26/07/2009

Marche nuptiale revisitée

La marche nuptiale remplacée par une chanson hip-hop de Chris Brown, il fallait oser.

Félicitations à Jil et Kevin qui ne sont pas près d'oublier leur passage devant non pas monsieur le curé (cette entrée ne serait pas possible dans l'austère église catholique) mais madame la pasteur.

Pour info, tout cela s'est passé dans une église de Saint-Paul dans le Minnesota.

18:20 Écrit par slumle dans Insolite | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : mariage, hip-hop, chris brown |  Facebook |

25/07/2009

Souplesse linguale

Et tant que j'y suis avec la souplesse du corps humain (et l'aide d'une langue probablement plus longue que la normale), voyez ce que cette jeune femme réussit à faire avec la sienne.

16:59 Écrit par slumle dans Insolite | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : souplesse, langue |  Facebook |

Qui a dit que c'était impossible ?

Vous avez certainement déjà reçu l'un ou l'autre e-mail dans lequel on énumère divers faits étonnants ou amusants. Parmi ceux-ci, l'un revient régulièrement: le fait que l'homme est incapable de se lécher le coude (suivi, d'ailleurs, de celui indiquant qu'un gros pourcentage (90% si j'ai bonne mémoire) des personnes ayant lu cela ont immédiatement essayé).

Et bien cette affirmation est incorrecte comme le prouve cette vidéo.

16:52 Écrit par slumle dans Insolite | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : lecher, coude, langue |  Facebook |

17/07/2009

Chicken and waffles

L'autre jour, je regardais le film Deuce Bigalow, European gigolo (en français: Rent a man, gigolo malgré lui). Dans ce film particulièrement déjanté racontant les tribulations en Europe et plus particulièrement aux Pays-Bas d'un gigolo spécialisé dans les clientes ayant de (gros) problèmes physiques improbables, on retrouve de nombreuses scènes plus absurdes les unes que les autres, dont l'une a pour cadre un restaurant nommé le Van Gogh Chicken and Waffles, proposant donc des plats à base de poulet ET de gaufres.

Article 114 - Carte du Van Gogh's Chicken and waffles

Je me suis demandé si ce concept existait réellement aux Etats-Unis avant de penser qu'il y avait de grandes chances que ce ne soit pas le cas et d'oublier.

Le lendemain, en zappant, ma femme tombe sur une émission de téléréalité sur Snoop Dogg dans laquelle David Beckham est invité, apparamment pour donner un petit cours de football à quelques jeunes.
A la fin de la séance, Snoop Dogg lui propose d'aller manger un bout dans ... un Chicken and Waffles.

J'ai donc fait quelques recherches sur internet et constaté que ce concept existait réellement même s'il n'est probablement pas présent aux Pays-Bas.

Article 114 - chicken_and_waffles

J'ai ainsi appris qu'il y avait 2 types de plats se rapportant à l'appellation "Poulet et gaufres": ceux ou l'on place une préparation à base de poulet, genre poulet au curry, sur une gaufre (si j'ai bien compris l'explication suivante: "chopped up chicken placed on top of waffles and smothered in gravy" trouvée sur un site en anglais) et ceux, les plus populaires, consistant en du poulet frit accompagné de gaufres nappées de beurre ou de sirop d'érable. Les gaufres faisant, dans ce cas, office d'accompagnement au même titre que le riz, les frites ou autres croquettes par exemple.

Si vous désirez en savoir plus, n'hésitez pas à consulter l'article sur le sujet sur wikipédia (malheureusement en version anglaise).
J'y ai notamment appris que les Chicken and waffles faisaient l'objet de multiples références dans des films ou séries que j'ai eu l'occasion de voir (sans m'en rendre compte), comme Jackie Brown, Rush hour, le Prince de Bel Air ou encore Heroes.

15/07/2009

Mon premier potager (... et ses premiers légumes)

Dans un article précédant (Jardinières et jardinage du 06 mai dernier), j'indiquais que, pour la première fois, j'allais cultiver quelques légumes dans mon jardin.

En fait ce n'est pas tout à fait vrai. Quand j'ai fait bâtir, il y a près de 20 ans, je suis resté un ou deux an sans pelouse avec un jardin à l'abandon. Mon père, jardinier dans l'âme trouvait que c'était dommage de ne rien en faire. Au printemps suivant, il avait donc acheté quelques plans de patates et était venu m'aider (me forcer devrais je dire) à bêcher le jardin et à les planter. Le travail avait été rendu difficile par la nature de la terre (de la terre glaise qui colle à la pelle).
La récolte n'avait pas été terrible car alors que les vers (des pommes de terre, pas les lombrics) venaient à peine de sortir, les plans n'avaient pu se développer, atteint par une maladie. J'avais mis cela sur le compte du voisin qui avait pulvérisé de l'anti-herbe sur son terrain mais bien des années plus tard, j'ai fini par comprendre que j'avais été victime du mildiou.
Bilan, une récolte avancée et peu de rentabilité (les patates étaient peu nombreuses et toutes petites).
Ca et la difficulté de travailler la terre avait convaincu mon père de laisser tomber.

Si la gestion d'un potager ne m'intéressait pas à l'époque (je n'avais pas 30 ans et avait d'autres priorités), l'envie m'est donc venue il y a peu.

Au départ, j'avais émis l'intention de simplement planter quelques légumes à des places laissées libres par des arbustes coupés. Mais au moment de les mettre en terre, je me suis ravisé car je me suis rendu compte que l'un des endroits étaient trop peu ensoleillé tandis que le second, sous un arbre, n'était pas idéal non plus.

J'ai donc choisi de les planter au fond du jardin et de créer ainsi mon premier (mini-) potager.

Article 113 - Mon premier potager

Si les plans de courgettes ne sont pas aussi développés qu'ils devraient l'être, c'est parce que je les ai plantés un peu tard. Sachant que je partais en vacance du 20 mai au 7 juin, je n'ai pas voulu prendre le risque de le faire avant, de crainte qu'il ne pleuve pas assez durant cette période et j'ai préféré confier les plants à ma mère. A mon retour, la météo n'était pas bonne et ce n'est donc que vers le 10 juin, profitant d'une journée moins pluvieuse que j'ai pu jardiner. Comme j'ai changé mes plans et choisi de les planter au fond du jardin, cela s'est fait dans la précipitation et je n'ai pas eu l'occasion de bien travailler la terre. Je me suis contenté de bêcher rapidement un petit espace pour le plant de potiron, un des plants de tomate et un de ceux de courgette. Pour les 2 autres plants de courgettes et le plant de tomate restants, j'avais acheté un sac de terreau prêt à l'emploi (ou il suffisait de découper 3 ouvertures pour y planter les légumes) que je me suis contenté de déposer sur la pelouse préalablement tondue à ras. Cela explique la présence de toute cette herbe.

Le fait de les planter plus tard fait que j'ai une récolte un peu tardive qui ne sera pas aussi prolifique que ce que l'on peut attendre d'un plan de courgettes. Pareil en ce qui concerne mes tomates tandis que le potiron n'a pas l'air de donner des fruits.

En attendant, ce week-end, j'ai récolté ce que je considère comme les 2 premiers véritables légumes cultivés par mes soins dans mon jardin, 2 belles courgettes.

Article 113 - Premières courgettes

Cette première expérience, même si elle ne sera pas aussi concluante qu'espéré me plait au point que je peux déjà dire que je recommencerais l'année prochaine mais cette fois en m'y prenant un peut plus tôt et en préparant plus longuement le terrain.

13/07/2009

Finalement, Sarkozy reste lui aussi un homme

Finalement, on peut faire dire n'importe quoi à une photo.
La preuve avec cette vidéo filmée au moment ou la photo de mon article précédant a été prise. On peut y voir que le président français plutôt que de s'amuser de l'attitude du président Obama est en fait occupé à jeter, lui aussi, un oeil vers l'objet du délit.

Vidéo et source: http://www.dhnet.be

 

20:37 Écrit par slumle dans Humour | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : obama, sarkozy, fesse, photo |  Facebook |

Sarkozy amusé par le manège d'Obama

J'adore cette photo. Pas parce qu'elle montre qu'un homme reste un homme, fut-il président de la plus grande puissance mondiale mais plutôt pour l'air goguenard du président français Sarkozy qui a remarqué le manège de son homologue américain et s'en amuse.

Article 111 - Obama se rince l'oeil au G8

Pour l'anecdote, la jeune femme qui fait l'objet de toutes les attentions du président Obama est une jeune politicienne brésilienne en herbe faisant partie de la délégation "juniore" du G8.

Photo et source: http://www.7sur7.be

 

20:05 Écrit par slumle dans Photographie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : obama, sarkozy, fesses |  Facebook |

11/07/2009

Esther Williams, l'inspiratrice de la première pub Evian

Article 110 - Esther Williams

Pour ceux qui ne la connaissent pas et qui n'ont donc pas compris la référence faite dans mon article précédant, Esther Williams (née le 8 août 1921... ou 1922 selon les sources) est une ancienne championne américaine de natation (championne nationale du 100 mètres nage libre et détentrice de 2 records du monde, le 220 yards et le 100 mètres nage libre) qui s'est reconvertie, au cinéma, dans les comédies musicales "aquatiques" après sa carrière sportive.

Je me trompe peut-être mais je pense que c'est elle la reine de ce genre (il y a probablement eu des films dans le même genre avec d'autres actrices mais qui n'ont pas atteint sa renommée) et donc l'inspiratrice de la publicité Evian de 1998. Il suffit de regarder cet extrait de film ou on peut découvrir, après 1m10', une scène de plongeons multiples en chaîne face à la caméra, un classique du genre, qui est identique à celle qui commence le spot publicitaire.

Pour en savoir plus à son sujet, vous pouvez consulter les articles/sites qui lui sont consacrés sur wikipédia, vargen57.unblog.fr (blog joliment fait d'une fan de cinéma N&B ou l'on retrouve des tas de biographies d'acteurs né ... avant 1943 et ayant commencé leur carrière avant 1950) ou tout simplement sur le site officiel de la star.

10:24 Écrit par slumle dans Cinéma | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : natation, evian, vargen57 unblog fr |  Facebook |

10/07/2009

Evian, le retour des bébés sportifs

11 ans après avoir mis en scène, pour un spot publicitaire, des bébés nageurs dans l'esprit des comédies musicales aquatiques telles que le faisait Esther Williams dans les années '40 et '50, Evian nous en propose un, actualisé au gout du jour. Fini la natation à l'ancienne, place au roller. Et les bébés y sont encore plus trognons.

Si vous regardez la télé, vous n'avez pas pu la louper puisqu'elle y passe régulièrement depuis quelques jours mais je ne résiste pas à l'envie de la poster sur mon blog tellement je la trouve encore plus réussie que la précédante.

Dans un article paru dans La Nouvelle Gazette (quotidien belge du groupe Sud Presse) daté du samedi 4 juillet, j'en ai aussi appris un peu sur le tournage.
Ainsi, le décor a été filmé en mars dans un parc de Melbourne. Des photos de Central Park ont ensuite été superposées. Pour la chorégraphie des petites bouilles, c'est une troupe de danseurs qui s'en est occupé, patins aux pieds. Les bouilles des culottes courtes ont ensuite été ajoutées numériquement.

Enfin, pour ceux qui ne connaissent pas la première version, l'ont oubliée ou désire simplement la revoir.

07/07/2009

Moonwalk géant en hommage à Michael Jackson

N'étant pas du tout fan du personnage même si j'appréciais ses talents de chanteur et de danseur, je n'avais pas l'intention de poster quoi que ce soit au sujet de sa disparition.
Mais en ce jour de cérémonie d'adieu à Michael Jackson, que ma femme, grande fan depuis son plus jeune âge (son premier 33T était Thriller), regarde à la télé alors que je rédige cet article, je suis tombé sur un article de 7sur7.be évoquant un site, joliment fait, rendant hommage, avec humour, au roi de la pop.

Vous y trouverez des quidams (peut-être vous puisqu'il vous est loisible d'envoyer votre propre vidéo pour l'intégrer au site) pratiquer le moonwalk de façon plus ou moins réussie ou plus ou moins humoristique.

Prenez le temps de le consulter à cette adresse: http://www.eternalmoonwalk.com/ et ne vous étonnez pas du nombre de belges (et plus particulièrement de flamands) présents vu que ce site a été créé à l'initiative de Studio Brussel, station de radio flamande justement.

Petit concours pour le fun: n'hésitez pas à m'envoyer en commentaire la distance que vous avez parcourue avant de passer à autre chose.
Personnellement, j'ai atteind les 1200 mètres.

20:12 Écrit par slumle dans Insolite | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : moonwalk, michael jackson |  Facebook |

04/07/2009

Burger King, simply the best (... dans sa catégorie)

Ou l'éloge de Burger King, bien meilleur que Quick ou Mac Donald, ses concurrents présents en Belgique, que je fréquente par défaut

 Article 107 - Enseigne Burger King
Comme je l'ai évoqué dans mon précédant article, chez nous, en Belgique, Burger King n'existe pas. Quick et Mac Donald se partagent le marché de la restauration rapide.
Certaines de mes connaissances trouvent des différences de gout, surtout au niveau des steacks hachés, entre les 2 enseignes. Les uns penchent pour Quick et trouvent Mac Donald pas très bon. Pour d'autres, c'est l'inverse.
Personnellement, je ne vois pas de différence et j'apprécie les burgers de l'un et de l'autre même si j'ai une petite préférence pour le Quick. Mais cela est du au fait que j'aime découvrir les nouveautés et qu'elles y sont plus fréquentes, environ tous les 2 mois, que chez Mac Donald.
Ce dernier a peut être aussi des nouveautés régulièrement mais dans ce cas, ils ne communiquent pas bien. Ou alors, ils proposent, sur une période de 3 semaines par exemples, 3 nouveautés. Une par semaine, la ou Quick propose ses nouveautés, en général 2, en même temps. Pour les gouter toutes, il me faudrait manger au fast food 3 semaines de suite alors que je trouve qu'une fois par mois est déjà largement suffisant. Et comme souvent, les 3 propositions sont tentantes, plutôt que d'en choisir une parmi les 3 et être frustré de ne pas pouvoir gouter les 2 autres, je fais le choix de les ignorer.

Mais depuis que j'ai eu l'occasion de découvrir Burger King, impression confirmée le mois passé, j'ai pu me rendre compte combien Quick et Mac Donald ne leur arrivent pas à la cheville.
La viande dans leurs sandwiches est beaucoup plus savoureuse tandis que leurs frites sont de loin bien meilleures. La ou la concurrence propose des frites parfois grasses, souvent moflasses comme on dit chez nous, elles sont chez Burger King, probablement du fait d'un calibre un peu plus grand,  bien croustillantes à l'extérieur et bien fondantes à l'intérieur. Exactement comme une bonne frite doit l'être.

Et je ne suis pas le seul à penser cela puisque j'ai retrouvé un article du site d'information 7sur7.be datant de décembre 2008 parlant de la dernière campagne publicitaire de Burger King basée sur un test comparatif entre leur produit fétiche, le whopper et celui de Mac Donald, le Big Mac, et prouvant, de manière pseudo-scientifique qu'ils étaient bien les meilleurs.

Voici la publicité en question:

Et sa version longue (7 minutes), sorte de making of:

02/07/2009

Burger King et moi

Non, je ne fais pas preuve de mégalomanie en voulant comparer ma petite personne à ce géant américain de la restauration rapide. Je veux juste narrer dans cet articles mes 2 rendez-vous manqués, et les 3 réussis, avec un restaurant de cette chaîne.

Article 106 - Enseigne Burger King

Cela ne fait que quelques années que je connais leur existence puisqu'ils ne sont pas implantés en Belgique et qu'ils ont quittés la France en 1997. Mais mon attrait pour la nouveauté m'a alors donné envie de goûter leurs produits.

En avril 2004, alors que nous étions, ma femme et moi, en vacances à Aruba, une petite île des Caraïbes, nous avons une première fois manqué l'occasion de découvrir Burger King. Notre hôtel était situé non loin de la capitale, Oranjestad. Nous y sommes donc allé en visite.
Arrivés à l'heure du dîner et après avoir parcouru quelques rues, nous sommes tombés sur un Mac Donald. Comme nous étions en formule all-inclusive et comme nous ne voulions pas passer trop de temps à table, ce fast food pouvait faire l'affaire d'autant que, si nous connaissions évidemment cette chaine, elle proposait des burgers qu'on ne trouvaient pas chez nous. Nous y avions mangé correctement sans plus.
Alors qu'elle n'avait pas été notre déception lorsque, en reprenant notre promenade, le ventre plein, nous étions tombés, 2 rues plus loin sur un Burger King.

Frustrés, nous nous étions promis de nous rattrapper ce que nous avions fait quelques mois plus tard.
Sachant que la chaîne est présente en Allemagne, j'avais regardé sur internet et constaté qu'ils avaient un point de vente à Aix la Chapelle qui n'est pas bien éloigné de Liège ou habite mes beaux-parents et ou nous allons régulièrement. Nous avions ainsi découvert le fameux whopper (leur Giant ou leur Big Mac à eux) et combien Burger King est bien meilleur que Quick ou Mac Donald.

C'est pour cette raison que, depuis quelques mois, nous avions envie d'y regouter.

En préparant nos vacances, j'ai regardé si Burger King avait des implantations dans les pays visités. J'ai constaté qu'il n'en avait pas ni en Croatie ni en Slovénie mais bien en Hongrie, quoique uniquement à Budapest. Mais de toute façon, nous n'allions pas la pour manger fast food.
Par contre, outre en Allemagne, j'ai surtout constaté qu'ils étaient présents en Autriche avec notamment quelques implantations à Vienne et sa région ou nous devions passer le deuxième jour vers midi.
Nous avons donc fait le choix de préparer des sandwiches et des tartines pour le premier jour de voyage et de dîner chez Burger King le lendemain.

J'avais ainsi repéré un restaurant sur une aire d'autoroute au sud de Vienne. Je n'avais pas trouvé son adresse précise, histoire de l'introduire dans mon gps, mais il ne paraissait pas difficile à trouver puisque situé sur une autoroute que l'on aurait empruntée, en se déroutant de quelques kilomètres, lorsque nous serions arrivés en approche de Vienne.

Mais le choix de finalement visiter le centre de cette ville en voiture nous a amené à quitter l'itinéraire prévu. Une fois la visite terminée, j'ai bien fait quelques tentatives pour trouver le Burger King mais en l'absence de coordonnées gps et comme j'avais oublié d'éditer la carte sur laquelle j'avais vu la localisation du restaurant, je n'y suis pas arrivé. Peu après 13h, alors que Kristen se plaignait, à juste titre, d'avoir faim, nous avons, la mort dans l'âme, laissé tomber l'idée. Nous avons donc repris la route de la Hongrie et nous sommes arrêtés à la première station service pour acheter ... des tartines.
D'autant plus frustrant que la veille, en Allemagne, nous n'avions pas arrêté de voir des Burger King à quasi chaque station essence. C'est ce qui nous a aidé à nous consoler car nous nous sommes dit qu'au retour nous souperions la.

Au retour donc, nous nous sommes arrêtés vers midi sur une aire d'autoroute qui était, nous allions le constater 1 ou 2 kilomètres plus tard, la dernière aire autrichienne avant la frontière. Nous y avons fait le plein et comme le choix de sandwiches et tartines n'étaient pas terrible mais que Kristen avait faim, nous lui en avons acheté une et en avons choisi une autre pour nous, histoire de patienter. Nous avons ensuite repris la route pour rejoindre la prochaine station service, en espérant qu'ils auraient plus de choix.

Et qu'avons nous vu quelques kilomètres plus loin ? Un panneau annonçant la prochaine aire d'autoroute dans 10 km avec les noms de la marque de la station essence et des restaurants qui y sont associés: Gusticus et ... Burger King.
Le premier moment de dépit passé, nous nous sommes interrogés Maud et moi. Tu as encore faim ? Evidemment (puisque nous cherchions justement à manger). Oui mais une grosse faim ? Assez oui. Finalement je me suis lancé et j'ai proposé à Maud de diner la ce qu'elle a accepté avec joie. D'autant qu'on ne voulait pas risquer de ne plus voir de Burger King sur notre itinéraire (différent de l'aller) en fin de journée.

Article 106 - Point de vente Burger King

C'est ainsi que 5 ans plus tard, j'ai eu l'occasion de redécouvrir Burger King et de constater que leurs hamburgers et surtout leurs frites étaient aussi bons que dans nos souvenirs.

Mais l'histoire ne s'arrête pas la car quelques heures plus tard, il a fallu songer à souper. Je me demandais ce que nous pourrions manger et songeais éventuellement à de nouveau m'arrêter chez Burger King, tellement c'était bon, quand je suis tombé, vers 18-19h, sur un panneau annonçant une station essence avec, comme restaurants sur le site, Gusticus (le premier depuis longtemps) et Burger King.

Article 106 - Enseigne Gusticus

Je ne connaissais pas Gusticus avant ce jour. Il s'agit d'une chaîne de restaurants self-service, un peu comme Autogrill à l'étranger ou AC restaurants chez nous. Mais le midi, leurs plats et leurs buffets étaient tellement appétissants, variés et tentants que j'ai trouvé l'idée de les gouter intéressante. Maud a immédiatement adhéré à cette idée.

Malheureusement, alors que le midi, il s'agissait d'un grand Gusticus, qui partageait ses locaux, son décor et son mobilier avec un petit point de vente Burger King, ici, il s'agissait d'un grand Burger King qui partageait ses locaux, son décor et son mobilier avec un petit Gusticus.
Bilan, le choix chez Gusticus était limité alors que Burger King proposait un autre burger en plus de ceux proposés dans la petite implantation de ce midi.
Nous aurions du faire l'inverse: diner au Gusticus et souper au Burger King. Mais nous ne pouvions pas savoir et, à midi, nous avions trop envie de manger Burger King et trop peur de ne plus en trouver avant la fin de la journée.

Maud a finalement choisi de manger un spaghetti carbonara. Kristen, une grosse saucisse allemande. Ni cela, ni les schnitzel ni le petit salad bar qui constituait l'essentiel des propositions de plat ne me tentait et comme le nouveau burger me faisait de l'oeil, pour la deuxième fois de la journée, mais seulement la troisième de ma vie, j'ai donc remangé un menu chez Burger King.

Cette fois, je n'ai donc plus attendu 5 ans pour retourner chez Burger King. Juste 5 heures !

01/07/2009

Campagne de vaccination originale

Lu sur le site 7sur7.be ce mardi.

Une manière originale (mais pas idéale) de s'immuniser contre la grippe mexicaine.

Article 105 - Image article 7sur7