06/08/2010

Inception à l'Imagix Mons - La pour et le contre

Cette année, j'ai attendu quasi 7 mois avant de me faire un cinéma puisque ce n'est que ce mardi 27 juillet que j'y suis retourné. Et ce n'est pas le film que j'ai vu qui va me réconcilier avec ce genre de sortie. Mais les avis sont partagés comme vous pourrez le lire (ce qui explique la deuxième partie du titre de cet article).

Personnellement, pour les raisons que j'ai déjà évoquées dans ce blog, je me passe bien maintenant d'aller au cinéma. Cela ne me pose pas le moindre problème de voir les films qui me tentent avec quelques mois de retard, confortablement installé dans mon salon ... ce qui n'est pas le cas de ma femme.

Article 181 - Affiche du film.jpg

A la mi-juillet, j'ai vu à la télé la bande annonce, particulièrement accrocheuse, d'Inception, le dernier Di Caprio, qui laissait présager un bon film d'action grand spectacle qu'il est toujours mieux de voir sur grand écran. Et comme Maud me faisait comprendre au même moment que ce film la tentait, voila pourquoi, un mardi soir de juillet, je me suis retrouvé pendant 2h20' assis dans une salle de cinéma à attendre la fin d'un film comme cela m'arrivait au bon vieux temps, quand j'étais jeune, et que je voyais de l'ordre de 70 à 80 films par an, ce qui impliquait une quantité plus ou moins importante de nanars.

Au moment de faire ce choix, je ne connaissais de ce film que sa bande annonce. Lorsque je me suis renseigné sur les horaires, sur le site cinebel, j'en ai profité pour lire le résumé et la, je dois dire que j'ai eu un petit doute. Je me suis dis que cette histoire de voleur d'informations dans le rêve des gens qui va essayer, pour la première fois, le contraire, soit pousser quelqu'un à faire quelque chose en lui implantant cette idée via l'un de ses rêves ne devait pas nécessairement être le film de pur divertissement que la bande annonce ne le laissait présager.

De fait, si ses effets spéciaux sont spectaculaires, l'histoire est très très difficile à suivre. Je ne dirais pas qu'il faut un bac +4 pour la comprendre mais c'est tout comme. En fait, il faut tout le temps avoir l'esprit en éveil et cogiter pour comprendre ce film. Moi qui était venu me détendre après une matinée et un début d'après-midi à remettre en couleur mes portes et fenêtres, c'était raté. Je n'ai donc pas fait le travail nécessaire et je n'ai pas tout compris dans cette histoire de rêves qui s'imbriquent les uns dans les autres.

Par contre, ma femme, qui tenait absolument à voir ce film et qui savait de quoi il retournait a adoré. Elle m'a bien avoué qu'à 2 reprises, elle a un peu décroché, mais en se torturant les méninges, elle a fini par se rattrapper et comprendre toute l'histoire. Elle a ainsi pu, durant le trajet de retour dans la voiture, m'expliquer tout ce que je n'avais pas compris (et que, soit dit en passant, je lui aurais demandé pendant la diffusion si nous l'avions regardé à la maison). Je dois quand même admettre que l'histoire était très cohérente, ce qui n'est pas toujours le cas avec certains scénari, et je veux bien tirer mon chapeau au scénariste (qui est aussi le réalisateur et le producteur) pour avoir imaginé une histoire aussi originale et tarabiscotée qui reste totalement cohérente.

Pour résumer, je dirais que c'est le genre de film qu'on aime ou qu'on n'aime pas. Si on le regarde en pensant, comme moi, assiter à un nième film d'action, on risque d'être dérouté et donc déçu. Par contre, si comme ma femme, on sait exactement à quoi s'attendre, alors, ce film est a classé parmi les réussites du 7ème art. Il suffit d'ailleurs de lire les critiques positives des professionnels et de certains spectateurs pour s'en convaincre.

 

Epilogue.

Alors que je venais de terminer cet article et que je recherchais l'affiche du film pour l'illustrer, je suis tombé sur cet article, très enthousiaste, que j'ai apprécié consulter. Je suis ensuite tombé sur cet autre, tout aussi enthousiaste. Allez les lire, ils donnent vraiment envie de voir le film.

Au vu de tous ces articles et commentaires positifs et au vu des chiffres de fréquentations des salles, je me dis maintenant, avec le recul, que je suis passé à côté de quelques chose d'énorme et que dans quelques années, quand je reverrais ce film, évidemment en ayant oublié la plupart des éléments clés de l'intrigue, je passerais une excellente soirée télé.

Il est loin le temps ou j'étais un vrai passionné de cinéma, ou j'y allais plus d'une fois par semaine (avec une année record aucours de laquelle j'ai passé la barre des 100 films), ou je regardais les différentes émission traitant du sujet à la télé, ou j'achetais et je lisais, de la première à la dernière page, Première, Studio Magazine, ce dernier remplacé plus tard par Ciné Live. A cette époque, j'aurais été parfaitement documenté sur le film et j'aurais probablement apprécié la qualité de ce film.

20:10 Écrit par slumle dans Cinéma | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : action, inception |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.