque durant la seconde partie du mois de mai. Cette année, notre fille étant rentrée en primaire, nous avons du changer nos habitudes. L'école aussi d'ailleurs en programmant l'évènement en début de mois ce qui, soit dit en passant, aurait permis à notre fille d'y assister aussi ces 3 dernières années si ce changement était intervenu plus tôt.

marronnier,fancy-fair,vacances

Et pour l'anecdote, le thème de cette année était très mal choisi puisque le spectacle s'appelait un samedi au soleil alors qu'il a fait très froid pour la saison (à peine une quinzaine de degrés) et relativement pluvieux.

07/06/2012

Carnaval d'Ecaussinnes 2012 ... et 2011

Voici un article qui risque de se retrouver chaque année sur ce blog. Dans le langage journalistique, on appelle cela un marronnier. Il concerne le carnaval d'Ecaussinnes, le village ou nous résidons, qui a lieu le week-end qui suit Pâques soit, le plus souvent, durant les vacances de Pâques en Belgique. Pendant plusieurs années, nous n'avons pas eu l'occasion d'y assister car nous avions l'occasion de passer ce week-end à Coxyde. Mais ce n'était pas le cas lors des 2 dernières éditions ce qui nous a permit de nous y rendre. Avec les mêmes passages obligés, la pêche au canard et l'une ou l'autre attraction pour notre fille, une bonne crasse pour toute la famille (cette année, un maxi cheese burger pour Maud et un boudin blanc pour moi tandis que Kristen profitait bien évidemment des 2).

La seule différence entre le carnaval de cette année et celui de l'année passée se situant, comme vous pouvez le constater sur les 2 photos ci-dessous au niveau de la météo. Glaciale en ce 15 avril 2012 (1ère photo), nettement plus printanière, voire carrément estivale, le 1er mai 2011 (seconde photo).

marronnier,carnaval,Ecaussinnes,météo

marronnier,carnaval,Ecaussinnes,météo

30/05/2012

Rétro 04-2011 - Parc de Mariemont et son Bouddha

Je viens de me rendre compte que j'ai oublié 2 évènements méritant un article rétro pour le mois d'avril 2011.

Le premier concerne une ballade au parc de Mariemont (lien officiel et wikipédia) que nous avons faites le samedi 2 avril 2011. Il s'agit d'un parc réputé, situé pas loin de chez nous, qui permet d'effectuer de belles et longues (le parc fait 45 hectares) ballades tout en découvrant des végétaux remarquables et des arbres aux essences rares comme vous pouvez le découvrir sur les photos suivantes.

parc,Mariemont,arbre,étang,Bouddha

parc,Mariemont,arbre,étang,Bouddha

parc,Mariemont,arbre,étang,Bouddha

D'un point de vue nature, le parc comporte également 2 étangs, l'un relativement sauvage et très poissonneux, l'autre, plus petit, ou il est possible d'observer des canards et surtout des cygnes.

parc,Mariemont,arbre,étang,Bouddha

Jusqu'il y a encore quelques années, dans une autre zone du parc, on pouvait même admirer une magnifique colonie de paons qui a malheureusement disparu, victime des renards.

D'un point de vue culturel, ce parc offre aussi un grand intêrêt puisqu'il recèle en ses murs, le musée Royal de Mariemont (lien officiel et wikipédia), musée ecclectique qui présente de nombreuses collections dont, entre autre, des antiquités égyptiennes, grecques, romaines, proches et moyennes-orientales, les vestiges d'un chateau dont Marie de Hongrie, soeur de Charles Quint est à l'origine (et qui a accessoirement donné son nom à l'endroit: Mariemont = mont de Marie) ainsi que différentes sculptures dont certaines amusantes pour les enfants comme cette fontaine.

parc,Mariemont,arbre,étang,Bouddha

parc,Mariemont,arbre,étang,Bouddha

Enfin, pour en terminer avec les atouts de ce parc, il abrite également une statue de Bouddha de près de 4 mètres de haut qui en fait la plus grande d'Europe.

parc,Mariemont,arbre,étang,Bouddha

parc,Mariemont,arbre,étang,Bouddha

Et malgré tout cela, cela faisait plusieurs années que nous n'étions pas retournés dans ce parc, le premier endroit de la région que j'ai fait découvrir à ma femme originaire de Liège. A l'époque, cela faisait également un bout de temps que je n'avais plus été promener dans ce lieu et j'y avais vainement cherché la statue du Bouddha pour la lui montrer.
J'avais appris par la suite qu'elle avait été enlevée, pour la mettre à l'abri de l'érosion notamment, en attendant sa restauration.
Et ce n'est qu'en septembre 2010 qu'ellle a réintégré le parc, me permettant de la revoir et de la faire découvrir à ma femme.

29/04/2012

Rétro 04-2011 - Télé gagnée sur 1jour1pari

J'ai déjà eu l'occasion de parler du site 1jour1pari pour lequel j'étais devenu un participant assidu.
C'est ainsi que j'y ai déjà gagné une psp en septembre 2008 sur base de mes bons paris dans le domaine des audiences de programme télé et dans les différents classements des meilleurs parieurs (semaines, mois...).

Gagner un second cadeau a donc été beaucoup plus long. D'une part parce que je me suis fixé de gagner le gros lot, donc le cadeau demandant le plus de points. Ensuite et surtout du fait d'un changement de règle. Au départ, il suffisait d'atteindre la valeur du cadeau pour pouvoir le commander (pour peu qu'ils soit en stock). Ce système coutait trop cher (en cadeaux) au site qui a donc changé son fusil d'épaule en proposant, une fois par mois, un nombre limité de cadeaux à gagner aux enchères.

Pour gagner la télé, j'ai du attendre patiemment d'atteindre la première place du jeu
j'ai pensé plusieurs fois me rabattre sur un cadeau moins prestigieux car à un moment, alors que j'étais top 5 ou 6, je ne progressais pas toujours d'une place par mois (le premier ayant utilisé tous ses crédits repartant de 0), me faisant rattrapper par des joueurs misant (et prenant) plus de risques que moi.

Mais à force de persévérance, le 2 mars 2008, avec un mois d'avance causé par une petite erreur du site (ils ont cloturés les enchères du mois par erreur avec 24h d'avance alors que j'étais second au classement et que le premier n'avait pas encore posé son enchère), j'ai finalement gagné cette cette magnifique télé écran plat, reçue finalement le 5 avril.

1jour1pari,télévision,allopass

Cet écran plat Toshiba de 82 cm a ainsi remplacé mon bon vieux téléviseur cathodique Philips âgé de plus de 10 ans.
 
Pour être tout à fait honnête, cette télé m'a quand même couté de l'argent car s'il est possible de jouer gratuitement sur ce site, il est aussi possible d'utiliser des codes allopass pour acheter certains avantages. Parmi ceux-ci, l'assurance, qui me permettait de ne pas devoir valider tous les paris tout en gagnant malgré tout des points lorsque le résultat était conforme à la logique. Or, vu l'extension du site et l'augmentation de l'offre de paris depuis l'époque du gain de ma psp, il était quasi impossible, à moins d'y consacrer plusieurs heures par jour, de les valider tous. D'autant que cela imposait aussi une présence quotidienne, de nouveaux paris, parfois à valider dans les quelques heures à venir, apparaissant constamment. Et que même en étant présent quotidiennement, il m'arrivait de ne pas pouvoir valider des paris créés tard dans la nuit pour une validation dans la journée suivante alors que j'étais au boulot.

Sachant que j'utilisais cette assurance dans un premier temps uniquement lorsque je partais en vacances puis quasiment tout le temps et sachant qu'elle me coutait 2 euros tout les 8 jours via l'achat d'un code allopass par sms, j'ai donc du dépenser environ 200 euros  ce qui, vu la valeur de la télé, 350 euros, m'a quand même laissé un bénéfice de 150 euros.

28/04/2012

Soirée imprévue en France

C'est devenu une tradition de nous offrir un beau voyage tous les 4 ans et c'est tout naturellement qu'à chaque fois, je fais le choix d'acheter un nouvel appareil photo, histoire de pouvoir ramener de jolies images de nos vacances.
Ainsi, en 2004, avant de partir à Aruba, dans les Caraïbes, j'avais remplacé mon appareil de l'époque car celui-ci était dépassé. En 2008, pour partir aux Seychelles, dans l'océan indien, mon appareil, vieux de 4 ans, était toujours fonctionnel mais j'avais fait le choix d'en acheter un second, un bridge, pour bénéficier, entre autres évolutions, d'un zoom conséquent.

Cette fois, les vacances au Vietnam réservées, j'ai de nouveau fait le choix d'acheter un nouvel appareil. Non pas pour remplacer mon bridge, qui fonctionne toujours très bien, mais pour avoir un compact sous la main, celui acheté il y a 8 ans ayant partiellement rendu l'âme l'an dernier.

Après des recherches durant le mois de janvier, j'avais quasi arrêté mon choix jusqu'à ce que je lise que le remplaçant de l'appareil choisi était annoncé pour le mois de mars.

J'ai donc attendu le mois de mars et après de nombreuses lectures d'articles spécialisés et de comparatifs, j'ai finalement porté mon choix sur le dernier appareil sorti.
Hélas, lorsque j'ai voulu en vérifier la disponibilité sur le site des magasins Vanden Borre, j'ai découvert qu'il n'était annoncé que pour dans 2 ou 3 semaines. En allant dans un autre magasin, le vendeur m'a indiqué que cet appareil n'était annoncé en Belgique que pour le début avril. Alors que je partais en vacances le premier.

N'ayant pas envie d'acheter un autre appareil, j'ai d'abord fait le choix de partir au Vietnam avec mon bon vieux bridge et d'acheter ce nouvel appareil dans plusieurs mois alors que, petite consolation, son prix aurait baissé de plusieurs dizaines d'euros.

C'est à ce moment qu'un collègue de ma femme lui a demandé pourquoi je n'allais pas l'acheter en France ou il était déjà sorti ?
Je suis donc allé voir sur internet. Et s'il n'était apparamment pas disponible chez Auchan ni chez Darty, j'ai vu qu'il l'était chez Boulanger, une chaîne vendant également de l'électroménager et du multimédia que je ne connaissais pas très bien.

En parallèle, je cherchais à faire l'acquisition d'un e-reader. Mais après avoir analysé les avantages et inconvénients de ce genre d'appareil, j'ai finalement opté pour l'acquisition d'une tablette. Et comme je ne tenais pas à mettre 400 euros pour un appareil que je risque de ne pas utiliser énormément, j'ai constaté que la France offrait plus de choix dans les tablettes bas de gamme.

Boulanger,Pizza Paï,Auchan,appareil photo,tablette

C'est donc pour ces différentes raisons que le vendredi 30 mars, avant veille de notre départ pour Hanoi, nous sommes partis passer la soirée chez nos voisins français.
Nous sommes allé au centre commercial Petite Forêt ou nous savions trouver un Auchan, un Boulanger ... et un Pizza Paï.

Boulanger,Pizza Paï,Auchan,appareil photo,tablette

Après une première visite chez Auchan pour voir l'offre proposée en ce qui concerne les tablettes, nous nous sommes dirigés vers le magasin Boulanger tout proche. J'ai tout de suite repéré l'appareil photo pour lequel je m'étais déplacé. J'ai donc demandé au responsable du rayon de me le fournir. Ce monsieur, très gentil, est allé vérifier son stock pour me dire qu'il n'avait qu'un seul modèle ... qui était réservé.
Lorsque je lui ai expliqué que je partais en vacances le surlendemain, il m'a proposé de contacter l'acheteur et de lui demander s'il acceptait de me laisser sa réservation, s'engageant à lui en fournir un autre pour lundi.
Merci à ce vendeur et à cet acheteur.

Je me suis ensuite tourné vers le rayon des tablettes car je n'avais pas trouvé ce que je voulais chez Auchan. IL faut dire que si l'offre d'Auchan est importante dans les tablettes à bas prix, la plupart n'étaient disponibles que sur internet.
Après m'avoir déconseillé les 3 tablettes les moins chères car pas assez performantes, le vendeur m'a proposé la dernière à moins de 200 euros, la seule valable dans cette tranche de prix.

Boulanger,Pizza Paï,Auchan,appareil photo,tablette

Après avoir fait mes emplettes en vue de notre départ en vacances, il était passé 19h. Nous nous sommes donc dirigé vers le Pizza Paï ou nous nous sommes régalés de leur excellent buffet d'entrée, d'une pizza chacun et d'un bon dessert. Le tout pour à peine 36,50 euros.

 

Boulanger,Pizza Paï,Auchan,appareil photo,tablette

Pour terminer la soirée et comme nous étions sur place, nous avons fait un petit tour chez Auchan ou nous avons fait quelques achats de produits non périssables vu notre départ imminent pour le Vietnam.

Vous aurez remarqué qu'à aucun moment je n'ai cité la marque ou le modèle de mes différents appareils photos et de la tablette que j'ai achetée. C'est tout simplement parce que j'ai choisi d'entretenir le mystère vu que j'en parlerais dans de prochains articles.

29/02/2012

Rétro 03-2011 - Découverte du marché de Tournai et de la ville

Nous adorons les marchés. Que ce soit les marchés de Provence ou de tout autre endroit, lorsque nous sommes en vacances, ou les marchés de chez nous. Dans la région, nous avons un faible pour celui de Nivelles tandis que nous apprécions également celui de Charleroi et celui de la Batte à Liège.
Alors, lorsqu'un oncle nous a parlé du marché de Tournai qui était à voir, il coulait de source que nous le visiterions un jour.

C'est ainsi que le samedi 5 mars 2011, profitant d'une journée qu'on annonçait froide mais dégagée, nous sommes partis passer la journée à Tournai.
Une fois arrivé sur place, une première surprise nous attendait puisque nous n'avons pas trouvé le marché sur la place que nous avait annoncé notre oncle et que renseignait d'ailleurs le site internet de la ville. Nous avons finalement compris qu'il avait été délocalisé pour laisser place à "La piste aux espoirs", un festival international d'artistes de cirque qui offre la particularité de proposer des spectacles gratuits dans le centre de la ville et d'autres payants dans certains locaux.

marché,tournai,festival,cirque,restaurant,cannelle et safran,quattro nuovo

Nous sommes donc allé nous garer près de la gare ou avait lieu exceptionnellement le marché. Celui-ci était beaucoup plus petit que nous ne l'imaginions. Peut-être était-ce du au déménagement ? En tout cas, nous y avons quand même trouvé ce que nous cherchions, des produits originaux. que ce soit en charchuterie, en fromage ou encore en "délicatesses" comme une échoppe proposant des gaufres au fruit (nous avons choisis à la framboise) en forme de sucettes.

Nous avons ensuite repris la voiture pour aller nous garer de l'autre côté de la ville, près du centre historique et des rues piétonnes et commerçantes, pour commencer la découverte de la ville proprement dite. J'ai ainsi pu constater que Tournai était une petite ville à l'architecture intéressante comme je les aime: on peut faire le tour de son centre à pied en peu de temps. Pas besoin d'utiliser la voiture ou les transports en commun pour en découvrir tout le charme. Ce qui est d'ailleurs le propre de la plupart des villes belges, comme nous avons pu le constater en visitant Bruges, Gand ou encore Liège.

En nous balladant, nous avons également assisté à l'une ou l'autre démonstration de troupes de cirque participant au festival. Puis, vers midi, nous avons pris la direction du restaurant que j'avais sélectionné sur internet.

Fidèle à mon habitude de manger différent, j'avais consulté le site resto.be pour découvrir quels types de cuisine originale je pouvais trouver dans le centre de Tournai et j'avais repéré 2 restaurants nord-africains. Comme l'un était fermé le samedi midi, nous avions donc choisi d'aller chez l'autre, Cannelle et Safran.

Hélas, une deuxième surprise nous attendait puisqu'en arrivant sur la place Saint-Pierre ou est situé ce restaurant, nous avons constaté, à notre grand regret, qu'il était fermé.

Comme nous avions remarqué qu'il y avait pas mal de restaurants sur la place de Lille d'ou nous venions, nous avons rebroussé chemin pour regarder avec plus d'attention les cartes des divers établissements de l'endroit. L'un d'entre eux, un autre maghrébin dont je n'avais pas trouvé trace sur le net a attiré notre attention. Mais le fait qu'il n'y avait pas le moindre client alors qu'il devait déjà être passé 13h nous a un peu freiné. Et comme ma femme commençait à sérieusement avoir faim, nous avons fait le choix du Quattro Nuovo. Certes, l'originalité n'y était pas forcément puisqu'il s'agit, comme son nom l'indique, d'un restaurant italien mais nous avons été séduits par sa formule entrée-plat-dessert à choix multiples pour seulement 16 euros. Choix dont nous n'avons eu qu'à nous féliciter.
Mais j'en parlerais dans mon prochain article.

marché,tournai,festival,cirque,restaurant,cannelle et safran,quattro nuovo

Une fois repus, nous avons repris notre ballade dans les rues très agréables de la ville, avec notamment une courte visite de l'intérieur de la cathédrale, ma femme et ma fille adorant cela, ou je pensais me mettre à l'abri du froid et ou j'ai découvert qu'il faisait encore plus froid qu'au dehors. pour constater qu'il y faisait encore plus froid qu'à l'extérieur.

En milieu d'après-midi, ayant fait tout ce que nous étions venu faire et vu que nous commençions tout doucement à avoir froid, nous avons repris la route de la maison, satisfait de la belle journée que nous venions de passer.
D'ailleurs, je pense que nous y retournerons cette année. Mais en été cette fois.

27/02/2012

Nouveau régime et excès "imposés"

Ce mois de février touche déjà à sa fin. L'heure d'en faire le bilan. Et le fait marquant de ce mois, de mon point de vue en tout cas, est le nouveau régime que j'ai entamé, tout comme ma femme et ma fille.
Pour être honnête il a commencé le lundi 30 janvier et doit durer de 8 à 9 semaines jusqu'à notre départ en vacances, début avril.
Son but initial y est d'ailleurs lié puisqu'il s'agissait de simplement perdre les kilos que je vais prendre durant ces vacances. Mais je me suis découvert une volonté qui m'avait abandonné ces dernières années. Son but principal est donc vite devenu de m'éloigner conséquemment de la barre psychologique des 100 kilos que j'ai déjà franchi à 3 reprises dans ma vie, la dernière fois pas plus tard qu'en janvier 2011, et avec laquelle je flirtais à nouveau depuis quelques semaines.

régime,anniversaire,mac lam,pizza hut

Ainsi, après avoir arrêté de me peser fin 2010, histoire de profiter sans remord des bonnes choses des fêtes de fin d'année, j'ai recommencé à contrôler mon poids en janvier 2011. J'ai donc passé, l'espace d'une semaine cette maudite barre des 100 kg. Cela m'a amené à débuter un régime que j'ai stoppé, faute de motivation, après avoir perdu seulement 3 ou 4 kilos. J'ai ainsi navigué entre les 96-98 kg durant la première partie de l'année. A la fin de l'été, j'ai réussi à me stabiliser dans les 98 kg en tachant de ne pas multiplier les excès et en m'astreignant 2 séances de course à pied par semaine. Hélas, la période des fêtes de fin d'année, avec ses tentations multiples comme ses boudins de toutes sortes, ses galettes et surtout ses 2 réveillons et ses repas de Noel et du Jour de l'an, m'ont amené à prendre un bon kilo.
A partir de la, chaque semaine, à la veille de passer sur la balance, j'ai du me comporter comme un boxeur qui doit passer à la pesée à la veille d'un combat et qui est en léger surpoids. Je faisais régime pendant toute une journée ce qui m'a permit de limiter les dégats avec seulement une grosse alerte à 99,8 kg.

Au bout de 4 semaines de régime, je peux déjà attesté d'une belle réussite puisque je suis déjà repassé sous la barre des 95 kg grace à mes 4,3 kg perdus.

Et ce malgré le fait que le mois de février est traditionnellement un mois ou, avec les différents anniversaires dans notre famille, les tentations sont nombreuses. Jugez plutôt:
- samedi 4: traiteur chinois Mac Lam situé à Liège près de la gare des Guillemins à l'occasion de l'anniversaire de Francis, le beau-père de Maud;
- samedi 11: buffet froid gargantuesque (préparation maison) en l'honneur des enfants de ma tante Marie, mes cousins donc, qui fêtaient respectivement leurs 35 (Alain avec Claude) et 25 (Janique avec Rudy) années de mariage. Excès heureusement, si je puis dire, limités par le fait que Maud étant malade (elle avait une sinusite et elle a constaté en rentrant qu'elle faisait 39 de fièvre), nous sommes partis avant les fromages et le gateau;
- dimanche 19: restaurant Deliceum pour l'anniversaire de ma soeur dont j'ai parlé dans mon article précédent;
- dimanche 26: anniversaire d'une soeur de mon père, tante Marie-Josine, qui a l'habitude de faire très copieux (gros apéro, entrée, potage, plat, fromage, dessert et tarte !) mais qui heureusement nous a proposé, cette fois, quelque chose de plus léger;
- Si on y ajoute, en ce qui me concerne, un buffet pizza, le mardi 21 février, au Pizza Hut à l'initiative d'une ancienne collègue qui est traditionnellement en congé le mardi gras et qui a donc proposé de se retrouver entre anciens et actuels collègues, on peut dire qu'avoir perdu plus de 4 kilos durant ces 4 dernières semaines constitue un excellent résultat.

Et dire que le mois de mars sera à peine plus light avec déjà programmées une journée à la mer et 2 sorties au restaurant, l'une avec un ami, l'autre avec les collègues de ma femme.

01/02/2012

Rétro 02-2011 - Quasi rien à signaler

Quasi rien à signaler dans le sens ou le mois de février 2011 ne nécessite pas vraiment une séance de rattrapage. Mais j'ai décidé de quand même écrire un article pour démontrer que je tiens désormais ce blog bien à jour et qu'il ne s'agit pas d'un oubli ou d'un manque de temps de ma part.
Un comble, finalement, de se dire que j'écris quelque chose pour écrire alors qu'il y a un an, je n'arrivais plus à suivre.

L'une des raisons principales résidait dans mon utilisation d'internet avec, en particulier, 3 sites de jeu que je fréquentais assidument. 2 sites de paris, gratuits j'insiste, qui me prenaient énormément de temps mais que j'ai désormais quasiment abandonné depuis que j'ai atteind mon objectif, j'y reviendrais dans un prochain article, et simfoot, le jeu de simulation de gestion d'une équipe de foot sur lequel je me suis connecté quotidiennement pendant près de 2 ans et vis à vis duquel j'ai pris un peu de recul lorsque, après avoir intégré le top 20, j'ai été confronté à des résultats illogiques et donc plus très motivants.

L'autre raison principale est que je preste désormais à 4/5è temps ce qui fait qu'avec un jour de congé supplémentaire par semaine, ces 2 évènements m'ont permis de retrouver pas mal de temps libre pour autre chose et en particulier pour la gestion de ce blog.

Sinon, pour en revenir au sujet de cet article, mon actualité de février 2011, je n'ai ni ballade, ni sortie, ni achat particulier à évoquer.
Durant ce mois, nous avons quand même eu de quoi occuper nos week-ends avec les 2 visites habituelles à Liège, dans ma belle-famille, dont l'une à l'occasion de l'anniversaire de mon beau-père, 2 autres repas d'anniversaire, celui de ma plus jeune soeur et celui d'une tante ainsi qu'une petite sortie chez Ikéa ou nous aimons, entre autre, découvrir leur aménagement pour les petits espaces et surtout leur boutique food qui nous permet de découvrir de nouveaux produits suédois ou simplement d'acheter ceux que nous apprécions.

07/01/2012

Rétro 01-2011 - Les 75 ans de ma maman

C'est (re)parti.
Reparti car c'est reparti pour une nouvelle année.
Et parti car c'est parti pour le rattrapage de l'année 2011 puisque par manque de temps, j'ai pris 1 an de retard sur mon actualité.

Maintenant que j'ai de nouveau du temps pour m'occuper de ce blog, en parallèle des articles actuels, je commencerais chaque mois par les articles de rattrapage du mois correspondant de l'année passée. Et pour repérer ces articles, ils commenceront par Rétro mm-2011 avec mm représentant le mois concerné.

L'an passé, le mois de janvier a été calme. A part une ballade au Shopping de Nivelles (sic) et une autre sur le célèbre marché de la Batte à Liège, sans oublier notre anniversaire de rencontre, à Maud et moi, et l'anniversaire de Maud, l'évènement principal du mois à été la réunion de famille pour fêter les 75 ans de ma maman le samedi 15 janvier (elle est née le 13).
Une petite quarantaine de proches qui lui ont fait la surprise de se réunir, à midi, dans la petite salle du renommé traiteur Morel à Manage.
Ma maman, elle, pensait aller au restaurant avec ses enfants et sa filleule. Quelle ne fut pas sa surprise et surtout son émotion de voir tous ses proches réunis pour célébrer ses 3/4 de siècle.

Parmi le large choix de buffets au rapport qualité-prix remarquable proposés par le traiteur Morel, nous avions, mes soeurs et moi, choisi le buffet mixte de produits régionaux belges dont voici le programme ci-dessous.

janvier,anniversaire,75 ans,maman,traiteur,Morel

Pour clôturer cette agréable après-midi animée par dj crevisse (en fait, mon beau-frère Jean, à qui on avait fait une petite blague en profitant de son absence pour déposer, entre les écouteurs de son casque posé sur sa table de mixage, une écrevisse, rescapée du festin), le traiteur avait eu la bonne idée de proposer de remplacer le dessert prévu (des tartes au sucre, au riz ou aux pommes) par un gâteau glacé pour marquer le coup.

janvier,anniversaire,75 ans,maman,traiteur,Morel

31/12/2011

Notre menu de réveillon 2010-2011

Non, il n'y a pas d'erreur dans le titre, je parle bien du dernier réveillon et non pas de celui qui démarrera d'ici quelques heures. Alors pour terminer en beauté cette année 2011 ou j'ai un peu délaissé mon blog vu que je n'ai posté que des articles concernant l'année ... 2010, voici le menu que nous avons dégusté le 31 décembre 2010 ou tout du moins ce dont je m'en rappelle. Cela fait quand même déjà un an que j'aurai du poster cet article.

Comme traditionnellement depuis que Maud et moi nous sommes rencontrés, nous l'avons passé à la maison. Et comme d'habitude, plutôt que nous concocter un repas constitué de la suite logique apérif, entrée, potage, plat, dessert, nous avons fait le choix de ne pas prévoir de plat consistant et de ne déguster que des plats achetés tout fait en service traiteur, en surgelé ou ... en conserve (si si, il y a d'excellentes conserves).

Habituellement, nous essayons de trouver des mets originaux. Mais cette année, est-ce nous qui n'étions pas inspiré ou était-ce les commerçants ? Toujours est-il que nous n'avons rien trouvé qui sortait de l'ordinaire. Rien que des mets déjà vus les années précédentes.
Et comme nous ne voulions pas faire pareil que l'an passé, hormis le foie gras et la bisque qui sont pour nous les 2 plats incontournables de tout réveillon de la Saint Sylvestre, nous avons donc choisi des plats moins originaux que les années précédentes.

Nous avons commencé notre réveillon avec, pour accompagner l'apéritif, différents zakouskis dont des corolles apéritives de Labeyrie: bloc de foie gras & cèpes, St-Jacques et Truffe et Gambas & tomates séchées.

Nous avons poursuivi avec les 2 incontournables. Le foie gras et ses 2 confits d'oignon suivi du potage, une bisque donc, mais que nous avons choisi de renouveller. Pas de bisque de homard ou toute autre soupe de crustacé ou de poisson mais bien, cette année, un excellent velouté de potiron à la lotte, si mes souvenirs sont bons, trouvé chez Lidl.

En entrée chaude, nous avons choisi, faute d'idée et pour faire plaisir à notre fille qui en réclamait depuis tout un temps, des cuisses de grenouilles.

Enfin, pour terminer cet excellent repas, il restait une petite place pour un nougat glacé au coulis de framboises.

29/12/2011

Hiver (2010-2011) à records

Après plusieurs hiver relativement doux, nous avions fini par oublier qu'il pouvait faire très froid en Belgique.
Heureusement, nous avons enfin été gratifiés, durant 3 ou 4 ans, d'hiver en adéquation avec ce que l'on est en droit d'attendre, à cette période de l'année, dans nos contrées.

En 2008-2009, l'hiver avait permis de battre des records de froid (relire à ce propos mon article sur le sujet), celui dont je vais parler, le 2010-2011 a lui battu des records d'enneigement.
Il a en effet commencer sur des chapeaux de roue puisque nous n'étions pas encore en janvier que nous avions déjà connu une période de 3 semaines de neige. Pour être précis, je signalerais que nous n'avons pas eu 3 semaines continues de chutes de neige mais que la température, constamment basse, a permit à cet (épais) tapis de durer.

Mais au dela de sa longue période d'enneigement, c'est surtout l'épaisseur de son manteau neigeux qui a marqué puisque cela faisait plus de 20 ans que nous n'avions plus eu une telle couche de neige qui dépassait les 15 centimètres. Et si je parle de 20 ans, c'est parce qu'il s'agit d'un beau point de référence qui correspond à mon installation dans ma maison car dans les faits, j'attendais cela depuis mon enfance dont j'ai un souvenir d'au moins 30 (si pas plus) centimètres de neige, en 1970 je crois, année de naissance de ma plus jeune soeur.

Certes cette neige a provoqué des ennuis de circulation, m'empêchant notamment de gravir une côte proche de chez ma maman. La première fois en 30 ans de conduite mais je crois que c'était plus lié à l'état de mes pneus qui était à changer. Avec mention particulière pour l'arrière droit qui était aussi lisse qu'un pneu de formule 1. A ma décharge, je dirais que les pneus latéraux gauche, ceux que je controlais, étaient moins usés. Le garagiste m'a expliqué que c'est du à la conception de la voiture car il voit régulièrement cela sur certains modèles.

< Photo congère à ajouter >

Mais à côté de cela, cela m'a notamment permis de faire, l'après-midi du réveillon de Noel, une super balade dans la neige. Alors que je dégageais mon entrée de garage, mon voisin m'a signalé qu'une congère rendait particulièrement difficile l'un des accès au village. Vu l'état de mes pneus, j'ai donc décidé d'aller voir à pied si la route serait praticable pour mon véhicule. Et après avoir constaté la situation, j'ai choisi de continuer la balade pour aller voir l'état des routes un peu plus loin. Puis au retour, je suis parti vers une autre voie d'accès pour voir dans quel état elle était. Je suis finalement rentré chez moi 1h30' plus tard, sans avoir vu passer le temps.

Par la suite, nous n'avons plus eu de neige durant le reste de l'hiver même si nous avons encore du faire face à quelques périodes prolongées de gel.

Rien à voir donc avec l'hiver actuel puisqu'au lieu de fêter la Noel et le Nouvel an sous la neige et les 0 degrés, nous avons vu le thermomètre monté jusqu'à 10 degrés.

30/07/2011

Marché d'Halloween de Besonrieux

Cela fait maintenant une petite décennie que le hameau de Besonrieux, à La Louvière, organise un marché à l'ocasion d'Halloween. Il y a déjà quelques années, alors que nous nous connaissions depuis peu, Maud et moi y étions allé faire un tour.
L'an passé (retard dans la mise à jour de mon blog oblige) nous y sommes retournés et force est de constater que la manifestation a pris de l'ampleur (le nombre d'échoppe a doublé si pas triplé) et s'est professionalisée (dans mes souvenirs, ce marché était plus rudimentaire, avec des échoppes essentiellement tenues par les membres du comité d'organisation, un peu comme lors des fêtes scolaires de fin d'année, alors que maintenant, il s'agit d'un véritable marché artisanal avec des chalets, qui, s'il n'y en avait quelques uns proposant des produits typiquement d'Halloween, laisserait penser qu'il s'agit du premier marché de Noel de l'année).

Nous avons beaucoup apprécié cette petite demi-heure passée sur le site, d'autant qu'elle nous a permis de nous rendre compte que notre overdose de marché de Noel était définitivement terminée.
En effet, pour l'anecdote, en décembre 2007, nous étions parti en vacances une semaine en Alsace pour découvrir les marchés de Noel de la région, preuve que nous adorons cela. Mais à raison d'un marché, parfois 2, par jour, nous avions fini par saturer au point d'abréger le dernier que nous avions fait, celui pourtant tout aussi intéressant que les autres, de Mulhouse.
Alors que nous appréçions particulièrement ceux de Liège et de Bruxelles, nous n'avions plus fait de marché de Noel cette année la. Nous nous étions contenté de celui de Liège, ville d'origine de ma femme, ou habite toujours sa mère, ceci explique cela, la suivante. Enfin, en 2009, l'immobilisation de Maud pour cause d'opération, sa fameuse emslie ne nous avait pas chagriné du tout de devoir faire l'impasse.

30/03/2011

Chococase de Stéphanie Soreil

Stéphanie Soreil, c'est l'une des artistes que je produis sur le site akamusic.
Et chococase, c'est une contraction, qui démontre son humour, entre chocolat et show case.

A l'occasion de la sortie de son single, Je crève la dalle, elle organisait le samedi 2 octobre 2010 à 18h une soirée avec au programme une dégustation de chocolat et, à 19h (plus particulièrement pour les fans) et à 21h (également pour les fans mais surtout pour les gens de la profession) un mini concert (un showcase donc). Le tout se déroulant dans les locaux de l'un de ses sponsors, Zaabar, artisan chocolatier. Ceci pour expliquer pourquoi le titre de sa soirée alliait ces 2 éléments.

chocolat,showcase,Stéphanie Soreil,Zaabar

En tant que co-producteur, j'ai reçu une invitation que j'ai bien évidemment honorée puisque j'adore le chocolat et que je n'avais jamais assisté à un show-case.

chocolat,showcase,Stéphanie Soreil,Zaabar

Lorsque nous sommes arrivés, un peu après 18h, il y avait déjà pas mal de monde dont l'artiste qui, entre 2 réceptions d'invité, dédicaçait son single, en vente à l'entrée. Akamusic ne m'ayant pas encore envoyé le mien, j'avais songé à imprimer mon invitation en double exemplaire, l'une que j'ai du laisser à l'entrée et l'autre pour la faire dédicacer. Ce que Stéphanie a fait avec gentillesse.

Ensuite, en attendant sa prestation, nous sommes passé à la première partie de la soirée, la dégustation de chocolat. Devant chaque variété, une soucoupe remplie de petits morceaux et une pince pour se servir. A volonté (enfin, en s'arrêtant évidemment avant la crise de foie. lol). L'intérêt étant d'éveiller nos papilles gustatives pour nous pousser à en acheter. C'est ainsi que j'ai pu gouter des associations improbables entre le chocolat et le poivre, le gingembre, le fenouil, la lavande ou encore le thym. Un pur bonheur. La soirée commençait bien.

Tout en faisant notre dégustation, nous avons pu voir différentes personnalités, connaissances plus ou moins proches de la chanteuse venues la soutenir, comme Alec Mansion, son producteur, Alain Soreil alias Albert Cougnet, son papa, Fabrice Brouwers, son complice de travail sur Bel-RTL ou encore Desireless, son amie et également collègue de travail du premier nommé.

Accompagnée d'un percutionniste et d'un guitariste et s'accompagnant elle même au synthé, elle nous a interprété 6 ou 7 chansons, la plupart présente à l'époque sur sa page akamusic, ainsi qu'un ou deux inédits et une ou deux reprises.
Un agréable moment tant musical qu'humoristique car Stéphanie, en digne fille de son père, sais placé de bons mots entre chaque chanson.

chocolat,showcase,Stéphanie Soreil,Zaabar Une fois le premier concert terminé, nous avons encore dégusté quelques morceaux de chocolats avant d'acheter une tablette de la série limitée de Stéphanie Soreil et de quitter les lieux.

29/09/2010

Marché du dimanche matin à Charleroi

Maud et moi adorons les marchés et nous avons la chance d'en avoir quelques uns intéressants dans la région. Le samedi, nous apprécions ainsi tout particulièrement celui de Binche et surtout celui de Nivelles tandis qu'il faudrait que nous nous décidions à découvrir celui de Chapelle-Lez-Herlaimont qui semble être un petit marché sympa, bien animé, à ce qu'on a pu voir lors d'un passage en voiture, celui de Mons, à moins que ce ne soit le dimanche et surtout, un peu plus loin, celui de Tournai dont on nous a dit le plus grand bien. Celui de Namur étant finalement le seul qui nous aie déçu car si, comme ceux des grandes villes wallonnes, il est très étendu, il fait la part belle aux échopes de vêtements et autres éléments non comestibles, les produits de bouche étant sous représentés alors que c'est la raison principale qui amène la plupart des gens au marché: faire ses petites courses pour remplir son frigo.

Le dimanche, lorsque nous sommes de passage à Liège, dans la famille de Maud, c'est sur la Batte, certainement le plus grand marché de Wallonie, que nous aimons flaner. Pourtant, parmi les gros marchés, je pense que c'est celui de Charleroi qui me plait le plus même si cela faisait plusieurs années que nous n'y avions plus mis les pieds.

Il faut dire que le dimanche, c'est le jour ou nous allons voir ma maman, soit le midi, pour dîner, soit dans l'après-midi. A moins que de se lever tôt (un dimanche ?), c'est donc difficile de concilier les 2.

Alors ce dimanche 8 août, nous avons profité du fait qu'elle était en vacances et que nous n'avions pas la "contrainte" de la visite pour retourner au marché de Charleroi. Et tant qu'à faire, au diable le régime, de nous faire plaisir en dégustant une bonne crasse sur place en guise de dîner.

Période de foire oblige, sa configuration était légèrement différente qu'à l'accoutumée mais ni cela, ni les années d'absence ne nous ont empêchés de retrouver nos marques entre les baraques à frites, hamburger ou nourriture chinoise, la zone des animaux vivants, la place Charles II. Je pense même que pour la première fois, à l'exception d'une rue, nous avons couvert l'entièreté du marché.

Nous avons également traversé le champ de foire car c'est entre autre sur la place du Manège habituellement dévolue à une partie du marché qu'il se trouve. A cet endroit, le marché et la foire fusionne. Kristen ayant peur en carrousel, nous sommes tranquille de ce côté la. Par contre, il aurait été difficile de passer à côté de la pêche au canard. Et la, notre fille était en veine car elle a pêché un maximum de points ce qui lui a offert un choix de cadeau de plus grande valeur qu'à l'accoutumée. Pourtant, entre les poupées imitation barbies, les peluches et autres jouets traditionnels dans un tel endroit qui se cassent au bout de quelques jours, voir quelques heures, comme précédamment, sa baguette de fée lumineuse qui n'a pas passé la nuit, elle a directement flashé sur les petits aquariums avec un poisson rouge.

Article 186 - Doris.JPG

Elle qui rêve de posséder un chat ou un chien alors que je ne veux pas, en accord avec ma femme, nous nous sommes dit que ce serait bien de lui faire ce plaisir de lui offrir son premier animal. En 20 ans, ce ne sera jamais que la quatrième fois que je me retrouve avec un poisson à la maison. J'en reparlerais probablement dans un autre article. J'ajouterais juste qu'après avoir voulu l'appeler Nemo, nom que nous avons refusé ma femme et moi car trop banal à notre gout (... et surtout parce qu'il s'agissait du nom de notre dernier poisson), Kristen a proposé Doris, la copine de Nemo dans le dessin animé du même nom.

Il ne nous restait plus qu'à nous acheter à manger avant de rentrer. Le choix de la crasse était pris depuis avant le départ et c'est donc tout naturellement que nous nous sommes dirigés vers l'échoppe de nourriture chinoise la plus proche du lieu de stationnement de la voiture.
Et la, je regrette de ne pas avoir retenu le nom de ce commerce pour en faire sa ... contre publicité. Ce n'est pas la première fois que nous mangions chinois sur un marché ou sur une foire et nous n'avions jamais été déçus. Il fallait une première fois. Dès la réception du ravier, je trouvais déjà que l'ensemble était trop cuit. Et si les dim sums étaient passables (dans ce genre de commerce, tout est réchauffé dans la friture ce qui n'est pas le mode de cuisson le mieux adapté pour ce produit) et les croquettes (de poulet, de légumes, ...) étaient bonnes, les beignets étaient eu une arnaque: un tout petit morceaux de poulpe, de crevette ou de crabe caché dans une tonne de pâtes à beignet. Un commerce à éviter absolument donc.

Enfin, mise à part cette dernière péripétie, ce fut une agréable matinée que le temps, passablement gris, n'a pas réussi à ternir.

24/08/2010

Semaine de congé en juillet

La dernière semaine de juillet, j'étais en congé suite à la fermeture de mon entreprise.
La plupart de mes collègues ont donc pris 2 ou 3 semaines avant ou après mais comme j'ai déjà pris 3 semaines et demi fin mai début juin et que j'envisage de reprendre une autre période de vacances en automne, "contraint et forcé", j'ai donc bénéficié d'une jolie semaine de congé au milieu des vacances scolaires.

Si la semaine a été belle, ce n'est pas grace au temps, mi-figue mi-raisin. Quoiqu'en y regardant de plus près, il n'a pas fait aussi mauvais que cela. Deux éléments ont donné cette impression, la comparaison avec la période de beau temps exceptionnel qui a précédé et les prévisions météo qui annonçaient quasi tous les jours de la pluie et des températures fraiches pour la saison alors que ce ne fut pas le cas. Ces erreurs sont d'ailleurs étonnantes car il s'agissait de prévisions à court voire à très court terme puisque le vendredi, le bulletin météo de 13h annonçait, pour ma région, des températures aux alentour des 20° alors qu'il a fait 26° l'après-midi même.

Ces prévisions erronées nous ont d'ailleurs joué des tours quant à la planification de cette semaine et cela dès le lundi. Nous avions en effet prévu, après un week-end de farniente, de commencer à repeindre nos chassis du rez-de chaussée. Au réveil, vu le ciel particulièrement gris et les prévisions de pluie, nous nous sommes abstenus. A tort car la pluie n'est jamais venue !

C'est donc le mardi que nous nous y sommes mis. Pour la seule fois de la semaine, il n'était pas question de pluie dans les prévisions météo. Certes le ciel était gris, mais pas menaçant. C'était d'ailleurs les conditions idéales pour mettre en couleur car il ne faisait pas trop chaud et le soleil était caché. Tout bon pour la peinture qui a pu sécher à son rythme. C'est ce fameux jour que je suis allé voir Inception au cinéma.

Le lendemain, au vu des prévisions alarmistes de la météo, impossible de mettre la deuxième couche que certains chassis demandaient. Nous avons donc fait le choix d'aller faire quelques courses au Leader Price (toujours notre goût de fréquenter un maximum d'enseignes différentes pour découvrir un maximum de produits). Nous nous sommes d'ailleurs retrouvés bloqués dans notre voiture pendant quelques minutes sur le parking du Leader Price, le temps de laisser passer un gros orage.

La fin de la semaine approchait déjà à grand pas sans que nous ayons pu effectuer les excursions que nous envisagions. Vu que notre agenda était déjà bloqué pour vendredi et samedi et que dimanche était mon mon dernier jour de congé que je préfèrais passer "à flemmarder" à la maison, il ne restait donc plus que la seule journée de jeudi pour réaliser ce projet. Nous avons donc décidé de faire fi de la météo qui annonçait, pour ne pas changer, de la pluie.

J'avais eu l'occasion, fin juin début juillet d'aller suivre une formation à Waterloo. Le repas consistait en un choix de sandwiches au contenu particulièrement original et chic comme, en vrac, des crevettes grises, du pesto ou encore de la roquette. Je m'étais dit que ce serait bien d'en faire gouter à Maud c'est pouquoi j'envisageais de faire une excursion dans cette région huppée du Brabant wallon.

J'avais aussi dans l'intention de me rendre à Mariembourg ou se trouve un vendeur de piscines qui installe aussi bien des piscines creusées construites en dur, des coques ou encore des piscines en bois semi enterrées. Comme j'envisage, d'ici quelques années, de remplacer ma piscine hors-sol par une piscine creusée, je trouvais intéressant de contacter ce commerçant pour avoir une première idée des prix des 3 types de construction.

C'est ainsi que le jeudi, malgré la météo capricieuse, j'ai proposé de faire en une journée ce qui était prévu sur deux. Et ce, même si Waterloo et Mariembourg ne sont pas, de la ou j'habite, dans la même direction.

Nous sommes donc partis vers 12h pour rejoindre Waterloo ou une longue file d'attente nous attendais, preuve que la Mie du jour, la sandwicherie en question, est réputée. Une fois servis, nous avons pris la direction du Lion de Waterloo ou nous avons mangé dans la voiture, sur l'un des parkings du site, car il s'était mis à pleuvoir.

Article 183 - Lion Waterloo.JPG

Une fois le repas terminé, la pluie ayant cessé, nous nous sommes balladé au pied du Lion. Kristen avait fort envie d'y monter mais le genou de Maud ne le permettait pas et je n'avais pas trop envie de la laisser attendre 20 ou 30 minutes d'autant que le temps était menaçant.

De fait, alors que nous prenions la route de Mariembourg, il se remettait à pleuvoir.
Peu avant d'atteindre notre but nous fûmes arrêtés par un contrôle routier le long de la route. Etonnamment, il s'agissait de la première fois que je me faisais arrêter depuis l'époque des tueries du Brabant wallon. A l'époque je travaillais dans la région et je passais par Ronquières ou j'avais été contrôlé par des gendarmes armés de mitraillettes avec, en sus, la fouille du coffre. Ici, bizarrement, il s'agissait de la douane. Enfin, je dis bizarrement parce que si la proximité de la frontière le justifiait, le douanier s'est contenté de vérifier que j'étais en ordre d'assurance et, via une vérification de ma carte grise sur l'ordinateur, que mon véhicule n'était pas sur liste  rouge. Par contre, pas de contrôle des papiers. Comme dit ma femme, on aurait très bien pu avoir volé la voiture quelques kilomètres plus tôt, il n'y aurait vu que du feu.

Article 183 - Gare Mariembourg.JPG

Arrivé sur place, le pisciniste était fermé. Pas trop grave puisque rien ne presse et que c'était surtout un prétexte, un but d'excursion. Leurs bureaux étant situés à quelques dizaines de mêtres de la gare de trains à vapeur de Mariembourg, le fameux Chemin de fer à vapeur des Trois vallées, dont l'entrée est libre, nous avons saisis l'occasion de rentrer dans les ateliers pour découvrir des machines d'un autre temps.

Nous avons ensuite repris la route, avec pluie intermittente, en passant volontairement par les centres de Mariembourg (très petit mais joli), Couvin (à peine plus grand mais plus joli) et Philippeville (apparamment moins intéressant) ou notre gout pour la découverte de  nouveautés, que j'évoquais plus tôt dans cet article, nous a amené à découvrir le magasin Champion local pensant, proximité de la frontière oblige, y trouver l'un ou l'autre produit différent de chez nous. Nous en avons également profité pour faire un saut au Brantano voisin ou nous avons trouvé des chaussures à bon prix pour la petite, ce qui,soi-dit en passant, devient de plus en plus rare chez eux. Une excursion joignant l'utile (ma femme me reproche de ne pas faire volontiers les magasins de vêtements) à l'agréable donc.
Pour être complet concernant notre petite escapade en Brabant Wallon et dans la botte du Hainaut, en quittant la ville, nous nous sommes fait un dernier plaisir en achetant 1 kg de belles et bonnes cerises dans une petite échoppe le long de la route au prix raisonnable de 6 euros du kilos.

Vendredi, nous aurions enfin pu mettre la deuxième couche. Mais nous devions partir à Liège dans l'après-midi pour aller souper chez la maman de Maud. La peinture n'aurait jamais été sèche avant notre départ.
Et samedi, nous devions conduire à l'aéroport de Charleroi pour 12h30' ma maman et ma soeur qui prenaient l'avion pour l'Italie. Comme nous étions tout proche et que nous n'avions pas mangé avant de partir, nous en avons profité pour aller dîner au Buffalo Grill.
Au retour, quand bien même l'idée de peindre nous serait venue, le ciel était trop menaçant.

Vu le mauvais temps qui perdure depuis lors et mon emploi du temps, à ce jour, je n'ai toujours pas pu mettre la seconde couche sur mes chassis qui le demandent, à savoir ceux  des faces sud-est et sud-ouest de la maison, les plus exposées aux intempéries. Mais tout cela n'est heureusement pas bien grave car l'été n'est théoriquement pas encore fini (enfin, je commence tout doucement à en douter) et la première couche protectrice dont ils avaient grand besoin est posée.

10/05/2010

Week-end à Coxyde

Depuis quelques années, à Pâques, l'une de mes soeurs loue avec notre maman, pour une semaine, un appartement à Coxyde. Mes 2 neveux sont également du voyage car mon autre soeur et son mari travaillent et n'ont personne pour garder leurs enfants pendant cette période scolaire. Ils viennent en général passer le week-end avant de rentrer le dimanche soir et de revenir les chercher le week-end suivant.

Maud et moi, profitons de ce pied-à-terre, pour venir passer, au minimum, la journée du samedi ou du dimanche. Mais le plus souvent, je prend 2 jours de congé pour pouvoir profiter d'un week-end décalé soit du dimanche au mardi et ainsi prendre la relève de la chambre qu'occupait ma soeur et mon beau-frère pendant le week-end.
Cette fois encore nous avons pu le faire même si la charge de travail ne me permettait pas de prendre des jours de congé. Mais comme la semaine précédante, mes neveux étaient en vacance en Normandie avec leurs parents et qu'ils ne rentraient que le samedi dans l'après-midi, ils ont fait le choix de ne venir que le dimanche matin. Leur chambre était donc libre pour la nuit du samedi au dimanche et c'est ainsi que cette année, nous avons aussi pu passer 2 jours à la mer.

Nous sommes arrivé samedi peu avant le dîner, et, une fois le repas terminé et la vaisselle réalisée, nous sommes sortis pour une première ballade. Tandis que nous essayions de voir les vitrines des magasins dans la rue principale, Kristen, notre fille, était aux anges.

Article 171 - Jeux gratuits

La rue était en effet piétonne et remplie d'attractions gratuites pour les enfants. Essentiellement des châteaux gonflables mais aussi un site réservé avec des trotinettes et des vélos, un atelier de maquillage, des miroirs déformants, ... Une action qui a lieu, depuis l'année passée, le vendredi et le samedi du week-end 'non pascal' des congés scolaires.
Kristen a pu s'amuser plusieurs fois dans différents châteaux gonflables, en particulier les plus petits dans lesquels elle se retrouvait parfois seule.

Il faut dire que rayon temps, si nous n'avons pas eu une seule goutte de pluie, il faisait un froid de canard. Surtout pour un mois d'avril. C'est bien simple, il y a longtemps que je n'avais plus eu si froid à la mer. Même lors de nos derniers voyages en décembre, en février ou durant tout l'hiver, il y a 3 ans, lorsque mes parents, mes soeurs et nous avions loués, pendant 6 mois, un appartement pour en profiter, chaque week-end, à tour de rôle.

Au vu de la belle semaine printanière que nous venions d'avoir, j'avais même envisagé d'abandonner mon gros manteau d'hiver pour un blouson d'été, de peur d'avair trop chaud. Heureusement que je ne l'ai pas fait car je n'avais pas de trop de ce manteau pour braver le froid. Ce qui n'était pas le cas de Maud qui, lorsqu'elle voit un rayon de soleil au printemps, à tendance à s'habiller léger, même si on est loin des 20°. Elle avait donc choisi l'option de la veste d'été. Grave erreur car, lors de notre première ballade, elle a eu froid et même très froid. Heureusement, ma soeur avait pris 2 manteaux, l'un très chaud et l'autre à peine moins et a ainsi pu lui en prêter un à son grand soulagement.
 
Un peu plus tard dans l'après-midi, nous sommes reparti pour une nouvelle ballade, bien décidés à pouvoir profiter, cette fois, des magasins.
Nous avons évidemment commencé par une bonne glace locale. Impossible pour moi de passer une journée à la mer sans en manger. Même si le thermomètre extérieur devait indiquer -10. Ensuite, Kristen n'était pas d'avis de nous suivre dans les boutiques et voulait retourner jouer dans les châteaux gonflables. Heureusement, nous avons pu compter sur ma mère et ma soeur pour s'en occuper.

Après cette seconde ballade, il était déjà temps de rentrer pour le souper. Vu le dîner relativement léger - ma maman, sachant que nous étions au régime avait prévu du filet de dinde, sauce aux champignons accompagné de quelques patates et de salade. Tout était très bon mais 2 fines tranches de dinde qui ne devaient pas faire 100 grammes à elle deux n'étaient pas suffisantes pour ma grande carcasse - j'avais une grande faim que le souper, malgré les 4 tartines ingurgitées, n'a pas apaisé. J'en aurai mangé le double mais étant au régime, je me suis arrêté en me disant que la sensation de faim passerait.

Comme elle ne passait pas et que nous devions aller chercher dans la voiture garée à quelques centaines de mètres de l'appartement, les plaques de congélation du  frigo box pour les utiliser le lendemain, j'ai proposé à Maud d'en profiter pour faire une dernière sortie, malgré le froid, avec une idée derrière la tête.

Une fois dehors, j'ai constaté qu'elle avait la même idée que moi car elle aussi avait eu faim durant une bonne partie de la journée. Après avoir analysé toutes les possibilités (gaufres, beignets, frites, ...), nous avons fait le choix du salé plutôt que du sucré. Et comme nous savions que nous mangerions des frites le lendemain au restaurant, une bonne crasse s'est naturellement imposée.

C'est ainsi qu'en catimini, presque comme des voleurs, sans d'ailleurs croiser beaucoup de monde vu le froid, nous sommes allé sur la digue "se manger" elle, un hot dog et moi un bicky burger.

Le lendemain matin, nous sommes allé à Nieuport, près du port de pêche. La, plusieurs poissonniers proposent du poisson ultra frais à des prix très intéressants. Normal vu qu'il n'y a pas d'intermédiaire entre le pêcheur et le commerçant. Nous avons ainsi acheté 8 portions de poissons, notre consommation mensuelle depuis que nous sommes au régime, pour 50 euros soit 6,25 euros le repas pour 2 adultes et un enfant ce qui est relativement bon marché pour du poisson quand on sait qu'il y avait notamment, en plus du traditionnel cabillaud, de la plie et de la lotte.

Après un repas copieux au restaurant (un steak de 300 grammes avec des frites pour moi), dont je reparlerais dans le prochain article, et un passage obligé chez le marchand de glace, nous avons fait une dernière longue promenade, histoire de s'oxygéner une dernière fois et de faire quelques emplettes chez les boulanger, charcutier, fromager et autre traiteur du coin, sans oublier les traditionnelles crevettes à décortiquer.
Ces emplettes terminées, il était déjà temps de songer à rentrer.

Une fois de retour à la maison, le week-end s'achevait, de façon traditionnelle après une visite à la mer, par la dégustation des crevettes grises, l'un des pêchés mignon de ma femme, accompagnées d'une bonne bière fruitée.

Malgré le froid et la faim qui nous taraudait l'estomac le premier jour (j'exagère évidemment un peu beaucoup), nous avons donc passé un excellent mini-week-end qui nous a permit de nous changer les idées et de remplir notre congélateur de poissons frais et variés.

29/04/2010

Mon régime 2010 (et le bilan du précédant)

Ce lundi 8 mars, comme chaque année, j'ai donc entamé un régime, histoire de perdre les kilos pris pendant la période des fêtes... et avant. J'ai effectivement la particularité d'être gourmand, appréciant aussi bien les bonnes choses que les moins bonnes (chocolats, chips, frites et autres "crasses") tout en ayant tendance à prendre facilement du poids.

Et comme j'ai la faculté de le perdre tout aussi facilement, il y a des moments ou je ne fais pas vraiment attention.
Pour résumer le cycle annuel de mon poids, je fais régime au printemps. En été, je continue à faire attention à ce que je mange en évitant les plats trop caloriques et en m'autorisant, mais avec restriction, l'un ou l'autre encas peu recommandé. Quand arrive l'automne, je recommence tout doucement à me relâcher en mangeant tout ce que j'aime. Puis arrive l'hiver, son mois de décembre et toutes ses tentations liées aux fêtes (foie gras, pâtés, cougnolles, buches, ...) et ses mois de janvier et février, eux aussi propices en bon repas vu le nombre d'occasions qui se présentent (anniversaire de ma femme, de ma maman, d'une de mes soeurs, anniversaire de rencontre, Saint-Valentin en plus des invitation à dîner annuelles chez d'autres membres de la famille).
Arrive alors le moment de refaire régime, précédé d'une période de quelques semaines pendant laquelle nous vidons les frigos et armoires des interdits et que nous nous faisons un best of des pires crasses qu'on puissent manger et dont nous serons privés durant les quelques mois à venir (friterie, pizzeria, choucroute, ...)

Le poids à perdre dépend évidemment du poids atteind qui est souvent lié à la réalisation et à la réussite du régime de l'année précédante. Si je passe mon tour une année, c'est la cata. Comme en 2006, année extrème, ou j'ai du perdre 22 kilos et  l'année passée que j'avais abordée sans avoir réellement fait régime en 2008.

Cette année, il s'agit d'une année hybride puisque, si j'ai bien fait régime en 2009, je n'ai pas atteind tous mes objectifs.
Dans l'article de présentation de ce régime (voir archives de février 2009), j'avais indiqué que j'avais une quinzaine de kilos à perdre (pour passer de 102 à 86) et que je comptais le faire en 2 phases. Une première durant laquelle je devais perdre 10 à 12 kilos avant notre départ en vacances, mi-mai. Une seconde, à partir de la reprise du travail, pour perdre le solde, augmenté des habituels 3 kilos pris en vacances. Période qui devait se terminer à la mi-septembre, au moment de prendre ma seconde période de vacances de l'année.
J'ai bien atteind le premier objectif en perdant un peu plus de 11 kilos en 15 semaines. Mais lors de la seconde partie du régime, de mi-juin à mi-septembre, je n'ai plus perdu aussi facilement. Ca, le fait qu'on était en été, période moins facile pour moi pour faire régime et la décision que l'on a prise, ma femme et moi, de ne finalement pas partir une seconde fois en vacances a joué sur ma motivation. J'ai ainsi tenu compte du fait que je ne prendrais pas les habituels 3 kilos et, m'estimant content de ne plus peser que 92 kilos après en avoir pesé plus de 102, j'ai décidé d'arrêter mon régime, à 5 kg de mon objectif.

Ces 5 kilos m'ont amené à de nouveau frôler les 100 au milieu de cet hiver ce qui explique les 12 à 14 kilos à perdre aujourd'hui pour retrouver mon poids de forme de quadragénaire, soit 85-87 kg.

Premier objectif, descendre sous les 90 kg avant le départ en vacances soit 9 kilos à perdre en 11 semaines. Pas évident, mais me connaissant, je savais que c'était jouable et les faits me donnent raison puisqu'après avoir perdu 1,5 kg par semaine pendant les 2 premières semaines, j'ai ensuite perdu 1 kg la troisième, 1,2 kg la quatrième et 800 grammes la suivante. Petit coup d'arrêt ensuite avec une sixème sans perte du moindre gramme ce qui s'explique par un week-end passé à la mer et un souper au Quick le vendredi suivant. Mais j'ai bien compensé la semaine suivante puisque j'ai perdu 1,5 kg ce qui me fait 7,5 kg perdus en 7 semaines. Il me reste donc 4 semaines pour perdre seulement 1,5 kilos et atteindre mon premier objectif qui ne paraissait pas, à priori, évident à réussir.

Mais il faut dire que ma femme et moi avons encore amélioré notre technique de régime dont j'ai déjà eu l'occasion de parler dans l'article, déjà évoqué ici, de février 2009. Amélioration rendue possible, entre autre, grâce à mes soeurs qui ont eu la bonne idée d'offrir un cuiseur vapeur pour l'anniversaire de Maud ce qui nous amène à manger beaucoup plus de légumes, qui plus est, cuits sans plus aucunes matières grasses.

J'ai aussi choisi, comme collation de 4 heure, au retour de la maison, de boire, ou plutôt de manger un bol de soupe de régime car contrairement aux autres années, je la mange non passée ce qui fait que cela donne une impression de plus grande consistance, cela "cale" mieux et surtout, je m'en lasse beaucoup moins vite que sa version moulue.

Nous avons aussi opté pour le poulet et le poisson, 2 produits relativement pauvres en calories, 2x par semaine et avons pris la décision, contrairement aux régimes précédants, de ne plus faire de trève le week-end et de limiter au maximum les écarts.

Je veux dire par la qu'avant, nous nous autorisions un écart par semaine sachant que, lorsqu'il est isolé, il est bien vite perdu. Cette année, en 7 semaines, nous ne nous en sommes finalement autorisé que 4: le premier, au bout de 3 semaines, une invitation à dîner pour l'anniversaire d'une tante, le second, un paquet de chips au cours de la 4è semaine mangé en plusieurs fois lorsque je me suis rendu compte que 50 grammes de chips sont à peine plus caloriques que le Danio que je mange le plus souvent en guise de déjeuner. Le troisième, un mini week-end, du samedi au dimanche, à la mer en fin de 5è semaine et le dernier, un repas au Quick.

Pour ce qui est du week-end, et c'est ça qui fait la plus grosse différence, nous continuons le régime quasi normalement. Contrairement aux années précédantes ou nous étions moins regardant et ou le lundi matin, je reprenais quelques centaines de grammes que je mettais ensuite 2 jours à perdre. Il ne me restait plus alors que 3 jours durant lequels je perdais réellement du poids.

Enfin, pour terminer, je dirais que pour qu'un régime soit réussi, il faut s'arranger pour manger varié et conserver le plaisir de manger. Et sur ce dernier point, je suis particulièrement gâté grâce au fin cordon bleu de femme que j'ai et qui fourmille d'idées pour préparer de bons petits plats. Surtout depuis qu'elle est devenue accro à tout ce qui touche à la cuisine, que ce soit les Diners presque parfait, qu'elle se repasse en boucle (un peu la semaine, la rediffusion du week-end et la rediffusion de la rediffusion), les revues spécialisées, qu'elle achète en nombre, et les sites internet sur lesquels elle passe une bonne part de ses loisirs.
Les petits plats qu'elle me cuisine amoureusement sont donc devenus encore plus élaborés et plus variés. Je citerais les sauces light de son invention pour accompagner les pâtes, le poulet ou certains légumes, sa choucroute de poisson, sans purée évidemment, ou encore son gratin de cabillaud aux courgettes.

A mon retour de vacances, dont je parlerais dans un prochain article, il me restera à terminer ce régime 2010 en perdant les 3 à 5 kilos restants augmentés des 3 probables pris en vacances. Au vu de l'expérience de l'année passée, je m'attend à ce que ce soit la partie la plus difficile, même si j'aurais moins à perdre et plus de temps pour y arriver (en gros, un maximum de 8 kilos, j'espère, en 13 ou 14 semaines de la mi-juin à nos éventuelles vacances d'automne). Mais je compte bien y arriver, cette fois, pour avoir un régime 2011 plus léger qui se limiterait à une seule période.

19:42 Écrit par slumle dans Vie perso - Au quotidien | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : regime |  Facebook |

28/03/2010

Soirée au cafe le Kleyer - 2ème partie - le concert

Le ventre bien rempli, il était temps de passer dans la salle de café, histoire de ne pas être placé trop loin pour apprécier le concert de Colline Hill.

Ce dernier, annoncé sur internet pour 21h, était en fait prévu à 21h30'. L'occasion de se commander un verre pour patienter ce qui m'a permit de regouter à l'une de mes bières préfèrées, la Rodenbach grenadine, proposée, pour la petite histoire, à un prix relativement bas à mon sens, d'autant que le supplément grenadine n'était pas facturé (comme quoi le jus d'orange avec le pisang était le seul couac).

Mais revenons à la raison première de cet article, le concert.
Enfin, c'est un grand mot puisque de salle de concert, il n'y avait point. Juste une estrade dans le fond du café. Ce n'est pas la meilleure des façons pour écouter un artiste mais comme c'était la première occasion qui se présentait à moi d'entendre Colline Hill en live, cela ne m'a pas posé de problème.

Pour la petite histoire, Colline Hill, elle même, n'aime pas trop, selon ses dires, chanter dans les cafés car l'accoustique est loin d'être idéale tandis qu'une partie des personnes présentes, n'étant pas venues pour elle, ne l'écoutent pas et surtout continuent à parler et à s'amuser. 
C'est donc à titre exceptionnel qu'elle s'est produite dans ce lieu parce que le patron est un ami et qu'il a beaucoup insisté.

Pour ce concert accoustique, Colline Hill (aux chant, guitare et harmonica), était accompagnée par un guitariste et un bassiste.

Article 168 - Colline Hill au Kleyer

Pendant près de 2h, entrecoupées d'un entracte d'une vingtaine de minutes, elle nous a proposé de découvrir un mélange de chansons personnelles, elle est auteur-compositeur, dont les 3 qui figurent sur son cd single, et de reprises d'artistes qui correspondent à ses influences comme par exemple les Cranberries ou Tracy Chapman.

Tenant compte que le concert avait commencé avec une vingtaine de minutes de retard, c'est donc pas loin de minuit, après plusieurs rappels demandé par son petit noyau de fans que le concert s'est terminé.

L'occasion pour moi, tel une midinette, de me présenter devant elle pour lui demander de dédicacer son premier cd single que je venais d'acheter (je ne connaissais pas encore Akamusic au moment ou il a été réalisé) auprès d'une personne de son entourage et de poser à ses côtés pour une photo qui deviendra, qui sait, un collector.

Car avec un peu de chance (il en faut, en plus du talent évidemment), dans quelques années, elle sera une chanteuse reconnue qui collectionnera les succès et qui remplira des salles comme Forest-National, la référence en Belgique. Je pourrais alors sortir mes 2 collectors, la dédicace et la photo, et dire, à la sortie de l'un de ses concerts, parmi des milliers de fans, qu'en février 2010, au début de sa carrière solo, avec seulement quelques dizaines de personnes dans un petit café, j'y étais déjà.

27/03/2010

Soirée au cafe le Kleyer - 1ère partie - le repas

Depuis que je suis sur Akamusic et que je "produis" Colline Hill, j'avais envie de la découvrir en concert. Lorsque j'ai constaté qu'elle se produirait à Liège, j'ai proposé à Maud d'aller l'écouter. Elle a accepté avec enthousiasme vu qu'elle l'apprécie autant que moi. J'ai aussi eu l'idée de proposer à Cédric de nous accompagner et, comme le concert était prévu à 21h, l'idée de manger un bout ensemble avant est logiquement tombée.

Cédric, en bon sorteur qu'il est, connait la plupart des adresses réputées de la ville, qu'il s'agisse de grands restaurants ou de petits établissements qui ne payent pas de mine. Il connaissait donc le lieu du concert, un café du nom du Kleyer réputé pour son ambiance festive ainsi que pour ses boulets frites.
En consultant leur site internet - http://www.lekleyer.be - , Maud et moi avons également constaté qu'il proposait différents plats dont une pierrade aux 3 viandes (autruche, boeuf et kangourou) accompagnée, au choix, de gratin dauphinois, de pommes de terre pêtées (cuites au four) ou plus simplement de frites. Certe, leur site n'est apparamment pas mis à jour régulièrement puisque l'annonce du concert de Colline Hill n'y figurait pas, mais on pouvait espérer que ce plat soit toujours d'actualité car les cafés qui font de la petite restauration changent rarement leur carte contrairement aux restaurants traditionnels.

L'endroit du repas était ainsi tout trouvé. C'est ainsi que, le samedi 6 février, 2 semaines après le repas alsacien à l'école d'hôtellerie de Liège, nous nous sommes retrouvés pour une nouvelle soirée entre amis.

Nous sommes arrivés vers 19h alors que le café était déjà bien rempli. Heureusement, nous avions réservé et une place nous attendait dans la salle de la partie restaurant.

Un serveur, très décontracté, est venu prendre notre commande. En apéritif, j'aurais voulu prendre un batida, mais il n'y en avait plus. Je me suis donc rabattu vers un pisang. Bizarrement, le serveur m'a demandé si je le voulait accompagné d'orange. Bein oui, pour moi un pisang orange est constitué d'une part de pisang et d'une autre, plus importante, de jus d'orange.
J'ai compris le sens de sa question lorsqu'il me l'a apporté. D'une part, un verre étroit de 20cl rempli pour un peu moins de la moitié de pisang. D'autre part une bouteille de Looza orange de 20cl. Pas l'idéal car j'ai d'abord eu du pisang à l'orange avant de terminer avec du jus d'orange au pisang. Il n'était pas nécessaire de mettre 20 cl de jus d'orange, d'autant qu'ils feront monter la note, mais j'en reparlerais.

Avant de nous apporter les apéritifs, le serveur avait aussi pris le soin de prendre la commande du repas. Le ton avait déjà été donné juste avant puisque Cédric avait, lui aussi, essuyé un refus pour son premier choix d'apéritif pourtant bien présent sur la carte mais qui n'était plus de stock. On ne fut donc pas vraiment surpris lorsque, à la question de savoir s'il proposait toujours la pierrade 3 viandes, il répondait que la pierrade, oui mais pas les 3 viandes. Même absence d'étonnement lorsqu'à la question de savoir s'il était possible d'avoir du gratin dauphinois, il répondait qu'il n'y en avait pas non plus. La raison donnée était par contre plus surprenante: vu l'affluence prévue pour ce soir, ils avaient limités les plats pour faciliter le travail du cuistot. Pourtant, le gratin dauphinois se prépare à l'avance et il ne reste plus, ensuite, qu'à le passer au four. Soit. Le repas ne démarrait pas sous les meilleures auspices.

Maud, qui adore la viande, restait sur son premier choix d'une pierrade, mais à la seule viande de boeuf tandis que moi qui était parti pour me régaler avec un choix de viande exotique accompagnée d'un gratin dauphinois, je choisissais finalement de gouter leurs fameux boulets liégeois.
On peut en effet lire à plusieurs endroits sur leur site cette phrase: "Probablement les meilleurs boulets frites du monde" mais il faut aussi relativiser car cette spécialité étant typiquement liégeoise, le monde se limite ici à Liège et ses environs. Pour terminer sur le sujet et illustrer le fait ques les boulets font partie de leur notoriété, l'adresse wwww.lebouletliegeois.be renvoie également sur la page principale de leur site.

Heureusement, après les quelques craintes survenues lors de la prise de commande, la suite, et c'est le principal, fut toute autre avec les boulets, effectivement savoureux, tandis que Maud se régalait avec une viande tendre au plus haut point, le tout accompagné de 3 sauces maison. Sans parler des frites à la cuisson parfaite.

Vint le moment de l'addition. C'est la que l'on reparla du pisang.
Moins de 50 euros pour 3 personnes pour un apéritif et un plat accompagné d'un peu de vin ce qui est tout à fait raisonnable mais un pisang orange facturé 5.20 euros (plus de 10% de la note totale !) alors que la plupart des apéritifs présents sur la carte étaient proposés à environ 3 euros. C'était d'ailleurs plus ou moins le prix du pisang mais auquel il fallait encore ajouter le prix du jus d'orange !
Un peu exagéré donc si on compare ce prix à celui du plat, 9.80 euros les 2 boulets (7.50 pour 1 seul). Mais ce petit problème fut vite oublié quand Cédric, qui était arrivé avant nous, me fit remarqué qu'ils avaient oublié de facturer le blanc-coca, du pecket, alcool typiquement liégeois additionné de coca, qu'il avait consommé, en nous attendant, dans la salle du café.

20/03/2010

Souper à l'école d'hôtellerie de Liège

Le vendredi suivant, le 22 janvier, nous sommes allé souper à l'école d'hotellerie de Liège avec Cédric, son père qui y est directeur et sa mère.

Régulièrement, des repas gastronomiques y sont organisés pour permettre aux élèves de s'exercer en situation réelle et ces repas sont très avantageux car ils sont réalisés par des étudiants de dernière année (en cuisine et en salle) qui proposent des plats de qualité à des prix très démocratiques.

Cédric y va régulièrement et, il y a 2 ans, nous l'avions déjà accompagné une première fois. Cette fois, le repas était un peu différent puisqu'il ne s'agissait pas d'un menu gastronomique mais d'un repas alsacien réalisé pour financer le voyage scolaire (... en Alsace) des étudiants.

En apéritif, nous avons eu droit à un Crémant d'Alsace parfumé aux fruits des bois accompagné d'une assiette de mise en bouche.

Article 165 - Entrée

Pour suivre, la moitié d'une petite tarte flambée alsacienne, la flammekueche. Je n'ai pas été particulièrement enthousiasmé par ce plat que j'ai trouvé un peu trop simple et trop sec.

Article 165 - Plat

Le plat principal, un filet de volaille au riesling, soubric de chou frisé et corolles d'Alsace, était, lui, d'un tout autre niveau aussi bien dans sa présentation que dans la bouche, son seul défaut étant de ne pas être suffisamment copieux car si le morceau de poulet était suffisant, il n'en allait pas de même avec les pâtes. Maud, avec son appétit de moineau a trouvé cela suffisant. Pas moi qui aurait bien mangé 2 ou 3 fois plus de pâtes.

En dessert, enfin, un sorbet au marc de gewürztraminer que je n'ai pas pris la peine de photographier vu son extrême simplicité. Il était excellent et ces dames auront aussi apprécié, pour leur ligne, sa légèreté après un bon repas.
Par contre, personnellement, tout comme Cédric, j'ai été déçu par ce choix et si nous n'avions pas été au courant du menu, nous aurions pu imaginer qu'il s'agissait du trou normand faisant suite à une première entrée très légère et à une seconde, certe, un peu bourrative. Vu ma faim, je n'aurais pas eu de peine à déguster un nouveau plat.

Vers 22h30', le repas terminé, il était temps de rentrer car nous devions d'abord passer chez ma belle-mère, à Grivegnée, récupérer notre petite fille. Mais, Cédric et son père insistant lourdement pour que nous prenions un dernier café, nous avons fini par accepter.
Il faut savoir que ma femme avait son anniversaire 2 jours plus tard et que tout au long du repas, ils avaient fait des allusions, s'excusant de ne pas pouvoir offrir le gateau à Maud.
Quelques minutes plus tard, les lumières s'éteignaient et une élève apportait un petit bavarois surmonté d'une bougie pendant que les autres élèves entonnaient un happy birthday Maud.
Un grand moment d'émotion pour elle qui ne s'attendait pas à cela et qui a été très touchée alors qu'habituellement une telle situation la gène un peu.

Nous sommes finalement parti vers 23h00' et, après avoir récupéré notre fille, nous avons pris le chemin de la maison du papy de Maud ou nous logions.

Sur la route, comme j'avais toujours faim, je me suis mis à la recherche d'une friterie. Mais après être passé devant la troisième, fermée comme les 2 autres, j'ai bien du me rendre à l'évidence que Grivegnée, même si situé non loin de Liège, n'a rien à voir avec le centre animé de cette cité ni même avec celui, pourtant bien moins couru, de La Louvière. Autant d'endroits ou j'aurais trouvé, sans peine, ce que je cherchais.

Une fois rentré à la maison, j'ai finalement mangé un sandwich car cette quête de la frite n'était pas une simple envie mais la conséquence d'une réelle faim.

11/03/2010

Journée à Roubaix - 2ème partie - les soldes chez Mc Arthur Glenn

Après cet excellent repas, nous n'avons quasiment eu qu'à traverser la rue pour nous rendre chez McArthur Glen, 85 magasins de marques (Lee Cooper, Mexx, Lacoste, Salamander, Samsonite, ...) regroupés dans une rue unique.

Article 164 - Mc Arthur Glenn de Roubaix

Moi qui ne suis pas du tout du genre à apprécier faire les magasins de vêtements, je prenais l'initiative de rentrer dans pas mal.

Nous n'y allions pas pour un vêtement précis mais plutôt pour découvrir le concept. Je me suis pourtant très vite mis à la chasse au pull et j'ai regardé quelques chemises, notamment chez Mexx. Malheureusement, j'avais une carrure trop large pour les chemises tandis que parmi les nombreux pulls qui ont attirés mon regard, aucun n'était à ma taille.

Enfin aucun, il y en avait bien un. Mais alors que d'aspect extérieur il ne paraissait pas plus exceptionnel que ceux à 50 ou 100 euros, il était affiché, soldé, au prix de 295 euros !. Son prix de vente normal dans ce magasin d'usine était d'un peu moins de 500 euros alors que sa valeur réelle, si vendu dans un magasin classique de la chaîne était de presque 1000 euros. Gloups. Je ne suis pas prêt de porter un pull ou tout autre vêtement de ce prix.

Au bilan final, j'ai juste acheté une casquette chez Rucanor au prix de 4 euros au lieu de 8 tandis que Maud ne trouvait rien à acheter. Pareil pour Kristen dont nous avions fini par trouver un très joli et original manteau d'hiver... pour lequel il n'y avait pas non plus sa taille.

C'est clair que nous ne sommes définitivement pas doués pour faire les soldes.


Remarque:
La photo a été prise lors de notre première visite à Roubaix, le dimanche de la braderie de Lille, ce qui explique la désertitude (j'adore inventer des mots) du lieu.

10/03/2010

Journée à Roubaix - 1ère partie - le repas chez KFC

Le samedi 16 janvier, nous sommes partis à Roubaix, ou habite Emile, le parrain de ma femme, pour passer une bonne partie de la journée.

Nous y sommes arrivé vers 11h30' et nous sommes d'abord rendu chez lui vu qu' il était prévu que nous dinions ensemble avant qu'il ne nous fasse découvrir les magasins McArthur Glen situés non loin de chez lui.

Nous sommes donc allé au restaurant KFC situé au coin de sa rue.

Article 163 - Journée à Roubaix - 1ère partie - le repas chez KFC

KFC sont les initiales de Kentucky Fried Chicken. Il s'agit d'une chaîne de fast food, comparable à Quick ou MacDO, mais spécialisée, comme son nom l'indique, dans le poulet.
La comparaison avec Quick ou MacDo s'arrête la tellement leurs préparations n'ont rien à voir avec les chicken dips, morceaux de poulet reconstitués, comme j'ai pu le voir dans un reportage d'Envoyé Spécial, au départ de bas morceaux.
Ici, on a l'impression de manger de vrai morceaux de poulets bien tendre, bien  savoureux et surtout bien rnourissant (j'y reviendrais).
 
Heureusement que j'avais regardé sur internet la constitution de la carte pour avoir une petite idée de ce qui y était proposé car sans cela, j'aurai eu beaucoup de difficultés à faire mon choix entre les différentes préparations de poulet proposées. Car s'il y avait un premier choix à faire entre les sandwiches, les galettes de blé ou encore les pilons ou les ailes, il y avait ensuite un double choix à faire si on choisissait de gouter leur sandwich.
D'une part celui  de la cuisson/préparation du blanc de poulet (recette originale (doré et fondant), hot & spicy (relevé et croustillant), crispy tenders (tendre et croustillant) ou brazer (cuit au four et moelleux).D'autre part celui entre la version normale et la version piquante (appelée zinger).

Maud a choisi de prendre le tower tandis que moi j'ai pris le même, mais, évidemment, en version piquante soit le tower zinger.

J'ai ainsi découvert un excellent sandwich avec un vrai et énorme morceau de poulet mariné et pané, une tranche de fromage fondu, une sauce style mayonnaise, une sauce piquante supplémentaire pour moi et, originalité, une galette de pommes de terre (style rosti). Un délice.
Nous avons également gouté les petits encas qu'ils proposent pour un faible prix, à l'instar des wraps proposés chez MacDo a certains moments.
Enfin, comme tonton Emile avait des bons de réduction, nous avons également pris un paquet de 3 crispy tenders, des aiguillettes de poulet, marinées et panées, pour 1 euro, nous imaginant avoir, comme chez Quick de petites bouchées. En fait, nous n'avons pas pu finir tellement c'était gros. Et ce qui ne gâche rien, c'était succulent avec une panure délicieuse et pas grasse du tout.

Quand on sait que chez la concurrence, un menu composé d'un sandwich et d'une frite ne suffit pas à me rassasier, m'amenant à acheter un second sandwich alors qu'ici, le seul tower zinger, bien plus savoureux, avec la portion de frites, d'un qualibre un peu plus gros, et bien meilleures, m'aurait suffit et vu que les prix proposés sont similaires, cela fait de KFC un restaurant meilleur marché que Quick ou MacDO, tout en proposant de la nourriture de meilleure qualité.

C'est certain que nous y retournerons dès que nous en aurons l'occasion.

05/03/2010

Problème Windows Update sous Vista et bug de mon XP

Alors, c'est parti pour les séances de rattrapage.

La semaine du 11 au 17 janvier, j'ai eu des problèmes avec 2 PC, 3 en 10 jours si on tient compte de l'échange de mon netbook suite au problème de pixel défectueux.

Tout a commencé le lundi lorsque Maud m'a signalé qu'elle n'arrivait plus à faire les mises à jour Windows Update sur son PC et ce depuis assez longtemps.
En analysant la situation, j'ai constaté que les dernières mises à jour réussies dataient du 13 juin 2009 et qu'ensuite, il n'y avait seulement eu que quelques tentatives en novembre et en décembre, toutes en échec. Pas la moindre remontée de correction non plus depuis le mois de juin.
J'ai également constaté que la dernière mise à jour réussie correspondait à la suppression de Norton, dont la version était périmée, et son remplacement par Avast. J'ai essayé de désinstaller Avast mais le problème perdurait: chaque fois que je demandais une recherche de nouvelles mises à jour ou d'installation des mises à jours, le programme démarrait, donnait l'impression de travailler pendant de longues secondes avant d'indiquer qu'il n'arrivait pas à charger ou à installer les mises à jour.
J'ai envoyé un mail à un collègue qui m'a répondu le lendemain au bureau en me donnant adresse pour me permettre de désinstaller tous les composants Norton éventuellement encore présents sur l'ordinateur. Norton a en effet la désagréable particularité de ne pas s'effacer complètement lorsqu'on se contente de le supprimer via le panneau de configuration ce qui est particulièrement gènant lorsqu'on sait que 2 logiciels anti-virus ne peuvent pas fonctionner ensemble sur une même machine car ils considèrent chacun le rival comme étant un virus potentiel.
Une fois rentré à la maison, et bien que j'étais quasi certain d'avoir effectué cette opération à l'époque, j'ai téléchargé et exécuté le programme de suppression de Norton, sans aucun résultat.
J'ai de nouveau envoyé un mail à mon collègue qui le lendemain m'a transmis  cette adresse magique, celle d'un article d'un blog d'une personne qui avait des problèmes similaires.
Le soir, pour la troisième soirée consécutives, je me suis occupé du PC de ma femme. J'ai effectué les manipulations proposées dans ce mail et, ho miracle, cela a eu l'air de fonctionner car j'ai pu installer une mise à jour.
Ensuite, j'ai laissé le programme rattrapper son retard. Il a d'ailleurs fallu laissé tourner le PC une partie de la nuit. Le lendemain, il avait rebooté.
Restait à lancer les dernières mises à jour.

Merci ironique à Microsoft pour ce bug pour lequel je n'ai pas pu trouver une explication utile ... et merci sincère à Sophie qui, grace à son article, m'a dépanné.

Après une soirée de jeudi sans problème, j'ai de nouveau été confronté, dès le vendredi après-midi, a une nouvelle panne, sur mon notebook (pas mon netbook heureusement) cette fois qui, lui, tourne toujours sous Windows XP.

Après avoir démarré ma machine normalement et avoir commencé a l'utiliser sur internet, je me suis absenté quelques minutes. Lorsque je suis revenu, l'écran s'était figé avec la moitié remplie de lignes avec un ensemble de couleurs divers sur chacune d'elle (difficile de décrire cela si ce n'est en évoquant le mot patchwork).
Les commandes ne répondant plus, j'ai du utiliser la manière forte pour l'arrêter (appui prolongé sur le bouton start/stop).
Par la suite, chaque fois que j'ai voulu le relancer, je voyais Windows XP démarrer, j'avais la possibilité de choisir ma session puis l'écran devenait noir. Enfin, je voyais qu'il y avait des changements, l'écran passant d'un gris très foncé à un gris un peu moins.

A ce moment, j'ai bien cru que mon écran avait laché. Mais en retentant la manoeuvre, j'ai de nouveau eu les mêmes symptômes avec Windows XP qui s'affichait.
J'ai finalement eu l'idée de me connecter en mode sans échec et la j'ai réussi à accéder à mon bureau et à toutes mes infos. Vu que je n'avais pas un backup récent et même s'il n'y avait pas de données sensibles, j'ai commencé par faire un back-up complet de mon disque dur ce qui a duré le reste de la soirée.

J'ai ensuite éteind l'ordinateur. Le lendemain, je l'ai allumé et à part un écran multicolore comme la veille lorsque j'ai validé ma session, j'ai pu entrer et travailler normalement.
J'ai éteind l'ordinateur en choisissant le mode veille ce qui m'a permit par la suite de me reconnecter sans problème, si ce n'est l'affichage de ce fameux écran multicolore difficile à décrire, seul symptôme de mon problème.
Cette situation a perduré pendant une semaine, jusqu'au dimanche suivant, lorsque mon PC a rebooté automatiquement suite à une mise à jour Windows Update.

Depuis lors, je ne sais plus me connecter normalement. Je sais heureusement utiliser mon ordinateur en mode sans échec, même si c'est loin d'être idéal.
Cette fois, je n'y couperais pas, je suis bon pour une réinstallation complète de mon système d'exploitation.
Le problème étant que je ne sais plus ou j'ai rangé le cd reprenant mon Windows XP...

27/02/2010

Non, ce blog n'est pas mort

Ces 6 dernières semaines, comme je l'ai signalé dans mon dernier article, j'ai été contraint de faire des heures supplémentaires quasiment tous les jours.
Rentrant tard du lundi au vendredi, mon temps de loisir en semaine était limité. Je devais donc faire des choix et ceux-ci se sont tournés, d'une part vers la télé et d'autre part, en ce qui concerne internet, vers les sites dont je suis accros.
Comme durant le week-end, la priorité étaient données, elle, à la vie de famille  (repas de famille, visite à Liège dans la famille de ma femme, ballade sous la neige le long du canal) et ses contraintes (faire les courses pour remplir le frigo), et aussi à un peu de détente autres que se connecter à un ordinateur (vu que je travaille avec un ordinateur toute la journée), j'ai fait le choix de délaisser ce blog quelques temps.

Il n'a jamais été question pour moi de l'abandonner définitivement et maintenant que la période d'heures supplémentaires est terminées, je vais pouvoir y revenir pour combler mon retard qui s'est encore amplifié.
En effet, si, comme je l'ai dit, mes soirées étaient racourcies en semaine, mes week-end, eux, n'étaient heureusement pas dédiés au travail.

Après les comptes rendus de mes problèmes d'ordinateur, de ma découverte du KFC, des soldes chez McArthur Glen, autant d'évènements qui se sont produits avant que je ne commence ma période d'heures supplémentaires, je ferais ceux de mes activités de ces derniers week-end avec, entre autre, la soirée passée au Kleyer pour mon premier concert de Colline Hill, la chanteuse folk que je sponsorise via le site akamusic et le restaurant italien ou je suis allé ce midi.
Pour ce qui est des articles sur mes sites de jeu favoris dont j'ai parlé dans mon article précédant, j'y reviendrais probalement plus tard, une fois que j'aurais résorbé mon retard.

17/01/2010

Visite à Roubaix chez le parrain de ma femme, problèmes informatiques et addiction au jeu

Lors de notre première visite à Roubaix chez le parrain de ma femme, à l'occasion de la braderie de Lille, j'avais découvert qu'un restaurant KFC était situé au coin de sa rue tandis que les magasins d'usine McArthur Glen étaient situés dans la rue parallèle (voir l'article "Journée à Roubaix et à Lille").

Tonton Emile, car, comme je l'ai déjà écrit, en plus d'être le parrain de Maud, il est aussi le frère de sa mère, donc son oncle, nous avait dit que les prix pratiqués étaient particulièrement intéressants et qu'en période de soldes, ils étaient encore plus attractifs puisqu'il s'agissait de rabais sur des vêtements déjà vendu à moindre cout.

Je lui avais donc dit que nous reviendrions un samedi de janvier pour lui rendre visite, dîner au KFC et passer l'après-midi à faire les soldes dans les magasins McArthur Glen.

C'est ce que nous avons fait ce samedi ce que je relaterais dans les prochains jours, dès que j'aurais un peu de temps.

Je dois en effet faire face, depuis le début de la semaine, à des problèmes informatiques, que ce soit avec l'ordinateur de ma femme, merci Vista, ou avec le mien, qui tourne pourtant sous XP.

Une autre raison, la principale, du peu de temps que je consacre depuis quelques temps à mon blog est mon addiction à certains jeux en ligne. Addiction toute relative car cela n'a rien de maladif et cela ne me coute (quasiment) rien si ce n'est du temps justement.

Je reviendrais également sur tout cela dans de prochains articles car je dois maintenant préparer mon équipe en vue de son match de coupe programmé à 12h sur simfoot et gérer mes paris tant sur 1jour1pari que sur paridusiècle.
... sans oublier le repas de famille longue durée qui m'attend ce midi chez ma maman qui fête son anniversaire.

Quand je vous disais que je manque de temps.

Edit du samedi 23 janvier:


En plus c'était sans compter les heures supplémentaires qui me tombent dessus depuis mardi et qui devraient, selon le chef, durer juqu'à la mi-février.

10/01/2010

Mon nouveau 'jouet', le netbook Samsung N130

Il y a déjà plusieurs mois, lorsque j'ai vu un netbook en publicité pour moins de 300 euros, l'idée d'en acquérir un m'est venue.

Certe mon portable HP Pavilion zd8000 est encore bon pour le service mais il s'agit d'un 17 pouces qui est plus un transportable qu'un portable en ce sens qu'il est volumineux et lourd.

Je me suis dit que ce serait intéressant d'avoir en plus un netbook, que ce soit pour montrer les photos de vacances lors de visites à la famille ou pour l'emporter, en vacances justement, voire pour l'utiliser quelques minutes, bien installé dans mon divan.

En octobre, lorsque ma famille m'a demandé ce que je voulais comme cadeau d'anniversaire, je leur ai dit que j'apprécierais une participation sur un netbook mais que je comptais attendre la fin d'année, me doutant que ce produit pourrait être un produit cadeau fard, à l'instar des gsm ou des lecteurs dvd il y a quelques années. Ou encore d'attendre un mois de plus, histoire de profiter des soldes.

Comme d'habitude, j'ai consulté sur internet différents comparatifs et je me suis documenté sur les produits proposés. C'est ainsi que, parmi les différents netbooks disponibles en ce moment sur le marché belge, je me suis retrouvé avec un choix parmi les marques Samsung (le N110 ou le N130), Acer (l'Aspire One) et Compaq/HP (le Mini 110C) auquel s'est ajouté un peu plus tard Asus (le Eee PC 1005 HA-M).

J'ai bien vite éliminé de cette liste le Mini 110C qui aurait pu être mon premier choix vu que je possède déjà un HP mais les tests que j'ai consulté indiquaient que son ventilateur se montrait bruyant (tout comme celui de mon pc actuel, ce qui m'a refroidit d'autant que les boutons "clic droit", clic gauche" du touchpad se trouvaient de part et d'autre, plutot que sous le touchpad, comme pour tous les portables ce qui pouvait se montrer perturbant. En plus son autonomie n'était pas idéale.
L'Acer Aspire One a également été éliminé dès que j'en ai vu un en magasin car c'est à ce moment que j'ai compris pourquoi les écrans brillants n'étaient pas bien notés. Beaucoup trop de reflets.

Il me restait donc à me décider entre les modèles Samsung et le Asus.
J'avais imaginé me décider pendant mes congés de Noel mais comme d'habitude, ceux-ci, entre les achats de cadeaux, les réveillons, les grasses matinées et les petites choses à faire sont passés très (trop) vite et je n'ai pas trouvé le temps.

En rentrant au bureau cette semaine, un collègue féru d'informatique, m'a conseillé le Asus Eee PC, en promo à partir de ce mercredi au prix de 299 euros chez Cora, car c'est celui la qu'il compte acheter du fait qu'il est relativement valable comme la plupart de ses concurrents mais qu'il compte un plus avec une autonomie particulièrement importante, le tout avec Windows 7 Starter.

Dans un premier temps, j'avais lu que la version Starter de Windows 7 limitait le nombre de programmes que l'on pouvait lancer en même temps à 2 et qu'il n'était pas possible de lire des vidéos dessus. Je préfèrais donc rester en Windows XP.
Par la suite, j'ai appris que cette limite de 2 process, si elle avait bien existé était supprimée et que la lecture de divx ne posait aucun problème.

J'étais donc décidé à acheter l'Asus mais une visite préalable chez Média-Markt, histoire de voir un maximum de modèle, m'a amené à le voir en vrai, plus en photo donc et la, grosse déception concernant son habillage extérieur car sa coque, brillante, était bourrée de traces de doigt ce qui ne la rendait pas spécialement belle.

Lors de cette visite, j'ai découvert un autre netbook en promotion au même prix, le Samsung N135 dont je n'avais jamais entendu parler. Il avait apparamment les mêmes caractéristiques, y compris au niveau de la batterie, 6 cellules également. De plus, son look, avec une coque bleu clair mat avec des dessins, style en peau de crocro était bien plus beau. Seul hic, il était proposé avec Windows XP.

Le soir à la maison, puis le lendemain, au bureau avec le collègue, j'ai cherché des informations concernant le Samsung N135. Nous avons ainsi découvert qu'il avait la même configuration que le Asus, même si ce dernier restait plus performant au niveau de l'autonomie, et qu'il était également proposé avec Windows 7 mais au Pays-Bas. Impossible de le trouver chez nous dans cette configuration.

Après encore 2 jours de cogitation, j'étais parti pour acheter le Samsung N135 mais une publicité des magasins Carrefour est venue semer le doute dans mon esprit en proposant le Samsung N130 à un prix plus compétitif, solde oblige.
Certes, il coutait 30 euros plus cher que l'Asus mais il était proposé avec une housse protectrice et une souris en cadeau (d'une valeur de 30 euros justement) et surtout il était proposé avec Windows 7 et un disque dur de 250 giga (contre 160 pour les 2 autres).

Je suis allé le voir vendredi et vu qu'il était plus joli encore que le N135, je n'ai pas hésité cette fois et dans la demi-heure (affluence et personnel réduit oblige), je m'en portais acquéreur.

Tout cela pour expliquer le (très) long cheminement, comme souvent quand j'achète quelque chose d'importance, qui m'a amené à acquérir le Samsung N130 que voici.

Article 159 - Samsung N130

Pour la petite histoire, la machine que vous voyez sur la photo n'est pas celle que j'ai achetée vendredi mais celle qui m'a été remplacée ce samedi.
En effet, une fois l'ordinateur installé, j'ai constaté qu'au milieu de l'écran il y avait quelques pixels qui restait brillants, comme une étoile, sur fond clair. Ce défaut s'atténuait au fur et à mesure que l'écran se colorait pour ne plus être visible dès que les couleurs étaient autres que pastels.
Le problème, c'est que quand on travaille avec un tableur ou un éditeur de texte, le fond reste blanc et à ce moment, je ne voyais plus que ce défaut.
Comme je me suis dit que s'il y avait un point lumineux, cela poulait vouloir dire que l'écran n'était pas parfait et que peut-être d'autres points pourraient apparaitre ou que l'écran pouvait peut-être carrément lacher, j'ai décidé de reporter l'ordinateur au magasin ou on me l'a gentiment échangé. Pour une fois, un bon point pour Carrefour. Ce n'est pas souvent que je l'écris.