12/08/2014

Notre réveillon 2013-2014

Avec beaucoup de retard, voici enfin le dernier article concernant notre actualité 2013, le menu que nous nous sommes concocté, ma femme, ma fille et moi pour le dernier soir de l'année.

Beaucoup de classiques évidemment mais quelques découvertes malgré tout.

réveillon,Saint Sylvestre

Pour accompagner, le mousseux, quelques, façon de parler, zakouskis froids et chauds. Au programme, des chips, des toasts au fromage, au pâté et aux oeufs de lompe, des apéricubes édition collector à la truffe, au saumon fumé ou encore aux figues et noix, des brochettes de dinde au paprika (non illustré), des yakitori tandoori, thai, mango et japanese et des croquettes tapas au fromage blanc et olives, jambon et mozzarella et poisson et légumes.

réveillon,Saint Sylvestre

En entrée froide, le traditionnel et inévitable foie gras. En potage, la tout aussi traditionnelle bisque, mais aux écrevisses cette fois. Et en entrée chaude, un samossa au foie gras, un loempia aux 2 saumons et une bouchée de poisson.

réveillon,Saint Sylvestre

Enfin, à l'approche de minuit, après tout ces plats étalés tout le long de la soirée, nous avons apprécié une bonne et légère orange givrée.

Bonne année 2014 à tous. Euh quoi ? Nous sommes au beau milieu de l'été ? Ah oui, j'avais oublié !
Vive les vacances alors. Ce qui tombe plutôt bien puisque nous partons d'ici peu pour un périple en Italie. Rendez-vous pour un compte-rendu détaillé ... à la Noel. Lol.

30/07/2014

Nos marchés de Noel 2013

En décembre 2013, nous avons fait 3 marchés de Noel.

Le samedi 7, avant d'aller au théâtre voir la pièce Le jeu de la vérité, nous sommes allé à celui de Liège ou après le traditionnel apéro au stand brésilien nous avons mangé un hamburger spécial comme plat et une bouquette aux pommes en dessert pour moi.

Une semaine plus tard, avant nos retrouvailles avec Gabriel au restaurant Le Bombay, c'est celui de Namur que nous avons visité pour la toute première fois. Même s'il propose un peu moins de chalets, il est également intéressant de par le fait que le samedi à Namur, le centre ville est piéton.

Enfin, le dimanche 29 décembre, nous avons fait celui de Bruxelles.
Le temps étant quasiment printanier, il faisait bourré massacre comme on dit chez nous. A un point tel que nous avons finalement renoncé à rejoindre la Grand-Place au vu des "embouteillages humain" dans les rues adjacentes. Nous avons néanmoins pu effectuer le parcours habituel sans trop de difficulté et avons eu le plaisir de découvrir de nouvelles échopes de produit de bouche.

Article 322 - Crêpes tajine.jpg

C'est ainsi que Maud s'est régalée avec une piadine tandis que j'avais le plaisir de découvrir un nouveau produit, une crêpe tajine dont on peut voir la photo de l'échoppe. Bon, la photo n'est pas terrible mais de un elle a été prise de mon smartphone dans des conditions de luminosité difficile et surtout de deux, je n'ai rien fait du point de vue des réglages pour l'améliorer. Mais le plus important reste que cette crêpe, farcie avec de la semoule, des légumes et de la merguez était délicieuse.

30/06/2014

La Pataterie - 2

Maud, qui au départ trouvait un peu risqué d'acheter un smartphone d'une marque inconnue et non distribuée en Belgique, a vite fait de se rendre compte que mon Wiko Cink Five était un excellent achat rapport qualité/prix. Vu que son portable donnait des signes de faiblesse et qu'elle cherchait a le remplacer, elle n'a pas hésité longtemps et a commandé le même modèle.

Le vendredi 20 décembre, nous sommes donc allé le réceptionner au magasin Boulanger de Valenciennes. Nous en avons évidemment profité pour faire quelques courses ... et nous restaurer dans une enseigne que l'on ne trouve qu'en France. Cette fois, nous avons choisi La Pataterie, restaurant que nous avions découvert une première fois lors de notre dernière visite au Futuroscope.

Wiko,Cink Five,Boulanger,Valenciennes,Futuroscope,Patata 'A Paulo',Buffalo Grill

Alors que j'avais bien entendu choisi une bonne patate lors de ma première visite, je me suis tourné cette fois vers les burgers en choisissant le Patata 'A Paulo' malgré une petite hésitation due au fait que j'avais déjà eu l'occasion de déguster un hamburger dont le pain était remplacé par des rostis (chez Buffalo Grill) que j'avais trouvé lourd et gras. Pourtant, il m'en faut beaucoup. Ici, rien de tout cela, j'ai beaucoup apprécié.
Ma femme avait, en grande amatrice de fromage qu'elle est, tellement aimé la pom au four Méga Savoyarde de sa première visite, qu'elle a forcément choisi le même plat tandis que notre fille choisissait la bretonne à base de poisson blanc et de saint-jacques.

Wiko,Cink Five,Boulanger,Valenciennes,Futuroscope,Patata 'A Paulo',Buffalo Grill



En dessert, alors que ma femme choisissait l'un de ses 3 ou 4 desserts préférés, la crème brulée, je me régalais avec un chocolat blanc liégeois.

La Pataterie entre ainsi définitivement parmi les chaînes de restauration rapide que nous préférons.

27/05/2014

Au Bombay - Namur

Le lendemain de notre visite à La Perle du Dragon, nous sommes donc allés Au Bombay avec Gabriel, notre ami rencontré lors de nos vacances en Egypte et que nous n'avions plus vu depuis longtemps.

Nous nous sommes accordés pour choisir le menu Au Bombay à 45,50 euros, apéritif compris, qui proposait 4 entrées et 4 plats, une bonne manière de découvrir une partie de la cuisine indienne.

En apéritif, nous avons eu droit au karnataka, du nom d'une province indienne. Particulièrement bon et original.

Au Bombay,cuisine indienne,piquant,kulfi

Pour suivre, nous avons eu droit en entrée à une assiette composée de chicken tandoori, scampi tandoori, samosa meat (des beignets à la farce d'agneau) et pakora vegetable (beignet de légumes aux épices).

Au Bombay,cuisine indienne,piquant,kulfi

En plat, nous étaient proposés, le chicken tikka masalah, l'agneau bhuna, les Bombay aloo (des pommes de terre délicatement épicées) et des scampis madras.

Ce dernier plat mérite une explication. Alors que la description parle de, je cite "le curry de Madras,légèrement relevé, ..." moi qui adore ce qui est piquant, j'en ai 'pleuré' au point de ne pas pouvoir le terminer. En discutant avec le serveur, il nous a indiqué que le vindaloo était plus piquant et qu'il existait un plat encore plus piquant qu'il ne mettait pas à la carte, nos palais d'européens ne pouvant le supporter.
A noter, que notre ami, qui admettra qu'il s'agissait plutot d'un plat de niveau 2,5 (sur 4 donc) s'est régalé et a mangé nos portions sans broncher !

Au Bombay,cuisine indienne,piquant,kulfi

En dessert, encore une découverte avec l'exellent kulfi, une crème glacée à l'indienne à base de lait parfumé à la mangue.

Au final, une superbe soirée dans un excellent restaurant.

27/04/2014

La Perle du Dragon - Haine-Saint-Paul (2)

Le vendredi 13 décembre 2013, à l'occasion de l'anniversaire de mon filleul Alexis, nous sommes retournés au restaurant La Perle du Dragon à Haine-Saint-Paul.

Perle du Dragon,cuisine chinoise,beignet de glace

Dans le menu que nous avons choisi - à 21,50 euros si ma mémoire est bonne - tout comme lors de notre première visite, j'ai choisi comme potage le maison, Maud prenant celui aux raviolis chinois. En entrée, nous nous sommes mis d'accord sur les dim-sums. Pas de choix à faire pour le plat puisque des préparations au boeuf, au porc, au canard et aux scampis nous étaient proposées.

Enfin, en dessert, nous pouvions choisir la dame blanche ou les beignets de banane. A moins que ce ne soit une salade de fruit. Maud a choisi la glace tandis que j'ai demandé à avoir un autre dessert présent à la carte et que j'avais découvert il y a plus de 20 ans dans un autre restaurant chinois aujourd'hui fermé situé, curieux hasard à quelques centaines de mètres seulement de celui-ci. C'est ainsi que j'ai pu regouter au beignet de glace.

Une agréable soirée avec un excellent repas même si celui du lendemain, promettait plus car plus original. J'y reviendrais évidemment dans mon prochain article.

23/03/2014

Le jeu de la vérité - Forum (Liège)

Cela faisait longtemps que voir une pièce de théatre avec des acteurs connus me faisait envie. Alors lorsque je suis tombé sur une promotion (23 euros au lieu de 46), et même si je sais ma femme pas trop attirée par le théatre, je lui ai quand même proposé.

Qui plus est, j'étais loin de me douter que Le jeu de la vérité, la pièce choisie, avec Vanessa Demouy, Philippe Lellouche, Christian Vadim et David Brécourd (rappelez-vous, Baptiste Mondino, le médecin de la clinique du golfe dans la série Sous le soleil) était un succès depuis plusieurs années, au point qu'un film, avec la même équipe, vient de sortir.

Article 318 - Illustration le jeu de la vérité.JPG

Nous avons passé une excellente soirée d'autant que le balcon, ou nous avions réservé était fermé (probablement par manque de réservation) et que nous avons finalement était "relogés" au 6è rang.

23/02/2014

Huggy's bar - Liège

Via des connaissances, Maud avait entendu parler du Huggy's bar, un restaurant proposant de vrais hamburgers à l'opposé de ceux proposés dans les enseignes traditionnelles de fast food. La consultation de la carte, avec sa quarantaine de variétés dont certaines très originales, m'avait moi aussi mis l'eau à la bouche. C'est ainsi que le samedi 23 novembre 2013, nous nous y sommes rendus avec les parents de Maud.

Huggy's bar,hamburger,fast food,jalapenos

... et nous n'avons pas été déçu. Personnellement, j'ai évidemment choisi le cheesy jalapenos burger, l'un des piquants de la carte. Piquant mais juste ce qu'il faut: de quoi sentir le piquant mais sans avoir la bouche en feu et ne plus rien ressentir.

Huggy's bar,hamburger,fast food,jalapenos

Maud, fan de fromage, a évidemment choisi le big cheesy burger. Et comme les frites qui les accompagnaient étaient elles aussi savoureuses, cela en fait définitivement une adresse à retenir.

28/01/2014

Foire d'octobre de Liège 2013

Un an quasi jour pour jour après notre dernière visite, nous sommes bien évidemment retournés, ce samedi 26 octobre sur la foire d'octobre de Liège.

foire d'octobre,Liège

Rien de bien nouveau pour Kristen: la pieuvre, la pêche aux canards, la petite montagne russe familiale ... et le paquet de frites.

... et rien de neuf pour moi non plus, le laquemant et la nouveauté 2012, le sandwich aux tranches de jambon cuit à la broche de "Tout est bon dans le cochon". Sans oublier "quelques" frites avec ma fille.

Cerise sur le gâteau, le beau temps était de la partie. Que demander de plus ?

30/12/2013

Pizza Paï et nocturne Auchan

Quand j'ai su qu'il était possible d'obtenir le smartphone que je convoitais dans un magasin Boulanger, la décision à vite été prise de faire le vendredi 18 octobre ce que nous appelons une nocturne Auchan: quitter la maison peu avant 18h pour aller manger chez Pizza Paï puis profiter du fait que les magasins Auchan ouvrent jusqu'à 22h pour faire nos courses du week-end. Le ventre plein nous a d'ailleurs permis de faire quelques économies car nous avons été moins tentés d'acheter certains plats qui nous auraient attirés en d'autres temps.

Chez Pizza Paï, nous avons bien évidemment profité du buffet d'entrée à volonté compris dans le prix du plat. Et une nouvelle fois, nous n'avons pas été déçu.

restaurant,Pizza Paï,Auchan,Petite-Forêt,pizza

Kristen a beaucoup apprécié la suite en pouvant préparer elle même sa pizza, avantage accordé aux enfants certains soirs.

restaurant,Pizza Paï,Auchan,Petite-Forêt,pizza

Par contre, une fois n'est pas coutume, nous avons été déçu par le plat.
Maud qui avait choisi la Crousti-Mozza, une pizza composée de sauce tomate crémée, mozzarella, jambon cru, roquette, mozzarella panée, tomates cerises, olives noires, crème balsamique et origan, pourtant élue "Meilleure pizza de France de chez Pizza Paï" l'a trouvée trop "sèche". Quant à moi, je m'étais laissé tenté par la Mezzo Burger-frites, une demi-pizza composée de sauce tomate crémée, mozzarella, steaks hâchés, cheddar, salade de jeunes pousses, sauce burger et origan, attiré par la photo, prise via un angle trompeur, qui donnait envie et la possibilité de manger à la fois de la pizza et des frites. Grosse déception car la pizza n'était garnie que par 4 demi-hamburgers style friterie recouvert de sauce barbecue tandis que les frites étaient de vulgaires frites surgelées trop grasse et d'un calibre trop petit la ou j'attendais justement des frites comme à la friterie. Il n'y avait finalement que la salade et son assaisonnement qui était bon.

A noter le tarif toujours particulièrement attractif pour les enfants puisque le menu de notre fille de 8 ans, composé du buffet d'entrées à volonté, d'une pizza junior et d'une mousse au chocolat et d'une boisson à volonté ne nous a couté que 5.90 euros.

Vu les nombreuses visites que nous avons déjà faites chez Pizza Paï sans aucune déception, nous ne tiendrons pas rigueur de ce petit écart. Mais attention à la prochaine fois quand même.

30/11/2013

Mon premier smartphone: le Wiko Cink Five

Suite à quelques petits ratés de mon Sony Ericsson w580i qui a déjà 5 ans, ma femme s'est proposée de m'offrir un smartphone pour mon anniversaire. D'abord réticent, estimant que je n'en avais pas l'utilité et que mon gsm actuel correspondait à mes besoins, j'ai finalement changé d'avis.

Le hasard a fait que j'ai eu l'occasion de voir un article  parlant de la marque Wiko que je ne connaissais pas dans un quotidien que ma mère avait acheté exceptionnellement du fait que son journal habituel n'était pas disponible.

Après avoir cherché sur internet pour me renseigner sur les smartphones, un segment que je ne connaissais pas, j'en suis venu à me fixer un prix maximum d'abord de 250 euros puis de 200 au vu des prix pratiqués par Wiko.

Cette marque m'attirait de par le fait qu'elle propose des téléphones 2 à 3 x moins chers que les leaders du marchés que sont Apple (avec les Iphones) et Samsung pour des caractéristiques quasi similaires mais également par la fonctionalité double-sim. Ce qui m'inquiétait par contre, c'était l'impossibilité de l'acheter dans un magasin physique et la fiabilité de ces téléphones.

Mais après avoir découvert que la marque possédait 30% de part de marché sur les ventes par internet et que les commentaires étaient relativement bons, je n'ai plus hésité longtemps après avoir fait un tour dans une grande surface pour voir ce que je pouvais acheter à moins de 200 euros. L'esthétique du Sony Xperia L me plaisait beaucoup mais après avoir constaté qu'il coutait une quinzaine d'euros de plus avec des caractéristiques moindres, j'ai d'autant plus vite opté pour le Wiko Cink Five qu'entretemps, j'avais constaté qu'il était possible de l'acheter, via leurs sites internet, dans des magasins physiques.

smartphone,wiko,cink five,cink peax 2,sony  ericsson,w580i,apple,iphone,samsung,boulanger,petite-forêt,valenciennes



J'ai donc choisi de le commander chez Boulanger, ce qui fut fait le lundi 14 octobre, et d'aller le chercher au magasin de Petite-Forêt, près de Valenciennes. J'avais ainsi l'avantage d'avoir un service après-vente ou je pourrais me rendre en cas de problème plutôt que de devoir renvoyer l'appareil par la poste.

Pour la petite histoire, j'ai découvert que mon chef ainsi que 2 collègues d'un autre service disposait déjà d'un téléphone de la marque, le Cink Peax 2 et qu'ils en étaient très contents.

Et vu que j'ai mis un mois et demi avant de poster cet article, je peux aussi dire que je ne regrette pas du tout mon choix, que du contraire.

30/10/2013

L'Auberge - Arquennes (2)

Ce dimanche 15 septembre, pour les 18 ans du fils ainé de ma soeur, nous sommes retournés au restaurant l'Auberge à Arquennes ou nous avions déjà eu l'occasion d'aller, en mai de l'année dernière.

Toujours la même formule à choix multiple qui change tous les mois constituée d'amuse-bouches, de 6 entrées, 6 plats et 7 desserts au choix. Sans oublier les spécialités présentes à la carte à l'année que sont la brasérade de boeuf, le violon, la fondue bourguignonne, le pavé de boeuf grillé et la côte à l'os.

Lors de notre première visite, nous nous étions d'ailleurs promis de revenir pour gouter le violon, une brochette de viande flambée présentée sur une structure représentant un violon. Mais la faute à un menu particulièrement attirant proposant notamment du homard, ce ne fut finalement pas pour cette fois.

restaurant,L'Auberge,Arquennes,violon

Les amuse-bouches étaient constitués d'un toast au crabe, d'un velouté de potiron et d'un mélange fromage crevettes grises.

En entrée, nous avions le choix entre la cassolette de scampis flambés à la liqueur 43, les cannellonis au parme et asperges sur coulis de légumes, les médaillons de chèvre frits sur salade aux figues, les bonbons de canard terriyaki au reblochon, le demi homard à l'armoricaine ou le sifflet de saumon fumé au fromage frais, roquette et chutney d'oignons. Maud et moi, amateurs d'originalité et de saveurs exotiques que nous sommes, avons choisi les bonbons de canard.

restaurant,L'Auberge,Arquennes,violon

En plat, le choix proposé reprenait le mixed grill de viandes, le steak "Rossini", gratin dauphinois à la truffe, les noisettes d'agneau sauce thym et miel, les tournedos de caille aux champignons, pommes grenailles, la sole meunière, purée de pomme de terre et l'entrecôte de boeuf grillée, sauce au choix.
Maud a choisi le steak "Rossini" tandis que je choisissais les tournedos de caille.

restaurant,L'Auberge,Arquennes,violon

Enfin, pour ce qui est des desserts, entre le nougat glacé, coulis de fruits rouges, la dame blanche, la dame noire, la brésilienne, le méli-mélo de desserts, l'assiette de fromages et la mousse au chocolat, notre choix n'a bien entendu pas été compliqué. Maud, qui n'est pas très dessert et qui adore le fromage s'est tout naturellement tournée vers l'assiette ... de fromage, tandis que mon côté gourmand m'a amené à commander le méli-mélo de dessert, constitué d'une crème brulée, d'une mousse au chocolat, d'une mousse de fruits rouges et d'un tiramisu même si j'aurais peut-être du choisir le nougat glacé qui avait l'air particulièrement appétissant.

Cette seconde visite dans ce restaurant en appelle d'autres au vu du rapport qualité/prix, de la gentillesse du personnel et des patrons qui confèrent à cet établissement une atmosphère familiale tout en proposant une cuisine quasi gastronomique sans le côté guindé des tables correspondantes.

29/09/2013

Isil Club Milta - Bodrum

Pour la première fois, j'ai compris les personnes qui font des milliers de kilomètres pour se contenter de passer leurs vacances au sein d'un club sans jamais le quitter et donc sans rien voir d'autre du pays.

En effet, une fois arrivé à l'Isil Club Milta situé à Torba, à 8km de Bodrum - ou nous avons passé nos dernières vacances du lundi 19 au vendredi 30 août - je n'ai plus eu envie de le quitter. Pas même l'espace de quelques heures.

hotel,club,all-in,Turquie,Isil Club   Milta,écureuil,Tripadvisor,Tamer,Bodrum,Torba,Gumbet,jeep,bateau,ma  rché,Turgutreis,Gumusluk,Yalikavak,oursin,pitta

Il faut dire que nous avons découvert un hôtel club encore meilleur que ce à quoi nous nous attendions. Et pourtant, au vu des photos, des commentaires des employées de notre agence de voyage ("l'un des meilleurs hôtels de Turquie") et de ceux, pour la plupart dithyrambiques, vu sur tripadvisor, nos attentes étaient grandes. A un point tel que nous craignions d'être déçus.

Ce fut loin d'être le cas. Au point d'être émerveillés en découvrant un paradis ou le client est vraiment roi. Personnel aimable et prêt à se couper en quatre pour vous servir, niveau de propreté impeccable (espaces extérieurs nettoyés chaque jour et plusieurs fois si nécessaire), chambres relativement simples mais suffisamment grandes et très agréables (lit king size, salle de bain et penderie fonctionnelles). Le tout situé dans un cadre magnifique: un bâtiment principal faisant face à la mer et surplombant une énorme piscine d'une longueur de 54 mètres avec des transats en grand nombre et des bungalows disséminés dans un parc bien vert - malgré les 5 mois sans pluie en été - ou l'on trouve des écureuils relativement peu farouches qui finissent, avec de la patience, par venir manger dans votre main.

hotel,club,all-in,Turquie,Isil Club   Milta,écureuil,Tripadvisor,Tamer,Bodrum,Torba,Gumbet,jeep,bateau,ma  rché,Turgutreis,Gumusluk,Yalikavak,oursin,pitta

La formule all-in était également particulièrement large et attractive avec son offre boisson - ah ces thés glacés ou ces cocktails - et nourriture incroyable malgré le fait qu'il n'y ait qu'un seul restaurant. Mais quel restaurant ! Avec ses buffets proposant une très grande diversité de plats à chaque service. A ce sujet, mention particulière pour le buffet de desserts proposant une variété, notamment au niveau patisserie, que je n'avais jamais rencontrée ailleurs. Sans oublier le snack et ses excellents plats basiques (hamburgers, brochettes, pizzas, ...).
Et la formule all-in était encore plus large au niveau loisir avec notamment, outre les classiques comme le tennis de table ou la pétanque, la possibilité de faire du pédalo, du kayak, voire même de planche à voile ou du catamaran (ces 2 dernières possibilités moyennant le brevet adéquat). Sans oublier l'accès au spa (bain turc et sauna). Les seules activités payantes étant finalement les sports nautiques moteurs et les massages.

Je ne vois ainsi strictement rien à reprocher à cet hôtel si ce n'est l'impossibilité de longue ballade sur la plage vu l'étroitesse de celle-ci, la faiblesse du réseau wifi lors de notre seconde semaine et éventuellement l'absence de mitigeur thermostatique dans la douche du fait de la difficulté de régler la température idéale. Mais tout ceci dit pour démontrer que la perfection n'existe pas. D'autant que c'était bien peu de chose parmi tous les avantages que peut offrir cet hôtel et son personnel, la dernière touche en ayant été apportée le matin de notre départ par Tamer, dont on parle beaucoup, en bien, sur Tripadvisor et qui doit être le responsable communication. Lorsque nous lui avons demandé comment nous pouvions faire sachant que nous quittions l'hôtel à 18h30' alors que nous devions libérer la chambre à 12h, il a directement contacté la réception pour savoir si nous pouvions prolonger son occupation jusqu'à 16h ce qui fut le cas.

Etant donné que nous étions la pour le repos et le farniente, l'essentiel de nos 12 jours de vacances s'est composé de la manière suivante: courte grasse matinée (remplacée par 1h de natation pour Maud lors de la seconde semaine), petit-déjeuner, retour en chambre, séance de transat, piscine, retour en chambre, dîner, retour en chambre, transat, piscine, retour en chambre, apéritif, souper, retour en chambre et dodo. Avec une variante pour Kristen qui le soir, après quelques jours, allait voir le spectacle avec ses amies.

hotel,club,all-in,Turquie,Isil Club   Milta,écureuil,Tripadvisor,Tamer,Bodrum,Torba,Gumbet,jeep,bateau,ma  rché,Turgutreis,Gumusluk,Yalikavak,oursin,pitta

Nous avons passé les 3 premiers jours sans déroger à cette règle. Mais nous n'avions pas fait autant de kilomètres juste pour paresser, manger, nager, dormir. C'est ainsi que le quatrième jour, même si, comme je l'ai laissé entendre à l'entame de cet article, je n'avais pas spécialement envie de quitter un tel havre de paix ou nous étions choyés, nous avons fait une première excursion baptisée Sunset Bodrum. Au programme, découverte de la ville suivie d'une petite croisière avec repas à bord non loin du rivage.
Nous savions qu'il ne fallait pas faire les excursions gratuites avec visite de certains magasins car elles sont "sponsorisées" par ceux-ci et n'offrent que très peu d'attraits. Nous ne nous sommes pas méfiés lorsqu'on nous a proposé celle-ci gratuitement pour en avoir reservées 2 autres car elle était quand même affichée au prix de 24,xx euros. Grave erreur car comme le dira une autre vacancière, ce fut un après-midi et une soirée perdue.
Parti vers 15h30', nous avons d'abord fait le tour de quelques hôtels pour aller chercher d'autres participants avant de rejoindre la colline dominant la baie de Bodrum d'un côté et celle de xxx de l'autre. Nous avons ensuite pris la direction du Gold Center pour la visite d'une bijouterie. Lorsque nous avons quitté l'endroit, cela faisait déjà 2h30' que nous étions partis de l'hôtel et nous n'avions vu qu'un panorama, certes joli, et quelques vestiges de moulins à vent. Nous avons ensuite repris la route pour découvrir, sans sortir de l'autocar, le théatre antique, avant de repasser pour la troisième fois au même endroit pour rejoindre le port de Gumbet. Après avoir embarqué, le capitaine a attendu plus d'une demi-heure que le soleil soit à la bonne hauteur avant d'appareiller. Il s'est alors éloigné un peu de la côte pour que nous puissions observer le coucher de soleil derrière les ilôts situés au large de Bodrum. La nous avons eu droit à 45 minutes de baignade. Sauf que la plupart des participants n'avaient pas été prévenus et que de toute manière il faisait trop frais que pour aller nager. Nous avons ensuite rejoint le rivage pour mouiller au large du château et prendre le repas. Quelques nuggets de poulets, des pâtes, des frites et un peu de salade même pas assaisonnée. Ma femme et ma fille, servie parmi les premières, ont pu gouter ce repas médiocre tandis que, arrivé plus tard, je n'ai pu que constater que la quinzaine de vacanciers qui attendaient encore d'être servis en était au rationnement, les derniers ne pouvant avoir qu'un seul nugget. Personnellement, en voyant cela, je n'ai même pas tenté ma chance. Je me dois, pour être honnête, d'ajouter que certains enfants se sont servis de grosses assiettes pour finalement ne pas tout terminer tandis que certains adultes se sont carrément resservis alors que tout le monde n'était pas encore passé. Mais cela tient aussi à une mauvaise organisation car si le repas avait été servi directement dans l'assiette, comme lors de notre troisième excursion, il y aurait eu la même part pour tout le monde.

hotel,club,all-in,Turquie,Isil Club   Milta,écureuil,Tripadvisor,Tamer,Bodrum,Torba,Gumbet,jeep,bateau,ma  rché,Turgutreis,Gumusluk,Yalikavak,oursin,pitta

Notre deuxième excursion eut lieu 2 jours plus tard et fut bien meilleure: la visite en car de la péninsule de Bodrum avec le matin le phare, la mosquée et surtout le marché de Turgutreis, le plus grand de la région, la ou les fausses marques et le marchandage est roi. Nous avons pris le repas de midi dans un restaurant du village de Gumusluk. Au choix du filet de poulet, des boulettes ou de la dorade. Excellent même si un peu léger car on pouvait compter les frites présentes sur l'assiette.
C'est dans ce même village qu'avait lieu la très énigmatique marche sur l'eau pour rejoindre un ilôt, l'île aux lapins, situé à quelques dizaines de mètres du rivage. En fait, il s'agissait de marcher sur une ancienne voie romaine située à fleur d'eau. Le problème étant que les pierres, du fait de leur présence prolongée dans l'eau, étaient très glissantes alors que la voie était très irrégulière et donc malaisée à parcourir. La guide nous avait pourtant dit qu'elle n'avait jamais connu de chutes. Heureusement que, méfiant, je me suis mis en maillot et que je n'ai surtout pas pris mon appareil photo car il était impossible d'éviter les chutes. Bilan, plusieurs coupures bénignes et une vingtaine d'épines d'oursins dans le pied m'amenant à me faire "charcuter" pendant une demi-heure à l'hôpital, le soir après l'excursion. Et ce n'est pas moi qui était maladroit ou qui n'ait pas eu de chance puisque nous avons découvert quelques jours plus tard que notre fille avait le même problème (avec un second détour par l'hôpital) tandis qu'une autre participante, en s'aidant de ses mains, s'est également piquée à un oursin et que sa soeur s'est contusionnée le genou. Et pour couronner le tout, l'île était clôturée et n'était donc même pas accessible !
Cette excursion s'est terminée par la découverte du village de Yalikavak.

hotel,club,all-in,Turquie,Isil Club   Milta,écureuil,Tripadvisor,Tamer,Bodrum,Torba,Gumbet,jeep,bateau,ma  rché,Turgutreis,Gumusluk,Yalikavak,oursin,pitta



Enfin, le lundi, nous avons effectué notre troisième excursion: Fun and Sun. Une matinée en jeep pour visiter l'arrière-pays et découvrir un petit hameau typique, un lac aux tortues d'eau douce et une fabrique d'huile, ces 2 dernières étapes entrecoupée d'une bagarre à l'eau au bord d'une source. Un après-midi en bateau pour paresser et nager dans 3 endroits différents avec un repas servi à bord. Aussi peu roboratif que le précédant (3 malheureux chicken dips par personne, qu'il s'agisse d'enfants, de femmes ou d'hommes de près de 100 kg comme moi) mais nettement meilleur parait-il.

hotel,club,all-in,Turquie,Isil Club   Milta,écureuil,Tripadvisor,Tamer,Bodrum,Torba,Gumbet,jeep,bateau,ma  rché,Turgutreis,Gumusluk,Yalikavak,oursin,pitta

Pour être complet, j'ajouterais que privé de natation pendant 24h pour cause d'oursin dans le pied, nous avons passé l'après-midi du dimanche à Bodrum et que nous y sommes retournés le mardi soir, histoire de pouvoir manger une pitta de la-bas.

Quant à Kristen, elle n'a mis que 2 ou 3 jours à se trouver des amies. En particulier une petite algérienne particulièrement sympa pendant la première semaine et une liégeoise durant la seconde. Elle, qui était déjà dans la piscine dès qu'elle le pouvait, est encore devenue plus invisible pour nous puisqu'elle allait tantôt au mini-club, tantôt aux toboggans situés un peu plus loin quand elle n'était pas au bar à siroter une limonade. Autant dire que pour la première fois, nous ne l'avons pas beaucoup vue. Y compris le soir puisqu'elle accompagnait ses amies respectives au spectacle, comme je l'ai déjà signalé.

Enfin, puisque je  parle d'animation, le grand intérêt de ce club est d'être fréquenté par une majorité de francophones et en particulier de belges ce qui fait que nous n'avions aucun problème de communication avec le personnel, les animations se faisant en priorité en français.

J'étais parti en Turquie parce que Maud, qui y était allée avant notre rencontre, voulait y retourner et me la faire découvrir. J'y allais de bon coeur, intéressé par la découverte d'un nouveau pays pour moi mais je n'avais pas l'intention d'y revenir. Pourtant, le Isil Club Milta, le meilleur hôtel que nous ayons jamais fréquenté, fera que nous finirons par y retourner.

17/08/2013

Une bonne glace (bis) aux Délices d'Achille

Ce jeudi 15 août, pour fêter le début de nos vacances attendues depuis longtemps, nous avons choisi de retourner déguster une bonne glace aux Délices d'Achille, le glacier que nous avions découvert à Pont-à-Celles en septembre dernier.

Nous avons ainsi de nouveau profité de leur terrasse dans un cadre champêtre tandis que Kristen s'est amusée dans l'aire de jeu avec toboggan, balançoire, trampoline, petit mur d'escalade et, nouveauté cette année, château gonflable.

glace,les délices d'Achille,Pont-à-Celles

Maud aurait voulu découvrir une coupe à base de griottes mais il n'y en avait plus. Elle s'est donc rabattue sur la même glace que la dernière fois, la glace au chocolat blanc et aux framboises. Kristen a choisi une boule straciatella et une boule chocolat. Quant à moi, je me suis régalé avec la coupe meringuée à la framboise composée de glace meringue, sorbet framboise, brisure de meringue, morceaux de framboises, coulis framboises et chantilly.

16/08/2013

L'île Maurice - Nivelles

Ce mercredi 31 juillet, nous sommes allés manger à l'île Maurice. Hélas pas le pays - quoique nous ne sommes pas à plaindre puisque nous partons très bientôt en vacances à Bodrum en Turquie - mais dans le restaurant situé à Nivelles.

Cette sortie entrait dans le cadre de la troisième édition de "notre repas de l'été en tête à tête" (lol). En effet, depuis maintenant 3 ans, notre fille passe seule - avant ma femme, qui était sans emploi, l'accompagnait - une semaine à Liège chez sa grand-mère maternelle durant les grandes vacances alors que nous sommes au travail. Nous en profitons depuis pour découvrir chaque année une nouvelle table de la région en amoureux. Après la Planche à Houdeng et l'Atelier du Ry Ternel à Ittre, c'est le restaurant l'île Maurice à Nivelles que nous avons choisi de découvrir. Un restaurant que j'avais repéré depuis déjà pas mal de temps pour son type de cuisine - mauricienne - que je ne connaissais pas.

Arrivés peu après 19h, nous avons pu nous installer sur la terrasse extérieure (de mai à septembre, la rue ou se situe le restaurant est piétonne) vu le beau temps qui régnait.

restaurant,nivelles,Île maurice,la planche,l'atelier du ry ternel,camaron

Après l'apéritif maison (rhum, sirop de canne, mangue, goyave, lait de coco et ananas) accompagné de 2 mises en bouche, j'ai bien évidemment commandé l'assiette de dégustation de l'île Maurice pour avoir un éventail de quelques plats. En l'occurence, un camaron (crevette géante d'eau douce en créole réunionnais et mauricien) à la créole, un samoussa, une préparation dont j'ai oublié le nom, du poulet au curry rouge, un acra de poisson et un gratin de crabe. Forrest Maud a évidemment commandé le cocktail de scampi et camarons à l’ananas. Mais cette fois parce qu'elle pensait à sa ligne et non parce qu'elle avait peu d'appétit.

restaurant,nivelles,Île maurice,la planche,l'atelier du ry ternel,camaron

Comme plat, Maud a choisi l'émincé d'agneau à la rougaille. D'une part parce que c'est une viande qu'elle adore et qu'elle n'a pas l'occasion de manger souvent à la maison vu que je n'aime pas et ensuite parce qu'elle voulait découvrir la rougaille, sauce typique de la cuisine créole à base de tomate, oignons, ail, gingembre, persil et coriandre. Moi, toujours dans mon envie de découverte, j'ai choisi un plat incontournable à Maurice (dixit la carte), le riz frit spécial sauté avec des gambas, scampi, poulet, bœuf et légumes servi acompagné de la même préparation dont j'ai oublié le nom. Et alors que je l'avais appréciée sans plus à l'entrée, j'ai trouvé que mélangée au riz, elle apportait une saveur particulière.

restaurant,nivelles,Île maurice,la planche,l'atelier du ry ternel,camaron

Enfin, pour le dessert, en grand gourmand que je suis, j'ai choisi l'assiette de desserts pour gouter à tout. Une crème brulée aux épices, une mousse à la noix de coco, des croustillons, un carpaccio d’ananas caramélisé et flambé et une boule de sorbet à la mangue. Maud s'est elle tournée vers l'un de ses desserts préférés, la crème brulée.

Enfin, le patron, comme pour toutes les tables, nous a offert le pousse-café en nous proposant un rhum sec (plutôt fort et masculin) ou un rhum sucré (arrangé au fruits de la passion, plutôt doux et donc plus féminin). C'est donc en toute logique que Maud a choisi ... le premier et moi le second.

Nous avons passé une soirée absolument délicieuse, nous amusant comme si nous étions un jeune couple sans nous rendre compte que le service n'avait pas été particulièrement rapide (normal, le restaurant était complet alors qu'il n'y avait que le patron "en salle" et son cuistot qui l'aidait parfois) et que nous avions passé près de 3 heures dans ce restaurant.

Kobo mini

Je prend le temps de décrire mon dernier achat "high-tec" la liseuse kobo mini by fnac.

A la veille de notre voyage à Paris, j'ai vu que le magasin Makro proposait en promotion une liseuse pour seulement 59 euros au lieu de 99 (l'Archos E-reader 90). Mais en y regardant de plus près, outre le fait qu'elle était d'un format relativement grand, j'ai constaté qu'il s'agissait d'un appareil couleur et non pas d'un appareil à la technologie e-ink. Il ne proposait donc pas le principal avantage de ce type de produit, une autonomie de plusieurs semaines.
Cette publicité m'a redonné l'envie d'acquérir un engin de ce type et en faisant quelques recherches sur le net, j'ai découvert que la FNAC proposait durant le mois de juillet sa Kobo mini (que je ne connaissais pas) à moitié prix soit 39.90 euros au lieu de 79.90.

Article 309 - kobo mini.jpg

A ce prix la, je n'ai pas hésité longtemps d'autant qu'elle avait le second avantage d'être d'un format correspondant à ce que je recherchais, 5 pouces. Ainsi, elle est non seulement peu encombrante mais offre aussi l'avantage d'être relativement légère (à peine 135 grammes).

C'est pour cette raison que lors de notre week-end à Paris, notre première destination a été le Forum des Halles ou j'avais constaté avant de partir qu'il y avait une FNAC. Et vu que le dernier exemplaire y avait été vendu la veille, c'est pour cela que comme seconde destination lors de ce même week-end, nous nous sommes rendu sur les Champs-Elysées ou les sympathiques vendeurs de la FNAC m'avaient indiqué que je pourrais encore en trouver. Cet achat a donc conditionné le début de notre week-end à Paris, au grand dam de ma femme qui ne comprend pas mon engouement pour ce mode de lecture, elle qui préfère le toucher du papier.

Pourtant, lors de nos prochaines vacances en Turquie, alors qu'elle emportera plusieurs livres d'un poids minimum de 200 grammes pièce, moi je m'envolerais avec près d'une trentaine d'un volume et d'un poids moindre à un seul des siens. Outre ces 2 avantages, j'aurais aussi celui de choisir mes lectures au gré de mes humeurs. Autant de raison qui me font me réjouir de mon achat rikiki à un prix rikiki.

15/08/2013

Shokado - Paris (19è)

shokado,cuisine japonaise à volonté

Le restaurant pour le repas du soir du deuxième jour était également quasiment désigné avant le départ puisque j'avais repéré grâce à google street view qu'il y avait un restaurant japonais proposant une formule à volonté non loin de notre hôtel. Un concept que nous n'avions jamais expérimenté (en cuisine chinoise, voire en teppan yaki, bien, mais pas en cuisine traditionnelle japonaise). En faisant quelques recherches complémentaires, j'étais tombé sur un forum ou on en disait le plus grand bien, l'une des personnes indiquant qu'elle avait fait 2 autres japonais après être allée la et qu'elle y était finalement retournée parce qu'il s'agissait du meilleur.

shokado,cuisine japonaise à volonté

Lorsque nous sommes arrivés au Shokado, le serveur nous a expliqué la formule. Tous les plats étant numérotés dans la carte, nous avions la possibilité de commander n'importe lequel compris entre le 1 et le 68. Ceux-ci étaient regroupés par catégorie et incluaient des entrées, riz & nouilles, yakitori, maki, temaki et sushi. Nous pouvions effectuer autant de commandes que nous voulions avec 2 limitations. Pas plus de 4 à 5 plats par personne à la fois et interdiction de gaspiller. Un peu embêté le serveur nous a expliqué que tout plat commandé et non consommé serait facturé 2 euros supplémentaire. Nous lui avons répondu que nous avions connaissance de ce type de formule et que nous la trouvions tout à fait adéquate.

shokado,cuisine japonaise à volonté

Même si nous pouvions commander autant de fois que nous le voulions, nous n'avons finalement passé commande que 2 fois. La première fois, nous avons commandé une bonne douzaine de plats qui sont arrivés au fur et à mesure qu'ils étaient préparés en cuisine. La seconde fois, nous n'en avons plus commandé qu'une demi-douzaine parmi ceux que nous avions le plus apprécié.

En dessert, plutôt que de choisir la banale glace, j'ai fait dans l'original en commandant les morceaux de gingembre confit. Malheureusement s'il est agréable d'en manger un ou 2 morceaux, cela devient vite écoeurant.

Impossible de ne pas conclure cet article de la même façon que celui sur le Pink Flamingo: la prochaine fois que nous serons de passage à Paris, nous retournerons au Shokado.

Pink Flamingo - Paris (19è)

Le Pink Flamingo est une "chaîne artisanale" de 7 pizzéria dont 4 situées à Paris qui propose des pizzas qui sortent de l'ordinaire des classiques margherita, regina, caprese, ou autres quatro stagioni. J'en ai découvert l'existence il y a déjà quelques années via un article dans le journal. Depuis lors, il était évident que rien que pour cela, je finirais pas retourner à Paris.

Ce samedi 20 juillet, c'est la que nous sommes allés manger lors du premier soir de notre week-end à Paris. Et je dois dire que nous n'avons pas été déçu. Notre seule déception ayant été de ne pas pouvoir gouter toutes les pizzas qui nous intéressaient.

Article 307 - Pizza Pink Flamingo.JPG

Nous avons choisi pour notre fille la Dante (tomates romaines finement coupées, mozzarella et basilic frais), leur margherita à eux, parait-il très appréciées des enfants, pour laquelle nous avons demandé un supplément de jambon... qu'elle n'a malheureusement pas apprécié car il s'agissait de jambon fumé.
Personnellement, j'ai choisi l'Ho Chi Minh (poulet et gambas "sauce curry vert" et lait de coco, citronnelle, coriandre fraîche et cacahouètes pilées) tandis que Maud choisissait l'Almodovar ("pizza paëlla" au poulet, gambas, chorizo et petits pois sur crème de tomates safranées).

Mais j'aurais tout aussi bien pu choisir la Che (porc cuisiné "façon cubaine" (mariné 24h dans de l'ail, citron vert, oignons nouveaux et coriandre) avec ses bananes plantains  frites) ou la Macias (poulet cuisiné "façon tajine" (oignons, gingembre, coriandre et canelle) au citron confit, olives vertes et olives violettes), voire dans une moindre mesure la Obama (bacon grillé, chutney d'ananas) ou la Poulidor (magrets de canard coupés en fines tranches, lamelles de pommes, fromage de chèvre), autant de pizza qui me tentaient tandis que Maud avait également hésité entre la Macias et l'Ho chi Minh.

Il est clair que nous reviendrons à Paris et il est tout aussi évident que notre périple nous ramènera au Pink Flamingo.

19:23 Écrit par slumle dans Vie perso - Resto | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : pink flamingo, pizzeria |  Facebook |

Week-end à Paris

Cela fait des années que Kristen rêvait de voir la Tour Eiffel. Alors cette année, pour ses 8 ans, nous nous sommes concocté un petit week-end à Paris. Avec 3 gros objectifs. La Tour Eiffel évidemment, Montmartre, notre endroit préféré de Paris et ... le Pink Flamingo, une chaîne de restaurants proposant des pizzas particulièrement originales (voir mon prochain article).

Ne sachant pas comment m'y prendre ni surtout dans quel coin de la capitale chercher un hôtel, j'ai mis du temps à me décider. Puis j'ai trouvé 2 suite Novotel qui proposait des chambres de 30 m2 à un peu plus de 200 euros pour 2 nuits. Mais en grattant un peu, j'ai vu que le petit-déjeuner coutait 14 euros par nuit et par personne et surtout qu'outre le fait que ces hôtels étaient un peu décentrés (juste de l'autre côté du périphérique), ils se situaient dans des quartiers pas très propres ni très rassurants le soir.

Après m'être dit que cela ne servait à rien d'avoir une grande chambre que l'on quitterait tôt le matin pour la rejoindre tard le soir, je me suis tourné vers les Ibis Budget. J'ai finalement choisi celui de La Villette dans le 19è parce qu'il est situé dans la zone que j'avais ciblée tout en étant suffisamment près (200 mètres) d'une bouche de métro et en proposant un itinéraire agréable et rassurant. Cela ne nous a ainsi couter que 149,80 euros, petit-déjeuner compris. Et le hasard a également bien fait les choses puisque j'ai découvert qu'il se situait tout près d'un endroit moins connu de Paris (et que nous ne connaissions pas d'ailleurs), le très joli canal Saint-Martin.

paris,tour eiffel,montmartre,champs elysées,canal saint-  martin,pink flamingo,mölkky,fnac,novotel,ibis   budget,bobourg,bonto,e leclerc

Nous sommes donc partis ce samedi 20 juillet pour la ville Lumière. Arrivés peu après midi, nous avons eu la chance de trouver une place de parking gratuite pas très loin de l'hôtel ou nous avons pu tout de suite découvrir notre chambre. Petite mais suffisante même si quelques détails ont quand même attirés notre attention. La moquette n'était pas nickel partout mais vu que l'hôtel est en réfection pour 9 mois, j'imagine que cela va s'arranger. Il n'y avait pas véritablement de salle de bain mais une cabine de douche, une cabine wc et un lavabo dans un coin de la chambre. Mais le pire était l'arnaque sur l'air conditionné, pourtant annoncé, qui se limitait à un très léger filet d'air qui ne devait pas faire descendre la température de plus d'un dixième de degré. Vu la canicule que nous avons subi, c'était loin d'être agréable.

Paris,Tour Eiffel,Montmartre,Champs Elysées,canal Saint-  Martin,Pink Flamingo,mölkky,FNAC,Novotel,Ibis   Budget,FNAC,Bobourg,bonto,E Leclerc

Après avoir diner dans la chambre avec les sandwiches que nous avions emportés, nous avons pris la direction du Forum des Halles ou je voulais acheter une liseuse que je savais en promo à la FNAC.
Le dernier modèle avait été vendu la veille mais les 2 vendeurs, très gentils, en tout cas beaucoup plus que ceux de la FNAC à Bruxelles - qui a dit que les parisiens n'étaient pas sympa ? - ont pris le temps de chercher pour me renseigner dans quel autre magasin je pourrais encore en trouver.
Nous sommes ensuite sortis à l'air libre et avons fait un tour dans le quartier, passant notamment près de Bobourg.

Nous avons ensuite repris le métro, direction les Champs Elysées, que nous avons descendus et remontés dans leur quasi totalité, d'une part parce que cela faisait partie de notre programme mais aussi parce que c'est la que se situait le magasin FNAC ou il restait suffisamment de liseuses que pour faire mon bonheur.

Paris,Tour Eiffel,Montmartre,Champs Elysées,canal Saint-  Martin,Pink Flamingo,mölkky,FNAC,Novotel,Ibis   Budget,FNAC,Bobourg,bonto,E Leclerc

Après y avoir vu la Concorde, l'Arc de Triomphe, les boutiques snobs (dont le fameux Abercrombie) et les préparatifs de l'arrivée du 100è Tour de France prévue le lendemain, nous avons repris le métro pour nous rendre sur l'île Saint-Louis et découvrir Notre-Dame.
C'est la que nous avons bu un verre, profitant des happy hours, dans un bar sympa au nom ne correspondant pas à ce type d'établissement: le Relais de la Huchette.

Nous avions prévu d'ensuite aller montrer la Tour Eiffel à notre fille mais fatigué par la chaleur ainsi que par les kilomètres que nous avions parcourus et par le nombre de marches que nous avions montées et descendues à chaque changement de station de métro, nous avons décidé, Kristen en tête, de reporter cela à demain et de rejoindre l'hôtel pour nous y reposer avant le souper.

Après nous être raffraichis, nous sommes allés mangé une pizza dans l'établissement Pink Flamingo situé dans le 19è. Pour ce faire, nous n'avons pas pris la ligne droite mais avons flané le long du canal Saint-Matin.

Paris,Tour Eiffel,Montmartre,Champs Elysées,canal Saint-  Martin,Pink Flamingo,mölkky,FNAC,Novotel,Ibis   Budget,FNAC,Bobourg,bonto,E Leclerc

Au retour, nous avons pu découvrir combien cet endroit est un lieu convivial puisque pas mal de gens s'y retrouvent, qui pour prendre l'apéro, qui pour pique-niquer (parfois avec la casserole de nourriture préparée au préalable à la maison) ou encore pour jouer à la pétanque ou au mölkky, un jeu que je décrirais comme un mélange entre le jeu de quille et le billard.

Si nous avons souffert de la canicule durant la journée, ce n'est rien avec ce qui nous attendait. La chambre, sans air conditionné donc, était surchauffée et nous avons passé une première partie de nuit à dormir tant bien que mal. Vers 2h du matin, j'ai fait le choix du bruit (la chambre donnait sur une avenue relativement fréquentée ou les discussions et cris des gens s'additionnaient aux bruits de la circulation). Difficile donc de s'endormir mais une fois que ce fut fait, nous avons mieux dormi. Enfin, je devrais plutôt dire moins mal dormi.

Paris,Tour Eiffel,Montmartre,Champs Elysées,canal Saint-  Martin,Pink Flamingo,mölkky,FNAC,Novotel,Ibis   Budget,FNAC,Bobourg,bonto,E Leclerc

Le lendemain, après un petit-déjeuner sympa avec notamment de l'excellent jus de pomme et d'orange et une macédoine de fruits maison (mais pas de pain au chocolat), nous avons pris la direction de Montmartre que nous avons rejoint par le funiculaire car ma femme souffrait d'une légère contracture à la jambe. Nous y avons passé la matinée et y avons mangé un pain saucisse dans un petit parc bien agréable.

En quittant le quartier, nous avons vu une série de joueurs de bonto. Je savais que ce jeu était une arnaque - raison pour laquelle il est illégal - avec des complices qui sont la pour donner l'impression qu'il est possible d'y gagner. Mais je pensais que c'était juste parce que ces joueurs étaient les rois de la manipulation. J'ai découvert naivement que ces manipulations allaient en fait jusqu'à la tricherie lorsque j'ai vu l'un d'eux proposer à un enfant (un complice ?) de montrer, sans miser, l'endroit ou il imaginait le palet gagnant. L'arnaqueur a ensuite retourné un à un les deux autres palets, montrant qu'ils n'étaient pas gagnants et disant à l'enfant qu'il aurait gagné. Sans réfléchir, une jeune femme a rapidement sorti de son sac un billet de 50 euros qu'elle a commencé à tendre. L'arnaqueur lui a alors arraché des mains avant de retourner le dernier palet qui était, selon toute logique, gagnant ... et lui montrer qu'elle avait perdu !

Paris,Tour Eiffel,Montmartre,Champs Elysées,canal Saint-  Martin,Pink Flamingo,mölkky,FNAC,Novotel,Ibis   Budget,FNAC,Bobourg,bonto,E Leclerc

Nous avons alors pris la direction de la tour Eiffel pour la montrer à notre fille et avons choisi de la découvrir via le trocadéro pour en avoir une vue d'ensemble. Notre fille a été ébahie lorsqu'elle l'a découverte et je dois dire que moi qui l'avait déjà vue une quinzaine d'années plus tôt, j'ai de nouveau été impressionné par la grandeur de la structure. Comme la jambe de ma femme, un peu trop sollicitée durant ces dernières 24 heures, lui posait de plus en plus de problèmes, que nous étions de toute façon fatigués (la marche, la canicule et la nuit difficile), et que la file ne semblait pas énorme, nous avons fait le choix de monter sur la tour Eiffel immédiatement plutôt que le lendemain matin. De fait, nous n'avons du attendre qu'une heure pour atteindre le second étage et 45 autres minutes pour rejoindre le troisième ou nous avons pu découvrir une vue de Paris à 360° particulièrement époustouflante même si la vue du deuxième étage était déjà incroyable. Etonnamment, je n'ai pas souffert du vertige malgré le fait que je me retrouvais à près de 300 mètres du sol. Probablement parce que les rambardes empêchent toute chute, volontaire ou pas.

Le plus dur fut malheureusement de redescendre de ce troisième étage. Relativement compressés, sans boisson vu que nous avions épuisé nos réserves et sans possibilité d'en acheter, même à prix d'or, nous avons passé près d'une heure très pénible à attendre l'ascenseur. Heureusement, la descente suivante, pour rejoindre la terre ferme, ne nécessita qu'une dizaine de minutes d'attente.

Nous avons ensuite fait le choix, alors qu'il n'était pas loin de 18h, de gagner le quartier de l'île Saint-Louis pour prendre un verre au même endroit que la veille avant de regagner notre hôtel peu avant 20h non sans être passé par le Carrefour Market tout proche pour y acheter de nouvelles boissons. A ce sujet, j'ai d'ailleurs calculé qu'à nous 3, nous avions du boire quelque chose comme 11 à 12 litres de liquide sur l'ensemble de la journée. Et
cela tout en étant resté "à sec" pendant près d'une heure au sommet de la tour Eiffel.

Pour terminer la soirée, nous sommes allé souper dans un restaurant japonais tout proche avant de passer une seconde nuit un brin meilleure du fait que nous avons fait le choix de dormir dès le début avec la fenêtre ouverte.

Initialement, nous avions prévu de ne quitter Paris qu'en début d'après-midi. Mais vu le problème à la jambe de ma femme, vu les 2 journées éprouvantes liées à la canicule et la nouvelle journée caniculaire annoncée et vu que nous avions vu tout ce pourquoi nous étions la - c'est d'ailleurs pour cette raison que nous avions finalement fait le choix de visiter la tour Eiffel la veille après-midi - , nous avons choisi de changer nos plans.
Nous avons ainsi quitté l'hôtel le lendemain peu avant 9h après une dernière petite déception au petit-déjeuner liée aux croissants qui n'était pas frais car datant de la veille et nous avons fait le choix de rentrer en prenant notre temps. Tout d'abord en évitant les autoroutes et surtout en cherchant une grande surface E. Leclerc ou nous pourrions nous adonner à l'un de nos péchés mignons, la découverte de produits que l'on ne trouvent pas chez nous.

C'est peu avant Soissons que nous avons trouvé notre bonheur. Outre des produits "inédits" pour nous, nous avons acheté des tartines que nous avons mangées dans une petite clairière à quelques  kilomètres de la.

Nous avons ensuite repris la route et sommes rentrés suffisamment tôt que pour installer le climatiseur dans notre chambre (ou il faisait 28,8° à notre arrivée) et enfin passer une nuit reposante au frais après 2 nuits de torture à Paris.

14/08/2013

World War Z

Ma femme, qui se tient au courant de la moindre annonce de sortie de film, l'attendait depuis des mois. Moi aussi j'étais tenté, même si je n'en savais pas autant qu'elle sur le film et que je le connaissais depuis beaucoup moins longtemps. Ce mercredi 17 juillet, nous sommes donc allé voir World War Z, l'un des blockbusters de l'été.

World War Z,Stuart,entracte

Nous avons passé une excellente soirée avec un bon film d'action bien divertissant proposant quelques beaux morceaux de bravoures ... et son lot d'inepsie dont on ne se rend pas directement compte tellement on est pris par l'action ce qui est la patte d'un bon film du genre. En résumé, un excellent moment de divertissement. Tout ce que nous attendions.

A noter néanmoins l'inconfort relatif des sièges et les 15 minutes de publicité avant que le film ne commence. Autant de raison qui ne me donne pas l'envie de redevenir un visiteur assidu des salles obscures. Même si cette fois nous avons eu le plaisir de ne pas avoir à subir la contrainte d'un entracte.
Pour ceux qui sont de la région et que cela intéresse, cela se passait dans la salle 6 du Stuart, à La Louvière. Et pour être tout à fait complet et honnête, les sièges de la salle 7 ou nous y avions vu notre dernier film étaient bien plus confortable.

08:29 Écrit par slumle dans Cinéma | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : world war z, stuart, entracte |  Facebook |

La Perle du Dragon - Haine-Saint-Paul

Deuxième restaurant chinois en peu de temps à l'initiative de mes soeurs qui voulaient nous faire découvrir celui situé à Haine-Saint-Paul (et non à Haine-Saint-Pierre comme référencé sur le net) non loin de chez ma mère. Mais avec néanmoins une petite différence dans le sens que Fu Yuan, le précédent, propose une cuisine uniquement chinoise alors que celui-ci propose une cuisine chinoise, thaïlandaise et vietnamienne. Et j'ajouterais aussi japonaise comme vous allez le voir plus loin même s'ils ne se décrivent pas comme tel.

Nous y sommes allés à 9 ce dimanche 7 juillet. La salle, très grande, est très acceuillante. Les tables ne sont pas les unes sur les autres, comme dans certains restaurants. Ca et le fait qu'il n'y avait que 3 ou 4 autres tables fait que nous y étions au calme.

Alors que ma mère, mes soeurs et mon beau-frère choisissait le menu à 19,50 euros proposant potage et entrée au choix, 4 plats principaux et un dessert, Maud et moi avons fait le choix du menu grillade, sous-titré japonais, à 24,50 euros composé d'une entrée à choisir parmi 2, d'une grillade de 5 viandes (poulet, boeuf, agneau, scampi et calamar) et d'un dessert à choisir parmi une glace (dame blanche ou brésilienneà) et des beignets (aux bananes ou aux ananas).

Nous avons choisi ce menu parce qu'étant actuellement au régime, nous pensions que le plat principal serait une sorte de pierrade, soit quelque chose d'un peu plus light que les traditionnels plats en sauce. Nous nous trompions. Mais commençons par le début.

Après un apéritif, maison bien sur, j'ai quand même pris en bonus, puisque cela ne figurait pas dans notre menu, le potage maison. Un très bon choix puisqu'il s'agissait d'une soupe légèrement piquante avec notamment du crabe et des scampis.

Perle du Dragon,Fu   Yan,cuisine,chinoise,thaïlandaise,vietnamienne,japonaise

Pour suivre, alors que Maud choisissait les raviolis chinois à la vapeur, je préfèrais les triangles au curry même si je me dois d'avouer que le plat de ma femme était plus savoureux que le mien.

Perle du Dragon,Fu   Yan,cuisine,chinoise,thaïlandaise,vietnamienne,japonaise 

Pour le plat, le serveur nous a apporté un énorme plateau de viandes crues entouré d'oignon et surmonté de multiples morceaux de beurre, le tout accompagné d'un appareil électrique. Une fois préchauffé, la patronne est intervenue et a fait fondre plusieurs noix de beurre avant de faire cuire une première partie de la viande et la moitié des oignons sur ce grill en forme de presse fruit géant. Alors que nous n'avions déjà plus faim, elle est revenue un peu plus tard pour cuire la seconde partie de la viande (boeuf et poulet) que nous avons ramené pour l'essentiel à la maison après en avoir gouté quelques morceaux.

En dessert, tandis que Maud donnait sa glace à Kristen qui avait mangé à la carte (2 brochettes de porc et un plat de nouilles au poulet - au demeurant moins bon que celui de Fu Yan - ), je choisissais les beignets d'ananas.

En conclusion, la Perle du Dragon est un excellent restaurant qui propose des plats plus variés que Fu Yan (puisqu'ici, ils mélangent la cuisine chinoise à la thaïlandaise, à la vietnamienne et même à la japonaise) même si je retournerais probablement plus vite chez le second. Sans doute parce qu'il s'agit d'un restaurant de notre village.

04/08/2013

De Minuut - Blankenberge

Cela faisait quelques années que nous n'étions plus allé à Blankenberge puisque c'est toujours au même endroit que nous allons mangé et que je n'en ai pas encore parlé sur ce blog. Il s'agit de la friterie De Minuut qui n'a de friterie que le nom. En effet, même si la cuisine ouverte, à l'entrée, correspond à une friterie traditionnelle, personne n'y entre pour acheter un paquet à emporter, l'établissement disposant d'une salle de restaurant à part entière.

La carte est elle aussi plus élaborée car si on y retrouve quelques aliments traditionnels comme les fricandelles, que Kristen choisira, ou les boulettes, on n'y retrouve pas les fameuses mitraillettes et toutes la panoplie de "viandes" que l'on peut trouver dans une friterie classique. A la place, on a le choix entre des plats de saumon (chaud ou froid), du cabillaud ou des steacks proposés avec de la salade et des sauces chaudes. Des classiques, comme celle au poivre ou aux champignons et des plus originales comme une indienne à base évidemment de curry ainsi que de poivrons.

L'avantage de ce restaurant étant, outre de proposer du bon, d'offrir la rapidité d'une friterie - en plein coup de feu, il ne nous a pas fallu attendre plus de 15 minutes avant d'être servi - pour un prix tout à fait raisonnable.

De Minuut,friterie,Blankenberge

Maud a choisi le saumon froid tandis que je me laissais tenter par les brochettes avec la sauce indienne justement. Avec pour la première fois une relative déception due à un mauvais choix: je m'imaginais recevoir 2 brochettes de boeuf cuites au grill alors que j'aurais du me douter que vu l'endroit, il s'agirait de brochettes de porc cuites dans la graisse. A ma décharge, je ferais remarquer qu'elles ne figuraient pas sur la carte dans la partie "viande" de friterie traditionnelle sans quoi j'aurais compris tout de suite. A part cela, comme à l'habitude, les frites étaient excellentes tout comme la salade dont l'assaissonnement était parfait.

Pour terminer le repas, pas de dessert, comme de coutume à la mer, puisqu'une bonne glace au cornet nous attendait.

Journée à Blankenberge

Ce samedi 8 juin, nous sommes allé passé la journée à la mer. Cela faisait longtemps que nous en avions envie mais le temps pourri que nous connaissons depuis le début de l'année nous en avait empêché jusqu'ici.

En fin de compte, nous n'avons pas été spécialement gâté avec une température de seulement 16° - alors que la météo en prédisait 20 - et un fort vent augmentant l'impression de froid malgré le soleil assez souvent présent. Mais le plus frustrant fut de découvrir, en rentrant, que le reste de la Belgique avait profité d'une agréable température de plus de 25°.

Comme à notre habitude depuis quelques années déjà, nous avons d'abord pris la direction de Nieuport pour y acheter du poisson avant de nous rendre à Blankenberge, la station balnéaire que Maud fréquentait assidument durant son enfance et ou nous n'étions plus retourné depuis plusieurs années.

Arrivés vers 13h, nous nous sommes rendu au restaurant-friterie De Minuut ou nous allons systématiquement lorsque nous sommes à Blankenberge.

mer,Nieuport,Blankenberge,De Minuut,glace,embouteillage,travaux

Après une ballade sur la digue, nous nous sommes reposé au soleil, à l'abri du vent, pendant que Kristen faisait du cuistax. Nous sommes ensuite allé mangé une glace, autre passage obligé à la côte, ou j'ai pu apprécier 2 gouts particulièrement originaux, vodka-redbull et baileys. Après une nouvelle ballade, nous sommes allé prendre un verre en terrasse.
Quelques achats plus tard chez un traiteur pour ramener l'une ou l'autre spécialité et il était déjà temps de reprendre la route du retour.

A noter, à l'aller, un embouteillage de 4 km pour cause de travaux nous faisant perdre plus de 30 minutes. La veille, parti de La Louvière, j'étais allé recherché ma femme à Bruxelles pour aller ensuite souper chez mes beaux-parents à Liège avec un retour via Namur par l'autoroute de Wallonie. Et bien figurez vous que sur chacun des tronçons (entre La Louvière et Bruxelles, Bruxelles et Liège, Liège et Namur et Namur et La Louvière) j'ai rencontré des embouteillages dus à des travaux. Comme quoi le réseau belge a particulièrement souffert de l'hiver.

26/07/2013

Restaurants de Poitiers et d'Oléron

Parmi tous les articles récurrents que je poste figurent notamment les restaurants ou nous nous rendons. Pour éviter la multiplication d'articles liés au plus ou moins grand nombre de restaurants que nous fréquentons durant nos vacances, fonction de la formule choisie (hôtel ou logement individuel, all inclusive ou pas) et pour éviter d'avoir un article compte rendu des dites vacances trop long parce que parlant dans le détail des restaurants visités, je ferais dorénavant un article descriptif unique et à part des restaurants que nous avons découverts sur nos lieux de villégiature. Avec peut être l'une ou l'autre exception si nous avons par exemple un gros coup de coeur.

Faisant suite à mon compte-rendu de nos vacances au Futuroscope et sur l'île d'Oléron, c'est tout naturellement que j'évoque ici les restaurants de ces endroits.

Le Ruban Bleu
----------------

Le soir de notre arrivée à l'hotel Ibis situé sur le site du Futuroscope nous avons fait le choix de prendre notre repas du soir au Ruban Bleu, le restaurant de l'hôtel. D'une part parce qu'après avoir fait plusieurs heures de route, nous n'avions pas envie d'encore sortir. Mais surtout parce que nous trouvions les formules proposées, à base de buffets, particulièrement intéressantes.

Nous avons choisi la plus complète des 3, celle avec entrée-plat-dessert à un peu plus de 20 euros parce que nous sommes plutôt du genre gourmand et que la différence de prix vis à vis de la formules 2 plats (entrée-plat ou plat-dessert) était minime.

Article 301 - Buffet de la mer.JPG

J'avais lu sur internet le plus grand bien du Ruban Bleu et nous n'avons pas été déçu. En effet, à côté du buffet d'entrée froide, déjà bien achalandé, figurait un buffet entièrement dédié aux produits de la mer qui ne m'a pas intéressé mais qui a fait le bonheur de ma femme, grande amatrice d'huitres notammant. En plat, nous avions un large choix avec du pintadeau aux pruneaux, du steack de thon, de la langue sauce piquante, des merguez et des filets de julienne et ses petits légumes. Et en accompagnement, des pâtes, des croquettes, et différents légumes. Enfin le buffet de desserts était lui aussi particulièrement bien achalandé entre les patisseries et les fruits dont de la mangue et d'excellents morceaux d'ananas.

La Pataterie
--------------

Le lendemain midi, nous avons mangé dans le parc dans le restaurant self service Comptoirs du Monde offrant une nourriture pas mauvaise du tout. En tout cas je dirais que la nourriture au Futuroscope est meilleure marché et de meilleure qualité que ce que nous avons pu gouter à Disneyland Paris.

Article 301 - Façade La Pataterie.JPG


Le soir, nous avons découvert la chaine de restauration la Pataterie et son concept de pommes de terre cuites au four et ses différents accompagnements.

Article 301 - Plats La Pataterie.JPG

Après avoir hésité entre un burger, particulièrement original et appétissant et une grosse pomme de terre sauce aux crevettes et noix de pétoncle, c'est ce dernier plat que j'ai choisi. Essentiellement parce que c'est en principe la spécialité de la maison. Maud a choisi la pomme de terre façon raclette (fromage et jambon fumé) tandis que Kristen se régalait avec un hamburger dont la tranche de pain inférieure était un rosti, le tout accompagné d'une écrasée de pommes de terre et de salade.
En dessert, Maud s'est laissée tentée par l'assiette de fromage tandis que je me régalais avec un chocolat blanc liégeois (2 boules de chocolat blanc, 1 boule de glace vanille, lait concentré sucré, crème fouettée et amandes grillées) et Kristen avec 2 boules de glace.

KFC
-----

Le dernier soir à Poitiers, nous ne pouvions pas passé à côté d'une visite chez KFC. C'est ainsi que j'ai enfin pu gouter au sweat and fire, le burger de chez KFC qui me faisait envie chaque fois que j'en voyais la publicité à la télévision sur les chaines françaises.

Les Voiles Blanches
-----------------------

Article 301 - Plats Les Voiles Blanches.JPG


Le samedi 6 avril, pour notre journée de transfert entre le Futuroscope et l'île d'Oléron, c'est à Royan que nous avons choisi de nous restaurer. Et c'est l'un des 2 plats du jour particulièrement original du restaurant Les Voiles Blanches situé près du port qui a attiré notre attention. Nous y avons ainsi mangé une brochette de magret de canard, caramel de pêche, frites et salade qui nous a beaucoup plus tandis que notre fille se régalait avec les nuggets maisons accompagnés de frites.

Au Feu de Bois
-----------------

POur notre première sortie au restaurant sur l'île d'Oléron, nous avions envie de déguster une pizza. Nous avons ainsi regardé les cartes des pizzerias vues dans les différents patelins que nous avons visité et c'est finalement le restaurant Au Feu de Bois, situé à Saint-Pierre, et sa carte particulièrement étoffée qui a retenu notre attention.

Article 301 - Plats Au Feu de Bois.JPG

Le mercredi soir, après un cocktail oléronais (pineau, cognac, pétillant) que je n'ai pas trouvé assez sucré à mon gout, nous y avons mangé à n'en plus pouvoir car nous ne nous sommes pas contenté d'une pizza comme initialement prévu. Maud avait en effet envie d'huitres, ce que proposait également la carte. Pour ne pas la regarder manger - lol - j'ai donc choisi une soupe de poisson avec crouton, gousse d'ail, fromage et sauce rouille tandis que nous commandions une douzaine de crevettes bouquets Pour Kristen.
Nous avons ensuite dégusté des pizzas à la garniture originale. La complète (jambon, champignon, oeuf) pour Kristen, la 2011 (double fromage, crème, morilles, vin jaune, Saint Jacques et magret fumé maison) pour Maud et la gourmande (tomate, double fromage, champignons, oignons, pommes de terre, chèvre, viande hachée, oeuf) pour moi même. J'ai beaucoup apprécié le début mais sur la fin, je l'ai trouvée écoeurante. Enfin, vu que Kristen désirait une glace en dessert, je n'ai pas pu résister et par gourmandise, me suis pris la coupe Vahiné (glace coco, rhum raisin, vanille, biscuit rocher, chantilly, nappée de chocolat chaud) pendant que Maud se régalait avec une crème brulée, l'un de ses desserts favoris.

La Croix du Sud
------------------

Lors de chacun de nos séjour, à la veille ou à l'avant-veille du retour, nous allons déguster un bon menu dans un restaurant de fine cuisine en essayant d'en trouver un qui propose des plats typiques de la région.
En tout début de semaine, j'en avais vu un qui proposait un cassoulet de la mer. Un vrai cassoulet ! Pas comme il y a quelques années, lors d'un séjour à Coxyde, quand j'étais entré dans un restaurant parce que le menu en français annonçait justement un cassoulet de la mer. Mais j'avais été bien déçu car il s'agissait en fait d'une mauvaise traduction (pour ceux qui ne connaissent pas, Coxyde est situé sur la côte belge, en territoire flamand) d'un plat archi connu chez nous qui s'appelle la cassolette de la mer.

Hélas, nous n'avons pas réussi à retrouver ce fameux restaurant - peut-être se situait-il à Royan ? - Toujours est-il que nous avons cherché une autre table proposant des mets originaux sans trouver LE coup de coeur.
Nous avons finalement porté notre choix sur La Croix du Sud parce que ce restaurant est situé dans le village ou nous séjournions et surtout parce qu'il était conseillé - parmi d'autres - par nos propriétaires ... avec une petite phrase énigmatique sur ses toilettes.

Article 301 - Extérieur-Intérieur La Croix du Sud.JPG

Nous avons tout d'abord du faire face à une relative déception au moment de découvrir la carte, particulièrement réduite - 3 ou 4 entrées et 3 ou 4 plats seulement - alors que le site internet en annonçait bien plus. J'ai entendu le patron expliquer à une autre table que sur le site figuraient les plats servis tout au long de l'année mais qu'ils n'étaient disponibles qu'en fonction des saisons, chaque poisson ou crustacé ayant sa période de pêche. Dommage parce que nous aurions bien aimé découvrir la chaudrée, la bouillabaise locale, autre raison qui nous avait amené la.

Article 301 - Plats La Croix du Sud.JPG

En entrée, Maud a renoncé aux huitres à partir du moment ou le patron a expliqué qu'il les servait natures, sans aucun accompagnement, pour en savourer pleinement le gout. Elle s'est donc rabattue sur le foie gras tandis que je choisissais également le foie gras mais farci au boudin noir aux pommes.
En plat, toujours par défaut, j'ai choisi le merlu et sa purée vanillée sauce estragon, Maud la morue, ses pommes de terre sautées et sa persillade et Kristen, un hamburger maison (un peu trop cuit à son gout) frites. Mais nous nous devons d'avouer que nous avons beaucoup apprécié.

Article 301 - Intérieux WC La Croix du Sud.JPG

Un dernier mot sur les toilettes qui en valaient effectivement le coup et auraient mérité que nous y passions plus de temps pour y lire tous les "graffitis" laissés par les différents visiteurs.

Exceptionnellement, nous n'avons pas pris de dessert car nous avions prévu d'aller faire une dernière promenade dans l'après-midi à la Cotinière ou nous avions constaté, le dimanche précédant, que pas mal d'établissements horeca, dont des glaciers, étaient ouverts.
Hélas, ce n'était plus le cas de tous ce vendredi et aucun n'affichait la carte de leurs coupes de glace. Nous avons donc choisi le seul qui disposait d'un stand de vente à emporter avec un grand nombre de parfums pensant qu'il en irait de même avec les coupes. Avec une nouvelle désillusion puisque le choix était relativement limité et peu original tout en proposant des prix particulièrement élevés. Heureusement, la glace était excellente.

QUICK
-------

Pour être complet, et même si on ne peut pas vraiment parler ici d'un restaurant, à l'instar du KFC, je renseigne le Quick ou nous nous sommes restauré lors de notre voyage de retour, comme j'ai déjà eu l'occasion de l'expliquer dans mon article précédant.

24/07/2013

Nos vacances au Futuroscope et sur l'île d'Oléron

Le mercredi 3 avril, après quelques jours de repos bien nécessaire, nous avons pris la route direction Chasseneuil-du-Poitou, la localisation exacte du parc du Futuroscope. Et comme il n'y avait que 5 heures de route, nous avons fait le choix de partir vers 9h et de prendre le chemin le plus direct - l'autoroute - malgré les
risques d'embouteillage à Paris. Nous n'y avons finalement perdu qu'un bon 1/4 heure ce qui fait que peu après midi, il ne restait déjà plus que 2h de route. Nous avons alors fait le choix de terminer le trajet via les routes nationales. D'une part parce que cela permettait d'économiser à la fois du carburant et des frais de péage mais surtout parce que cela serait plus pittoresque.

Chasseneuil-du-  Poitou,Chasseneuil,Poitiers,Futuroscope,La Pataterie,Lady Ô,Nolwen   Leroy,Auchan,KFC,Royan,Les Voiles Blanches,Oléron,Le Château-  d'Oléron,La Cotinière,Quick,péage

Alors que le gps indiquait qu'il ne restait plus que 3/4h avant l'arrivée à Chasseneuil, je m'étonnais de ne pas encore avoir aperçu le moindre panneau indiquant Poitiers. C'est la que nous nous sommes rendu compte de mon erreur.
Lorsque j'ai programmé le gps le matin, je n'ai pas trouvé Chasseneuil-du-Poitou mais simplement Chasseneuil. Bien que sachant qu'en France de nombreux lieux portent le même nom dans des régions différentes je ne me suis pas inquiété car la distance et la durée annoncée du voyage etaient sensiblement identique à ce que j'avais vu sur google maps tandis qu'à l'échelle de la carte sur le petit écran de mon gps, la localisation de l'endroit, près de Poitiers, correspondait.
En reprogrammant le gps sur Poitiers, j'ai ainsi découvert que nous nous dirigions à peu près 100 km trop à l'est. Et c'est donc en ralant sur ma bétise que nous sommes finalement arrivés à l'hôtel vers 18h.

Heureusement, la qualité de la chambre, petite mais agréable et surtout le souper, au restaurant de l'hôtel, nous a remis de bonne humeur.

Chasseneuil-du-  Poitou,Chasseneuil,Poitiers,Futuroscope,La Pataterie,Lady Ô,Nolwen   Leroy,Auchan,KFC,Royan,Les Voiles Blanches,Oléron,Le Château-  d'Oléron,La Cotinière,Quick,péage

Le lendemain, après un petit déjeuner extrêmement varié, nous avons passé toute la journée au parc ou nous avons fait la quasi totalité des attractions qui nous intéressaient avec la plupart du temps un temps d'attente de seulement 5 à 10 minutes. Il faut dire que nous étions hors saison et qu'il ne faisait pas spécialement beau avec
seulement 5° le matin et une pluie fine l'après-midi. Vers 17h, nous avons choisi de regagner l'hôtel pour laisser quelques attractions inédites pour le lendemain mais aussi parce que nous commençions à saturer.N'empêche que pour une prochaine fois, nous savons désormais que le parc peut se visiter en une seule journée dès le moment ou il n'y a pas affluence.

Pour le repas du soir, nous avons choisi de découvrir une chaine de restauration dont ma femme avait vu un reportage à la télé, la Pataterie, ou nous nous sommes régalés.

Nous sommes ensuite retournés au parc pour découvrir le spectacle son et lumière, Lady Ô  conté par Nolwen Leroy. En 3 visites, c'était la première fois que j'assistais au spectacle du soir et je dirais que je l'ai trouvé bien sans plus du fait que je m'attendais à quelque chose de plus spectaculaire avec plus d'effets spéciaux et de jeux de lumière.

Le vendredi, puisqu'il ne nous restait plus beaucoup d'attractions à découvrir, nous avons fait le choix de prendre le temps. Nous sommes ainsi allé faire un tour dans le magasin Auchan tout proche. Un peu pour y découvrir les produits originaux (notre péché mignon) mais surtout pour acheter de quoi "pique niquer". Nous avons ensuite mangé dans la chambre avant de prendre la direction du parc ou il nous restait 3 attractions inédites à faire. Nous en avons également profité pour refaire celles qui nous avait plu le plus comme l'incontournable Vienne Dynamique et l'attraction désignée comme la meilleure attraction du monde, Arthur, l'aventure 4D.
Enfin, en soirée, nous sommes allé manger au KFC.

Chasseneuil-du-  Poitou,Chasseneuil,Poitiers,Futuroscope,La Pataterie,Lady Ô,Nolwen   Leroy,Auchan,KFC,Royan,Les Voiles Blanches,Oléron,Le Château-  d'Oléron,La Cotinière,Quick,péage

Le samedi 6 avril, nous avons pris la direction de l'île d'Oléron via Royan ou nous avons décidé de passer le début d'après-midi vu que nous n'avions que 2 heures de route et que nous n'avions la location qu'à partir de 16h. Dommage qu'il faisait gris et froid et que nous étions hors saison car avec le soleil et un peu d'animation, Royan doit être un lieu de villégiature très sympa.

Nous y avons mangé sur le port au restaurant Les Voiles Blanches que nous avons choisi pour l'originalité de son plat du jour, une brochette de magret de canard, caramel de pêche, frites et salade.

Chasseneuil-du-  Poitou,Chasseneuil,Poitiers,Futuroscope,La Pataterie,Lady Ô,Nolwen   Leroy,Auchan,KFC,Royan,Les Voiles Blanches,Oléron,Le Château-  d'Oléron,La Cotinière,Quick,péage

Vers 16h nous sommes arrivés au Château-d'Oléron ou se trouvait le petit logement que nous avions réservé pour la semaine. Petite bicoque super acceuillante pour 4 personnes.

Pendant les 3 jours suivants, nous avons sillonné l'île d'est en ouest et du nord au sud avec comme coup de coeur le village de La Cotinière, pour son port et ses quelques commerces et celui du Château-d'Oléron pour son petit centre commerçant, sa halle et son marché quasi quotidien, sa rue de restaurants près du port, sa forteresse et son joli sentier de promenade qui part de cette dernière pour rejoindre la plage.

Mercredi, le temps s'est mis à la pluie mais avec une alternance d'éclaircies qui nous ont permises de faire quelques balades contrairement au jeudi ou ce fut la cata avec de la pluie non stop du réveil jusqu'à 17h. Heureusement le lendemain, pour notre dernier jour sur place, le temps s'est remis au beau ce qui nous a permis d'aller promener dans nos 2 endroits préférés de l'île. Le matin au Château d'Oléron ou nous avions décidé de prendre le repas de midi et l'après-midi à la Cotinière ou nous avons pris le dessert sous la forme d'une dégustation d'une coupe de glace et ou nous avons fait nos derniers achats de souvenirs et autres cadeaux pour la famille car c'est à cet endroit de l'île que se trouvait la plus grande concentration de boutiques de souvenirs et de commerces horeca.

Chasseneuil-du-  Poitou,Chasseneuil,Poitiers,Futuroscope,La Pataterie,Lady Ô,Nolwen   Leroy,Auchan,KFC,Royan,Les Voiles Blanches,Oléron,Le Château-  d'Oléron,La Cotinière,Quick,péage

Nous avons également profité de notre séjour pour nous promener sur les différentes plages de l'île avec une nette préférence pour celle localisée entre Boyardville et La Brée-les-Bains du fait de la grande variété de coquillages qui s'y trouvaient et un joli moment sur celle située au sud de Saint-Trojan-les-Bains parce qu'avec Kristen - Maud n'avait pas les chaussures adaptées - non sommes allés jusqu'au bord de l'eau à marée basse et que nous avons du nous dépêcher de revenir car la mer remontait à vue d'oeil.
Certes pas à la vitesse d'un cheval au galot, mais nettement plus vite qu'en Mer du Nord ce qui était impressionnant.

Durant toute la semaine et plus particulièrement pendant les 2 jours de pluie, nous avons aussi fait le tour des grandes surfaces de l'île. E. Leclerc, Super U, Netto, Intermarché et même les surgelés Picard. On ne comptait évidemment rien y acheter mais vu que c'était la première fois que nous voyions un magasin de cette enseigne, nous voulions découvrir les produits qu'il proposait.

Enfin, nous nous sommes adonnés à notre péché mignon: (bien) manger. C'est ainsi qu'outre la découverte de produits régionaux achétés en magasin et consommé dans notre petit pied à terre, nous nous sommes offert 2 autres sorties restaurant - après celles de Poitiers et de Royan - dont je parlerais dans mon prochain article.

Le samedi 13 avril, il était déjà temps de rentrer. Comme le logement n'était pas très grand et que nous n'avions "que" 7 heures de route à parcourir, nous avons fait le choix de profiter de nos vacances jusqu'au dernier moment. C'est donc le matin du dernier jour que nous nous sommes occupés de boucler nos valises, de charger la voiture et d'effectuer le rangement et le nettoyage de la maisonnette.
Peu après 9h, une heure de travail plus tard, nous avons pris la route. Vers 13h, nous avons quitté l'autoroute près d'Orléans pour aller manger chez Quick qui proposait 2 sandwiches non disponibles en Belgique qui nous tentaient tout particulièrement. Pour l'anecdote, ils y feront finalement leur apparition quelques semaines plus tard, ce qui n'est pas toujours le cas, raison pour laquelle nous avons assuré le coup vu que nous étions en France.

Hélas, la suite fut moins agréable car la traversée de Paris un samedi après-midi s'est passée nettement moins bien qu'un mercredi en fin de matinée. Et comble de malchance, sur la portion d'autoroute à péage située entre Paris et la Belgique, nous sommes tombé dans un bouchon causé par des travaux qui nous a fait perdre près d'1h. Nous avons donc payé pour un service que nous n'avons pas eu puisque nous serions rentrés plus tôt si nous avions fait le choix d'éviter les péages.
A ce sujet, petite digression. Je trouve que les usagers devraient bénéficier d'une réduction du tarif, voire carrément de la gratuité dans certains cas extrêmes, en cas de retard causé par des travaux initiés par le gestionnaire d'autoroute ou surtout par une trop grande affluence car, dans ce dernier cas, cela revient à vendre plus de place que la disponibilité. Un cinéma, un musée, un club de football ou encore un restaurant ne délivre pas plus de place que la capacité du lieu de réception, pourquoi les sociétés de gestion des autoroutes peuvent-elles toucher la totalité de leurs revenus lorsqu'elle ne peuvent pas offrir le service pour lequel on paye, à savoir la rapidité ? D'autant aussi que certaines sociétés d'autres moyen de transport, comme le train ou l'avion, sont tenues de dédommager leurs clients en cas de retard trop important ! Fin de la digression.

C'est donc particulièrement fatigués que nous sommes finalement arrivés un peu après 20h, soit quelques 2h-2h30' plus tard qu'escompté.

Pour conclure, je signalerais qu'à l'exception d'une journée très ensoleillée à 25°, nous n'avons eu qu'un maximum de 17° sur l'île d'Oléron, pourtant réputée pour bénéficer d'un temps plus clément que la moyenne nationale. Mais en choisissant de partir début avril, nous n'attendions évidemment pas de telles températures et avons été content de nos vacances si ce n'est le deuxième jour de pluie qui était celui de trop. Surtout qu'à ce moment la, la météo annonçait pour le lendemain, soit notre dernière journée sur place, un temps identique ce qui nous aurait amené à terminer nos vacances sous la pluie.

N'empêche, vu l'hiver interminable que nous venons de vivre, nous songeons à inverser, l'an prochain, l'ordre de nos vacances: un voyage en avion pour une destination ensoleillée à Pâques et un voyage en voiture pour une destination "plus proche" - je devrais dire moins lointaine - au mois d'août.

23/06/2013

Jack, le chasseur de géants

Notre fille Kristen aurait bien aimé nous accompagner au cinéma lorsque nous y sommes allé la dernière fois. Mais le seul film qui nous intéressait, le Bruce Willis, n'était pas pour elle. Sachant que différents films tout public devaient sortir pour les vacances de Pâques, nous lui avions donc promis que nous l'y emmènerions. Restait à trouver quel film aller voir. Et c'est une bande annonce vue lors de cette précédente séance concernant un film familial susceptible de plaire aux petits comme aux grands qui m'a permit de le choisir.

Jack et le haricot magique



C'est ainsi que le samedi 30 mars après-midi, après le repas au restaurant chinois, nous sommes allé voir Jack le chasseur de géant après en avoir montré la bande annonce, quelques jours plus tôt, à Kristen qui a été emballée à l'idée de voir ce film dont elle connaissait un peu la trame puisque l'histoire est inspirée du conte Jack et le haricot magique qui figurait dans l'un des livres que nous lui lisions avant de l'endormir quand elle était petite. Finalement, il n'y a que Maud, elle me l'avouera après la séance, qui n'était pas tentée du tout. Au point de nous proposer d'y aller seuls pour reposer sa cheville qu'elle s'était foulée quelques heures plus tôt.

A la sortie, elle avait complètement changé d'avis et était aussi enthousiaste que Kristen et moi d'avoir vu ce film, agréable mélange d'action, de suspense et de romance savammant réalisé pour être accessible tout public puisque malgré un nombre de morts assez élevé, on n'y voit pas la moindre goutte de sang. Kristen, comme tous les enfants de son âge appréciant se faire peur (le film étant quand même déconseillé aux moins de 6 ans).

12:57 Écrit par slumle dans Cinéma | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : jack et le haricot magique |  Facebook |

03/05/2013

Fu Yuan - Ecaussinnes

Cela faisait pas mal de temps que nous avions en tête de découvrir le restaurant chinois de notre village. L'occasion s'est présentée ce samedi 30 mars à midi alors que nous voulions fêter le début de nos 15 jours de vacances de Pâques que nous attendions depuis de longues semaines.

C'est ainsi que nous avons découvert le très joli cadre intérieur du restaurant Fu Yuan, le mauvais temps ne nous ayant pas permit de découvrir son jardin japonais parait-il agréable.

Après un excellent apéritif maison dont j'ai oublié la constitution, Maud et moi avons choisi de commencer avec un classique. Le potage piquant pour moi. Le potage Wan Tan (aux raviolis chinois) pour ma femme.

restaurant chinois,Fu Yuan

En entrée, j'ai choisi le hors d'oeuvre spécial qui permet de gouter à différents mets. En l'occurrence 2 rouleaux de printemps, 2 beignets de scampis et 2 triangles servis avec une petite salade dans une assiette originale avec une petite cavité prévue pour la sauce. Ma femme a choisi la salade mixte (poulet, canard, scampi). Quant à Kristen, après avoir gouté au potage de sa maman, elle a véritablement commencé son repas avec les brochettes de poulet grillé, servies dans le même type d'assiette que mon entrée.

restaurant chinois,Fu Yuan

Pour suivre, Maud a choisi son plat chinois préféré, le canard laqué avec crêpes et poireaux. Moi, fidèle à mon habitude, j'ai choisi de découvrir un plat que je ne connaissais pas, le "plat de famille en Ti Pan". Des morceaux de boeuf, poulet et scampi grillés sur une pierre avec des légumes. Sur le coup, j'ai été un peu bête car j'aurais du me douter que ce plat, au demeurant excellent, n'était pas un plat en sauce et j'aurais du prendre à la place le même plat mais pas préparé en Ti Pan. Ou alors, commander en accompagnement du riz cantonais ou des nouilles à la place du riz blanc nettement moins attractif. Quant à Kristen, elle avait une envie de nouilles et a donc choisi sans hésiter les nouilles sautées aux scampis.

Pour clore, nous n'avons pas pris de dessert. D'une part parce que nous avions déjà bien mangé. Mais surtout parce que les desserts ne sont pas le fort des restaurants chinois.

01/05/2013

Les 80 ans de tante Marie

soirée,anniversaire,traiteur,salle,La Bonne   Chair,Carnières,On n'a pas tous les jours 20 ans,Berthe Sylva

Ce vendredi 22 mars 2013, la soeur de ma mère, ma tante Marie a eu 80 ans. Elle est encore très active et ne supporte pas de rester tranquillement à la maison. Elle est ainsi inscrite aux amicales des pensionnés de plusieurs villages environnants pour participer à un maximum de banquets et thés dansants, assister à des spectacles dont des pièces de théatre en wallon ou encore prendre part à des voyages d'un jour ou à des circuits découvertes de régions françaises notamment. Elle se devait donc de fêter dignement son anniversaire autour d'une bonne table avec animation musicale.

C'est ainsi que pour l'occasion elle n'a pas pu s'empêcher de faire les choses en grand en louant une salle avec traiteur et disc jokey et en y conviant 80 personnes. Sa famille proche (soeur, enfants, petits-enfants, neveux, nièces) ou éloignées (ses nombreuses cousines dont certaines que je n'avais plus vues depuis des années - alors qu'il s'agit aussi de celles de ma mère -), des amis, des enfants d'amis et les pensionnés de l'une des amicales qu'elle fréquente.

Tout ce beau monde s'est ainsi retrouvé ce dimanche 24 mars à la salle La Bonne Chair (dont le patron traiteur s'appelle monsieur Bonnechère, cela ne s'invente pas) ou le début des festivités était programmé pour 12h30'. Maud et moi savions que nous allions y passer une bonne partie de l'après-midi mais nous pensions être rentré pour 18-19h, histoire de profiter de la fin du week-end au coin du feu (c'est vrai qu'ici, on peut se demander qui sont les aînés et qui sont les "jeunes" mais ce n'est pas eux qui le lendemain doivent se rendre au boulot et qui ont des enfants encore en âge d'école).
C'était sans compter avec le repas, digne d'un mariage, avec apéritif, entrée froide, entrée chaude, sorbet, plat principal, plateau de fromages, gâteau glacé et café, le tout entrecoupé d'intermèdes musicaux, que tante Marie avait choisi de nous offrir.
Repas "à rallonge" d'autant plus étonnant que, lors des repas de famille, y compris les plus longs, comme pour les réveillons, on ne fait plus jamais 2 entrées, tante Marie faisant d'ailleurs de temps en temps remarquer que si, étant jeune, cela ne lui posait pas de problème, aujourd'hui, avec l'âge, elle n'était plus capable de manger autant lors d'un même repas.

Après un apéritif, au champagne évidemment, accompagné de quelques toasts puis de zakouskis chauds (pinces de crabe, beignets de calamars, morceaux de quiches, ...), nous avons eu droit, alors qu'on approchait déjà des 14h, à une première entrée froide erronément dénommée salade périgourdine. Nous nous attendions à une assiette avec l'une ou l'autre variété de salade accompagnée de gésiers et de magret de canard. Nous avons eu une assiette particulièrement remplie avec une tranche de foie gras, des tranches de magret de canard, une tranche d'un petit pâté en croute, des rillettes, un confit d'oignon, un peu de vinaigre balsamique, une sauce à base de sirop de Liège, une demi-fraise, une demi-tranche de pain grillé et un morceau de pain d'épices. Le tout était très bon même si j'ai trouvé que l'assiette était un peut trop garnie, qui plus est avec des mets qui ne se mariaient pas forcément ensemble. Je pense notamment au foie gras et aux rillettes.

Quelques temps plus tard, le personnel nous a servi un velouté au cresson. La aussi, j'ai trouvé la dénomination un peu trompeuse car s'il y avait effectivement des feuilles de cresson qui surnageaient, le velouté, au demeurant excellent, goutait plus l'asperge et le champignon. Allez comprendre.

C'est à ce moment que le DJ, qui jusqu'à présent s'était contenté de passer de la musique essentiellement des années '60 et '70 en fond sonore, a pris la main en demandant à tante Marie et Fernand, son compagnon depuis bientôt 30 ans, d'ouvrir le bal (quand je vous disais que ce repas avait un air de mariage) sur une chanson proposée par l'un des invités, "On n'a pas tous les jours 20 ans", chanson presque aussi âgée que ma tante, puisqu'elle date de 1934, interprétée par Berthe Sylva (Berthe qui ?). S'ensuivirent quelques slows d'époque (Procol Harum notammant) qui amenèrent les petits vieux des thés dansants à squatter la piste. Bien vite rejoint, malgré tout par quelques "jeunots" quadra et quinqua ... qui la quittèrent bien vite lorsque les slows firent place à une série de twists, laissant sur la piste 3 pensionnés qui eurent ainsi l'occasion de faire une démonstration de leur chorégraphie bien réglée.

Alors que 16h approchait déjà, le DJ proposait à tout le monde de regagner sa place pour seulement déguster la seconde entrée, un duo de sandre et turbotin et leur sauce au beurre d'écrevisse. Excellent plat, que ce soit les poissons ou la sauce, mais de nouveau à l'appellation trompeuse, la sauce étant en fait une sauce hollandaise avec une écrevisse entière présente dans l'assiette. Point donc de sauce au beurre d'écrevisse.

Deux heures plus tard, après un nouvel intermède dansant, un moment émotion (l'interprétation par Claude, la femme de mon cousin germain qui considère ma tante Marie comme sa mère, d'une chanson de Jacques Brel, dont ma tante est fan, réécrite par ses soins pour faire l'éloge des nombreuses qualités de la jubilaire du jour) et un moment comique (le beau-frère de Claude poussant à son tour la chansonnette avec un morceau savoureusement interminable que je connaissais partiellement pour avoir vu sur le blog d'une connaissance une vidéo ou il l'interprétait dans un restaurant - voir ici - ) entrecoupé par la dégustation d'un excellent sorbet au citron et framboise, arrivait enfin le plat de résistance.
Vu l'heure tardive et malgré la quantité de nourriture déjà ingurgitée, la faim était bien évidemment la. Au point de considérer que le sorbet était le dessert du dîner tandis que ce nouveau plat était le premier du souper. Le rôti de veau à la sauce aux 2 poivres et son gratin dauphinois a pourtant déçu tout le monde. Si la fondue de poireaux qui l'accompagnait était excellente et celle de chicon, légume à la saveur plus particulière, dépendait des goûts de chacun, la viande fut elle une déception. Pas tendre et constituée, en ce qui me concerne, mais je n'étais apparamment pas le seul, de morceaux pas très nobles (j'ai hérité d'un fond avec force peau, gras et croquants) tandis que le gratin dauphinois se limitait à des tranches de pommes de terre pas suffisamment cuites à mon gout avec un peu de crème fraiche et même pas, en ce qui me concerne, de fromage gratiné. J'en ai d'ailleurs laissé plus de la moitié malgré le fait que j'avais faim.

Encore une heure d'attente et les fromages furent servis et rattrappèrent bien la déception du plat précédent avec 13 variétés différentes accompagnées de différents type de pain.

Il était alors 20h et, la mort dans l'âme, je me résignais à ne pas gouter au gâteau glacé et à proposer à ma femme de rentrer car cela devenait dur pour tout le monde, y compris pour Kristen qui donnait des signes de fatigue. Mais c'était compter sans son envie, encore plus grande que moi, de glace. Elle se mit ainsi à pleurer. Heureusement, cela eut pour effet d'accélérer l'arrivée du gâteau ... qui n'était pas le meilleur gâteau de glace que j'aie dégusté mais qui contenta notre fille.

Et c'est finalement sur le coup de 21h, que nous avons enfin pu rejoindre notre maison alors que le lendemain, le réveil était prêt à sonner à 6h pour lancer la semaine de travail.

Pour conclure, je dirais que le traiteur n'était pas le meilleur que nous ayons connu, celui-ci alternant les bons - voire excellents - plats et les moins bons - voire pas terrible du tout - tandis qu'au niveau de l'organisation et surtout du déroulement de la journée, nous ne voulons plus vivre un tel moment à la fin d'un week-end. La prochaine fois, soit nous nous arrangerons pour prendre congé le lendemain, soit nous déclinerons l'invitation.

29/04/2013

Pyramides - Schaerbeek (Bruxelles)

Ma femme travaille à Bruxelles et le midi, avec ses collègues, elle fréquente parfois l'un ou l'autre restaurant parmi lesquels deux me tentaient particulièrement. Alors, comme ce mardi 19 mars à 16h, nous avions un rendez-vous pour notre fille dans un hôpital de la capitale, c'est tout naturellement que je lui ai proposé de souper sur place. D'une part pour éviter de rentrer en pleine heure de pointe mais surtout pour découvrir l'un des restaurants dont elle me parlait. Je lui ai donc laissé le choix entre un fast food proposant des sandwiches particulièrement originaux et un snack égyptien. C'est ce dernier qu'elle a choisi.

restaurant halal,thé à la menthe



Après une balade dépaysante dans la rue de Brabant à Schaerbeek (tous les commerces sont orientaux ce qui nous a permis de découvrir des épiceries proposant des produits typiques et de nous sentir, l'espace de quelques minutes, comme en vacance à l'étranger), nous avons rejoint le restaurant Pyramides situé dans la même rue. J'y ai apprécié le cadre qui fait que c'est effectivement plus qu'un simple snack avec quelques tables dans un local étriqué.

restaurant halal,thé à la menthe

Toujours à la recherche de plats originaux, j'ai choisi l'escalope égyptienne. Une énorme tranche de viande blanche panée (ce n'était pas de la volaille donc j'imagine que c'était du veau et pas du porc vu que nous étions dans un restaurant halal) recouverte d'une sauce style bolognaise aux épices orientales accompagné d'une belle assiette de pâtes à la sauce tomate.
Forrest Gump, pardon ma femme, qui n'avait pas très faim, s'est de nouveau tournée vers les crevettes en choisissant le plat de gambas grillés.
Quant à notre fille, elle a bien évidemment choisi le hamburger avec des frites.

Le tout était très copieux d'autant que servi avec des pains pitta et un assortiment de 5 sauces (au yoghurt, à l'ail, cocktail, piquante (probablement à l'harissa) et une préparation avec des morceaux d'oignons) que j'ai malheureusement oublié de photographier, affamé et pressé que j'étais de gouter à toutes ces bonnes choses.

Nous nous sommes donc régalés pour un rapport qualité/prix remarquable: moins de 37 euros, boissons comprises. Avec en prime le pousse café offert par la maison. En l'occurence un thé à la menthe vu l'absence de la moindre boisson alcoolisée à la carte.

28/04/2013

Die Hard - Belle journée pour mourir

Le lendemain de notre souper entre (ex-)collègues, ayant 2 tickets de cinéma offerts qui arrivaient à péremption le 13, nous sommes allés au cinéma. Un seul des films à l'affiche nous intéressait. Nous sommes ainsi allé voir Bruce Willis dans Die hard: Belle journée pour mourir dont le titre anglais, A good day to die hard, intègre beaucoup mieux la référence de la franchise.

Article 295 - Affiche Die Hard 5.jpg



Après une première partie un peu banale avec malgré tout une époustouflante (mais improbable, c'est peu dire) course poursuite en voiture conditionnée par le besoin de faire toujours mieux et plus original que la concurrence et le film précédant, lorsqu'il s'agit d'une suite, la seconde partie fut meilleure ce qui nous a permit de passer un bon moment divertissant.

13:22 Écrit par slumle dans Cinéma | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : die hard, bruce willis |  Facebook |

27/04/2013

Soirée entre (anciens) collègues

Cela fera cette année 25 ans que je travaille dans la même entreprise. Mais depuis quelques années, ce n'est plus pareil. A la suite du départ à la prépension de notre chef, le service dans lequel j'ai travaillé pendant plus de 20 ans a fusionné avec un autre. De plus, certaines de ses activités ont été abandonnées dont le poste que j'occupais avec 2 autres collègues. Plusieurs collègues de 20 ans ont ainsi été amenés à quitter l'entreprise (de
leur plein gré ... ou pas) tandis que j'étais moi même déplacé dans un autre service. Ce qui fait que sur le noyau de 9 personnes régulières, dont plus de la moitié présentes depuis mes débuts, 4 ont quitté l'entreprise. Depuis lors, histoire de retrouver les anciens, nous avons relancé notre repas annuel avec les conjoints et les enfants qui avait déjà existé il y a bien longtemps avant d'être abandonné, pour je ne sais plus quelle raison.

Ainsi, après une première soirée "à la bonne franquette" (sandwiches, charcuterie et fromage) chez un collègue, une seconde, la soirée 20-22 du 24 et enfin une sortie restaurant, ce vendredi 8 mars, la même collègue de la soirée 20-22 du 24 a pris l'initiative de nous réunir chez elle pour un remake de nos repas de fin d'année que nous nous préparions durant la dernière semaine de travail de l'année que nous appellions notre semaine de festivité puisque le mardi matin, c'était le déjeuner cougnolle/cougnou avec de quoi faire pour également en profiter lors du repas du midi, le mercredi midi, c'était notre repas boudins ou j'avais fini par être le fournisseur officiel, du fait que je connaissais quelques bonnes adresses et que je prenais plaisir à trouver des variétés inédites et enfin, le jeudi midi, notre repas plats froids ou chacun apportait un plat préparé par ses soins ... ou par ceux de son conjoint.

C'est donc cette formule que notre hôtesse du jour avait choisie et c'est avec plaisir que j'ai pu regouter et faire découvrir à Maud ainsi qu'à Kristen, les pêches au thon, les oeufs mimosa, les pâtes, le poulet chutney, les bouchons au thon et autres pains de viande.

Pour ma part, c'était la première fois que je préparais mon plat moi même. A l'origine, c'était ma maman qui le préparait. Elle avait commencé avec un chou-fleur au crevettes puis avec du poulet chutney qui faisait l'unanimité. Par la suite, c'est ma femme qui avait pris le relais, du fait que, travaillant à mi-temps avant de
perdre son emploi, elle avait plus de temps, en nous préparant des pains de viande.

Cette fois, ayant congé le vendredi après-midi alors que ma femme travaille sur Bruxelles, c'est donc moi qui avait le plus de temps pour cuisiner. J'ai donc préparer 2 pains de viande avec, comme chaque année ou presque des recettes inédites. Et si le premier, un texan, m'a paru un peu fade, c'est surtout parce que l'autre, l'antillais (voir sa recette ici, trouvée sur le site Une plume dans la cuisine) était savoureux au point de faire l'unanimité.

soirée,collègue,pain de viande,antillais

Nous avons été super bien reçu par notre collègue et son mari et avons passé, comme à chaque fois, une excellent soirée "revival" de la belle époque.