31/10/2010

Les 70 ans de Fernand

Fernand, c'est le compagnon depuis plus de 20 ans de ma tante Marie, la soeur de ma mère. Un bon vivant qui ne sait pas tenir en place et qui ne se plait pas chez lui. Bilan, il doit bien se faire 3 restaurants chaque semaine et participe à différents souper ou sorties (pièces de théatres, guinguettes, excursions d'un jour) de toutes les amicales de pensionnés de la région.

Amateur de fêtes en tous genres, cela faisait plus d'un an et demi qu'il préparait et nous "bassinait" avec sa fête. Cela faisait ainsi des mois qu'il était allé acheter ses vins chez Auchan tandis qu'à Noel déjà, il avait demandé que chaque membre de la famille présent se désigne pour assurer une tâche lors de la soirée (servir au bar, couper le gâteau, ...). Mais ce qui nous inquiétait le plus, c'était d'une part la durée de la soirée et d'autre part son animation musicale.

Le début des festivités étaient annoncé pour 15h30' avec discours à 16h alors que le repas proprement dit n'était prévu que vers les 18h. 2h30' d'apéritif, de quoi être "pompette" relativement tôt pour certains, de quoi s'ennuyer aussi, pour d'autres, vu que l'animation musicale risquait de ne pas être des plus folichonnes pour les participants n'émargeant pas encore au club des 3x20.

Nous étions 88 parmi lesquels des membres de la famille âgés de 3 à 77 ans mais aussi pas mal d'amis pensionnés, la plupart membre de l'une des amicales que Fernand fréquente et qui organise, un samedi après-midi par mois un souper dansant dont l'animation musicale est assurée par un duo constitué d'un batteur d'une cinquantaine d'années et d'un trentenaire au chant, synthé et ... accordéon. J'ai appris par la suite qu'ils assuraient aussi certains thés dansant ou autres soirées dans les hômes de la région. Ceci pour expliquer que leur répertoire est pour le moins rétro.

Et c'est ce groupe que Fernand avait engagé pour assurer l'animation de son "après-midi soirée". Au programme, des standards d'accordéon, valses, twists et autres madisons. Du rock quand même mais version année 60-70. Entre les prestations des musiciens, la sono était du même accabit. Les succès les plus récents furent vers 20-21h (la musique avait commencé aux alentours de 17h) 2 Barzotti de la grande époque (début des '80 donc) suivi de 2 Barry White. Ce n'est que vers 22h, avec pour commençer le 'Alors on dance' de Stromai, que quelques titres plus récents ont, parcimonieusement, intégrés la play-list.

Je connaissais également le plat principal prévu. Une porchetta. Moi qui ne suis pas très cochon, je n'étais pas attiré par ce menu. Ca et le programme musical faisait que tout était réuni pour que je passe une fin d'après-midi et une soirée longue et ennuyeuse. C'est d'ailleurs pour cela que j'ai utilisé le termer "bassiner" lorsque j'ai évoqué le fait que Fernand nous parlait de sa fête depuis un an et demi au moins.

Et pourtant, alors que nous n'étions donc pas spécialement venus de gaité de coeur, je dois avouer que nous avons passé une excellente soirée, que ce soit au niveau de l'ambiance, y compris musicale qui m'a permis de réentendre des succès de mon adolescence (ah ce Romantique avec toi sensuelle avec elle, interprété 2x) ainsi qu'au niveau culinaire.

Après un premier apéritif constitué de différentes sortes de chips et crudités, nous avons eu droit, vers 18h à ce que j'appellerais un apéro/entrée: des tapas wallons. Tapas dans le sens ou c'était différentes petites mises en bouche mais wallons parce qu'elles sentaient toutes bon le terroir: différents morceaux de saucisson, du boudin noir et le divin pâté de foie que ma tante Marie nous sert tous les ans lors de son souper de nouvel an. Le tout accompagné par un excellent confit d'oignons maison. Pour suivre, j'ai particulièrement apprécié la pièce principale: la porchetta. Super bien épicée et accompagnée de pommes de terre cuites au four, de pommes de terre froides, de pâtes froides et d'un nombre incroyable de crudités (salade, carottes, haricots verts, petits pois, choux en vinaigrette, ...).
Pour clore le repas, le gateau à la crème au beurre, l'un de mes nombreux péchés mignons, était lui aussi excellent.

Toutes mes excuses Fernand d'avoir douté de ta fête et encore merci pour ce bon moment passé en famille.

Les commentaires sont fermés.