28/03/2010

Soirée au cafe le Kleyer - 2ème partie - le concert

Le ventre bien rempli, il était temps de passer dans la salle de café, histoire de ne pas être placé trop loin pour apprécier le concert de Colline Hill.

Ce dernier, annoncé sur internet pour 21h, était en fait prévu à 21h30'. L'occasion de se commander un verre pour patienter ce qui m'a permit de regouter à l'une de mes bières préfèrées, la Rodenbach grenadine, proposée, pour la petite histoire, à un prix relativement bas à mon sens, d'autant que le supplément grenadine n'était pas facturé (comme quoi le jus d'orange avec le pisang était le seul couac).

Mais revenons à la raison première de cet article, le concert.
Enfin, c'est un grand mot puisque de salle de concert, il n'y avait point. Juste une estrade dans le fond du café. Ce n'est pas la meilleure des façons pour écouter un artiste mais comme c'était la première occasion qui se présentait à moi d'entendre Colline Hill en live, cela ne m'a pas posé de problème.

Pour la petite histoire, Colline Hill, elle même, n'aime pas trop, selon ses dires, chanter dans les cafés car l'accoustique est loin d'être idéale tandis qu'une partie des personnes présentes, n'étant pas venues pour elle, ne l'écoutent pas et surtout continuent à parler et à s'amuser. 
C'est donc à titre exceptionnel qu'elle s'est produite dans ce lieu parce que le patron est un ami et qu'il a beaucoup insisté.

Pour ce concert accoustique, Colline Hill (aux chant, guitare et harmonica), était accompagnée par un guitariste et un bassiste.

Article 168 - Colline Hill au Kleyer

Pendant près de 2h, entrecoupées d'un entracte d'une vingtaine de minutes, elle nous a proposé de découvrir un mélange de chansons personnelles, elle est auteur-compositeur, dont les 3 qui figurent sur son cd single, et de reprises d'artistes qui correspondent à ses influences comme par exemple les Cranberries ou Tracy Chapman.

Tenant compte que le concert avait commencé avec une vingtaine de minutes de retard, c'est donc pas loin de minuit, après plusieurs rappels demandé par son petit noyau de fans que le concert s'est terminé.

L'occasion pour moi, tel une midinette, de me présenter devant elle pour lui demander de dédicacer son premier cd single que je venais d'acheter (je ne connaissais pas encore Akamusic au moment ou il a été réalisé) auprès d'une personne de son entourage et de poser à ses côtés pour une photo qui deviendra, qui sait, un collector.

Car avec un peu de chance (il en faut, en plus du talent évidemment), dans quelques années, elle sera une chanteuse reconnue qui collectionnera les succès et qui remplira des salles comme Forest-National, la référence en Belgique. Je pourrais alors sortir mes 2 collectors, la dédicace et la photo, et dire, à la sortie de l'un de ses concerts, parmi des milliers de fans, qu'en février 2010, au début de sa carrière solo, avec seulement quelques dizaines de personnes dans un petit café, j'y étais déjà.

Les commentaires sont fermés.