30/07/2012

L'atelier du Ry Ternel - Ittre

Comme l'an passé, notre fille est partie passer une semaine de vacances à Liège chez sa grand-mère maternelle du fait que ma maman, qui la garde habituellement lorsque nous travaillons, était elle même partie en vacances. Et comme l'an passé, nous avons saisi l'occasion pour nous offrir un petit resto sympa en amoureux.

Il y a 12 mois, il s'agissait du restaurant La Planche à Houdeng-Aimeries. Cette fois, nous avions initialement choisi d'aller manger cette assiette en bois qui nous fait envie depuis des mois et que propose le restaurant Deliceum à Haine-Saint-Paul. Mais, période de vacances oblige, je m'étais mis à la recherche d'un plan B au cas ou il serait fermé. Je me suis ainsi souvenu d'un restaurant de Nivelles dont ma soeur m'avait parlé, La cave à Jules, qui propose un menu à choix multiple pour 32 euros par personne. Avec une formule intéressante le mardi soir puisque les messieurs ne paient que 30 euros tandis qu'il coute seulement 19 euros aux dames.

Or c'est justement un mardi soir que nous voulions passer cette soirée au restaurant. Et comme les suggestions du moment nous faisaient vraiment envie, le plan B est vite devenu le plan A. Hélas, nous n'étions pas les seuls à avoir cette idée puisqu'au moment de réserver une table, il me fut répondu que le restaurant était malheureusement complet.

Il nous fallait de nouveau trouver un plan B. Ou plutôt un plan A car vu la chaleur - il faisait près de 30° ce soir la - et le fait qu'il s'agissait d'une soirée en amoureux, je ne trouvais plus l'assiette en bois très indiquée. Je me suis alors souvenu d'un restaurant qui avait attiré mon attention sur internet devant lequel nous étions passés quelques jours plus tôt. Je ne me rappelais plus son nom mais bien sa situation, à Ittre. Un petit tour sur resto.be me permettait de le retrouver, il s'agissait du Saint-Malo, mais également d'en voir un autre, l'Atelier du Ry Ternel dont j'avais justement lu une critique positive sur le blog d'une connaissance qui m'a inspiré le mien. Sachant qu'il a l'habitude de fréquenter des restaurants de renom, sa critique était donc un gage de qualité. Ce que confirmait d'ailleurs les commentaires présents sur le site resto.be.

Ma femme étant plus attirée par ce dernier que par le Saint-Malo, c'est donc l'Atelier du Ry Ternel que nous avons choisis de découvrir ce mardi 24 juillet.

A côté d'une carte présentant des plats de facture plus classique comme le fondu au parmesan, l'américain frites, la brochette de boeuf, différentes préparations de moules ou encore des pizzas, ils proposent des plats plus originaux comme le tandoori de scampi et saint-Jacques, la brochette de saumon, St Jacques et scampi et surtout le boeuf Wagyu, une variété du fameux boeuf de Kobé dont le persillé (graisse intramusculaire c'est-à-dire à l'intérieur plutôt qu'autour des muscles) est une des causes principales de sa saveur de beurre sans égal, de sa tendreté et de son goût délicieux. Tout cela avec également un menu à choix multiple - 4 entrées, 4 plats et 3 desserts - de facture gastronomique, apparemment changé toutes les 6 semaines et proposé pour la somme tout à fait raisonnable de 30 euros.
Lors de notre visite, il était composé des propositions suivantes.
Entrées:
- Méli mélo de melon, cavaillon et pastèque, jambon San Danièle, gressins maison
- Cocktail de crevettes grises à la pêche, lardés de scampi grillé mayonnaise au Wasabi
- Gratin de moules décortiquées au roquefort et tomates séchées
- Waterzooi d’escargots aux asperges, beurre blanc à l’estragon
Plats:
- Filet de kangourou grillé façon usa, oignons rôti, pommes frites et salade mixte
- Filet de rouget rôti et son beurre blanc, fagot de pointes vertes et pomme purée
- Sandwich de volaille aux légumes confits, sauce atelier, linguine au basilic
- Casserole de moules de cordes (préparation au choix)
Desserts:
- Fraises au basilic et poivre maniguette, glace au lait d’amandes
- Moelleux au chocolat et sa boule vanille
- Assiette de fromages

Nous avons pourtant choisi de manger à la carte car aucune des entrées ne me tentait vraiment tandis que ma femme, en grande amatrice de viande qu'elle est, avait choisi ce restaurant pour enfin gouté au fameux boeuf de Kobé.

La Planche,assiette en bois,Deliceum,La Cave à Jules,Le Saint-Malo,L'Atelier du Ry Ternel,boeuf,Wagyu,Kobé,assiette de fromage

Après l'apéritif, le maison pour moi, un picon vin blanc pour Maud, accompagné d'un mix de cacahuètes et d'olives noires, j'ai beaucoup apprécié le tandoori de scampi et Saint-Jacques tandis que ma femme se régalaitavec une poêlée de Saint-Jacques, un autre de ses péchés mignons.

La Planche,assiette en bois,Deliceum,La Cave à Jules,Le Saint-Malo,L'Atelier du Ry Ternel,boeuf,Wagyu,Kobé,assiette de fromage

Pour suivre, j'ai longtemps hésité entre le kangourou et la volaille proposés dans le menu. Mais après mure réflexion, j'ai trouvé que ce dernier plat était beaucoup plus original, le premier n'étant pour l'essentiel, façon de parler, qu'un morceau de viande grillé accompagné de frites. J'ai pourtant eu un petit regret car si j'ai beaucoup apprécié ce plat, avec notamment la sauce Atelier et les légumes fondants, j'ai été légèrement déçu par la cuisson des pâtes qui était pourtant l'un des éléments m'ayant amené à faire ce choix. Surtout lorsque j'ai vu les magnifiques frites, bien dorées, à la cuisson apparamment parfaite servies aux autres tables. Maud, quant à elle, a évidemment choisi le boeuf Wagyu dont elle a découvert l'extraordinaire saveur.

La Planche,assiette en bois,Deliceum,La Cave à Jules,Le Saint-Malo,L'Atelier du Ry Ternel,boeuf,Wagyu,Kobé,assiette de fromage

En dessert, j'ai choisi la tarte aux pommes de l'atelier et j'ai ainsi découvert des pommes coupées en tranches posées sur un fin disque de pâte avec une boule de glace au spéculoos au milieu. Maud a évidemment choisi l'assiette de fromage et a été surprise par la variété proposée - pas moins de 6 sortes - en regard du prix demandé: seulement 6 euros la ou beaucoup de restaurants n'hésite pas à proposer une assiette nettement moins garnie pour 10, voire 12 euros. La surprise n'en était que meilleure.

Encore une fois, nous n'avons pas été déçu de notre découverte réalisée grace à internet si ce n'est vis à vis de la cuisson des pâtes, ce qui n'est pas bien grave. Encore une table à recommander donc qui s'ajoute à la longue liste des restaurants déjà visités ou nous pourrions retourner. Hélas entre ces derniers et les restaurants à découvrir, que ce soit ceux que j'ai déjà repéré et ceux que je découvrirais encore, il nous  faudrait y aller plusieurs fois par semaine pour profiter de tous, ce que notre budget et, accessoirement, notre ligne, ne nous permettent pas.

29/07/2012

Rétro 07-2011 - Festival TW Classic 2011

L'année passée, nous avons choisi de retourner au TW Classic, festival créé en 2002 en complément du fameux Rock Werchter festival pour attirer un public de tous âges, plus familial donc, grâce à une programmation proposant un mélange d'interprètes confirmés comme Joe Cocker, Elton John ou Sting et de valeurs montantes comme Alicia Keys, Amy MacDonald ou encore Selah Sue.
Pour info, les initiales TW signifient Torhout-Werchter et font référence à l'ancien nom du Rock Werchter qui s'appelait ainsi du fait qu'il se déroulait sur 2 jours, les mêmes artistes se produisant le samedi à Torhout et le dimanche à Werchter.

TW Classic,Rock Werchter,Torhout,Werchter,The Corrs,Phil Collins,Simple

Nous avions déjà eu l'occasion de nous y rendre en 2004 à l'occasion de la 3è édition de l'évènement. Une participation qui s'imposait car elle me donnait l'opportunité de découvrir un groupe et un chanteur que j'adorais. Ainsi, après avoir zappé Blof, artiste que nous ne connaissions pas (et que nous ne connaissons toujours pas d'ailleurs) pour ne pas rendre la journée trop longue, nous étions arrivés pour écouter la prestation de Mike & The Mechanics avec Mike Rutherford, un ancien de Genesis, dont nous apprécions beaucoup les chansons. Pour suivre, un autre chanteur dont nous n'avions jamais entendu parler, Jasper Steverlinck, que nous n'avons pas spécialement apprécié et une artiste pas très connue à l'époque, une certaine Alicia Keys. Mais nous étions donc surtout la pour les 2 têtes d'affiche. Tout d'abord les Corrs que Maud a véritablement découvert ce soir la, au point d'être la première à proposer de retourner les voir lorsqu'ils se produisirent l'année suivante à Forest National. Et enfin, la cerise sur le gâteau, Phil Collins dont c'était la dernière occasion, pour nous, de le découvrir su scène vu qu'il avait annoncé qu'il s'agissait de sa dernière tournée.

TW Classic,Rock Werchter,Torhout,Werchter,The Corrs,Phil Collins,Simple

Cette fois, pour cette 10è édition, l'affiche était tout aussi intéressante. Et de nouveau, pour ne pas trop allongé la journée, nous avons cette fois zappé les 2 premiers artistes. Gabriel Rios, parce qu'il s'agissait d'un parfait inconnu pour nous et Selah Sue, certes connue mais dont nous n'appprécions pas le fait qu'elle chante comme Amy Winehouse, non pas que je n'aime pas la musique de cette dernière, mais parce que je n'aime pas l'idée d'écouter un clône, aussi bon soit-il.

Nous sommes donc arrivé pour assister au concert de Mick Hucknall, le chanteur de Simply Red dont Maud était fan et que j'appréciais beaucoup, qui se produisait avec le groupe The Faces. Nous avons été déçu car nous ne connaissions pas ce groupe et ne nous attendions pas à une musique aussi différente de Simply Red. Même si j'ai adoré un passage du concert, le solo de batterie, exercice que j'adore.
Pour suivre James Blunt, un artiste que je détestais à force d'avoir trop entendu son premier tube, Goodbye my lover. C'est difficile à expliquer pourquoi mais il y a des chansons que je peux écouter en boucle sans problème et d'autres qui finissent par m'irriter à force de les entendre 3 fois par jour à la radio. Des chansons que j'ai pourtant aimé lorsque je les ai découvertes et que j'apprécie réentendre, une fois que le matraquage médiatique est passé, la dernière en date étant Someone like you d'Adèle.
Mais pour revenir à James Blunt, ce concert m'a totalement réconcilié avec lui car j'ai découvert un véritable showman, attachant et proche du public.

Ensuite, lorsque le groupe suivant a commencé à jouer en boucle, pendant de longues secondes, histoire d'appeler les spectateurs près de la scène, l'intro de son premier titre, Waterfront, j'ai eu la chair de poule et j'ai apprécié le concert de Simple Minds bien sur, pour lesquels j'étais la, avec nombre de hits comme Don't you, Alive and kicking ou encore Someone somewhere in summertime. Et dire qu'à leurs débuts, je n'aimais pas du tout leur musique, étant plus attiré par la variété française.

Texas, que j'avais déjà vu à Forest National et surtout son excellente et belle chanteuse Sharleen Spiteri, car pour beaucoup, Texas c'est une chanteuse entourée de ses musiciens, constituait l'autre tête d'affiche pour laquelle nous étions la.
Et nous n'avons pas été déçus. Maud également qui tout comme pour les Corrs a été enchantée même si, cette fois, elle connaissait évidemment bien l'artiste, mais sans jamais avoir eu l'occasion de les voir sur scène.

En fin de journée, Bryan Adams était attendu par ses fans. Comme ce n'était pas notre cas, le trouvant trop rock sauf pour quelques uns de ses hits comme (Everything I Do) I Do It for You, nous nous sommes contenté d'écouter ses 2 ou 3 premières chansons avant de quitter le site, histoire d'éviter les bouchons.

27/07/2012

Le Chemin du Cèdre - Namur

Une fois au Chemin du Cèdre, le restaurant libanais qu'avait donc choisi de nous faire découvrir nos amis, nous n'avons pas pu découvrir l'élégant cadre intérieur car nous avons eu la chance de pouvoir prendre notre repas dans le jardin. Même si, en fin de soirée, la fraicheur tombant, nous aurions bien apprécié prendre le dessert et le thé à l'intérieur.

En guise d'apéritif, j'ai fait le choix d'une boisson libanaise dont j'ai oublié le nom qui ressemble au pineau des Charentes mais en beaucoup plus sucré. Ecoeurant pour certains, comme Maud ou Gabriel, excellent pour moi. Avec un premier couac au niveau du service puisqu'on ne nous a rien proposé alors que les tables environnantes avaient quelque chose. Après une remarque de Mathieu, nous avons finalement reçu des amandes dans un plat raffraichi par des glaçons. Surprenant.

Pour suivre, nous étions tous partis pour prendre le menu découverte à 28 euros, estimant que la différence de 10 euros avec le menu prestige qui comportait quelques plats supplémentaires ne se justifiait pas. Mais Mathieu, qui tout comme Gabriel avait déjà expérimenté le premier lors de leur précédente visite, avait envie de découvrir les plats supplémentaires et plus particulièrement la brochette d'agneau que, contrairement à Gabriel ou moi, il adore. En y regardant de plus près, je constatais tout de même que si la différence de prix ne se justifiait ni au niveau du plat principal, une brochette d'agneau en sus, ni au niveau des entrées chaudes, avec un seul plat bonus, le makanek (petites saucisses d'agneau au poivre flambées au citron), elle permettait, au niveau des entrées froides, de découvrir pas moins de 4 plats supplémentaires. dont le samake harra (filet de poisson, émincé d'oignons, poivrons, ail, citron et crème de sésame).
Et comme Maud adore également l'agneau, j'ai finalement fait le choix de me ralier au choix de Mathieu car chacun des menus n'est servi que pour minimum 2 couverts.

Nous avons donc finalement commandé 2 menus découvertes et 2 prestiges ainsi qu'une assiette de brochette de poulet pour notre fille Kristen. Et ce même si je trouvais un peu frustrant de ne gouter, en plat principal, qu'à de simples brochettes la ou la carte proposait des plats autrement plus élaborés. Mais au vu du grand nombre d'entrées froides et chaudes proposées, dont certaines que nous ne connaissions pas, je me suis dit que cela faisait déjà une belle découverte.

Chemin du Cèdre,restaurant,libanais,makanek,samake harra,houmous,moutabale,changlich,patata harra,moujadara,kebbé,fatayer,falafel,la Khaïma

Ainsi, à côté des traditionnels taboulé, houmous (purée de pois chiches) et feuilles de vigne, nous avons également découvert en entrée froide les loubies (haricots verts à l'huile d'olive, sauce tomate), le seul plat présent uniquement dans le menu découverte, le moutabale (purée d'aubergines grillées avec crème de sésame et citron), le changlich (salade de fromage libanais, tomates ,poivrons, thym, oignons et huile d'olive), la moussaka et le samake harra, autant de plats figurant uniquement dans le menu prestige.

A ce moment nous avons de nouveau eu quelques problèmes avec le service.
Tout d'abord parce que nous avons du demander le pain libanais, que Gabriel et Mathieu savaient, pour être déjà venus, qu'il accompagnait les différents plats.
Ensuite parce que le vin que nous avions choisi n'étant plus disponible, ni en rosé, ni en blanc, nous avons demandé un conseil au serveur qui, ne s'y connaissant pas, nous a indiqué qu'il allait nous envoyer un collègue ... qui n'est arrivé que lorsque nous avons réclamé pour la troisième fois de la soirée.

Chemin du Cèdre,restaurant,libanais,makanek,samake harra,houmous,moutabale,changlich,patata harra,moujadara,kebbé,fatayer,falafel,la Khaïma

Au moment de nous servir les entrées froides, le serveur nous avait indiqué que nous recevrions ensemble les entrées chaudes et le plat principal. Nous avions trouvé cela bizarre mais nous avons compris que cela se justifiait pleinement car certaines entrées comme les patata harra (dés de pomme de terre rissolées à la coriandre et citron) ou la moujadara (purée de lentilles, riz, oignons frits) étaient en fait des accompagnements. Outre ces 2 plats et le makanek déjà évoqué, nous avons également pu gouter au kebbé (boulette de pâte de viande et blé concassé frit, farcie à la viande hâchée, oignons et pigons de pin), au borgoule (dont je ne retrouve pas la teneur), aux fatayer (pâtes farcies aux épinards, oignon, citron), aux falafel (purée de pois chiches et de fèves, coriandre, ail, piment servi avec sauce sésame) et aux ailes de poulets (cuisinées au citron) qui accompagnait donc les brochettes de poulet, kebab et agneau servies avec du pain libanais, certains natures, d'autres recouverts d'une sauce à l'ail et à l'harissa très légèrement piquante.

Avec les habituels problèmes de service puisque nous avons de nouveau du réclamer. D'une part pour que l'on nous explique la nature des différents plats apportés, chose que le serveur ne savait pas faire, nous envoyant le collègue qui nous avait servi les entrées froides et qui nous avait spontanément donné les explications. D'autre part pour demander le plat de notre fille que le chef avait oublié de préparer.

Chemin du Cèdre,restaurant,libanais,makanek,samake harra,houmous,moutabale,changlich,patata harra,moujadara,kebbé,fatayer,falafel,la Khaïma

Par contre, au dessert, rien à redire puisque nous avons tous reçu un chausson contenant une mixture spéciale (au fromage ?), y compris Kristen pour laquelle nous n'avions pas commandé un menu et qui n'y avait théoriquement pas droit.

Chemin du Cèdre,restaurant,libanais,makanek,samake harra,houmous,moutabale,changlich,patata harra,moujadara,kebbé,fatayer,falafel,la Khaïma

Enfin, nous avons tous choisi pour conclure le thé à la menthe, également compris dans ce menu, qui nous a été servi à la manière nord-africaine.

Par contre, nous n'avons pas eu droit au pousse café offert, qui aurait été bien mérité vu les nombreux problèmes de service. Mais peut-être ont-ils estimés que le dessert offert à notre fille constituait déjà un beau geste ... à moins qu'il n'aie pas voulu faire plaisir à cette table de clients qui n'ont pas arrêtés de les embêter. Ceci dit avec humour bien sur.

Ces problèmes de service me font repenser à une autre sortie entre amis, les collègues de ma femme, au restaurant la Khaïma, ou nous avions été confronté au même type de problèmes. Et dont nous avions fini par en rire vu la bonne ambiance dans le groupe. Mais si ce défaut, cumulé à la nourriture, bonne sans plus, m'avait amené à signaler que je n'y retournerais pas, cette fois, la qualité des mets dégustés font que j'oublierais sans problème ces petits tracas pour retourner au Chemin du Cèdre si l'occasion se représente.

Balade et soirée entre amis à Namur

En ce dernier samedi du mois de juin, des amis namurois nous avaient donné rendez-vous en soirée dans leur ville pour nous retrouver au restaurant et nous faire découvrir un type de cuisine que nous n'avions pas encore eu l'occasion de gouter.

Vu que, une fois n'est pas coutume, il faisait ensoleillé et chaud, nous avons fait le choix d'arriver à l'avance pour pouvoir découvrir une ville que je connaissais mal.
En effet, presque chaque fois que j'avais du m'y rendre, c'était pour aller dans le quartier de la gare qui n'offre pas un attrait particulier. J'avais bien eu l'occasion, il y a quelques années, de me promener dans le centre ville pour y découvrir son marché hebdomadaire du samedi matin mais les échoppes m'avaient alors empêché de remarquer les attraits de l'endroit.

Namur,marché,foire,restaurant,libanais,Chemin du Cèdre

J'ai ainsi découvert que le centre de Namur, avec ses rués piétonnes et ses grandes artères commerçantes, était aussi agréable à arpenter que celui de Mons ou de Liège. Avec le grand plus que la circulation, interdite le samedi matin pour cause de marché, n'est pas rétablie de toute la journée. C'est donc l'ensemble du centre ville qui est piétonnier ce jour la.

Vers 18h, après un peu moins de 2 heures de balade et de visite des boutiques - nous étions le premier jour des soldes - nous avons retrouvé Gabriel, l'un des amis avec qui nous avions rendez-vous. Et comme son copain ne savait nous rejoindre que peu après 19h, nous sommes allé faire un tour sur la foire qui battait son plein. L'occasion pour Kristen de se faire plaisir en faisant un tour de montagne russe adaptée aux enfants, un autre de toboggan géant et une pêche au canard.

Une heure plus tard, Mathieu, l'ami que nous attendions nous rejoignait. Il était alors l'heure de nous rendre au restaurant ou nos deux compères avaient réservés une table. Un endroit pour lequel ils avaient entretenus le mystère, ne nous indiquant, pour s'assurer que nous étions d'accord sur le choix du type de cuisine, qu'il s'agissait d'un restaurant libanais réputé. Ils avaient oubliés la puissance d'internet et de notre curiosité. Nous avions donc fait quelques recherches et constaté qu'il n'y avait qu'un seul restaurant libanais à Namur. Nous savions donc déjà que nous nous rendions au Chemin du Cèdre.